Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Eurolines sur les liaisons régionales, une révolution dans les (...)

Eurolines sur les liaisons régionales, une révolution dans les transports

La presse française a discrètement mentionné le 19 juillet le lancement par Eurolines de lignes de bus intérieures en France. Pourtant, c’est une véritable révolution qui s’engage, tout particulièrement pour le rail en France. Et pour une fois, dans le bon sens.

Eurolines a lancé, le 10 juillet dernier, des liaisons nationales entre Paris et l’Ouest de la France. Six liaisons sont désormais possibles entre Paris et cinq villes de l’Ouest : Rennes, Nantes, Angers, Caen et Rouen. Il est également possible de faire le trajet entre Rennes et Rouen. Les prix de base vont de 8 à 24 euros et les billets sont déjà disponibles à la réservation, indique Eurolines, qui refuse pourtant de s’exprimer sur ces futures liaisons nationales, selon Europe 1, dans un article, mal titré, « Eurolines s’ouvre aux liaisons nationales ».

Mal titré car ce n’est pas tant Eurolines qui s’ouvre aux liaisons nationales, que le marché des liaisons nationales qui s’ouvre à Eurolines. Depuis 1934 et une funeste loi sur laquelle nous reviendrons, il était de facto impossible à un concurrent de la SNCF d’ouvrir des dessertes inter-villes en autocar. Il a fallu attendre 2009 et un règlement paru au journal officiel de la communauté européenne pour que commence à s’ouvrir une brèche. En effet, le « règlement (CE) No 1073/2009 du parlement européen et du conseil du 21 octobre 2009 établissant des règles communes pour l’accès au marché international des services de transport par autocars et autobus, et modifiant le règlement (CE) no 561/2006 » (on souffle) prévoit que :

Tout transporteur de voyageurs par route pour compte d’autrui, titulaire d’une licence communautaire, est admis, selon les conditions fixées par le présent chapitre et sans discrimination en raison de sa nationalité ou de son lieu d’établissement, à effectuer les transports de cabotage décrits à l’article 15.

En application des textes européens, la France a adopté plusieurs textes : une loi en décembre 2009, ainsi qu’un décret en avril 2010, ont retranscrit cela dans le droit français et commencé à ouvrir le marché à la concurrence. L’ouverture reste cependant modeste, ces liaisons à l’intérieur du territoire ne pouvant exister qu’en étant adossées à des liaisons internationales, comme le rappellent à juste titre certains sites spécialisés. En outre, les compagnies ne peuvent prendre plus de 50% des passagers sur le territoire de cabotage. Cette nuance de taille a manifestement échappé à l’AFP ou aux journalistes français. Il n’est pas non plus totalement à exclure que la SNCF ou ses syndicats tentent de faire obstruction pour bloquer la concurrence dont les prix risquent de leur faire le plus grand mal.

Néanmoins, 75 ans après le décret-loi sur la « coordination » rail-route, le progrès, qu’on ne croyait plus possible, est extraordinaire et mérite d’être fêté.L’Aleps résume ainsi la situation passée :

A l’époque on imposait même aux autocars de s’arrêter s’ils allaient plus vite que le train ! Aux termes de ce décret loi de 1934, toujours en vigueur, la création de lignes d’autocars est interdite en France ! Pour ouvrir une ligne, il faut une autorisation du ministère des transports, qu’il ne donne pratiquement jamais, réservant ses faveurs à la SNCF, sauf si cela arrange la SNCF pour rabattre des voyageurs vers ses gares.

Cette situation était celle qui prévalait encore il y a moins d’un an, tuant dans l’œuf le développement d’un Greyhound ou d’un National Express français. Concrètement, la SNCF pouvait bloquer tout projet qu’elle estimait lui faire concurrence. Christian Gérondeau est ingénieur général des Ponts et Chaussées et auteur de nombreux ouvrages. Il donne de nombreux exemples sur la protection de tarifs excessifs que cette loi a permis à la SNCF d’imposer, dans Les danseuses de la République (l’Harmattan, 2004). Extrait :

Deux anecdotes sont à cet égard révélatrices. Lorsqu’une grande grève nationale de chemin de fer est déclenchée, comme ce fut le cas en 1995, la France se trouve immédiatement couverte d’un réseau de lignes d’autocars qui empruntent alors les autoroutes et les routes qui leur sont interdites en temps « normal ». On se rend ainsi, pour un tarif défiant toute concurrence mais néanmoins rentable pour l’exploitant, de Paris à Nantes, à Lyon ou ailleurs.

Dans de telles circonstances, le Ministère des Transports n’ose quand même pas ordonner la fermeture de ces liaisons qui témoignent de la remarquable souplesse de sociétés qui les exercent sans aucun préavis. Mais dès le lendemain de la reprise du travail par les cheminots, il leur est ordonné de mettre immédiatement fin à l’existence de ces activités « illégales », et il leur faut obtempérer.

On raconte aussi, dans le monde des transporteurs, la mésaventure survenue il y a quelques années à une société d’autocars qui exploitait entre deux villes du Sud de la France une ligne locale dûment autorisée sur la route nationale qui les reliait.

A l’occasion de la mise en service d’une autoroute voisine, cette société avait cru bien faire de transférer sur celle-ci l’itinéraire suivi jusqu’alors. Tout le monde y gagnait : temps de parcours réduit pour les usagers, économies pour les véhicules, risques d’accidents diminués. Le préfet lui-même avait d’ailleurs inauguré cette nouvelle liaison et tout paraissait se présenter sous les meilleurs auspices.

Mais, quelques jours après, le responsable de la société recevait presque simultanément deux appels téléphoniques. Le premier, émanant de la SNCF, lui indiquait que, si son groupe tenait au maintien des contrats qu’il avait par ailleurs avec elle, il avait tout intérêt à mettre fin à une initiative aussi déplacée. Le second, en provenance du Ministère des Transports, faisait clairement allusion à la menace d’un renforcement des contrôles de toute nature dont ferait l’objet ce « contrevenant » s’il persistait.

Il est inutile de dire que tout est très vite rentré dans l’ordre et que les autocars n’ont circulé que quelques jours sur l’autoroute. Le but était atteint : la concurrence disparaissait pour la liaison ferroviaire entre les deux villes concernées.

Surtout, l’auteur montre que les atouts du transport routier sont nombreux, face aux choix politique du rail :

En premier lieu, il n’entraîne pratiquement aucune dépense d’infrastructure puisqu’il utilise un réseau routier ou autoroutier nécessaire par ailleurs pour la circulation générale et donc déjà financé. Cette différence avec le train est fondamentale. Ce dernier demande au contraire un support spécifique, la voie ferrée, qu’il faut entretenir, aménager et gardienner à sa seule intention. Lorsque le trafic est important, c’est justifié. Mais quand il est faible, le coût devient exorbitant en regard du service rendu.

S’agissant des transports régionaux, cette remarque s’impose d’autant plus que beaucoup de lignes doivent être maintenues en service à grands frais à leur intention exclusive, pour quelques autorails par jour.

En deuxième lieu, l’autocar peut se contenter d’arrêts sommaires démunis de personnel, le conducteur faisant office de receveur. Le train a besoin de nombreuses gares servies par du personnel statique et permanent, et selon nos pratiques, de contrôleurs en plus des conducteurs.

En troisième lieu, le prix de revient du matériel ferroviaire est, à capacité égale, dix fois plus élevé que celui des autocars les plus modernes et les plus confortables. Un autorail moderne coûte entre 2 et 4 millions d’euros selon la capacité, contre 200 000 euros pour un autocar de grand confort. Les consommations d’énergie sont également en faveur de l’autocar, beaucoup plus léger et donc moins vorace. Au total, si l’on tient également compte des dépenses d’infrastructures, le coût de revient par passager est couramment de 10 à 20 fois plus faible pour un même trajet par car que par voie ferrée.

En quatrième lieu, la souplesse de l’itinéraire d’un autocar n’a rien à voir avec la rigidité de celui d’un train. L’autocar peut s’arrêter aussi souvent que nécessaire, même pour un seul passager, alors que la distance moyenne entre les gares ou les arrêts des trains régionaux s’élève à 9 km. L’autocar peut également adapter son parcours pour desservir au plus près les lieux d’émission de trafic les plus importants : centres-villes, établissements scolaires, marchés, hôpitaux, etc., et donc attirer plus de clients et engendrer plus de recettes que le train.

En cinquième lieu, il faut mentionner les durées du trajet. Il peut arriver que celles-ci soient plus brèves par le train que par l’autocar, notamment lorsque le point de départ ou d’arrivée est situé au coeur des quelques métropoles de province qui connaissent des encombrements aux heures de pointe. Mais, parmi les 2661 gares et points d’arrêt des TER, c’est là l’exception et non la règle. Bien souvent, c’est l’autocar qui est le plus rapide, surtout lorsqu’on prend en compte sa faculté d’abréger les trajets terminaux en se rapprochant au plus près des origines et des destinations finales des utilisateurs. D’ailleurs, en 1934, dans le cadre de la « coordination rail-route » édictée par le décret-loi qui a tué en France l’industrie des poids lourds et nous a contraints à recourir aux véhicules hippomobiles lorsque la guerre a éclaté, il était imposé si nécessaire aux autocars de s’arrêter pour ne pas aller plus vite que le train…

Certes, il peut aussi arriver que le train soit plus rapide que le car. Mais ce n’est évidemment pas une raison pour condamner ce dernier. Dans le cas contraire, qui calculera le coût pour le contribuable des quelques minutes alors gagnées par les rares usagers ? L’argument donne d’autant plus à réfléchir que la majorité des lignes n’est empruntée que par des jeunes ou des seniors, pour qui quelques minutes gagnées ou perdues n’ont guère d’importance.

En sixième et dernier lieu, il faut mentionner un argument qui ne résiste guère à l’analyse, bien qu’il soit souvent avancé. Le train présenterait l’avantage d’être moins sensible aux intempéries que le car, notamment en hiver dans les zones montagneuses. Outre le fait que notre pays est majoritairement composé de plaines ou de pénéplaines, ce serait méconnaître que notre réseau routier est entretenu en permanence et, par exemple, très rapidement déneigé chaque fois que nécessaire, et que le train peut, lui aussi, être bloqué. Et même si cet argument se révélait juste en quelques lieux et quelques jours par an, il serait de peu de poids en regard du surcoût qui résulte du recours au fer et non à la route.

Dans ces conditions, on se demande vraiment pourquoi les lignes d’autocars ne sont pas considérées dans notre pays pour ce qu’elles sont : le mode de transport public approprié aux liaisons à faible trafic, qui assurerait bien souvent celles-ci sans rien coûter au contribuable, ou au prix de subventions dérisoires à côté des montants nécessaires pour le rail. Oui, il faut des transports régionaux. Mais, à l’exception de quelques lignes qui jouent un rôle de desserte de banlieue des grandes métropoles, c’est par autocar que le bon sens commande de les assurer. Pourquoi donc n’en est-il pas ainsi ?

Alors, la France verra-t-elle enfin s’ouvrir le choix pour le consommateur entre rail et route ? La révolution est-elle en marche ? Contrainte et forcée par l’Europe, la France commence à abolir les privilèges exorbitants de la SNCF. Durablement ? Rendez-vous dans quelques années…

Un article paru initialement sur Contrepoints.org


Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Nanar M Nanar M 20 juillet 2011 13:15

    Oui oui oui, construisons encore plus de route et mettons-y encore plus de bagnoles et de camions.
    Y a pas à chier, ça va dans le bon sens !


    • inotna2099 inotna2099 20 juillet 2011 16:20

      Dans un car on peut mettre une bonne cinquantaine de personnes donc non, ça va pas faire augmenter le nombre de bagnoles.

      Quand je dois aller à Lyon j’ai le choix entre prendre mon véhicule (8€ de carburant) ou prendre le train (15.60€ au minimum), au jour d’aujourd’hui je prend systématiquement ma voiture.
      Si je pouvais prendre un bus pour un prix correct je n’hésiterais pas une seconde.


    • Pyrathome Pyrathome 20 juillet 2011 13:36

      Même en changeant de pseudo, on vous reconnait Lexington....
      Toujours à répandre vos diarrhées libérales et totalitaires sur le net....


      • Annie 20 juillet 2011 16:05

        D’accord avec votre commentaire Actias.


      • aspic aspic 23 juillet 2011 13:43

        Exemple concrêt : en Languedoc : environs deux heures de route aller ou retour Nîmes-St Jean du Gard : par « Edgard ». Prix : 1,50 Euro surtout pris par de jeunes et de personnes du 3e age.

        Avant l’initative : prix au moins 16 euro !
        Départ même dans les petites communes, éventuellement par des minibus !

        Je recois des jeunes du monde entier (wwoofing) : quel progrès !
        Diarrhées libérales ou constipations ex-USSR ? 


      • Spip Spip 20 juillet 2011 13:40

        La volonté d’Eurolines de se trouver un nouveau marché « national » me semble avoir une origine évidente.

        Jadis, quand on voulait voyager à moindre coût en Europe ou au Maghreb, le bus longue distance était imbattable en terme de prix. C’était long, parfois aléatoire pour les horaires de ramassage dans les villes, mais ça concernait surtout une clientèle « sac à dos » qui s’en arrangeait.

        Aujourd’hui, avec l’explosion des vols low cost, je serais curieux de connaître le bilan de trafic d’Eurolines sur ces dernières années, ça m’étonnerait qu’il n’aie pas chuté significativement...



        • CA EXISTE DEJA EN AFRIQUE DU NORD...A TUNIS CELA S APPELLE.......LOUAGE


        • LES PRIX DES TGV SONT X DE 1 A 4.....................

          CE QUI DONNE 95 EUROS POUR 350 KMS

          LES PRIX DU TER X DE 1 A 2.....47 EUROS POUR 250 KMS

          VIVEMENT LA CONCURRENCE QUE LES PRIX SNCF.....BAISSENT..


        • Pyrathome Pyrathome 20 juillet 2011 13:42

          Il est drôlement bien votre site !! ah ah ah ah !!
          http://contrepoint.org/Accueil.html
          .j’adhère smiley...


          • Gemini Gemini 20 juillet 2011 14:24

            Excellent. Vive la liberté, vive le pétrole. Continuons de développer notre dépendance au pétrole, et surtout, cessons de développer d’autres réseaux tous plus inutiles les uns que les autres et vampirisateur de nos libertés.

            Mais franchement, en 2011, pourquoi s’emmerder avec un bus alors que la voiture est tellement mieux. Je vais où je veux, quand je veux, j’enfume qui je veux avec mes rejets qui polluent bien et j’emmerde tous ceux que ça dérange.

            Laissez-moi continuer à polluer et extraire le pétrole jusqu’à la dernière goutte. Il en va de ma liberté suprême … celle de nuire aux autres et à la planète pour mon seul petit confort ; et ça, pas touche, c’est sacré.


            • foufouille foufouille 20 juillet 2011 20:32

              fait tes courses en sac a dos
              sans compter les marches
              le manque de place pour s’asseoir
              le prix
              la lenteur


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 21 juillet 2011 10:03

              L’argument écologique est un leurre.

              L’empreinte écologique des TER est bien supérieure aux autocars : Voitures plus lourdes, taux de remplissage plus faibles, infrastructures très importantes (rails, gares), moindre souplesse...

              La seule vrai façon de trouver la meilleure solution : Laisser le marché libre ! L’énergie devenant de plus en plus chère, c’est bien le prix qui est le meilleur indicateur de l’impact écologique, direct et indirect.

              Certains raisonnent (résonnent devrais-je dire, vu la vacuité des arguments) comme si les trains n’utilisaient pas d’énergie. C’est peut-être parce que cette énergie est générée ailleurs, avec des transport occasionnant une perte importante, des infrastructures conséquentes (pylônes, lignes à haute-tension, centrale au charbon ...), que le train peut sembler à certains moins polluant. En réalité, il l’est beaucoup plus.


            • jerome 20 juillet 2011 14:50

              Le car est utilisé dans de nombreux pays européens, bien plus souple
              que le train . J’ ignore le bilan écologique de ce même car, comparé aux
              monstres sur rail ... Mais il faut bien admette que les lignes de cars en Europe
              ne réclament pas de subventions monstrueuses aux états qui les autorisent,
              voire les favorisent ... Et puis comparez donc le confort et l’ amabilité du
              personnel : y’ a pas photo, hein !
              Pour avoir pratiqué les deux modes, ma religion est faite : vive le car et son
              personnel efficacce et courtois ; en plus les cars sont presque toujours
              à l’ heure, dingue , non ?
              Je ne comprend pas que la loi scélérate spoliant le transport privé ne soit
              pas encore abolie ; ou plutôt je comprend trop bien ...

              @ L ’ auteur : merci de rappeler ces évidences !


              • inotna2099 inotna2099 20 juillet 2011 16:31

                « De plus le car n’est pas plus polluant que le train. »

                Un TER classique X73500 (ceux qui passent par dizaine par jour dans la gare de ma ville) consomme 90L/100Km, un autocar récent dans les 25L/100Km sur une longue distance.

                En gros un bus avec 50 passagers ne consomme pas plus par tête de pipe qu’un TER avec 180 personnes à bord.


              • foufouille foufouille 20 juillet 2011 19:42

                "Mais, parmi les 2661 gares et points d’arrêt des TER, c’est là l’exception et non la règle. Bien souvent, c’est l’autocar qui est le plus rapide, surtout lorsqu’on prend en compte sa faculté d’abréger les trajets terminaux en se rapprochant au plus près des origines et des destinations finales des utilisateurs."
                trop drole le bourgeois libertarien
                1H30 min pour 5 passagers et 85km, ca lui va


                • Dubitatif 21 juillet 2011 00:21

                  Je suis plutôt d’accord avec l’argumentation comme quoi le choix du rail a été un choix politique sur le car.

                  Néanmoins, l’auteur a un point de vue biaisé sur la « supériorité de la route sur le rail ».

                  Un train coûte plus cher à l’achat qu’un autocar, certes, mais le matériel roulant à une durée de vie de 35 ans environ ou plus si il est bien entretenu, les première rames de TGV sud-est orange sont encore en activité par exemple, elles ont juste été repeintes en gris.
                  Les accidents de trains sont très rare, et le TGV n’a jamais tué les passagers dans le train (par contre, il y a eu des collisions sur les passages à niveau entrainant la mort des passagers des véhicules percutés et un attentat à la bombe [cause externe] ).
                  Un train est moins sensible aux conditions climatiques, je préfère partir en train à la montagne en hiver qu’en autocar.
                  La capacité de transport d’un corail ou d’un TGV duplex est très très largement supérieur à un autocar (plusieurs centaines de passagers contre une cinquantaine).

                  Quand à la proximité avec le centre ville, c’est un vrai gag, la plupart des gares routières sont collés à une gare ferroviaire, donc match nul.

                  La dernière fois que j’ai pris l’autocar, c’était pour faire Barcelonette-Marseille en quasiment 6h en passant par Digne, alors que le même trajet en voiture prend 3h environ.
                  Alors oui, il y avait des arrêts disséminés un peu partout sur le parcours, mais avec 2 bus par jour, et l’irrégularité des heures de passage, il faut être à son poteau d’arrêt (sans abri) au moins 30min avant le passage supposé de l’autocar, ce qui peut être sympa pendant la belle saison, beaucoup moins quand les conditions climatiques sont déplorables.

                  Par contre, là ou je rejoins l’auteur, c’est que la volonté du tout rail n’a pas amené a développer au maximum la synergie entre les 2 moyens de transport, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients.
                  Il n’y a pas de solutions unique.


                  • TSS 21 juillet 2011 10:09

                    Depuis 1934 et une funeste loi sur laquelle nous reviendrons, il était de facto impossible à un concurrent de la SNCF d’ouvrir des dessertes inter-villes en autocar.

                    c’est archi faux !! dans les années 50 la societe Citroën avait des lignes de cars dont une

                     Paris-Bordeaux par Tours doublait la ligne SNCF !!

                     A l’heure où le pic oil est atteint c’est une idée d’avenir et puis bonjour la pollution... !!


                    • HELIOS HELIOS 21 juillet 2011 12:37

                      Les cars Phocéens font Avignon- Marseille, Avignon-Aix-Nice, Marseille-Toulon, Marseille-Aix-Nice et il me semblent qu’ils vont egalement vers les alpes (mais je n’ai pas verifié) et cela depuis au moins 40 ans. Quand l’autoroute A8 a ete terminée, la ligne Aix-Nice s’est dédoublée avec un car via autoroute et un via N7.

                      Ils sont chers (plus que le train)mais sont la seule alternative a la sncf. Aucune loi ne les perturbent depuis.


                    • Akwa Akwa 21 juillet 2011 12:19

                      Article entièrement à charge contre le chemin de fer !
                      Vulgaire propagande de routier !

                      Tout est faux dans cet article !

                      L’entretien d’une ligne n’est pas plus couteux qu’une route empruntée par des camions et des autocars, loin s’en faut (mais dans un cas, c’est dans le prix du billet, pas dans l’autre) !

                      Les trains sont massivement électriques en France : ils ne polluent pas, et coûtent beaucoup moins cher en énergie.
                      Avec la hausse du prix du pétrole, les liaisons par car sont déjà mort-nées.

                      La quantité de passagers transportés est infiniment supérieurs en train qu’en car. Et dire qu’il faut du personnel en plus sur les trains est faux.
                      D’abord parce que les derniers TER sont dits « à agent seul », ensuite parce qu’un seul cheminot peut tirer 800 passagers, quand il faudra 16 conducteurs payés au lance-pierre et 16 autocars (avec 16 moteurs diesel extrêmement polluants) pour la même quantité de passagers.

                      Cette lubie de remplacer le rail par la route revient régulièrement sur Agoravox, et non seulement relève de l’utopie, mais également de la folie.
                      La ligne Paris-Chartes-Le Mans transporte chaque jours 30 000 passages : vous voulez les mettre par car ???
                      Vous imaginez rajouter 600 autocars sur une RN10 et une A12 entièrement saturés ?

                      Vous déconnez complètement !

                      Paris-Chartres, c’est 1h en train. 2h en bagnole. Compter 2h30 en car avec les arrêts.
                      Paris-Rennes, c’est 2h en TGV. Compter 4 à 5h de car.
                      Et tout à l’avenant...


                      • Jean 21 juillet 2011 18:39

                        "En premier lieu, il n’entraîne pratiquement aucune dépense d’infrastructure puisqu’il utilise un réseau routier ou autoroutier nécessaire par ailleurs pour la circulation générale et donc déjà financé. Cette différence avec le train est fondamentale. Ce dernier demande au contraire un support spécifique, la voie ferrée, qu’il faut entretenir, aménager et gardienner à sa seule intention. Lorsque le trafic est important, c’est justifié. Mais quand il est faible, le coût devient exorbitant en regard du service rendu."

                        En premier lieu, c’ est déjà faut car les infrastructures existent (et ont historiquement existé) pour le trafic fret qui retire des milliers de camions des routes... (sauf lignes TGV mais qui permettent une rapidité sur le bus incomparable). Le reste de l’ article est à l’ avenant.


                      • Jean 21 juillet 2011 18:41

                        ..faux... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès