Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Goulard et Verhofstadt, entre ayatollahs et croisés eurobéats

Goulard et Verhofstadt, entre ayatollahs et croisés eurobéats

Coup sur coup, Europe 1 a invité deux figures du groupe libéral ADLE du parlement européen, d’abord son président, le Belge Guy Verhofstadt, puis la Française Sylvie Goulard. Un grand moment pour saisir toutes les impasses et le dogmatisme des eurobéats, dont la « pensée » n’est qu’une croyance.

 
Un véritable fanatisme européen
 
Vendredi, le président du groupe libéral a repris l’antienne communiste d’avant la chute du mur de Berlin, à savoir que quand quelque chose ne va pas en Europe, c’est parce que l’on ne serait pas allé assez loin dans l’intégration. Dommage que l’interviewer ne lui ait pas renvoyé les paradoxes qu’il y a à dire que l’intégration ne marche pas faute d’une intégration suffisante. Pourquoi plus d’intégration règlerait les problèmes issus de cette intégration ? Et pourquoi ceux qui proposaient cette intégration ont proposé une voie qui ne fonctionne pas ? Cela vaut pour l’euro, pour lequel il propose une plus grande intégration économique, et les migrants, où il dénonce la fermeture des frontières nationales, sa solution étant évidemment « une politique commune d’asile et d’immigration  », malgré les divergences du continent.
 
Mais samedi matin, Sylvie Goulard a fait encore pire que son chef de fil. Nous avons eu droit au discours sur la taille trop petite de nos pays dans la globalisation, antienne infirmée par tant de pays. Elle a aussi trouvé le moyen de dénoncer la mollesse des grands partis après 2005, comme s’ils avaient renoncé au projet de traité, alors qu’ils en ont accepté une copie quasi conforme 3 ans après, au mépris de la démocratie. Tous les problèmes seraient la faute de politiciens manquant de courageux et de peuples cédant à la démagogie, refusant d’aller dans le sens de la lumière, celui de son idole des temps modernes, l’UE. Son discours avait la nuance de celui d’un ayatollah guère modéré, et parfois même une forme de violence à peine contenue à l’égard de ses opposants, qui en dit sur les évangélistes de l’UE.
 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit avec les missionnaires de l’UE : nous ne sommes plus dans le champ de la politique, mais bien d’une religion, une religion guère démocratique quand elle refuse de remettre en cause des directions prises il y a longtemps au nom des traités.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 25 janvier 09:51

    vidéo pour les Euro-béats .....la migration avec l’EU, a consommer avec modération ..... https://www.youtube.com/watch?v=44vzMNG2fZc


    • tonimarus45 25 janvier 11:51

      bonjour— un debat ou un monologue a deux voix ????? comme par exemple tres souvent a « c dans l’air »" ou là c’est un monologue a quatre voix souvent les memes et disants la meme chose ???


      • Ar zen Ar zen 25 janvier 12:53

        C’est vrai quoi ! C’est quand même sympa un débat entre un euro-béat et un europhile. C’est toujours enrichissant. Nous sommes ainsi certains de comprendre pourquoi l’U.E fonctionne si bien, comment elle forme un « bloc » puissant pour lutter contre le bloc « US », le bloc « Russe » et le bloc « Chinois ». Comment l’UE, grâce à des mesures appropriées, a pu amener 28 pays en convergence vers le plein emploi et la croissance. Par ailleurs, des débats de cette nature respectent la pluralité d’opinions et des temps de parole si chers au CSA.


        • Parrhesia Parrhesia 26 janvier 20:39

          >>>Nous avons eu droit au discours sur la taille trop petite de nos pays dans la globalisation, antienne infirmée par tant de pays. <<<

          « Antienne infirmée »... C’est vite dit !

          Cette antienne est surtout infirmée lors de comparaisons hâtives avec de petits pays mieux gérés que la France laquelle est devenue un cas très particulier tant elle victime de trahisons et d’incompétences dans la conduite de ses affaires !!! Et tant elle souffre d’une indigence d’esprit quasiment pathologique pour tout ce qui touche les réalités économiques, particulièrement en matière de commerce international !

          Il faut en effet une méconnaissance grave de ces problèmes pour oser affirmer que toutes choses égales par ailleurs, une puissance économique de 65 millions de consommateurs potentiels a autant de chances, sinon plus de chances, de gagner une compétition économique qu’une autre puissance économique de 130 millions de consommateurs potentiels.

          Que la pauvre France s’en sorte désormais beaucoup moins bien que certaines puissances économique plus modeste, c’est certain ! Mais le constat est moins dû au fait qu’elle soit intégrée dans un ensemble économique indéfendable qu’au fait qu’elle soit trahie dans tous les domaines au bénéfice de capitalistes exclusivement financiers. D’autant que les rares compétences économiques et politiques qui lui restent sont maintenant purement et simplement muselées ! Il suffit pour s’en convaincre de la comparer avec l’Angleterre (qui, je le reconnais, pèse environ quinze millions de consommateurs de plus que nous) mais qui a joué le coup différemment profitant bel et bien des avantages de l’Europe sans en avoir, comme nous, tous les inconvénients !

          Le temps a évidemment joué contre ceux qui, comme moi, ont longtemps prêché pour la solution d’une modification drastique de l’actuelle contre-Europe (et qui ont voté NON au referendum de 2005… N’est-ce pas, monsieur Sarkozy ?). Or, chaque jour qui passe nous rapproche désormais d’une issue qui ne pourra qu’être brutale, et sans doute beaucoup plus que brutale !!!

          Mais de là à en conclure que les chances de la France actuelle, seule et trahie, seraient meilleures que les chances d’une France « libérée par elle-même » et intégrée dans un Marché commun cohérent de 350 millions de consommateurs, il y a évidemment un monde…

          Le même constat est aussi valable pour les autres pays de l’ex C.E.E.

          Tout ceci à condition, naturellement, que nous parlions bien encore de la France et non de la « rest-room » de l’hôtel Bilderberg …

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès