Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Irlande : Cent ans plus tard c’est un nouvel exode...

Irlande : Cent ans plus tard c’est un nouvel exode...

A la fin du XIX ème siècle et au début du XXème, un certain nombre de pays européens, dont l’Irlande, ont connu des périodes de grande famine qui avaient poussé leurs habitants à s’exiler en masse vers des pays plus prospères dont les Etats-Unis, dont ils ont constitué une partie substantielle de son peuplement. Un peu plus d’une centaine d’années plus tard, le même pays est confronté pour de tout autres raisons à la même fuite poignante de ses habitants partout vers d’autres régions du monde plus riantes économiquement.

Ce n’est plus la famine due à des récoltes désastreuses qui les y pousse mais celles résultant d’une absence de travail de plus en plus criante sur le sol national. Alors que l’Irlande apparaissait jusqu’à encore trois ans comme un des pays et une des économies les plus florissantes de l’Union Européenne et une de celles ayant bénéficié le plus de son intégration à la zone euro. Pas de chance, cette émergence de l’économie irlandaise était basée sur l’incroyable développement du secteur bancaire lui même alimenté par les prêts à risque de l’immobilier local et du subprime américain. C’est simple, juste avant la crise financière, le "PIB" du secteur bancaire était largement plus important que celui du reste de toute l’activité industrielle et commerciale de l’Irlande.

On s’était étonné dans les autres capitales européennes que le gouvernement irlandais sans même prévenir ses collègues se soit porté immédiatement au secours de sa principale banque l’Anglo Irish Bank. C’était pourtant la bonne décision pour éviter un écroulement semblable en importance, à l’échelle locale, à celui de Lehmann Brothers. Depuis, l’Irlande fait face en tachant de maintenir à flot son système bancaire mais les exigences de solvabilité qu’imposent "Bale III" aux banques vont, hélas, dépasser les possibilités de recapitalisation des banques irlandaises.

Le plan d’austérité sera drastique puisqu’il vise à passer d’un déficit actuel de 32 pct du PIB en 2010 (soit 19 milliards d’euros de déficit) à 3pct en 2014. Pour un pays dont le recul du PIB en 2010 a déjà atteint 7 pct, c’est un challenge fou. Ce sera donc 15 milliards d’économies à trouver, 10 sur les dépenses (25 000 fonctionnaires en moins et baisse de leurs salaires) et 5 sur les augmentations d’impôts dont 2 points de plus de TVA. Baisse de leur Smic de 8.65 à 7.65 euros, baisse des charges sociales de 2.8 milliards d’euros.

Rien d’étonnant donc à ce que les Irlandais, -et leurs élites en particulier-, quittent leur pays pour aller s’installer là où ils pensent pouvoir trouver du travail. Facilité linguistique oblige, ce sont vers les pays anglo saxons qu’ils se tournent en priorité, Australie, Canada, Nouvelle Zélande voire Inde ou même Grande Bretagne.En 2009 se sont ainsi 65 000 irlandais qui ont fui leur pays, en 2010 ce pourrait atteindre 120 000 personnes alors que deux ans auparavant dans les années 2006/7 c’était un solde positif de 70 000 personnes que présentait le pays. C’est dire l’ampleur et la brutalité du retournement.

Seule consolation pour ces émigrants, nous n’en sommes plus au temps du départ sur la quai d’un port sans nouvelles pour la famille restée au pays pendant des mois. les Facebook, Twitter et l’email permettent de maintenir le lien familial. Mais quelle terrible épreuve tout de même !

Merci aux politiques (N’est-ce pas Monsieur Clinton ?) qui ont voulu offrir la propriété immobilière à des familles qui n’en avaient pas les moyens, à la FED de Monsieur Greenspan qui les y a poussé en abaissant ses taux à 0 pct et à tous les banquiers cupides, collectivement et individuellement, qui ont voulu leur prouver que Si pour leur seul avantage financier....   

 

Crédit photo : Péchés mignons


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • JL JL 1er décembre 2010 11:54

    N’importe quoi !


    • voxagora voxagora 1er décembre 2010 13:26

      .

      Merci pour cet article, même si je ne comprends pas tout.
      En effet, ce qui se passe actuellement pour l’Irlande au niveau économique, avec
      avec entre autres conséquences sur les populations les flux migratoires,
      qui ont de tous temps été si importants pour ce petit pays,
      vont être extrêmement intéressants à analyser.
      .








      • CAMBRONNE CAMBRONNE 1er décembre 2010 14:22

        Bonjour

        Je suis allé en Irlande EIRE en 1961 . Ce pays puait la misère . A un quart d’heure en avion de Londres , Dublin était parcourue par des bandes de petits mendiants blancs qui n’auraient pas surpris au Caire .

        Ils étaient dignes mais très pauvres . Idem de l’Espagne et du Portugal . En1962 je suis allé en Grèce même chose . La Grèce faisait plus misérable que sa voisine la Yougoslavie .

        Bref , ces pays viennent de loin et leur ascension fulgurante est bien due à leur entrée dans l"Europe et si responsabilité il y a il faut que ces peuples regardent vers les leaders politiques qu’ils se sont donnés .

        Même s’ils connaissent des moments difficiles ils ne reviendront pas en arrière . En tout cas ils seraient bien infondés à reprocher à l’Europe leurs mésaventure .

        Et arrêtons un peu de faire du système bancaire le bouc émissaire des malheurs de l’occident capitaliste . Ce sont les banques qui ont permis l’essort industriel et l’accroissement colossal des richesses depuis la deuxième partie du XIXème siècle . Sans les banques pas de progrès , pas de croissance.


        • Spip Spip 1er décembre 2010 23:10

          Aujourd’hui, il ne faut pas confondre le monde économique et le monde financier.

          S’il est vrai que les banques, depuis les débuts du capitalisme, ont joué un rôle moteur, c’était en se mettant au service d’une économie réelle.

          Depuis l’avènement des petits génies de la finance, on est passé à autre chose : à l’économie virtuelle et des banques au service... des banques !

          Cette sorte d’économie ne crée des richesses (hautement évaporables) que pour des spéculateurs professionnels, en aucun cas pour des entrepreneurs.

          Lors de la crise des subprimes, par le biais de la titrisation, on a pu s’apercevoir que les dites banques ne savaient même pas ce qu’elles avaient acheté ! (d’où la crise de confiance dans ce milieu et ce qui a suivi)

          Alors, les banques facteur de progrès, de croissance ? Aujourd’hui NON, évidement.

          Quant à l’Irlande, souvenons nous : le « Tigre Celtique », la dérégulation à fond, c’était l’exemple à suivre. Où sont passés les thuriféraires de cette option ? On ne les entend plus, sauf pour appeler l’Etat au secours...


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 1er décembre 2010 15:15

          Déja moinssé ?
          Ha ! oui j’ose dire du bien des banques, quzlle horreur !


          • logan 1er décembre 2010 18:14

            "Ce sont les banques qui ont permis l’essort industriel et l’accroissement colossal des richesses depuis la deuxième partie du XIXème siècle"

            Je n’ai jamais lu une ineptie pareille. En france, la période des 30 glorieuses a eu lieu avant la financiarisation de l’économie qui débutta fin années 1960 / début années 1970 et qui s’est inscrite dans le processus de construction européenne et de mise en place de l’euro. La croissance depuis le début de cette financiarisation est passée de 5 - 6% pendant les 30 glorieuses à 2-3% ensuite.
            Donc si on doit lier un effet entre finance et croissance de l’économie, cela ne peut être qu’un effet négatif ...


            • titi 2 décembre 2010 07:16

              Les « trentes glorieuses » c’est la seconde moitié du XXè pas du XIXè.

              Le vrai « bouleversement » de la France, c’est bien la seconde moitié du XIXè et en particulier le règne de Napoléon III. L’alphabétisation c’est lui, les premiers progrès sociaux c’est lui, les progrès économiques c’est encore lui.
              Et ces progrès ont bien été permis par « les banques », qui c’est vrai n’avaient pas grand chose à voir avec celles d’aujourd’hui.



            • BA 1er décembre 2010 22:54

              Il n’y a pas que l’Irlande à être en faillite.

              Le Portugal emprunte des milliards d’euros sur les marchés internationaux.

              Mercredi 20 octobre 2010 : pour un emprunt à un an, le Portugal a dû payer un taux d’intérêt de 2,886 %.

              Deux semaines plus tard, mercredi 3 novembre 2010 : pour un emprunt à un an, le Portugal a dû payer un taux d’intérêt de 3,260 %.

              Quatre semaines plus tard, mercredi 17 novembre : pour un emprunt à un an, le Portugal a dû payer un taux d’intérêt de 4,813 % !

              Six semaines plus tard, mercredi 1er décembre  : le Portugal a dû payer un taux d’intérêt de ... 5,281 % !

               

              (Par comparaison, pour un emprunt à un an, la France doit payer un taux d’intérêt d’environ 0,848 %, l’Allemagne doit payer un taux d’intérêt d’environ 0,686 %.)

              Plus les jours passent, plus le Portugal emprunte à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

              Plus les jours passent, plus le Portugal se surendette.

              Plus les jours passent, plus le Portugal se rapproche du défaut de paiement.


              • Radix Radix 1er décembre 2010 22:56

                Bonsoir « monsieur »

                Vos avez avez oublié de dire que dans les deux cas d’immigration massive des irlandais le responsable était le même !

                Les anglais !

                Cela « vousdérangeais » ?

                Radix


                • Ouallonsnous ? 5 décembre 2010 12:26

                  Eh oui, @Radix, l’ennemi héréditaire de la France est devenu celui du monde entier, il a commencé ses expériences génocidaires de dépeuplement par l’Irlande, en passant par ses colonies africaines, américaines et asiatiques, maintenant il sous traite pour la Palestine et le monde arabe !


                • Rough 2 décembre 2010 06:13

                  Le constat de l’auteur est juste mais les conclusions sur les méchants sont purement idéologiques....Et tous ceux qui ont moinssé Cambronne sont des ânes batés....

                  Réfléchissez un peu si tant est que cela vous soit accessible...Qui peut acheter une voiture, même une Logan, ou à fortiori un appartement cash ?...Sans crédit point de développement...La banque et le crédit « inventé » par les lombards et les vénitiens est absolument essentiel au développement....
                  Il suffit de voir l’incroyable essort du micro-crédit de l’Inde à l’Afrique et même en France pour comprendre l’importance du crédit ....

                  Les problèmes que certaines banques rencontrent actuellement n’impliquent pas qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain....
                  Les montages financiers aussi audacieux que fragiles que vous décriez aujourd’hui ont été plébiscités en masse par les épargnants irlandais qui voulaient un rendement de 17% là où le bon sens voyait un petit 5%...Les islandais ont fait de même....Tous ont voulu emprunter à 1,80% à taux variable et dans une devise exotique car ils ne voulaient payer les 4% d’intérêts fixes qui étaient raisonnables....

                  Et cela n’est pas arrivé qu’en Irlande ou en Islande...Claude Bortolone le très socialiste patron du 93 a accusé 5 banques d’avoir vendu au Conseil Général du 93 des produits « toxiques » pour 865 millions d’euros....Et quel est le débile profond qui a souscrit ces prêts ? Et bien c’est aussi Bortolone !
                  Aujourd’hui ce tartuffe explique que les banques ont profité de l’ignorance des élus pour leur vendre des produits structurés....Ce type est député et argue de son ignorance ! La même ignorance le gêne moins pour débattre de tout et de rien à l’Assemblée....

                  Certes les banques ont fait miroiter des rendements fabuleux et des taux insignifiants aux emprunteurs mais tant pis pour ceux qui les ont crus !...Après tout quel personne dotée de deux sous de bon sens souscrirait un crédit immobilier avec un taux variable basé sur la moyenne de la pluviométrie de Tombouctou corrigée des variations du cours blé à Chicago ?...Ceux qui l’ont fait méritent ce qui leur arrive !


                  • jaja jaja 2 décembre 2010 07:07

                    Si le crédit est une nécessité absolue aussi bien pour les États que pour les particuliers, c’est à dire pour tous, il faut en conclure que c’est un bien public.

                    Donc pour éviter que le crédit soit « basé sur la moyenne de la pluviométrie de Tombouctou corrigée des variations du cours blé à Chicago » comme vous le dites, une seule solution :
                    Socialiser toutes les banques, sans exception et les regrouper dans un pôle bancaire unique et de service public placé sous le contrôle de la population.


                  • titi 2 décembre 2010 07:22

                    « Socialiser toutes les banques, sans exception et les regrouper dans un pôle bancaire unique et de service public placé sous le contrôle de la population. »

                    Bah ca prouve que vous avez la mémoire courte.
                    Les derniers scandales bancaires francais d’avant 2008, c’est le Crédit Lyonnais qui nous en a gratifié. Crédit Lyonnais alors banque nationnalisée a fait du grand n’importe quoi.
                    Le Crédit Lyonnais qui avec son armée de juristes a été incapable de déceler le caractère illégal de certaines de ses positions. Alors je doute que Madame Michu de La Motte Beuvron lorsqu’elle controlera le pole bancaire sera capable de déceler ce genre de choses. 


                  • Rough 2 décembre 2010 08:02

                    @jaja....

                    Socialiser les banques sous le contôle de la population ?....La même populace imbécile et avide de profit facile qui s’est jetée tête baissée sur les crédit swapés serait-elle, demain, capable de contrôler les banques ?....Je vous laisse répondre

                    Je lis souvent vos posts empreints d’un idéologie gauchisante, mais l’idéologie et le dogmatisme n’apportent que rarement de solutions concrètes à des problèmes tout aussi concrets....

                    Aujourd’hui bartolone ou les islandais voudraient s’éxonérer de toute responsabilité en se faisant passer pour plus bêtes qu’ils ne le sont (exercice difficile...) en clamant haut et fort que les banques ont abusé de leur naïveté et de leur manque de connaissance financière....Pourtant ce sont ces mêmes naïfs qui n’avaient, hier, aucun soucis pour comprendre les écarts de parité et les fluctuiations de change lorsqu’ils passaient leur vacances en Espagne ou en Belgique...Ils avaient bien compris qu’il fallait mieux acheter du café en Italie et du Ricard en Espagne plutôt qui’en France.....

                    Ca leur fait la bite !

                    Tartuffes !


                    • jaja jaja 2 décembre 2010 09:07

                      Je ne pense pas que la population soit composée d’imbéciles ni que les salariés des banques sont de sombres crétins incapables....

                      Quand à la populace qui se serait précipitée sur les CDS ça se discute. Les gens du peuple se sont plutôt jetés sur les arnaques type COFIDIS à taux prohibitifs, ne serait-ce que pour pouvoir bouffer....

                      En bas les portefeuilles sont vides et on ne joue pas le pognon que l’on n’a pas....


                    • jaja jaja 2 décembre 2010 08:07

                      Pas de mémoire courte... La socialisation des banques n’a rien à voir avec les nationalisations en régime capitaliste où ce sont toujours des oligarques du sérail qui dirigent les banques « publiques » au profit des actionnaires, uniques détenteurs du capital.

                      C’est une toute autre histoire lorsque les actionnaires capitalistes ont été expropriés et que les banques sont placées sous le contrôle de leurs salariés et de la population.


                      • lagabe 2 décembre 2010 09:20

                        les irlandais ont joué et perdu en grande partie à cause d’eux , il y a rien d’autres à dire
                        rien ne les obliger à faire un prêt hypothécaire sur leur maison etc


                        • jymb 2 décembre 2010 10:24

                          J’avoue être un peu perdu dans le destinée de ces pays que j’apprécie beaucoup par ailleurs . Il était dit par le passé que leur admission dans l’Europe leur avait permis de récupérer des fonds conséquents. aujourdhui ce sont ces mêmes pays qui font faillite. Pourquoi ?


                          • xray 2 décembre 2010 13:36


                            La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
                            (Le malade, l’industrie première.) 

                            Les
                            Européens sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                            Ils sont soumis à : 

                            - Une monnaie d’occupation ; 

                            - Des journalistes d’occupation ; 

                            - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                            - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

                            Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                            - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
                            Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

                            L’Europe est soumise au diktat de l’axe CIA-Vatican. 
                            Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

                            - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

                            - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

                            - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc. 

                            Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
                            http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 



                            • CAMBRONNE CAMBRONNE 2 décembre 2010 15:21

                              Salut à rough et titi

                              Vous me rassurez !

                              Comment peut on écrire les inepties que j’ai pu lire à propos ds banques du crédit et des nationalisations ;

                              On pouvait écrire tout ça au début du XXème siècle mais aujourd’hui !

                              on dirait vraiment qu’il ne s’est rien passé de 1917 à 1989 !

                              Lamentable !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès