Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Grèce : la proposition indécente des euraustéritaires

Grèce : la proposition indécente des euraustéritaires

Billet terminé vers minuit hier
 
Alors que Tsipras avait fait un grand pas vers ses créanciers, au point de susciter les interrogations d’une partie des nonistes et de son parti, l’Eurogroupe lui a répondu avec ce qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux programmes de la troïka qu’il dénonçait dans l’opposition. 
 
 
 
Diktat austéritaire et néolibéral
 
Tout dans l’effarant texte de l’Eurogroupe, qui ne semble pas avoir fait l’unanimité, semble surréaliste par son caractère agressif, sur le fond comme sur la forme. Bien sûr, il est temps que les négociations prennent fin, dans un sens ou dans un autre. Mais alors qu’Athènes avait fait preuve de beaucoup (trop) de bonne volonté jeudi, l’Eurogroupe répond par une proposition qui semble largement durcie par rapport à celle qui avait été sur la table fin juin. D’abord, l’Eurogroupe demande que certaines réformes soient votées mercredi au plus tard, et que cela soit un préalable à toute discussion sur le niveau de la dette. Difficile de faire davantage à la façon d’un pistolet sur la teme !
 
Sur le fond, la réforme des retraites doit être durcie pour éviter tout déficit et des coupes budgétaires quasi-automatiques doivent être mises en place en cas de non respect de la trajectoire d’excédent primaire, le marché du travail doit être libéralisé plus encore (le travail du dimanche), l’électricité doit être privatisé et pas moins de 50 milliards d’actifs de l’Etat doivent être placé dans un fond situé au Luxembourg (! !!) pour servir de garanties à un nouveau plan qui pourrait porter sur 82 à 86 milliards. On ne voit pas bien ce que le travail du dimanche ou la propriété des pharmacies font ici, si ce n’est par pur dogmatisme néolibéral autoritaire. Les premières réactions de la Grèce sont négatives.
 
Impasse à tous les niveaux
 
De manière assez effarante, le document attribue les difficultés actuelles du pays à l’absence de réformes ces douze derniers mois. Mais il faut un sacré culot pour oser affirmer cela alors que bien des observateurs avaient annoncé que les plans de 2010 et 2012 étaient intenables et que les prévisions de la sinistre troïka ne se sont presque jamais réalisées. Mais ici, on semble être dans le jeu de rôle. De même que la Grèce semblait défier ses partenaires de dire « non » à ses propositions pour leur rejeter la responsabilité d’un éventuel échec, ces derniers semblent vouloir inverser la perspective en défiant les Grecs de dire « non » à ces propositions, même si elles semblent inacceptables.
 
Ce faisant, c’est tout ce château de cartes européen qui semble sur le point de voler en éclat. Parce que les plans du passé ont organisé une saignée aussi violente qu’inefficace, les Grecs veulent en sortir. Mais parce qu’ils semblent tenir à l’euro, ils semblent prêts à bien des compromis. Parce que certains pays européens ne souhaitent pas risquer perdre leur mise, ils mettent en place des conditions tellement dures qu’elles sont la cause des échecs du passé, cassant la croissance et alourdissant le fardeau qui pèse sur Athènes. Bref, impossible de voir une issue dans ce capharnaüm qui place les pays européens devant deux impasses. Celui qui aura le moins peur de la rupture l’emportera.
 
 
Il n’empêche que la proposition de l’Eurogroupe semble aujourd’hui totalement inacceptable pour Athènes, qui avait pourtant fait d’énormes efforts. Les contradictions de la monnaie unique semblent la rattraper. Difficile de ne pas voir que tout était bien plus simples avant l’euro.

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • confiture 13 juillet 2015 10:52

    Va t’il y avoir un plan C ? réponse dans les jours qui viennent... Eurogendfor est prête elle.


    • howahkan howahkan Hotah 13 juillet 2015 11:11

      Dans toute compétition, il y a surtout des perdants,alors ce qui se passe en Grèce est tout a fait en accord avec ce que l’on croit penser et vouloir...

      ceci n’étant jamais vu ,compris, donc remis en cause, le monopoly va donc continuer..et à ce jeu il n’y aura que un seul gagnant...

      plus simple à saisir tu meurs car ceci est très très superficiel et meme en surface de la surface ..et pourtant non , cela n’est jamais saisis,compris,vu ni que cela est business donc guerres, donc destruction, donc violences, donc famines, donc etc etc

      et là je me dis : mais qu’est ce que on ferait si on était moins con  ???


      • fred.foyn Le p’tit Charles 13 juillet 2015 11:24

        Tsipras...Une couille molle..très molle..Vient de chier sur son peuple..en geste de remerciement du vote NON...Rarement vu une saloperie dans son genre qui retourne sa veste aussi vite.. ?


        • zozoter 14 juillet 2015 09:32

          @Le p’tit Charles
           Mais c’est un trotskyste, donc...


        • eric 13 juillet 2015 13:08

          Indécente ? Vraiment ? Cela tombe très bien le pouvoir grec vient de se voir largement renouveler démocratiquement, tout pouvoir pour refuser tous cela immédiatement, ici et maintenant, et commencer sans attendre à appliquer avec ses propres forces l’intégralité de son programme électoral sans que personne ne s’en mêle hors Euro, Europe, Otan, et toute pression extérieure.

          Les dernières nouvelles semblent être qu’il n’est pas trop pressé....


          • TSS 13 juillet 2015 13:48

             Tsipras ,le dur à cuire, vient de capituler en rase campagne s’asseyant sur le vote de son pays !

             D’autre part on glorifie dans les merdias aux ordres l’entente parfaite entre Merkel,Schauble

             et Hollande ,Valls prouvant que les morts de 14/18 et 40/45,pour garder notre indépendance,

             etaient parfaitement inutiles puisque les 2 derniers presidents français baissent allégrement

             leurs pantalons devant l’Allemagne en signe d’allégeance ... !!
             


            • Vipère Vipère 13 juillet 2015 14:37

              @TSS

              « Tsipras ,le dur à cuire, vient de capituler en rase campagne s’asseyant sur le vote de son pays ! »

              Les grecs ont dit non à l’austérité, par conséquent le vote grec signifie que Tsipras ne doit pas revenir les mains vides, il doit convaincre ses créanciers, Merkel et consorts de continuer à financer la Grèce ! En cela, il ne trahit pas les citoyens de son pays et leurs attentes.

              Répéter la mantra officielle ou les écrivaillons, sans réflexion personnelle n’ alimente pas le débat citoyen, libre et indépendant des médias ! smiley


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2015 18:23

              Ben oui, Tsipras a promis de rembourser la dette, de rester dans l’ UE & l’euro.
              Il n’a pas menti sur ces points là. De quoi se plaignent les Grecs ?
              Qu’il n’y a pas de démocratie en Europe ?
              Que rester dans l’ UE oblige à s’y soumettre ?
              Que rester dans l’euro-mark va continuer à plomber leur économie ?
              Que Syriza n’est pas plus « de Gauche radicale » que Hollande ou Sarkozy ?
              Que les Partis de la Gauche européenne devaient « violer les Traités » et « renverser la table » etc ?
              Que Syriza est un Parti leurre qui leur a fait croire qu’on pouvait changer l’ UE de l’intérieur ?


               Syriza est un Parti leurre. Communiqué de presse UPR 26 Janvier 2015.
               L’ UPR avait raison sur tout. Communiqué de presse 9 Juillet 2015.

              Quant à l’auteur, il n’a de Gaulliste que le nom, la souveraineté est pour lui un mot vide de sens.
              Il critique l’article 50 qui est le seul moyen légal de sortir de l’ UE, au prétexte que les négociations de sortie pourraient durer 2 ans.... Trois ans après avoir écrit son article, le canard européen est toujours vivant et aussi virulent.

              Mais Herblay, comme Mélenchon, Dupont Aignan, le FN ou Tsipras, refuse de sortir de l’ UE, car il est favorable « à un autre projet européen », une autre mouture « d’ Autre Europe à la St Glinglin »...

              Voilà ce qu’il est possible de faire en utilisant l’article 50 :
               « Le jour d’après » par Asselineau.


            • TSS 13 juillet 2015 21:17

              @Vipère

              Répéter la mantra officielle ou les écrivaillons, sans réflexion personnelle n’ alimente pas le débat citoyen, libre et indépendant des médias ! 

              Au lieu de donner des leçons vous feriez bien de comprendre qu’à chaque fois que l’eurogroupe

              (les banques) prete 15 miiliards à la Grèce ,la Grèce s’enfonce un peu plus dans une dette

              qu’elle ne remboursera jamais et les banksters gagnent,eux,2 milliards avec les interêts prohibitifs... !!


            • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 juillet 2015 14:02

              Tsipras (ou le bon sens, tout simplement) a perdu une bataille, mais pas la guerre.

              On va voir, si Tsipras, en appliquant le plan génial proposé par les sages de l’Euro arrivera à rembourser une dette impossible à rembourser.

              Il va y avoir une suite, les faits seront têtus, et donc on creusera encore et encore pour comprendre la situation, on y va découvrir comme on a découvert des pépites qui nous informeront cette fois sur l’incompétence et l’insanité de ceux qui auront pris les décisions. On avancera...

              Première remarque : Je ne comprends toujours pas pourquoi les nationalistes et les anti-européens s’amusaient à tirer sur l’ambulance SYRIZA : pour que Tsipras fasse tout le boulot à votre place ? Pour qu’il trahisse le profond sentiment pro-européen des grecs que vous n’arrivez pas à comprendre ?
              C’est tactiquement se tirer une balle dans le pied, ajouter de la confusion là ou les gens ont besoin de clarté. Mais je constate que vous, Laurent, vous l’avez compris : vos articles deviennent plus didactiques que politiques. Et c’est bien

              Une dernière petite remarque : selon le dico, il ne faut pas utiliser le mot « néolibéral » car un vrai néolibéral n’utiliserait jamais de l’argent public pour renflouer une dette impossible à rembourser. C’est une autre espèce qui mène la danse, et vous énervez les capitalistes du forum pour rien.


              • izarn 13 juillet 2015 16:54

                @La Voix De Ton Maître
                Etre pro européen, ce qui ne veut en fait rien dire du tout, puisque historiquement nous sommes tous européens de naissance, ne veut pas dire etre pro UE, ce machin fricoté par les USA et le Bilderberg.
                Alors les grecs pro-européens ? Hahahahahha ! La bonne blague !
                Ils n’ont pas besoin d’etre pro-européen, pourquoi faire ?
                J’ai besoin d’etre pro-français ?
                Arretez ces conneries, pitié !


              • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 juillet 2015 17:46

                @izarn

                J’ai besoin d’etre pro-français ?

                Haha on joue sur les mots, mais vous savez bien ce que je veux dire.

                Reformulons la question : dans les derniers sondages, une très grande majorité des grecs se déclarent ouvertement pro-européens.

                Deux possibilités : soit 80% de la population grecque est bonne à enfermer dans un asile psychiatrique, soit vous n’avez pas compris une facette de la société grecque.

                J’opte pour le réalisme


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2015 18:36

                @La Voix De Ton Maître
                Pas plus que vous n’expliquez les Traités européens et le rôle nocif de l’euro, Syriza n’a rien expliqué aux Grecs. Il leur a fait miroiter qu’en arrivant au pouvoir, il allait changer l’ UE de l’intérieur, qu’il ne fallait pas en sortir et conserver l’euro.

                Ceux qui sont d’un avis contraire sont censurés dans toute l’ Europe.


                Tsipras, au journal Die Ziet en 2012, expliquait que « quitter l’euro, c’était quitter l’idée européenne, et qu’il fallait les défendre, A N’IMPORTE QUEL PRIX ».
                Le prix, ce sont les Grecs qui vont le payer.

                Tsipras est comme vous, un leurre européiste, un collabo de l’ Empire.

                Le seul intérêt de cette crise, c’est qu’il a démontré de quoi était capable la dictature européenne.
                Pas de quoi mobiliser les citoyens pour défendre cette usine à gaz, qu’on leur a imposée, qui les mis au chômage par millions et qui les a ruinés. ...


              • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 juillet 2015 21:00

                @Fifi Brind_acier

                Je n’ai pas a faire l’archéologie des traités européens : Asselineau la fait très bien.

                Mais pour ce qui est de la crise grecque, vous mettez la charrue avant les boeufs dans votre raisonnement :

                Asselineau dit : Tsipras est un traître car il ne veut pas sortir de l’Euro
                Je dis : Tsipras fait ce pour quoi il a été élu : dont ne pas sortir de l’Euro

                Asselineau dit : Tsipras va rester dans l’UE et se coucher devant toutes les conditions, car c’est une taupe de l’UE
                Je dis : La Grèce ne quittera pas l’UE car personne ne prendra ce risque (à la fois risque systémique et la perte de la quasi-totalité des créances)

                Donc moi je commence à me poser des questions sur Asselineau : serait-il anti-démocratique et serait-il prêt à abandonner 50 milliards dus à la France juste pour prouver qu’il a raison ? Un vieux réflexe de l’ENA ?

                Le prix, ce sont les Grecs qui vont le payer.
                Bien sûr que les grecs vont payer cher leur choix, mais c’est le leur choix.

                Tsipras est comme vous, un leurre européiste, un collabo de l’ Empire.
                Moi mon camp officiel je l’ai pas trouvé, le temps que je ne perds pas à coller des affiches je le gagne en liberté de penser.

                Le seul intérêt de cette crise, c’est qu’il a démontré de quoi était capable la dictature européenne
                .
                Tout à fait, c’est pour ça que votre dernier article s’intitule : SYRIZA était bien un leurre européiste, l’UPR avait raison sur tout ?

                Cette obsession d’avoir raison commence à avoir de drôles d’effets.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 08:28

                @La Voix De Ton Maître
                Le remboursement de la dette, c’est au peuple d’en décider, après un audit de la dette, une large information et des débats contradictoires. Voilà l’analyse de l’ UPR.
                Seuls des pays souverains peuvent en décider ainsi.


                L’Argentine en 2012, est sortie de la crise, pire que celle de la Grèce, en ne suivant pas les conseils du FMI. L’Islande, pareil.

              • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 14 juillet 2015 09:43

                @Fifi Brind_acier

                Pour le FMI on est d’accord : il y a des peines de prisons qui se perdent pour certains de leurs économistes. Depuis 2011 le FMI admet ouvertement que son plan n’est pas le bon, mais continue à l’appliquer quand même.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 19:36

                @La Voix De Ton Maître
                Et vous savez pourquoi le FMI continue, tout en se plantant régulièrement ?
                Parce que le FMI, la BCE, la FED et les multinationales US, c’est la même chose.
                C’est John Perkins qui l’explique : « La dette sert à soumettre les peuples »


              • zygzornifle zygzornifle 13 juillet 2015 15:54

                Les accords ont étés signés en quatrième vitesse pour que tout ce joli monde puisse prendre ses vacances et se fasse bronzer les coucougnettes ou la babasse , le prochain round aura lieu début Septembre a la rentré quand la Grèce redemandera de la thune, ce qui aura été donné aura été bouffé par leurs banques ou détourné ......


                • izarn 13 juillet 2015 17:01

                  @zygzornifle
                  La Gèce demandera de la thune, pour l’exacte et meme raison : Payer les interets de sa dette à la BCE via le FESF/MES, se trouvant en paradis fiscal au Luxembourg.
                  Et le PIB de la Grèce va continuer à plonger...
                  A mon avis, si Tsipras continue comme ça, on va le retrouver pendu sous un pont...
                  De toute manière, rassurez vous, ces crétins de l’eurogroup ne sauverons pas l’euro.
                  Regardons le spectacle du Titanic en train de couler... Y a que ça à faire !
                  Le cas de ces individus est psychiatriquement désespéré...


                • DanielD2 DanielD2 13 juillet 2015 16:48

                  Espérerons que toute cette ridicule mascarade sévira de leçon aux gauchos qui rêvent d’une « autre Europe ».

                  L’union Européenne, soit tu t’y soumets, soit tu la quittes. Les nationalistes ont raison. Ce gros lâche de Tsipras aurait du commencer a quitter l’UE il y a 6 mois, si il voulait tenir ses engagements.

                  Mais ce pauvre gars a cru qu’il pourrait négocier. Négocier avec qui, mdr ? La banque centrale Européenne qui peut faire fermer son pays en claquant des doigts ? Fallait quitter l’Euro et l’Europe ducon, ils allaient pas t’envoyer les chars.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2015 19:15

                    @DanielD2
                    Le FN ne demande pas ce que vous dites. Faut écouter attentivement les déclarations. Philippot vient de déclarer : « Il faut organiser la sortie de la Grèce de l’euro, puis DISSOUDRE COLLECTIVEMENT cette monnaie ».
                    Il ne dit pas que la France doit sortir unilatéralement de l’euro, ça c’est pour la Grèce. Mais que la décision de sortie de l’euro doit être collective. Merkel va voter la fin de l’euro ? Rêve !


                    Marine le Pen, conférence de presse ce matin :
                    « .. dans l’intérêt de l’ Europe toute entière, LA VRAIE, pas la caricature absurde et totalitaire, que je souhaite remettre au centre des décisions » C’est à 5 minute 40 de la vidéo.

                    Il existe donc une VRAIE Europe ? Où ça ?
                    C’est exactement le discours de Mélenchon, Laurent, Tsipras etc, qu’il y aurait, dans un passé mythique, une Europe formidable, démocratique, sociale, solidaire, toussa, toussa, qu’il faut retrouver... le St Graal !! Elle ne dit pas du tout, que la France doit en sortir définitivement.

                    Elle vous enfume avec « une VRAIE Europe à retrouver »... C’est pourtant dans le programme du FN sur l’ Europe : " Il convient de renégocier les Traités. Pas de sortir de la construction européenne pour retrouver la souveraineté pleine et entière.

                  • Onecinikiou 13 juillet 2015 18:14

                    Hilarant : l’européiste Mélenchon avec sa gueule des mauvais jours (on le comprend après une telle déculottée) essaye laborieusement d’expliquer les raisons pour lesquelles Tsipras s’est couché devant l’eurogroupe ! Il avoue maladroitement d’ailleurs en fin d’intervention que Syriza a accepté que lui soit dicté, de l’extérieur, sa politique. Tout en continuant de lui apporter son entier soutien, et en jurant, vrai de vrai, qui si lui était au pouvoir ce ne se serait pas passer comme ça. Ben voyons mon con.


                    https://www.youtube.com/watch?v=QkfZFVq0TPw&feature=youtu.be


                    Et si le « bruit et la fureur » nous expliquait comment il se coucherait lui-aussi et pour les mêmes raisons - soit son incapacité doctrinale à acter le réel et à rompre avec son idéal humaniste européen - en pareille situation hum ? Car Tsipras et Mélenchon sont fait du même moule. Ils ont les mêmes références, les mêmes souhaits, les mêmes ambitions. Et finalement les mêmes visions : nul avenir de souhaitable sans l’Union européenne et son idole, l’Euro ! 


                    Evidemment, comme à l’accoutumée, comme pour détourner le regard et dédouaner ses coreligionnaires de Syriza de l’immense faute politique et historique qu’ils ont commis, Mélenchon fustige l’Allemagne. C’est sa martingale. C’est surtout très commode pour masquer ses propres responsabilités et défaillances conceptuelles, non ?


                    Sans comprendre aussi que l’Allemagne non seulement, je le répète, est légitime de défendre ce quelle juge être ses intérêts (nous ferions bien de faire de même, si nous avions des dirigeants à la hauteur) mais plus ironique, plus mordant, sans voir que d’une certaine manière c’est l’Allemagne qui, en cherchant à évincer la Grèce de la monnaie unique en lui proposant un compromis inacceptable - mais que Tsipras a fini par accepter, ce que sans doute les allemands n’avaient pas prévu - a incarné le mieux le sens du vote des Grecs qui ont refusé par referendum que se poursuive l’austérité européiste, et qui est pourtant le corollaire absolument inévitable de l’obstination du gouvernement grec actuel de demeurer dans l’euro. Tsipras de ce point de vue s’est fourvoyé, c’est désormais acté.


                    Le comble de l’absurde étant que l’Allemagne, bien qu’ayant échoué comme il était probable à faite s’écrouler l’eurozone face à l’adversité des puissances coalisées, était par son intransigeance et sa rigueur sur le point de provoquer une sortie de la Grèce de l’euro que les proximités politiques béates de Mélenchon et consorts sont définitivement incapables d’opérer ! Et ce non pas forcément par lâcheté, mais par purs aveuglement et utopie.


                    Ce que ne comprennent pas Mélenchon, Tsipras et leur alter égo, c’est que la Grèce, puis l’Italie, puis la France, puis tous les autres finiront tôt ou tard par sortir de la monnaie unique pour retrouver leur monnaie nationale, c’est un fait politique et économique absolument certain, inéluctable. De ce fait plus nous attendons, de plans de sauvetage en plans d’austérité, et de Charbyde en Sylla, plus la chute sera douloureuse et fracassante pour tout le monde, car dans l’intervalle la montagne d’une dette irremboursable s’accumule (pas seulement pour les grecs). C’est donc d’une irresponsabilité collective, malgré les gloussements de fausse satisfaction unanime de l’eurocratie qui a - encore - réussi à sauvé sa merveille (mais à quel prix), à laquelle nous avons affaire.

                    • Vipère Vipère 13 juillet 2015 18:36

                      Onecinikiou ne soyez pas amère !

                      Tsipras a fait le job, marchander avec les eurocrates quelques milliards sur 3 ans ... en cela il a suivi le peuple grec qui a refusé massivement l’ austérité ! s’il n’avait pas marchandé la survie de la Grèce par une demande d’argent frais aux créanciers, il aurait trahi ses électeurs.


                      • Onecinikiou 13 juillet 2015 19:15

                        @Vipère

                        Amère moi, que nenni, lucide !

                        Vivement Aube Dorée. 

                         

                      • porcinet 14 juillet 2015 16:22

                        @Onecinikiou
                        Aube dorée ira s’instruire en Ukraine auprès des Pravy Sektor et Cie financés entre autres par l’Allemagne pour revenir en gloire en Grèce et y installer le fascisme le plus criminel. C’est ça l’idée ??


                      • Onecinikiou 15 juillet 2015 00:25

                        Pas de procès d’intention mon cher porcinet, le procès pour le moment, vous pouvez le faire au traitre Tsipras.


                      • Vipère Vipère 13 juillet 2015 19:45

                        One...

                         Mélenchon savait parfaitement ce que déciderait F. Hollande, un énième plan d’aide pour la Grèce, d’ailleurs comme tous les politiques, ce que big brother veut Dieu le veut, tout en faisant habilement paraître le contraire à ses électeurs !

                        16 Milliards pour sortir les grecs de la panade jusqu’ à la prochaine demande de liquidités !

                        La Grèce est loin d’être tirée d’affaire... et l’Europe semble bien partie pour remplir le tonneau des danaïdes de ses partenaires. Au suivant....

                        Au fond, tous ces Milliards ne sont que pure abstraction !!!


                        • baldis30 13 juillet 2015 22:46

                          Compiègne 1918, Munich 1938, Bruxelles 2015.... ça c’est l’histoire officielle

                          Dresde, Hiroshima, Nagasaki 1945 ça c’est l’histoire des peuples, enfin de ce qu’il resta des peuples.

                          Nuremberg 1946 c’est le reste de l’histoire officielle, associé à toutes les épurations européennes..

                          De déséquilibres en déséquilibres, tout basculera et personne n’y trouvera son compte parce que ce n’est pas remboursable ...« Too big to fail ».

                          La seule question qui se pose est « qu’est ce qu’on produit pour le bien des autres », la monnaie en est le vecteur, pas plus ... 

                          or des millions de chômeurs ne produisent rien parce qu’on impose l’austérité à d’autres .. ; est ce un conduite humaine ?

                          Saint Ex concluait ainsi Terre des hommes ; « Ô combien de Mozart assassinés »....

                          Ils sont fiers nos économistes des hommes qu’ils ont tué, cette nuit et depuis longtemps... ! 


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 07:19

                            @baldis30
                            Une monnaie doit être adaptée à l’économie d’un pays.
                            Une monnaie = une économie = un peuple.
                            Vouloir imposer à 19 pays la même monnaie, c’est les obliger à baisser le prix du travail au lieu de dévaluer. C’est une stratégie délibérée pour en finir avec les Etats providence.


                            L’euro, impossible à dévaluer, n’est rien d’autre que l’euro-mark, qui ne convient qu’à l’économie allemande. Il est trop élevé par rapport au dollar, pour toutes les économies de la zone euro, et pour la Grèce en particulier. C’est pour cette raison que depuis l’antiquité, toutes les monnaies plurinationales ont fini par exploser. « La tragédie de l’euro »

                          • husky husky 13 juillet 2015 23:17

                            la tête de  Wolfgang Schauble me disait quelque chose.....

                            pour ceux qui ont vu « marathon man » le nazi qui s’enfuit dans les rues de New York lui ressemble beaucoup...ou est-ce l’inverse ?

                            • husky husky 13 juillet 2015 23:27

                              mais c’est « Sans Danger » pauvre Tsipras, il a du souffrir cette nuit, pendant que FH procurait les instruments, Pauvre Grèce...


                            • Onecinikiou 14 juillet 2015 06:57

                              @husky

                              Tsipras a le cul comme un choux fleur, mais comme il aime ça, on ne va pas le plaindre...

                              En revanche je serai citoyen grec qui a voté NON au référendum même dont il fut à l’initiative, je le bâstonnerai dès sa descente d’avion à l’aéroport d’Athenes.

                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 07:27

                              L’UPR avait raison sur tout.
                              Syriza, comme tous les Partis qui prônent « Une Autre Europe », n’est qu’un Parti leurre.
                              Comme le FN, Debout la France, le NPA, le PCF/FG ou les Chevènementistes.


                              L’UPR appelle les électeurs de ces Partis à rejoindre l’ UPR, s’il ne veulent pas se faire « syriser » en 2017 !

                              • jaja jaja 15 juillet 2015 00:43

                                @Fifi Brind_acier

                                Le parti leurre c’est l’UPR (il n’est pas le seul) le parti de l’ami du truand Pasqua, du candidat sur les listes électorales de Tibéri... et de sa Fifi cracheuse.... Parti d’extrême droite qui n’a pour but que le repli nationaliste sous direction capitaliste....

                                Quand à la Grèce, ses éléments les plus hostiles à la trahison de Tsipras savent que le NPA est de leur côté :

                                « Le NPA nous rejoint également dans l’opposition à ce mémorandum

                                by Yannis Youlountas · 14/07/2015

                                (qui est bien le plus austéritaire de tous ceux qu’on a connu en Grèce, selon plusieurs amis économistes qui l’ont comparé ce matin avec les précédents).

                                « LE NPA APPELLE À REJETER ET COMBATTRE CET ACCORD, ET À SE MOBILISER EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE CONTRE L’AUSTÉRITÉ. »

                                « (…) Le NPA dénonce le rôle joué par le gouvernement Hollande dans l’imposition de cet accord sous prétexte de combattre «  l’intransigeance allemande ». Le NPA exige l’annulation immédiate de la dette grecque, illégitime, insoutenable et odieuse, à commencer par la part de cette dette détenue par la France.

                                Il sera du côté de tou-te-s celles et ceux qui, dans les rues jusqu’aux parlements des différents pays européens, s’opposeront à un tel accord qui ne vise pas autre chose que le pillage de la Grèce et sa mise sous tutelle de la Troïka. Il appelle à rejeter et combattre cet accord et à se mobiliser en solidarité avec les travailleurs et le peuple contre l’austérité. »

                                https://npa2009.org/communique/non-laccord-tsipras-ue-solidarite-avec-les-travailleurs-et-le-peuple-grecs

                                Grand merci aux camarades.

                                Je rappelle que Tsipras va parler dans une heure sur la télé ERT. On va donc voir ce qu’il va faire de l’immense levée de boucliers, qui se multiplient, partout, depuis hier, grâce à vous tou-te-s.

                                Y.Y.

                                http://jeluttedoncjesuis.net


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 juillet 2015 07:26

                                @jaja
                                Blablabla, le NPA ne veut pas sortir de l’ UE & de l’euro ; il ne veut pas utiliser l’article 50 ; il est pour « Une Europe des travailleurs et des peuples ».
                                Le NPA veut rester dans le cadre de la construction européenne.


                                Dans ce cadre là, vous n’avez qu’à voir ce que Tsipras a été contraint d’accepter !
                                Il n’y a aucune solution pour les travailleurs et les peuples dans le cadre de l’ UE.
                                Et vendre l’idée qu’il est possible de changer l’ UE de l’intérieur, Syriza vient de montrer que c’est un leurre.

                              • jaja jaja 15 juillet 2015 08:46

                                @Fifi Brind_acier

                                Bla bla bla.... Le NPA est pour la rupture avec le capitalisme, l’annulation de la dette, l’expropriation des banques et des capitalistes... Tout ce que ne fera jamais et ne veut surtout pas l’UPR et son mentor qui a passé sa vie à conseiller les bandits Pasqua, Tibéri, sarkozy au service de l’impérialisme français et du capitalisme...

                                Pour ce faire il est évident qu’il faut casser cette UE et faire face à sa répression et à la répression de notre propre bourgeoisie... ça se fera en force et par la Révolution. Il n’y a aucun autre moyen car jamais les capitalistes ne se laisseront déposséder sans réagir violemment... Asseoir les grosses fesses d’Asselineau pour négocier une sortie en douceur de l’UE par l’article 50 est une fumisterie intégrale. ça ne pourrait se faire, à la rigueur, que si les bourgeoisies européennes décidaient d’en finir avec l’UE.... Et dans ce cas les prolos se retrouveraient avec les mêmes capitalistes pour les exploiter... Aucun intérêt donc...

                                L’Europe,, contrairement à ce que dit votre mentor nationaliste issu du sérail, n’est pas une construction qui échappe aux États mais est étroitement dépendante d’eux... D’ailleurs pour la question grecque c’est essentiellement Merkel et Hollande qui sont montés eux-mêmes au créneau et ont fait le sale boulot pas les sous-fifres de la commission...


                              • malitourne malitourne 15 juillet 2015 14:11

                                @jaja
                                Si tu veux vraiment faire ta lutte finale, commence par attaquer l’infrastructure capitaliste et impérialiste qui nous ligote. Elle s’appelle l’UE/OTAN/euro.

                                Un lutteur est plus fort quand il n’est pas menotté. La clé des menottes : l’article 50. Point barre.


                              • jaja jaja 15 juillet 2015 14:23

                                @malitourne

                                Le constat OK... La clé des menottes ne sera pas fournie... il faudra trouver une lime ou mieux une cisaille guillotine... l’article 50 je l’ai déja dit ne permet qu’une sortie légale en accord avec les capitalistes sortie obtenue après une victoire électorale hautement improbable... Bref doux rêve sauf si ce sont les capitalistes eux-mêmes qui souhaitent ces sorties.... Dans ce cas ils sauront trouver les politocards utiles....

                                La seule solution de se débarrasser de l’Europe du Capital se fera au coeur des batailles populaires et par le soulèvement des masses....et ce ne sera pas pour simplement accomplir un repli nationaliste étroit, sous direction des capitalistes qui nous exploitent déja aujourd’hui, comme le veut l’ancien de chez Pasqua, Tibéri, Sarko et consorts...


                              • malitourne malitourne 15 juillet 2015 14:36

                                @jaja
                                Je pense que pour renverser la table (dans un sens ou un autre), il faut rassembler. Il sera plus simple de rassembler sur un thème anti UE démocratique que sur un thème anticapitaliste.

                                Tu ne pourras pas faire ta révolution sans le concours d’un peuple largement uni. Il n’y a pas de peuple européen. Par contre, il y a des peuples français, allemand grec, etc..

                                Alors commence avec ton peuple.


                              • malitourne malitourne 15 juillet 2015 14:49

                                @malitourne
                                Rêvons un peu : imaginons une France déterminée à sortir légalement de l’UE, ce qui serait en soi déjà une révolution admet-le. Eh bien crois -moi que le débat, voire les luttes politiques serait d’une autre nature. Les consensus néolibéraux européistes qu’on nous agite contre un épouvantail d’extrême-droite, seul horizon politique actuel, volerait en éclat. Je pense que rien que si on arrivait déjà à ça, on pourrait faire pêter la roteuse ensemble, quitte à ce qu’on discute ensuite si on te suit dans ta lutte finale ou pas

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès