Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Guigou : l’Europe disparaît dans tous les grands rendez-vous (...)

Guigou : l’Europe disparaît dans tous les grands rendez-vous internationaux

Sauvons l’Europe a réalisé une interview exclusive d’Elisabeth Guigou à l’occasion du référendum en Irlande sur le Traité de Lisbonne et du G20

 

Que pensez-vous du résultat du nouveau référendum organisé en Irlande sur le traité de Lisbonne ?

C’est une très bonne nouvelle, d’autant que les Irlandais ont voté massivement pour le traité de Lisbonne. Ils ont reçu des assurances sur leur commissaire, la fiscalité, leur neutralité... La crise est passée par là aussi : il valait mieux pour eux être dedans que dehors. C’est une très bonne nouvelle pour l’Irlande et pour l’Europe aussi.

Que pensez-vous de l’attitude du président tchèque Vaclav Klaus qui refuse de signer la ratification du traité de Lisbonne ?

Ce n’est pas une surprise. Ce qu’on peut craindre c’est que les recours se multiplient et qu’il les fasse durer jusqu’aux élections britanniques (au mois de juin 2010) et qu’il y ait ensuite un référendum comme s’y est engagé David Cameron s’il gagnait les élections qui compromette l’ensemble. C’est le scénario noir.

Je n’y crois pas trop. La République tchèque ne peut pas se résumer à Vaclav Klaus uniquement. On ne sait pas ce que la Cour constitutionnelle va décider. Il faut qu’elle déclare recevable le premier recours. L’Union européenne a aussi des arguments très concrets vis-à-vis de la République tchèque. Il y a un moment où Vaclav Klaus va devoir réfléchir très sérieusement par rapport à son obstruction.

Est-ce que David Cameron lui-même aura intérêt une fois Premier Ministre à ce mettre sur les bras un référendum sur l’Europe ? Je n’en suis pas absolument certaine. L’expérience montre dans tous les pays que lors du passage de l’opposition à la majorité et donc au pouvoir, on devient tout d’un coup beaucoup plus compréhensif vis-à-vis de l’Europe.

Je crois qu’il ne faut pas trop noircir mais qu’il faut être vigilant. Nous avons besoin que le traité entre en vigueur le plus rapidement possible. La présidence suédoise voudrait qu’il entre en vigueur dès fin octobre pour le prochain Conseil européen. C’est un peu optimiste vis-à-vis des décisions de la Cour constitutionnelle tchèque. Il faut qu’il entre en vigueur avant la fin de l’année et que tout le dispositif institutionnel soit en place au 1er janvier de l’année prochaine pour que ça marche. Nous devons passer à des politiques concrètes parce que c’est ça qui intéressent les Européens.

Que va-t-on faire sur le climat, en matière d’énergie, pour sortir de la crise et lutter contre le chômage, pour que ne recommencent pas les pratiques financières qui nous ont mené dans le mur ? C’est tout ça qui est important. Et plus vite on a un schéma institutionnel stabilisé, mieux c’est.

Et maintenant ?

Quand on aura un président (ou une présidente) du Conseil européen, un haut (ou une haute) représentant pour la politique étrangère... Il faut quand même qu’on s’interroge sur la présence d’une femme à ces postes, mais enfin... Une fois qu’on aura ces deux personnages en place, l’Europe recommencera à être visible.

Ce qui me navre, c’est qu’en raison des problèmes institutionnels depuis cinq ans, l’Europe disparaît en tant que telle dans tous les grands rendez-vous internationaux. Au G20, c’était flagrant. C’est vrai que G7, G8 et autres ne sont pas très favorables à la visibilité de l’Union européenne, mais c’est la première fois qu’on la voit à ce point disparaître derrière les États-Nations. Il faut que ça change et cela changera quand nous aurons un (ou une) nouveau président du Conseil européen et un (ou une) Haut représentant de la politique étrangère commune

 


Sauvons l’Europe

La retranscription de cette interview a été réalisée par nos amis du Taurillon : http://www.taurillon.org/

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 12 octobre 2009 13:20

    Vaclav Klaus doit être destitué pour atteinte à la démocratie, trahison et faute économique majeure à l’égard de son pays.
    Il doit être placé en forteresse pendant 2 ou 3 mois pour le faire réfléchir si tant est qu’il puisse le faire alors l’asile psychiatrique serait la solution ?


    • citoyen 12 octobre 2009 14:22

      Et allez donc ! Une couche supplémentaires de menaces voilées sur un état (encore ) souverain . Mais qui nous débarrassera de cette dictature dont l’outrecuidance est absolument insupportable ?

      Honte à Elizabeth Grigou et à tous les collabos béni oui-ouistes de son acabit


      • Antoine Diederick 12 octobre 2009 16:03

        ds le traité de Lisbonne, (je l’ai pas lu) , est donné la liberté pour chaque pays de quitter l’Union s’il le désire....amen.


        • Antoine Diederick 12 octobre 2009 16:07

          le nouveau concours auquel il faut s’abonner consiste à pronostiquer quel pays les premiers sortirons de l’Union ? Je pense que cela va se passer....certains pays sortirons du projet européen.

          arguments pour ? / arguments contre ?

          a votre copie.


          • Daniel Roux Daniel Roux 12 octobre 2009 17:52

            L’interview est déjà fini ? Encore un peu de soupe, mme Guigou ?

            Quel commentaire faites-vous sur l’article de Backchich concernant votre implication dans l’affaire dite « des frégates » ?

            Comment se prétendre démocrate et qualifier un référendum britannique de « scénario noir » ?

            Pensez vous que les peuples doivent être mis sous tutelle par ceux là même qui s’expriment en son nom et sont élus par lui ?


            • jean 12 octobre 2009 18:55

              Vous n’avez pas répondu à la question d’un intervenant sur la présence de lobbies à Bxl avec droit de vote, qu’en pensez vous ?


              • Sauvons l'Europe Sauvons l’Europe 12 octobre 2009 19:18

                Euh, pardon ? Moi ou Elisabeth Guigou ? Des lobbys avec un droit de vote ? C’est quoi cette bête-là ?


              • Bill Grodé 12 octobre 2009 20:28

                Elisabeth Guigou ?
                C’est bien la personne qui avait promis de quitter la vie politique , si le « non » l’emportait au referendum sur la constitution européenne .......


                • Dolores 13 octobre 2009 14:47


                  Sacrée Guigou !
                  C’est elle qui expliquait que si le PS avait perdu les élections présidentielles en 2002,c’était parce que les candidats ne s’étaient pas montrés assez « pédagogues » !
                  C’est navrant de constater que ceux qui se reconnaissent eux-même pour des élites ont un QI d’étourneau ( et je ne suis pas sûre de ne pas faire injure aux étourneaux).
                  Idem pour le oui au referendum ; le bon peuple est à peu près aussi intelligent qu’un troupeau d’oies, pourquoi encore le consulter quant il suffit de réunir quelques députés pour obtenir le « bon » résultat.

                  Elle n’a plus rien à envier à la droite : d’accord ou pas, il faut dire oui. Les récalcitrants seront punis.
                  Il n’y a pas à tenir compte des peuples.
                  Et vive la démocratie à la Guigou !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès