Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Immigration : retour sur une directive européenne

Immigration : retour sur une directive européenne

Le 18 juin 2008, le Parlement de l’Europe des 27 vote la Directive « retour » qui prévoit la possibilité d’un enfermement des migrants sans papier jusqu’à 18 mois avant leur expulsion ou leur « éloignement » et la possibilité de les rapatrier dans un pays autre que leur pays d’origine. Femmes et enfants ne sont nullement épargnés par ladite directive !

Deux jours après, soit le 20 juin 2008, le monde commémorait la « Journée internationale des réfugiés ». Le 21 juin 2008, sur RFI, M. Brice Hortefeux, ministre français de l’Immigration, se félicite du nombre élevé des refoulés pour le mois de mai, évalués à 29.000 personnes, alors que l’objectif affiché du gouvernement ­français était d’arriver à 25.000 expulsions d’illégaux par an autrement dit l’objectif a été largement dépassé.

Un tel concours de circonstances n’est pas fortuit et ne pouvait étonner personne, car l’immigration a toujours été l’un des thèmes favoris du candidat Sarkozy.

Il y a lieu de relever que ce vote du Parlement européen, passé presque inaperçu en Afrique a, par contre, suscité émoi et vives réprobations en Amérique latine. Le président bolivien, Eva Morales Ayma, l’a qualifiée de « directive de la honte », tandis que le président vénézuelien, Hugo Chavez a de son côté demandé « de jeter de toute son âme cette directive de retour regrettant que l’Europe soit actuellement dominée par des courants de droite et d’extrême droite, certaines d’entre elles très proches du fascisme et de l’ultranationalisme ».

Par ailleurs, selon certains observateurs, ladite directive est passée facilement pratiquement à l’unanimité, au Parlement européen grâce au vote massif des socialistes européens. Eux qui pourtant, avaient toujours incarné les valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité et de progrès.Ce scrutin démontre, si besoin en était, que le temps des liens historiques privilégiés et des réseaux entre l’Europe des 6 ou des 12 et l’Afrique est révolue avec l’entrée en scène de l’Europe des 27, dont les orientations politiques sont forcément différentes.

Jamais thème n’a suscité autant de passions et de débats en Europe et de par le monde que l’immigration, au point de devenir un enjeu politique et social de taille et un fonds de commerce fructueux de tous les hommes politiques en mal de renommée, de l’extrême droite au centre gauche.

En fait, pour P. Bernard, l’irruption de ce thème dans le débat social en France en particulier et en Europe en général, date des années qui ont suivi « mai 68 » années au cours desquelles les groupes d’extrême gauche ont tenté et réussi de défendre la cause des travailleurs immigrés, vu leurs mauvaises conditions de travail et de logement.

Mais l’histoire de l’immigration en France est aussi jonchée de petites phrases assassines des hommes politiques de droite comme de gauche qui ont fait mouche en leur temps sur les travailleurs immigrés. Des « odeurs » des immigrés de Chirac, à « l’invasion » des immigrés de Mr Giscard d’Estaing, en passant par les « zones d’attente » de Mr Paul Quilès et les « charters » de Mme Cresson, sans oublier -et plus près de nous-, la « racaille » des banlieues de M. Sarkozy. Avouons que sur ce terrain-là, la ligne de démarcation entre gauche et droite est difficile à cerner ! Et c’est justement dans ce contexte que le Front national trouva, en 1984, un terreau fertile lui préparé par la classe politique française.

Contrairement aux idées répandues, l’analyse des données sur l’immigration dans le monde appelle à nuancer certains jugements- tant les réalités sont différentes - pour ne pas créer l’amalgame entre l’immigration officielle, qui répond à certains impératifs socio-économiques des pays du Nord, et l’immigration illégale ou clandestine qui est essentiellement due à la pauvreté dans les pays du Sud.

Selon l’Office international des migrations (OIM), sur les 6 milliards d’êtres humains de la planète, on estimait à 191 millions le nombre de migrants dans le monde en 2005, soit 3% de la population mondiale, en progression de 176 millions par rapport à 2000.

En 2005, les femmes migrantes représentaient 19,6 % de l’ensemble des migrations, dans le monde. En d’autres termes, sur 10 migrants dans le monde, près de 2 sont de sexe féminin.

Dans le monde, quelque 30 à 40 millions de migrants se trouvent en situation illégale, ce qui représente environ 15 à 20 % de la population mondiale des migrants. En France, on estime ce nombre à 400.000 immigrés illégaux, et chaque année, le flux migratoire est de 100.000.

Par contre, en 2007, on dénombrait 26 millions de déplacés internes répartis dans 52 pays, contre 24 ,5 millions dans 52 pays un an plus tôt. Quant au nombre total de réfugiés, il a atteint, en 2007, le chiffre estimatif de 10,4 millions de personnes dans le monde.

Toujours en 2007, on estime que les rapatriements de fonds effectués par les migrants ont dépassé le chiffre de 337 milliards de dollars américains sont 251 milliards sont allés aux pays en développement, soit 74 %. Non compris les rapatriements informels.

Par ailleurs, ces dernières années, les tendances suivantes ont été observées par l’OIM au niveau des flux migratoires dans le monde :

- Bien que le nombre de migrants asiatiques soit passé de 28,1 millions en 1970 à 43,1 millions en 2000, la part des Asiatiques dans la population migrante mondiale a en fait reculé, passant de 34,5 à 25 % durant la même période ; pour la période allant de 2000 à 2015, il y a de fortes chances que ce nombre puisse augmenter de manière substantielle suite à l’essor prodigieux des économies asiatiques, notamment celles de la Chine et de l’Inde ;

- le nombre d’Africains se trouvant hors de leurs frontières à lui aussi diminué passant de 12 % en 1970 à 9 % en 2000 ; d’autres auteurs l’estiment à 35 millions (3) ; chiffre qui soit être revu à la hausse pour l’horizon 2015, compte tenu de l’accroissement de la pauvreté et à la multiplication des conflits ;

- seule l’Amérique du Nord et l’ex-URSS ont enregistré une augentation brutale des migrations entre 1990 et 2000, la proportion étant passée de 15,9 % à 23,3 %, en ce qui concerne l’Amérique du Nord et de 3,8 % à 16,8 %, ce qui concerne l’ex-URSS. Dans ce dernier cas cependant, cette augmentation s’expliquerait davantage par le nouveau tracé des frontières, après l’implosion du pays que par des mouvements réels de population ;

- la région du monde qui détenait en 2005 le pourcentage élevé des migrants est l’Europe avec 64,1 millions, suivie de l’Asie avec 53,1 millions et de l’Amérique du Nord avec 44,5 millions. L’Afrique vient en 4ème position avec 17,1 millions de migrants ;

- quant aux pays ayant accueilli le plus grand nombre de migrants intergouvernementaux en 2005, il y a : les Etats-Unis avec 38,4 millions ; la Fédération de Russie avec 12,1 millions et l’Allemagne avec 10,1 millions. La France arrive en 5ème position avec 6,5 millions.

- les trois principaux pays exportateurs de migrants en 2008 sont : la Chine avec 35 millions ; l’Inde avec 20 millions et les Philippines avec 7 millions ;

- les pays traditionnels d’immigration sont : l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis, tandis que les nouveaux pays de destination des migrants sont ; l’Irlande, l’Italie, la Norvège et le Portugal.

- par contre, les pays dont la population en 2000 était constituée de migrants internationaux pour plus de 60% sont : Andorre, Macao, Guam, Saint-Siège. Monaco ; Qatar et les Emirats arabes unis. La quasi-totalité de ces pays, au moins 5, sont curieusement des paradis fiscaux.

UN JUTEUX MARCHE

Une immigration en appelle une autre qui, celle-là, est financière et va dans le sens contraire, c’est-à-dire du Nord vers le Sud, donc intéressante aussi pour le capitalisme.

En effet, sur un pactole de 337 milliards de dollars des fonds rapatriés par les migrants en 2007, soit près de trois fois le montant de l’Aide publique au développement, il ne pouvait y avoir meilleur opérateur qu’une entreprise du Nord pour faire ce type de transactions.

Ce marché de transferts de fonds des émigrés, qui est appelé à croître dans les dix prochaines années, vers leur pays d’origine, considéré à juste titre comme une « mine d’or » par les experts financiers, est dominé de bout en bout par la Western Union. Installé dans 195 pays, elle déclarait, en 2005, plus de 3 milliards de dollars de bénéfices et affichait, avec insolence, près de 10 % de croissance par an, loin devant ses concurrents immédiats Travelex et Money gram, malgré leurs faibles commissions.

Selon le Fonds Monétaire International, les migrants sont la première source de financement extérieur des pays en développement. On estime que ces derniers ont envoyé, en 2005, plus de 160 milliards de dollars vers leur pays d’origine ; une somme qui ne tient pas compte des transferts informels.

Si au Sénégal, les budgets des ménages sont constitués à 50 % par des versements de l’étranger, on estime à environ 100 mil !ions de dollars, le transfert des migrants de la RDC vers leur pays en 2005.

A ce titre, le transfert des fonds des immigrés vers leur pays d’origine, constitue sans conteste un facteur important de réduction de pauvreté par la prise en charge de toutes les dépenses à caractère social des familles restées au pays.

PERSPECTIVES

Les données de l’OIM s’arrêtent en 2000 et d’ici l’horizon 2015, sous l’effet de la mondialisation et au regard de la situation socio-économique mondiale peu reluisante de ces « Trente désastreuses » (1974-2004) du capitalisme écervelé, ponctuée par des crises récurrentes du système capitaliste, il y a lieu de craindre un accroissement substantiel de ce phénomène migratoire, qui ne représente actuellement que 3 % de la population mondiale, d’autant que la mondialisation pousse à une très grande mobilité sociale de personnes.

Or, en simplifiant le calcul, pour la période 2000-2005, soit 5 ans, la prression du nombre de migrants a été de 176 millions d’unités, et en emettant l’hypothèse d’une progression constante tous les 5 ans, on peut s’attendre, pour l’horizon 2015, toutes proportions gardées, à un accroissement du taux, qui passerait de 3 à 7 %. Le nombre de migrants passerait ainsi de 191 à 443 millions. Celui des migrants clandestins, toutes choses restant égales par ailleurs, se situerait aux alentours de 89 millions, soit plus du double. Et le problème d’immigration se poserait encore avec beaucoup plus d’acuité. Il y a lieu de noter que chaque pays, chaque région a ses spécificités dans ce domaine comme dans tant d’autres.

Par ailleurs, on assiste en ce début du 21ème siècle, dans le phénomène migratoire, à la montée en puissance de l’immigration féminine qui, à elle seule, a représenté en 2005, près de 2 femmes sur un total de 10 personnes. Ce phénomène trouve son origine dans la grande pauvreté qui sévit dans les pays sous-développés, dans les violences faites aux femmes, dans l’émancipation qu’ont connues certaines d’entre elles, mais aussi et surtout dans la multiplication des conflits dans ces pays, où femmes et enfants - personnes vulnérables par excellence- sont désormais utilisés comme arme de guerre, au nez et la barbe de la communauté internationale. Au Nord comme au Sud, en temps de guerre comme en temps de paix, les femmes et les enfants en ce troisième millénaire sont, à quelques variantes près et à des degrés différents, logés à la même enseigne.

De toute façon, il est loin l’époque - les années 70- où l’Europe dans sa très grande majorité et dans un élan de générosité et de compassion sans précédent, accueillait à bras ouvert les « boat people » indochinois.

« Autres temps, autres moeurs, dit-on. A 30 ans d’intervalle, les « boat people » africains ainsi que les « road people » asiatiques n’ont plus droit à la même compassion européenne. En lieu et place, l’Europe a construit des murailles et autres fils barbelés afin de se prémunir des « invasions » et des « odeurs » de ces « barbares » de nouveau type, oubliant qu’il y a peu, un mur peut en cacher un autre, elle célébrait avec faste et joie, la chute du Mur de Berlin. Et c’était en 1989...

Le phénomène migratoire, vieux comme l’humanité, est désormais devenu, pour citer M. Burson Mckinley, ancien Directeur général de l’OIM : « un problème essentiel, incontournable et potentiellement bénéfique de la vie économique et sociale de chaque pays et de chaque région ».

Sa réussite dépendra de la capacité des différents Etats, de mettre en place des politiques appropriées et cohérentes dans ce domaine de manière à tirer le meilleur parti de ce phénomène et ce, bien évidement dans le respect de la dignité humaine et dans l’intérêt de l’humanité tout entière.

MAYIFILUA N’DONGO
ONG "DEDQ" et "CEFOTED"


Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Le pirate des caraibes 10 décembre 2008 12:05

    @l’auteur

    "Femmes et enfants ne sont nullement épargnés par ladite directive !"

    C’est normal, ils sont illegaux egalement !!!
    Vous pensez que nous allons les accueillir à nos frais et que vous pourrez ramener le mari grace au rapprochement famillial ? 

    Nous sommes deja saturés d’immigrés et en plus, ceux ci refusent de s’integrer !!!

    La preuve , vos "sans papiers" qui sont des immigrés illegaux . Ils refusent de respecter nos lois sur l’immigration et vous voulez qu’on soit "tolerant" (con quoi).

    On l’a deja assez été. La vocation de la france n’est pas de financer l’afrique, ni d’accueillir tous ceux qui refusent de developper leur pays et qui viennent profiter sans fin de notre generosité.

    Allez donc vous plaindre sur les sites web de l’afrique.

     


    • apami 10 décembre 2008 13:12

      @pirate
      Contrairement à ce que vous croyez, les enfants ne sont pas en situation irrégulière au ragard de la loi Française. On voit bien ici que vous n’y connaissez rien. Par ailleurs il n’existe pas pas de personne "illégale".


      Nous n’accueillons personne à vos frais. Je vous rappelles que les Français ne payent pas d’impots en France lorsqu’ils habitent à l’étranger... mais que les étrangers qui habitent en france, eux, en payent, et particulierement le plus juteux d’entre eux : la TVA.

      Il n’y a pas de saturation : c’est votre cerveau qui est saturé en raison de son contenu et de sa contenance.

      En réalité il s’agit de xenophobie mal déguisée.


    • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 13:32

      @seb

      maintenant , les dictateurs Africains préferent vendre leurs terres à des compagnies étrangères pour produire des bio carburants ( voir l’article de zen et courrier international de cette semaine ) que de le laisser aux locaux pour y faire des cultures vivrières !!! smiley

      pourquoi serait ce à nous de les nourrir ???? Qu’ils se révoltent contre leurs dirigeants plutôt que de brûler les voitures dans nos banlieues !


    • Jean-paul 10 décembre 2008 15:03

      Le pirate des caraibes
      C’est dommage que tu ne sois pas ne en Afrique ,ainsi ta vision des sans papiers serait differente .


    • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 15:09

      @JEAN PAUL

      il est des caraïbes , il peut pas être né en Afrique !  smiley

      mais quand même il peut s’interroger sur Haiti , qui après deux siècles d’indépendance , est devenu ce qu’il est devenu ! les méchants occidentaux sont quand même pas responsables de tout !


    • Le pirate des caraibes 10 décembre 2008 17:30

      @ apami

      "les enfants ne sont pas en situation irrégulière au ragard de la loi Française"
      Ah oui ? Et comment appeler des enfants et des femmes qui viennent sur le terrictoire francais sans autorisation dans le but avouer de s’y installer malgré tout.

      "ailleurs il n’existe pas pas de personne "illégale". "
      Ben voyons... Sur le terrictoire sans papiers le permettant, c’est illegal. Rester quand on sait que c’est interdit , c’est illegal. Fuir la police et etre clandestin, c’est illegal.
      Essayez de developper autre chose que des arguments de bobo !


      "Nous n’accueillons personne à vos frais."
      Et les impots svp ?
       
      "Je vous rappelles que les Français ne payent pas d’impots en France lorsqu’ils habitent à l’étranger..."
      Bien sur que si, exemple : francais habitant en belgique et travaillant en france.

      "les étrangers qui habitent en france, eux, en payent,"  
      Les sans papiers egalement ???? Ca m’etonnerait , et ca ne change rien au fait que nous sommes souverains dans notre pays. Si nous ne voulons accueillir des gens , c’est NOTRE DROIT !

      " et particulierement le plus juteux d’entre eux : la TVA. "
      C’est valable dans tous les pays , rigolo va !!!


      "Il n’y a pas de saturation" 
      Dans le cantal, surement. Mais venez donc faire un tour à tourcoing, roubaix ou à lille sud...  smiley

      Votre betise est bien visible . Vous faites quoi dans la vie ? Vous bossez dans le social ?


    • foufouille foufouille 10 décembre 2008 17:49

      @ pirate
      quand ils travaillent pour que les gros fas, ils sont declares et paient les memes cotisations
      donc les impots en plus
      par contre ils ont le droit a rien


    • K K 11 décembre 2008 11:42

      pirate des caraibes :

      Il n’y a pas saturation du nombre d’etranger en France. Et si un pere de famille travaille dans un pays, il est normal que sa famille le suive dans ce pays. Et comme certains vous l’ont dit, les immigres qui consomment participent a la richesse du pays. Ceux qui travaillent paient des impots et participent aussi a la richesse du pays.
      Un francais vivant a Londres enrichit l’Angleterre


    • beubeuh 12 décembre 2008 11:54

      @ Pirates des Caraïbes : je confirme, j’ai pu le constater par moi-même, les sans-papiers payent des impôts, y compris l’impôt sur le revenu.
      Le préjugé que les sans-papiers (hors coûts d’expulsions - c’est 20 000 euros l’unité) seraient un coût pour le contribuable n’a jamais été démontré.
      Le travail au noir des français est une perte beaucoup plus significatif pour le fisc.


    • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 13:13

      De toute façon, il est loin l’époque - les années 70- où l’Europe dans sa très grande majorité et dans un élan de générosité et de compassion sans précédent, accueillait à bras ouvert les « boat people » indochinois.

      ils n’étaient pas si nombreux et étaient de vrais réfugiés politiques ! rien à voir avec l’immigration économique massive actuelle , due à l’incompétence des satrapes gourvernants leurs pays à oeuver pour le bien de leurs concitoyens au lieu de s’en foutre plein les coffres des paradis fiscaux !

      les 29000 expulsions ne sont que du flan , la plus part étant realisées en guyanne , antilles et mayotte ,
      c’est juste quelques expulsions très médiatisées qui sont réellement faites en métropole ! La France dont les caisses sont vides et qui laisse crever de faim et de froid ses concitoyens dans le bois de Vincennes n’a pas à receuillir toute la misère du monde ! faut être cohérant !


      • apami 10 décembre 2008 13:47

        @le chat
        vous dites "La France [...] n’a pas à receuillir toute la misère du monde !"

        Tout d’abord la France/l’Europe a effectivement à supporter sa part de la misère du monde. De même qu’on applique le principe du pollueur payeur, il y a autant a appliquer le principe de l’exploiteur hebergeur. Or dans la catégorie "exploiteur" l’Europe se place bien dans le quartet de tête.

        Les personnes que l’on opprime aujourd’hui en vertu de ces directives n’ont plus rien à voir avec les immigrés dont vous parlez. Grace à la politique infecte de Mr Sarkozy appliquée par son ombre Mr Hortefeux, il n’est souvent plus possible, en France, qu’un/e Français/e épouse un/e étrangèr/e en situation régulière, qui ne possederait pas un titre de séjour irrévocable. Dans la plupart des cas les fiancés, lorsqu’ils se présentent très simplement à la mairie en vue de préparer leur mariage (un droit universel) découvrent que cette démarche enclenche des mécanismes qui conduisent à se voir retirer le titre de séjour avant même la date du mariage.

        On retrouve ici les regles de l’apartheïd.

        Et ceci n’est qu’une toute petite partie du probleme.

        En pratique la loi actuelle concernant l’immigration en France est illégale au regard de la loi européenne, en ce qu’elle contrevient au droit à la vie privée et familiale. Mais Pour ce cette illégalité prenne effet il faudra attendre un jugement de la cour européenne de justice, qui ferait suite à une plainte contre ces lois, suivie d’un jugement, d’un appel, et d’un passage en conseil d’état... Ce qui prendra des années.

        Les explusions de métropoles ne sont malheureusement pas "quelques", mais surtout elles sont trafiquées pour faire du chiffre à n’importe quel prix, en particulier au mépris des droits de la personne.

        Je peux comprendre qu’on explulse en trois jour un homme qui vient d’entrer en France depuis un mois et qui y recherche un emploi au black, ou même pire, mais je considère que, par exemple, supprimer le droit au séjour du père d’un enfant Français puis l’expulser simplement en raison de sa volonté de se marier est un déni de droit. Or c’est aujourd’hui le déroulement ordinaire des choses.


      • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 14:08

        @apami

        il y a autant a appliquer le principe de l’exploiteur hebergeur

        oui , que les patrons du Medef qui les font venir et les bobos et autres donneurs de leçons de morale acceuillent , hébergent et nourrissent A LEURS FRAIS les sans papiers , et pas le contribuable français !


      • faxtronic faxtronic 10 décembre 2008 15:02

         La France n exploite rien. Certain francais, souvent en fait des multinationales, exploite l afrique avec la complicite des dirigeants africains. Est ce une raison pour mettre a contribution les contribubles, qui sont eux meme victimes de ces multinationales ?


      • Le pirate des caraibes 10 décembre 2008 17:36

        @ apami

        "il y a autant a appliquer le principe de l’exploiteur hebergeur. "
        Tiens... je pensais que les colonies c’etait fini ?
        Dans ce cas les emiras arabes peuvent peut etre nous donner un peu du pognon que la terre leur donne ?

        Vous voulez faire porter aux ouvriers la responsabilité des grands dirigeants de ce monde et de tous les gros capitalistes sous le principe de exploiteur/hebergeur...

        Et vous, apami, vous en accueillez combien chez vous à VOS FRAIS ???? smiley


      • foufouille foufouille 10 décembre 2008 17:51

        @ pirate
        tes impots, paient aussi les soldats qui defendent AREVA au niger


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 décembre 2008 13:13

        Hugo Chavez a de son côté demandé « de jeter de toute son âme cette directive de retour regrettant que l’Europe soit actuellement dominée par des courants de droite et d’extrême droite, avez vous écrit,

        Quand on sait combien d’Européens sont allés se cacher avant, pendant et juste après la dernière guerre, en Uruguay, Paraguay et dans toute l’Amérique du Sud... une directive de retour serait d’utilité publique voire même de salut public. Mais, quand on sait les capitaux douteux qui ont convergé vers ces forêts vierges, ceci explique peut-être l’absence de celle-là !


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 décembre 2008 13:32

          Mais...pourquoi ne condamne-t-on pas directement ces réfugiés aux travaux forçés dans nos riches entreprises délocalisées chez eux ! On pourrait jouir là d’une main d’oeuvre forçée par le travail d’intérêt public gratis !

          Après tout, on a aboli l’esclavage chez nous pour mieux le légaliser ouvertement partout ailleurs ! 100.000 filles de moins de dix ans, chiffre en nette augmentation, sont déclarées aujourd’hui, esclaves au Maroc. Ce pays est devenu la nouvelle villégiature pour retraités européen, mais n’y voyez pas là, un lien quelconque !


        • mcm 10 décembre 2008 14:03

          Bien sûr l’esclavage au Maroc, c’est l’oeuvre des occidentaux qui l’ont aboli chez eux, et non pas l’oeuvre des despotes qui l’entretiennent chez eux !


        • faxtronic faxtronic 10 décembre 2008 14:55

          oui c est n importe quoi. L esclavage des enfants existe au maroc, sans les occidentaux. Je te conseille la lecture du livre ""esclave"" de dominique Torres


        • Thierry JACOB 10 décembre 2008 13:50

          ladite directive est passée facilement pratiquement à l’unanimité, au Parlement européen grâce au vote massif des socialistes européens. Eux qui pourtant, avaient toujours incarné les valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité et de progrès.

          Il faut s’attaquer à la source. Aidons la démocratie à se développer, parions sur l’instruction...

          Savez vous que malgré la manne des hydrocarbures qui a permit à l’Algérie de rembourser sa dette extérieure, 50% de la jeunesse se dit prête à émigrer illégalement en Europe...

          B. HORTEFEU fait du bon boulot au niveau Européen en lien avec les pays concernés par l’immigration


          • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 14:12

            @thierry Jacob

            C’est bizarre , Isreal que tu présentent chaque jour comme le summum de la démocratie , n’a pas l’air de les attirer ! smiley


          • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 14:14

            j’ai mis présentent , parce qu’en fait avec Larsen et Adama , vous êtes plusieurs à faire la pub


          • Thierry JACOB 10 décembre 2008 14:29

            LE CHAT...ils sont peut être antisionistes


          • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 14:40

            Les prestations sociales doivent pas être à la hauteur , pas étonnant quand tout le pognon passe dans le sécuritaire ! avec l’argent du mur , y’aurait eu de quoi leur construire de jolis logements sociaux !


          • miwari miwari 10 décembre 2008 20:07

            T’as oublié hihoha smiley


          • LE CHAT LE CHAT 11 décembre 2008 10:24

            @miwari

             hihoha = ADAMA pirate = SEB59 
            c’est pas facile de s’y retrouver certains jours ! smiley


          • K K 11 décembre 2008 11:49

            Si, on retrouve leurs idees et leurs styles donc ce n’est pas si difficile. En ce qui concerne ces deux personnes en tout cas.


          • Thierry JACOB 10 décembre 2008 14:46

            Les BERBERES ont tout pour eux...l’enthousiasme de la jeunesse, du gaz, du pétrole, le tourisme, bientôt un port d’importance au Maroc, des relations interessante avec l’Europe, la construction de l’U.P M...
            Il faudrait qu’ils coopérent entres eux avec plus d’efficacité...
            Les BERBERES ont contre eux, le poids de l’arabisation, de l’islamisation...qui gangréne tout progrés.


            • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 15:06

              pas faux ce que tu dis , et tu peux rajouter une maitrise de la démographie galopante serait necessaire si on veut voir un jour un progrès , car plus on est de fous , moins on a de riz !
              le baril à 40 $ seulement va encore moins laisser de marge pour developper l’économie Algérienne, vu que la corruption ponctionne un max !les poches vides en occident ça va pas améliorer le secteur du tourisme en Tunisie et au Maroc ! faudra encore attendre des années malgré un potentiel bien réel .


            • Thierry JACOB 10 décembre 2008 15:21

              le pétrole est une chose...le soleil une autre, le high tech une autre...la production peut prendre des chemins "révolutionnaires" pour peu que l’on ait l’essentiel...la matiére grise !
              L’Inde, la Chine...forment quantité d’ingénieurs...et le taux de croissance réduit les effets de la crise financiére...
              D’accord avec toi LE CHAT...la démographie doit être abordée...


              • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 15:43

                bien sûr qu’elle doit être abordée , en tant que cause principale du sujet de l’article , l’immigration !


              • Thierry JACOB 10 décembre 2008 15:57

                bien sûr qu’elle doit être abordée , en tant que cause principale du sujet de l’article , l’immigration !

                Si les conditions de vie étaient dignes nul doute que l’émigration serait moindre...


                • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 16:23

                  @L’auteur

                  l’Europe soit actuellement dominée par des courants de droite et d’extrême droite, certaines d’entre elles très proches du fascisme et de l’ultranationalisme 

                  la Libye de Kadhafi , le Nigéria et la Côte d’ivoire , entre autres ont massivement expulsé sans aucun ménagement des centaines de milliers d’émigrés , peut on les considérer comme des pays fascistes ???
                  il n’ y donc pour vous que les européens qui le soient ?


                  • Thierry JACOB 10 décembre 2008 16:31

                    Les prestations sociales doivent pas être à la hauteur...

                    pourvu que cela n’arrive pas à la FRANCE !!!
                    être dans l’obligation de dépenser l’argent du social à l’autodéfense...


                    • foufouille foufouille 10 décembre 2008 17:57

                      les 29000 expulsions sont bidons
                      il suffit de virer des roumains
                      ils ont le droit de rester 3 mois. tu les virent, ils reviennent car ils ont le droit

                      en angleterre, ca coute 13000€ de virer un sans papiers. en france c’est secret defense
                      il faut 2 flic minimum pour "accompagner" le gars
                      il y a 3 jet special charter paye par le netat
                      bien sur les billet d’avion ne sont pas les moins chers


                      • K K 11 décembre 2008 11:57

                        foufouille, pour les expulsions, ce sont souvent les vols reguliers qui sont utilises. Il y a de moins en moins de charter. Pour les billets, ils sont en classe eco. Ce sont donc les moins chers sur un vol donne (hors promotions). Deux policiers accompagnent en effet les expulses.


                      • foufouille foufouille 11 décembre 2008 14:15

                        ils ont aussi 3 avions speciaux
                        et personne n’est capable de donner le cout francais
                        les policiers "accompagnant" ont aussi des primes.......


                      • Naja Naja 10 décembre 2008 20:06

                        Bonsoir,

                        Je me permets d’agrémenter cet article d’une chanson sur le sujet. Une reprise au second degré de certains des propos qu’on peut parfois lire au sujet de l’immigration...

                        Axiom (feat. MAP), "Des youyous dans ma mairie" :
                        www.deezer.com/track/des-youyous-dans-ma-mairie-T2175127










                        • Internaute Internaute 10 décembre 2008 20:31

                          Cette directive est honteuse. Pourquoi garder au chaud pendant un an et demi quelqu’un qui immigre illégalement ? Il faudrait laisser 3 semaines au plus, le temps de remplir un charter. En Suède, ils n’ont encore rien compris. Avec leur bonnes idées il gardent les clandestins indéfiniment dans des hôtels trois étoiles, avec chambre privée, Internet, télévision et tout ce qu’il faut. Les images de Stockolm font peur à voir. Fini les belles suédoises. On y est en plein métro parisien. Que gagne la Suède ? c’est à se demander. Voilà un pays tranquille, isolé dans sa presqu’île, qui n’a jamais eu de colonies en Afrique ni ailleurs et qui se cherche à forrce de bien-pensance les pires problèmes que nous vivons. Il leur aurait pourtant été facile de pratiquer l’immigration de travail avec retour automatique sur fin de contrat. C’est la seule façon honnête de gérer les flux migratoires.


                          • beubeuh 12 décembre 2008 15:39

                            Honnête, honnête, c’est vite dit... Il y a un contre-exemple à méditer en Andalousie, ou se pratique la cueillette des fruits par des travailleurs Marocains par le biais de contrats saisonniers. En clairs, les gars font des allers-retours entre le bled et l’Espagne, où ils ne sont autorisés à rester que le temps de leur contrat. Ils doivent donc rentrer chez eux dès qu’il n’y a plus d’activité, et servent de variable d’ajustement. Du coup, ils ne bénéficient bien sûr pas des prestations sociales auxquels ils contribuent par ailleurs par leur travail. Evidemment pas question de se plaindre (le travail est extrêmement pénible, 55° et 10 heures par jour) vu leur situation précaire. Ce genre d’activité dure toute une vie, donc bien sûr la vie de famille en pâtit sérieusement.
                            Je parle de l’Espagne parce que c’est un phénomène massif, mais ce genre de pratique existe aussi en France.

                            Donc ce que tu appelles une pratique honnête, j’appelle ça de l’exploitation capitaliste éhontée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès