Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Giscard l’Européen en piste pour 2017 ?

Giscard l’Européen en piste pour 2017 ?

« Pour sauver la France, le futur Président devra être pro-européen. » (Valéry Giscard d’Estaing, le 9 octobre 2014).

yartiVGE2014100901

Titre provocateur d’autant moins pertinent que Valéry Giscard d’Estaing considère que l’horizon 2017 est encore trop lointain pour se préoccuper des éventuelles candidatures des uns et des autres. Pour lui, il ne faut pas s’en soucier avant dix-huit mois avant l’échéance, qui aura lieu à peu près en même temps que la future élection présidentielle américaine (novembre 2016) qui déterminera le successeur de Barack Obama.

L’ancien Président de la République était l’invité de Laurence Ferrari à "Tirs croisés" sur iTélé le 9 octobre 2014. Il était l’invité de la matinale sur Europe 1 le 7 octobre 2014. A priori, il devrait "faire" tous les médias pour assurer le service avant-vente de son nouveau livre "Europa, la dernière chance de l’Europe" préfacé par Helmut Schmidt, l’ancien Chancelier allemand qui était en fonction pendant son septennat.

À 88 ans et demi, Valéry Giscard d’Estaing s’intéresse encore passionnément à la vie politique et aux affaires de la planète. D’une voix de plus en plus chevrotante, délaissant la cravate, il a gardé l’esprit alerte et la réflexion intacte. J’admire un tel homme qui aurait pu, depuis au moins son retrait officiel de la vie politique, en 2004, se reposer tranquillement, goûter aux joies de l’écriture, et ne plus apporter sa contribution, forcément très solitaire, à la marche du monde. Il répond régulièrement aux invitations et était encore ces derniers jours à participer à une conférence auprès des étudiants de Paris Dauphine.

yartiVGE2014100902

L’ancien Président a salué l’approbation de la désignation de Pierre Moscovici comme commissaire européen, considérant qu’il avait sans doute les compétences pour la fonction, mais il a mis en garde sur le fait que la Commission Européenne n’est pas l’élément moteur de l’Union Européen. La locomotive doit rester, selon lui, le Conseil Européen, et il est bien plus difficile de prendre des décisions à vingt-huit aujourd’hui qu’à neuf ou à dix pays à son époque.

Valéry Giscard d’Estaing a bien compris que l’euroscepticisme avait gagné beaucoup de terrain, que l’abstention très forte aux élections européennes en a apporté une nouvelle fois la preuve, tandis que Laurence Ferrari s’était un peu emmêlée avec les référendums, confondant le Traité de Maastricht, qui avait été ratifié par les citoyens français le 20 septembre 1992, avec le Traité constitutionnel européen (TCE), rejeté le 29 mai 2005.

Il considère que le seul moyen de sortir de ce marasme européen, c’est de finir ce qui avait été commencé, et qu’un tel projet ne peut provenir que d’une initiative française. La France a toujours été à l’origine des initiatives fondatrices de l’Europe, que ce soit avec le Traité de Rome (Jean Monnet et Robert Schuman) ou avec la monnaie unique européenne, l’euro, demandée par François Mitterrand et Jacques Delors en compensation de la Réunification allemande. Il regrette ainsi la passivité de son successeur François Hollande qui s’est beaucoup discrédité sur la politique européenne (dès le TSCG).

yartiVGE2014100903


Et quelle est l’idée principale de Valéry Giscard d’Estaing ? Que le monde est divisé en grands ensembles économiques et si les pays européens ne sont pas capables de s’entendre, chacun y perdra son influence et son poids économique et politique. Que la souveraineté nationale ne peut pas s’affirmer en dehors d’une concertation européenne, sous peine de sa disparition au profit des puissances économiques montantes.

La Chine, l’Inde, peut-être bientôt le Brésil, la Russie, seront des puissances qui vont rattraper économiquement les États-Unis (pour la Chine, c’est très bientôt), et l’Europe ne pourra survivre qu’avec une intégration plus forte de ses structures économiques et sociales.

En clair, VGE propose qu’un noyau dur de l’Union Européenne, plus intégré, qu’il évalue à une douzaine d’États, aillent plus loin dans l’harmonisation fiscale et budgétaire. À partir du moment où la monnaie est la même, il faut, selon lui, que les impôts soient les mêmes pour qu’il n’y ait pas un pays qui profite plus qu’un autre d’attraction fiscale : les pays européens doivent rester unis et solidaires face aux autres puissances émergentes et pas se concurrencer eux-mêmes.

Le clivage est ainsi d’une grande clarté : d’un côté, les antieuropéens qui veulent jusqu’à sortir de la zone euro voire de sortir de l’Union Européenne (avec pour conséquence la multiplication par deux ou par trois de la dette publique déjà pas mal invalidante) ; d’un autre côté, les pro-européens qui veulent renforcer la zone euro en poursuivant l’intégration par une fiscalité harmonisée. Pour Valéry Giscard d’Estaing, cette opposition devra forcément se retrouver durant la campagne de l’élection présidentielle de 2017, probablement avec le FN comme principal représentant des antieuropéens.

Le pire, en quelques sortes, c’est la situation actuelle de statu quo, où personne ne prend aucune initiative, où la France et l’Europe se retrouvent au milieu du gué sans avoir la sécurité d’une des deux rives.

yartiVGE2014100904


Mais que devient le peuple dans tout cela ? Eh oui, l’Europe doit se faire avec le peuple, sinon, forcément, les citoyens "se rebellent" et s’opposent. Valéry Giscard d’Estaing suggère ainsi des référendums d’orientation. Pas une ratification d’un traité, oui ou non, les textes juridiques étant de plus en plus complexes et pas forcément compréhensibles pour tous les citoyens. En revanche, les citoyens doivent donner des mandats simples et clairs aux gouvernants sur le type de traité, éventuellement, à négocier pour la suite.

Ainsi, Valéry Giscard d’Estaing verrait bien une question de ce genre : êtes-vous favorable à une fiscalité identique dans les pays de la zone euro ? Cela resterait effectivement vague dans la mise en œuvre qui sera forcément le résultat d’une négociation multilatérale, mais cela recentrerait le débat public sur quelques questions essentielles et pas sur des détails qui pourraient se retrouver dans un traité de plusieurs centaines de pages.

C’est cette démocratie en amont qui a toujours manqué en France. Tous les référendums n’ont jamais été qu’une démocratie en aval, du fait accompli, avec un projet bouclé, à prendre ou à laisser, et c’était déjà le cas sous le Général De Gaulle, les référendums sont par conséquent utilisés forcément de manière plébiscitaire, par les initiateurs (les Présidents de la République) autant que par les électeurs (c’était assez patent le 29 mai 2005).

On pourra toujours évidemment parler d’une démocratie en amont lorsqu’on élit justement les représentants de la nation (parlementaire et chef de l’État). Certes, mais justement, dans une société qui est en perte de valeur, en perte de repère, qui cultive une profonde défiance vis-à-vis de la classe politique dans son ensemble, une classe politique qui ne s’engage pas à faire ce qu’elle promet avant les élections, il n’existe plus de personnalité providentielle, il n’existe plus de programme voté réellement. Par conséquent, il faut que les gouvernants soient guidés par quelques grands principes fondateurs approuvés par les citoyens. Comme cette ambition européenne affichée par Valéry Giscard d’Estaing.

Cela fait trente mois que François Hollande fait part de sa volonté de proposer une grande initiative européenne d'un commun accord avec l’Allemagne. On attendait la fin des élections allemandes, puis on attendait la fin des élections européennes. Et toujours rien. Il est donc curieux que le seul, dans la classe politique française, à se préoccuper de l’avenir de la France, ce soit finalement un vieillard qui aura plus de 91 ans lors des prochaines échéances nationales et pour qui l’influence de son pays compte encore beaucoup.

Puisque Valéry Giscard d’Estaing ne peut plus être soupçonné d’arrière-pensées électoralistes (au contraire de sa proposition de quinquennat), il serait salutaire que la classe politique actuelle l’écoute un peu plus, faute d’être capable d’imaginer elle-même le futur national et européen.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (10 octobre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le monopole du cœur.
Il y a 40 ans, l’élection à l’Élysée.
Bilan du septennat de Valéry Giscard d’Estaing.
Non, VGE et Pompidou ne sont pas responsables de la dette publique !
Charles De Gaulle.
Georges Pompidou.
François Mitterrand.
Jacques Chirac.
Nicolas Sarkozy.
François Hollande.
François Bayrou.
Jacques Delors.
Qui pour 2017 ?
L’Union Européenne.
La construction européenne.
Le Nouveau Monde.
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.15/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • jocelyne 10 octobre 2014 11:45

    on va avoir droit à cela longtemps ? toutes ces ordures qui ont conduit le monde et le pays ou nous en sommes ne méritent au mini que le mépris


    • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 2014 15:07

      Giscard a une tête de mante religieuse il ne lui manque que les mandibules .....


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 octobre 2014 13:40

      @ l’auteur

      j’ai rarement vu des cercueils voter...à part en corse, et dans quelques républiques bananières.

      mais c’est vrai qu’un homme qui a couché avec la femme d’un despote africain, lequel lui avait donné des diamants a montré de remarquables facultés à tromper son monde pourrait bien encore le tromper une fois.
      ceci dit, j’en doute un peu.
       smiley

      • lloreen 10 octobre 2014 13:43

        « Sauver » la France avec une momie, c ’est tout ce qu’ ils ont trouvé de mieux ?


        • lloreen 10 octobre 2014 13:45

          J’ espère que les populations auront maintenant compris que ce sont elles qui ont à se sauver de ces parasites.


          • Jelena XCII 10 octobre 2014 14:28

            >> Mais que devient le peuple dans tout cela ?
             
            Le peuple ? L’UE n’ayant pour seule vocation que d’enrichir banques et multinationales, je l’ai déjà dit et je le répète, l’ex-URSS (ou la Yugo sous Tito) était préférable à l’UE actuelle (santé, éducation, retraite...).
             
            Des référendums ? Cette blague... L’UE fasciste n’est en rien démocratique. Au sein de cette euro-mondialisation ce sont une fois de plus, les banques et multinationales qui font la pluie et le bon temps et ce sera encore plus vrai quand le TAFTA sera mis en place.


            • Gauche Normale Gauche Normale 10 octobre 2014 21:34

              C’est en effet un constat amer et cruel pour l’UE mais tellement vrai ! Non seulement elle a les défauts de l’URSS et de la Yougoslavie mais en plus elle n’en a aucune qualité ! Pathétique.


            • lautrecote 10 octobre 2014 14:58

              >> Mais que devient le peuple dans tout cela ? Eh oui, l’Europe doit se faire avec le peuple, sinon, forcément, les citoyens « se rebellent » et s’opposent. Valéry Giscard d’Estaing suggère ainsi des référendums d’orientation. Pas une ratification d’un traité, oui ou non, les textes juridiques étant de plus en plus complexes et pas forcément compréhensibles pour tous les citoyens.

              C’est vrai que le peuple n’y comprend rien
              Sommes tous des crétins
              Je ne comprends même pas pourquoi on nous demande notre avis !

              Comme quoi les médias font bien leur boulot...


              • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 2014 15:05

                Peu après son élection à la présidence de la République française, Valéry Giscard d’Estaing rencontra de nouveau Bokassa et des membres de son gouvernement dans le château de ce dernier en Sologne. Après les entretiens entre les deux chefs d’État et le déjeuner, le président centrafricain remit au président français plusieurs cadeaux en guise d’amitié notamment « un panneau décoratif en ivoire et des plaquettes de diamants. »


                • c’est pas grave 10 octobre 2014 23:03

                  « Pour sauver la France, le futur Président devra être pro-européen. »

                  laissez-moi deux secondes , je vais vomir , je reviens juste a


                  • c’est pas grave 10 octobre 2014 23:04

                    juste après

                    (j’ai eu un spasme )


                  • Montdragon Montdragon 11 octobre 2014 14:45

                    Mince, on aurait pu Mettre Messmer en face, mais il est mort...ah je sais ! Rocard !


                    • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 2014 09:39

                      S’il est élu président en 2017 les toilettes de l’Élysée vont êtres remplacées par un distributeur de couches ......


                      • dup 12 octobre 2014 09:58

                        vous êtes pas fatigué de rakotoriser (autre terme pour radoter) .nous servir du Giscard faisandé ,presque déjà froid .l ’homme des trahisons, des diamants, de la loi 1973. l’arrogant qui claque la porte aux Français lors d’une TV. L’Europe va de ruine en austérité , de scandale eu dictature. celle qui suit Obama dans toutes ses guerres comme les chiens suivent le cul du premier. Vous êtes sur agoravox , pas sur libé. s’il vous restait un seul neurone vous iriez à l’école avec Asselineau et vous apprendriez que votre Europe n’est qu’un vaste piège d’où sortiront des larmes et rien d’autre. mais j’oubliais : on vous paie pour votre sale boulot


                        • legrind legrind 27 octobre 2014 17:30

                          s’il vous restait un seul neurone vous iriez à l’école avec Asselineau 

                          François 0,4% Asselineau ? smiley 

                        • legrind legrind 27 octobre 2014 17:28

                          Il devrait demander pardon aux français pour le regroupement familial et fermer sa gueule.


                          • totobill 14 décembre 2014 10:18

                            Giscard... j’étais sur qu’il était déjà mort moi ....
                            Alors non seulement il ne l’est pas mais en plus il continue de donner ses leçons de cons.
                            Lui, ce traitre au Pays, cet inutile patenté, ce parasite en costard, grand voleur devant les Français continue d’avoir une tribune ?
                            Décidément on marche sur la tête. Et que dit-il ? ben ...comme d’hab....des conneries ...des giscarderies quoi ....
                            Alors je vais être gentil ...qu’il crève !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès