Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Géorgie, Ossétie, Russie et Europe

Géorgie, Ossétie, Russie et Europe

C’est dans la nuit de mercredi à jeudi qu’ont commencé les incidents. Bien savant à ce jour qui sait qui a initié cette guerre. Toujours est-il que la Russie avec Poutine, qui de fait prend la place du président de la Russie, a engagé les hostilités contre la Géorgie, avant ou après, cela est encore flou, la déclaration d’état de guerre de la Georgie.

On découvre que la désintégration de l’Union soviétique a laissé derrière elle une traînée de poudre. Les rapports sont tendus entre l’Ukraine et la Russie. Les rapports sont explosifs entre la Géorgie et la Russie. Dans le texte de volonté séparatiste de l’Ossétie du Sud à forte proportion de pro-russes pour une population qui n’atteint pas 70 000 âmes, la Géorgie a "profité" des troubles pour lancer son armée à l’assaut des "séparatistes" ossètes. Cette avancée militaire fut faite dans la nuit du 7 au 8 août. Or l’Ossétie du Sud est une République autonome qui a une frontière commune avec l’Ossétie du Nord. Après l’éclatement de l’ancienne URSS en 1991, la Géorgie fut un des pays les plus démocratiques avec déjà des élections libres en octobre 1990. Cependant la corruption, puis les nouvelles élections amenant Mikheil Saakachvili au pouvoir, président qui, élu par des élections régulières, va réussir à réduire considérablement la corruption, mais durcira aussi son pouvoir avec des contestations grandissantes. C’est un ami des Occidentaux parlant plusieurs langues dont l’ossète, l’abkhaze, le russe, l’anglais et le français. La Georgie, sous son règne, n’accepte pas ces trois Républiques autonomes que sont l’Adjarie au sud-ouest, l’Abkhazie au nord-ouest, qui s’est autoproclamée indépendante en 1992, et l’Ossétie du Sud.

Cela ne date donc pas d’hier. Une sorte de remake de la guerre de 1991/1992. Mais entre-temps, depuis le 27 août 1997, la Géorgie a rejoint le Conseil de l’Europe et cette année a souhaité rejoindre l’Otan ce qui a poussé la Russie à lancer des avertissements. A tout ceci s’ajoute le fait que l’or noir de la mer Caspienne pourrait transiter par l’Azerbaïdjan et la Géorgie évitant de ce fait la Russie et les revenus de transit.

La guerre, ce sont toujours des morts. On peut se demander ce qui s’est passé dans la tête du président géorgien alors que la Russie avait déjà menacé son pays de représailles notamment à cause de sa velléité d’intégrer l’Otan, mais également à cause de ses velléités de récupérer l’Ossétie du Sud. Son pays est modeste et la Russie est un ogre. Ce n’est ni l’Afghanistan ni la Tchétchénie. Moscou envoie plus de 10 000 hommes quand on sait que la population de l’Ossétie du Sud plafonne à 70 000. La mort des combattants et des civils ne doit pas être sa préoccupation première. Est-ce qu’il s’est senti soutenu par les Etats-Unis ? Est-ce qu’il a pensé que l’Europe serait un allié militaire ? On l’a vu intervenir avec un drapeau de l’union en arrière-fond. Du reste, Saakachvili a vite demandé un cessez-le-feu. Sa guerre a tourné court. Peut-être est-ce là le seul point positif qui va permettre de stopper cette nouvelle folie. Mais qui sait si la Russie lancée va s’arrêter dans son élan ? A cette heure, la Géorgie pense que son existence même est en jeu. On a assisté à une sorte de jeu de quilles dans lequel la Géorgie se sert de troubles pour tenter d’envahir l’Ossétie, mais qui fait réagir l’Abkhazie. Et la Russie se sert de l’invasion de l’Ossétie pour frapper Tlibisi.

Les Etats-Unis, favorables au président géorgien, par la voix de son président, a déclaré et à Poutine et à Medvedev une mise en garde sévère lors de la séance d’ouverture des Jeux. Mais cela a été plus loin à l’ONU où il y eut des échanges violents entre Américains et Russes, les premiers accusant les seconds de vouloir faire tomber le président géorgien. Dimanche déjà au Conseil de sécurité de l’ONU, les représentants américain et russe ont eu des échanges virulents. L’ambassadeur des Etats-Unis a accusé la Russie de chercher à faire tomber le président géorgien, Mikhaïl Saakachvili. Le vice-président, Dick Cheney, a appelé dimanche ce dernier et l’a assuré de la « solidarité » des Etats-Unis. Il lui a dit que « l’agression russe ne doit pas rester sans réponse, et que, si elle continuait, elle aurait de graves conséquences sur ses relations avec les Etats-Unis et, plus largement, avec la communauté internationale ». (Le Figaro)

Mais dans tout cela que fait l’Europe ? Nous, la France, soi-disant présidente de cette Europe, agissons à contretemps et en retard. Les premiers à intervenir, ce sont les Polonais qui ont demandé une réunion du conseil européen. Deux jours après, associée aux trois pays baltes, elle accuse la Russie d’avoir franchi la ligne rouge. Ensuite Sarkozy envoie à France 2 Kouchner dans la plus pure langue de bois qui soit. Il ne dit rien sinon que la guerre c’est horrible. Avant lui, les Pays-Bas avaient réagi vivement condamnant la Russie. Mais notre ministre va aller se promener en Géorgie le dimanche et on va organiser une réunion le mercredi entre ministres des Affaires étrangères. Pendant ce temps, c’est sous l’égide de l’Allemagne que se réunissent les Russes et les Géorgiens. Angela Merkel ira à Sotchi rencontrer Medvedev vendredi prochain. De son côté, Berlusconi a téléphoné à Poutine. Les Anglais quant à eux envoient une délégation commune de l’union avec les Américains. La Suède condamne violemment la Russie, et enfin, quant à notre Omniscient, il lui a fallu près de cinq jours, non pour faire une conférence de presse comme il en a pourtant l’habitude, mais un communiqué indiquant qu’il irait à Moscou en début de semaine. On ne sait rien de ses démarches sauf qu’il a téléphoné avec ses homologues russe et géorgien, Dmitri Medvedev et Mikhaïl Saakachvili, dimanche soir (dimanche soir le cinquième jour du conflit !, Medvedev n’était peut-être pas à Pékin ni Poutine, pas de moyens de leur parler, et pas de ligne téléphonique du Cap Nègre, et pas de moyens de communication dans l’un des deux airbus du voyage à Pékin ?). A-t-il téléphoné à tous les responsables des vingt-sept pays (peut-être les réunira-t-il un jour) ? Sa position sera la sienne ou celle de l’Europe ? Du reste, on se demande pourquoi Kouchner y va. Y va-t-il en tant que Français ? Quels sont nos liens avec la Géorgie qui nous posent en négociateurs ? Il ira finalement à Tlibisi dimanche soir accompagné ou accompagnant le président de l’OSCE, Alexander Stubb. Comme on le voit au moins cinq pays sont intervenus en ordre dispersé : la Pologne, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre, la Suède, les pays Baltes et la France. Le Conseil européen s’est fendu d’un communiqué pour demander un cessez-le-feu. C’est un beau fiasco. Comme la Géorgie fait partie du Conseil européen, cela aurait dû être à l’Europe d’agir. L’ONU s’est réunie le jeudi même, mais bien sûr comme d’habitude elle n’a pas pu se mettre d’accord. La Russie a un droit de veto. Nous, ce sera mercredi prochain et non entre chefs d’Etat, mais entre ministres des Affaires étrangères. Il aurait fallu réunir ce beau monde dès vendredi et que, d’un seul bloc, d’une seule voix, l’Europe parle. Alors que cela presse, alors que la dispersion c’est la plus parfaite inefficacité, on démontre que l’Europe n’est qu’un foutoir de pays individualistes et que notre présidence n’apporte rien de réunificateur. Lorsqu’il y a eu Kolwezi, Giscard avait agi en moins de vingt-quatre heures. Par la rapidité de son action, les massacres avaient été évités. Il y avait eu quand même près de 900 morts. Nous allons mettre huit jours et les morts s’accumulent. Ce matin, la Géorgie dit qu’elle s’est retirée de l’Ossétie, la Russie dément. La Russie continue à bombarder la Géorgie. Nous aurions pu au moins dans ce cas précis démontrer l’utilité de cette Europe et surtout permettre de sauver un grand nombre de vies. Nous ne montrons que de la dispersion et de l’inefficacité. Jamais l’Europe n’aura montré un tel visage éclaté. Et on se rend compte qu’elle, à ses extrémités, est loin d’être apaisée.

Vignette photo du Figaro


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 11 août 2008 10:06

    L’Ossétie en confétis, un président Sarkozy qui, par sa complicité passive et tout son art de la procrastination, aide Poutine à prendre la Géorgie comme Bush a pris l’Irak. Un Bernard Kouchner qui pousse à l’excès ses soupirs télévisuels pour appuyer sur l’émotion et pour dire quoi ? "Ah la la, la guerre c’est pas bien !" Le cynisme à son apogée...


    • Avatar 11 août 2008 10:34

      A Taverne,

      Entièrement d’accord avec votre commentaire.

      A l’auteur,

      Le fond du problème est encore une fois les ressources énergétiques de la mer Caspienne.

      L’attaque programmée de l’Iran par les USA étant compromise par le marasme en Irak et en Afghanistan, une autre voie de communication a été ouverte en Azerbadjan ; et devant se prolonger via la Géorgie à la mer Noire et la Turquie.

      En échange, la Géorgie intégrerait l’Otan. Inacceptable pour la Russie.

      L’indépendance de l’Ossétie du Sud ou de l’Abkhazie n’est que le prétexte qui cache les vraies raisons, tjs les mêmes :

      l’avenir énergétique des nations.

      Pour plus d’infos sur le sujet :

      http://desourcesure.com/guerreterrorisme/2008/08/georgierussie_vers_une_gue rre.php


    • Cascabel Cascabel 11 août 2008 11:11

      @ La Taverne

      Vous espérez quoi ? Une guerre contre la Russie , la Chine, l’ Iran ?


    • edouard 11 août 2008 10:30

      Il y a quand même des faits : c’est Saakachvili qui a déclenché les hostilités, préparé par les Etats-Unis et Israël... pensant que les russes ne réagiraient pas, en plus au moment des Jeux...
      La boulette : les russes ont réagi et veulent la peau du président géorgien, corrompu et vendu aux intérêts
      anglo-saxons...
      Bush est en train pour son départ de réussir un exploit : il perd la Géorgie, bientôt l’Ukraine, il décrédibilise
      complètement l’OTAN( au passage la stratégie sarkoziste de démantèlement de nos forces armées, au profit de l’OTAN est criminelle)...
      Et cerise sur le gateau en réveillant l’ours russe , c’est toute l’opération anti iranienne qui est bloquée....


      • titi 11 août 2008 18:10

        Euh la Georgie ne fait pas partie de l’OTAN. En quoi l’OTAN est décrédibilisé ?


      • titi 11 août 2008 18:12

        J’ajouterai que l’Ukraine est déjà perdu depuis un certain temps...
        Depuis que le présifent Ukrainien a été réduit à ramper devant Poutine pour que celui-ci réouvre le robinet du Gaz.


      • Olga Olga 11 août 2008 18:35

        L’Ukraine est déjà perdue ?


        Olga, Princesse de Kiev.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 août 2008 23:01

        Une faille dans beaucoup de commentaires. Il n’y a pas ici une bataille de cultures. Simple question de gros sous. Les Georgiens NE SONT PAS des musulmans mais orthodoxes et leurs liens avec la Russie sont essentiellement cordiaux.  Que Staline ait été Georgien en dit beaucoup sur la relation !    

        Les Russes en Georgie ne sont pas des  "anti-Georgiens "  comme ils pourraient être anti-Tchechenes.  Ce sont des cousins en mode séduction, car la réintégration de la  Georgie à la Russie n’est pas une chimère, juste un choix politique défendable, comme il est normal pour les habitants d’une partie de l’Ukraine et du Belarus de souhaiter le rattachement à la Russie.  Je serais très sceptique concernant tout rapport d’atrocités russes en Georgie...

        Il ne faut donc pas écarter que la Russie occupe la Georgie et que le Georgiens, "trahis" par les USA,   demandent leur rattachement à la Russie par un referendum tout ce qu’il y a de plus honnete.  Si cette dynamique se met ici en branle comme projet pilote, ça pourrait mener loin...  

        Pierre JC Allard

        http://nouvellesociete.org/PR.html


      • mariner valley mariner valley 11 août 2008 10:33

        @Tavernes

        Dites voir, vous proposez quoi ??? J’aimerais bien vous y voir.....

        A moins d’envoyer un armee europeenne qui n’existent pas dire au russes STOP, la diplomatie reste le seul moyen.


        • La Taverne des Poètes 11 août 2008 10:41

          Force est de reconnaître que le président Berlusconi a réagi beaucoup plus vite que Sarkozy. Il a déjà téléphoné à Poutine et s’efforce de le convaincre d’un cesse-le-feu immédiat. N’en déplaise à Sarko, c’est Berlusconi qui a les "cojones" ! L’autre c’est une baudruche. Les Chinois se moquent de lui et lui donnent un joli sobriquet, et les Chinois ça en fait du monde !



        • Avatar 11 août 2008 10:58

          Poutine est un ami de Sarkozy, ceci explique cela.

          Souvenez-vous de la présentation des voeux présidentiels avec les questions des journalistes :

          Au journaliste qui l’interrogeait sur les félicitations chaleureuses que Sarkozy avait adressées à Poutine ; alors que les élections ont été entachées de graves irrégularités(score hallucinant en tchétchénie !!!), le prince Sarkozy lui a répondu que Poutine était un homme très populaire en son pays et qu’il aurait été réélu de toute façon !!!

          Moralité : tricher, c’est pas grave ; à condition de gagner...

          Aujourd’hui le maximum a été fait par le petit Nicolas pour ce conflit :

          Envoyer Kouchner et son indignation avec plein de caméras. Ca semble fonctionner sur une partie du peuple français...

          Par contre, sur place, ça leur fera une belle jambe...

          Souvenons nous d’ailleurs du rapport Kouchner sur la Birmanie ; ou ce dernier se fit des couilles en or payées par TOTAL ; en minimisant l’esclavage et le pb des droits de l’homme dans la dictature birmane.

          L’or noir prime sur tout en ce début de 21 ème siècle, malheureusement ...


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 11:24

          @ La Taverne

          Si vous avez les cojones, comme vous le dites, allez rejoindre vous même les Géorgiens pour leur prêter main forte.


        • Julius Julius 11 août 2008 11:37

          L’Europe a bloqué la demande de la Géorgie à l’adhésion à l’OTAN. Russie n’aurait jamais osé attaquer un membre de l’OTAN. Voici ma contribution au débat AgoraVox en avril (après le sommet de l’OTAN), il est toujours actuelle :

          Munich 1938, l’Europe a donné la Tchécoslovaquie à Hitler. Aujourd’hui, l’Europe veut donner l’Ukraine et la Georgie à Poutine. Rien de nouveau.

          L’Ukraine and Georgie ont ses minorité russe (le plus souvent il s’agit d’une conséquence de la récente colonisation russe), le Czechoslavakie avait sa minorité allemande. Ces deux minorités sont utilisés pour justifier l’ingérence extérieure. (Les mêmes choses se produisent dans les républiques baltes, qui ont plus de chance d’être déjà au sein de l’OTAN.)

          J’ai peur, il ya de plus les parallèles entre l’Allemagne nazie et la Russie d’aujourd’hui. Les deux pays ont été humiliés par la précédente guerre. Tous deux ont réagi par le nationalisme et la ré-militariasation (dépenses de défense russe a quadruplé au cours des six dernières années).



        • Julius Julius 11 août 2008 11:42

          La Russie a déjà commencé la commémoration de l’attaque contre la Tchécoslovaquie le 21 août 1968. Cette année, le spectacle se déroule en Géorgie.

          La guerre contre la Géorgie est une conséquence de la décolonisation incomplète. Russie n’a jamais vraiment accepté la décolonisation de son empire. Elle considère toujours ces pays comme ses colonies. L’Europe a bloqué l’adhésion de la Géorgie (et l’Ukraine) à l’OTAN. Maintenant, nous voyons les conséquences.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 11:47

          Toujours la même chanson.
          Non monsieur, Poutine n’est pas Hitler (on nous a déjà fait le coup avec Milosevic).
          Si il existe une puissance qui veut imposer un nouvel ordre mondial c’est bien les USA et l’UE. Et ça me pompe de faire partie des puissances d’invasion.


        • Julius Julius 11 août 2008 12:03

          Non, Poutine n’est pas Hitler. Mais l’attaque contre la Géorgie 2008 est comme attaque contre la Tchécoslovaquie en 1938-39.

          1) La minorité crée les provocations : Les Russes d’Ossétie ont attaqué Géorgie à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. De même que les Allemands en Tchécoslovaquie en 1938.
          2) L’agresseur utilise cette agitation pour justifier l’occupation des régions où vit cette minorité.
          3) Plus tard, il occupe le reste car il est si petite et faible qu’il ne peut exister comme un État indépendant. Et Après tout, il appartient naturellement à l’Allemagne/Russie pour des raisons historiques.


        • Julius Julius 11 août 2008 12:12

          Excusez-moi, il ya une différence : Hitler a demandé à la France et l’Angleterre pour une autorisation avant l’attaque (Accord de Munich). Poutine a attaqué sans aucun accord.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 12:21

          Il existe un détail important.
          L’Allemagne avait des ambitions de règne mondial, comme le nouvel ordre mondial des USA et de l’UE. Ce n’est pas le cas de la Russie. Celle-ci ne se préoccupe que de ses intérêtes directs.
          La vraie invasion inquiétante est celle du Kosovo par l’OTAN. Cela a destabilisé nos relations avec la Chine et la Russie, excusez du peu.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 12:26

          L’OTAN n’a demandé l’avis de personne pour bombarder le Yougoslavie.


        • Julius Julius 11 août 2008 13:33

          Il ya certainement des parallèles entre la Serbie/Kosovo et la Russie/Géorgie :

          1) Il était une guerre ethnique au Kosovo. Les Kosovars ont été massivement tués par des Serbes, et vice versa. La Géorgie a été calme, les seules perturbations étaient la provocation de l’Ossétie (contrôlé par les Russes).

          2) L’OTAN a attaqué la Serbie pour libérer le Kosovo comme toutes les négociations ont échoué. La Russie a boycotté toutes les tentatives visant à négocier avec la Géorgie. La Russie a attaqué la Géorgie à (re) coloniser.


        • Philou017 Philou017 11 août 2008 14:11

          julius : "Non, Poutine n’est pas Hitler. Mais l’attaque contre la Géorgie 2008 est comme attaque contre la Tchécoslovaquie en 1938-39."
          Ce que vous comparez est incomparable. L’invasion des sudetes est le premier pas d’un expansionnisme cliarement affiché de l’allemagne Hitlérienne.
          Dans le cas de la Russie, il s’git plutôt d’une stratégie de zone d’influence, comme en ont tous les grands pays.
          Le budget militaire multiplié par 4 ? Il était tombé si bas sous Eltsine qu’il ne peut que remonter, avec le redressement économique de la Russie.
          La Russie a déclaré ces derniers jours à plusieurs reprise qu’elle ne comptatit pas envahir la Géorgie. Je pense que la continuation du conflit vise à donner une leçon à la Georgie.
          Le démantelement de l’Empire Russe ? Aucune puissance n’a accepté le démantelement de son empire facilement, la France pas plus qu’une autre. Et nous nous sommes arrangés pour maintenit notre influence dans les anciennes colonies, souvent de maniere peu reluisante.

          S’il y a un danger principal, à mon avis, il vient de l’expansionnisme Américains, qui non seulement place ses pions dans les anciennes republiques Russes, mais cherche à implanter systématiquement des bases militaires dans tous ces pays, y compris en Géorgie qui a une frontière avec la Russie.
          Le forcing pour intégrer la Géorgie dans l’Otan me parait dangereux. Si la Géorgie faisait partie de l’Otan à l’heure actuelle, le monde serait dans de sales draps.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 14:21

          Petit rappel.
          Au Kosovo, une armée terroriste (et non un groupe de résistance) a été entrainée et soutenue par les USA et des pays de l’UE, dont la France, pour créer une situation d’instabilité dans la région. La Yougoslavie n’avait pas d’autre choix que d’envoyer l’armée pour stabiliser une de ses provinces et protéger les populations. Cela a été monté en épingle, et propagande de guerre aidant, l’OTAN a fabriqué de toutes pièces un prétexte pour entrer en guerre contre la Yougoslavie.
          Dois-je rappeler que pendant les bombardements notre presse de marchands de canons nous martelait la présence de camps d’extermination au Kososvo où mourraient par centaines de milliers de malheureux "Kosovars" ? Vous souvenez-vous de ces images où le président Milosevic apparaissait en nouvel Hitler ?
          ET BIEN TOUT ETAIT BIDON.
          Après cette "guerre humanitaire", la déportation quasi totale des Serbes a pu s’organiser tranquillement sous les yeux paisibles des forces d’occupation. Curieux quand même ce laisser faire, alors que cette région est militairement occupée par les plus grandes puissances du monde...au nom des droits de l’homme.


        • Julius Julius 11 août 2008 14:30

          > La Russie une déclaré ces derniers jours à plusieurs reprise qu’elle comptatit ne pas envahir la Géorgie.

          Hitler a déclaré la même penser en 1938. Les nouvelles frontières tchèque (sans Sudètes) sont garantis par traité de Munich en 1938.

          > Aucune puissance n’a accepté le démantelement de son empire facilement, la France, pas plus qu’une autre.

          Oh oui. La France est en cours d’attaquer Algérie ? Peut-être il ya encore des gens qui parlent français en Algérie. Ils vont certainement accepter les passeports français et nous avons une raison d’attaquer ! Faites comme les Russes !

          > S’il ya un danger principal, à mon avis, il vient de l’expansionnisme Américains

          C’est vraiment génial. La Russie a attaqué la Géorgie, les bombes russe tombent sur Tbilissi - et qui est l’agresseur ? États-Unis, bien sûr.

          > Qui non seulement placer ses pions dans les anciennes republiques Russes, mais cherche à implanter un système des bases militaires, dans tous ces pays, y compris en Géorgie qui a une frontière avec la Russie.
          Le forçage pour intégrer la Géorgie dans l’Otan me paraît dangereux.

          Coalitions avec les États-Unis et l’adhésion à l’OTAN est la seule façon ex-colonies russe peuvent protéger son indépendance. Ils ne peuvent pas compter sur l’ONU ou en Europe. La Géorgie est la preuve.

          > Si la Géorgie faisait partie de l’Otan à l’heure actuelle, le monde serait dans Draps de ventes.

          Non, dans ce cas, la Géorgie serait protégée. Russie n’oserait pas attaquer un membre de l’OTAN.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 14:32

          Et que penser aussi du bombardement de l’embassade de Chine à Belgrade ?
          N’étais-ce pas là de l’irresponsabilité totale ?
          Peut-être que ce "simple" geste pèsera sur les générations futures. Il faut être imbécile, et je suis rarement grossier,  pour oser une chose pareille. Je le regrette infiniment, mais les agresseurs c’est bien nos gouvernements. Arrêtons de les appuyer dans leur course folle, ou nous courrons droit au gouffre.


        • COLRE COLRE 11 août 2008 14:46

          @Cascabel, je ne comprends pas que vous disiez que ce « simple » geste pèsera sur les générations futures. Je suis sûre, qu’ici même, la majorité des gens ne savent même pas à quoi vous faites allusion.

          Personnellement, j’ai souvenir d’une erreur. Au cas où cela aurait été intentionnel, là oui, cela aurait relevé d’une « rresponsabilité totale ».
          Ou alors ce sont les bombardements sur les villes que vous trouvez irresponsables ? je suis d’accord, et pensez-vous de même pour les bombardements actuels des Russes sur les civils géorgiens ?


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 14:48


          Non, dans ce cas, la Géorgie serait protégée. Russie n’oserait pas attaquer un membre de l’OTAN.

          Vous n’en savez rien
          . On joue un jeu dangereux, la question est de savoir jusqu’où la Russie admettra-t-elle les intrusions de l’OTAN.


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 15:09

          @ COLRE

          Les bombardements contre l’ambassade de Chine n’étaient pas une erreur et les Chinois le savent très bien.

          En ce qui concerne les bombardements contre les populations civiles il faudrait être honnête. L’OTAN a tué entre 10 et 20 000 civils en Yougoslavie, délibérément pour "créer la pression". C’était les termes employés. Pire, les places de marché étaient même visées dans le seul but de semer la terreur.
          Dans le cas de l’ Ossétie du Sud, la Russie ne visait pas les populations civiles délibérément. Elle n’a pas non plus créé une campagne de diabolisation de la Géorgie ni entrepris de démanteler ce pays.
          Autrement il est évidemment triste de voir la guerre comme seule alternative. C’est la raison pour laquelle je souhaite des gouvernements attachés au principes du Droit et respectueux des protocoles diplomatiques.


        • COLRE COLRE 11 août 2008 15:20

          @Cascabel,

          Les bombardements contre l’ambassade de Chine n’étaient pas une erreur et les Chinois le savent très bien.

          C’est vous qui le dites. j’ai un très bon souvenir de la question et il est tout autre. Atteindre l’ambassade était particulièrement contre-productif pour les Américains car ils avaient besoin d’un non-veto pour signer une résolution de l’ONU, et ça a failli mal tourner du côté des Russes qui se sont fait tirer l’oreille.


        • COLRE COLRE 11 août 2008 15:29

          J’ai d’ailleurs un autre souvenir très précis qui m’avait démontré, à l’époque, à quel point nos valeurs de démocratie sont parfaitement ethnocentristes (ce qui fut répété, du reste, à l’occasion des JO de Pékin par les autorités chinoises).

          Les Chinois, au moment de ce bombardement touchant leur ambassade, avait exigé des excuses immédiates des américains (ou de l’OTAN, je ne sais plus), sinon… ils arrêtaient toutes les discussions sur les droits de l’homme !!! (sic sic sic).

          Cela m’avait fait quasi rire (jaune), les droits de l’homme en monnaie d’échange : ou vous vous excusez, ou je continue à torturer et tuer mes opposants, na !


        • Cascabel Cascabel 11 août 2008 15:44

          Pour mes expéditions en VTT je viens de m’offrir un GPS. Tout y est.
          Pour l’ambassade de Chine, située en plein milieu d’un parc et largement annoncée comme site sensible, puisque les ambassadeurs chinois étaient restés (au grand dam de l’OTAN), je vois difficilement comment elle aurait pu être ignorée.
          Vous même faites mention du climat de tension que cela a engendré. La Chine ne l’a pas oublié.


        • Daerel Daerel 11 août 2008 10:54

          A mon sens, le conflit en Ossétie du sud appelle plusieurs réflexions :

          - Tout d’abord, la Russie poursuit son retour à la politique qui était la sienne aux XIXe siècle : asseoir sa domination sur les terres qu’elle considère comme siennes. La Géorgie en est une et il était insupportable à Moscou qu’elle puisse continuer à vivre... surtout qu’elle permet aux oléoducs d’échapper au contrôle russe.

          - Ensuite, je pense franchement que la Géorgie est foutue... La désinformation russe se déchaîne pour empêcher la Géorgie de demander grâce. La volonté russe est véritablement de créer un Etat vassal avec un président à ses ordres. On verra les modalités de fin de conflits mais je vois bien une élection arrangée.

          - Ensuite, pourquoi le président géorgien s’affiche avec un drapeau européen dans ses allocutions ? C’est tout simplement qu’il appelle l’UE à se réveiller et à se battre avec lui car les intérêts énergétiques (et donc l’indépendance politique réelle de l’UE) sont en danger. Pourquoi sont-ce les Allemands, les Suédois, les Baltes et les Polonais qui réagissent les premiers et les plus violemment... parce que la Russie a déjà joué avec leur approvisionnement énergétique il y a deux ans pour montrer que ces pays dépendant d’elle. Si la Géorgie tombe sous la coupe russe, la Russie pourra facilement jouer avec 70% de l’approvisionnement énergétique de l’UE... Imaginez, l’UE s’oppose à la Russie. Le lendemain, 70% de l’Union européenne se retrouve sans chauffage ou électricité (surtout en Allemagne et dans les pays de l’est et scandinave). En France, où nous produisons nous-mêmes notre électricité, nous n’avons pas conscience de ce danger mais pour les autres EUropéens, c’est terrible... et cela explique pourquoi Gazprom se délecte de la stupidité de la commission européenne qui veut amener à la privatisation des sociétés d’Etat faisant de l’énergie (quand Gazprom aura 33% d’EDF, faudra pas pleurer mais je crois que des dispositions légales l’en empêchent en France).

          - Enfin, le fait que l’UE sache seulement dire « Oh, vous êtes méchants », organiser des réunions et envoyer des badauds pour dire « oulalalala, la guerre c’est mal » est la preuve de l’échec patent de l’UE. Allons-nous laisser tous les autres pays européens non-encore membres de l’UE tomber sous la coupe russe sans rien faire... et quand il ne restera plus que l’UE et les Etats russophiles, un petit coup de pression énergétique et l’UE tombe ! Honnêtement, nous n’avons aucune crédibilité diplomatique. Nous n’avons aucune puissance militaire et les dogmes néo-libéraux qui nous gouvernent nous empêchent de faire des mesures de rétorsion économiques et financières contre la Russie (qui feraient vraiment mais vraiment mal... Si l’UE cessait d’acheter et de vendre à la Russie et si tous les comptes russes étaient saisis et bloqués partout dans l’UE, ça ferait un de ces braoufs). En clair, les Russes rigolent. Ils vont laisser les clowns européens s’agiter et finir leur petite opération de police dans un de leur territoire récalcitrant.

          Néanmoins, il fallait s’y attendre. Il y a deux ans, Poutine avait clairement dit les choses dans un discours à Saint-Petersbourg : il ferait plier l’UE sous sa poigne.

          Ce que vuet la Russie : que l’Europe devienne soit son alliée (en abandonnant l’alliance avec les USA) ou qu’elle soit son pré carré.

          Après, je me rends compte que mon petit laius fait très anti-russe... je ne fais que décrire ce qu’il se passe d’un point de vue purement européen. Nous avons failli, nous n’avons pas vu les alertes (pourtant évidentes et publiques) et nous n’avons cherché qu’à faire du fric aux dépends de notre propre indépendance. ET maintenant, nous allons devenir (encore) un terraind ’opposition entre la Russie et les Etats-Unis.

          S’allier avec la Russie présenterait des avantages évidents... mais comme être sous la coupe américaine (vu ce qu’on accepte sans retour des USA), c’est abandonner l’idée d’une EUrope forte, puissante et indépendante qui puisse montrer aux autres continents (je pense à l’Afrique) que nous n’avons pas besoin des soit-disant super-puissances pour nous guider.


          • marc 15 août 2008 16:45

            "Tout d’abord, la Russie poursuit son retour à la politique qui était la sienne aux XIXe siècle : asseoir sa domination sur les terres qu’elle considère comme siennes. La Géorgie en est une et il était insupportable à Moscou qu’elle puisse continuer à vivre."
            Affirmation d’autant plus absurde que c’est la RUSSIE qui a décidé ( stupide et criminelle décision ) de sortir de l’URSS et donc d’en provoquer la dissolution , au profit des mafias de ses amis et de "l’ouest ". Seuls à ma connaissance, les pays baltes demandaient à sortir de l’Union Soviétique. Ce n’était pas le cas de la Géorgie qui tenait depuis longtemps une place importante dans l’Union, bien plus importante que son rôle actuel. (Staline était géorgien, ainsi que le dernier ministre des Affaires Etrangères de l’Union)


          • Imhotep Imhotep 15 août 2008 16:53

             Et l’Ukraine ? et la Tchéchénie ? Et l’Azerbadjian ? et Le Kazakhstan ?


          • marc 15 août 2008 16:57

            En parlant des mafias de ses amis, je voulais parler de Yeltsine. Mes excuses pur le phrase incompréhensible.


          • marc 15 août 2008 17:07

            Des tchétchènes islamistes ont revendiqué l’indépendance APRES, bien aprés  la dissolution de l’URSS, partant du principe qu’ils pouvaient bien se réclamer de l’exemple russe. quant aux autres, je n’ai jamais entendu parler de ces revendications à l’indépendance. Vous avez des sources ?


          • Imhotep Imhotep 15 août 2008 17:15

             Ah bon ? l’Ukraine cela ne vous dit rien ? Toutes les Républiques soviétiques ont été entraînées de force dans l’URSS et  après Yalta, le pacte de Varsovie a mis des pantins à la tête des pays " alliés " comme la Pologne, les pays baltes, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, l’Allemagne de l’Est, la Roumaine, la Bulgarie etc..


          • 5A3N5D 15 août 2008 19:40

            @ Marc,

            Seuls à ma connaissance, les pays baltes demandaient à sortir de l’Union Soviétique.

            Vous avez la mémoire très courte : la Géorgie a commencé à demander son indépendance en 1978.

            http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=georgie&cs_page=1&cs_order=0&num_notice=11&total_notices=27

             


          • mariner valley mariner valley 11 août 2008 10:59

            Bien que je ne vois comment sortir de ce probleme.
            Je trouve plutot normal que les presidents europeens (en particulier francais : gouvernance europeenne oblige) reagissent, ainsi que les ministres des affaires europeens d’alleurs.
            Apres que sarko est tarde ne me derange pas, tant qu’il le fait rapidement quand meme (ce qu’il a fait).

            Apres c’est du blabla anti-Sarko de base.

            Faudra voir comment en tant que chef d’etat et president de l’UE il gere l’affaire. La c’est un conflit potentiellement majeur qui est peut-etre latent.
            Ca maniere de gerer le probleme pourrait avoir des consequences sur lui et sa carriere dans le bon sens comme dans le mauvais si le conflit perdure.


            • Echo Echo 11 août 2008 11:02

              Ouf !

              Retour vers un monde multipolaire.

              Il etait temps, apres toutes ces annees d’arrogance occidentale. Les Russes ont ete patients et sans doute le seraient-ils encore si le president georgien n’avait pas stupidement franchi le Rubicon.

              Personnellement, je me sens mieux dans un monde sans guerre. Et pourtant, celle-ci me rassure, car elle montre avec eclat toute la betise d’un Occident qui ne croit qu’a la force.

              Cette fois, la force est en face et il va falloir la respecter.
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès