Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Il était une fois l’Europe

Il était une fois l’Europe

[ Le monde bouge, la culture déborde, l'Europe vit. Jadis, les Français et les Allemands se rapprochèrent tout en pansant les blessures de l'Histoire, avec pour convergence le poids de l'axe franco-allemand laissant entendre sa voix. Désormais, ce sont les territoires qui se nourrissent les uns, les autres. Couturière inspirée, la Génération ERASMUS globalise les usages, refuse les regards vindicatifs de Mao et de Lénine et incarne la Renaissance par l'entremise d'un processus d'inspirations mutuelles ]

Il était une fois l'Europe. L'Europe est aux abois, même en péril. Bon sens ou contresens du fédéralisme ? L'Europe, serait-elle l'odyssée du Vieux Continent ? Si l'Europe est née en six décades, l'épopée géologique de la vieille Europe court sur des milliards d'années. Du Bosphore à l'Islande, les Européens sont - unis dans la diversité -. Remonter le temps et contempler la chute inexorable des civilisations maya et romaine, trouvant les voies alternatives en vain. Vivre le présent, se projeter dans le futur avec les ailes du parfum fédéral au service des populations européennes. L'Europe est notre avenir et sa paix kantienne est l'un de ses arts. Si l'escapade fédérale est de toute beauté, alors construisons la ensemble par la préservation harmonieuse de l'onde ... au sens fédéral du terme. Aux urnes, jeunes Européens ! L'Europe incline sa courbe en direction de la jeunesse de nos régions européennes. L'Europe est en osmose avec son territoire, toutefois la démarche ne convainc pas vraiment. Pour autant, les orientations communes améliorent le débit numérique, ouvrent à la connaissance, se dotent d'outils pour défendre la démocratie, tentent de sauver les banques et entrent dans l'ère du développement durable. Minéral de saphir, l'Union européenne est la - sève - des générations ultérieures. Pour des politiques meilleures, pour une vie meilleure ?

Il était une fois l'Europe. L'Europe manque de main d'œuvre qualifiée et sa population active est vieillissante. L'Europe vit un tournant décisif. Elle mobilisa un élan nouveau face à la traversée de la plus grave crise de son Histoire. Avec efficacité et solidarité, la démocratie européenne pèse sur la marche du monde grâce à une démocratie de plein exercice. L'Europe est la solution et non un problème. Face aux multiples défis internationaux, l'Union européenne lutte contre les effets du changement climatique. Par ailleurs, l'Europe nécessite davantage d'esprit de décision, de vigueur et de coopération. Libre, solidaire et cosmopolite, l'Union s'oriente sur une économie verte, efficace et respectueuse de l'environnement, une santé publique, des Droits de l'Homme, du citoyen et de l'enfant et une protection des consommateurs.

Il était une fois l'Europe. Les petits-déjeuners du monde sont riches de saveurs, d'apports énergétiques et de plaisir. Un petit-déjeuner est un repas à part entière. Et si nous dégustions les petits-déjeuners internationaux ? A l'anglaise avec du bacon, du thé au lait, de la confiture d'orange et des œufs frits. A la hollandaise avec du pain de seigle et une tranche d'édam. A la canadienne avec des pancakes arrosés de sirop d'érable et du jus de cranberry. A la russe avec un yaourt, des blinis, un pamplemousse et du poisson fumé. A l'allemande avec de la saucisse, du pâté, du pain noir et du jus de pomme. Cette illustration de coutumes culinaires plaide en défaveur de l'existence de l'identité européenne sur - un petit cap du continent asiatique - Paul Valéry -. En réalité, l'identité européenne n'est qu'un vague appendice de l'identité nationale, malgré l'héritage chrétien, selon certaines thèses.

Le berceau de Jean. Si une église ou une abbaye prouvent une vision commune, il est surtout patent que les frontières politiques s'effacent au profit des idéaux politiques, philosophiques ou artistiques. Contribuant à la culture débouchant sur un sentiment, le patrimoine européen lié à des mouvements artistiques fonde l'identité européenne . D'autant que les échanges universitaires et l'uniformisation en cours assurent une convergence accrue vers une appartenance commune. Plus d'Europe, plus d'intégration, plus identité. Pour des politiques fédérales, pour une vie fédérale !

Pierre-Franck HERBINET

Membre de la Société Civile Européenne et de la diplomatie mondiale

Membre de la Commission pour l'égalité des genres & des chances du Mouvement Européen

Ancien télé conseiller de Corinne Lepage

Ancien Secrétaire Général du Mouvement Démocrate Jura


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • BA 30 juin 2012 11:34

    A propos du sommet européen, voici les phrases importantes du communiqué final :

     

    « Nous demandons instamment la conclusion rapide du mémorandum d’accord joint à l’aide financière accordée à l’Espagne pour la recapitalisation de son secteur bancaire. Nous réaffirmons que l’aide financière sera fournie par le FESF jusqu’à ce que le MES devienne opérationnel, et qu’elle sera ensuite transférée à ce dernier, sans obtenir de statut prioritaire.

     

    Nous affirmons notre ferme détermination à faire ce qui est nécessaire pour assurer la stabilité financière de la zone euro, notamment en ayant recours aux instruments existants du FESF/MES de manière souple et efficace afin de stabiliser les marchés pour les États membres qui respectent leurs recommandations par pays et leurs autres engagements, y compris leurs calendriers respectifs, dans le cadre du semestre européen, du pacte de stabilité et de croissance et de la procédure concernant les déséquilibres macroéconomiques. »

     

    http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/131360. pdf

     

    Rappel : le FESF et le MES sont des coquilles vides.

     

    Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour acheter des obligations de l’Etat espagnol, des obligations de l’Etat italien, etc.

     

    Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour recapitaliser directement les banques espagnoles, les banques italiennes, etc.

     

    Donc le FESF et le MES vont d’abord devoir emprunter des milliards d’euros sur les marchés internationaux.

     

    Ensuite, avec cet argent, le FESF et le MES pourront intervenir.

     

    Bref, on va rajouter des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes qui existent déjà !

     

    Mais les montagnes de dettes ne peuvent pas monter jusqu’au ciel.

     

    Il arrive toujours un moment où tout s’effondre.


    • Daniel Roux Daniel Roux 30 juin 2012 20:14

      L’auteur ne devrait pas tarder à atterrir. Espérons que la dure réalité du monde ne lui sera pas trop cruelle.

      L’épopée géologique de la « vieille Europe ».... pourquoi vieille ? Elle n’est pas plus vieille que l’Amérique ou l’Afrique, ni moins d’ailleurs.

      Les orientations communes pour défendre la démocratie ? Bof ! Qui croit encore que nous soyons en démocratie ? Sarkozy n’a pas hésité à bafouer la volonté du peuple en se torchant avec les résultats du référendum de 2005, avec la complicité hypocrite du PS mené par Hollande. Il s’est également exempté avec un cynisme arrogant du respect de la Constitution sans que personne, ceux qui devaient notamment, ne bouge le petit doigt.

      Non, cher auteur, les élites ne travaillent pas à l’amélioration de la vie des peuples, ils travaillent à leur propre enrichissement, à coup de produits financiers stériles, de directives autoritaires, de normes contraignantes, de sauvetages ruineux des banques dont ils sont actionnaires.

      Et lorsque le peuple, à bout, proteste et manifeste, exigeant du pain et la démocratie, il est reçu par des gaz lacrymogène, des lois d’exceptions liberticides et des diktats économiques. 


      • Dolores 1er juillet 2012 18:31

        @ l’auteur

        Je me demande qui vous a bourré la tête de toutes les inepties que vous osez débiter sans nuances.
        L« Europe n’ pas été faite pour le bien des peuples mais par des politiques pour les »marchés« , les marchands et les financiers asservissant les peuples pour en tirer le plus de profits.

        Redescendez sur terre et surtout venez vivre dans notre monde pour constater que la misère va croissant pour les divers peuples et que l’Europe ne fait pas pour eux ce qu’elle fait pour les banksters.

        Et parlez moi de la démocratie, dites moi où elle se cache.
        Van Rumpoy,président non élu, Barroso président de la commission non élu Comme la commission.
        Le parlement, un faux-nez, pour abuser le pékin !
        C’est une dictature qui punit les états récalcitrants et les populations si elles se refusent à obtempérer aux diktats.
        Dites moi donc ce que l’on peut penser d’un referendum où l’état ne tient pas compte de l’expression du peuple souverain et refait voter le même traité par une assemblée de godillots.
        Que pensez-vous du fait qu’on fasse revoter les peuples jusqu’à l’obtention de la »bonne« réponse voulue par des dictateurs ?
        Pour camoufler la dictature on peut ensuite se prévaloir que les assemblées ou les peuples eux-même ont voté »librement« en oubliant qu’entre temps on les avait légèrement menacé de représailles.

        Votre »Erasmus" est un machin anecdotique permettant à de jeunes idiots de se faire embrigader pour mieux perdre leur liberté. Celle qu’on offre en échange est un mirage !

        Puisque vous dites démocrate, ce dont on peut douter, préoccupez- vous d’avantage de notre démocratie balayée par les marchés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès