Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > France : Etre député européen est une corvée ou une punition pour nos (...)

France : Etre député européen est une corvée ou une punition pour nos élites

Depuis le début de la crise financière devenue économique, on ne cesse de répéter aux français qui majoritairement avaient refusé le projet de traité constitutionnel que la seule voie est l’EUROPE

Nous n’en disconvenons pas mais notons que si, lorsque notre Président est président de l’Europe, tout le personnel politique est au créneau. Lorsqu’il faut aller siéger au parlement européen, les bonnes volontés sont moins nombreuses.

Ainsi, Jean-Michel Lemétayer l’actuel président de la FNSEA et qui était tête de liste de l’Ump et de la majorité présidentielle en Bretagne aux prochaines élections européennes de juin 2009, vient de refuser. Il se consacrera jusqu’à la fin de son mandat à la présidence de la Fnsea et veillera à court terme à une mise en place du bilan de santé de la Pac qui satisfasse les agriculteurs.

Question : Ou débat-on de la PAC ?

Au parlement européen. Monsieur Lemétayer préfère-t-il laisser ses amis de l’UMP s’occuper du dossier de l’agriculture nationale au lieu d’aller faire profiter de son "expertise" le parlement européen ? Ou pense-t-il qu’être député européen n’a aucune valeur pour son lobby ?

La ministre de la Justice Rachida Dati qui sera candidate pour les européennes de juin sur la liste UMP en Ile-de-France, en 2ème position derrière son collègue de l’Agriculture Michel Barnier, y va on le sait ... à reculons. Puisqu’elle a d’ores et déja annoncé qu’elle ne ferait pas campagne aux côtés de la tête de liste.

La secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, Rama Yade, a indiqué qu’elle avait "un fort désir d’engagement électoral" évoquant les prochaines élections régionales et non les élections européennes auxquelles le président de la République souhaitait qu’elle se présente. Concernant les élections européennes, "je me suis déjà exprimée là-dessus, pour les régionales on verra au moment venu, mais j’ai un fort désir d’engagement électoral" - Source : Le Figaro

Au Parti Socialiste

Martine Aubry vient d’annoncer qu’elle ne se présenterait pas aux prochaines Elections Européennes en 2009. Le premier secrétaire du Parti Socialiste ne veut pas cumuler de mandats pour se consacrer pleinement à sa tâche et aux futures élections présidentielles en 2012. . EncycloActu

Sur les 31 sortants, 26 postulent à nouveau, avec Bernard Soulage, successeur de Michel Rocard. Cinq sortants ne se représentent pas, notamment Pierre Schapira et Bernard Poignant. D’autres candidatures se manifestent déjà, avant le dépôt du 2 au 6 février. Gilles Pargneaux, premier fédéral du Nord, proche de Martine Aubry, est candidat dans le Nord-Ouest, a-t-il indiqué à l’AFP, « et certains camarades souhaitent que je mène la liste, en conformité avec les résultats du congrès dans la région du Nord ».

Le royaliste Patrick Mennucci, l’un des responsables du PS dans les Bouches-du Rhône, est candidat. Les vice-présidentes strauss-kahniennes de région Michèle Sabban (Ile-de-France) et Safia Otokoré (Bourgogne) aussi. Dans son camp, certains poussent Ségolène Royal à se présenter, mais d’autres l’en dissuadent. Apôtre du non-cumul des mandats, elle aura du mal à expliquer qu’elle est présidente de Région plus députée européenne et s’il lui prend l’idée d’abandonner son mandat après avoir fait campagne, elle « va se faire allumer », estiment des proches.

Benoît Hamon souhaite mener la liste en Ile-de-France, mais il est en concurrence avec Harlem Désir. Tête de liste sortante dans la région-capitale, figure de la diversité, M. Désir est proche de Bertrand Delanoë, dont la motion a obtenu 25,2%, devançant celle de M. Hamon (18,5%).

Quel enthousiasme et quel podium de stars de la politique française !!! Et dire que le parlement est à Strasbourg et à portée de TGV ou d’avion de tous nos élus. Mais puisque tout le monde à une bonne excuse ....

Par contre, pour les élections régionales, un grand nombre seraient prêts à "tuer" ou accuser les autres de tricherie (Karoutchi vs Pecresse) pour obtenir un fief. Ah, la région ou chacun peut jouer au châtelain ou au roitelet, convoquer la presse régionale pour avoir sa photo 72 fois par numéro, tout en en disposant de quasiment aucun moyen en termes de développement économique ou social (si ce n’est le dumping) . Comme avait l’habitude de le répéter un de mes amis : "Oui mais ça c’est un bon bifteck"

Alors posons franchement la question : Pourquoi les leaders des partis politiques refusent-ils un mandat européen ?

Peut-être parce que ce parlement n’a que peu de pouvoirs à côté de la commission européenne (qui, rappelons-le n’est pas élue mais fait pratiquement ce qu’elle veut). Ou peut-être parce qu’il est largement plus confortable de siéger à l’Assemblée Nationale ou au Sénat. Mais alors direz-vous, on nous explique, que la quasi totalité des lois, les mécanismes régulateurs de la concurrence, la politique monétaire sont faites par l’Union Européenne.

Alors pourquoi pourquoi les députés ou les sénateurs français ne sont-ils pas plus motivés ? Très simplement parce qu’ils ne croient pas que le parlement européen puisse leur offrir tribune et carrière (peur de l’anonymat) et parce qu’ils doutent de l’efficacité du parlement.

Après cela, il ne faut pas s’etonner de la réaction des électeurs. La DG Communication du Parlement européen, estime que l’inquiétude liée à la situation socio-économique détourne les citoyens des autres enjeux.

Un capital de sympathie élevé pour l’institution, mais un manque d’intérêt pour la désignation de ses membres : les Européens ont décidément un problème avec le Parlement qui les représente à l’échelle continentale. Une enquête Eurobaromètre réalisée dans l’optique des élections de juin 2009 montre que 44 % seulement des personnes interrogées sont intéressées par ce scrutin. 34 % font part de leur intention de se rendre "très probablement" aux urnes. Des chiffres en baisse par rapport aux résultats enregistrés il y a six mois. La faute à la crise ?

Cela transparaît d’ailleurs dans les préoccupations des personnes interrogées : croissance économique (51 %), chômage (49 %2), inflation et pouvoir d’achat (47 %) sont pour eux les thèmes autour desquels devrait s’articuler la campagne. Les craintes liées à la sécurité globale (insécurité, lutte contre le changement climatique, immigration, terrorisme) sont en baisse par rapport au printemps dernier. La date des élections semble mieux connue à mesure que s’approche le scrutin, mais on ne peut pas encore dire que celle-ci soit de notoriété publique : 26 % des sondés savent qu’il aura lieu cette année, contre 9 % il y a un an. 8 % sont désormais au fait que le vote aura lieu en juin - Source : Toute l’Europe

Souvenez-vous de ce double constat lorsque vous entendrez, toutes couleurs politiques confondues, les candidats vous répéter que "nous avons besoin de plus d’Europe". On en rirait si ce n’était pathétique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 24 janvier 2009 05:37

    DATI OUI smiley


    • Grasyop 24 janvier 2009 10:44

      Ils ne veulent pas y aller. Soyons sympa avec eux, votons pour d’autres, des que ça intéresse !

      Sinon, c’est vrai que le parlement européen, seule instance élue au suffrage direct, a manifestement peu de pouvoir comparé à la commission ou au conseil. On le voit bien quand un amendement voté par 88% des députés européens, rien que ça, l’amendement 138, est soumis à l’approbation de la Commission, qui l’a accepté, puis du Conseil des ministres, qui l’a refusé. (Source.) Je ne suis pas sûr de tout comprendre, mais je me dis quand même que ça pourrait être plus démocratique.

      À part ça, l’illustration de l’article date un peu, il faut ajouter la Roumanie et la Bulgarie maintenant (depuis le 1/1/7).


      • beubeuh 26 janvier 2009 14:23

        Une précision au sujet de l’amendement 138 : il n’est pas définitivement enterré. Dans le cadre de la procédure de codécision, l’amendement va revenir devant le Parlement, et s’il y a une majorité des deux tiers ( les 88% sont donc suffisants), il sera adopté définitivement, quel que soit l’avis du Conseil. Ce qu’a fait le Conseil (la Présidence francaise, dans ce cas précis), c’est donc d’utiliser les procédures pour gagner du temps et faire revoter l’amendement après les élections, et dans le même temps faire pression sur les états-majors des grands partis.
        Donc cet amendement est un enjeu des élections, regardez bien les programmes.



      • Grasyop 26 janvier 2009 17:18

        Merci pour la précision !


      • foufouille foufouille 24 janvier 2009 12:17

        voter pour ces gens la servira a rien
        aucune chance que nous ayons des representants proche du peuple


        • Liberty 24 janvier 2009 14:12

          Pour répondre juste au titre OUI .
          C’est un peu comme être mis au placard.


          • foufouille foufouille 24 janvier 2009 16:52

            je veut bien un placard a 6000€ par mois d’argent de poche


          • appoline appoline 24 janvier 2009 19:29

            T’inquiète pas Foufouille, ce ne sera pas une punition pour nos élites ; quand on va les voir s’agglutiner au carreau, surtout à 6000 euros par mois, on aura vite compris qu’aucun ne va pleurer dans sa chaumière. Par contre, pour nous, c’est pas sûr.


          • Le Marquis Le Marquis 24 janvier 2009 14:42

            Moi je veux bien y aller. Qui vote pour moi ?


            • jacques jacques 24 janvier 2009 19:13

              Je pense que le futur scrutin risque de se transformer en réferendum pour ou contre "lisbonne" et personne n’a envie d’être associé à un futur échec !


              • jackass 25 janvier 2009 00:52

                depute europeen ... la remise ou le placard ou l on envoie tous
                les ringards a qui l on dois malgres tout une petite compensation
                .... soit , le parachute dore....paisible , pepere , la paie , et a ne pondre
                qu un stock de conneries , il faut bien se donner l impression d exister
                encore


                • bernard29 bernard29 25 janvier 2009 12:48
                  On dit souvent que le canton, circonscription électorale du Conseiller Général, ne correspond plus à rien.

                  Que dire alors de la circonscription électorale des Députés Européens. ?

                   La France est divisée en huit zones, pour cette élection. De fait , on peut penser que ce sont les partis qui souhaitent des modalités "hors sol" pour cette élection proportionnelle , afin d’y placer leurs apparatchiks ou des recalés des élections nationales.

                  Dernier point ; l’indemnité des députés européens français est bien plus importante que 6 000 Euros. .





                  demos 27 - europe citoyenne 2009
                  DEMOS 27 est une libre organisation de citoyens européens. Notre nom a été choisi en hommage au rôle pionnier de la Grèce en matière de démocratie et en tenant compte que l’Union européenne comprend actuellement 27 États membres.
                  Europe Citoyenne 2009 est le nom de l’opération proposée ci-après par DEMOS 27.
                  Citoyennes et citoyens européens
                  Du 4 au 7 juin 2009, comme vous le savez sans doute, auront lieu les élections européennes.
                  Ces élections, auxquelles tous les nationaux des pays membres de l’Union européenne sont appelés à participer, auront presque sûrement lieu dans un contexte de crise économique grave révélatrice d’une crise sociale et morale profonde.
                  Le traité de Maastricht, en 1992, a donné la citoyenneté européenne à toute personne ayant la nationalité d’un État membre. Pourtant, le pouvoir politique du citoyen européen est quasiment nul, et le taux de participation aux élections européennes décroît régulièrement : moins de 43 %, en France, en 2004.Vous n’êtes pas dupes : vous savez que ces élections européennes servent surtout aux partis politiques, pour conforter leur position politique nationale et accessoirement pour fournir des sinécures ou tribunes à des édiles en panne de circonscription électorale ou d’électeurs, voire d’immunité parlementaire.
                  Nous avons le sentiment que le pouvoir nous échappe et nous nous sentons impuissants face aux formidables moyens mis en oeuvre par ceux qui le détiennent réellement : décisions prises sans notre consentement avec un minimum de publicité, politique du fait accompli, enjeux véritables noyés sous un jargon technocratique, débats en trompe-l’oeil sur des points de détail pour mieux en faire avaler les présupposés, questions jamais mises à l’ordre du jour, dossiers préfabriqués par les lobbys, etc.
                  Lorsqu’on nous demande notre avis, c’est pour mieux plébisciter ce qui a été décidé sans nous consulter. Et si par hasard notre avis n’est pas ce qu’on attend, il y a des chances qu’on n’en tienne pas compte.
                  Dans l’un des plus récents et scandaleux exemples, le non majoritaire des Français et des Néerlandais lors de référendums sur le traité constitutionnel européen (le TCE) en 2005 n’a pas entraîné une vraie renégociation du traité : au contraire, les responsables de l’Union se sont ingéniés et s’ingénient encore à faire passer un texte essentiellement identique, sous l’appellation nouvelle de "traité de Lisbonne" et avec quelques modifications symboliques, mais en évitant cette fois, partout où ça paraît possible en tout cas, de le soumettre au référendum.
                  Tout dernièrement, en décembre 2008, le président alors en exercice de l’Union européenne a suggéré devant le Parlement européen qu’il serait possible d’inscrire dans le futur traité d’adhésion croate les modifications apportées au traité de Lisbonne, de sorte que les Irlandais et les autres ratifierieraient d’un seul coup, mine de rien, l’adhésion croate et le traité de Lisbonne modifié – un véritable tour de passe-passe !
                  Voilà où en est le pouvoir politique du citoyen européen. A tel point qu’on en vient à douter du suffrage universel comme principe de la démocratie européenne.
                  Cependant, le dernier déni de démocratie - la volonté affichée de faire revoter les Irlandais sur le traité de Lisbonne jusqu’à ce qu’ils l’acceptent - semble avoir eu un effet de contrecoup salutaire : nombreux sont les citoyens de l’Union qui voudraient réagir.
                  L’échéance des prochaines élections européennes nous fournit une bonne occasion de faire en sorte que nous tous, citoyens de l’Union européenne, exercions enfin de fait le pouvoir qui devrait nous revenir de droit.
                  C’est dans cet esprit que DEMOS 27 sollicite votre participation active à l’opération Europe Citoyenne 2009, qui se veut un premier pas concret vers la prise en charge des affaires de l’Union européenne par ses citoyens.
                  L’objectif de cette opération est d’inciter les candidats et les listes de candidats aux élections européennes de 2009 2009 à inscrire à leur programme les deux grands objectifs suivants :
                  1) Faire que tout nouveau traité général européen, en particulier institutionnel, soit obligatoirement soumis au référendum dans tous les Etats membres de manière aussi simultanée que possible ;
                  2) Obtenir que soit créée, au Parlement européen ou en dehors, une commission chargée de revoir les dispositions institutionnelles des traités existants et de faire les recommandations propres à démocratiser ces institutions.
                  La future commission aurait notamment pour mission :
                  - d’organiser des débats publics, dans chaque État membre, sur les questions de son domaine ;
                  - de faire les recommandations qu’elle jugerait utiles en tenant compte de ces débats. Par exemple, concernant l’introduction d’une dose de tirage au sort dans le fonctionnement des institutions ; la possibilité d’autoriser les candidatures électorales collégiales, qui permettraient aux citoyens de se regrouper pour exercer à tour de rôle, en fonction de leur disponibilité, les responsabilités d’un même mandat électoral ; ou encore, le rôle indispensable de tous les langues des pays membres dans le cadre de l’Union européenne, et la possibilité de mettre en place une véritable langue commune ;
                  - de rendre compte au minimum une fois par an du déroulement de ses travaux dans un rapport public.
                  Tous ceux qui le désirent peuvent dès maintenant utiliser ce texte et le diffuser. En procédant ainsi, ils participeront immédiatement et effectivement à cette campagne d’influençage.
                  Information, contacts et suggestions
                  Si vous voulez vous joindre à cette initiative, allez sous
                  DEMOS 27 serait heureux de prendre contact dans tous les pays membres de l’Union avec les organisations qui partagent son point de vue et souhaiteraient mettre en place une opération du type Europe Citoyenne 2009.
                  Signalez-vous sur l’un ou l’autre site indiqués plus haut et unissons nos efforts pour démocratiser l’Union européenne !
                  Vous pouvez immédiatement contribuer à cette action en diffusant le présent appel.
                  L’Équipe DEMOS 27 – 24 janvier 2009


                  • foufouille foufouille 25 janvier 2009 13:15

                    je me souviens avoir vu un ambassadeur au vanuatu se plaindre
                    pour eux ca doit vraiment etre un placard


                    • Le Bordelleur Le Bordelleur 25 janvier 2009 19:37

                      Le fait que personne, parmi les responsables politiques médiatiques du PS et de l’UMP, ne veuille être tête de liste est assez simple à expliquer. Ils ont tellement peur de se prendre une dérouillée électorale qui préfère laisser un inconnu (un bel idiot utile) assumer les responsabilités de la défaite.

                      Se mettre en deuxième, c’est assurer en cas de beau score une place et donc 6 000 euros tranquille, et en cas d’hécatombe électorale laisser un gus inconnu du grand public prendre pour les autres !


                       


                      • JONAS JONAS 25 janvier 2009 22:35

                        @ TOUS :

                        Il est beaucoup plus lucratif d’être député UMPS en France, qu’à Bruxelles,
                        même avec un salaire inférieur !

                        Les initiés me comprendront....
                         

                        Sans commentaires… !  smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès