Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Habemus Lettam : un gouvernement d’union nationale en (...)

Habemus Lettam : un gouvernement d’union nationale en Italie

L’Italie a enfin un nouveau gouvernement. Enrico Letta est le nouvel homme fort du pays, avec derrière lui, l’ensemble de la classe politique traditionnelle. Seul, le parti protestataire de Beppe Grillo a refusé ce gouvernement de consensus.

Serait-ce le spectre d’Aldo Moro qui revient à Rome ? Une fusillade est intervenue au Palais du gouvernement italien au moment même où le nouveau chef du gouvernement, le 83e de la liste, prêtait serment ce dimanche 28 avril 2013 dans la matinée. Trois blessés dont l’auteur des coups de feu qui a été immédiatement arrêté.

Sans commenter cet inquiétant attentat dont l’information est trop "fraîche" pour en comprendre les raisons, revenons à la politique intérieure italienne. La veille, 27 avril 2013, au cours d’une conférence de presse, l’ancien ministre Enrico Letta (46 ans), numéro deux du parti démocrate italien (PD), avait annoncé qu’il avait réussi à constituer une large majorité d’union nationale autour du gouvernement qu’il était chargé de former trois jours auparavant. Une majorité forte de 437 députés sur 630 et de 218 sénateurs sur 319, soit plus des deux tiers des parlementaires, viendra à sa rescousse dans la semaine.

Il a ainsi réussi là où son collègue Pier Luigi Bersani (61 ans) avait échoué le 28 mars 2013. Cela clôt ainsi la crise politique en Italie depuis le 8 décembre 2012 (la perte du soutien du parti de Silvio Berlusconi au gouvernement de Mario Monti), que les élections générales des 24 et 25 février 2013 n’avaient pas réussi à arrêter.



Enrico Letta, issu de la démocratie chrétienne italienne, est un petit prodige de la politique italienne puisqu’il a été le ministre le plus jeune de l’histoire italienne, lorsqu’il fut nommé le 21 octobre 1998 (à 32 ans) Ministre pour les politiques communautaires (puis du 22 décembre 1999 au 11 juin 2001, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, et du 17 mai 2006 au 8 mai 2008, le Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil des ministres de Romano Prodi).

Il avait postulé la direction du PD au cours de la primaire du 24 juillet 2007 et s’était retrouvé en troisième position derrière Walter Veltroni (qui avait largement gagné la primaire avec plus des trois quarts des voix) et Rosy Bindi. Lors de la primaire du 25 octobre 2009, il avait fait équipe avec Bersani et ils l’avaient remportée dès le premier tour avec 53%.

yartiLettaEA06


Mission remplie également pour le vieux Président de la République italienne, Giorgio Napolitano (87 ans), qui a dû accepter à contre cœur sa réélection le 20 avril 2013, contrevenant à toutes les traditions historiques et surtout, à la raison liée à l’âge, par la simple motivation qu’il était, lui aussi, le seul capable de réunir une majorité du collège électoral. Chose assez rare dans la politique italienne, c’est Giorgio Napolitano qui a lui même esquissé les grandes lignes du gouvernement d’Enrico Letta.

yartiLettaEA07


Quel était le problème ? Essentiellement numérique : si le parti démocrate italien (PD) avait gagné les élections, ce n’était pas suffisant pour avoir la majorité au Sénat, tandis que le PdL (Peuple de la Liberté), parti de Silvio Berlusconi, avait réussi à résister honorablement et que le Mouvement 5 étoiles était entré massivement au Parlement italien. Or, ce mouvement nouveau, très différent des autres partis politiques, que je dirais essentiellement basé par cette mauvaise expression de "société civile" (mais je n’ai pas trouvé d’autre expression pour la remplacer) avait refusé tout accord avec le PD, seule majorité susceptible d’éviter l’union nationale.

Conclusion, c’est un large accord avec la classe politique "classique" qui a eu lieu autour d’Enrico Letta : le PD, le PdL et aussi la coalition menée par le chef du gouvernement sortant Mario Monti (70 ans). Il faut dire qu’Enrico Letta avait sans doute plus de facilité à obtenir un accord PD-PdL que Pier Luigi Bersani dans la mesure où son oncle, Gianni Letta (78 ans), ancien ministre, reste l’un des plus proches de Silvio Berlusconi (et fut son candidat à l’élection présidentielle de mai 2006).

yartiLettaEA04


La base de cette union nationale a deux volets : d’une part, une réforme des institutions pour éviter un nouveau blocage comme celui que vient de connaître l’Italie depuis cinq mois ; d’autre part, la poursuite des réformes économiques pour tenter un redémarrage industriel et un assainissement de la dette publique. Pour Enrico Letta, il est clair que l’austérité n’est pas la panacée : « La situation actuelle ne peut plus durer, en Italie comme en Europe, car les politiques d’austérité ne suffisent plus. ».

Les vingt-deux autres ministres ont également prêté serment au Palais Chigi ce dimanche matin. Le numéro deux du gouvernement est Angelino Alfano (42 ans), chef du PdL (depuis le 1er juillet 2011) et ancien Ministre de la Justice de Silvio Berlusconi du 8 mai 2008 au 27 juillet 2011, nommé Vice-Président du Conseil et Ministre de l’Intérieur. Angelino Alfano fait figure de véritable dauphin politique de Silvio Berlusconi (76 ans).

yartiLettaEA03


Le directeur général de la Banque d’Italie depuis 2006, Fabrizio Saccomanni (70 ans), sans parti, a été nommé Ministre de l’Économie et des Finances, le poste clef de ce gouvernement. L’ancienne commissaire européenne Emma Bonino (65 ans), qui était plus ou moins candidate potentielle à l’élection présidentielle d’avril 2013, a été nommée Ministre des Affaires étrangères. La Ministre de l’Intérieur sortante, Anna Maria Cancellieri (70 ans), proche de Mario Monti, et également candidate potentielle à l’élection présidentielle, a été nommée Ministre de la Justice.

Gaetano Quagliariello (53 ans), du PdL, est au stratégique poste des Réformes institutionnelles. Enfin, Mario Mauro (51 ans), proche de Mario Monti (et ancien du PdL), Vice-Président du Parlement Européen depuis juillet 2004, est nommé Ministre de la Défense. Mario Mauro et Gaetano Quagliariello avaient fait partie de la commission nommée par le Président Napolitano le 30 mars 2013 pour faire des propositions de réformes institutionnelles.

C’est aussi un gouvernement sans précédent pour la "diversité" qui comprend sept femmes (un record bien que cela ne représente qu’un petit tiers), dont une ministre originaire du Zaïre, l’ophtalmologue Cécile Kyenge (48 ans), du PD, chargée de l’Intégration, nouvellement élue députée en février dernier.

yartiLettaEA05


Pour Enrico Letta, ce gouvernement n’est pas un gouvernement "technocrate" comme ce fut le cas pour le précédent dirigé par l’économiste Mario Monti, mais bien un gouvernement politique qui veut avancer dans les réformes.

Il en ressort cependant qu’il sera très difficile à Enrico Letta de conserver durablement cette majorité très large lorsqu’il viendra au fond de ses projets de réformes, dans le concret. C’était en tout cas la seule manière de contrer le Mouvement 5 étoiles, refusant obstinément de se prêter à une coalition, qui pourrait sans doute bénéficier d’un accroissement d’audience dans les années à venir si la situation économique ne venait pas à s’embellir.

Et en France, serait-il pertinent d’imaginer une union nationale pour impliquer toute la classe politique dans les réformes structurelles qu’il sera nécessaire d’engager ? Certains y ont déjà pensé, et j’aurai sans doute l’occasion de l’évoquer prochainement


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La réélection de Giorgio Napolitano.
L’union nationale en France ?

yartiLettaEA08 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • mortelune mortelune 28 avril 2013 19:17

    En Italie comme partout ailleurs, l’aristocratie mondialiste et banquière savent s’unir quand ils sentent le danger venir du peuple. Comme quoi toute cette fine équipe tient bien les rouages des nations européennes au détriment d’une véritable démocratie. Qui sont les dindons de cette farce ’électorale’ ? les Italiens...

    Je ferais donc une minute de silence pour le temps qu’ont perdu ceux qui ont été voté. Amen !

    • Le péripate Le péripate 28 avril 2013 19:30

      Une minute seulement ? Dommage smiley


    • babeuf babeuf 28 avril 2013 19:22

      une salade composée est en train de germer en FRANCE , hollande maintien le cap,
      « droit dans le mur », il est probablement certains qu il cherchera cette politique d union
      nationale ,vu que son électorat de gauche le lâche !
      que nous savions qu il était un« capitaine de pédalo », mais qu il soit aussi bourrique
      qu une mule , oui il est bien le digne fils de tatcher


      • Epiméthé 28 avril 2013 19:54

        Quel dommage que le mouvement 5 étoiles ne soit pas parvenu à plus déstabiliser la classe politique traditionnelle. Cela dit, cette union montre bien que les divergences au sein de la caste de professionnels de la politique n’est que de rigueur et que lorsqu’il s’agit de défendre les privilégiés contre les intérêts du peuple, ils peuvent très bien s’entendre. 


        Écrivons nous-même notre contrat social ! 

        • ETTORE ETTORE 28 avril 2013 20:24

          C’est fou comme ils arrivent à s’aimer tous, quand il ne reste plus que cette solution pour sauver leur gamelle !

          Cette union est une union de vieux rances.
          Si il y a une chose que les Italiens savent bien, c’est que le café réchauffé est imbuvable, même si on change l’étiquette de la boîte.
          Reste à voir si, dents et ongles crispés à leurs privilèges, ils vont résister aux coups de pieds au cul qu’ils vont se prendre.

          • Ariane Walter Ariane Walter 28 avril 2013 21:02

            Ettore, bravo !


          • doslu doslu 29 avril 2013 11:06

            Ils s’accrochent au pouvoir comme les morbacs aux poils du cul
            c’est pas un coup de balais qu’il faut en Italie, c’est une giclée de DDT dans le pif


          • epicure 28 avril 2013 20:39

            C’est beau les incantations :
            union nationale !
            réduire la dette !

            C’est bien, ça en jette, mais tout ça c’est superficiel, car c’est juste proposer des moyens sans fin.
            Une union nationale pourquoi faire ? avec les mêmes dirigeants qui trahissent la france et les français, servent la finace avant le peuple ? aucun intérêt, ils mèneront toujours les mêmes politiques.
            Le Parti Solférinien, suit les traces de l’UMP, signe ses traités, ses lois de régressions sociale made in MEDEF etc....
            Quel est l’illusioniste qui veut nous faire croire qu’en étant dans un gouvernment d’union nationale ils fairaient mieux ?

            Quand à la dette, il faudrait réfléchir aux conditions du fiancement de la dette, avant de décréter de baisser la dette, toujours au détriment des mêdmes : le peuple français qui n’a aps la chance de faier ârtie de l’élite.
            Le jour où bayrou proposera de faire serrer la ceinture du monde de la finace avant celle des français, il pourra comencer à se présenter comme un candidat crédible.
            Le centre a voté la ratification du traité de lisbonne, pour le MES et le TSCG, il a trahi les français autant que les deux partis d’alternance.

            Bref l’union nationale à l’heure actuemlle c’est de l’enfumage.


            • Ariane Walter Ariane Walter 28 avril 2013 21:01

              Epicure, merci, tu m’évites de développer plus longuement...


            • Ariane Walter Ariane Walter 28 avril 2013 21:00

              La base de cette union nationale a deux volets : d’une part,... d’autre part, la poursuite des réformes économiques pour tenter un redémarrage industriel et un assainissement de la dette ...

              Pauvre dégénérés mentaux...Combien de temps pour comprendre.

              Là on vous tire dessus.

              Pauvres politicards...Avec Berlu qui tire les ficelles. 

               


              • 65beve 28 avril 2013 21:23

                On a déjà eu une union nationale de droite il y a 6 ans (ump+udf+kouchner+fn) et on a compris notre douleur.
                Une autre idée svp ?


                • wesson wesson 28 avril 2013 23:17

                  bonsoir l’auteur, 


                  « Enrico Letta est le nouvel homme fort du pays, avec derrière lui, l’ensemble de la classe politique traditionnelle. »

                  Effectivement, une coalition qui va de la gauche sociale-démocrate (équivalent fonctionnel des solfériniens Français), jusqu’à l’extrême droite lombarde, en passant par le parti de Silvio Berlusconi qui s’y taille une belle place.

                  Mais moi ce qui m’étonnes là dedans, c’est que ça n’as l’air de n’étonner personne. 

                  Et demain je vous l’annonce, ça pourrait être pareil : une coalition allant du PS au FN pour empêcher une vraie alternative de gauche et continuer la politique d’austérité. Je la voit venir.

                  • Pyrathome Pyrathome 29 avril 2013 19:21

                    Et oui, ils n’ont pas peur de Maraine Lapine, mais ils ont la frousse devant la vraie gauche......


                  • COLLIN 30 avril 2013 09:48

                    Enrico lettam est membre de la « commission trilatérale »,c’est du moins ce que dit sa fiche wikipédia... smiley

                    Je comprends qu’il plaise tant à notre petit Sylvain... smiley


                  • babeuf babeuf 29 avril 2013 04:40

                    oui w@sson, comme premier ministre un certain BAYROU, avec comme devise sauvez la démocratie face aux extrêmes


                    • Pyrathome Pyrathome 29 avril 2013 19:18

                      premier ministre un certain BAYROU, avec comme devise sauvez la démocratie face aux extrêmes

                      Quels extrêmes ???
                      Depuis 2007, c’est l’extrémisme qui a le pouvoir....celui des banksters.....
                      Bayrou ??? ah ah ah ah !!!!!!
                      Il baissera le falzar comme les autres, et même encore plus vite.....


                    • 65beve 29 avril 2013 08:21

                      Babeuf,

                      « comme premier ministre un certain BAYROU »

                      A force de mettre de l’eau dans le rosé, Hollande va nous servir une bibine insipide.

                      cdlt


                      • babeuf babeuf 29 avril 2013 08:45

                        d accord avec toi65beve@ , qu il est trahis son électorat et alliés c est un fait , mais cela va bien
                        au delà du clivage gauche , droite , en tant que chef d état représentant de tous les français il
                        a refuser le combat de boxe face à l euro merkel , il c est pas que couché , mais humilié la nation toute entière , on peu perdre avec les honneurs , même pas !!, il est fier de son année de bilan , la note est salé , tu crois allez manger dans une brasserie , il te donne l addition de chez
                        maxim s 


                      • foufouille foufouille 29 avril 2013 10:12

                        « la poursuite des réformes économiques pour tenter un redémarrage industriel et un assainissement de la dette publique. »

                        uniquement en reve
                        faut d’abord tout vendre


                        • BA 29 avril 2013 10:31

                          L’Italie a un gouvernement d’union nationale.


                          Bientôt, la France aura un gouvernement d’union nationale.

                          Dimanche 28 avril 2013 :

                           

                          A propos d’un gouvernement d’union nationale, lisez cet article :

                           

                          Les Français plébiscitent l’union nationale… et Bayrou.

                           

                          SONDAGE - Les Français sont favorables à la formation d’un gouvernement d’union nationale. Parmi les personnalités qu’ils souhaiteraient voir accéder à l’exécutif, François Bayrou arrive en tête.

                           

                          Alors que l’Italie est pilotée depuis samedi soir par un gouvernement d’union nationale, les Français imaginent à leur tour une telle hypothèse.

                           

                          Selon le sondage Ifop réalisé pour le JDD à paraître dimanche, 78% des sondés sont favorables à la mise en place par François Hollande d’un tel exécutif.

                           

                          "Alors que, paradoxalement, le clivage droite-gauche n’a jamais été aussi électrique", remarque Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop.

                           

                          Les Français réclament donc l’union et certaines personnalités pour la réaliser. Interrogés sur les responsables politiques qu’ils souhaiteraient voir entrer au gouvernement, au cas où François Hollande déciderait d’un remaniement, les sondés plébiscitent un nom en particulier : François Bayrou, réclamé par 47% d’entre eux.

                           

                          http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Les-Francais-plebiscitent-l-union-nationale-et-Bayrou-604362


                          • Tall 29 avril 2013 11:32

                            Ce qui est vicieux, c’est l’arnaque du terme « union nationale », alors qu’il s’agit d’une union politicarde contre le peuple.


                            • PtitLudo PtitLudo 29 avril 2013 15:33

                              Vous remarquerez qu’on demande l’union nationale lorsque l’on a peur que la vraie gauche arrive au pouvoir. Quand la droite est au pouvoir, jamais ! De qui se moque-t’on ???


                              • baldis30 29 avril 2013 22:46

                                c’est le Faust de Gounod qui a raison :
                                « le veau d’or est toujours debout , on encense sa puissance, et Satan conduit le bal, et Satan conduit le bal »

                                la grande différence entre Satan et berlussolini c’est que quelle qu’en soit la représentation de Satan, celui-ci ne doit pas son système pilmeux à des implantations capillaires

                                 smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès