Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Grèce : le jour d’après

Grèce : le jour d’après

« Les manifestations et actions violentes ne sont pas dignes d’un pays démocratique », vient de déclarer le premier ministre grec Papadimos. Mais qu’est-ce qui est démocratique dans cette histoire ? Le premier ministre ? Jamais élu à la moindre fonction de la Cité et qui a fait toute sa carrière dans les instances de la finance internationale ? Le gouvernement, formé par le club des caciques responsables de ce désastre ? La moitié du conseil des ministres a farouchement combattu les premières mesures qui ont abouti à celles qu’ils ont voté cette nuit. Leur représentativité ? Avant de « joindre leurs efforts » ils ont été élus sur des programmes diamétralement opposés, et en aucune manière pour voter une convention qui enlève à leur pays toute liberté d’action, toute indépendance, tout recours classique reconnu à tout autre pays. La notion même de « gouvernement d’union nationale » ? Il n’inclut pas les oppositions de gauche qui rassemblent, selon les derniers sondages, plus de quatre électeurs sur dix. Quant à la droite orthodoxe et extrême qui participa au gouvernement, elle l’a quitté votant contre. Les procédures démocratiques ont été respectées quant au vote lui-même ? Présenté comme un texte « urgent », sous l’épée de Damoclès du Marché, du FMI, et de l’UE, il ne fut pas discuté malgré le fait qu’il engage sur le chemin de la dépendance le pays pour au moins quarante ans. Les positions, les débats (qui n’ont pas eu lieu) : manichéens à l’extrême opposant deux manières de traîtrise et un choix unique entre l’aliénation au marché et à la technostructure européenne d’une part, le chaos et la faillite d’autre part. 

La convention elle-même est-elle « démocratique », procède-t-elle des principes de l’égalité, de l’objectivité, de la proportionnalité et de l’attachement à l’objectif énoncé qui sont à la base de tout acte contractuel ? Bien sûr que non. L’objectivité d’abord : ce « contrat » est la continuité conforme du précédent tout en rendant évidente son échec : 169 % de dette publique, alors même que le citoyen grec a été ponctionné à l’extrême. Par contre l’attachement à l’objectif énoncé, réduire le déficit et la dette, s’est transformé dans les faits par une série de mesures permettant le déplacement des ressources et de l’épargne populaires vers le secteur financier qui s’accélère encore plus avec le nouveau « contrat ». La dette était le fait de l’Etat. Les reformes consistant à mettre à mal la fraude fiscale, l’hypertrophie du secteur de l’Etat et sa modernisation, la lutte contre la corruption, étaient conformes au contrat et souhaitables. Mais elles n’ont pas eu lieu, sauf à la marge et à un niveau purement symbolique. Qu’en est-il des monopoles /oligopoles dans la production, la distribution, dans la prédation des ressources naturelles, des services, de l’économie parallèle et/ou parasitaire qui n’ont jamais payé d’impôts : ils sortent renforcés, ne serait-ce qu’à cause de la paupérisation des secteurs de l’Etat sensés les contrôler. Par contre, les mécanismes des privatisation, mis en place à la va-vite, créent de nouveaux prédateurs locaux ou étrangers. Les mesures visaient (but énoncé) la « croissance » : elles ont produit, tout naturellement, une récession durable, la marginalisation de l’économie grecque, l’affaiblissement de sa représentation politique aussi bien à l’intérieur (dépréciation de ses organes politiques, des lois fondamentales, constitution maintes fois bafouée), qu’à l’extérieur par la destruction de ses outils géopolitiques et diplomatiques, la perte des défenses élémentaires en tant qu’Etat, le refus de faire appel à sa propre justice. L’acceptation de la part du premier ministre, d’abandonner pour son propre pays, tout recours à sa propre justice au profit du duché du Luxembourg (par ailleurs paradis fiscal pour les protagonistes du « marché ») ne trouve de similitude que dans des accords signés en Grèce sous l’occupation. Loin de l’objectif énoncé, plus loin des principes d’égalité et d’équité et de ceux de la proportionnalité, encore plus loin des règles élémentaires de la démocratie, les deux contrats, qui s’annonçaient comme réponse à l’inégalité structurelle des richesses de ce pays, n’ont fait que les concentrer, chaque jour un peu plus, vers les plus hautes strates de l’échelle sociale, celles qui de l’aveu même de la troïka avaient la plus grande part de responsabilité dans cette « crise ». 


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (110 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 13 février 2012 12:26

    Toutes mes félicitations à l’auteur.

    L’article démontre clairement l’arnaque que subissent les Grecs : les prédateurs de l’oligarchie libérale vont finir par tuer un peuple, une nation.
    Toute honte bue, presque toute la classe politique de ce pays martyrisé par les agissements de la « pieuvre libérale » se couche devant Merkozy et le FMI.
    Il est grand-temps que les démocrates de toute l’Europe renverse leurs gouvernements, dont les représentant sont les infâmes valets du Capitalisme mondialisé.

    • JahRaph JahRaph 13 février 2012 15:35

      Mobilisons-nous pour soutenir les grecques, faisons fleurir le Printemps Européen  !

      Rendez-vous ce soir à 18h30 devant l’ambassade de Grèce, 17 rue Auguste Vacquerie à Paris 16ème.


    • Hétérodoxe 14 février 2012 00:15

      Goldman Sachs Paris Inc. et Cie
      2, rue de Thann
      75017 Paris

      Telephone : +33 (0)1 42 12 10 00

      Nous contacter
      Yacine Boumahrat
      Executive Director
      Head of GSAM distribution, France
       
      Rebecca Toubol-Fischer
      Associate
      Third Party Distribution
       
      Leana Bories
      Associate
      International Marketing Strategy
       
       
       Mieux vaut savoir à qui on a à faire, non ?

    • Hétérodoxe 14 février 2012 00:19

      FMI - Bureau de Paris
      64-66, Avenue d’lena
      75116 Paris, France
      Téléphone :
       (33-1) 40 69 30 70
      Télécopie :
       (33-1) 47 23 40 89

      Je suis sûr qu’ils doivent s’ennuyer dans leurs bureaux. Un petit coup de fil pour leur remonter le moral ?


    • Ariane Walter Ariane Walter 13 février 2012 12:55

      Quand je lis ton article ,je me dis qu’il va falloir appeler un chat un chat....oui, c’est une occupation. une guerre qui rapporte beaucoup et quine coûte pas cher.
      Que la honte soit pour ceux qui, politiques, se soumettent à ce crime contre un pays.

      Hier, dimanche plus avec Lapix, Hollande a dit que le Parlement devait signer.
      ceux qui votent pour lui, ne dites plus que vous êtes de gauche.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 13 février 2012 13:49

        Lorsque je mets la main sur mon coeur je suis de gauche. Lorsque je prends mon portefeuille, je suis de droite. Finalement c’est assez simple, vive la politique. Bel article, encore un, à nouveau merci. L’heure est donc à la révélation collective, la finance privée met les états et leurs peuples à genoux, les faisant s’entre-tuer au nom de ce que l’un des deux aurait plus raison que l’autre et l’autre plus faim que l’un. Le miracle du succès de la société capitaliste se concrétise donc ainsi : la finance « institutionnalisée » ne se cache plus pour gouverner. tandis que l’état de droit disparaît et avec lui le citoyen et ses « droits ».
        Jour de gloire pour Marx ? possible, je crois qu’il avait prédit une fin comme ça.

        Michel : A quand un article sur ce qui se passe en Islande et que nous occultent la plupart des médias pour ne pas dire tous... ?


      • Croa Croa 13 février 2012 19:34

        « ceux qui votent pour lui, ne dites plus que vous êtes de gauche. »

        Ni de gauche, ni de droite, ce sont des traîtres au peuple tout entier !

        ( Le peuple c’est tout le monde sauf les exclus -hélas- et l’oligarchie -très peu de gens- )

        Par ailleurs les peuples se doivent d’être solidaires entre eux contre l’oligarchie mondiale. Sarkozy, qui n’est qu’un de leurs pantins, a refusé un référendum au peuple grec : Ceux qui voteront Sarkozy sont aussi des traîtres !

         smiley Qu’on se le dise ! smiley


      • Ariane Walter Ariane Walter 13 février 2012 12:59

        Au sujet du mot « démocratie », vous remarquerez que c’est un élément de langage des libéraux. Ils ont pour ordre de l’employer au moins dans chaque phrase. Les Zuniens s’en gargarisent et nos Européens aussi ;
        Car le but du jeu, c’est quand même de faire croire au peuple, le plus longtemps possible, qu’il est en démocratie !


        • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 13:55

          Salut Ariane,

          démocratie ?

          Que nenni ! démoncrassie est le mot juste..... 


        • frugeky 13 février 2012 13:56

          Non, je pense qu’ils s’en contrebalancent dorénavant de l’illusion de la démocratie et la Grèce est la pierre d’achoppement pour le reste de l’Europe.

          La mise en commun des forces de l’ordre au niveau européen pour pouvoir intervenir dans les pays de l’union en est une autre illustration.
          Ils ont verrouillé les contre-pouvoirs...sauf ceux qu’ils n’ont pas imaginé.
          C’est plus facile de contrôler une masse manifestante qu’une masse d’individus manifestants où bon leur semble...

        • appoline appoline 13 février 2012 14:24

          Tout pourrait faire penser qu’ils sont passés à la vitesse supérieure. Ne perdez pas de vue que le but du bilderberger reste de réduire la population mondiale, donc c’est cela qu’ils ont en ligne de mire.



        • appoline appoline 13 février 2012 18:21

          @ Alchimie,


          Je préfère ne pas vous répondre sur ce point, votre demi poids chiche n’y résisterait pas

        • Marc Viot Marc Viot 13 février 2012 13:11

          >« Les manifestations et actions violentes ne sont pas dignes d’un pays démocratique », vient de déclarer le premier ministre grec Papadimos. 

          Qu’il vive au nouveau smic grecque et dorme sur le parvis d’un temple et on pourra commencer à écouter ce clown ...


          • appoline appoline 13 février 2012 14:30

            Oui, ça me fait penser au nain de jardin qui déclare haut et fort qu’il faut réduire les dépenses publiques pour ne pas en arriver au point de délabrement de la Grèce.


            Dis donc Nicolas, si tu arrêtais de nous prendre pour des cons, je sais bien que depuis 40 ans, le but est de nous abrutir mais là, tu pousses, commence par redonner à la France ta substantielle augmentation de début de mandat et arrête d’engraisser les bons à rien et mauvais en tout qui t’entourent, tu retrouveras juste un peu de crédibilité. Si tu n’as toujours pas compris, tu peux venir à La Rochelle, je t’expliquerai cela avec des bûchettes, demande à Bono il saura où me trouver.

          • Croa Croa 13 février 2012 19:40

            Peut-être qu’en grec « démocratie » = « sagesse » à la manière des images ?  smiley


          • ralph 14 février 2012 18:45

            Et même pas quelques mois de pointage à l’ANPE de la-bas en tant que chomeur ??


          • ricoxy ricoxy 13 février 2012 13:28

            Démocratie (pouvoir du peuple) ??? Par la blabla continuel de nos élus, c’est plutôt la cratie des mots.


            • Emmanuel Aguéra LeManu 13 février 2012 13:35

              des mots crasseux...
              C’est donc prouvé : la démocratie est soluble dans le capitalisme. On en a mis du temps à le comprendre...
              Merde, mais et Dieu dans tout ça ?


            • Croa Croa 13 février 2012 19:45

              Pour Papadimos il doit s’agir du pouvoir d’un peuple obéissant,

              Sinon ça compte pas !  smiley


            • Fourmi Agile Evrard 13 février 2012 13:44

              Il y a un élément très intéressant : il y a 2000 ans, la Grèce semblait être le berceau de la civilisation occidentale, mais les grecs n’avaient rien découvert par eux-mêmes, ils avaient tout appris des egyptiens. 

              Or c’est en Egypte qu’ont commencées les révolutions au Maghreb l’année dernière. Maintenant les grecs s’y mettent.

              Il y a 300 ans l’Europe occidentale devenait le berceau de l’expansion industrielle. Qu’est cela laisse envisager comme suite….Soit un renforcement de l’impérialisme, soit une implosion.

              C’est à nous de décider.



              • Emmanuel Aguéra LeManu 13 février 2012 13:51

                merde... serait-on repartis pour 2500 ans... ?


              • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 13:57

                Excellent article ! merci !...


                • chacaldu06 chacaldu06 13 février 2012 13:59

                  Bonjour à tous,

                  Bravo l’auteur...

                  Quand je vois les députés grecs, bref, leur gouvernement, ça me rappelle des vacances au Maroc...

                  Ce sont les mêmes que chez nous : costards à 5000, bagnoles de service de luxe, etc...

                  Sûr qu’ils se votent des lois sur mesure, comme en France...Tout pour ma g...

                  Ce qui se passe en Grèce ne va sûrement pas tarder à nous tomber sur le râble...

                  Voilà 2012 : chaud devant !

                  @+


                  • Cadoudal Cadoudal 13 février 2012 22:43

                    Pris ça chez Allain Jules, a diffuser si exact...

                    Un député grec : 8500 euros/mois + 8500 euros d’indemnités pour ses frais + Logement + Bureau + 250 000 euros…
                    Les Grecs se serrent la ceinture depuis plusieurs mois, pas leur représentants.

                    Un symbole. Les députés grecs sont encore parmi les mieux payés de l’Union européenne. Bien qu’ils aient adopté dimanche 12 février un programme actant notamment l’abaissement de 22% du salaire minimum – de 32% pour les moins de 25 ans-, des coupes dans les retraites et le licenciement de 15.000 fonctionnaires, ils ont refusé toute baisse de salaire jusqu’à maintenant, explique sur son blogJean Quatremer, spécialiste de l’Europe.

                    Un député grec touche chaque mois 8.500 euros nets, auxquels s’ajoutent 8.900 euros d’indemnités pour ses frais, ses participations aux commissions parlementaires, son logement et son bureau.

                    Et ce n’est pas tout. En décembre, 121 députés ont réclamé 250.000 euros chacun. La raison ? En Grèce, la Constitution stipule que le salaire des députés ne peut être inférieur à celui des présidents des cours suprêmes . Or, ces derniers ont obtenu que leur salaire soit aligné sur celui du président de la commission nationale des postes et communication, qui bénéficiait d’un traitement de faveur, selon Jean Quatremer.
                    Et ailleurs ?

                    Pour comparaison les députés allemands touchent 7.668 euros imposables, révèle le siteMyeurop.info.

                    En Italie, l’indemnité a été réduite de 10% en 2006, gelée pendant six ans, et diminué à nouveau de 10% en septembre 2011 (pour les salaires de plus de 90.000 euros par an et de 20% pour ceux qui déclarent 150.000 euros brut par an). Les députés Italiens touchent un peu plus de 12.000 euros par mois.

                    En France, les députés touchent “5.247 euros nets de salaire, 6.412 euros pour frais divers, 9138 euros pour payer des assistants, transport et téléphone gratuit”, rappelle Jean Quatremer. Et ils ont refusé une baisse de 10% de leur salaire en novembre dernier.


                  • Sat is Fay 14 février 2012 03:33

                    Ah lala, l’austérité c’est juste bon pour les gueux...


                  • chacaldu06 chacaldu06 14 février 2012 17:12

                    Bonsoir Cadoudal et à tous,

                    Merci de votre réaction très bien documentée...

                    Il ne faut pas oublier la « face cachée de l’iceberg », à savoir les multiples magouilles et autres « trafics » que certains de ces « élus » ne manquent pas d’organiser...(villa Longuet, affaire Karachi, villas en Colombie des congénères du nain etc...etc...).

                    Tous ces « honnêtes » gens semblent oublier qu’ils sont élus pour servir le Peuple et non pour se servir...

                    De toutes façons, tout fout le camp depuis longtemps, et ce n’est pas la première « dame » (! !!!!!) de France qui donne l’exemple en déclarant « je ne suis pas du tout française »...

                    En attendant, sans honte, elle profite bien de sa position...

                    Pauvres de nous...

                    @+


                  • sisyphe sisyphe 13 février 2012 14:07

                    Merci pour l’article.

                    Ce qui est en train de se passer en Grèce est d’une importance extrême pour tout l’occident.

                    La Grèce est en train d’être asservie à la dictature financière, et les Grecs plongés dans la misère, pour des dizaines d’années, pour sauver les bénéfices des usuriers et des banksters qui l’ont plongé dans ce chaos.

                    Comme dit ailleurs, la Grèce est le laboratoire de l’asservissement du monde par la dictature financière ; si ça marche là, ça s’étendra à l’ensemble du monde occidental.

                    La démocratie n’y existe plus, et tout dépend maintenant du pouvoir de résistance et de révolte du peuple grec : souhaitons de tout cœur que cette révolte l’emporte : soutien absolu au courageux peuple grec dans sa résistance à l’oppression.


                    • Robert GIL ROBERT GIL 13 février 2012 14:12

                      Un appel de Mikis THEODORAKIS

                      « SI LES PEUPLES D’EUROPE NE SE LEVENT PAS

                      LES BANQUES RAMENERONT LE FASCISME »

                      http://2ccr.unblog.fr/2011/11/07/les-banques-rameneront-le-fascisme/


                      • Pyrathome Pyrathome 13 février 2012 14:48

                        Et les peuples, ce sont aussi l’armée, la police, la gendarmerie qui sont payés pour protéger le peuple, la démocratie et la constitution !! ...pas la caste de crapules corrompues qui leur donnent les ordres !!

                         


                      • manech42 manech42 13 février 2012 21:12

                        La non application des ordres reçus ça existe, on a pas le droit de taper sur le peuple au milieu duquel peut se trouver son père ou son frère, ces flics grecs sont des fascistes et j’espère sincèrement que le peuple va les faire exploser en même temps que les élus pourris jusqu’à l’os. Le peuple prendra le pouvoir qui lui revient et fera payer, je le souhaite très fort, à tous les salauds ce qu’ils méritent, pas de pitié, en attendant observons car demain ce sera notre tour, personnellement j’ai déjà noté des noms, il me tarde, pauvre France ! 


                      • REGCHA REGCHA 13 février 2012 14:13

                        A propos de la montée du nazisme, vous connaissez tous cette histoire : « quand ils ont embarqué les tziganes, je n’ai rien dit parce que je n’étais pas tzigane, [...] et quand ils sont venus me chercher à mon tour, il n’y avait plus personne pour me défendre. Tous avaient déjà été emmenés »

                        Le scénario grec est exactement le même que celui qui fut imposé à la Russie de Eltsine, aux pays du sud-est asiatique aprsè la crise de 1997, à l’Argentine en 2000, etc. etc. Il faut lire « La stratégie du choc » de Naomie Klein qui décrit très bien ce scénario.

                        Et voilà qu’à présent les bons docteurs du FMI viennent s’en prendre à NOUS, les Européens, en commençant par la Grèce. Les précédents historiques nous montrent qu’en général, les pays qui ont avalé cette potion mettent une dizaine d’années à sortir la tête de l’eau après avoir radicalement rompu avec le FMI.

                        Puisque nous connaissons la fin de l’histoire, il faudrait couper dans les virages et virer derechef tous ces nuisibles immédiatement. Mais pour cela, il faut une révolution - de préférence non violente, c’est-à-dire par les urnes.


                        • restezgroupir44 restezgroupir44 13 février 2012 14:18

                          ESCLAVAGE : ITALIE ET LA... FRANCE SONT LES SUIVANTS 
                          du 13 au 17 février 2012 : Les événements qui se déroulent à Athènes ne présagent rien de bon, sauf que cela donne l’impression d’un 20e déjà vu... Et vous l’avez remarqué, il ne serait pas venu à l’idée, à nouveau, au parlement grec de demander l’avis du peuple, avec un référendum. Donc nous en sommes à la Ne journée de grève, d’affrontements avec la police, et cela après le Ne pseudo-sauvetage de la Grèce. Mais au final, il reste quand même l’addition, 210 milliards d’euros, selon les derniers calculs (qui eux-mêmes évoluent au grè des saisons et des fumées des grenades lacrymogènes). Les nouvelles mesures ont été votées à 199 votes !!! Le peuple a mis le feu à l’Aplha Bank et au Starbuckscafe...

                          Bref, vous voyez en ce moment même le peuple grec être ferré encore plus, sous vos yeux, en fait plus à chaque nouvelle échéance, la prochaine étant le 20 mars. Et comme l’économie s’est effondrée au rythme conjugué des plans d’austérité, les recettes fiscales aussi (chômage grec record de 20,9% en novembre), et ainsi de suite, ce qui vous donne un nouveau cirque grec au 20 juin 2012, puis au 20 septembre et encore au 20 décembre 2012, fin du monde maya à quelques heures près...

                          Les Titans mènent la danse, et les prochaines victimes seront a priori les Italiens puisque 28 banques italiennes ont été dégradées à l’unisson vendredi dernier... Après Athènes, les Titans veulent Rome... Les Espagnols et les Portugais sont passés au second rang de leurs préoccupations... Et après, ce sera le tour de la France. Paris sera mis en coupe réglée... Mon sentiment/intuition (j’en ai souvent parlé depuis 5 ans) est que les militaires, français je précise, en auront assez de la trahison des politiques et qu’ils prendront les devants. Que Dieu nous garde. Retenez-bien ce que vous venez de lire.

                          PS : maintenant, le SPECTRE (UE) laisse les cases des montants sur les papiers à destination du FMI et de Bruxelles vides ! En effet, le montant du sauvetage grec change presque chaque jour. 

                          PS2 : Ici le papier de Reuters France + Roland Gribben et Louise Armitstead du Telegraph ont écrit un très bon papier sur ce qui s’est passé dimanche, lire ici. 

                          PS3 : Vous avez vu que le grand syndicat de la police grecque a menacé d’arrêter les fonctionnaires du FMI, de la BCE et du SPECTRE pour « chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale ». Génial ! Enfin une bonne idée... Cependant je ne suis pas certain qu’ils y arrivent, mais quand même, c’est la preuve que la police commence à se ranger du côté du peuple... « Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique », lire ici Reuters. Cela n’a servi à rien, le oui est passé.

                          PS4 : les banques italiennes font comme elles peuvent. Mr Marniquet nous dit « Les bénéfices fictifs dénoncés par Delamarche viennent de se matérialiser grâce à la baguette magique de la BCE. Et pendant qu’on fait rouler la planche à billet pour les banques italiennes, on demande aux Etats de se mutiler pour ne pas y avoir recours ... une info pareille devrait déclencher une révolution européenne si les médias faisaient leur boulot, lisez ce papier de Gecodia »BCE-Liquidite-Les-banques-italiennes-utilisent-les-prets-a-la-BCE-pour-se-desendetter"...

                          Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

                          On y apprend des choses dont nos médias ne parlent jamais- devinez pourquoi ?
                           smiley

                          • Tall 13 février 2012 14:23

                            Tenter de stigmatiser la violence physique pour mieux défendre la violence économique est une arnaque qui ne passe plus quand on pousse les gens vers la misère.


                            • Katouch53 13 février 2012 14:31

                              @restegroupir44


                              Je suis assez d’accord avec ton intervention. 
                              Pour en revenir à Delamarche, il avait expliqué il y a un ou deux mois que la crise pouvait générer 1) des émeutes 
                              2 ) la guerre. 
                              Nous en sommes aux émeutes. J’ai vu ce matin sur BFMTV que le feu a été mis à des bâtiments administratifs/politiques ...ça commence. 
                              Allez la police : un effort et allez arrêter tous les politiques de Grèce qui vous ont mis dans cette mouise ainsi que tous les pays européens qui vous suivent de près. Et surtout !! commencez par ce pseudo 1er ministre dictateur non élu par vous ... renvoyez le ficelé, dans une soute, par avion, par bateau, sans eau, sans pain jusque chez Goldman Sachs... faites le poser sur le paillasson pour qu’ils sachent que les autres suivront. 
                              J’ai rêvé qu’il arrivait sentant la m....et l’urine étant donné les conditions de son triste voyage de retour. Les costumes trois pièces et les Berlutti de ses copains de Goldman Sachs seront mis à rudes épreuves... :) :) :) 

                              • restezgroupir44 restezgroupir44 14 février 2012 10:11

                                @ katouch53,


                                Je pense que vous l’avez lu néanmoins pour les autres internautes je mets le lien.

                                03/01/2012 - Pourquoi faut-il que les Etats payent 600 fois plus que les banques ?


                                 smiley

                              • ykpaiha ykpaiha 13 février 2012 14:38

                                Sur le prompteur c’est marqué :
                                « Plan de sauvetage de la grece »..notez le mot sauvetage !!
                                Donc il faut croire qu« en Grece il existe une minorité de faineants qui ne veut pas etre sauvée...

                                l’Europe devrait ouvrir des Camps de rééducation par le travail...au dessus duquel il sera inscrit la devise Merkosienne :

                                 »Arbeit macht frei« ou bien »fur frei" c’est plus moderne...


                                • Maurice Maurice 13 février 2012 14:46

                                  Bonjour Michel,

                                  merci pour cet article. Une merveille à lire.
                                  Manche retroussées, et méninges en action, voilà notre salut...
                                  Courage à tous.


                                  • kssard kssard 13 février 2012 15:03

                                    Bravo une nouvelle fois M. Koutouzis, 


                                    L’entourloupe est énorme. C’est Golmann Sachs qui a plombé et truqué les comptes publics en externalisant les dettes de l’Etat à des conditions léonines (taux variables-actifs pourris,etc...) pour la faire entrer la Grèce dans l’Europe. 

                                    Aujourd’hui : la classe aisée et les députés refusent toujours de payer des impôt et surtout de voir leurs revenus diminuer. Par ailleurs, on détruit les services publics et on porte les salaires à 500 € pour tendre vers l’équilibre des comptes, alors que l’on va tout droit dans le mur. Avec la récession le PIB diminue et il n’y a plus de pouvoir d’achat pour consommer. 

                                     Le comble est qu’au somment de l’Etat, avec M.Papademos , on a encore à faire avec Goldmann Sachs avec la bénédiction de la troïka - europe, bce et fmi. 

                                    C’est un peu comme si le vampire vous préconisait une saignée de 3 litres de sang alors qu’il ne vous en reste que 2. 

                                    Actuellement, le taux de l’argent à 10 ans est de 32.9%. Ces politiques qui cautionnent cela (le dépeçage du pays au profit des banques) sont des bandits. 

                                    • lagabe 13 février 2012 16:39

                                      qui a demandé à Golmann Sachs de truquer les comptes , les hommes politiques grecs et si on avait fait un référendum , la rentrée dans l’euro aurait été majoritaire
                                      oui Golmann Sachs est responsable mais la plus forte responsabilité est pour les grecs


                                    • Maurice Maurice 13 février 2012 17:17

                                      Compte tenu de la pression médiatique (ooohhhh qu’il est beau l’euro !!!!!!) tout le monde était d’accord pour la rentrée dans ce fatra de monnaie unique. Par contre si les économistes avaient été un temps soit peu sérieux, et que les sérieux aient été à la table des médias, peut être y aurait il eu moins de grecs pour voter l’éventuel référendum que les autorités grecques auraient éventuellement fait.

                                      Je suis d’accord avec vous lagabe, nous aavons que ce que nous méritons mais le débat a-il été démocratique ? A-t-on peser le pour et le contre ? Les forces en présence étaient elles équitables ?
                                      Si la réponse est Non, vous ne pouvait imputer une faute au peuple grec. Ou sinon la faute d’être des veaux, mais dans ce cas on peut le dire à tous les peuples européens...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès