Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Europe Ecologie : derrière le rideau de fumée, les incohérences

Europe Ecologie : derrière le rideau de fumée, les incohérences

J’ai reçu cette semaine un mail concernant « Europe Ecologie », je pense qu’il apportera de l’eau au moulin de toutes celles et ceux qui s’interrogent sur la pertinence politique de cette liste proposée aux électeurs le 7 Juin prochain. Extraits choisis.

"Un projet écologiste ou plus largement alter-mondialiste ne peut exister hors d’un projet de gauche, clairement opposé au libéralisme et au capitalisme. L’écologie ne peut pas s’affranchir du clivage droite/gauche simplement par intérêt électoral, comme le conseille Daniel Cohn-Bendit aux Verts italiens : « Regardez à droite, soyez transversaux, car la gauche, pendant 4 ans, ne sera pas au pouvoir » (Alessandro Trocino, Corriere della Sera, 21/04/2009).

Pour vraiment débattre d’écologie pour les européennes, il faudrait déjà qu’Europe Ecologie reconnaisse publiquement que le traité de Lisbonne n’est que la copie du Traité Constitutionnel de 2005. Ce n’est pas une demande trop exigeante, Giscard le fait lui-même.

D’ailleurs, à sa lecture, le Traité de Lisbonne rappelle de bien mauvais souvenirs à celles et ceux qui ont combattu le TCE en 2005 :

Article 63-1 : « Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. »

Article 188 B : « L’Union contribue à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu’à la réduction des barrières douanières et autres. »

Article 39 : « La politique agricole commune a pour but d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole ainsi qu’un emploi optimal des facteurs de production, notamment de la main-d’œuvre ; »

Article 153 : exclut « toute harmonisation des dispositions législatives et réglementaires des États membres »

Article 130 : « ni la Banque centrale européenne, ni une banque centrale nationale, ni un membre quelconque de leurs organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions, organes ou organismes de l’Union, des gouvernements des États membres ou de tout autre organisme. »

Ce traité de Lisbonne continue clairement d’organiser l’Europe selon la doctrine libérale. Accepter de le ratifier, c’est dire dès aujourd’hui que les promesses écologistes ne sont que des projets morts-nés. Le traité de Lisbonne est le projet de Nicolas Sarkozy et des euro-béats pour qui tout ce qui est européen est positif, alors qu’ils n’ont de cesse de faire de l’Europe un espace de guerre économique.

Quand la quasi-totalité des élus Verts s’abstiennent le 04 février 2008 de voter contre la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne et aident ainsi Nicolas Sarkozy à bafouer le référendum de 2005, il s’agit d’un choix politique clair. Accepter cette confiscation démocratique c’est, de fait, choisir de ne pas s’opposer à l’Europe des technocrates et des experts, quoique l’on propose par ailleurs.

Ce refus de s’opposer au Traité de Lisbonne n’est pas un acte politique isolé, les dernières déclarations politiques des Verts en suivent le droit chemin.

Le 3 Avril 2009, suite à la mascarade du dernier G20, un communiqué des Verts annonce que « Le G20 a pris des engagements importants visant à renforcer la régulation financière, à la fois dans chacun des États et au plan mondial, allant jusqu’à la surveillance des fonds spéculatifs et l’appel à en finir avec le secret bancaire ». Alors que l’idée même d’un G20 soucieux de l’intérêt général semble absurde, les Verts approuvent ces fausses promesses. Est-ce là l’espoir du changement, laisser les libéraux "réguler" le monde grâce à leur bonne volonté si évidente ?

Le même communiqué poursuit : « Les américains ont élu Barack Obama, en rupture avec trente ans de libéralisme roi. Pour changer la donne, les citoyens d’Europe peuvent y faire écho, et soutenir des politiques nouvelles, solidaires et écologistes ». Barack Obama serait donc un modèle pour rompre avec le libéralisme, modèle politique auquel les Verts proposent de "faire écho" en Europe ! Il s’agit ici d’un parti politique dit écologiste qui se convertit sans détour à l’idéologie basée sur un projet de régulation du libéralisme.

Alors forcément, quand on fait d’Obama un modèle à suivre pour engager des « politiques nouvelles, solidaires et écologistes », on peut bien tout promettre. Mais a-t-on vu la vie des gens et l’état de la planète s’améliorer fondamentalement dans l’accompagnement du capitalisme ?

Ce communiqué de presse met au grand jour le fait que Les Verts, à travers la liste d’Europe Ecologie, portent un projet d’accompagnement vert du libéralisme, une écologie compatible avec les politiques libérales européennes. Si tous les militants d’Europe Ecologie ne sont sans doute pas des libéraux, soutenir un projet européen qui accepte les traités actuels reste parfaitement incompatible avec le fait de défendre une politique réellement écologique en Europe.

Ce choix politique servira à terme les sociaux-libéraux en défendant l’idée d’un "libéralisme durable", régulé, viable, sans poser clairement l’impératif écologique de sortie du capitalisme. La croissance verte, c’est juste polluer un peu moins pour polluer plus longtemps. Croire que le secteur florissant du « Green Business » peut être une solution d’avenir est mensonger. Personne n’a intérêt à sortir de la crise écologique quand elle lui procure tant de profits.

Ce choix politique d’une écologie libérale se retrouve logiquement dans le diagnostic de la "crise" actuelle. Dans les premières lignes du manifeste d’Europe Ecologie « Changer d’ère », on peut lire que le libéralisme est aujourd’hui simplement malade de "dérèglements des mécanismes financiers, la croissance de la famine, l’aggravation des inégalités".

Cela sous-entend que l’on pourrait le guérir, alors que le libéralisme est fondamentalement basé sur les inégalités ! Réguler le libéralisme c’est essayer de lui donner les habits du progrès mais le libéralisme durable, même repeint en vert, c’est avant tout un libéralisme qui dure. Adhérer à une vision accidentelle de cette crise, c’est croire possible l’existence d’un libéralisme vertueux, écolo-compatible.

On peut avoir changé d’avis depuis 2005 et penser que finalement le TCE était un texte progressiste. On peut se dire que l’écologie dans l’Europe libérale du traité de Lisbonne, c’est possible parce que l’écologie c’est du ni droite ni gauche. Mais franchement, c’est se voiler la face.

Le programme d’Europe Ecologie promet une Europe qui « s’opposera frontalement à la concurrence sauvage » mais ne combat pas un traité qui stipule que « toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. »

Le programme d’Europe Ecologie promet une Europe basée sur une « harmonisation fiscale » mais ne combat pas un traité qui exclut « toute harmonisation des dispositions législatives et réglementaires des États membres »

Pour masquer ces incohérences derrière de belles promesses, le projet d’Europe Ecologie annonce que le TCE et le traité de Lisbonne sont "dépassés". On ne peut difficilement faire plus simple pour en faire une affaire classée :

"Le traité de Lisbonne, que nous ayons voté oui ou non, est déjà dépassé. L’union européenne, cinquante ans après la constitution du marché commun, doit franchir un nouveau cap, celui de la co-souveraineté partagée entre peuples, Etats et citoyens. Nous devons sortir de la logique intergouvernementale et rédiger une Constitution pour l’union européenne, courte, lisible, qui fixe les principes et les droits fondamentaux, et répartisse les compétences en donnant un contenu à la citoyenneté européenne. Cette constitution devra être votée le même jour dans toute l’union avec un résultat à la majorité qualifiée." (Tract Europe Ecologie "Pour une Europe Juste").

Comment promettre une « co-souveraineté partagée entre peuples, états et citoyens » quand on refuse déjà, en France, un référendum sur le traité de Lisbonne ? On ne peut pas tendre la main gauche et frapper du droit dans la seconde qui suit... Malheureusement, c’est toujours la même histoire : lorsque l’on veut débattre des choix politiques et non simplement, comme le propose Europe Ecologie, du fonctionnement institutionnel de l’Europe, les promesses de démocratie s’envolent.

Je me suis opposé aux Verts lors du référendum sur ce point et je continue de le faire aux Européennes car le fond du problème n’a pas changé. Le revirement de José Bové est un écran de fumée qui ne suffit pas à faire croire que le Traité de Lisbonne laisse la place à une révolution écologique, démocratique et sociale en Europe, alors qu’il sort tout droit de la poche de Nicolas Sarkozy.

Pour vraiment défendre une écologie de gauche et donc stopper le Traité de Lisbonne, on ne peut faire confiance à la droite qui l’a rédigé, ni au PS et aux Verts qui l’ont adopté au Parlement européen et veulent classer ce dossier au plus vite ! Nous ne devons pas laisser la gauche de transformation sociale et l’écologie politique de gauche disparaître du tableau."


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 27 mai 2009 11:00

    Ce type d’article négatif, pondu par des militants politiques, est plus que lassant.


    • lulubzh 31 mai 2009 09:27

      Oui ce mail est venu d’un militant politique, il n’y a ici que quelques extraits. mais en quoi est-ce un défaut ? Le fond reste juste.


    • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 11:23

      Un projet écologiste ou plus largement alter-mondialiste ne peut exister hors d’un projet de gauche

      la gauche n’existant plus , on peut se demander qui cette liste sert objectivement ???
      De telles affirmatin décrédibilisent totalement les verts , non l’écologie n’est pas de droite ni de gauche , elle est l’écologie , un point c’est tout !


      • Marianne Marianne 27 mai 2009 13:05

        Bonjour Le Chat,

        Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que de nombreux écologistes estiment qu’on ne peut pas enrayer les catastrophes en cours comme la déforestation de l’Amazonie, les changements climatiques ou la pollution des fleuves et des rivières (90% sont polluées en France !) ainsi que celle des mers du globe sans modifier en profondeur les règles du jeu économiques.

        Tant que les industriels (du pétrole, cf. les marées noires et les porcheries industrielles, excusez-moi, mais j’aime beaucoup la Bretagne) auront des droits de polluer (il paraît même que ça s’achète !), les choses n’évolueront pas dans le bon sens. C’est pourquoi, pour moi, l’écologie rime avec une condamnation sans concession de ce système économique qui fait primer le droit de faire de l’argent sur tous les autres.

        Et quand je vois que le Mouvement Européen dont D. Cohn-Bendit est membre (vice-président) est financé entre autres par TOTAL, je me dis que José Bové et Eva Joly n’ont rien à faire dans cette galère et qu’ils se font avoir !
        A ce sujet vous pouvez trouver plus d’informations sur les choix libéraux de Cohn-Bendit ici : http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=352:europe-ecologie-les-verts-passent-au-ni-droite-ni-gauche-&catid=83:notes-de-campagne&Itemid=120

        Concernant le réchauffement climatique par exemple, l’Europe (contrairement aux USA) a décidé de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% d’ici à 2020.
        Devant l’urgence de la situation, onze ONG viennent de lancer un appel pour que ce chiffre passe à au moins 40% d’ici à 2020. Elles comptent recueillir un million de signatures d’ici le sommet mondial de Copenhague en décembre prochain.

        « Le dérèglement climatique n’est pas qu’une histoire d’écologistes mais d’amoureux du genre humain », a indiqué lundi Serge Orru, directeur général du WWF-France, pour justifier l’association du WWF ou de Greenpeace avec Médecins du Monde, le Secours catholique, Oxfam ou Action contre la Faim (ACF).

        « Déjà, 98% des catastrophes dites naturelles sont liées au climat : d’ici 2015, 375 millions de personnes pourraient en être victimes », explique Luc Lamprière, directeur d’Oxfam-France.

        « En 30 ans, le nombre de catastrophes naturelles a été multiplié par 4, et celui des victimes est 40 fois plus élevé dans les pays en développement que dans les pays développés », renchérit François Danel d’ACF, insistant sur les « effets déjà visibles » du réchauffement sur le terrain.

        Pour Pascal Husting, directeur de Greenpeace France, chefs d’Etat et de gouvernement devront s’engager à Copenhague, non seulement sur des objectifs de réduction mais aussi sur l’aide aux pays les plus vulnérables, petites îles, Afrique et certaines régions d’Asie.

        « C’est un appel à la responsabilité politique : il ne faut pas négocier avec le changement climatique, mais agir ».

        L’appel est également co-signé par la Fondation Nicolas Hulot, les Amis de la Terre, le Réseau Action Climat, Care, le Secours catholique et la Fédération internationale des droits de l’Homme.

        Signez la pétition ici :

        http://www.copenhague-2009.com/copenhague-2009


        Dernière chose : connaissez-vous ces écologistes de gauche qui font partie du groupe GUE (Gauche Unitaire Européenne) au parlement européen ? 

        NGL (Gauche verte nordique) : http://www.nordic-green-left-alliance.org/en/platform.htm

        Extrait de leur profession de foi : 

        « Nous voulons une société fondée sur la prise de conscience sociale. Malgré les importantes réalisations de ces derniers siècles, la société européenne d’aujourd’hui est de plus en plus caractérisé par l’élargissement du fossé entre riches et pauvres, l’augmentation des niveaux de chômage et l’exclusion sociale, la destruction systématique de l’environnement naturel, de plus en plus d’aliénation du processus politique et la menace de le racisme et le nationalisme réactionnaire. Nous voulons une société de bien-être basée sur une répartition équitable du travail et du revenu, la subordination de l’économie de marché aux besoins des êtres humains, l’accent étant mis sur l’appropriation sociale et collective dans le cadre d’une économie mixte, et la reconnaissance de notre obligation envers l’environnement, le monde en développement et les générations à venir. »




      • Emile Red Emile Red 27 mai 2009 14:02

        Marianne vous dites exactement ce que je pense depuis l’apparition de cette liste contre nature.
        Contrairement à ce que dit Le Chat, un projet écologique et plus largement alter est bien ancré à gauche si ce n’est plus loin encore.
        On ne peut penser écologie sans penser social, un système voué à la décroissance ne peut être de droite en tout cas libérale.

        Je suis désolé de dire que pour la première fois depuis longtemps, je ne voterai pas pour une liste écologiste, la position des verts au TCE m’avait déjà fortement déplu mais là le bouchon pousse un peu trop loin. Cohn Bendit me dégoute profondément dans ses prises de positions et son omniprésence est particulièrement inopportune.


      • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 14:42

        salut Emile ,
        quand on voit le massacre écologique réalisé en Chine , en URSS et autres pays relevant de l’idéologie marxiste dont se réclame le petit facteur , je doute beaucoup
        des bienfaits du socialisme sur l’environnement !

        je voterai écolo , mais pas « de gauche » , et donc pour Lalanne .


      • Croa Croa 27 mai 2009 23:23

        Bravo Le Chat,

        Comme toi « je voterai écolo , mais pas « de gauche » , et donc pour Lalanne »

        Plus exactement,  je voterai écolo , mais pas « de gauche » , encore moins « de droite » et donc pour Lalanne  smiley


      • Emile Red Emile Red 28 mai 2009 10:07

        Le Chat

        Qui a dit que l’URSS ou la Chine aient été de gauche ?

        Quand je parle de gauche ou plus loin encore, je parle de social, de liberté et d’égalité, tout ce que ces pays appliquent peu ou pas, comme d’ailleurs les droites de tout poil. L’autoritarisme a toujours été de droite même masqué derrière une idéologie de gauche.

        Lalanne est de droite, PDG autoritaire d’une boîte de jouets, arnaqueur à l’état et soutien de Bayrou, soudain il se pare d’un manteau vert pour mieux se faire voir et propagander pour sa soupe new-age décatie.


        Au fait une petite info, si la Chine est le plus gros pollueur de la planète il faut savoir que ce pays moyennageux il y a cent ans, est en passe de devenir le premier pays vert au monde, il ne compte pas ses efforts pour limiter la pollution et prévoit de quadrupler son réseau urbain de transport en commun ferré avant 2015, il est le premier investisseur dans la recherche consacrée aux énergies vertes et est en train d’appliquer des normes drastiques aux entreprises polluantes.




      • Frabri 27 mai 2009 12:16

        « europe écologie » c’est l’écologie réformiste qui est pratiquée depuis qu’il y a des partis écolos c’est dire depuis un quart de siècle a peu prés.
        Depuis qu’il y a ces partis écolos et qui ont participé au pouvoir il n’y a pas de moins en moins de problèmes écologiques, il y en a de plus en plus. On peur douter de leur efficacité.

        « europe écologie » c’est l’écologie réformiste tandis que « europe décroissance », c’est l’écologie alternative.
        http://www.europedecroissance.eu/


        • logan 27 mai 2009 12:32

          Tout à fait d’accord avec l’auteur de l’article.

          Europe écologie, tout comme le PS et le modem sont à placer sur le même plan d’incohérences et d’hyppocrisie vu qu’ils acceptent tous le traité de Lisbonne et que leurs propositions sont contraires en bien des points avec ce que continue de mettre en place ce traité.

          Dans cette campagne, tous les aspects négatifs de l’Europe ainsi que toutes les responsabilités sont niées, et une nouvelle fois nous faisons face, pour ces partis, à tout un tas de promesses qui font office de voeux pieux, c’est comme cela depuis des disaines d’années ...

          On nous promet une europe sociale et écologique, et personne ne voit rien venir. Ces promesses sont toujours repoussées à une date ultérieure, c’est le cas encore ici vu qu’ils adoptent le traité de Lisbonne, et qu’ils repoussent la mise en place de modifications à ces traités pourtant nécessaires pour mettre en place leurs promesses à je ne sais quand.

          Seule alternative, car aujourd’hui il en existe une, c’est de voter pour le front de gauche ou pour le NPA, afin d’éjecter tous ces gens du pouvoir et de défendre vraiment ( en s’opposant aux directives libérales ) cette europe alternative au niveau européen.

          Bien sur cette alternative passe aussi par l’élection présidentielle, vu que seul le conseil européen possède le pouvoir de décider une révision des traités ( et en l’occurance d’enterrer le traité de Lisbonne ). Mais on n’en est pas encore là.


          • LeGus LeGus 27 mai 2009 18:19

            Vous persistez à poster hors de propos, je persiste donc avec la même objection :

            Rhalala

             La question de la déchéance de la nationalité Française pour les BI-nationaux condamnés doit être posée par les élus de la république à l’assemblée nationale

            Vous pensez sans doute aux crimes de guerre, comme ceux commis à Ghaza ?
            Ou vous réservez ça uniquement aux « islamo-gôchistes-rouge-brun-dieudonnistes-quimangentnoszenfants ».

            Vous êtes conscient que votre avatar est une caricature et pas un héros ?


          • docdory docdory 27 mai 2009 21:39

            @ Lulubzh


            Merci pour cet excellent article qui réduit en pièce l’imposture absolue de tous ceux qui se prétendent pour le respect de l’environnement et le progrès social et on pourtant voter pour le très anti social et anti écologique TCE / Lisbonne . 
            Cohn Bendit devrait plutôt s’appeler Décohn- Bendit ! 

            • Croa Croa 27 mai 2009 23:31

              « Cohn Bendit devrait plutôt s’appeler Décohn- Bendit ! »

              Pas mal ! smiley

              Bien mieux que « Dany le rouge », son surnom habituel alors que ce type n’est ni rouge ni vert !


            • xray 27 mai 2009 22:01

               

              Plus la date des élections approche, plus les discours deviennent vides. 
              Encore une fois, ceux qui seront élus, seront ceux qui auront le mieux crétinisé l’électorat. 

              Le piège européen :
              Le piège est fermé définitivement. Il ne s’ouvrira plus. Vous pouvez voter pour ce qu’il vous plaira. Cela n’a plus aucune importance. 

              Par sa diversité d’intérêts nationaux, l’Europe est ingérable. 
              Les hauts fonctionnaires le savent très bien mais ils gagnent à se taire. 
              Pour ceux qui détiennent le pouvoir, la seule échappatoire est de pourrir la vie du plus grand nombre. On peut compter sur les élus européens pour s’y employer. 


              Le bourbier européen 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 

              Les 12 impasses de la construction européenne 
              http://www.u-p-r.fr/ 

              Un Rabbin appelle à voter pour la liste anti sioniste.
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/08/un-rabbin-appelle-a-voter-pour-la-liste-anti-sioniste.html 

              La dictature de l’image
               
              http://echofrance37.wordpress.com/ 

              La niche à chien fait de la résistance.
               
              (Par nature, les fonctionnaires sont toujours à la recherche de quelque chose à voler.) 
              http://echofrance23.wordpress.com/ 

              Qu’elle soit matérielle ou cérébrale, 
              La misère est le fondement de la société de l’argent. 


              • Croa Croa 27 mai 2009 23:42

                « Vous pouvez voter pour ce qu’il vous plaira. Cela n’a plus aucune importance.  »

                Tout à fait mais est-ce une raison pour fermer sa gueule ?

                C’est pour cela qu’il faut voter mais n’importe quoi sauf pour ceux qui nous ont amené là et soutienent le système !

                Sans vous obliger,
                On peut même choisir d’approuver de bonnes idées portées par des candidats sincères, les écologistes indépendants par exemple.


              • Emmanuel38 28 mai 2009 08:30


                Rien à fiche de COHN-BENDIT ! Il n’est que le 1/8° de la partie éligible des listes EUROPE-ECOLOGIE.

                On ne vote pas pour ou contre Cohn-Bendit, mais pour ou contre Europe-Ecologie, c’est-à dire pour ou contre les seuls défenseurs de la planète susceptibles d’entrer au Parlement Européen.

                Donc, pour ou contre 8 candidats à la fois, ceux que l’on peut considérer comme raisonnablement éligibles , c’est-à-dire DCB mais aussi, pour commencer, EVA JOLY en IdF, ex-magistrate de renom international pour sa lutte constante contre la corruption politico-maffieuse.

                Et aussi, pour ou contre chacune des têtes de liste dans les autres eurorégions métropolitaines : Jean-Paul BESSET, ex-porte-parole de Nicolas HULOT dans le Massif Central, Sandrine BELIER ex-présidente de France-Nature-Environnement dans l’Est, Yannick JADOT ex-directeur des campagnes de GREENPEACE, Hélène FLAUTRE seule députée Verte sortante réinvestie, Michèle RIVASI (Verte depuis peu) mais surtout fondatrice du labo de la CRIIRAD en 1986.

                L’Etat et le lobby nucléaire coalisés ont prétendu que les nuages avaient eu peur de nos gabelous, et ont laissé les habitants de l’Est de la France et de la Corse s’empoisonner à l’iode 131, alors que l’information sur quelques précautions simples aurait permis de s’affranchir de la plus grande part de ces contaminations.
                Voilà ce que Michèle RIVASI a mis à plat, Messieurs CROA & LE CHAT . 
                Voilà qui votre candidat chanteur-poète LALANNE, écologiste « indépendant » tombé de l’avant-dernière pluie, essaye d’empêcher d’être élue, en se présentant contre elle dans le Sud-Est. 

                C’est à pleurer....

                Il y a encore José BOVé, que l’on ne présente pas, mais dont il semble utile de rappeler à certains, y compris prétendus « indépendants » (l’« indépendance » de la liste « Ecologie Indépendante », j’y reviendrai probablement dans quelques jours) qu’il a fait des mois de prison pour avoir obéi à ses seules convictions.

                Cibler DCB, c’est donc attaquer tous ces gens là à la fois, et d’abord Eva JOLY.

                COHN-BENDIT n’est,dans tout ce panel, que celui que Jean-Paul BESSET, initiateur d’Europe-Ecologie, a choisi comme clairon.
                Ni plus, ni moins.


                • Iren-Nao 31 mai 2009 11:46

                  @ Emmanuel 38

                  Ce que vous dites la n’est pas faux du tout.

                  Il faut reconnaitre que Cohn Bendit fait un peu desordre, il est rentre dans la politique professionelle depuis longtemps, on le retrouvera ministre chez Sarko ou la ou la soupe est bonne.

                  Ne suivant guere les infos francaises (ou autres d’ailleurs) je n’ai que recemment decouvert la fort gracieuse Sandrine Belier dont le ramage vaut bien le plumage, je la classerais volontiers espece protegee, et la Belle me parait vraiment faire le poids.
                  A mon idee, sujet a suivre.
                  Votez pour elle.

                  Quand a Bove, effectivement on se demande ce qu’il fout avec Cohn machin.

                  Quand a l’article, je trouve qu’il pose un certain nombre de vraiment bonnes questions.

                  Cordialement

                  Iren-Nao

                  Iren-Nao


                • lulubzh 1er juin 2009 09:25

                  Ce dont il est question ici n’est pas simplement de Cohn-Bendit, mais de propositions collectives basées sur des mensonges.


                • bones bones 2 juin 2009 17:08

                  effectivement il s’agit de bons gros mensonges dans ce pseudo-article, ceux que répandent les bas du front de gauche sur le rassemblement des écologistes, et visiblement ces attaques étaient leur seul programme, ah non pardon il y avait aussi le « pour en finir avec la crise revenons aux 30 glorieuses »...

                  pour les autres plutôt que de gober n’importe quoi allez lire le programme d’EE qui est résolument de gauche et antilibéral. Ou alors peut être que lulumachin à raison, et que Bové et tous les militants alter n’ont pas compris le manifeste qu’ils ont signé ! merde on s’est fait avoir, on aurait dû engagé lulumachin comme super-conseiller politique !
                  pfff


                • gaëtan 2 juin 2009 18:08

                  Tout ces propos sont faux.

                  Cohn Bendit est un vrai écologiste. Il est Vert comme moi et beaucoup d’autres. Avec les militant du quotidien et beaucoup d’autres on forme le peuple écologiste. On n’est pas une secte mais un mouvement engagé dans la politique pour faire évoluer notre société vers le mieux vivre.

                  Vous êtes tous des enragés, vous vous dites de gauche mais vous lui faite du mal à la gauche.
                  Mais nous n’avons pas peur. Europe Ecologie est plus qu’un petit front de gauche, Europe Ecologie est une force de changement qui demain prendra sa part dans la gouvernance du local au global.

                  Ce genre d’article est indigne. Il est destiné simplement à faire douter les indécis. Sauf que tout vos arguments sont faux. Tous. Sans exeption. Nous sommes écologiste, pour le progrès social. Désolé pour vous mais vous êtes d’une autre époque.


                  • Cédric 2 juin 2009 20:18

                    L’Europe n’a pas la couleur de ses traités, elle a la couleur de ses élus. A nous tous de faire sorte qu’elle soit verte à partir du 8 juin !
                    Certes, le traité de Lisbonne ne va pas assez loin mais il permettrait (notamment) au parlement d’avoir la main sur la PAC, ce qui est fondamental pour agir sur cette agriculture productiviste qui détruit l’environnement sans parvenir à nourrir la planète !
                    L’écologie de l’auteur de l’article est-elle une écologie pro-nucléaire, à l’image de la tête de liste du front de gauche, Patrick Le Hyaric en Ile-de-France ? Voir http://lipietz.net/?breve350


                    • lulubzh 3 juin 2009 09:30

                      Vous êtes marrants, encore des grands discours mais rien sur le fond, comme d’habitude. Pas un gramme de contre-propositions cohérentes. Et non, l’Europe n’aura pas la couleur de ses élus avec un traité comme celui de Lisbonne puisque ce traité est un traité POLITIQUE et donne les orientations contre lesquelles vous serez bien incapables de revenir avec vos beaux discours... relisez les articles du traité cités dans l’article et expliquez donc sur le fond en quoi ceux-ci sont acceptables, puisqu’apparemment pour vous ils le sont... Un peu d’idées plutôt que des paroles en l’air, pour une fois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

lulubzh


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès