Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Jean-Claude Juncker et les (CAC) 40 voleurs

Jean-Claude Juncker et les (CAC) 40 voleurs

Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne

Le principe de l'optimisation fiscale des multinationales est bien connu depuis longtemps. Le jeu consiste pour ces dernières à trouver tous les moyens légaux pour éviter de payer l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IS).
Grâce à la libéralisation du marché des capitaux et à des artifices comptables autorisés, une multinationale a la possibilité de déclarer ses bénéfices dans des pays dits "paradis fiscaux" où le taux d'imposition des entreprises est dérisoire. Le Luxembourg, qui est l'un des 28 pays de l'Union Européenne, fait partie de ces paradis fiscaux.

Dans le cas du Luxembourg dont Jean-Claude Juncker fut le président durant 14 ans, une particularité de la législation locale est que les intérêts des prêts sont exonérés d'impôts.
La multinationale n'a donc qu'à transférer les bénéfices des pays à fortes impositions vers le Luxembourg, en les transformant au passage en intérêts, et le tour est joué.
Une taxe de 33% qui serait payée en France devient ainsi une taxe à 0% au Luxembourg.

Les preuves matérielles de ces combines légales viennent d'être révélées par le consortium de journalistes d'investigation ICIJ. Ces derniers ont eu accès à 28000 pages d'accords fiscaux secrets concernant 340 grandes entreprises.
Tous ces documents avec les noms des entreprises par pays sont consultables ici [1].

Cette petite spécialité du Luxembourg intéresse donc au plus haut point les multinationales du monde entier et en particulier celles du CAC 40 Français.

Rappelons d'abord que le taux d'imposition français sur les bénéfices des entreprises est de 33%.
Pour ce qui concerne les PME, le fameux premier employeur français, il n'y a pas de problèmes. Ces dernières n'ont aucun moyen d'échapper au fisc et elles paient donc leurs taxes rubis sur l'ongle.

Rapprochons maintenant le système Luxembourgeois d'un rapport effectué par le député Gilles Carrez [2] sur les impôts 2009 des entreprises du CAC 40.
Article de Marianne ici [3].

On y apprend d'abord, chose relativement connue, que le taux d'imposition réel moyen de ces 40 multinationales n'est en France que de 8%, soit 4 fois moins que celui des PME.
Mais fait moins connu, les 8% d'impôts ne sont pas payés à parts égales par toutes les entreprises du CAC.
En effet, 4 d’entre elles paient à elles seules 40% de ces 8%. Il s'agit d'EDF, GDF, FT et Renault où l'état français reste actionnaire.
Pour les 36 autres, elles ne paient donc que les 60% restants.

Pour 2009, les 36 entreprises concernées ont réalisé un bénéfice de 60 Milliards sur lequel elles n'ont payé que 2 Milliards d'IS.
Cela correspondant donc à un taux moyen de 3.3% (2/60).

Certaines de ces entreprises sont même à 0 impôt et plus fort encore, dans certains cas, l'état leur doit de l'argent grâce au crédit impôt-recherche ! [3]

Carrez 2
Gilles Carrez, l'impuissance des politiques

Un petit calcul :
puisque 36 entreprises ne paient que 3.3% d’impôts, soit environ 2 Milliards d'€ en moyenne annuelle, cela correspond à un manque à gagner de 18 Milliards pour l'état français, et c'est une estimation basse.

Pour rappel, le déficit de l'état en 2013 était de 87.6 Milliards, soit environ 4.3% du PIB.
Sont inclus dans cette somme les intérêts de la dette pour un montant de 51 Milliards.
Le déficit primaire (hors intérêts) est donc de 36.6 Milliards.

Supposons maintenant que les entreprises du CAC aient payé normalement leurs impôts en France, alors le déficit total n'aurait été que de 69.6 Milliards avec un déficit primaire divisé par 2 à 18.6 Milliards.
Le déficit total aurait finalement été égal à 3.41 % du PIB, beaucoup plus proche des 3% des accords de Maastricht.

De plus, n'oublions pas qu'il y a plus de 40 multinationales en France, cette évasion fiscale concerne en fait le CAC 50 ou le CAC 60 !
Et enfin, si l'on prend en compte les nombreuses années où l'état a du emprunter plus pour combler le manque à gagner lié aux "40 voleuses" (et aux autres), alors la baisse des intérêts (charge de la dette) correspondante nous aurait à coup sur fait descendre le déficit en dessous de la barre fatidique des 3% de PIB.

Et alors, adieu plans de rigueur et baisse des prestations sociales, adieu aux augmentations d'impôts pour le contribuable. Adieu aussi aux menaces des agences de notations sur le pays.

Passons maintenant au cas de Mr Juncker, président (non élu) de la commission européenne depuis le 27 juin dernier.
En tant que chef du gouvernement Luxembourgeois entre 1999 et 2009, il était donc l'un des principaux acteur dans l'hémorragie fiscale des autres pays de l'UE au profit du Luxembourg.
Il ne l'a d'ailleurs jamais nié.

Dans un système démocratique et éthique, à la suite des révélations LuxLeaks, Mr Juncker aurait été débarqué manu militari de son poste de président.

Mais nous sommes dans le petit monde de l'Union Européenne, entre bons amis, où l'on jette les référendums à la poubelle et où l'oligarchie est reine !

Et enfin, cerise sur le gâteau, notre ministre "socialiste" de l'économie, Mr Macron [4], prend naïvement la défense de Jean-Claude Juncker.
Tout ceci serait à mourir de rire, sauf si l'on tient compte de la somme en bas de sa feuille d’impôts !

En final, après avoir sauvé les banques, le contribuable est il maintenant condamné à payer les impôts des multinationales sans broncher ?
La réponse est non, car même s'il est désinformé, il possède une arme très puissante à sa disposition qui terrifie tous ces grands groupes : le boycott de leurs produits...

Liens
[1] Explore the Documents : Luxembourg Leaks Database
[2] Rapport Gilles Carrez (Député Maire du Perreux)
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i3631.asp
[3] Article Marianne.fr :
"Scandaleux : l'impôt des groupes privés du CAC 40 n'est que de 3,3% !"
[4] "Le Contrarien Matin", édition du 12/11/2014


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • c’est pas grave 1er décembre 2014 16:12

    " Mais nous sommes dans le petit monde de l’Union Européenne, entre bons amis, où l’on jette les référendums à la poubelle et où l’oligarchie est reine ! "

    hélas ...

    j’ajoute qu’une tartufferie ne venant jamais seule , face au scandale que représentent les traités libéraux de cette UE par nature irréformable , il se trouvera toujours de beaux esprits pour nous proposer de ... changer l’Europe


    • Zevengeur Zevengeur 1er décembre 2014 16:20

      Cela fait 20 ans que certains nous proposent de changer l’Europe, ce n’est qu’une rhétorique dilatoire. En attendant, on se fait plumer !

      Je proposerais cependant une ébauche de scénario crédible :
      . On négocie en secret avec l’Italie, l’Espagne, le Portugal ... (maximum 6 pays avec des économies proches de la notre)
      . la France sort de l’Euro et de l’UE
      . Les 6 autres pays nous emboitent le pas
      . On reconstruit avec ces derniers une union « light » proche du marché commun qui fonctionnait plutôt pas mal


    • c’est pas grave 1er décembre 2014 19:10

       
      pas mieux , concernant votre premier paraphe

      concernant le second , je serai plus réservé , car je ne sais ce que vous appelez « union »

      s’il s’agit à nouveau de faire fusionner 6 pays dans un attelage absurde de type autobloquant , avec au surplus des exécutifs atlantistes , non merci

      en revanche , des coopérations étendues , voire très étendues , pas de souci , bien au contraire


    • Zevengeur Zevengeur 1er décembre 2014 22:05

      Bien entendu, une union « light » resterait dans un mode où chaque pays conserverait sa souveraineté.

      Ensuite des alliances se feraient au cas par cas en fonction des sujets politiques à traiter.

      Ceci étant, tout cela demande un gros travail de réflexion et les bases d’une telle union ne peuvent pas être définies dans un commentaire d’article !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 2014 08:31

      zevengeur,
      C’était ce que De Gaulle voulait, des Etats souverains qui signent des accords de coopération entre eux. Un peu comme le font les BRICS actuellement.
      Mais les USA et l’ Allemagne en ont décidé autrement.


      Il n’y a aucune raison non plus de ne signer des accords qu’avec des pays européens...
      On peut aussi en signer avec le Vietnam, l’ Iran, l’ Equateur, la Russie ou le Brésil !

      La vision étroite est spécifiquement européenne ! C’est elle qui nous ferme au reste du monde.
      Les Espagnols et les Portugais n’ont qu’une idée : l’ Amérique du sud !
      Ils s’en fichent de la Lettonie, ils ne savent même pas où ça se trouve....

      Quels que soient les accord futurs, ils passent nécessairement par la sortie de l’ UE.
      Rien ne dit que les autres pays ont envie de signer des accords avec la France.
      Commençons par nous occuper de nos affaires, et pas à décider à la place des autres...

    • Zevengeur Zevengeur 2 décembre 2014 10:23

      Fifi Brind_acier

      Parfaitement d’accord, c’est De Gaulle qui avait la bonne vision.

      Lorsque je parle d’accords, type libre échange par exemple, il est clair que 2 critères sont à prendre en compte pour engager ces derniers :
      1. La proximité géographique (continent européen)
      2. Le type d’économie, cad des économies dont la productivité est voisine

      Le cas Russe est particulier, en ce sens qu’ils sont sur le même continent que nous mais leur économie est encore en développement (reconstruction ?) du coté industriel.
      Il est à mon sens fondamental de s’allier avec le Russie et de s’éloigner des États-Unis qui pratiquent un impérialisme militaire et économique sans comparaison (« vous êtes avec nous ou contre nous ».
      La Russie ne demande pas autre chose qu’un rapprochement avec l’Europe occidentale, mais l’UE atlantiste béate fait une politique à 100% opposé, encore une conséquence néfaste de cette union qui n’en est pas une.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 2014 12:56

      Seuls des états souverains peuvent signer des accords de coopération.

      La France ne signe plus rien, c’est la Commission européenne qui négocie les accords, comme elle est en train de le faire pour TAFTA, TISA etc.


      Même à l’ OMC où la France a pourtant un siège, elle ne négocie plus rien, c’est un Commissaire européen qui négocie au nom de la France. D’où la désindustrialisation.

    • Zevengeur Zevengeur 2 décembre 2014 13:05

      Un bémol tout de même à ce que tu dis,
      il est exact que les pays de l’UE ont sous-traité à la commission européenne les négociations sur le TAFTA avec les USA.

      Cependant, pour qu’il entre en vigueur, il faudra que les les 27 états le ratifient, même si la probabilité est grande que tous le fassent comme des moutons atlantistes, ce point du processus méritait d’être précisé.


    • taktak 3 décembre 2014 20:27

      Cela fait 20 ans que certains nous proposent de changer l’Europe, ce n’est qu’une rhétorique dilatoire. En attendant, on se fait plumer !

      Oui, le mensonge de l’autre europe, de l’europe sociale : CA SUFFIT. Depuis l’origine les communistes se battent contre l’UE et ils ont bien raison.
      Plus que jamais contre la dictature de l’UE du capital, il faut briser les chaines de l’union européenne.
      Pour la paix, pour la démocratie, pour le progrès social, pour s’en sortir tout simplement, il faut en sortir. En sortir par la porte de gauche celle de la défense de l’intérets des travailleurs, celles de la solidarité internationnaliste.
      C’est ce que propose le PRCF depuis sa création il y a maintenant 11 ans, dans la droite ligne du combat des communistes contre la construction de l’union européenne

      www.initiative-communiste.fr

      EUROPE : en sortir, s’en sortir !

    • Zevengeur Zevengeur 7 décembre 2014 17:44

      Le PCF est quelque part devenu aujourd’hui un parti progressiste !
      Retournement de situation inattendu...


    • Robert GIL Robert GIL 1er décembre 2014 16:29

      Lorsqu’à l’été dernier il s’est agi de désigner le président de la Commission Européenne, nul ne pouvait ignorer que Jean-Claude Juncker, qui était le candidat de la droite (sorti en tête des élections européennes), était aussi le candidat des paradis fiscaux. Depuis, il a été révélé que le chef de la Commission Européenne, qui dirige l’Europe de fait, avait pendant des décennies trafiqué avec des centaines de multinationales, des détournements d’impôts. Cet homme qui exige rigueur budgétaire, la baisse des déficits, et le paiement des dettes, a travaillé à désorganiser cette rigueur, à saboter les équilibres budgétaires.
      .

      La personnalité et la situation de Monsieur Junker étaient connues de tous, mais cela n’a pas gêné la plupart des sociaux-démocrates, François Hollande inclus, qui ont accepté de l’introniser. On a même vu Daniel Cohn-Bendit appeler ses amis Verts à faire de même, en vain. À ces derniers, Jean-Claude Juncker a été jusqu’à promettre de « lutter contre la fraude et l’évasion fiscales », promesse réitérée en séance plénière. Hier, interrogé sur le « Luxembourg Leaks » lors de son premier point de presse, Jean-Claude Juncker a promis de ne pas intervenir dans l’enquête européenne sur la pratique fiscale de « tax ruling » qui vise le Luxembourg et trois autres pays. Ne pas intervenir n’est pas tout à fait ce qu’on attendrait d’un responsable politique déterminé à lutter contre l’évasion fiscale.
      .
      voir :
      L’EUROPE, PARADIS DE … L’EVASION FISCALE !


      • Zevengeur Zevengeur 1er décembre 2014 16:39

        C’est exactement le problème (le dernier en date en attendant le suivant) évoqué ici avec l’UE : on nomme un pyromane chef de la caserne des pompiers avec la bénédiction de tous.

        Inacceptable une fois de plus...


      • BA 1er décembre 2014 16:31

        L’Union Européenne est en faillite.

        Pour la période 2014-2020, les 28 Etats européens se sont engagés à donner 908 milliards d’euros au budget de l’Union Européenne.

        Mais ça, c’était avant.

        La Cour des comptes européenne a fait ses comptes : elle vient d’annoncer que les 28 Etats européens allaient encore devoir payer.

        En tout, les 28 Etats européens vont devoir payer 326 milliards d’euros supplémentaires !

        Vous avez bien lu : il manque 326 milliards d’euros dans la caisse de l’Union Européenne !

        Lisez cet article ahurissant :

        La Cour des comptes s’alarme du trou faramineux du budget européen.

        Ce rapport souligne entre autres le fait que les États membres devront débourser 1 234 milliards d’euros pour couvrir les engagements de la Commission. Ce montant totalise les 908 milliards prévus pour les paiements de la période et quelque 326 milliards supplémentaires correspondants à des décaissements liés aux deux périodes budgétaires précédentes, au moins.

        http://www.euractiv.fr/sections/priorites-ue-2020/la-cour-des-comptes-salarme-du-trou-faramineux-du-buget-europeen-310327

        L’Union Européenne, c’est 28 Etats dont la dette publique atteint 11930,266 milliards d’euros.

        L’Union Européenne, c’est 28 Etats qui doivent payer 908 milliards d’euros pour le budget européen 2014-2020, alors qu’ils sont déjà hyper-endettés.

        Et aujourd’hui, nous apprenons qu’en plus, comme si ça ne suffisait pas, il va falloir trouver 326 milliards d’euros supplémentaires pour éviter la faillite de l’Union Européenne !

        Mais avec quel argent ?

        Hein ?

        Avec quel argent ?

        L’Union Européenne, c’est le tonneau des Danaïdes.

        L’Union Européenne, c’est un mécanisme perdant-perdant.

        L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 décembre 2014 08:37

          BA
          « 7 milliards d’euros ont été dilapidés par Bruxelles en 2013 »

          La Cour européenne des Comptes ne valide plus son budget depuis une vingtaine d’années...

          Mais Bruxelles n’est jamais avare de bons conseils sur la gestion par les Etats.


        • julius 1ER 2 décembre 2014 09:03

          c’est un article type de désinformation, on peut être anti-européen mais au moins présenter les faits avec un tant soit peu de rigueur et d’objectivité................. hors là que nenni !!!!!

          1000 milliards sur 6 ans c’est 160 milliards par an à diviser par 28 au prorata de la part défini pour chaque état membre en fonction de sa taille économique..........
          ce qui laisse les plus grosses parts à payer au pays les plus importants !!!!!!!!
          pour la France c’est entre 8 et 15 milliards/an si mes souvenirs sont exacts, c’est toujours trop en période de crise mais c’est un petit budget par rapport au service de la dette + de 50 milliards, de l’armée, plus de 50 milliards et de l’éducation nationale + de 60 milliards......
          alors il faut savoir raison garder et argumenter correctement en relativisant les chiffres !!!!!!!!

        • Zevengeur Zevengeur 2 décembre 2014 10:26

          Il y a plusieurs manières de faire le calcul, je me suis basé sur ceux de Gilles Carrez.

          Et vous voyez bien que même avec vos chiffres que je ne comprends pas complètement, vous arrivez aux mêmes ordres de grandeur.

          Et quand bien même on arriverait qu’à 8/15 Milliards/an, c’est déjà énorme et dans les proportions du déficit (hors charge de la dette)..


        • fred.foyn Le p’tit Charles 2 décembre 2014 07:35

          Une preuve de plus qui démontre que l’UE est une mafia... !


          • zygzornifle zygzornifle 2 décembre 2014 08:17

            il est le reflet même de ce que vaut l’Europe de ceux qui la gouverne et qui gouvernent les états membres ......


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 décembre 2014 10:50

              La photo parle d’elle-même... Alors que des centaines de millions de citoyens européens doivent le pointer du doigt, c’est lui qui s’empresse à détourner les regards et à montrer la queue de la comète Europe qui s’éclipse dans les vapeurs cosmiques !

              Bruxelles joue les manèges pour enfants européens qui croient toujours au Père Noël !


              • BA 2 décembre 2014 11:55

                Le 8 février 2013, l’européiste Jean Quatremer était désespéré.

                Jean Quatremer pleurnichait car il venait d’apprendre que le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et l’Allemagne avaient gagné : ces cinq Etats avaient obtenu que le budget européen pour la période 2014-2020 soit en baisse.

                Ces cinq Etats avaient obtenu que le budget européen baisse à 908,4 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

                Lisez cet article :

                David Cameron, le triomphant.

                C’est le vainqueur par KO. Le Premier ministre britannique avait fixé sa ligne rouge : 885 milliards d’euros de crédits de paiement (l’argent effectivement décaissé). Dès son arrivée, il avait averti : « Les chiffres doivent redescendre, et si ce n’est pas le cas, il n’y aura pas d’accord. » Pour le leader tory, le dernier compromis ébauché par Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, était encore trop haut. De 943 milliards en crédits de paiements, le curseur fut donc ramené à 913 milliards d’euros. Toujours trop pour Cameron. « Il ne voulait pas d’un chiffre commençant par 9 », raconte un diplomate. Finalement, au bout de trente heures d’âpres marchandages, les Vingt-Sept ont topé à 908,4 milliards. Cameron est apparu triomphant face à la presse : le fameux chèque obtenu par Thatcher en 1984 n’a pas été touché alors qu’il « était attaqué de tous les côtés ». Et la France n’est pas parvenue à l’isoler. « Les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et Angela étaient à mes côtés », s’est-il rengorgé.

                http://www.liberation.fr/economie/2013/02/08/budget-de-l-ue-peze-perdu-pour-hollande_880574

                Mais le 26 novembre 2014, la Cour des comptes européenne balance une bombe.

                Dans son rapport, page 5, paragraphe XVIII, la Cour des comptes écrit que l’Union européenne est en faillite.

                Les Etats européens devront donner 908 milliards d’euros au budget européen, et en plus, comme si ça ne suffisait pas, ils devront donner 326 milliards d’euros supplémentaires !

                En clair : il y a un trou de 326 milliards d’euros dans la caisse de l’Union Européenne !

                Et ça, ce n’était pas prévu !

                Si les Etats ne bouchent pas ce trou de 326 milliards d’euros, l’Union Européenne sera en cessation de paiements.

                Lisez ce rapport :

                Les États membres seront tenus à l’avenir de contribuer à hauteur de 1 234 milliards d’euros pour couvrir les décaissements correspondant aux engagements. Ce montant se compose des 908 milliards d’euros convenus aux termes du CFP pour la période 2014‑2020 (paiements), auxquels s’ajoutent 326 milliards d’euros supplémentaires correspondant aux décaissements des crédits d’engagement des CFP précédents, ce qui pourrait affecter la capacité de la Commission à satisfaire toutes les demandes de paiement pendant l’exercice au cours duquel elles sont présentées.

                http://www.eca.europa.eu/Lists/ECADocuments/LR14_02/QJ0614039FRN.pdf


                • Zevengeur Zevengeur 2 décembre 2014 12:20

                  Très intéressant ce rapport de la cours des comptes, cela pourrait anticiper une explosion de l’UE liée à problème budgétaire.

                  C’est assez comique car pour nous « sauver » (*) on nous bassine qu’il faut plus d’Europe, le fédéralisme, etc...
                  Un budget ’fédéral" de 1% du PIB est à rapprocher de celui d’un véritable état fédéral, les États-Unis qui ont de leur coté un budget égal à 25% du PIB !

                  (*) Un peu comme en Union Soviétique, lorsqu’ils expliquaient que si cela ne fonctionnait pas, c’est parce qu’il fallait plus de collectivisme, de communisme, etc...


                  • smilodon smilodon 2 décembre 2014 23:19

                    C’est pas ses sous qui tueront l’europe !... C’est son esprit !.... Adishatz.


                  • Zevengeur Zevengeur 3 décembre 2014 10:39

                    Certes, mais comme le peuple ne bouge pas, la mort du monstre viendra d’une autre cause !


                  • smilodon smilodon 2 décembre 2014 23:12

                    @ l’auteur : Et après on va se moquer de Marine Le pen qui veut sortir de « l’Europe » !..... Faudrait arrêter de prendre les « européens » pour ce qu’ils ne sont pas !.. Et rendre à chaque pays sa destinée !....... Ou au moins le contrôle de son destin !... C’est pas avec un tel « mec » à la tête d’une « europe » qu’on voudrait unie, qu’on va convaincre les « gueux » de tous les pays concernés !... Ok, ils sont bêtes à manger du foin !... Mais quand même !.... Là, c’est trop !... Cons ils le sont !.. Certes !.. Mais bon, y’a des limites aussi !.... Je suis « gueux » et je suis « con » !.... Pourtant, là, vous avez franchi les limites !... MES limites !... Je ne vous crois plus !... Je voterai Marine en 2017, en France, pour mettre un terme à vos agissements !..... C’est mon droit, et je l’exercerai !..... « L’europe, avec De Gaule et Adenauer ça avait une autre gueule..... Même encore sous Mitterand et kohl !...... Il reste quoi de ce grand projet en 2014 ????... Sauf des »gratte-papiers« qui se gavent sur notre dos ???.. Ca marche pas »l’europe«  !.... C’est plus pour le bien des peuples !.. C’est juste pour s’en mettre plein les fouilles !..... Le projet était bon !... Le résultat est nul !... Ce n’est qu’un constat !.... Qu’une réalité !.... C’est mort ce »truc«  !... Mort !.... Et c’est pas la fautes »des peuples«  !.. Mais de ceux qui les représentent !... C’est une évidence !...... Et c’est dommage !... Mais c’est comme çà !.... C’est mort !... Faut reprendre son souffle et revenir à l’essentiel !... Que chaque peuple victime de cet »idéal« revienne à ses »fondamentaux«  !...... Et reparte plus tard vers cet idéal, mais avec des »gens« qui ne pensent pas qu’à leur »porte-monnaie«  !...... C’est mort »l’europe" avec ces gens-là !... Mort !... C’est pas l’esprit des peuples !.... Rien à voir !....Adishatz.


                    • Zevengeur Zevengeur 3 décembre 2014 10:38

                      Il y a tout de même des alternatives au FN, au moins au premier tour :
                      - Front de gauche (Melenchon)
                      - Debout la France (Dupont Aignans)
                      - UPR (Asselineau)


                    • jaja jaja 3 décembre 2014 10:49

                      Trois alternatives différentes en apparence mais demeurant toutes dans le cadre du système capitaliste... y compris la VIème République de Mélenchon.... Passons sur les relents nationalistes de ces trois fausses alternatives...

                      Trois leurres de plus... !


                    • Zevengeur Zevengeur 3 décembre 2014 11:08

                      On ne construit pas un système 100% nouveau en claquant du doigt !...


                    • jaja jaja 3 décembre 2014 11:16

                      Très juste... On ne construit en effet rien de nouveau avec de vieux chevaux de retour ayant tous les trois (Asselineau, Mélenchon, NDA) déja bien servi le système....

                      On devrait maintenant largement le savoir : il n’y a pas de sauveur suprême et seul le combat des exploités pourra changer la donne, exproprier les capitalistes et instaurer l’égalité sociale....Tout en évitant de se laisser récupérer par l’un de ces politocards professionnels...


                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 décembre 2014 20:07

                      Bonjour Zevenguer,
                      .
                      Je suis stupéfié devant le silence des français face à cette nouvelle escroquerie .... qui est bien résume dans votre dernière paragraphe !
                      .
                      "En final, après avoir sauvé les banques, le contribuable est il maintenant condamné à payer les impôts des multinationales sans broncher ?«  
                      .
                      Entre 2008 et 2011 les banques privées fraudeurs ont reçu 1600 d’Euros de la part de la BCE, enfin de l’argent qui provient des contribuables européens. Nous n’avons pas encore fini à payer ses 1600 milliards d’euros qui nous sont ponctionnée à travers de la politique d’austérité qui nous est impose par la TROÏKA.
                      .
                      OUI les français restent très silencieux et ce silence encourage certainement les hommes politiques à serrer encore plus l’étau fiscal dans un proche avenir.
                      .
                      Les milliardaires sont toujours plus riches en cette période de » dite crise " !
                      Plus que jamais, le classement Forbes 2014 révèle une flambée du nombre de milliardaires à travers le monde.
                      .
                      Le nombre d’ultra-riches est en effet en hausse de 15,3% et ils sont désormais 1.645 à faire partie de ce classement, un record absolu depuis sa création il y a 27 ans. Pour l’anecdote, ils n’étaient plus que 793 en 2009 en pleine débâcle financière.
                      suite et source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140304trib00081 8152/ces-1.645-milliardaires-qui-possedent-deux-fois-le-pib-de-la-france.html
                       


                      • Zevengeur Zevengeur 7 décembre 2014 22:27

                        eau-du-robinet

                        Les Français ne réagissent pas car ils ne savent pas.
                        Ils ne savent pas car ils ne sont pas informés.
                        Ils ne sont pas informés car les médias de masse sont cornaqués par les multinationales et la finance.
                        Les dirigeants politiques au pouvoir dépendent de subsides de la finance pour assurer leurs (ré)élections.
                        la boucle est bouclée.

                        Ne reste que les sites libres comme Agoravox, mais un article comme le mien ne fait que 3500 vues, on est loin d’un TF1 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès