Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Helmut Kohl, l’homme de la Réunification européenne

Helmut Kohl, l’homme de la Réunification européenne

« Pour les grands jours, il faut que les sermons soient courts et que les saucisses soient longues. »



Ce vendredi 3 avril 2015, l’ancien Chancelier allemand Helmut Kohl fête son 85e anniversaire, l’occasion de revenir sur sa trajectoire. Colosse physique, dominant un quart de siècle de la vie politique allemande, il fut aussi un colosse politique européen issu d’une Allemagne pourtant naine politique et géante économique.

Dans son destin politique, celui dont le nom signifie "chou" en allemand a su saisir magistralement les occasions qu’il a rencontrées, et en particulier deux majeures : celle de la rupture d'une coalition par un petit parti qu’il transforma en deux semaines en désignation à la tête du gouvernement et bien sûr, celle, historique, de procéder en moins de onze mois à la Réunification des deux Allemagnes.


Homme d’appareil très tôt

À 16 ans, Helmut Kohl a adhéré à la nouvelle CDU, le parti démocrate-chrétien de Konrad Adenauer, qui venait juste d’être créée. Après des études de droit à Francfort et d’histoire et de sciences politiques à Heidelberg, il s’engagea dans l’appareil régional de la CDU de Rhénanie-Palatinat tout en menant un début de carrière managériale dans l’industrie chimique (Angela Merkel est docteur en sciences physiques). Il a soutenu à Heidelberg le 1er août 1958 sa thèse de doctorat en histoire portant sur les développements politiques dans la Rhénanie-Palatinat et la reconstruction des partis politiques après 1945.

_yartiKohl02

À 29 ans, il remporta son premier mandat électif le 19 avril 1959 comme député du Land de Rhénanie-Palatinat (on pourrait dire l’équivalent de conseiller régional en France), puis un mandat municipal à Ludwigshafen (sa ville natale) en 1960, et aux élections régionales suivantes, le 31 mars 1963, il remporta la présidence du groupe CDU au Land qu’il conserva le 23 avril 1967, puis il est devenu le patron de la CDU dans le Land en 1966. Enfin, le 19 mai 1969, dauphin de Peter Altmeier (1899-1977), il fut élu ministre-président de la Rhénanie-Palatinat dans une coalition CDU-FDP (le FDP est le parti "libéral démocrate" qu’il faut comprendre dans le sens centriste), Land qu’il conserva jusqu’au 25 décembre 1976.


Leader national de la CDU dans l’opposition

Quelques mois plus tard, il fut propulsé avec une belle performance vice-président fédéral de la CDU (numéro deux) au congrès de Mayence le 17 novembre 1969. La CDU était alors présidée jusqu’au 4 octobre 1971 par Kurt Georg Kiesinger (1904-1988), ancien Chancelier du 1er décembre 1966 au 21 octobre 1969 battu par Willy Brandt (1913-1992) malgré la victoire relative de la CDU aux élections législatives du 28 septembre 1969 à cause du FDP qui avait préféré soutenir les sociaux-démocrates du SPD. Très vite, Helmut Kohl se retrouvait en rival interne de Rainer Barzel (1924-2006) qui, lui, était parvenu à se faire élire président fédéral de la CDU au congrès suivant, à Sarrebruck le 4 octobre 1971. Rainer Barzel échoua dans son opposition à Willy Brandt et perdit les élections législatives du 19 novembre 1992, si bien que Helmut Kohl fut élu assez naturellement à la présidence fédérale de la CDU au congrès de Bonn le 12 juin 1973 (avec 91,1% des mandats), fonctions dans lesquelles il fut reconduit sans discontinuité pendant plus de vingt-cinq ans, jusqu’au 7 novembre 1998.

Pendant encore plus de neuf ans, Helmut Kohl s’est bâti comme un leader incontestable de l’opposition face à la coalition SPD-FDP menée par Willy Brandt puis par Helmut Schmidt (96 ans), chanceliers. Aux élections législatives du 3 octobre 1976, candidat à la chancellerie, il permit à la CDU d’obtenir l’un de ses meilleurs scores depuis la guerre, avec 48,6% des voix et 243 sièges sur 496. Il était à six sièges d’avoir la majorité absolue et devenir Chancelier, mais le FDP resta dans la coalition avec Helmut Schmidt. Quittant ses fonctions régionales en Rhénanie-Palatinat, Helmut Kohl cumula la présidence du parti avec la présidence du groupe CDU au Bundestag (équivalent de l’Assemblée Nationale) du 13 décembre 1976 au 4 octobre 1982.

Aux élections législatives du 5 octobre 1980, il n’était pas candidat à la chancellerie et ce fut le tempétueux ministre-président de la Bavière, Franz Josef Strauss (1915-1988), de la CSU, qui fut choisi contre la volonté d’Helmut Kohl qui lui préférait le ministre-président de la Basse-Saxe Ernst Albrecht (1930-2014) et mena la CDU à l’échec électoral à cause d’une campagne beaucoup trop droitisante et incompatible avec le FDP. Après l’échec de Franz Josef Strauss, Helmut Kohl regagna très vite le leadership de l’opposition face à Helmut Schmidt.


Révolution de palais au Bundestag

Un événement le précipita même au pouvoir plus rapidement qu’espéré. Après un désaccord sur la politique économique, les centristes du FDP rompirent leur alliance avec le SPD le 17 septembre 1982 (la coalition avait duré près de treize ans). Helmut Kohl négocia alors rapidement un accord pour une coalition CDU-FDP et, à la suite d’une motion de censure, fut élu Chancelier de la République fédérale d’Allemagne le 1er octobre 1982 par 256 voix contre 235.

C’est l’un des cas institutionnels de renversement de majorité sans que le peuple n’ait eu droit au chapitre. Cependant, ce fut de courte durée puisque ce changement de coalition fut largement validé par les élections législatives anticipées du 6 mars 1983 avec une campagne sur fond de crise des euromissiles : la CDU remporta 48,7% et 244 sièges sur 498, la coalition avec le FDP obtenant 278 sièges soit plus que la majorité absolue (à noter que les Verts ont fait à cette occasion leur première entrée au Bundestag avec 5,6% des voix et 27 sièges). Il a fallu pour cela qu’Helmut Kohl organisât un échec à un vote de confiance au Bundestag le 17 décembre 1982, ce qui a conduit le 6 janvier 1983 le Président de la République Karl Carstens (1914-1992) à dissoudre l’assemblée et à convoquer des nouvelles élections (à ce jour, il y a eu trois dissolutions, avec celle du 23 septembre 1972 et celle du 21 juillet 2005).

_yartiKohl05

Le FDP était dirigé par Hans-Dietriech Genscher (88 ans) du 1er octobre 1974 au 23 février 1985, et ce dernier fut d’abord ministre dans des gouvernements sociaux-démocrates avant de l’être dans des gouvernements démocrates-chrétiens : Ministre de l’Intérieur du 22 octobre 1969 au 16 mai 1974, puis Ministre des Affaires étrangères et Vice-Chancelier du 16 mai 1974 au 18 mai 1992 (fervent européen et partisan de l’amitié franco-allemande, il avait été également cité pour succéder à Jacques Delors à la Présidence de la Commission Européenne).


Chancelier de la Réunification allemande et de l’Union Européenne

En gagnant les trois élections législatives suivantes, celles du 25 janvier 1987 face à Johannes Rau (44,2% et 223 sièges ; avec le FDP, 269 sièges sur 497), celles du 2 décembre 1990 dans une Allemagne réunifiée face à Oskar Lafontaine (43,8% et 319 sièges ; avec le FDP, 398 sièges sur 662) et celles du 16 octobre 1994 face à Rudolf Scharping (41,5% et 294 sièges ; avec le FDP, 341 sièges sur 672), Helmut Kohl resta Chancelier pendant cinq législatures, jusqu’au 27 octobre 1998, soit un peu plus de seize ans, battant la longévité de Konrad Adenauer (du 15 septembre 1949 au 16 octobre 1963) et frôlant celle d’Otto von Bismarck (du 21 mars 1871 au 20 mars 1890).

Alors que l’Allemagne a toujours voulu être politiquement discrète dans le "concert des nations" en raison du passif de la guerre et de l’antisémitisme, Helmut Kohl a cherché à poursuivre l’amitié franco-allemande et la politique d’intégration européenne, seule stratégie possible pour renforcer l’économie européenne face aux États-Unis et aux pays émergents. Le 22 septembre 1984, Helmut Kohl s’est recueilli avec le Président français François Mitterrand à Verdun, les deux ennemis d’hier se tenant même la main par geste très symbolique.

_yartiKohl03

La principale réalisation d’Helmut Kohl au pouvoir fut évidemment sa grande lucidité sur ce qu’il se passait à l’Est. Dès la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, Helmut Kohl a fait accélérer le déroulement de l’histoire en réalisant la Réunification de l’Allemagne en moins de onze mois, le 3 octobre 1990, malgré les réticences françaises. L’accord s’est conclu ainsi : la France soutenait la Réunification en échange de quoi l’Allemagne reconnaissait les frontières actuelles avec la Pologne et acceptait la fin du Deutsch Mark, sa monnaie forte, pour faire la monnaie unique européenne (l’euro) dont la banque centrale serait à Francfort. Auparavant, Helmut Kohl avait pris une décision politique majeure, bien qu’économiquement imprudente, la parité des deux marks, ouest-allemand et est-allemand, pour ne pas accroître les inégalités sociales entre les deux territoires.

_yartiKohl04

Le principe de l’euro, tant vilipendé aujourd’hui, était le principal élément du Traité de Maastricht signé le 10 décembre 1991 (un an après la Réunification) et qui fut ratifié démocratiquement par le peuple français le 20 septembre 1992 par 51,0% des Français (avec 69,7% de participation). Il faut le rappeler et insister ; l’euro n’a pas été imposé aux peuples, il a été adopté en France de manière démocratique et populaire et à la suite d’un véritable débat public contradictoire dont les principaux protagonistes furent François Mitterrand et Philippe Séguin.


Le combat de trop

L’Allemagne avait cependant à faire face à une profonde crise économique pour "absorber" les conséquences sociales de la Réunification, pendant la décennie 1990, si bien que le chômage a beaucoup progressé au fil des années. Devenu de plus en plus impopulaire, avec plusieurs défaites régionales, Helmut Kohl a cependant voulu mener les élections législatives du 27 septembre 1998 qui furent un échec sans appel : la CDU n’a eu que 35,5% des voix et 245 sièges, la coalition CDU-FDP ne rassemblant que 288 sièges sur 669. Gerhard Schröder (70 ans) fut élu Chancelier le à la tête d’une coalition SPD et Verts le 27 octobre 1998 et le resta jusqu’au 22 novembre 2005, auquel a succédé l’actuelle Chancelière Angela Merkel.

Le dauphin politique d’Helmut Kohl eut des fortunes diverses, Wolfgang Schäuble (72 ans), et est encore l’actuel Ministre fédéral des Finances. Quant à Angela Merkel (60 ans), originaire de l’Allemagne de l’Est, elle fut longtemps la jeune protégée d’Helmut Kohl mais sous-estimée par lui.

Helmut Kohl a quitté définitivement le Bundestag le 22 septembre 2002 après quelques années de mise en cause dans des scandales politico-financiers de la CDU. Ne supportant plus sa maladie, son épouse Hannelore s’est suicidée le 5 juillet 2001. L’ancien Chancelier s’est par ailleurs retrouvé bloqué, le 28 décembre 2004, dans le tsunami qui a ravagé l’océan Indien.


Entré dans les livres d’histoire

Helmut Kohl a publié deux tomes de ses mémoires, le 4 mars 2004 (1930 à 1982) et le 3 novembre 2005 (1982 à 1990). Sa postérité sera aussi importante que celle de Bismarck (1815-1898), l’autre réunificateur de l’Allemagne, et celle d’Adenauer (1876-1967), le pacificateur par l’amitié franco-allemande. Pas sûr qu’Angela Merkel, habile bénéficiaire des réformes économiques de son prédécesseur Gerhard Schröder, puisse bénéficier d’une telle marque de reconnaissance dans l’histoire de l’Allemagne.

_yartiKohl07

Avec le pape Jean-Paul II, le Président américain Ronald Reagan et le Président soviétique Mikhail Gorbatchev, Helmut Kohl a façonné la transition entre la guerre froide et un monde multipolaire qui cherche à se structurer autour de grandes entités économiques plurinationales. Helmut Kohl aura contribué à renforcer les pays européens en acceptant la monnaie unique européenne, faisant de l’Europe la première puissance économique du monde.

Victime d’un accident vasculaire cérébral il y a plus de cinq ans, qu’il accepte à l’occasion de son anniversaire, de la part du modeste Européen que je suis, mes remerciements émus pour l’œuvre historique qu’il a accomplie et mes vœux de meilleure santé possible pour sa retraite bien méritée.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (3 avril 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’amitié franco-allemande.
Le symbole de Verdun.
Les risques de la germanophobie.
Angela Merkel.
Le mur de Berlin.
La chute du mur de Berlin.
La Réunification allemande.
La Pologne en 1989.
La chute de l’empire soviétique.
Le Traité de Maasticht.
L’Europe, c’est la paix.

_yartiKohl06
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Ben Schott 3 avril 2015 12:23

    C’est pas bien de planer comme ça, Sylvain.


    • ZEN ZEN 3 avril 2015 12:26

      Ce cher Helmut !
      Il nous a trouvé Angela
      Un saint de plus dans l’impressionnante hagiographie politique de l’auteur...


      • Yvance77 Yvance77 3 avril 2015 12:38

        Avox doit être payé pour publier autant de bilets bouseux de cet auteur robinet d’eau tiède !!!


        • lloreen 3 avril 2015 12:47

          " l’euro n’a pas été imposé aux peuples, il a été adopté en France de manière démocratique et populaire et à la suite d’un véritable débat public contradictoire dont les principaux protagonistes furent François Mitterrand et Philippe Séguin."

          L’ euro a été imposé aux français(et aux autres) puisqu’ ils ont dit NON à l’ adhésion au traité de Lisbonne au referendum de 2005.
          Quant à l’ Allemagne, qui a perdu toute souveraineté depuis 1945 et qui demeure ipso facto le 51ème état des Etats-Unis (alias Washington DC-District of Columbia), on n’ a pas daigné demander l’ avis de la population.

          Les autres à qui il a été demandé de voter ont tous voté NON et pour l’ Irlande, elle a été priée poliment de revoter correctement.

          Pour en revenir à l’ actualité, l’ Islande a refusé d’ adhérer récemment à l’ UE et la Grèce songe très sérieusement à quitter l’ UE et se tourne vers la Russie.

          Votre programmation mentale est évidente.


          • lloreen 3 avril 2015 12:59

            En parlant justement de l’ Allemagne, sachez que la RFA est la continuation de la République de Weimar qu’ à ce titre elle n’ existe plus depuis 1990.
            Par contre, le Reich allemand et ses lois sont encore toujours d’ application et c ’est en vertu de ses lois que tout citoyen allemand peut se défaire de son « Personalausweis », l’ outil de son asservissement (statut de PERSONNEL de la RFA) à cette RFA qui n’ est qu’ un état vassal totalement illégitime pour demander la carte d’ identité en tant que citoyen allemand.
            Ce que de plus en plus d’ allemands font en rendant leur Personalausweis aux administrations (illégitimes).

            Par conséquent, tous les traités qui ont été signés avec des politiciens depuis cette date sont ILLEGITIMES, NULS ET NON AVENUS.
            Il en sera de même de tous les traités signés par ces usurpateurs. Donc tous les traités (Schengen, Maastricht, Lisbonne) sont dès lors NULS ET NON AVENUS.

            D’ ailleurs il faut savoir que depuis le 25.12.2012 toutes ces corporations gouvernementales sont forcloses.

            La RFA était une corporation gouvernementale et toutes ses administrations aussi.
            La preuve en lien.

            UPIK®-Search hit list To access the detailed information, you have to click on the company name. LBundesrepublik DeutschlandAlt-Moabit 101DBranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandTaubenstr. 42-43BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandScharnhorststr. 34-37BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandDorotheenstr. 84BranchBerlin LBundesministerium für Gesundheit und soziale SicherungWilhelmstr. 49BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandAlexanderplatz 6BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandJerusalemer Str. 24BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandAlt-Moabit 101DBranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandJägerstr. 9BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandBreite Str. 3BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandInvalidenstr. 44HeadquartersBerlin

            • Laulau Laulau 3 avril 2015 13:35

              Victime d’un accident vasculaire cérébral il y a plus de cinq ans, qu’il accepte à l’occasion de son anniversaire, de la part du modeste Européen que je suis, mes remerciements émus pour l’œuvre historique qu’il a accomplie et mes vœux de meilleure santé possible pour sa retraite bien méritée.

              C’est l’hommage d’un lobotomisé à un hémiplégique.


              • lloreen 3 avril 2015 14:09

                A l’ auteur
                Vous semblez oublier que toute légitimation pour les traités vient du peuple.
                Or, à aucun moment les peuples n’ ont adhéré à l’ UE.

                Ces traités sont (ont eté) signés par des présidents de multinationales gouvernementales (forcloses depuis le 25.12.2012) et par conséquent ces traités sont inopposables aux citoyens résidant sur les territoires européens.
                Ils sont donc nuls et non avenus.

                On ne sait pas dans quel état d’ esprit tous ces acteurs de la politique ont été lorsqu’ à un moment de leur vie ils ont pris une décision.
                Peut-être l’ ont ils regrettée à un moment ou à un autre de leur parcours.
                Peut-être leur a t- on forcé la main puisque chacun sait que toute une armée de « conseillers », « experts » et autres agents tournent autour de ces personnages comme les abeilles autour d’ une ruche.
                Le fait est néanmoins, que la solution résidera toujours dans la souveraineté personnelle d’ abord et la souveraineté nationale ensuite.


                • Phoébée 3 avril 2015 16:21

                  Sylvain ne m’en voulez pas, mais je suis de loin en loin vos articles... vous en avez vraiment un grain !  smiley


                  • Donbar 5 avril 2015 10:17

                    @Phoébée
                    Pourquoi s’en prendre au propagandiste, qui n’est jamais qu’un petit rouage ?


                  • Allexandre 3 avril 2015 18:45

                    L’auteur nous affuble d’articles apologétiques tous azimuts. Se serait-il recyclé dans les biographies sucrées et obséquieuses ? Si certains articles beaucoup plus profonds sont refusés, il n’en est pas de même pour les siens, pourtant sans saveur. Il doit payer grassement Agoravox pour bénéficier d’autant de diffusion !! Enfin, M. l’auteur, sachez que les abonnés d’AGO ne sont pas totalement neuneu et si tout cela n’est pas dû à la proximité du 1er avril !! Bon poisson Sylvain !!


                    • lughengor lughengor 4 avril 2015 09:16

                      Article d’un eurolâtre incapable de voir que la CDU et les pays baltes ne rêvent qu’au retour de la grande Prusse et soutient les nazillons de KIev. 


                      • Donbar 5 avril 2015 10:22

                        ’’ seule stratégie possible pour renforcer l’économie européenne face aux États-Unis et aux pays émergents.’’

                        Quelle magnifique réussite pour la ’’seule stratégie’’ ! Pensée unique, stratégie unique, propagande uniforme

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès