Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Europe 2.0 : Une démocratie « user friendly »

Europe 2.0 : Une démocratie « user friendly »

L’Europe est un projet révolutionnaire, car il s’agit de dépasser le cadre des états nations et de faire travailler ensemble 27 pays. C’est un beau combat, un territoire presque vierge où il faut inventer quelque chose qui ressemblerait à une gouvernance mondiale.

Les lois de l’Europe sont aujourd’hui supérieures aux lois nationales et si l’on veut changer quelque chose en France il faut commencer par le faire en Europe. Le traité de constitution est aujourd’hui en friche et doit être réécrit. Je suis persuadé qu’une initiative viendra du net et proposera « quelque chose d’autre ».

On pourrait comparer le Traité de Constitution Européenne (TCE) à un programme informatique ayant en charge le fonctionnement de l’Europe. Dans la métaphore du logiciel on peut dire que les utilisateurs (les citoyens) ont refusé de valider cette nouvelle version. Sa complexité avait de quoi provoquer la méfiance (1) : impossible de l’essayer avant « de l’installer », impossible de savoir s’il y avait ou non des bogs, des virus ou s’il allait tout simplement mieux fonctionner que l’ancien. Les « utilisateurs » n’avaient aucune possibilité de demander des modifications, le seul outil à leur disposition était une urne avec 2 boutons marqués « oui » ou « non ». Si le rôle d’un parlement est d’écrire et de voter les lois, le TCE est peut être l’illustration que nous arrivons à la limite du système démocratique tel que nous le connaissons : les lois et projets constituants (comme le TCE) sont complexes et sont la plupart du temps écrits par des spécialistes. En France, ce sont souvent les cabinets ministériels qui élaborent les lois qui sont ensuite votées (puis amendées) par des députés. Nos députés ont-ils les moyens de comprendre ou même la liberté de changer les choses : la complexité croissante des lois, le lobbying ou la discipline de partis finissent par rendre le parlement inopérant.

S’inspirer du développement logiciel ? Pour revenir à la métaphore du logiciel, le TCE serait un Operating Système (OS) qui pourrait ressembler à Windows : lourd, opaque et écrit en grande partie sous la dictée des lobbies qui avaient seuls les moyens d’accéder aux équipes de développement. On pourrait rêver d’un TCE (en version 2.0) qui ressemblerait à Linux : libre, robuste, portable et dont le code source serait ouvert et évolutif. On pourrait dans une nouvelle rédaction s’inspirer des méthodes modernes de développement logiciel : impliquer les utilisateurs dans la rédaction des spécifications et dans tout le processus de développement, et mettre en place un « process qualité » (développement modulaire, prototypage, jeux de tests, etc ...). Il n’y a rien d’impossible à cela techniquement car finalement le TCE n’est qu’un logiciel d’une complexité moyenne : son code source ne compte qu’une centaine de pages écrites en français alors que Linux (écrit en langage C++) en comprend quelques dizaines de milliers.

C’est le bon moment ! Le rejet du TCE par le peuple français et Hollandais a plongé l’Europe dans une crise majeure et il est fort probable que nos gouvernants ne s’aventureront pas de si tôt à proposer un nouveau texte, ils sont tétanisés. C’est pour cela que le renouveau ne peut venir que des citoyens. Avons-nous d’autre alternative que d’avancer et de surmonter notre peur du vide. A ne rien faire, on risque tout simplement de réveiller les nationalismes bruns que l’on croyait oubliés. Avons-nous d’autre choix que d’avancer et innover ?

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ! » (Marc TWAIN)

Cet article faire suite à : Démocratie 2.0 : une démocratie "user friendly"


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • SilenT BoB SilenT BoB 9 août 2006 11:03

    Oui mais...

    La constition, ils vont pas faire deux fois la meme betise, ils la feront passer autrement, sans que le peuple s’exprime, croire qu’ils remaieront le texte en profondeur et le reproposeront est a mon sens une erreur, mais je peux me tromper.


    • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 9 août 2006 11:22

      Non, on va pas leur laisser faire ce qu’ils veulent. C’est qui ces ils d’ailleurs ? Ne sont-ils pas des hommes comme nous ? Pourquoi auraient-ils plus de pouvoir que nous ? En fait, ils n’ont pas plus que nous et notre destin est entre nos mains.

      Laurent, c’est pour quand le service pack de développement ? smiley


    • SilenT BoB SilenT BoB 9 août 2006 11:26

      Ils ? ce sont nos gouvernants, ce sont les tecnocrates de l’Union, Penser que nous pourront influer est une grave erreur, ils ont cloisonne tout pour au final faire ce qu’ils voudront.


    • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 9 août 2006 11:28

      Avec des idées comme ça on se couche et on attend la fin des temps. Rien ne nous empêche de changer la donne.

      Sur mon blog, Satn, vient de m’indiquer une interface de développement.


    • faxtronic (---.---.127.45) 9 août 2006 13:01

      Bien, nous n’avons plus notre mot a dire sur notre destin. Mes freres, prenons les armes. Souvenez vous de 1832, de 1848.


    • (---.---.18.221) 9 août 2006 19:40

      C’est peut-être où il faudra en venir


    • Laurent Bervas Laurent Bervas 9 août 2006 11:27

      Tierry, pour développement on va bientôt s’y coller avec les enfants du web, juste qu’on bosse en même temps (comme toi), c’est pour cela que ça prend un peu de temps.

      bises ++


      • (---.---.71.248) 9 août 2006 12:05

        Salut c’est Yves.

        Bon alors je crois qu’à propos de la constitution vous êtes (l’auteur et ses quelques potes des premiers commentaires) restés au stade de l’auto persuasion : les citoyens européens ont refusé la constitution.

        Eh bien non, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé : les citoyens de deux pays ont refusé l’image déformée que leur en ont projeté des anti-européens primaires. On ne va pas relancer ici le débat sur ce sujet, mais cette amère expérience montre que l’on ne peut pas confier au peuple (c’est à dire 90% d’abrutis) un trop grand pouvoir de décision. Dans un contexte électoral, passe encore car il est bien obligé de choisir, mais dans un contexte go/no go (pour reprendre le jargon informatique en vigueur dans cet article), on obtient « no go ».

        Donc inutile de réfléchir à la manière dont l’Europe va évoluer par rapport à la constitution. Tout d’abord parce que ce n’est pas la constitution qui fait le monde dans lequel nous vivons, ce sont les lois. Ensuite parce que la constitution sera adoptée via un autre processus, mais d’ici un an ou deux au moins, histoire de laisser les passions se calmer et d’éviter une révolution. Enfin parce que c’est indispensable, l’Europe étant sans cela bloquée.

        La confusion entre constitution et lois, introduite par les antis qui ont affirmé en France que le « oui » impliquerai le libéralisme, la fin du droit au divorce et autres conneries, est à mon avis le problème majeur qu’a créé ce faux débat. Car en brandissant ces épouvantails on a réussi à bloquer les progrès de l’Europe pour quelques années, ce qui était le but réel visé n’en doutons pas, ensuite parce que l’on détourne l’attention du vrai problème européen : pendant que certains discutent de la constitution, se glorifient du refus français, et se prennent les pieds dans leurs fantasmes, les lobbies agissent à fond sur Bruxelles, où les lois, donc la réalité du monde, se décident. Résultat : malgré l’opposition d’une très large majorité de tous les peuples, les lois autorisent les OGM, la directive Bolkenstein revient, la libéralisation des services portuaires revient, les États-Unis nous divisent aisément pour nous vaincre individuellement (donc tous) sur des problématiques de politique étrangère ou commerciale. Et qui s’en soucie ? personne.

        Alors de grâce, cessez de vous masturber en vous imaginant dicter la nouvelle constitution. Imaginez plutôt des moyens de rendre les lois aux citoyens, c’est ça qui compte.

        Voila, c’était Yves.

        N.B. : j’assume parfaitement l’affirmation « 90% d’abrutis ». Non pas qu’ils soient débiles de naissance, mais de culture plutôt. Par exemple, je prends tous les paris que ce pourcentage serait vérifié sur une question comme « Parlez-nous de ce que contient la constitution européenne ».


        • Emile Red (---.---.97.246) 9 août 2006 13:23

          Il est hors de questions de parler d’épouvantails, le TCE est bourré d’injustices, d’alinéas liberticides, il est totalement assujéti au milieux affairistes et industriels.

          La lecture des annexes fait froid dans le dos, tant elles sont évasives sur les libertés individuelles et posées sur les obligations civiles.

          Et quelle est une constitution qui parle d’entreprise et d’économie plus que du bien publique et privé du citoyen ?


        • Marcel Patoulatchi (---.---.83.42) 10 août 2006 10:52

          Assumez en tout cas le fait que vous soyiez anti-démocrate. Il est certain que votre idéologie ne vous permettra jamais de proposer une Europe satisfaisante pour les démocrates, ceux qui ne prétendent pas que le pouvoir devrait être entre les mains de 10 % de la population.

          Vous ajoutez que finalement il aurait fallu adopter une Constitution faites par les malfaisants au pouvoir (je dis malfaisant, car vu comment vous décrivez leurs agissements, il ne peut que s’agir de cela), satisfaisant ces malfaisants, pour « rendre les lois aux citoyen ». Le moins que l’on puisse dire c’est que vous avez le gout du paradoxe. Parce que vous avez déjà déclaré que finalement vous ne voulez tenir compte que de 10 % des citoyens. Mais, de plus, parce qu’il est phénoménal de croire qu’on peut ôter un malfaisant en accroissant ses pouvoirs.


        • Gil (---.---.93.79) 12 août 2006 20:07

          Salut Yves,

          J’ignore si nous sommes à 90% abrutis, mais vous, vous êtes à 100% imbut de votre personne.

          Quand je vous lis, je suis fier de me compter dans les 90% d’abrutis. Ce TCE était réellement une horreur, il suffisait de le lire pour s’en aperçevoir...


        • (---.---.59.170) 9 août 2006 16:27

          Le TC à été justement rejeté, car il était horriblement socialiste et droit de l’hommiste, et aurait empéché toute réforme de fond en France pour des années, en coulant le reste de l’Europe par la même occasion. En plus il ne reconnaissaoit pas le role historique du christianisme, ni même de la gréce antique, pour faire plaisir aux Turques, que nous ne voulons pas.

          Les français ont senti cela, et rejeter ce texte ignoble pondu par des fonctionnaires obsédé de leur service public car de leur « travail » ou il glandent au frais du peuple. Aujourd’hui, grâce au rejet de cette merde, on peut privatiser la SNCF avec l’autorisation du Peuple, et rien ni personne ne peut plus prétendre contrecarrer ce choix souverain du peuple.

          La prochaine étape est le démentellement de la pac, et donc, la baisse des transfers financiers de la France à l’Europe. Il n’y a aucune raison pour qu’on paye pour des types qui ne sont rien pour nous.

          Sans doute il faudra adopter la troisiéme parti, tôt ou tard, car l’Union est avant tout une Union économique. Mais bon, en tout cas, pas la chartre des droits à la cons, qui est une veritable dictature (en quoi ce concerne le reste de l’Europe le jour ou on rétablira enfin la Peine de Mort ? Ce n’est pas leur probléme).


          • (---.---.18.221) 9 août 2006 19:48

            les fonctionnaires rendent des services au peuples, modestement obscurèment jour après jour. Ils font leur boulôt. Ah bien sûr ça ne fait « chic » sur les plateaux télé !

            Ceux qui glandent inutilement (et, eux, TRES cher payés) c’est dans les innombrables « réunions » de cadres sup où ça parlotte où on prrésente le dernier rapport, at pour ne pas parler des publicitaires, en voilà des parasites ! et nocifs, car la pub dégeulasse nos villes et nos campagnes, (et pourrit la télé et détruit la déontologie des journalistes), et les conseillers fiscaux (....), audits internes, golden boys boursiers, ceux-là ne produisent rien, détruisent et pourissent la société plutôt, et gagnent de millions.


          • (---.---.59.170) 10 août 2006 00:56

            « les fonctionnaires rendent des services au peuples »

            Ils IMPOSENT leur « services » de merde payé trés cher aux pauples, oui ! N’importe qu’elle boite privé fait 10 fois mieux qu’eux, tout le monde le sait : Un bloc d’inéficacité et de priviléges.

            « ceux-là ne produisent rien, détruisent et pourissent la société plutôt, et gagnent de millions. »

            Oui, mais ce ne sont pas les millions du peuple que la race des fonctionnaires parasites extorquent grace à la violence fiscale de l’Etat. C’est à cause des fonctionnaires succeur du sang du peuple nouveau noble de l’époque qu’il y a des chomeurs et des pauvres : si demain 1 million de fonctionnaires crevaient, automatiquement, (si pas remplacé et l’économie d ’impôt rendu aux travailleur) automatiquement deux millions d’emploi se créraient dans le privé, minimum, et sans doute plutôt trois. Les fonctionnaires sont des parasites qui vivent sur le dos du peuple.


          • yan (---.---.2.142) 13 août 2006 23:36

            Non, j’y crois pas, alors, il y a vraiment des gens qui ont l’air intelligent et qui peuvent penser ça ! Mais quel paradoxe !!!

            1 - comment peut-on penser qu’une entreprise bénévole (ben oui, l’état ne fait pas de fric...) est moins rentable qu’une entreprise qui génère du bénéfice réservé à quelques uns ?

            2 - France Télécom était public : pensez-vous que ça va mieux depuis que c’est privé ?

            3 - EDF est public : pensez-vous que sa privatisation va permettre un rendement aussi bon qu’actuellement ? Moi, j’avoue que la privatisation de la sécurité des centrales nucléaires et donc la mise en avant du rapport entre gain immédiat et sécurité à long terme me terrifie !

            4 - Nous avons 2 exemples de privatisations qui ont tourné au désastre : le transport ferroviaire anglais (avec la multiplication des accidents, au point de rendre ce service à nouveau public) et le réseau électrique de la Californie avec une infrastructure qui a été « rentabilisé » et ne peut donc plus supporter les pics d’électricité en l’été (pour les clims), comme en l’hiver

            4 - comment peut-on imaginer que des projets comme ITER, par exemple, qui nécessitent des investissement collossaux (100 milliards d’euros) avec un retour sur investissement improbable dans 40 ou 50 ans puissent être privés

            5 - ce système public qui fonctionne si mal, savez-vous qu’il vous fait économiser 100 000 euros par année universitaire que vous avez probablement faites (eh oui, c’est le cout, aux USA) et 15 000 euros pour une intervention chirurgicale quelconque !

            6 - pensez-vous vraiment que « ces feignants » que vous critiquez sans connaître (avez-vous déjà été enseignant ou infirmière ?) n’existe pas dans le privé ?

            Alors, avant de critiquer si ouvertement un système, me permettriez-vous de suggérer de faire le calcul entre tout ce que vous paierez et tout ce que vous recevrez, au cours de votre vie ? (impot + tva = éducation + santé + retraite + infrastructure + armée + justice + ... ?)

            Et si malgré tout, je ne vous ai même pas fait un peu douter de votre raisonnement, je reprendais à mon compte, c’est difficile à croire, cette phrase de Le Pen, repris récemment par Sarkozy : « La France, aimez-là ou quittez-là ! »

            A bon entendeur...


          • llumeao (---.---.94.27) 9 août 2006 18:22

            Il y a aussi ce projet :

            http://www.demexp.org


            • salokine (---.---.213.227) 9 août 2006 20:47

              Bonjour à tous,

              Pour étendre le sujet et aller dans le sens de l’analogie « code informatique » de nos lois et constitutions, je vous propose de regarder ce site http://salokine.hd.free.fr

              Il s’agit d’un espace de création de « code source » mais où l’objectif n’est pas de programmer un logiciel informatique mais bel et bien un système politique opensource ou le travail collaboratif est la base.

              Pourquoi ne pas l’utiliser pour décliner une nouvelle branche de programmation dédiée à un cadre pratique tel que le système politique Européen (rien que ça !).

              Bref sachez que ça existe, que c’est facile à utiliser et que ce genre de système à besoin des idées de chacun pour pouvoir correctement fonctionner et s’enrichir.

              A bientôt peut-être sur le site de Cosmopolis.

              Salokine.


              • CP (---.---.177.5) 9 août 2006 21:14

                L’Europe est un montage de l’oligarchie financière contre les peuples, un instrument de duming social et de verrouillage de la démocratie. C’est aussi une machine de guerre en construction.

                Le reste, c’est du baratin.


                • STEF (---.---.63.21) 9 août 2006 21:55

                  L’Europe EST une construction ne profitant qu’aux patrons et aux lobbys financiers !

                  La plus belle preuve en est que l’Europe privilégie l’immigration afin de peser sur l’emploi et ainsi réduire progressivement les revendications des travailleurs à une peau de chagrin, car comme aux USA, le patron aura beau jeu de dire : « Vous êtes d’accord ou alors c’est la porte, il y en a cinquante qui attendent votre job et sont prèts à vous remplacer »....

                  Ceci entre nombre d’autres choses, et pourtant je ne suis pas du tout gauchiste, mais je veux vivre dans un monde où je ne passerai pas ma vie comme esclave du travail fourni par des financiers aveugles et sourds sans aucune priorité autre que la santé et l’épaisseur de leur portefeuille !


                  • roumi (---.---.74.206) 9 août 2006 23:06

                    salut c’est roumi comme tout un chacun j’ai bien recu la brochure sur le tce . je l’ai lu et relu 54 heures de travail assidu !!!! peur etre moins sur la brochure que sur les explications diverses sur le net .

                    (le texte etais tellement ardu que mon « intelligence naturelle » y a succombe et j’avais tout devans les yeux ) franchement je la voulais cette EUROPE , mais j’ai du y renoncer non pas faute d’effort mais je comprenais petit a petit que au travers des alineas le redacteur me presentais un mille feuille inconsommable et qu’en plus il y avais qq directives a surtout ne pas digerer ?

                    monsieur Giscard d’etaing a pris son baton de pellerin pour mieux nous expliquer cela , nous a fait le coup de la culpabilisation pas de plan B . ben voyons ; quand un polytechnicien (n’oublions pas au depart c’est un militaire ) veut expliquer une situation complexe il vole tellement plus haut que son auditoire et c’est la fin ; le public s’endort et il s’enerve .

                    pour en revenir a ce projet de constitution europeene un travail collaboratif open sur le type open source j’y suis favorable par ce que j’y tiens . en europe il y as de multiples possibilitees et savoir faire .mais comment acceder a ce nouveau pouvoir.c’est la grosse question .

                    aux us ils ont faim de reconnaissance rapide donc de pragmatisme faut voir ! et ils en ont l’habitude du federalisme . leur systeme de vote est assez prehistorique ou sujet a caution .( les machines)

                    et fait que tu as evoque Yves les grosses boites de logiciel de traduction ont etes rachetes par les americains . c’est le plus inquietant .


                    • Stéfan Stéfan 10 août 2006 09:41

                      Excellent article, une approche originale, et pourtant quand on la lit on se dit : « Bon sang mais oui, c’est vrai ! ».


                      • (---.---.71.248) 10 août 2006 10:53

                        Salut c’est re-Yves.

                        Je vois que les commentaires ont pas mal dérivé par rapport au sujet d’origine, comme à chaque fois que l’on aborde certains thèmes, et le TCE en fait partie. Je vois que comme toujours le mécanisme est le même, un gros paquet d’affirmations balancées sans être étayées le moins du monde :

                        il « aurait empéché toute réforme de fond en France pour des années »...

                        il est « bourré d’injustices, d’alinéas liberticides, il est totalement assujéti au milieux affairistes et industriels »...

                        il est un « montage de l’oligarchie financière contre les peuples »...

                        et la perle (fautes d’orthographe sont d’origine) : « il ne reconnaissaoit pas le role historique du christianisme, ni même de la gréce antique » : et pas non plus celui des peaux de bêtes ou de la culture du blé, pourtant autrement plus importants.

                        tout cela manque un peu d’exemples concrets pour appuyer des affirmations qui sans cela ne sont que des opinions. Opinions qui sont fausses puisqu’une fois encore ce n’est pas le TCE qui fixe les conditions de notre vie quotidienne, ce sont les lois. Par exemple, la constitution américaine est la même depuis plus de deux cents ans. Les lois, par contre, ont changé, et le pays est loin d’être resté le même sur cette période. En France inversement, la constitution a changé pas mal de fois, et évolué plus vite que notre mode de vie.

                        Ce thread prouve encore une fois une chose : la réflexion collective est difficile, et même impossible dans certains cas. Elle devient vite un échange d’insultes et un défouloir extrémiste. Comme vu dans le sujet sur les commentaires dans AgoraVox, encore un peu et certains vont se faire traiter de nazis.

                        J’ajoute qu’à ma connaissance, cher Roumi, je n’ai pas parlé de « boîte de logiciel de traduction ».

                        Signé : Yves (dit le grand).


                        • krokodilo (---.---.210.39) 10 août 2006 18:46

                          Si l’on veut une Europe, une structure supra-nationale dotée d’une âme, bref, autre chose qu’un marché commun, il nous faut résoudre le casse-tête des langues, car le plurilinguisme c’est totalement irréaliste. D’ailleurs, même en admettant que chacun des européens parle trois langues à un bon niveau, cela ne suffirait pas à discuter entre européens dans toutes les combinaisons possibles, loin de là. Il nous faut donc nous choisir une langue auxiliaire, de préférence neutre et facile. Elle existe depuis un siècle, mais les gouvernants nous le cachent car cela perturberait trop d’habitudes et d’intérêts.


                          • roumi (---.---.74.206) 10 août 2006 22:27

                            non non yves

                            relis les post il y as pas mal de propositions , des liens et je crois que user frendly 1 avais recu ta visite !!! roumi « le petit »

                            vas voir le site de jean michel billaut pour decouvrir d’autres chose en moderne


                            • NingúnOtro (---.---.179.4) 25 août 2006 10:43

                              En vous lisant, je pense qu’on n’arrivera nullepart tant qu’on ne saura pas prendre une certaine distance des miriades de détails sur lesquels on peut discuter interminablement. Ce dont on à réellement besoin d’abord c’est de comprendre comment fonctionne la motivation des individus et de quelle façon les actes qu’en fonction de leur motivation ils ont déployes a travers de l’histoire de l’humanité à conditionné notre present.

                              C’est avec cette connaissance qu’on peut deviser des strategies pour changer le cours du futur.

                              Básiquement, il-y-a 2 sortes d’individús :

                              1. Ceux qui face a un problème cherchent des solutions qui beneficient à toute la communauté.

                              2. Ceux qui face a un problème cherchent des solutions individuelles et n’hesitent pas a faire tort a tout ceux qui risquent de rendre leur solution moins optimale.

                              Historiquement, le mouvement politique de gauche appartient au premier groupe, et celui de droite au deuxième.

                              Le premier groupe, sans la présence du second ... seraît capable de s’organiser socialement sous n’importe quelle theoríe sociale.

                              Le second groupe présent, aucune theoríe n’est envisageable ... c’est la competition darwinienne la plus brutale.

                              Dans le cadre de la competition perpetuelle du second groupe se forment des alliances toujours fragiles tendantes a maximiser les benefices a chaque instant.

                              C’est dans ce contexte que actuellement actuent plusieures alliances, cherchant leur survie en concentrant plus de resources que leurs adversaires. La droite, ce n’est pas une grande organisation monolithique qui lutte contre la gauche. Non, la droite, ce sont des individus avec des alliances circonstantielles qui se battent surtout entre eux, même si tant qu’il y aura des resources plus faciles a obtenir qu’en se battant entre eux ils vont exploiter la voie facile.

                              Alors, ou est-ce que ce scenario nous mêne en pensant au TCE ?

                              Il y a une association de gens appartenant aux deuxième groupe qui tient les rennes des Etats-Unis : les neo-conservateurs de Bush.

                              Alors la logique darwinienne de ceux appartenant au deuxième groupe en Europe n’a pas d’autre choix que d’organiser un contre-pouvoir capable de faire face aux neo-cons americains.

                              C’est pour ça que le traité constitutionnel européen nous venaít imposé d’en haut. C’est pour ça que le traité liberalisait l’economíe au maximum pour optimiser le pillage de resources au service de la confrontation avec les americains. C’est pour ça que le traité nous cachaít tant de provisions dans le terraine militaire, tant a nous comme aux americains ...

                              Nôtre problème, comme democratie 2.0 ou comme connecteurs, est d’envisager des strategies pour neutraliser progressivement ce deuxième groupe d’une façon globale. C’est a dire, décroître leurs pouvoirs et influences tout en les maintenant a des niveaux plus ou moins egaux pour qu’ils n’envisagent pas de s’attaquer entre eux en cherchant une victoire.

                              Pour ça, nous devons creer un résaux de communication capable de transmettre au peuple la logique qui nourit les resources de ce deuxième groupe pour que chacun pour soi et dans la mesure de ses possibilités arrète de les alimenter.

                              Tout le pillage acceléré des resources terrestres n’a pas d’autre but que d’alimenter les reserves de chacune des alliances, et c’est une course sans finish. La logique neocon est suicide !

                              Je crois que une fois que on sait comment fonctionnent vraiement les processus fondamentaux ... ce será beaucoup plus facile de discuter n’importe quel autre sujet dans un cadre logique coherent, et trouver des solutions pour agir effectivement.


                              • Fabien (---.---.239.175) 27 août 2006 03:29

                                Mais c’est pas vrai de lire tant de contre-vérités ! Pfiou... Qui a le plus profité du non ? ceux qui en Europe voulait juste un univers de libre-échange. Alors arrêtez un peu s’il vous plaît avec vos points de vue non en phase avec la réalité. Il y a quand même eu 46 % de français qui ont voté oui. Ils ne font pas parti du peuple ? Ils sont tous de droite ? smiley Enfin sur ce point : l’Espagne et le luxembourg ne se sont pas exprimés par référendum ? Ah, bah ça compte pas, ils ont été manipulés par leurs dirigeants... Bref.

                                Seul reproche que je ferais à l’article : pourquoi ne pas signaler que nous attendons toujours que l’ensemble des pays vote dans un sens ou dans un autre. A partir de là, vu que cela prend véritablement trop de temps, il est clair qu’il faut peut-être une autre initiative pour relancer l’Europe politique, puisque les tenants du non français ne nous ont toujours pas proposé de plan B. Et comme les dirigeants pour le oui non plus...

                                Donc si vous lancez votre projet, j’espère qu’il y aura un article sur Agora Vox.

                                Vivement une construction fédérale de l’Europe !


                                • NingúnOtro (---.---.69.63) 29 août 2006 03:43

                                  Extraît d’un post du 24.06.2006 sur vôtre blog :

                                  « Or, la ligne de clivage est pour moi au niveau de la construction d’une Europe politique. Car seule la France ne pourra pas peser face à la puissance américaine ou face à la montée en puissance de la Chine et de l’Inde. »

                                  Evidamment, nous parlons belle et bien de la même realité-verité. Et evidamment aussi, nous ne partageons pas la même opinion sur cette realité-vérité.

                                  Mercí quand-même de ne trouver qu’un seul reproche a me faire. Je remarquerais quand-même que la décision d’arreter le calendrier prévu pour les votations dans le reste des pays n’à pas du tout été démocratique, bien au contraire. Ils veulent cette constitution et pás une autre (il n’y à pas de plan B acceptable pour le oui), et ils ont arreté la débacle avant la fin. Mais le processus n’est pas fini, le réjet n’est pas total ... et il n’y a donc pas d’espace pour compter avec un plan alternatif.

                                  D’ailleurs, ce possible plan alternatif n’a aucune possibilité si il n’est pas proposé et accepté au même temps dans tous ces blocs que vous mentionnez : l’Europe, l’Amérique, la Chine et l’Inde, et peut-être quelques autres aussí.

                                  J’ai donc bel et bien lancé un appel a creer un réseaux mondial capable d’impulser une agenda comune simultanéement sur tout le globe, et j’ai proposé des critères d’adhesión a ce réseau.

                                  Le programme est simple : l’adherence a une logique et une ethique collective universelle capable de convaincre par son propre poids, et la propagation de la volonté active d’isoler tout ceux qui n’adherent pas a ce principe. Quelque chose de simple, tant comme ne pas faire a autruí ce qu’on ne voudrait pas subir nous-mêmes.

                                  Pas besoin de construire une grande force hégémonique pour ça, juste la liberté pour chacun de faire de son mieux pour contrer ceux qui s’opposent, de n’importe quelle façon honorable qu’on soit capable d’imaginer.

                                  P.S. : en ce qui concerne la victoire du OUI dans le référendum espagnol, les élécteurs furent bombardees par une campagne institutionelle de márketing pur et dur pour le OUI pendant quelques semaines, et puis trés peu avant le jour du référendum nous fut remis un bouquin de 174 pages titulé « Traité par lequel s’établit una Constitution pour l’Europe » que trés peu de gens eurent vraiement le temps de lire (la rédaction n’aidait pas, ça semblaît plutôt la petite lettre d’un contrat hipothécaire). Moi j’ai voté NON, la plupart à subit les effets du marketing professionel ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès