Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > « Fait néant » : le peuple ou les rentiers ?

« Fait néant » : le peuple ou les rentiers ?

Avec les règles en vigueur dans une économie capitaliste, accroissement du bénéfice par la compétitivité, tous les acteurs économiques se doivent de fonctionner selon la même logique : « bouffer ou se faire bouffer ». Ces règles prévalent sur toutes les autres et s’appliquent, en ultime recours, aux Etats souverains et aux grands acquis sociaux de ces derniers siècles. Pour qu’un Etat soit compétitif, il se doit de maintenir une balance courante en équilibre : des entrées en capitaux, biens et services en équilibre avec des sorties en capitaux, biens et services. Dans cette équation économique, les leviers d’actions des Etats sont l’impôt, les taxes à l’import export et le taux de change de sa monnaie. Leviers d’actions qui, rappelons le, possèdent comme unique source d’inspiration ou force motrice, la productivité compétitive pour le capital : produire plus, mieux et moins cher par rapport aux concurrents.

En rapportant cette équation aux pays de l’Eurozone, le taux de change comme levier d’action saute. Un Etat ne peut plus dévaluer sa monnaie pour faire face à son déficit budgétaire. Une balance courante déficitaire (endettement supérieur à la production de richesses (PIB)) pour un Etat de l’Eurozone laisse comme seul échappatoire les variables taxes et impôts. Dans une économie capitaliste, l’Etat ignore totalement ou feint d’ignorer qu’il n’est plus souverain depuis le temps où il a cédé sa monnaie à la gestion froide du capital (1) - par définition non ou très peu taxable. Ce que l’Europe appelle « rigueur budgétaire » ou que le FMI appelle « plan d’ajustement structurel » n’est autre qu’un « pressage de la force de travail au bénéfice du capital ». C’est kif-kif bourricot. C’est ce qui se passe en Grèce aujourd’hui et c’est ce qui se passera en Espagne demain. Le cas de l’Espagne est même plus grave vu son très haut taux d’endettement immobilier. Un immobilier non exportable, non compétitif et hautement spéculatif ! (2). Le cas de l’Espagne est assez comparable à celui des Etats-Unis, présence politique et monétaire mondiale en moins…

Mais revenons à la Grèce. Contrairement à ce qui est maintes fois répété, les Grecs ne sont pas plus fainéant que d’autres. L’idéologie anglo-saxonne et libérale va même jusqu’à parler de pays Culb-Med sous le vocable PIGS (Portugal, Ireland, Greece & Spain). Pourtant, depuis la création de l’euro, la hausse de productivité horaire du travail a été deux fois plus élevée qu’en Allemagne. La moyenne annuelle de travail horaire grec est la plus forte d’Europe (100 heures par année en plus que l’Allemagne). Le problème réside dans la fixation du taux nominal des salaires et des prix (3).

La productivité ne concerne pas seulement le temps de travail presté mais aussi les salaires et les prix à la consommation. Salaires et prix qui sont bien plus fixés par des accords oligopolistiques que par la fameuse libre et saine concurrence (4). Cette tendance est par ailleurs exacerbée par une politique germanique de modération draconienne des salaires via notamment la mise en place de bourse d’emploi - salaire en ligne permettant aux entreprises de recruter ceux qui sont prêt à travailler à la plus faible rémunération. Raison pour laquelle l’Allemagne a tant freiné et maugréé pour l’octroi d’une aide au peuple Grec qui a pu bénéficier d’une meilleure présence syndicale et donc de salaires plus décents mais malheureusement au détriment d’une politique budgétaire peu orthodoxe, pour ne pas dire capitaliste.

A cause de grandes différences dans la fixation des salaires, le coût unitaire de travail Grec à grimpé de 30% depuis le début de l’Union Monétaire - l’augmentation en Italie, Espagne, Portugal et Irlande étaient même plus élevée - alors qu’en Allemagne, il n’a augmenté que de 8%. La fixation monopolistique des prix est tout aussi critique car elle permet aux entreprises de faire l’impasse sur les salaires tout en jouant sur les délocalisations, les montages fiscaux et financiers (5). De telles divergences de prix et salaires ne peuvent être viables au sein d’une union monétaire dans laquelle les ajustements sur taux de change ne sont plus possibles (3).

Dans une économie globalisée où le capital est institutionnellement déclaré libre comme le vent(6), il ne faut pas s’étonner de le voir aller et venir comme celui-ci. Le capital n’a que faire des salaires, des hommes où de la planète. Son autocroissance est sa seule et unique préoccupation. A l’image du vent, le capital se déplace des zones de hautes pressions aux zones de basses pressions de protection fiscale, sociale et environnementale. Ainsi, tant que la conjoncture est à l’euphorie et à l’allocation de crédits, il afflue, mais dès que le soufflé retombe, il se retire sans gratitude et sans états d’âmes. Il se cherche alors une nouvelle place au soleil dans de merveilleux petits paradis fiscaux (7) tout en dénonçant vertement les orgies auxquelles il vient tout juste de participer.

Les caisses de l’Etat (les contributions du peuple pour recevoir un service public décent) sont effectivement vides mais celles des grands capitalistes de ce monde sont pleines ! Plus que pleines ! Elles débordent. Le top 1000 des milliardaires de la planète a vu sa fortune augmenter de 30 % l’année dernière. La fortune de Lakshmi Mittal a doublé en 1 an. En Belgique, les actifs financiers sont passés de 710 milliards à 715 milliards de fin 2007 à fin 2009 (8). Les banques sont sorties de la crise, elles enregistrent des bénéfices plantureux et allouent déjà des bonus faramineux à leurs traders.

Comment ne pas faire le rapprochement avec la crise Grecque et celles des Etats ? Les richesses existent, elles sont dans les poches d’une petite poignée d’individus dont le nombre n’atteint même pas le nombre d’enfants mourant de faim par jour !

Est-il si difficile de comprendre que le citoyen se fait saigner à blanc par le principe de rémunération du capital ? Il suffit de lire Helmut CREUTZ (Allemand) ou même George SOROS (spéculateur de haut vol) pour comprendre. N’est-ce pas George SOROS lui-même qui a un jour dit « la Haute Finance est une arme de destruction massive »  ?

La crise c’est bon pour les rentiers ! Tout ce qui est injecté à grand renfort de restrictions budgétaires et de raclement de la masse laborieuse se précipite illico dans les poches du grand Capital ! Raison pour laquelle ce n’est pas le dogme inflationniste qui menace mais déflationniste. La crise que nous connaissons est une crise structurelle. Il faut casser la camisole de force pour ne pas boire la tasse. Passer par une dislocation géopolitique mondiale est aujourd’hui salutaire.

Adieu nos institutions ploutocrates globalisée (ONU, OTAN, UE, OMS, OMC, Codex, OIT, FMI, etc.), bonjour la solidarité humaine et locale retrouvée. Ce n’est pas le chaos mais un passage obligé, une nouvelle naissance. Il est temps que la chenille se transforme en papillon. Oui, entre les deux il y a la chrysalide, pas franchement marrant mais il faudra passer pas là (émeutes, révoltes et peut-être du sang).

« La faillite d’un pays ne peut exister ailleurs que dans la tête des financiers.

Une fois la monnaie réduite à néant, c’est tout ce qui reste qui fait la valeur d’un pays. »

Junon MONETA (9).

 

Notes

(1) www.public-debt.org & www.public-debt.org/soutien.php ?a=go

(2) Le risque des Euro-divergences : le cas exemplaire de l’Espagne, par Martin Wolf

(3) Open letter to European policymakers : The Greek crisis is a European crisis and needs European solutions

(4) DOGME 6 : « Libre expression de la concurrence »

(5) Les astuces fiscales d’Electrabel

(6) Article 56 du traité de Lisbonne. Cfr. Article Un NON venant de l’IRLANDE un VENDREDI 13, quel symbole !

(7) Les paradis fiscaux, pierre angulaire du système. Les entreprises du CAC40 (qui ne sont donc que 40) possèdent 1470 filiales dans les paradis fiscaux. 50% des flux financier mondiaux annuels transitent par des paradis fiscaux.

(8) Les Belges un peu plus riches qu’avant la crise

(9) Junon MONETA : La faillite de la Grèce ou celle de l’Europe ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • JL JL 8 mai 2010 09:27

    Vous écrivez : « Les caisses de l’Etat (les contributions du peuple pour recevoir un service public décent) sont effectivement vides mais celles des grands capitalistes de ce monde sont pleines ! »

    Et en effet, si crise il y a, c’est une drôle de crise : je parlerais plutôt d’un épisode dans la guerre que la ploutocratie a déclaré aux peuples, ou si l’on préfère, que la finance a déclaré à la démocratie.

    Un épisode en temps de guerre, c’est une bataille : la bataille se joue se ce moment sur le front grec. La stratégie de la finance est de rassurer les marchés et d’augmenter les dettes des Etats : on endette un peu plus les autres Etats de l’UE pour « aider » la Grèce, et dans quelques mois, un an ou deux, la Grèce fera défaut. Alors ce sera le tour des Etats prêteurs les plus endettés de devoir emprunter à des taux encore plus élevés, et ainsi de suite.


    • JL JL 8 mai 2010 10:35

      Chantecler, nous savons que le pouvoir n’a jamais rien cédé et ne cèdera jamais rien si ce n’est par la force.

      Ce qu’il se passe en Grèce en ce moment est proprement stupéfiant : la finance mondialisée qui oeuvre à la destruction de la démocratie, tape sur le peuple grec par l’intermédiaire des force de l’ordre grecques. Autrement dit, l’Etat est schizophrène, il utilise SES forces pour combattre SES citoyens au profit des non Grecs : les deux tiers de la dette grecque sont détenus par des non Grecs.


    • darius 8 mai 2010 21:15

      Ceux qui depensent s’appauvrissent , ceux qui economise s’enrichisse, la cigale et la fourmi.... a mediter


    • ploutopia ploutopia 9 mai 2010 11:00

      C’est le thème de mon blog : Démocratie ? ou Ploutocratie ?

      Et comme je l’écrivais dans un commentaire sur Medium4You

      La crise économique, l’islamophobie et le terrorisme sont aujourd’hui les armes d’une oligarchie qui tente de nous monter les uns contre les autres. Alors, convaincu de notre bon droit, nous irons voter… C’est comme ça qu’Hitler est sorti de l’ombre après 29.

      Lire « De la crise de 1929 à Hitler : la transition déflationniste de Brüning »

      L’objet de notre étude sera Heinrich Brüning, chancelier de mars 1930 à juin 1932 et auteur de la « déflation ». Né le 26 novembre 1885 à Munster (Westphalie), il deviendra l’un des principaux dirigeants du mouvement syndicaliste à étiquette chrétienne, puis député du Centre catholique (Zentrum) en 1924. Il sera élu en 1929 président du groupe centriste au parlement. La politique économique qu’il mettra par la suite en œuvre, en tant que chancelier, plongera non seulement le monde entier dans une spirale de dévaluations compétitives, de licenciements massifs et de baisses salariales, mais conduira aussi l’Allemagne à la dictature nazie.

      La spirale déflationniste mondiale

      Tout observateur naïf devrait d’abord s’étonner devant la convergence idéologique unissant les chefs d’Etat de l’époque dans leur mise en œuvre de politiques d’austérité brutale. Qu’il s’agisse de Pierre Laval en France, de Ramsey MacDonald en Angleterre, de Mussolini en Italie, de Hoover aux Etats-Unis, tous renchérissaient sur les politiques de Brüning, tous s’empressaient de conduire leur nation respective vers le suicide économique. Le chancelier allemand se considérait en effet lui-même comme l’avant-garde de ce mouvement, ce dont il était particulièrement fier. Mais il n’était en réalité que l’instrument d’une oligarchie financière désireuse d’instaurer, par l’intermédiaire d’un fascisme « purement » économique, puis d’idéologies eugénistes et mystiques, un nouvel ordre féodal supranational.

      Aujourd’hui, il faudrait être également particulièrement naïf pour ne pas observer une convergence de politiques d’austérités ainsi qu’une forte montée du sentiment nationaliste et fasciste un peu partout en Europe.

      Fort de ces enseignements et dans le contexte européen mondialisé qui est le notre, je pose alors l’hypothèse suivante : « et si Jean-Claude Trichet était notre Heinrich Brüning contemporain ? Et si Filip De Winter ou Bart De Wever étaient des embryons d’Hitler ? »


    • finael finael 8 mai 2010 12:11

      On peut citer aussi la plupart des livres de Joseph Stiglitz.

      Pour les « ultra-libéraux » l’état, l’émanation de la volonté populaire, le « bien public » voire « le peuple » sont des gêneurs qu’il faut balayer.

      « S’enrichir sans entraves » (ou « Enrichissez vous » comme disait Adolphe Thiers).

      Dans ce contexte les rôles de l’état se borne à être un auxiliaire de la haute-finance : il n’est utile que pour renflouer lesdites banques et briser toute velléité d’opposition du peuple.


      • darius 8 mai 2010 21:13

        Enrichissez vous par le travail et par l’epargne c’est guizot et pas thiers.
        Maintenant c’est appauvrissez vous par les 35 heures et par la dette.

        Moi je prefere guizot , grace a lui la france s’est developpe et le peuple s’est enrichi (ca partait de bas, mais ca s’est fortement ameliore).On ne peut pas en dire autant de maintenant


      • JL JL 8 mai 2010 18:31

        « Pour les »ultra-libéraux« l’état, l’émanation de la volonté populaire, le »bien public« voire »le peuple« sont des gêneurs qu’il faut balayer. » (Finael)

        Disons que, pour les néolibéraux, ils entretiennent la confusion entre Etat et pouvoir démocratique, Bien public et profits privés, nommant l’un pour l’autre et inversement au gré de leurs discours versatiles.

        Je crois qu’une bonne définition du néolibéralisme serait « le parti caméléon », ou « le parti versatile », ou encore « le parti Humpty Dumpty » lequel HD disait : « les mots ont le sens que je leur donne au moment où je les utilise » (Charles dogson, alias Lewis Carrol)


        • ploutopia ploutopia 9 mai 2010 10:54

          En voici une belle preuve : http://www.unmondelibre.org/Martin_solidarite_030510
          Voir aussi commentaire à l’article.


        • darius 8 mai 2010 21:09

          Noblesse = politique
          Clergé=fonks
          tiers etat = ceux qui bossent et produisent

          Le reste c’est du pipeau.

          La rente c’est que qu’on aille « bosser » ou pas on ne sera pas vire, meme si on est incompetent, meme si on ne fait rien, on ne sera pas viré, le salaire augmente et la retraite sera au maximum
          Sauf qu ’a la fin ca finira comme la grece, l’euthanasie des rentiers predit par keynes, mais les rentiers d ’aujourd’hui c’est les fonks.
          Juste retour des choses smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès