Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Grèce : le taux de suicides explose

Grèce : le taux de suicides explose

La force dans l'adversité, Anthony Queen l'avait incarné jusqu'à la perfection. Ce grec éternel, qui tel un Ulysse moderne surmonte les coups du destin en dansant sur les ruines de ses illusions.

Mais quelque chose a changé au pays de Zorba.

Pourtant ce n’était pas un mythe. La Grèce est connue pour bénéficier d'un des taux les plus bas au monde pour les suicides et les tentatives de suicide.

Nombreuses sont les explications qu'on a apporté à ce phénomène singulier.

Au-delà de cette philosophie de vie positiviste illustrée par Zorbé, les grecs bénéficient de nombreux avantages qui les aident à voir la vie du bon côté : la douceur du climat et la qualité de vie, allié à la structure familiale encore très traditionnelle, à un sentiment fort d'entraide communautaire et à une forte imprégnation de l'église dans le tissu social. Tous ces éléments concourent à offrir aux plus désemparés les nécessaires soutiens qui aident chacun à surmonter les difficultés de la vie

Mais cette situation est en train de changer. Une étude menée par l'université Aristote et le département de psychiatrie de l'hôpital général AHEPA de Thessalonique montre une nette évolution.

D'abord en lente progression au cours des trois dernières décennies, le nombre de suicides a brusquement doublé en une seule année avec la survenue de la crise économique et les mesures d’extrême austérité imposées au pays par ses bailleurs de fonds.

Cette évolution dramatique est confirmée par Klimaka, une organisation non gouvernementale grecque qui gère un service d'assistance téléphonique du type "SOS suicide".

Ces dernières années le taux de suicide est passé de 1 personne par jour (jusqu'en 2009) à plus de 2 par jour en moyenne en 2010. Et la tendance est à l'accélération.

Le quotidien Kathimerini rapports que Klimaka a fait face dans les derniers mois a une moyenne de 25 appels par jour, soit une hausse d'environ 10 appels par jour. En outre, les suicides réels ont augmenté de plus ou moins le même pourcentage.

De plus, selon Aris Violatzis, porte parole de Klimaka, les chiffres officiels sont sous-évalués en raison de la position de l'église. Les prêtres refusent généralement de procéder au service funéraire en cas de suicide.

La plupart des victimes sont des hommes qui ne gagnent plus assez d'argent pour subvenir à leurs familles et se sentent impuissants à remplir leur rôle social.

Cette constatation fait du taux de suicide l'un des indicateurs les plus fiables de la souffrance sociale consécutive aux mesures drastiques prises par le gouvernement Papandreou sous la pression internationale.

Le cas grec n'est pas isolé. Les mêmes causes auront les mêmes effets dans les autres pays en prise avec une dette souveraine inexpugnable.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 1999, le suicide est déjà parmi les dix premières causes de mort pour tous les groupes d'âge en Amérique du Nord et la majorité des pays du Nord et d'Europe occidentale, il représente 1 à 2 pour cent de la mortalité totale.

Il est cependant à noter que cette hausse affecte bien moins le groupe de grecs le plus durement frappé par la crise, c'est-à-dire les moins de 25 ans, dont les conditions d'entrée dans la vie active sont considérablement détériorées.

Mais il y a sans doute une raison à cela : les jeunes trouvent un échappatoire dans la révolte.


Depuis quelques semaines, en dépit du black-out médiatique, des foules de plus en plus considérables se rassemblent quotidiennement dans les rues des grandes villes grecques comme hier, place de la constitution à Athènes.

La liste interminable des biens publics que le gouvernement s’apprête à brader aux banques internationales a attisé le feu de la révolte.

Face à la contestation grandissante, le Premier ministre grec Georges Papandréou envisage de recourir à un référendum sur "mesures incluses dans le programme financier de moyen terme" dictées par l'UE et le FMI que son gouvernement envisage de réaliser prochainement.



Le référendum devrait porter également sur de « grands changements dans le modèle politique et économique" du pays visant à mettre un terme au "clientélisme".

Il ne reste aux grecs qu'à rejeter le plan du FMI et de l'UE pour que la dette repose non plus sur leurs épaules mais sur celles des créanciers qui jusqu'ici n'assument pas les risques qu'ils ont pris.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 7 juin 2011 13:45

    Bonjour Aldous,

    Brader ce qui fait la richesse d’un pays, priver tout un peuple de la possibilité d’assurer sa subsistance, le réduire à la misère et à son corrolaire ; le suicide, n’est ce pas UN CRIME CONTRE L HUMANITE ?????

    Voici une forme de violence, que dis-je une violence qui n’émeut guère les associations de droits de l’homme, l’ ONU (que je n’ai pas entendu sur la question)..

    Des peuples entiers poussés au désespoir, une dette qui s’accroit de jour en jour (les intérêts) jusqu’à l’absurde, l’invraisemblable, l’inhumain et qui fait que chaque enfant qui nait dans cette si belle europe en hérite, hypothéquant par là même son avenir...

    On va droit dans le mur là ! Le plus pathétique, c’est que nous pensons être à l’abri alors que tous les signaux sont au rouge et nous promettent des lendemains similaires à ceux de la Grece...


    • Marc Bruxman 7 juin 2011 19:16

      Mais ce sont les grecs eux mêmes qui ont fait de fausses déclarations pour ne pas résorber à temps leur déficit ! Le FMI n’éssaie que de rétablir une situation saine dans ce pays.

      De même que ce sont les Français qui ne placent pas en priorité la réduction du déficit et préférent « du social » qui seront coupables le jour ou l’on ne pourra plus payer tout cela ! ! !


    • Loatse Loatse 8 juin 2011 01:39

      Marc,

      Les français ne préfèrent pas du « social », ils préféreraient dans leur grande majorité trouver un emploi que de bénéficier d’aides anémiques qui, certes, sont mieux que rien mais ne permettent pas de vivre décemment, juste de survivre...

      Il faudrait peut être voir la cause plutot que les effets, à savoir les délocalisations massives des entreprises, pour la plupart soucieuses avant tout d’augmenter leurs bénéfices plutôt que de garder leurs salariés... mais qui n’hésiteront pas à nous fourguer leur camelote...

      L’augmentation de l’automatisation des taches y est aussi pour quelque chose..
       en plus des conséquences de la crise des subprimes... dans laquelle les banquiers se sont vite remplumés, eux !

       Quand à la Grèce, je ne vois pas pourquoi le peuple devrait payer pour la mauvaise gestion de son gouvernement... S’il y a des biens à saisir, que le FMI saisisse les avoirs et les biens immobiliers des responsables, je dis bien de TOUS les responsables de la crise que nous traversons.. les spéculateurs véreux (tiens un oxymore !), les généreux qui, au mépris de la solidarité nationale qui devrait prévaloir en temps de crise favorisent fiscalement les classes les plus favorisées de notre société..

      Le FMI sera plus enclin à exiger la suppression de postes d’enseignants dans les écoles publiques et la privatisation de tous les services publics quitte à ce que l’usage de ceux ci ne soit plus dans les moyens d’une partie de notre population... (je pense particulièrement aux tarifs prohibitifs de la scnf).. que d’exiger une répartition de l’effort pour équilibrer notre budget...

      Une dernière chose.. Si un ami vient vous voir, ayant tout perdu... Vous souciez vous de la manière dont ceci est arrivé ? non ! Vous allez d’abord vous préoccuper de l’aider à remonter la pente, puis si besoin est lui prodiguer quelques conseils afin que la situation ne se reproduise pas... Vous n’allez pas lui ouvrir votre porte, le mettre au pain sec pour lui apprendre à vivre et lui faire payer votre soutien de telle façon qu’il n’aura jamais assez de toute sa vie pour le rembourser !

      Avril 2010.... http://www.liberation.fr/economie/0101628184-les-patrons-des-hedge-funds-empochent-25-milliards-de-dollars-en-2009

      Il est vrai que supprimer les 400 euro de RSA que l’état verse à un pauvre type qui ne trouve pas de travail, ca va changer la face du monde.....


    • ja.poirier 7 juin 2011 14:43

      «  » Il ne reste aux grecs qu’à rejeter le plan du FMI et de l’UE pour que la dette repose non plus sur leurs épaules mais sur celles des créanciers qui jusqu’ici n’assument pas les risques qu’ils ont pris. «  » oui et au plus vite et pareil pour la France et autres pays retour a la création monétaire et nationalisation des banques stratégiques !!


      • Nautile 7 juin 2011 15:26

        EN 68, nous étions tous des juifs allemands !
        je me sens maintenant devenir grec !!


        • jack mandon jack mandon 7 juin 2011 16:18

          Le suicide, c’est le mur qui se dessine devant celui qui perd espoir.

          Ainsi, les grecs, nos ancêtres, ceux qui peuplent notre mémoire et notre histoire, semblent avoir déserté ce beau pays de lumière.
          Les grecs de notre enfance, les mythes et les modèles ont quitté le monde du réel.
          Il ne reste plus que l’enveloppe d’un temps vidé de sa substance, un temps hors du temps qui n’est plus le temps universel,
          car celui-ci est éternel, mais qui n’est pas non plus le temps linéaire, le temps humain contemporain puisqu’il se meurt.
          Alors de quel temps s’agit-il ?
          Le temps des affaires et de la corruption qui a tué le temps de l’art, de la philosophie et de la beauté.
          C’est la fin d’un monde, c’est la fin du monde.
          Les dieux n’inspirent plus leurs enfants car les enfants sont dans le déni.
          Et pourtant les grecs, enfin leurs descendants, remplissent la terre et n’oublient pas la patrie d’Homère. Comment le pourraient-ils elle éclaire leurs conscience.
          Si cela pouvait aider ce beau peuple à retrouver l’ardeur et l’idéal qui déplacent les montagnes.
          Au fait, le travail est un mot inconnu dans la Grèce antique ?
          Le moteur n’est pas le travail, c’est le plaisir, le désir, l’amour qui stimulent la vie d’un peuple,
          l’action créatrice émerge ensuite.
          Ce pays, le premier parmi les pays dans la création ne nous invitent-il pas dans sa déconvenue à nous remettre en question.
          Nous pourrions peut être réactualiser l’Iliade et l’Odyssée et cesser d’imiter le modèle américain qui sonne comme un monde creux dans le concert des nations.
          Ce sont les vieux qui ont raison, les ancêtres, d’autant qu’ils sont plus vivants que jamais.
           


          • jack mandon jack mandon 7 juin 2011 16:31

            Il m’arrive de parler seul dans les sentiers de montagne.
            Donc je me dis que mon amour pour la Grèce doit s’expliquer par la rencontre passionnelle d’un guerrier helléniques, un conquérant des gaules qui rencontra une gauloise un peu celtique en mal de rêve et fatiguée par les gauloiseries de son environnement.
            Je les salue au passage et les remercie par la même occasion.


          • jack mandon jack mandon 7 juin 2011 23:47

            Il y a du vrai dans tout cela, mais l’on ne peut ignorer que les gaulois furent conquis par les romains pour devenir des gallo-romains et que depuis ce temps, les hommes de toute la terre se sont mélangés...quant à ceux qui ne l’ont pas fait pour des raisons souvent religieuses, ils se révèlent aujourd’hui particulièrement dangereux.
            Mais il semble que le métissage ne porte pas immédiatement de bons fruits comme si la digestion était longue et laborieuse....


          • norbert gabriel norbert gabriel 7 juin 2011 16:55

            Anthony Queen ???? serait-il devenu drag queen après Zorba ?? ça m’avait échappé... mais Anthony Quinn, en revanche était bien un des kings d’Hollywood ...  smiley


            • nilasse nilasse 7 juin 2011 17:13

              je sais que c’est facile a dire,mais pas a faire mais ils devraient plutôt tuer ceux qui sont responsables de leur situation. par quel mécanisme incroyable l’être humain est il capable de retourner la violence qu’on lui inflige contre lui plutôt que de la diriger contre ses oppresseurs ?


              • schwitters schwitters 7 juin 2011 18:04

                C’est deux psychologies différentes, le seul contre exemple ce sont les personnes qui deviennent fou et abattent d’autres citoyens aux hasards.


              • nilasse nilasse 7 juin 2011 18:23

                c’est quant meme con qu’ils ne la canalise pas contre les ordures qui nous oppriment. vous ne trouvez pas ?


              • schwitters schwitters 7 juin 2011 18:52

                Dans les rêves, oui,

                mais vaut mieux des élections !
                Sérieusement, la pression sociale, l’éducation, sont une garantie de maintien de l’ordre,
                c’est pour cela que personne à envie de parler de cela, l’augmentation des suicides ne peut pas être fédérateur à grande échelle. Les Grecs doivent se rassembler autour d’une conscience politique et pour cela les jeunes sont incontournables, car pas ceux-ci ne sont pas formatés complètement, ils n’ont pas la réaction de se sentir coupables, honteux face à leur descendance contrairement aux anciens qui ont une image d’eux-même définitive.
                Cordialement

              • nilasse nilasse 7 juin 2011 19:09

                vous voyez bien que les élections,ça ne marche pas et elles sont trucables a volonté au cas ou il y aurait un vote par trop défavorables. une bonne colere populaire n’est efficace qu’avec une guillotine et des têtes qui roulent dans des paniers.


              • schwitters schwitters 7 juin 2011 19:23

                Le contexte doit se rapprocher des pays révolutionnaires, est-ce cas en Grèce ? pour cela il faut que le réel dépasse la force de la propagande d’état et la peur de changement radicaux.



              • BA 7 juin 2011 18:48
                Mardi 7 juin 2011 :

                Moody’s : Un report d’échéance pour la Grèce constituerait sans doute un défaut.

                Un report de l’échéance de la dette par ses créanciers privés pourrait difficilement être considéré comme une démarche totalement volontaire et constituerait donc probablement un défaut, a déclaré mardi le directeur de la division « risque souverain » de Moody’s.

                Un tel report fait partie des solutions évoquées pour impliquer le secteur privé dans un nouveau plan d’aide financière à Athènes, en cours de négociation avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international. 

                « On a du mal à imaginer, dans les circonstances actuelles, que cela se fasse volontairement », a déclaré Bart Oosterveld à des journalistes à Paris.

                « Notre définition du défaut implique, pour que quelque chose soit volontaire, que cela soit vraiment volontaire », a-t-il ajouté.



                • Marc Bruxman 7 juin 2011 19:13

                  "Il est cependant à noter que cette hausse affecte bien moins le groupe de grecs le plus durement frappé par la crise, c’est-à-dire les moins de 25 ans, dont les conditions d’entrée dans la vie active sont considérablement détériorées.

                  Mais il y a sans doute une raison à cela : les jeunes trouvent un échappatoire dans la révolte."

                  Faux c’est du déja vu avec la chute de l’europe de l’est. Lorsque des changements radicaux se produisent, les jeunes se disent majoritairement qu’ils peuvent s’adapter Certains se révoltent, mais beaucoup s’adaptent silencieusement et s’intégrent finalement assez bien dans le nouveau système. A l’inverse les plus agés voient leur monde détruits et ne savent pas s’adapter.

                  Ainsi en europe de l’est, avant d’améliorer la vie de tous les jours, la chute du communisme a crée un désastre en terme de niveau de vie. Les jeunes se sont adaptés au nouveau monde et beaucoup vivent bien aujourd’hui. A l’inverse, ceux qui avaient dans les 40 - 50 ans à l’époque de la chute du mur ont payés très durement leur liberté. Les taux de suicide y ont fortement augmentés.


                  • le journal de personne le journal de personne 7 juin 2011 22:13

                    Dégâts, défis !
                    Ciel, injuste ciel, à part la justice
                    Que pouvions-nous étreindre ?
                    Camarades, irons-nous jusqu’à l’étreinte ?
                    Non nous n’allons pas nous disputer l’heure
                    Ni mettre du jour au lendemain fin à nos malheurs
                    Néanmoins… je ne vous sens pas assez indignés...

                    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/degats-defis/


                    • De Bredevan marc (L'INFOTOX) INFOTOX 18 février 2012 14:04

                      Crise : Quand 1 salarié se suicide, le patron de la société dans laquelle ce drame s’est produit est fautif.
                      Quand des grecs se suicident à cause des mesures prises par l’Europe qui, suite à sa mauvaise gestion budgétaire (et non par la faute exclusive de la « folie » financière !), redoute bien plus la fin de son illusion européenne (l’Euro) que le confort de vie de sa population, les politiciens seront-ils coupables et comptables de leurs décisions irréfléchies ?!.
                      INFOTOX. The WebMag. 

                      http://pic.twitter.com/JuP2ftrl 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès