Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Giscard « déçu » du remaquillage de la Constitution européenne

Giscard « déçu » du remaquillage de la Constitution européenne

Comment transformer un « non » référendaire en « oui » parlementaire sans que ça grince dans les chaumières ? Par un simple et habile remaquillage. Et celui que le dernier Conseil européen a commandé à la Conférence intergouvernementale chargée de rédiger le nouveau texte fait non seulement hurler les souverainistes, gaullistes et autres alter-Européens de tous bords comme nous, mais il est loin de faire vraiment plaisir aux fédéralistes « honnêtes », à commencer par le premier d’entre eux.

Reçu ce mardi 17 juillet par la Commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen, Valéry Giscard d’Estaing a évoqué pendant deux heures l’avenir institutionnel de l’Union après l’accord conclu en juin au Conseil européen de Bruxelles.
L’ancien président de la Convention qui avait rédigé le traité constitutionnel rejeté à 55 %, a estimé que "c’est le processus constitutionnel de Laeken qui se poursuit" et que "90 % des termes sont identiques" à la Constitution européenne.
Il regrette en revanche que l’on tente de le dissimuler aux Français. Ceux-ci vont se réveiller bientôt et sans l’avoir vu venir, sous un nouveau régime qu’ils ont refusé deux ans plus tôt, qui ne sera plus la "République française" proprement dite, mais un ensemble de type fédéral défini par la Constitution européenne remaquillée.
Un traité constitutionnel qui n’ose plus dire son nom
Sur le choix de ne pas conserver la terminologie constitutionnelle, de ne plus évoquer les symboles de l’Union (hymne, drapeau, devise) et d’organiser cette réforme en deux traités modificatifs distincts, VGE a reconnu qu’il ne s’agissait que d’une opération cosmétique : "Pourquoi pas un seul traité en deux parties ?", s’est-il interrogé, "parce qu’il ressemblerait trop au traité constitutionnel !", a-t-il reconnu.

Au député Jean-Louis Bourlanges qui dénonçait à juste titre "la préférence européenne pour le mensonge", M. Giscard d’Estaing a d’ailleurs répondu "oui, ça n’est pas un texte de volonté politique (...) et il faudra aller plus loin."

Sur les symboles de l’UE, il a invité le Parlement à constater qu’ils étaient de plus en plus présents partout, comme l’hymne à la joie joué pour la première fois sur les Champs-Elysées le 14 juillet dernier ou le drapeau bleu sur le portait présidentiel. Se voulant rassurant, il a précisé que le mandat de la CIG indiquait seulement que les symboles ne seraient "pas évoqués dans le futur traité" - ce qui signifie leur "reconnaissance implicite" ! -, et que le Parlement européen serait bien inspiré de prendre une initiative pour déclarer qu’en ce qui le concerne, il reconnaît et utilise ces symboles.

M. Giscard d’Estaing a indiqué que le protocole sur les services publics aurait pu être parfaitement ajouté au traité constitutionnel, que la "primauté absolue du droit européen" sur le droit national même constitutionnel, a bien été "reprise à l’identique par une déclaration annexée" et que les dispositions sur la "concurrence libre et non faussée" ont été également "renvoyé à une annexe".

Sur le futur "Haut Représentant" pour la Politique étrangère et son service diplomatique, VGE a rappelé qu’il était en tous points la réplique du "ministre des Affaires étrangères de l’Union" prévu par le traité constitutionnel et que "de toutes façons, tout le monde l’appellera Monsieur le Ministre"...

Le "père" de la Constitution européenne rejetée s’est donc réjoui : "les innovations portent essentiellement sur la présentation, mais le contenu reprend bien les résultats de la Convention européenne et de la CIG de 2004 (la "Constitution européenne", ndlr) restés inchangés, dans un ordre différent, avec quelques rectifications mineures prenant le plus souvent la forme de protocoles".

Il a recommandé au Parlement européen de "veiller à ce que la CIG ne s’écarte pas de son mandat" car "c’est cette substance qui donnera le plus de chance à cette "Union sans cesse plus étroite" de se poursuivre" avec en tout état de cause, à terme, un "grand texte fondateur".

Jugeant pour sa part que "le non français n’était pas un non à notre texte", Valéry Giscard d’Estaing s’est néanmoins réjoui de ce que le président Nicolas Sarkozy ait choisi la voie parlementaire "qui garantit la ratification". Tu m’étonnes...

CB


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • flop flop 23 juillet 2007 12:01

    j’apprécie chez Damian West, sa force de volonté et ses tentatives pour détourner l’agressivité des agoravociens. ...mais peut-être que je me fais des films...


  • flop flop 23 juillet 2007 21:05

    tiens, c’est vous êtes pas encore à - 50 à l’heure qu’il est ?


  • tvargentine.com lerma 23 juillet 2007 09:59

    Il devrait etre interdit de présenter sur une liste aux élections européennes un candidat au delà d’un certain age.

    Car généralement,les politiciens en fin de carrière en France se retrouve élu sur une liste européenne et pour « exister encore politiquement » sont pret à faire tout et n’importe quoi.

    Giscard,Rocard,ils doivent prendre leur retraite et laisser la place à l’avenir de la France avec des hommes politiques plus jeunes


    • flop flop 23 juillet 2007 12:11

      oui : on devrait encadrer l’age de la majorité. Notre monde est designé par des pépères totalement à l’ouest. Comme dit JLGodard : « à un moment donné, on est définitivement d’une époque », et c’est vrai aussi de la politique.


    • Bof 28 juillet 2007 09:09

      @flop : après coup : je suis certain qu’il n’a jamais été d’une époque . Je me permets de dire ceci après avoir écouté les discours de droite et de gauche : « la France est sans le sous »a clamé Monsieur Hollande ; alors que lors du début de sa présidence ,les finances de la France étaient équilibrées et l’entreprise France avait de très nombreux atouts qui permettaient enfin au peuple Français de souffler. Il a tout ruiné avec le choc pétrolier certes mais un président doit savoir prévoir et cet individu n’a rien prévu du tout. Il a su montrer que l’on pouvait vivre à crédit ce qui est faux, un jour ou l’autre ,d’une façon ou d’une autre, il faut rembourser. Même si un Français de qualité est mis à la tête du Fmi.


    • stephanemot stephanemot 23 juillet 2007 11:07

      Cet Immortel est plus prosaiquement vert de rage de se voir depossede de son bebe. L’histoire ne retiendra rien de son grand oeuvre... lui qui se revait President de l’Europe et Pere Refondateur !

      Aigri, VGE se contentera de savourer les deboires judiciaires de son Brutus de Chichi depuis l’hospice de Chamalieres.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2007 11:41

        Giscard se moque de nous : lors de la calamiteuse campagne pour le OUI (on devrait plutôt dire : la campagne contre le NON), un journaliste l’avait interrogé sur ce qui se passerait si le NON passait. Il avait répondu : et bien on représentera le même texte aux Français quelque temps après. Ben voilà, on y est, pourquoi proteste-t-il ? Je crois tout simplement que c’est qu’il se vexe de ne pas avoir été assez mis en valeur à cette occasion.

        Je rappelle aux naïfs que Giscard a commencé sa carrière politique en 1954 (chez Edgar Faure), qu’il était déjà Ministre en 1962, et que ça fait donc 53 ans (oui, je dis bien 53 ans) qu’il est en activité. C’est pathétique.

        On parle beaucoup du non-renouvellement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite, à quand le non-renouvellement d’un politique sur 2 au départ de leurs fonctions ?


        • flop flop 23 juillet 2007 12:16

          c’est pas le seul domaine dans lequel les politiques se croit hors du jeu. Ils ont peut-être raison puisque ça marche Rappelez-vous (entre autre) l’interview Sarko - onfray où Le 1° disait que la loi était faîte pour qu’on ne lui obeïsse pas. Cool pour un ministère de l’intérieur, et qui promet !


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 juillet 2007 14:54

          (putain je réalise que la vie politique de Giscard est plus longue que ma vie à moi !)


        • marcel 23 juillet 2007 11:58

          Depuis 1974,le premier dans la lignée des présidents les plus calamiteux que la France ait jamais connus.

          Qu’il file vite dans les poubelles de l’histoire.


          • spartacus1 spartacus1 23 juillet 2007 19:02

            Avant de parler de président le plus calamiteux, attends de voir ce que nous réserve l’actuel.

            Comme lui, Giscard était vu comme jeune, dynamique, fonceur, voulant changer les choses, etc. Avec, en prime, que lui, au moins, avait le minimum culturel.


          • JL JL 23 juillet 2007 15:36

            Bon article, il en faut encore et encore, pour dénoncer les agissements des politiques qui trahissent leurs peuples.

            Il est évident que si le oui l’avait emporté il y a deux ans, les socialistes se seraient emparés du pouvoir haut la main en 2007 : cette élection était pour eux ’imperdable’, sauf que la patate toujours chaude pour eux ne l’était pas pour Sarkozy, lequel Sarkozy n’a pas une réputation de démocrate à soutenir. On était prévenus !


            • patroc 23 juillet 2007 19:43

              Bon article. Avec la propagande médiatique, Sarko0 supprime le droit au peuple de décider du futur de l’europe économique et politique. Si les sondages sont très très très très (trop ?) favorables, alors peut-être soumettra t-il la constitution (qui la connaît ?) au référendum ?... J’en doute...


              • (---.---.214.200) 24 juillet 2007 19:57

                le diamantaire est à la limite du sapin sur la photo !

                L’Europe constitutionnel pour pouvoir peut-être rentrer dans l’histoire, même ça il l’aura foiré !


                • Dégueuloir Dégueuloir 28 juillet 2007 01:51

                  protégeons les pachydermes,.....il nous fera toujours rire celui-là..... smiley smiley


                  • moebius 28 juillet 2007 02:42

                    Turkey, Turkey. Turquie en francais, la dinde en anglais Et depuis la consultation de mon dictionnaire français anglais à chaque fois que je vois apparaitre sur mon écran de télévision ou apparaitre sur mon moniteur un de ses « suppots » j’entend ce doux gloussement ; turquie turkey, je sais la dinde ne glousse pas mais l’image est belle, donc , j’entend ce si doux gloussement qui émane de cette inestimable personnalité et flop ! je l’associe automatiquement lui et ses amis, dans un reflexe quasi pavlovien à LA DINDE. Et je suis toujours aussi étonné qu’un certain nombre de nos concitoyens si diamétralement opossé sur l’échiquier politique à ce « présidentiable décalé » soit en meme temps de si fins amateurs de DINDES


                    • moebius 28 juillet 2007 02:43

                      ...expliquez moi ça...


                    • moebius 28 juillet 2007 03:20

                      Sur la photo, c’est « le mao » que vous nous aviez promis ? le petit livre qu’il brandit est blanc il n’est pas rouge. Vous auriez preferré une autre couleur ?


                      • moebius 28 juillet 2007 03:22

                        degueuloir1000dollards vous valez plus


                      • moebius 28 juillet 2007 03:33

                        Giscard a été un trés grand président. Bande de crétins bousseux. C’est sous son mandat que le plus grand nombre de réformes démocratiques ont étaient faites, c’est le président des vaches grasses et de la prospérité que vos parents ont connu... et Sarko sera le président des vaches maigres que nous allons connaitre mais dont il saura nous faire apprecier le lait maigre mais sucré


                      • Iceman75 Iceman75 28 juillet 2007 07:47

                        Mais c’est qu’il mordrait en plus smiley


                      • Bof 28 juillet 2007 08:46

                        Pourtant, il semble bien que si un autre que lui avait approché la constitution, nous l’adoptions avec un très bon score. La confiance en cet ancien président est totalement exclue. La situation où est la France est de son entière responsabilité , puisqu’il en est à l’origine avec l’instauration de « sa société » déresponsabilisée. « Faites moi confiance » qu’il avait dit qq jours après son élection...et 1981 et son expulsion de toutes responsabilités en a suivi. Il semble donc bien qu’il manque de mémoire et surtout de compétence. Il semble bien en prendre conscience mais qu’y pouvons-nous ? Loin de toutes décisions politiques sur notre sort , voilà ce qu’il me semble que disent les Français. Il doit bien rester brillant quelque part...>>quand on ne sait pas quelque chose on l’enseigne<< avait l’habitude de dire un de mes prof. préféré .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès