Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Allemagne, modèle ou passager clandestin de l’Europe ? (...)

L’Allemagne, modèle ou passager clandestin de l’Europe ? Alantico s’interroge

Le site internet Atlantico a fait paraître récemment plusieurs articles en rapport avec l'Allemagne, qui se caractérisent par leur tonalité critique. Celle qui se présente comme un modèle se voit contester ce titre. Ce n'est pas un modèle dans la marche vers l'intégration européenne : sa politique tend au contraire à une Europe allemande. Ce n'est pas non plus un modèle dans le domaine économique : malgré la déflation salariale qu'elle impose à son peuple, sa balance commerciale n'est compétitive que vis à vis des autres pays européens, et encore en trichant, puisqu'elle leur impose une monnaie dont le niveau ne leur convient pas et leur empêche toute dévaluation compétitive.

Voyons dans le détail quelques uns de ces articles :

L'Allemagne va-t-elle euthanasier l'Europe ? par Jean-Luc Schaffhauser.

La tonalité critique de l'article est d'autant plus remarquable que l'auteur se présente comme ancien membre de plusieurs cercles européistes, et insiste sur son identité germanique : "Je suis Alsacien, Germain et Français."

Il écrit sans détour :

"Nous sommes, en effet, en train d’aller vers une Europe allemande, c’est-à-dire vers plus d’Europe du tout !

Le refus de tout achat direct de la dette ou le refus statutaire de la monétisation par la BCE, voulu par l’Allemagne, est suicidaire pour l’Europe, car ils ne tient pas compte du contexte mondial de guerre monétaire et de la pratique des autres Banques centrales.

L’Europe ne peut enfin aboutir à une dictature au nom de l’impératif économique, lui-même résultat de la guerre économique imposée par un libéralisme libertaire devenu fou. L’Europe, c’est la main tendue d’une famille, ça ne peut être le bras tendu d’une Nation sur les autres."

Il se montre sceptique vis à vis des succès économiques de l'Allemagne :

"Le modèle économique allemand n’est pas viable pour l’Europe, car il est un modèle de passager clandestin à l’export : les excédents allemands dans les pays européens font les déficits européens. "

"L’Allemagne fait deux fois moins d’excédents commerciaux aux États-Unis qu'en France (près de 14 milliards pour les États-Unis pour un peu plus de 27 milliards en France), ce qui est quand même étrange pour un compétiteur qui se prétend global. Enfin, l'Allemagne enregistre 19 milliards de déficit commercial avec la Chine en 2009, soit un niveau proche du déficit français avec les Chinois, plafonnant à 22 milliards."

"Enfin, l’Euro empêche les dévaluations compétitives, et sans la monnaie unique, le pseudo-compétiteur global n’aurait pu faire ses excédents en Europe pour combler ses déficits vers les pays émergents. Les pays du Sud auraient dévalué, et l’expansion allemande aurait été contenue par sa monnaie forte."

Une Europe allemande est née, par Dominique Trenet

Pour l'auteur, une Europe allemande est née. Il ne s'agit pas de défaire l'Europe, mais de la reconstruire aux conditions allemandes.

Et si c'était l'Allemagne qui sortait de l'euro, par Simone Wapler

Début novembre, une rumeur courait les salles de marché : l'Allemagne préparerait la sortie de l'euro, et aurait fait imprimer des marks par une imprimerie dont le nom était précisé.

Info ou intox ? L'article souligne que l'Allemagne aime l'Europe mais pas l'euro, et qu'elle n'a accepté la monnaie unique que sur l'insistance de ses partenaires, inquiets de sa réunification. Elle ne reste qu'à ses conditions, c'est à dire en interdisant à la BCE le recours à la création monétaire, et en étouffant les pays qui auraient besoin de plus de monnaie.

Même si la décision de rester ou de sortir sera politique et non économique, les marchés font les comptes. Est-ce plus cher pour l'Allemagne de rester ou de sortir ? UBS compare le prix de la sortie telle qu'elle l'estime au prix des renflouements et recapitalisations auxquels l'Allemagne s'expose en restant.

L'Allemagne gardienne jalouse de sa souveraineté politique : un exemple à suivre ? par Claude Nicolet

Chevénementiste, l'auteur décortique la politique allemande et montre qu'elle est aux antipodes du fédéraliste. Européenne, oui, tant que l'Europe est au service de l'Allemagne. C'est sur un tel patriotisme que Nicolet voudrait que la France prenne modèle, et non sur un modèle économique de déflation salariale.

L'article montre comme l'Allemagne a poursuivi ses propres intérêts, sa réunification, la reconquête progressive de sa complète souveraineté, son succès économique au détriment de ses partenaires.

"La décision du tribunal constitutionnel de Karlsruhe du 30 juin 2009 fut historique. En affirmant "qu'il n'y avait pas de peuple européen", donc qu'il n'y avait pas de souveraineté et de démocratie européenne, les juges allemands ont déchiré l'écran de fumée et apporté de la clarté au débat. Aujourd'hui, Angela Merkel doit attendre que le Bundestag lui donne mandat de poursuivre les négociations à Bruxelles pour "sauver l'euro".

Il ajoute :

"L'Allemagne affiche donc avec bonheur que le lieu de la démocratie reste la nation et l'État qui est à son service. "

Par comparaison, il raille le projet de Sarkosy de convergence avec l'Allemagne :

"A la limite : pour qu'il n'y ait plus de problème en France, supprimons la France !"

Loin d'en vouloir à l'Allemagne pour sa politique de souveraineté nationale camouflée sous des dehors européistes, il propose de la prendre pour modèle, mais sur ce point seulement.

Nucléaire : aurons-nous froid à Noël à cause de nos voisins allemands ? par Jacques Foos

La notalité critique à l'égard de l'Allemagne, déjà perceptible dans les articles précédents, prend une dimension supplémentaire avec l'article de Jacques Foos, puisque nos voisins sont accusés, rien de moins, de nous préparer un Noël glacial.

En effet, ils ont pris la décision unilatérale de fermer des centrales nucléaires.

Or, la production d'électricité est interconnecée en Europe, si bien que c'est nous qui pourrions manquer de cette électricité que l'Allemagne, autrement, nous aurait vendue.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • BHL=MST 12 novembre 2011 11:31

    Une petite remarque concernant la présentation que Schaffhauser fait de lui-même : alsacien, germain et français. Quoi de plus naturel ? Les francs sont avant tout un peuple germanique. Ce qu’il en reste est un autre sujet. A la question : l’Europe( l’union européenne) est-elle allemande ? La réponse est : Oui, bien sûr, depuis sa création. Lire Pierre Hillard, La fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale ». 


    • Alpo47 Alpo47 12 novembre 2011 11:45

      L’Allemagne semble bien être le pays qui a le plus profité de l’europe et de l’euro,maintenant elle est surement en train de se demander si elle doit rester dans l’euro où on lui demande de se saigner pour les autres.
      Et je crois que la cause la plus probable pour précipiter l’effondrement de l’euro et de l’europe, sera un retrait Allemand. Et il pourrait maintenant venir à n’importe quel moment, il suffirait que l’Italie (ou la France) s’effondre.
      Ce qui ne devrait guère tarder.


      • karina 12 novembre 2011 12:20

        Quand on voit tous les partis rivaliser dans « la rigueur » on comprends qui commande.

        Michel Sapin annonce la couleur à propos du programme du PS en 2012 : 

        • Loatse Loatse 12 novembre 2011 15:36

          Il fut un temps ou notre président était tenté par le modèle suedois, puis s’aperçut que celui exigeait que ses dirigeants montre l’exemple en période d’austérité...

          quoi de mieux donc que le modèle allemand qui permet d’obtenir que des salariés travaillent pour 1 à 3 euros de l’heure non négociable ceci pour garder une compétitiivité économique... ?

          http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-bas-salaires-allemands-en-chute-libre-depuis-dix-ans_259011.html

          En l’état l’union européenne n’est pas viable... Ces mêmes états n’étant pas fichu de s’unir pour exiger une remise de leurs dettes..et dont le seul souci (notamment pour la france) est d’aligner une politique salariale et sociale en tirant les salaires vers le bas, en supprimant les acquis sociaux, le tout pour sauvegarder ce fichu AAA sur les marchés financiers....

          Que l’allemagne ferme ses centrales nucléaires est pure hypocrisie... puisque nous leur fournirons ce qu’ils ne sont pas capable de produire, et d’autre part, que je sache, les nuages radioactifs n’ont pas vocation de s’arrêter aux frontières, Merkel ou pas Merkel.....

          Qu’on se pèle les cacahuètes à noêl, ! s’il faut cela pour qu’ enfin on réagisse.......


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 12 novembre 2011 15:52

            @ Loatse


            Vu que nous sommes en général très vendeurs et peu acheteurs d’électricité, je suis des plus sceptique quand au risque de se geler cet hiver « par la faute » de l’arrêt de centrales nucléaires allemandes.

            C’est plutôt pour l’aspect psychologique que j’ai placé cet article.

            Il montre le niveau de tension et de suspicion qui existe maintenant entre « partenaires » européens. Et il parait que l’Europe c’est la paix ...

            Il vaudrait mieux ne pas être liés institutionnellement à nos voisins, mais nous concerter en fonction des besoin. Nous serions bien meilleurs amis. On peut être chacun chez soi et bons amis. Comme on peut être enchainé l’un à l’autre et ne pas pouvoir se supporter.


          • Loatse Loatse 12 novembre 2011 16:42

            @Catherine,

            Nous devrons fournir l’équivalent de 22% du besoin en électricité de l’allemagne... sachant que chaque hiver se pose le problème dans notre pays de pics de consommation avec raccordements à d’autres réseaux, risques de coupures etc.... comment ne pas s’inquiéter ?

            c’est un peu l’équivalent de poser ses poubelles chez les autres pour ne pas en sentir l’odeur.... ca c’est l’aspect psychologique qui me fait bondir....

            Autre point à ne pas négliger... je crois notre président capable de vendre tout ce qui lui tombe sous la main au détriment de son peuple pour garder son AAA... En gros toute la laine qui nous reste sur le dos....

            Fait frisquet ces temps ci déjà.... :)

            Mais je vous comprend, on n’a pas fini de se tirer dans les pattes dans le contexte actuel... chacun « chez soi » ce serait sans doute la meilleure solution.


            • Mor Aucon Mor Aucon 12 novembre 2011 20:18

              J’ai fait un rêve. Le FN convoquait tous ses militants à Saint-Nazaire, les embarquait dans un beau drakkar noir puis ohé, ohé, matelot, allait demander asile politique à l’Islande. Je me suis réveillé avant d’entendre la réponse des islandais, mais il ne devrait pas y avoir trop de problème à les caser sur un coin de banquise immaculée et souveraine, bien entendu.


              • Loatse Loatse 13 novembre 2011 15:08

                @Mor Aucon,

                Il n’y a pas besoin d’être sympathisant FN pour s’apercevoir que notre politique c’est du grand n’importe quoi....

                Tout d’abord au niveau des entreprises qu’elles soient privées ou public, en laissant celles qui sont bénéficaires délocaliser, la plupart du temps avec le matériel (machines), et ce, de surcroit sans rembourser à l’état les aides dont elles ont bénéficiées dans ce domaine...

                voilà la liste des entreprises qui mettent la clé sous la porte en france de 2009 à 2011 (non exhaustive)
                http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article1

                Pour ma part, bien que je déplore ce qui arrive à la Grece, je pense qu’il est irresponsable d’injecter dans l’économie de ce pays, des sommes exhorbitantes qui auraient été indispensables pour éviter nos pertes d’emploi dûe à la crise, et ce en faisant de l’état l’actionnaire de ces mêmes entreprises qui mettent la clé sous la porte...

                Deuxièmement, notre politique d’immigration n’est pas adaptée à la réalité du marché de l’emploi, le dire n’a rien de raciste ou de xénophobe, puisque cette politique nuit également aux français originaires de l’immigration en mettant sur ce marché indifféremment des personnes venant avec un contrat de travail et des personnes n’ayant ni emploi ni diplômes ou dont ceux ci se réfèrent à un secteur en crise...

                Nous avions sous la main un exemple que curieusement notre président, grand admirateur des Etats Unis ne s’est jamais inspiré, préférant le modèle allemand. Il ne faut pas chercher pourquoi.. celui ci ne fait pas le bonheur du patronat qui sait bien qu’un salarié muni d’un permis de séjour ne se permettra pas d’avoir la moindre revendication...

                Voici pour eux une main d’oeuvre corvéable à merci que l’on rentabilise à son maximum en réduisant l’effectif... de ce fait, un salarié étranger effectue le plus souvent le travail de plusieurs... (vérifié sur place dans une entreprise qui a réduit ses effecfifs de 15 personnes à 6 par ce procédé infâme qui est ni plus ni moins que de l’esclavagisme).

                Le modèle américain :

                http://www.stepstone.fr/Conseils-de-carriere/travailler-a-l-etranger/emploi-etats-unis.cfm.

                Yohan a bien compris que les choses seront identiques si le FN passe... mais l’ump et la gauche sont également asservis aux marchés financiers, aux banques, au grand patronat.... les sympathisant FN regardent le doigt alors qu’il faudrait regarder « la lune »...

                ca viendra peut être...



                • Mor Aucon Mor Aucon 13 novembre 2011 15:59

                  Je ne peux pas vous répondre puisqu’il n’y a que très peu de matière dans ce que vous écrivez.

                  La politique c’est du grand n’importe quoi. Le FN ne fait pas de politique ? A-t-il trouvé la pierre philosophale qui transforme un grand n’importe quoi en pensée lumineuse ?

                  Il est irresponsable d’injecter des sommes exorbitantes en Grèce. Peut-être, mais il est encore plus irresponsable de nier qu’une grande part de ces sommes furent gagnées grâce à eux ( et aux PIIGS en général ).

                  La politique d’immigration est responsable du chômage.
                  C’est raciste et xénophobe puisque faux. N’importe quel économiste sérieux vous contredirait facilement. Vous confondez la précarité dans laquelle les immigrés, en général, sont plongés et que le patronat utilise pour manipuler le marché du travail avec une sorte d’arithmétique perverse qui s’efforce à poser : un chômeur = un immigré en trop. Vous vous trompez d’ennemis, mais je pense comprendre pourquoi. On ne peut pas renvoyer les patrons chez eux, c’est chez nous.
                  Le pire dans tout cela est que vous revêtez la même peau d’agneau que Marine quand vous prétexter les défendre en proposant de les virer de France. Je ne vais pas vous dire ce que je pense de cette argumentation. Je pense que vous le savez.


                • Loatse Loatse 13 novembre 2011 17:02

                  @mort aucon

                  Je pense qu’au contraire matière il y a sur mon post.... vous oubliez que la Grece qu’il ne me viendrait pas à l’esprit d’appeler« les piggs » a eu une gestion desastreuse, que sa responsabilité est en partie engagée dans la situation dans laquelle est s’est trouvée, ce qui n’impliquait pas bien sur de la laisser tomber mais d’obtenir plus rapidement ce que nous avons obtenu récemment soit une remise partielle de sa dette....

                  Prêter de l’argent que nous ne possédons pas est une hérésie...

                  mais bon, parler avec vous équivaut à pisser dans un violon....vous n’entendez que ce que vous voulez bien entendre et qui vous arrange... et comme la polémique n’est pas ma tasse de thé, je vous souhaite un bon dimanche...


                • Mor Aucon Mor Aucon 13 novembre 2011 20:08

                  Eh bien, ne vous gênez pas, faites de la musique, Madame.


                • Vipère Vipère 13 novembre 2011 16:14

                  De nombreux pays : Canada, Australie et la Suisse (avant le traité de libre circulation des biens et des personnes en 2008 je crois), n’autorisaient le marché du travail aux étrangers qu’en fonction de quotas, liés au déficit dans certaines branches, et n’accordaient que drastiquement les permis de travail.

                  Ils protègent le travail de leurs ressortissants et pratiquent un Nationnalisme très décomplexé !!!

                  La France doit-elle accueillir toute la misère du Monde ???



                  L

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès