Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Gouvernance économique européenne : un nouveau cap à franchir

Gouvernance économique européenne : un nouveau cap à franchir

Le Conseil européen qui s'est tenu à Bruxelles les 23 et 24 juin derniers a marqué une première étape dans l'approfondissement des mesures destinées à surmonter les difficultés de l'Union économique et monétaire. Pour autant, en matière de gouvernance économique, les Européens se sont arrêtés au milieu du gué, et n'ont pas sauté le pas d'un véritable pilotage économique de la zone euro et d'une plus grande mutualisation de leurs moyens financiers. Une véritable rénovation de l'Union économique et monétaire passe par une coordination renforcée des Etats membres et de politiques communes en matière d'investissements d'avenir, un pacte de stabilité et de croissance renforcé et équilibré, un véritable gouvernement économique européen via l'institutionnalisation de l'Eurogroupe, une intégration budgétaire.

La crise a mis en évidence la fragilité d’une Union économique et monétaire déséquilibrée, dotée d’un pilier monétaire sans pendant économique. Les Européens ont enfin reconnu que la construction de ce second pilier était indispensable et ont décidé de doter l’UEM d’une gouvernance économique avant l’été 2011.
 
Le Conseil européen des 23 et 24 juin est une étape clé dans ce calendrier : il conclue la première phase du « semestre européen » en émettant un avis et des recommandations sur les programmes nationaux de réforme, de stabilité et de convergence, au vu du « pacte pour l’euro plus » pour ses signataires, prépare un accord sur « le paquet gouvernance économique », et fait un bilan des mesures jusqu’ici adoptées.
 
Les enjeux débattus sont vitaux pour la croissance européenne. La crise a mis en exergue la fragilité d’une Union économique et monétaire déséquilibrée, grevée par des politiques économiques non coordonnées, souvent non coopératives, et un appui politique et financier insuffisant à la stratégie de Lisbonne.
 
Les propositions sur la table restent néanmoins insuffisantes et contestables.
 
- Les gouvernements européens accordent à juste titre leur priorité à la réduction des déficits publics et à la stabilisation macro-économique de la zone euro. Ces objectifs sont incontournables. Cela dit, leurs orientations n’accordent pas assez d’importance aux investissements indispensables à la mise en œuvre d’une stratégie de croissance et risquent d’avoir un effet pro-cyclique en pesant sur la reprise, la demande et les conditions de travail des Européens.
 
- Avec « le pacte pour l’euro plus », les Européens répondent au besoin de coordination des politiques économiques par une convergence vers un modèle unique, une vision schématique et partielle du modèle allemand, négligeant l’hétérogénéité des situations des Etats membres. Or la notion de convergence n’est pertinente que si l’on raisonne sur le long terme et qu’elle porte sur la convergence des niveaux de vie.
- La réforme du pacte de stabilité et de croissance est nécessaire mais celle-ci ne devrait pas éviter les écueils de la première mouture. Si la prise en compte de la dette et des déficits macro-économiques comme le durcissement des sanctions sont des progrès, le principe de prudence budgétaire, l’approche strictement comptable des déséquilibres couplée à une potentielle automaticité des sanctions devraient renforcer l’effet pro-cyclique du Pacte, limitant les leviers de la croissance et les stabilisateurs économiques en récession.
 
- Enfin, le système de gouvernance discuté s’en tient à la méthode intergouvernementale, malgré ses limites avérées par l’échec de la stratégie de Lisbonne et l’inefficacité du pacte de stabilité et de croissance.
 
Les Européens restent donc aujourd’hui au milieu du gué. Or la crise appelle une réforme plus profonde de la gouvernance économique européenne et un effort beaucoup plus conséquent en faveur de la stratégie Europe 2020. Pour renouer avec la croissance, un nouveau cap dans l’intégration est indispensable.
 
- Les politiques d’assainissement budgétaire sont essentielles, mais les dépenses d’avenir et le soutien de la demande le sont tout autant. La mutualisation des efforts européens s’impose aujourd’hui à travers des politiques structurelles européennes dans des secteurs clés pour la croissance, tels que la recherche, l’innovation, l’industrie, les infrastructures ou l’énergie.
 
- Pour que le pacte de stabilité soit également porteur de croissance, il devrait appréhender de manière plus globale les déficits structurels des Etats et privilégier un système d’incitations et de sanctions gradué. Le rôle de la Commission dans le suivi et l’application du pacte mériterait également d’être renforcé.
 
- Il est également temps que le pilier économique de l’UEM devienne le pendant du monétaire. Un tel rééquilibrage est possible avec l’institutionnalisation de l’Eurogroupe et sa présidence par le Commissaire aux affaires économiques et monétaires, un Ministre des finances européen souhaité par M. Trichet.
 
- Cette intégration économique doit se coupler à une intégration budgétaire : la solidarité et la mutualisation s’imposent là encore compte tenu de l’interdépendance des destins économiques des Européens et des fortes contraintes qui pèsent sur les budgets nationaux. Le budget de l’Union doit être progressivement augmenté pour financer la stratégie Europe 2020 grâce au développement de ses ressources propres.

Moyenne des avis sur cet article :  1.14/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 2 juillet 2011 12:10

    Je recopie le lien de la vidéo que j’ai postée il y a quelques jours, c’est intéressant ce que dit Patrick Le Hyaric, ainsi que le commentaire (rappelle de ce qu’a été la stratégie de Lisbonne, et qu’est un fiasco très discret, le Grand Emprunt, l’argent à gogo, distribué sans compter, et un endettement que l’on demande aux peuple de rembourser) 

    http://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/projet-europeen-2020-30789

    "Après la stratégie de Lisbonne, voici nouveau projet européen 2020.


    C’était quoi la stratégie de Lisbonne ? Voici ce qu’on dit le site consacré par la Commission européene à sa prommotion

    La stratégie de Lisbonne :

     

    Comment fonctionne-t-elle ?

    Le principal défi de l’Union européenne consiste à sortir de la récession grâce à des mesures visant à rendre l’économie plus verte et plus innovante, tout en encourageant l’apprentissage tout au long de la vie. Nos pays sont tellement interdépendants du point de vue économique que, pour changer vraiment la situation, ils doivent collaborer dans le cadre de l’Union.

     

    Pourquoi avons-nous besoin de réformes économiques ?

    Pour rester compétitive par rapport à ses partenaires commerciaux traditionnels, tels que les États-Unis et le Japon, et aux économies émergentes telles que la Chine et l’Inde, l’Union doit être plus innovante. L’objectif final des réformes économiques est de garantir la viabilité des systèmes de protection sociale européens à long terme.

     

    Qui fait quoi ?

    La stratégie de Lisbonne est un « partenariat pour la croissance et l’emploi » entre l’Union européenne et ses États membres, qui fixe les grandes lignes des réformes et les objectifs et priorités à concrétiser.

     

    Chaque gouvernement établit ensuite un programme de réforme national qui tient compte de sa propre situation. Les réformes concernées vont des finances publiques à l’éducation, en passant par la recherche et le développement, l’environnement économique et le marché de l’emploi. L’Union européenne surveille les progrès réalisés par chacun des États membres et leur adresse éventuellement des recommandations.

     

    Les États membres de l’Union reçoivent 350 milliards d’euros des Fonds structurels européens afin de les aider à mettre en œuvre ces réformes. En outre, 50 milliards d’euros sont investis dans des projets de recherche et développement.

    Tant de milliards, et pas de résultat. Cherchez l’erreur.

    P. Le Hyaric nous explique qu’il y a eu une contre révolution fiscale. L’Etat s’est privé de recette. Il y a eut transfert de richesse vers le capital au détriment du travail (salaires)

    Le service de la dette (les taux d’intérts payés) présente le 3eme chapitre dans le budget de la nation plus de 40 milliards d’euros, plus que le budget de l’Education national.

    Pourquoi voulez-vous qu’ils arrêtent si leur responsabilité n’est pas mise en cause, on n’a jamais demandé de compte de leurs échecs.


    • Alpo47 Alpo47 2 juillet 2011 12:55

      "... Or la crise appelle une réforme plus profonde de la gouvernance économique européenne et un effort beaucoup plus conséquent en faveur de la stratégie Europe 2020. Pour renouer avec la croissance, un nouveau cap dans l’intégration est indispensable....« 

      Ben, voyons ...

      Terra Nova tombe le masque. Think tank à l’extrème droite de la gauche, ils nous disent enfin que pour eux, il faut plus d’europe, plus d’intégration économique ... DSK est de retour (enfin bientôt...) et TN retrouve ses couleurs.

      J’ai rêvé, ou il y a bien 56% des Français qui ont voté contre.

      Autrement dit, après avoir privatisé les bénéfices, mutualisons encore plus les pertes. De ce fait, tous les citoyens et contribuables seront mis à contribution pour combler les pertes des plus dispendieux.

      J’ai une idée ... faisons un référendum sur toutes ces questions. Ce n’est pas démocratique, ça ?

      Allez ... les gars de TN ... à »gauche", on défend les Droits du peuple, non ?

       

      • Laurent_K 2 juillet 2011 17:06

        Un reférendum ? Non mais cela ne va pas la tête ? On risquerait de dire non.


      • ottomatic 2 juillet 2011 13:30

        Terra nova, aussi a gauche que DSK... C’est dire...


        C’est quoi cette sureprésentagtion avec 3 articles le même jours ???

        • ja.poirier 2 juillet 2011 13:43

          le syndrome du Titanic a encore fait des ravages ....


          • lenormand 2 juillet 2011 14:13

            Et si on posait aux français la vraie question de fond ?
              La France doit-elle rester une nation  ?
             une nation libre évidemment.
             A quand un referendum ? plutot que ce qui se passe déjà depuis de nombreuses années par notamment l’UMP et le PS ... le grignotage sans fin de notre souveraineté !
             Avec DLR


            • Laurent_K 2 juillet 2011 17:33

              Rien dans ce texte sur la démocratie sauf « renforcer le rôle de la commission ». Terra nova veut visiblement que l’Europe continue de creuser son déficit démocratique. Ce déficit, visiblement, il n’y a pas urgence àle résorber.

              J’en ai marre de ces escrocs et pour mon vote en 2012, je me souviendrai de la forfaiture du traité de Lisbonne.


              • samuel_ 2 juillet 2011 18:17


                 Encore plus de pouvoirs confiés à une institution non démocratique qui s’appelle l’UE.

                 La destruction de l’acquis démocratique en Europe est la grande régression que veulent Terra Nova et son parti le PS.


                • Capone13000 Capone13000 3 juillet 2011 12:22

                  La propagande pro-européenne de Terra nova comment à m’agacer.

                  Quand allez vous entendre que les gens ne veulent ni de cette europe ni d’aucune autre car elle ne peut être autrement. L’UE est une construction raciste sous influence complète des USA et qui ne profite qu’aux allemands.

                  Un Français n’est pas un letton, un letton n’est pas un espagnol, un espagnol n’est pas un bulgare, etc... il faut que vous comprenniez que aucun de ces pays n’a la même histoire, la même culture, etc.. Il n’y aura jamais de peuple européen, alors de grâce TN allez faire votre propagande ailleurs !

                  Pour en savoir plus sur votre europe : www.u-p-r.fr

                   


                  • Aureus 3 juillet 2011 15:04

                    L’Union Européenne ne marche pas alors il faut plus d’Union Européenne.

                    Comme au bon vieux temps de l’URSS, quoi.


                    • LE CHAT LE CHAT 3 juillet 2011 23:04

                      assez de cette propagande pour cette Europe qu’on vomit ! vive les nations de nouveau libres et indépendantes !


                      • Maldoror Maldoror 13 juillet 2011 09:56

                        Terra Nova, allez refourguer vos salades ailleurs !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès