Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Europe : transparence du lobbying ?

Europe : transparence du lobbying ?

EPACA et SEAP, est-ce que ces sigles signifient quelque chose pour vous ? Non, bien entendu, puisque seuls les initiés les connaissent. Et ces initiés sont ceux qui décident ou influencent durablement la vie quotidienne des citoyens européens.

L’EPACA (European Public Affairs Consultancies Association) et la SEAP (Society for European Affairs Professionals) sont les plus grandes organisations représentant les lobbyistes du secteur privé auprès des institutions européennes.

Ces deux organisations se sont récemment distinguées en s’opposant à « toute mesure de communication obligatoire des pratiques de lobbying, défendant le secret et les accès privilégiés au nom de «  l’auto-régulation » ainsi que des codes de conduite et des systèmes d’enregistrement facultatifs.

Les lobbyistes commerciaux se sont également opposés à la divulgation d’informations financières vérifiables au sujet de leurs activités, arguant que « l’argent et l’influence sont deux choses différentes », que le processus serait trop lourd et que cela compromettrait le droit à la vie privée de leurs clients - bien que nombre de ces derniers soient basés aux Etats-Unis et aient déjà, au titre de la législation américaine sur la communication des activités de lobbying, communiqué de telles informations... / ...  » Source Alter EU.

Transparence, vous avez dit transparence ? Mais que représentent vraiment ces lobbies et sont-ils vraiment déterminants ?

Selon le commissaire chargé des affaires administratives, de l’audit et de la lutte anti-fraude, Siim Kallas, « on compte actuellement environ 15 000 lobbyistes à Bruxelles (consultants, avocats, associations professionnelles, entreprises, ONG) qui tentent d’influencer les fonctionnaires de la Commission et les députés européens  ».

Près de 2 600 groupes d’intérêts spéciaux ont un bureau permanent à Bruxelles et génèrent entre 60 et 90 millions d’euros de recettes par an.

En clair, la très grande majorité (pour ne pas dire la totalité) des décisions prises par les commissaires ou les députés sont dictées ou livrées clés en main par les entreprises ou groupes de pressions.

L’eurodéputé finlandais et l’auteur du rapport, Alexander Stubb n’en fait pas mystère et affirme que : « les lobbyistes jouent un rôle essentiel dans le travail effectué par les eurodéputés et le processus de prise de décisions politiques qu’il mènent serait très médiocre sans leur contribution. Il a ajouté que ce rapport assure une égalité de traitement des lobbyistes et nous améliore la transparence...  » On peut lire le rapport ici.

Au moins, nous sommes rassurés par la qualité des élus qui sont en charge des affaires de l’Union !!! Des propos qui donnent froid dans le dos lorsqu’on continue à vouloir nous faire croire à la démocratie européenne.

Alter EU, qui défend la mise en place d’un « registre obligatoire » indiquant un maximum de transparence, nous donne un exemple, sur son site, de dérive constatée :

« ... Les campagnes des groupes de pression des entreprises font le plus souvent en sorte de garder le silence sur leurs véritables motivations. Les lobbyistes montent des sociétés-écrans, prétendent provenir d’organisations à but non lucratif ou encore financent de soi-disant "experts indépendants".

En 2005, on découvrit que la "Campaign for creativity" (C4C), qui se présentait comme une organisation d’artistes, de musiciens, designers, développeurs de logiciels et autres professions de création, était en réalité orchestrée par Campbell Gentry, une agence de relations publiques. C4C a été très active pour faire pression sur les membres du Parlement européen afin de faire adopter des protections importantes sur les brevets logiciels, une position favorable aux intérêts des grandes multinationales du logiciel. Bien que leur site web mentionne un vague "soutien" des multinationales du logiciel Microsoft, SAP et de l’association industrielle CompTIA, l’impression d’ensemble était celle d’une campagne menée par des individus... »

La lecture du Livre Vert de la commission européenne (2006) devrait permettre aux internautes de mieux comprendre le formidable enjeu de la transparence.

Extrait : Lobbying définition et concept de base.

Aux fins du présent livre vert, on entend par « lobbying » toutes les activités qui visent à influer sur l’élaboration des politiques et les processus décisionnels des institutions européennes.

De la même façon, on entend par « lobbyistes » les personnes qui se livrent à ce type d’activités et qui travaillent dans toute une série d’organisations telles que les cabinets de consultants spécialisés dans les affaires publiques, les cabinets d’avocats, les ONG, les groupes de réflexion, les groupes de pression au sein des entreprises (« représentants internes ») ou les groupements professionnels.

Pour permettre une discussion fructueuse sur la façon de définir l’activité de lobbying au niveau de l’Union européenne, il est nécessaire de définir le cadre de base sur lequel doivent reposer les relations entre les institutions de l’Union européenne et les lobbyistes. Pour la Commission, les aspects suivants sont essentiels :

1. le lobbying est une activité légitime dans le cadre d’un système démocratique, qu’elle soit menée par des citoyens ou des entreprises, des organisations de la société civile et d’autres groupes d’intérêt ou par des entreprises travaillant pour le compte de tiers (spécialistes des affaires publiques, groupes de réflexion et avocats) ;

2. les lobbyistes peuvent contribuer à attirer l’attention des institutions européennes sur des questions importantes. Dans certains cas, la Communauté offre un soutien financier, afin de veiller à ce que les opinions de certains groupes d’intérêt puissent
être exprimées de façon satisfaisante au niveau européen (les intérêts des consommateurs, des citoyens souffrant de handicap, des intérêts écologiques, etc.) ;

3. les institutions européennes ne doivent pas toutefois subir d’influences indues du fait d’activités de lobbying inadéquates ;

4. lorsque des groupes de pression cherchent à contribuer à l’élaboration des politiques dans l’Union européenne, les citoyens de l’UE doivent être clairement informés de la contribution qu’ils apportent aux institutions européennes. Ils doivent également connaître clairement les entités que ces groupes représentent, en quoi consistent leur mission et la façon dont ils sont financés ;

5. l’obligation faite aux institutions européennes de déterminer et de garantir l’« intérêt général de la Communauté » va de pair avec leur droit de tenir des délibérations internes sans ingérence d’intérêts externes ;

6. les mesures dans le domaine de la transparence doivent être efficaces et proportionnées... /...

Au-delà du fait qu’aucun élu, responsable ou journaliste français ne nous ait donné la moindre information sur ce sujet, globalement, on se demande pourquoi les citoyens d’Europe votent pour un Parlement européen « très médiocre  » qui n’est qu’une chambre d’enregistrement des demandes lobbyistes.

Nous avons récemment évoqué le fait qu’il est anormal que les membres de la Commission européenne et a fortiori son président ne soient pas désignés par le Parlement. Cette fois-ci, nous nous demandons simplement si le système politique européen n’est pas simplement une imposture.

A méditer lors du prochain scrutin pour l’élection des eurodéputés...

Bibliographie
EPACA liste des membres
SEAP liste des membres
Les lobbies au Parlement européen
Crédit photo
Parlement européen (Nota : le commentaire de cette photo s’intitule : Embouteillage de lobbyistes au Parlement européen)

Crédit, sources et copyrights
Euractiv
Alter EU


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 17 avril 2008 17:37

    Utile rappel

    "...les lobbyistes peuvent contribuer à attirer l’attention des institutions européennes sur des questions importantes..."

    Exact ! Par exemple , Monsanto peut "attirer l’attention " sur ses nouveaux produits...

     


    • ZEN ZEN 17 avril 2008 17:40

      Je me permets d’en rajouter une couche...

       

      -Europe : feu la démocratie

      Bilderberg & Co : le lobbying de l’European Round Table à Bruxelles

      " .... le lobbying court circuite littéralement le processus démocratique.Les cas sont innombrables, AMI, REACH, réforme des retraites pronée par les compagnies d’assurance privée, OGM, graisses et sel dans l’agrolimentaire, campagnes de vaccination, nucléaire, guerres etc...je me permets... de mettre un lien vers un article qui parle du lobbying au niveau européen pour "réformer" l’école, c’est-à-dire la diparition programmée des enseignants et les bienfaits des logiciels, (la formation tout au long de la vie) et la privatisation complète du système éducatif. C’est écrit dans les rapports des lobbies et groupes d epression, et recopié tel quel dans les textes de la Commission...Les gens vont dire "oui mais les syndicats aussi ce’st des lobbies". Certes, mais comparé aux multinationales les syndicats n’ont aucun poids, ni nationalement, ni internationalement (sinon les choses se passeraient autrement).Tiens, un truc à savoir : Frederic Lefebvre, député UMP et membre de la commission sur l’avenir de l’audiovisuel public, a un cabinet de lobbying (pic conseil) dont sont clientes de grosses multis concernées par ce domaine (et d’autres , Suez, Bouygues, Alcatel, Sodexho, les casinos Lucien Barrière, le fabricant de rhum Bacardi, le cigarettier Altadis) Mais ce ’nest pas le seul, ce qui se passe à l’Assemblée se passe dans toutes les institutions, nationales ou internationales, loin du regard des citoyens à qui on demande seulement de payer leurs impots et de se taire." (Ceri)

      La Planète des Lobbies.
      ".. Bienvenue dans la « Lobbycratie » bruxelloiseLa complexité des procédures de prise de décision, le fait que les décideurs n’aient pas toujours de comptes à rendre et le manque de véritable débat public au niveau européen font de Bruxelles un petit paradis pour les lobbyistes des entreprises. Bruxelles rivalise désormais avec Washington D.C. pour le titre de capitale mondiale du lobbying. La scène du lobbying industriel à Bruxelles compte plus de mille lobbies, des centaines d’entreprises de relations publiques et de cabinets d’avocats proposant des services de lobbying, des douzaines de thinktanks financés par les intérêts industriels ainsi que les « bureaux des affaires européennes » de plusieurs centaines d’entreprises différentes. La grande majorité des 15.000 professionnels du lobbying qui travaillent à Bruxelles représente les intérêts de grandes firmes..."


      - Novethic.fr :
      "...L’Observatoire européen des entreprises, une ONG néerlandaise créée en 1997 pour surveiller le lobbying des multinationales, assure au contraire qu’il est très difficile de savoir à quel point la Commission est influencée et regrette que l’Union européenne ne se soit pas dotée d’une réglementation semblable à celle qui existe aux Etats-Unis et qui force les multinationales à publier les informations relatives à leurs activités de lobbying. "Mais de toute façon, d’un point de vue démocratique, le système des lobbies ne nous semble pas une bonne solution, note Erik Wesselius de l’Observatoire européen des entreprises, Dans la "lobbycratie", on paie pour avoir de l’influence et cela renforce le côté bureaucratique de l’Europe. Il vaudrait mieux que les questions européennes aient plus de place dans le débat public."
      Autre argument des anti-lobbies : le manque de contre-pouvoir. Face aux entreprises, ONG, syndicats et associations humanitaires disposent en effet de peu de moyens. Selon l’Observatoire européen des entreprises, seul 10 % des lobbyistes travaillent ainsi pour des ONG. Ils ne sont par exemple qu’une petite centaine dans les organisations de défense de l’environnement. "Ce déséquilibre pose problème, souligne Paul Lannoye, député européen écologiste, Car les entreprises financent toujours des quantités d’études pour justifier leur point de vue et les ONG ne peuvent pas en faire autant."

      Le lobbying à Bruxelles : une menace pour la démocratie ?

      -Les lobbies, instrument de la démocratie ?


      • brigit brigit 18 avril 2008 00:01

        Je me permets d’intervenir pour vous conseiller la lecture de l’ article " Oui aux lobbys mais dans la transparence ".A lexander  Stubb , Député Européen rapporteur en charge de ce dossier y plaide pour l’enregistrement et la communication des données financières pour réguler les stratégies d’influence de ces groupes de pression au Parlement Européen.La conclusion à tirer ne va pas dans le sens d’une position pro-lobbyiste.

        En ce concerne la formation professionnelle des lobbyistes , sachez qu’aucun diplôme officiel ne sanctionne ce parcours d’étude actuellement .A quand un cours de lobbying à l’ENA , quand on sait que cette initiative relève de deux instituts privés pour notre pays (L’Institut Catholique de Paris:DESS de relations avec les Institutions Européennes ; et le Pôle Universitaire Léonard De Vinci :Diplôme de management Européen) .Il y aurait plus de régulation si les Lobbyistes n’étaient pas autodidactes en cette matière.Brigit


        • nounoue david samadhi 18 avril 2008 01:03

          temoignage d’une revelations televisuelles ?

          je viens d’avoir une vision sonore, je ne sais par quel phénomène j’ai ressenti des stresses durant l’émission " ce soir ou jamais " à chaque fois que jean ziegler commençait à bien dérouler une vague de stress sonore très difficile à capter à moins d’être pris dans le débat comme dans un match de foot ... qui comme bizarrement empêcher de plus en plus à réfléchir et à garder une concentration, un moyen sonore limite ultrason pour court-circuiter la pensée sa me parait dingue mais bon y’a des expériences des fois ...
          " encore une hallucination post-dj :) "

          bien à toi ...

          si tu as le temps de revoir cette émission
          http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/index-fr.php?page=emission&date=2008-04-17
          de plus tout ce qui est di dans cette émission est accablant de réalisme et remet en cause le bling bling et la tv des peoples qui gagne trop tout comme certains chef d’entreprise etc
          500 millions d’euros pour arrêter la crise de la faim dans le monde, bill gates est milliardaire de 65 milliards de dollars en gros !
          tout est di ...
          jean ziegler l’empire de la honte


          • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 19 avril 2008 15:56

             

            Cet article fournit une description pertinente du disfonctionnement antidémocratique des institutions européennes qui écrivent les « lois » (règlements ou directives) sous la dictée des lobbies.

             

            Ce comportement des institutions qui gouvernent l’Europe est en accord avec le mépris de la démocratie qui est en général affiché dans les faits par les politiques qui alternent au pouvoir dans les institutions de l’UE mais aussi dans les États membres.

             

            En traitant du sujet des lobbies à Bruxelles, l’auteur dénonce ce que je dénonce souvent dans mes articles : la démocratie n’est pas mise en application.

             

            L’article est instructif dans son ensemble et rappelle des faits souvent critiqués par de nombreux articles et livres, par exemple l’article le plus récent sur AgoraVox qui a présenté se sujet est « Les lobbies, instrument de la démocratie ? ».

             

             

             

            Cependant, comme je l’ai souvent signalé dans mes articles, les institutions de l’UE ne sont pas les seules structures politiques qui cherchent à éliminer tout espoir de voir mise en œuvre la démocratie véritable. Cela ne concerne pas uniquement la place faite aux lobbies mais puisque le sujet de l’article porte sur le rôle des lobbies, voyons le cas de la France.

             

            Le lobbying est interdit en France. Pourtant les lobbies agissent sans entraves :

             

            – 50 organismes disposent d’un badge d’accès à l’Assemblée parlementaire française. Parmi eux : Air France, EDF, GDF, TotalFinaElf, le Medef, la FNSEA.

             

            – 128 groupes d’études siègent à l’Assemblée parlementaire française : sur les biocarburants, l’industrie aéronautique, la presse, l’armement, …

             

            – une centaine d’assistants parlementaires travaillent également pour des cabinets de conseil.

             

            Parmi de nombreux exemples de corruption on peut par exemple constater comment est « facilitée » la privatisation des entreprises du secteur public. Pour ne donner qu’un petit exemple (petit car il n’implique pas des dizaines de millions d’euros ce que sont des montants courants associés au lobbying), on sait ainsi qu’en France, en juillet 2006, une vingtaine de députés ont été conviés à la Coupé du monde de foot en Allemagne, par Suez… avant l’examen du projet de loi de privatisation de Gaz de France.

             

            Sur le lobbying en France vous trouverez ces informations et plus encore dans mon article « Comment contrer les lobbies de toute sorte et comment aller vers la démocratie » qui a été publié sur AgoraVox (y figurent les sources concernant l’affaire sus-mentionnée de Suez ou concernant les badges d’accès à l’Assemblée parlementaire française).

             

             

             

             

            De nombreux articles et des livres ont été écrits sur les lobbies. On sait que les lobbies sont la négation de la démocratie. Car la volonté majoritaire des simples citoyens est ignorée, car les simples citoyens tranquilles ne savent pas se faire entendre de façon bruyamment médiatisée et n’ont pas les moyens de payer les sociétés de lobbying.

             

            Ceux qui gouvernent ne respectent pas la volonté majoritaire des citoyens.

             

            Ils respectent la volonté des lobbies et des agitateurs des groupes de pression.

             

            Si les décisions doivent être réservées à une élite, alors la démocratie n’existe pas. Rappel : en démocratie chaque décision doit être conforme aux désirs de la majorité des citoyens, de tous les citoyens qui souhaitent exprimer leur volonté. Si la règle est que les décisions politiques doivent être seulement conformes aux désirs d’une certaine « élite », en l’occurrence soutenue par les lobbies, alors on ne se situe pas dans un système démocratique.

             

            Si nous voulons vivre en démocratie, alors même les individus les plus éclairés ne doivent pas imposer leurs opinions contre la volonté de la majorité. Face à plusieurs individus éclairés mais aux idées opposées, chacun convaincu de la justesse de sa conviction, personne ne saurait être l’arbitre qui dira de façon certaine qui a raison dans l’absolu, à très long terme, en harmonie avec les finalités de l’univers. Parce que l’être humain qui serait l’arbitre suprême n’existe pas, la solution démocratique est que la volonté de la majorité doit départager pour choisir quelle direction doit prendre la communauté. Ceux qui dirigent la communauté ne doivent sur aucun point, par aucune loi, être en opposition avec ce que veut la majorité des citoyens.

             

            Le fait d’accepter cette règle de la démocratie évite la guerre civile et les coups d’État.

             

            De façon collective, la masse des citoyens n’est peut-être pas souvent génératrice d’idées constructives. Les grandes idées qui apportent le progrès à la communauté viennent souvent d’individus qui sont capables d’exposer leur vision, de l’argumenter et de convaincre les citoyens. Ces individus font progresser l’humanité parfois en étant au départ contre l’opinion du plus grand nombre. Mais il est important en démocratie que ces individus n’imposent pas leurs idées contre la volonté de la majorité des citoyens : ils doivent convaincre les citoyens et c’est toujours l’opinion du plus grand nombre qui doit décider.

             

            J’insiste sur le fait qu’en démocratie ce qui compte, la règle d’après laquelle devrait être prise chaque décision qui engage la société à tout niveau - municipalité, région, pays, union de pays - c’est l’opinion de la majorité des citoyens.

             

            En démocratie, le devoir des individus qui représentent le pouvoir - politique, éducation publique, médias officiels - est de respecter la liberté d’opinion et d’appliquer systématiquement et scrupuleusement les décisions qui viennent de la volonté de la majorité des citoyens. Aucune décision politique, aucune loi, aucun traité international ne doivent être contraires à ce que veut la majorité des citoyens.

             

            C’est cette conviction démocratique que j’exprime dans mes articles.

             

            Dans le système politique actuel les politiques sont élus, ensuite ils prennent des décisions, écrivent des lois, signent les traités internationaux, engagent des dépenses que des générations futures devront rembourser etc., sans vérifier si la majorité de la population est d’accord avec chacun de leurs actes, et même souvent en sachant que la majorité de la population n’est certainement pas d’accord avec certains de leurs actes.

             

            Reste-t-il un espoir pour voir un jour instaurée la démocratie ? Je ne le sais pas, je me pose la question. Sur ce sujet j’ai écrit l’article « La France et l’Union européenne face aux citoyens : comment obtenir la démocratie ? ».

             

             

             

            Concernant l’absence de démocratie, concernant l’oligarchie des « élites » qui a éliminé la démocratie, de nombreux articles ont été écrits, ici sur AgoraVox ou ailleurs, et des livres ont été publiés.

             

            De même concernant en particuliers les lobbies de nombreux articles et livres ont été écrits pour dénoncer le règne des groupes de pression au dépens de la démocratie. Qu’est ce que ça a changé ? C’est pourquoi je pose la question : concernant ce sujet comme concernant les autres questions qui relèvent des décisions politiques, les articles que l’on peut écrire, sur AgoraVox ou ailleurs, peuvent-ils amener les politiques qui sont au pouvoir à respecter les règles fondamentales de la démocratie véritable ?

             

            Quelles actions faut-il entreprendre pour obliger enfin les politiques au pouvoir à mettre en application la démocratie véritable, la démocratie dans laquelle chaque décision politique répond aux souhaits de la majorité des citoyens qui se sentent concernés par la décision ?


            • David Carayol David Carayol 20 avril 2008 11:55

              Bonjour Jean Claude et à tous,

              Si vous en avez assez vous aussi de la non démocratie européenne, alors rejoignez-nous à Newropeans, 1er mouvement citoyen à se présenter au Parlement en 2009 dans tous les pays de l’Union Européenne : Son objectif démocratiser l’Union Européenne. www.newropeans.eu

              Ci-dessous un article paru sur le sujet également cette semaine :http://www.newropeans-magazine.org/content/view/7918/110/ 

              A bientôt

              David

              dcarayol@yahoo.fr

               


              • Bof 21 avril 2008 08:52

                 Je n’ai aucune formation politique autre que celle de mes cours d’ histoire et géo en 4ème et 3ème par un professeur marxisant d’un lycée du nord MAIS je m’autorise à écrire qu’il me parrait tout à fait normal que LES INFLUENCES extérieures aillent de paires avec cette construction politique de l’Europe. Il y manque actuellement un chef incontesté afin que ce nouveau concept puisse nous prouver sa valeur et son utilité de supranationalité par exemple. En gros, jamais un exécutant ne sera un chef ! donc, un administratif restera toujours un administratif quelque soit sa bonne volonté . Pour l’instant, l’Europe a été conçue , a été installée et il commence a nous manquer la mise en route de son bon fonctionnement comme dans toute "entité" Humaine que sont les pays d’une puissance de commandement " visionnaire".

                 Dans le cas inverse , le "bordel" s’installe comme nous le prouve cet article . Le "vide" demande de lui même à être rempli et des individus ou des structures se permettent de commander pour leur bien à eux et non comme un vrai chef doit faire pour le Bien de l’Ensemble.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès