Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Grèves et manifestations : de l’art de trouver à qui parler

Grèves et manifestations : de l’art de trouver à qui parler

Le 21 mai dernier, Michel Barnier annonçait des mesures : 40 millions d’aides qui n’auront pas suffi. Quelques jours plus tard, les pêcheurs étaient de nouveau dans la rue.

Mais pas la rue française. En effet, les grévistes montaient directement manifester à Bruxelles. Ils n’ont pas tenté Paris, une manifestation près de l’Assemblée, de Matignon ou de l’Elysée. Non, ils étaient à l’étranger, près des commissaires européens qui usinent les directives que nos représentants entérinent à l’Assemblée, sans se poser la question de la représentativité de leurs manœuvres purement informatiques.

De mémoire de jeune homme de 27 ans, c’est la première fois que je vois ça dans ce pays (ou alors, c’est que les précédentes m’avaient échappé…) : des manifestants court-circuitent les lieux nationaux du pouvoir pour aller dire leur façon de penser à l’étranger. C’est invraisemblable. Car les lieux sont les fonctions. Autant dire que notre Président, notre premier ministre, nos députés ne sont que des marionnettes et que ceux qui tirent les ficelles sont ailleurs (comme la vérité). Et ce serait asserter que les gens reconnaissent que les décisions ne se prennent plus au même endroit qu’avant.

Pourquoi aller grogner contre quelqu’un qui ne peut rien faire pour vous ? Pourquoi s’échiner à hurler des slogans, à peindre sur des bouts de bois, à marcher des kilomètres, pour s’entendre dire au bout du chemin qu’on a gaspillé son temps de travail, une partie de son salaire, et perdu une journée d’activité acharnée (la manifestation est une activité physique qui exige de se lever tôt, mais qui n’est pas rémunérée) ?

En tout cas, on n’entend plus Michel Barnier de la même façon dans les médias depuis que les marins-pêcheurs sont montés à Bruxelles. Son simulacre de pouvoir a disparu lorsque les grévistes sont allés adresser leurs revendications autre part : "j’ai demandé à la Commission européenne si nous pourrions anticiper le versement de certaines aides européennes au début de l’automne pour faciliter la trésorerie des exploitations qui sont pour beaucoup en grande difficulté", dit-il, enfin conscient officiellement qu’il n’a pas son mot à dire.

Le 5 juin, on réapprend que Bruxelles entend réduire le quota de pêche pour l’année 2009. Elle l’avait déjà dit le 30 mai. Ce n’est pas le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche ou le Président de la République, sur lesquels on peut poser les noms « Michel Barnier » et « Nicolas Sarkozy », qui font la déclaration. C’est « Bruxelles ».

« Bruxelles » s’est sentie agressée et a fait savoir par voie de presse qu’elle était prête à couper les vivres de certains pêcheurs au nom de l’environnement. Les nobles causes au service des grands groupes, c’est une politique dont « Bruxelles » est familière.

Alors oui, les pêcheurs français n’étaient pas seuls, il y avait des italiens et des espagnols.

Mais on peut déjà tirer quelques belles leçons de cette histoire (qui n’est pas encore finie).

1) Manifester est et reste un moyen efficace de pression. Certes, « que les manifestations ne mobilisent plus beaucoup, que les grèves ne soient plus trop suivies n’est pas nécessairement une bonne nouvelle », c’est un fait. Qu’elles se dirigent enfin vers les lieux du pouvoir en est un autre.

2) Les pêcheurs donnent l’exemple à suivre pour de nombreuses catégories de professionnels menacés : agriculteurs, routiers, pharmaciens et peut-être électriciens, gaziers, enseignants, facteurs, fonctionnaires…

3) Si les mécontents se rendent enfin compte qu’il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints, peut-être qu’ils auront gain de cause.

4) « Bruxelles » n’a pas encore de nom, mais si ces offensives continuent, elle va bien être obligée de s’en trouver un ou plusieurs, de façon à ce qu’on sache à qui s’adresser directement dans le futur ou à brouiller un peu plus les pistes pour continuer à faire croire aux gens que la politique et le droit ne peuvent rien pour eux.

5) Nicolas Sarkozy peut être réélu dans 4 ans, ce ne sera pas bien grave. De toute façon, n’importe qui pourra être à sa place d’ici là. Les pantins font de vieux os de bois.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 7 juin 2008 19:06

    C’est moi qui vous remercie, votre article a été matière à réflexion. Le citer n’est qu’un juste retour.

    A quelles professions faites-vous allusion ? Je pense qu’aucune profession n’est épargné par les directives de "Bruxelles", c’est bien pour ça qu’il faut délocaliser toutes les manifestations en Belgique

    Il est vrai que les manifestations de marins-pêcheurs sont violentes, contrairement à celles des enseignants par exemple. Mais, eux n’ont pas d’exemple à donner aux enfants


  • appoline appoline 10 juin 2008 19:24

    Il vaut mieux pour les gosses ne pas suivre trop l’exemple des enseignants, car depuis 30 ans, regardez les bras cassés qu’ils ont mis sur le marcher, c’est à peine si ces derniers savent lire et écrire ; même dans leurs manifestations, ils perdent toute crédibilité.

    Pour répondre à certains, tout le monde n’a pas fait l’ENA, eh non, marins-pêcheurs y compris. Et puis, il faudrait qu’ils arrêtent de se palucher ces pauvres Enarques, ils vont finir par se faire mal. Ils ne savent plus penser par eux-mêmes ; heureusement Bruxelles le fait à leur place ou le contraire, enfin bref, nous sommes tous dans le même merdier.


  • Forest Ent Forest Ent 7 juin 2008 17:24

    Les pêcheurs donnent l’exemple à suivre pour de nombreuses catégories de professionnels menacés : agriculteurs, routiers, pharmaciens et peut-être électriciens, gaziers, enseignants, facteurs, fonctionnaires…

    Certainement pas. Je dois dire que non seulement je ne soutiens pas les mouvements des pêcheurs et routiers, mais qu’ils me font tordre de rire sur la cohérence intellectuello-libérale du gouvernement.

    Je croyais dans ma grande naïveté qu’il y avait des "marchés" qui se réglaient d’eux -mêmes par la loi de l’offre et la demande. Donc, si le prix de revient augmente, il suffit d’augmenter le prix de vente, n’est-il pas ?

    Pourtant, ces secteurs ne vivent que de subventions et d’exemptions fiscales. Ils sont déjà exonérés de la TIPP. De quoi osent-ils encore se plaindre ?

    Pêcheurs et routiers votent à 75% UMP. Il est normal qu’on le écoute plus que d’autres ?

    Bloquer une raffinerie est un délit pénal. Quand je vois que l’on envoie en prison des faucheurs d’OGM désintéressés, je trouve le laxisme du gouvernement bien suspect. Que l’on envoie ces manifestants en prison, c’est ce qu’ils méritent.


    • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 7 juin 2008 19:01

      Effectivement c’est très naïf de croire à la loi du marché. Les syndicats patronaux doivent connaître bien des tensions en ce moment, cependant, contrairement aux associations de travailleurs, ils ne laissent passer aucune opportunité de les mettre en scène dans les médias.

      Les pêcheurs et les routiers votent certes UMP en majorité, mais ils ne sont pas libéraux. Ils connaissent les conditions et les conséquences de la concurrence, et comme vous le remarquez justement, vivent de subventions diverses et d’allègements de charges (encore que eux paient ces charges, même allégées... certains grands groupes peuvent faire du chantage à la délocalisation pour obtenir des exonérations en toute discrétion...). L’électorat UMP, c’est aussi celui de l’ancien RPR.

      Et si bloquer une raffinerie est illégal, il l’est autant d’occuper une faculté ou de séquestrer un directeur. La guerre des classes n’a jamais eu lieu, le conflit s’est toujours passé entre catégories socio-professionnelles, pour l’obtention d’avantages particuliers. Et comme d’habitude, les plus grosses corporations sont toujours les premières à dénoncer les corporatismes. Dénoncer une corporation ou une autre, c’est faire preuve d’un manque de compréhension global de la situation.

      Si vous pensez avoir lu que je soutenais le mouvement des marins-pêcheurs, vous avez bien lu. Je les soutiens parce qu’ils montrent effectivement la voie aux autres corporations professionnelles. Peu importe qu’ils soient majoritairement des électeurs UMP, car l’enjeu principal n’est pas là, il est dans l’exemple qu’ils fournissent aux autres CSP par leur attitude intransigeante.


    • Forest Ent Forest Ent 8 juin 2008 00:12

      Ils semblent avoir "une attitude intransigeante" :

      - parce que les médias les relaient,

      - parce qu’ils bénéficient d’oreilles attentives,

      - parce qu’ils savent qu’ils n’iront pas en prison pour ça.

      Pour les autres, on peut avoir l’air intransigeant à l’ANPE. Je préfèrerais franchement que la même loi s’applique pour tous.


    • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 10 juin 2008 20:43

      Je rappelle que les manifestations se font désormais à Bruxelles et plus à Paris. Si l’UMP laisse faire, c’est que le client dans l’affaire, c’est pas celui qu’on croit.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 7 juin 2008 19:32

      Quelle bonne idée d’ aller dans un autre pays brûler les vieux pneus , à Bruxelles ça les changera de l’ odeur des moules-frites ...

       

      à choisir je préfère mourir d’ un manque de poisson que d’ un cancer du poumon ...


      • Le péripate Le péripate 8 juin 2008 00:38

        C’est que la droite, les conservateurs, a sa aussi sa clientèle : agriculteurs, pêcheurs, routiers, taxis.... C’est le moment de faire monter les enchères. Ils veulent moins de taxes sur le carburants, mais, pour eux. Ou des compensations. Faudrait surtout pas donner l’idée à tous de réclamer une baiise générale des taxes sur les carburants ! Ni paraître s’opposer trop de front avec un vieux copain, l’Etat. Alors, Bruxelles...

        Ca doit sembler incohérent à ceux qui pensent que cette droite est libérale !

         


        • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 10 juin 2008 20:40

          Eh eh mais le vice est inscrit dès le départ, dans la formule de la démocratie représentative... si moins de gens avaient résisté au bourrage de crâne médiatique et disons, trois personnes sur quatre avaient voté Sarkozy (nom interchangeable avec le candidat que les médias préfèrent, je précise) à la présidentielle, c’est toute une très large clientèle qu’il aurait fallu contenter, et c’est pas en dépouillant l’Etat et en accordant des allègements de charge astronomiques aux entreprises que les gouvernants y seraient arrivés. Quand l’homme politique divise pour régner, il ne fait qu’utiliser une potentialité du système. Faut pas s’étonner, hein !


        • Iren-Nao 10 juin 2008 09:32

          Qu’ils aillent refiler la patate chaude a Bruxelles, ca risque de ne pas trop durer tellement bcp en ont ras la frange de cette Europe a la gomme.

          Quant a l’augmentation serieuse (et pas terminee) du petrole et subsequemment du coco a la pompe c’est une tres bonne chose qui seule nous forcera a changer nos habitudes avant que decidement il n’y en ait plus du tout.

          Il est temps que pecheurs et autres routiers et taxix mal embouches se mettent a anticiper la fin du monde motorise au petrole, parce que si on a mis un bon siecle a perfectionner le moteur a combustible, il ne faut pas croire que les moyens alternatifs vont aller beaucoup plus vite a etre au point.

          Les pechous ayant deja bousille leurs ressources a coup de cheval vapeur, qu’ils se remettent a la voile, c’est charmant et cela fera des vacances aux poissons pendant qu’il en reste un peu.

          Que les routiers se preparent a conduire des peniches et des trains....

          Vive la Marine a voile !!

          Iren-Nao


          • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 10 juin 2008 20:49

            Ah, certes ça peut être bénéfique sur le long terme (et pour le collectif), mais quand on a faim, et une grosse faim, on n’attend pas les autres pour aller chercher à manger, et on fait avec les moyens immédiatement disponibles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès