Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Erasmus +, l’Europe fait face à la radicalisation par (...)

Erasmus +, l’Europe fait face à la radicalisation par l’éducation et les activités pour la jeunesse

Le défi de l’éducation contre toute forme d’intolérance en Europe.

Suite aux attentats en France et au Danemark des premiers mois de 2015, Tibor Navracsics, Commissaire européen à l’éducation, à la culture, à la jeunesse et au sport, est intervenu le 17 mars à Paris devant les Ministres de l’éducation ( http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/news/2015/0422-education-europe_en.htm ) : « Nous restons unis dans nos efforts pour promouvoir la liberté de pensée et d’expression, l’inclusion sociale et le respect des autres, ainsi que pour combattre la discrimination sous toutes ses formes ». Dans le contexte d’une coopération étroite entre les Etats membres et la Commission, il a été convenu, dans le cadre du Framework for cooperation in education and training, le développement de nouvelles activités visant à la promotion des valeurs européennes dans le domaine de l’éducation. On envisage aussi un usage précis des fonds du programme Erasmus +, afin de supporter échanges et partnerships transfrontaliers. Il est important que les Etats membres mettent en avant la transmission des valeurs civiques dans leurs systèmes éducatifs, pour soutenir la compréhension réciproque des étudiants ayant à la base des valeurs partagées comme la dignité humaine, la liberté d’expression, la démocratie, l’égalité e et l’Etat de droit. Chaque Etat demeure complètement responsable de son système d’éducation, mais cela devient une expérience à partager avec les partenaires afin de mieux réaliser les objectifs communs. Le programme EU Youth in Action a déjà financé plusieurs projets importants. Des exemples : Check Point X, visant à l’analyse des tendances radicales dans les sociétés, en se posant la question de la limite entre liberté de parole et incitation à la haine ; Faith Over Fear, un programme qui s’organise en groupes de travail et rendez-vous interculturels, pour une diffusion de la conscience des stéréotypes négatifs à qui les minorités religieuses font souvent face ; SIRIUS, un programme visant à l’intégration des élèves dans des systèmes éducatifs en contextes de migrations.

Pendant plus de 30 ans, le projet européen le plus connu, Erasmus, a eu un rôle important dans la mise en oeuvre d'échanges culturels dans un but de compréhension réciproque, en aidant les études ou la formation professionnelle à l’étranger de 3 millions d’étudiants. Dans la période 2014-2020, le nouveau programme Erasmus + augmente les possibilités de volontariats et d’autres échanges entre jeunes, qui s’ajoutent à la mobilité traditionnelle entre les universités : 4 millions de personnes devraient pouvoir en bénéficier. On soutient aussi des instituts d’éducation et d’autres partenaires de toute l’UE, pour les aider à l’union de leur forces et à la coopération mutuelle, par exemple par la formation de réseaux d’enseignants (comme la plateforme eTwinning, qui unit près de 300000 enseignants).

Ici ( http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/documents/fact-sheet-post-paris_en.pdf ) la fiche d’information de la Commission européenne sur tous ces sujets. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • dohc 4 mai 2015 10:32

    A-t-on encore envie de se fader ce genre de sermon illuminé ?
    Que fait l’Europe et ses valeurs (« la promotion des valeurs européennes dans le domaine de l’éducation ») pour les échanges avec, mettons, la Grèce ? Les Universités en difficulté dans ce pays recoivent-elles des signes de coopération solidaire, et les financements ?
    Les enfants ukrainiens, ceux des régions de l’Est ne sont pas en Europe, donc tout va bien si les forces de Kiev bombarde les écoles, accélèrent leur nettoyage ethnique, soutenus par l’Europe et ses valeurs...
    A-t-on besoin de l’Europe pour financer les échanges entre étudiants privilégiés, dont les familles auraient eu pour la plupart les moyens copieux de payer l’éducation de leurs enfants... surtout que, comme vous le dites vous-même : « qui s’ajoutent à la mobilité traditionnelle entre les universités »... le truc que tout le monde fait avec ou sans l’Europe...
    Et puis « un programme visant à l’intégration des élèves dans des systèmes éducatifs en contextes de migrations »
    Merci de bien vouloir nous indiquer dans quel pays mes enfants pourront trouver du travail... (mais, suis-je bête, les pays n’existent plus...)


    • dohc 4 mai 2015 10:36

      @dohc
      Ah tiens, pour info, le lycée de ma fille organise grâce au dynamisme de quelques enseignants un échange avec une école... en Inde... sans aucune subvention, ni aucune aide de cette construction européenne, juste parce que les échanges et la coopération n’ont jamais eu besoin d’une structure technocratique pour exister...


    • alinea alinea 4 mai 2015 11:25

      Erasmus a une autre mission beaucoup moins publicitée !
      Je rejoins, par l’exemple que je vais donner, le com de non667 :
      Le fils d’une amie, père allemand mère française, a voulu faire une année en Allemagne ; Heidelberg, en droit. Une foultitude de nationalités là : impossible de rencontrer des allemands, dit-il !
      Voilà, si Erasmus favorisait la rencontre d’un jeune avec une autre culture d’un autre pays, il n’y aurait pas des campus « internationaux », mais des mélanges plus subtils !!
      Erasmus est le bras musclé de la mondialisation... à jeter. sans compter qu’il ne s’adresse pas à tous, on l’aura compris.


      • alinea alinea 4 mai 2015 14:02

        @alinea
        Tiens !! le com de non667 a disparu ? Qui ? L’auteur ? Alors faites disparaître le mien, je ne voudrais rester plus sur ce genre de fil !


      • Ben Schott 4 mai 2015 11:38

        “ Le programme EU Youth in Action a déjà financé plusieurs projets importants. Des exemples : Check Point X, visant à l’analyse des tendances radicales dans les sociétés ”

        Très orwellien, comme programme ! La première tendance radicale étant celle de gens de moins en moins convaincus par l’arnaque européenne, bien sûr. Et qui conduit elle-même au complotisme, puis fatalement à l’antisémitisme.

        “ en se posant la question de la limite entre liberté de parole et incitation à la haine ”

        Eh oui ! Encore un grand principe démocratique : la liberté d’expression ne doit profiter qu’à ceux qui approuvent l’arnaque européenne. Les autres sont des déviants (ou des “ cerveaux malades ”, au choix) qui doivent impérativement être “ traités ”. C’est pourquoi la liberté d’expression n’a de sens qu’accompagnée de lois de surveillance.

        “ Faith Over Fear, un programme qui s’organise en groupes de travail et rendez-vous interculturels, pour une diffusion de la conscience des stéréotypes négatifs ”

        Et l’apprentissage à la détection de ceux-ci ! Quand les bons étudiants européens ont bien compris ce que sont les “ stéréotypes négatifs ” et qu’ils savent les repérer, il convient ensuite de les dénoncer aux autorités qui sauront “ traiter ” les déviants.


        • soi même 4 mai 2015 13:15

          Désolé de ne pas partagé votre enthousiasme, il y a comme une volonté de gardé les oies, cette affaire !


          • Ruut Ruut 4 mai 2015 15:41

            C’est beau de gaspiller l’argent du contribuable pour des conneries..


            • Hermes Hermes 4 mai 2015 16:25

              Attention, fil de discussion avec grosse censure....

              Ici on ne blague pas avec la sacro-sainte EUrope, prosternez-vous manants smiley


              • Fuchs Fuchs 4 mai 2015 16:53

                Pfff c’est lamentable d’en venir à critiquer Erasmus. Les échanges c’est la richesse d’une civilisation.


                • soi même 4 mai 2015 21:05

                  @Fuchs, Oui dans un monde qui est franc !


                • Ruut Ruut 5 mai 2015 17:03

                  @Fuchs
                  Sauf que ce n’est pas pour tous.
                  C’est surtout ça le problème.

                  Égalité.


                • Laurent Simon 18 mai 2015 14:42

                  Erasmus est effectivement une chance extraordinaire qui est donnée à ceux qui saisissent cette opportunité. Et une excellente possibilité de confronter son point de vue à celui d’autres européens.
                  C’est aussi à ma connaissance le programme européen qui obtient le plus grand soutien de la part des européens... mais pas sur Agoravox ! Où il est de bon ton de critiquer beaucoup de choses, y compris et surtout celles qui sont des réussites européennes exceptionnelles !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès