Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > « L’Allemagne paiera ! » ou l’Europe implosera

« L’Allemagne paiera ! » ou l’Europe implosera

Derrière ce titre provocateur[1] se cache une réalité : l’Allemagne est le pays qui a le plus profité (et profite encore) de la construction européenne sans en assumer une part équivalente des coûts. La crise actuelle met en lumière la carence de ce pays en matière de compensation des coûts de l’intégration supportés par ses partenaires. Si l’Allemagne ne veut pas partager les bénéfices cumulés que lui a notamment procuré le « grand marché », il est évident que l’Europe implosera sous l’effet de réactions de repli sur soi, légitimées par la crise financière, économique et sociale. En effet, dans certains pays, les populations refuseront l’application des politiques de rigueur que l’Allemagne entend imposer à l’ensemble de l’Europe. Ce sera alors l’implosion de « l’Empire » et la fin de la prospérité « parasite » de l’Allemagne.
 
La métaphore sportive
L’Allemagne peut être assimilée à un athlète de haut niveau qui a pu s’entraîner, pendant des années, grâce au « sponsoring » de ses partenaires de l’association sportive européenne. L’Allemagne exige maintenant desdits partenaires, pas vraiment athlètes, qu’ils réalisent des performances sportives similaires aux siennes. A défaut, les partenaires seront éventuellement exclus de l’association. Le problème que pose l’exclusion des éléments peu performants est que chaque départ réduit le nombre de sponsors et menace, à terme, les possibilités d’entraînement du sportif de haut niveau, avec pour conséquence une baisse attendue de ses performances. Il s’en suit que dans ses folles exigences, l’Allemagne doit savoir jusqu’où ne pas aller trop loin.
 
Le risque hégémonique de l’intégration régionale
En 1996, à propos d’un regroupement régional africain, j’écrivais : « toute intégration [régionale] génère des gains et des pertes qui peuvent notamment s’apprécier en termes de fiscalité, d’implantation d’unités productives, de parts de marché, de revenu, d’emploi et de niveau des prix. Ces coûts et ces bénéfices possèdent un échelonnement différent dans le temps et affectent de façon différenciée chacun des participants. Un des problèmes majeurs se situe au niveau de l’équité de la répartition des effets de l’intégration entre les [pays] membres du regroupement »[2].
En effet, le pays qui aborde le regroupement en position de leader, dans un ou plusieurs domaines, devrait, au fil du temps, conforter sa position dominante au détriment de ses partenaires, car la libéralisation des échanges intra-régionaux, intensifie les avantages relatifs et la spécialisation initiale de chaque économie nationale.
Il est clair, par exemple, que le pays dont le secteur industriel est, au départ, le plus fort, le plus compétitif, va élargir sa part de marché communautaire au détriment de ses partenaires, incapables de soutenir la concurrence. Progressivement, les partenaires, désarmés par la libéralisation des échanges, se désindustrialiseront. Friedrich List[3], économiste allemand du dix-neuvième siècle, a montré que le libre-échange favorise le pays le plus industrialisé.
Ainsi, à défaut de mécanisme compensatoire efficace, le pays dominant va accaparer une part croissante des avantages liés au processus d’intégration et établir progressivement son hégémonie régionale.
 
L’hégémonie de l’Allemagne en Europe
Un mois avant la signature, le 25 mars 1957, du Traité de Rome instituant la Communauté européenne (CEE), Jean Duret[4] écrivait : « le Marché commun ne peut conduire qu’à une hégémonie de plus en plus écrasante de l’Allemagne ». En effet, « dès les premières étapes, se feront sentir les effets néfastes de la domination des cartels allemands sur l’Europe des Six ». « La suppression des mesures de protection [douanière] à l’intérieur du Marché commun aboutira au triomphe des plus forts et des mieux adaptés », car « si on laisse librement jouer les forces économiques, on arrive fatalement à une aggravation des distorsions existantes ». Dans ce contexte, « si certaines régions s’épanouissent économiquement, cela se fera au détriment d’autres » en dépit des mécanismes de « compensation » prévus « dont l’efficacité sera illusoire ».
La prédiction de Jean Duret s’est réalisée car l’Allemagne n’a cessé de conforter sa position de leader au sein de l’Europe. Elle est même devenue le premier exportateur mondial avant de se faire récemment devancer par la Chine. Ces performances n’auraient pu être réalisées sans l’apport décisif du grand marché européen qui absorbe aujourd’hui plus des trois quarts des exportations allemandes. De plus, l’Allemagne accroît sa part de marché au détriment des autres membres de l’UE. « Entre 1995 et 2009, la part de marché de l’Allemagne à l’intérieur de la zone euro est passée de 25 % à 27 %. En même temps, la part de la France est passée de 18,5 % à 12,9 % et celle de l’Italie de 17 % à 10 % »[5]. Enfin, l’importance de l’excédent commercial allemand vis-à-vis de ses partenaires européens ne saurait occulter une structure des échanges de type néocolonial.
 
L’échange inégal « néocolonial »
Les tenants de la thèse de l’inégalité des échanges Nord-Sud ont montré, dans les années 1960-1970, que les pays industrialisés du Centre « exploitaient » ceux de la Périphérie (le Tiers-Monde) en exportant, vers ces derniers, des biens manufacturés à forte valeur ajoutée et en important, en retour, des produits « bruts » à faible valeur ajoutée. C’était d’ailleurs le schéma caractéristique de l’exploitation par le commerce au sein des empires coloniaux. Arrighi Emmanuel[6] a étendu la notion d’échange inégal à tous les biens fabriqués dans les pays de la périphérie. Pour lui, dès que la production d’un bien est délocalisée vers un pays périphérique (où l’exploitation de la main d’œuvre est plus intense), le commerce de ce bien est touché par l’inégalité de l’échange au profit des pays importateurs du Nord. Ce schéma prévaut aussi en Europe. Le pays « Central » (l’Allemagne) exporte vers ses partenaires de l’Union européenne des produits à forte valeur ajoutée et en importe des produits à plus faible valeur ajoutée[7]. De plus, l’espace de délocalisation de l’industrie allemande se situe principalement chez les « nouveaux entrants » de l’Europe de l’Est, en raison du fort taux d’exploitation de la main d’œuvre dans ces pays. Au sein de l’UE, on observe des relations inégales de type Centre-Périphérie entre l’Allemagne et ses partenaires, à l’instar d’une métropole et de ses colonies dans un Empire.
 
Cercle vertueux pour l’Allemagne et cercle vicieux pour les autres
L’échange inégal génère un processus circulaire ambivalent. Pour le bénéficiaire, le transfert de revenu, attaché à l’échange inégal, engendre un cercle vertueux qui permet l’investissement, les gains de productivité, la croissance… synonymes de prospérité. Pour celui qui en est victime, l’échange inégal conduit au cercle vicieux de l’appauvrissement.
La construction européenne a permis à l’Allemagne de bonifier ses avantages comparatifs pour aboutir à une spécialisation « enrichissante » qui se traduit notamment par un secteur industriel puissant et performant, par une balance commerciale largement excédentaire... Par contre, la dynamique allemande s’est révélée prédatrice pour ses partenaires en imposant une division du travail intra-européenne à son profit. Il en est pour preuve la désindustrialisation de certains pays et l’affectation d’autres dans les productions à faibles coûts salariaux, ce qui les condamne tous à une spécialisation « appauvrissante » : sous-traitance, agriculture, tourisme, folklore… Par l’instrumentalisation du processus d’intégration régionale, l’Allemagne a progressivement structuré son environnement européen pour en faire une sorte d’hinterland.
Au fil du temps, la divergence des trajectoires nationales a creusé inéluctablement le fossé entre le Centre et sa Périphérie. D’autant plus qu’aucune forme, digne de ce nom, de « compensation » des coûts ou de « redistribution » des gains liés à l’intégration régionale n’a été mise en place.
 
Peu de compensation des effets négatifs de l’intégration
L’éventuelle correction des effets négatifs de l’intégration régionale nécessite des moyens financiers qui trouvent leur origine dans le budget européen caractérisé par sa faiblesse relative. Pour 2010, le montant du budget communautaire s’élève à 123 milliards d’euros, ce qui représente seulement 1,04 % du revenu national brut (RNB) de l’union. Pour cette année, « 19,6 % des recettes de l’Union européenne (UE) proviendront de l’Allemagne, suivie par la France avec 18 %, l’Italie avec 13,9 %, le Royaume-Uni avec 10,4 % et l’Espagne avec 9,6 % »[8] Les contributions des principaux pays membres ne révèlent pas un effort particulièrement important du leader allemand. Par exemple, la participation allemande n’est supérieure que d’environ 2 milliards d’euros à celle de la France, alors que, selon les chiffres de 2007, le PIB de l’Allemagne excède de 531 milliards d’euros celui de la France (28 % de plus). On peut aussi se référer aux contributions nettes, c’est-à-dire au solde de ce que chaque État membre transfère à l’UE et de ce qu’il perçoit par le biais des différents fonds européens. En 2007, à l’occasion du cinquantenaire de la signature du traité de Rome, Nicolas-Jean Brehon écrivait : « depuis 1957, la contribution nette [de l’Allemagne] au budget communautaire se monte à... 250 milliards d’euros »[9. Ce montant paraît important dans l’absolu, mais il ne représente guère que 5 milliards[10] par an, peu de chose par rapport au PIB ou encore au montant des exportations intra-communautaires de l’Allemagne. C’est donc à moindre coût que ce pays a établi sa domination en l’Europe. .
Concernant les fonds communautaires destinés à « compenser » les effets négatifs de l’intégration, « depuis 1988, les subventions des fonds structurels sont le principal outil au service du développement économique des régions les moins prospères ou en difficulté : près de 800 milliards d’euros (en euros actualisés) auront été affectés à cette fin entre 1989 et 2013 »[11]. Il convient aussi de relativiser, car cette somme ne représente que 32 milliards d’euros par an, répartis sur de nombreuses zones géographiques. Bien sûr, l’Irlande et l’Espagne ont respectivement reçu 35 milliards et 100 milliards d’euros (actualisés) du budget communautaire depuis leur adhésion en 1973 et 1986, soit une moyenne de 2,5 et 7,1 milliards par an[12]. Mais cela n’a pas permis à ces deux pays de modifier la structure de leur économie pour la rendre moins vulnérable aux chocs conjoncturels comme peut l’être l’économie allemande. En ce sens, la correction des effets négatifs de l’intégration régionale s’est avérée insuffisante et inefficace.
 
L’Allemagne paiera ou l’Empire implosera
En une cinquantaine d’années, l’Allemagne a établi sa puissance et s’est constitué, à moindre coût, un Empire économique en Europe. Grâce à l’imposition de l’ordolibéralisme[13] (‘définitivement’ inscrit dans le traité de Lisbonne), avec notamment le respect de la concurrence « libre et non faussée », les entreprises allemandes ont organisé la division intra-européenne du travail à leur profit ainsi que l’échange inégal avec l’hinterland.
La crise actuelle atteint d’abord les zones de l’Empire les plus fragilisées par les effets négatifs de l’intégration européenne ordolibérale. Le Centre allemand exige l’adoption par ces zones d’une dose supplémentaire de rigueur ordolibérale qui aura inévitablement un effet procyclique, aggravant la dépression. Il est clair que les populations (que l’on a beau jeu de nous présenter comme des cigales) n’accepteront pas cette thérapie et que des troubles sociaux sérieux sont à prévoir. En conséquence, d’une manière ou d’une autre, l’Allemagne devra payer, et, si elle refuse, l’Empire implosera.


[1] Je reprends ici l’expression de Georges Clémenceau à propos des « réparations » qu’était censée payer l’Allemagne après la première guerre mondiale.
[2] Bernard Conte, « CEDEAO : La permanence des dysfonctionnements de l’intégration par les échanges », L’Afrique politique 1996, Paris, Karthala, 1996. p. 15-31.
[3] Friedrich List, Système national d’économie politique, Paris, Capelle, 1857.
[4] Jean Duret, « Le poids de l’Allemagne dans le Marché commun », Cahiers internationaux, Février 1957, n° 83, p. 57-67. Jean Duret était notamment directeur du Centre d’études économiques de la Confédération générale du travail (CGT).
[5] Le Monde, « La stratégie allemande de désinflation compétitive est à son tour attaquée par ses voisins », 19 mars 2010.
[6] Arrighi Emmanuel, L’échange inégal, Paris, Maspéro, 1969
[8] Parlement européen, « Question à 123 milliards d’euros : comment s’y retrouver dans le budget de l’UE ? », http://www.europarl.europa.eu/news/public/focus_page/034-31028-161-06-24-905-20080605FCS31027-09-06-2008-2008/default_p001c005_fr.htm
[9] « En euros actualisés ». Nicolas-Jean Brehon, « 1957-2007 : retour sur 50 ans de finances communautaires », Le Monde, 7 mars 2007.
[10] En euros actualisés.
[11] Idem.
[12] Cf. note 8.
[13] Sur les différentes formes de néolibéralisme voir : Bernard Conte, La Tiers-Mondialisation de la planète, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2009.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 3 mai 2010 11:33

    En tout cas l’Allemagne se détache de l’Europe et affirme sa souveraineté, qu’en est-il des autres Etats de la zone euro ??, La GB a dès le début refusé d’y être en attendant de voir, mais qu’est ce elle a gagné la France, un suivisme sur le mode anglo-saxons, toujours la même rengaine, « regargez les autres, ils ont fait ceci, ils ont fait cela, » incapables ces politiques de vision à long terme, ni de projet politique et social pour le pays..


    • spartacus1 spartacus1 3 mai 2010 14:00

      Et qu’est-ce qui aurait empêché la France de faire comme l’Allemagne ?

      En tout cas les agriculteurs (certains, pas tous, les gros) ont largement, très largement même, profité de la PAC. Infiniment plus que les agriculteurs allemands qui eux, au contraire ont plutôt pâtis de la PAC.

      Passablement d’européens ont payé pour les subventions européennes qui ont enrichi les céréaliers français.


    • Triodus Triodus 3 mai 2010 13:17

      Alea Jacta Sind..


      • Freebird 3 mai 2010 14:03

        C’est un peu facile d’affirmer que l’Allemagne n’a pas supporté le coût de l’intégration européenne, quand on voit les efforts qui ont été demandés aux allemands sous Schroder et maintenant Merkel. Le plan d’austérité décrété en Grèce ressemble à s’y méprendre à ce qu’à fait Schroder il y a 10 ans : baisse des salaires, notamment dans la fonction publique, assouplissement du marché du travail, mise à plat des retraites et de la Sécu. La seule différence, c’est que les allemands n’ont pas attendu d’être au bord de la faillite pour mener les réformes nécessaires ; au contraire, ils ont eu la bonne idée de faire ces réformes en pleine période de croissance. Bilan des courses : l’Allemagne est « tranquille » pour au moins 10-15 ans et peut paisiblement engranger ses milliards d’euros d’exportations sans se soucier de devoir éviter le mur qui arrive droit devant. Cela devrait servir de leçon à la France.


        • Triodus Triodus 3 mai 2010 14:24

          Hein, mur.. ? quel mur ?? Meuuhnoonn ! Le mur s’arrêtera aux frontières de la France !

          Et puis l’euro aura reçu son vaccin anti-grippe LN-E, donc tout ira bien


        • foufouille foufouille 3 mai 2010 14:36

          c’est vrai quoi, le sale francais veut pas bosser 3.5/h comme les sales polonais
          contrairement au gentil roumain
          y a pas de chomage en allemagne, non mais
          les vieux peuvent librement crever ou travailler
          meme se prostituer est une offre d’emploi


        • Odal GOLD Odal GOLD 3 mai 2010 14:21


          L’Allemagne est au contraire le pays qui a le plus perdu avec l’Europe et en particulier avec l’Euro. C’est celui qui paye le plus pour l’Europe de Bruxelles, avec le moins de retour (pas du tout le « I want my money back » de l’Angleterre par exemple).

           Il y a 30 ans, en Allemagne, la moindre femme de ménage pouvait déjà se payer une Mercédès (même d’occasion, c’est du vu, c’est pas des chiffres), ce qui n’est plus le cas maintenant. (En France aussi, par exemple, les gens qui n’étaient pas déjà propriétaires avant les années 2000 ont maintenant souvent du mal à simplement se loger.Après l’Allemagne, c’est peut-être en France, à un moindre niveau, que le pouvoir d’achat s’est le plus dégradé. )

          Je pense que Bernard Conte est bien pire qu’un simple germanophobe.

          Je crois que derrière Bernard Conte, économiste de son état, il y a la volonté des banques de toujours saigner les gens - jusqu’au bout.

          D’abord les banques saignent les gens avec la dette publique, du fait qu’il est devenu interdit aux états d’emprunter à leur banque centrale. Et puis elles les saignent aussi en tout déréglementant à leur avantage.

          Au bout d’un moment tout le système s’écroule comme un château de carte, on appelle cela la crise, parce que les vampires ne se suffisent pas à eux-même et que le monde humain fonctionne mal du fait d’être tellement étranglé et sucé. Et un certains nombre de gens commencent à comprendre et à vouloir s’opposer aux banques vampires.

          Alors les banques programment des chiens de garde ensuite promis à l’euthanasie parce qu’ils font aussi peur aux bourgeois, vous comprenez. Ces chiens de garde serviront à la fois de rempart aux banques et de bouc émissaires ensuite à la colère des gens. Dans les années 30, on appelle ces chiens promis ensuite à l’euthanasie : les fascistes et les nazis. Les fascistes n’ont du leur existence qu’à la sauvegarde qu’ils ont permis ponctuellement au capitalisme et aux banques dans l’Allemagne des années 30. Sans eux, à l’époque, l’Allemagne et l’Italie devenaient bolcheviques et le reste de l’Europe n’aurait pas tardé à suivre.

          Je pense que derrière Bernard Conte, économiste et porte parole de toute une lignée de banquiers moraux, il y a l’esprit des pire maîtres saigneurs et retors, des gens ayant peur de tout et dénués de toute pitié, mais possédant immensément d’argent.

          >>> Le capitalisme se nourrit de la crise - même en Irak


          • ARMINIUS ARMINIUS 4 mai 2010 11:13

            Tout à fait d’accord, d’autant que me rendant chaque année en Allemagne, j’ai pu constater que la rigueur, elle se l’est appliquée en premier : le niveau de vie moyen a sensiblement baissé, la baisse des salaires librement consentie a permis de sauver des entreprises et pas des moindres, malgré cela beaucoup de foyers on vu leur rêve d’accès à la propriété s’écrouler et ce bien avant les Etats-Unis.
            L’excédent de sa balance commerciale fait des envieux. Rien ne les empêche d’essayer : rien qu’en France bien des secteurs auraient pu en profiter pour doper leurs exportations vers un pays qui reste notre premier client et notre premier fournisseur. Non décidemment le Conte n’est pas bon !


          • DEEVIN 3 mai 2010 14:33

            Encore du « German bashing ».
             Voilà, la crise c’est de leur faute, ils travaillent bien, ils sont organisés, ils font de bons produits, ils s’adaptent à l’environnement international, ils se serrent la ceinture, ils sont les premiers contributeurs au budget européen, et ils renâclent à passer encore à la caisse. Ah les salauds ! Ils pourraient pas se conduire comme les grecs pour être un peu plus sympathiques !
            Parce que vous croyez que s’ils en étaient restés au Deutsch Mark ils seraient dans la mouise ?
            L’ Allemagne était jusqu’à présent le Pays de l’Union qui avait le meilleur esprit « européen ». Devant les attaques répétées dont elle est l’objet, l’opinion publique est en train de basculer et nombreux sont ceux qui évoquent à présent un retrait de l’euro et même de l’Union. Ce serait la fin de rêve européen, une période de chaos généralisée, et ce n’est certainement pas l’Allemagne qui en souffrirait la plus.


            • Triodus Triodus 3 mai 2010 14:36

              @Deevin : Le premier de la classe énerve toujours, c’est connu !

              Et en plus, ils ont également dû financer leur réunification.


            • foufouille foufouille 3 mai 2010 14:45

              "

              Vous vivrez avec 345 euros par mois si vous habitez à l’Ouest, et avec 331 euros à l’Est. Votre loyer et les charges seront payés si votre appartement est « conforme » aux exigences de la BA (beaucoup ont froid en hiver)…

              Vous devez répondre présent dans les 24 heures suite à une convocation par courrier. Encore un bon moyen de radier, car si la lettre arrive un jour plus tard, vous ne pouvez pas venir à la convocation et c’est fini. (A partir du 1er août 2006, les administrations peuvent appeler les chômeurs de longue durée à la maison pour exiger d’eux des informations.) Vous devez demander l’autorisation si vous voulez partir plus que 24 heures.

              Vous devez vendre votre voiture si elle a une valeur supérieure à 5.000 euros pour en acheter une moins chère, et vous vivrez de la différence, car votre allocation sera suspendue à hauteur de l’excédent. (Ce montant a été augmenté à 7500 euros par la décision du tribunal fédéral du contentieux social en septembre 2007. Les chômeurs doivent cette décision à la plainte d’un soldat de réserve de 49 ans, qui, entre deux missions au Kosovo, demanda l’Alg2 et se heurta à un refus de la BA, qui estimait la valeur de la voiture du militaire à plus de 5000 euros. D’après l’avis du tribunal, un chômeur qui dispose d’une voiture d’une valeur de moins de 5000 euros risque de tomber en panne ou d’avoir des réparations à faire, ce qui ne favorise pas une recherche ou une reprise du travail. Le problème comment on paie une assurance, l’impôt et l’essence d’une voiture avec 345 euros par mois est une autre paire de manche.)

              Vous habitez dans un appartement « trop grand » aux yeux de la BA (environs 45m² pour une personne seule), alors on vous demandera de déménager dans un appartement plus petit au plus tard dans 6 mois. On a vu des aberrations de déménagements payés par la Bundesagentur pour des appartements plus petits, donc conformes aux exigences de superficie, mais plus chers que l’ancien appartement „trop grand“.

              Vous avez économisé pour votre retraite, comme le gouvernement vous le demande depuis des années : on vous laisse vos économies à hauteur de 200 euros par année de vie. Exemple : Vous avez 43 ans et vous avez demandé l’Alg2. De votre capital retraite, vous pouvez garder 43 x 200 = 8.600 euros. Tout capital supérieur à cette somme doit être consommé avant de pouvoir prétendre à une aide financière. Donc si vous aviez un bon emploi et économisé 50.000 euros pour votre retraite, vous devrez dépenser 41.400 euros avant de pouvoir toucher l’Alg2. Certains biens sont exclus de la consommation obligatoire, comme la propriété d’un appartement que l’on habite (s’il n’est pas trop grand…) ou une retraite complémentaire bien spécifique. Mais les assurances vie, bijoux ou d’autres biens de valeur, le livret d’épargne pour les études de vos enfants mineurs !! et d’autres prévoyances financières pour la retraite doivent être consommées.

              Vous avez un petit boulot pour mettre un peu de beurre dans les épinards : vous avez le droit de garder 20% du fruit de votre travail, les 80% restants seront déduits de votre allocation Alg2. Si vous travaillez plus de 15 heures par semaine, vous ne recevrez plus l’Alg2 (peu importe combien vous gagnez) car vous ne serez plus considéré comme demandeur d’emploi !

              Votre conseiller vous demandera d’effectuer job à 1 euro. C’est soi-disant un travail d’intérêt général (qui souvent créé de nouveaux chômeurs, car il remplace le travail qui était auparavant effectué par de vrais salariés) rémunéré 1 euro de l’heure et que vous avez généreusement le droit de garder en complément de votre Alg2. C’est une activité „rémunérée“ qui se trouve en dehors du Code du travail  : Vous n’avez pas le droit de grève, vous n’avez pas de contrat de travail, vous n’avez pas de vacances, et vous n’avez pas le droit de décliner cette « offre » d’activité sous peine de voir vos 345 euros amputés de 10 à 30 %. Vous n’avez pas de supérieur hiérarchique. Si vous êtes malade, vous devez fournir une attestation d’un médecin, et pendant votre absence votre „rémunération“ de 1 euro ne vous sera pas payée. (Depuis 2007 on voie quelques jobs à 1,50 euro, quelle aubaine !)"

              http://allemagne-et-plus.a18t.net/?p=9


            • DEEVIN 3 mai 2010 14:49

              @ Triodus
               très juste. Mais il ne faut pas compter apitoyer les germanophobes avec le coût de la réunification, cela passerait pour une provocation.


            • foufouille foufouille 3 mai 2010 14:57

              http://allemagne-et-plus.a18t.net/?p=145
              "

              L’une d’elles témoigne : « En juin j’ai pris mes vacances de 4 semaines, mais je n’ai reçu le moindre centime de salaire pour cette période. J’ai aussi été malade, et on ne m’a pas payé mes indemnités journalières. »

              Cela fait maintenant plusieurs semaines que madame G. attend son salaire et ses indemnités. Deux collègues sont dans un cas similaire : elles n’ont pas obtenu leur salaire pendant leurs vacances, ou seulement une partie infime de ce qui leur est dû, et cela malgré la décision du Tribunal."


            • DEEVIN 3 mai 2010 14:58

              @ Foufouille,
               Hartz IV, mis en place sous le gouvernement socialiste de Schroeder est d’une dureté absolue. Impensable chez nous.


            • Triodus Triodus 3 mai 2010 15:03

              Re-bonjour Deevin,

              Qu’est-ce qui fait que les Allemands ont « accepté » ce traitement de choc ?

              Sont-ils plus dociles ou alors acceptent-ils les sacrifices plus volontiers alors qu’une certaine rigueur budgetaire semble respectée chez eux ?

              Cdt,
              T.


            • DEEVIN 3 mai 2010 15:33

              @ Triodus,
               je ne voudrais pas me poser en « expert » de l’Allemagne. Sylvain Reboul aussi connait bien. Je dirais que dans l’attitude allemande entrent plusieurs éléments aspects qui pour certains peuvent être qualifiés de clichés. Discipline et respect de l’autorité, bien qu’atténués restent profondément ancrés. Attitude qui s’explique aussi par un degré de confiance qu’ont les allemands dans la qualité et la sincérité de leurs dirigeants et qui leur fait accepter des sacrifices inimaginables chez nous. Il faut dire que la pédagogie politique est assurée par de nombreux débats dans les médias, toujours courtois et contradictoires, sur toutes les questions de fond.
              La réforme la plus dure, Hartz IV a été mise en place par un gouvernement socialiste, après discussion avec les syndicats, et cela a facilité son acceptation. Il y a aussi que la mentalité allemande estime que celui qui veut vraiment travailler et se comporte comme il se doit pour cela, trouve toujours du travail. C’est tout juste si les Hartz IV ne sont pas considérés comme des tire-au-flanc grassement indemnisés ( ca a été un des arguments de campagne du FDP le parti libéral à présent allié à la CDU- CSU au pouvoir)
              On pourrait ajouter également que la co-gestion dans les entreprises a d’une certaine façon créé plus de solidarité entre les employés et le patronat, embarqués sur le même esquif, qu’entre les employés et les chômeurs.
              Voilà quelques éléments sans doute incomplets. D’autres voix doivent s’exprimer sur ce sujet en fait très intéressant.


            • foufouille foufouille 3 mai 2010 15:35

              @ deevin
              si on y vient
              la crise est la pour ca
              et hartz est avant tout un escroc ploutocrate
              socialiste ou un autre nom, c’est pareil
              on peut meme imaginer un vrai national socialisme


            • Triodus Triodus 3 mai 2010 15:37

              Merci pour vos réponses.


            • foufouille foufouille 3 mai 2010 15:44

              si tu lis le blog plus tu veras qu’il sont tres fliquer
              http://allemagne-et-plus.a18t.net/?p=40
              "Radio Dreyecksland Freiburg, 30.5.2008)
              Que fait une « Arge » (« ArbeitsGEmeinschaft », Fusion entre la « Bundesagentur für Arbeit » (agence fédérale du travail) et un organisme communal) quand la pression sur les chômeurs ne suffit pas pour les faire plier à ses exigences ? Elle s’en prend à leurs enfants  ! À Fribourg, comme dans d’autres villes, des enfants de [...]« 

               »

              Derniers articles de ’général’ :

              (Une caisse d’assurance maladie qui assure)
              25 septembre 2008
              La plus grande caisse d’assurance maladie d’Allemagne relevant du régime obligatoire[1], la BARMER, a voulu aller plus loin dans son souci permanent d’aider les entrepreneurs dans leurs démarches administratives : sur son site internet, elle proposait des téléchargements de lettres types destinés aux entreprises souhaitant licencier un salarié [...]"

              Certains se souviennent encore du projet de loi auquel le ministère de la Santé travaillait l’année dernière : les médecins devraient signaler aux caisses de maladies des malades qui seraient responsables de leur maladie.
              (Voir : De l’État social vers le système de contrôle – Allemagne). Peu de réctions dans les médias allemands.
              Depuis le 1er juillet [...]


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 3 mai 2010 17:47

              Elle en souffrirait certainement : L’Allemagne vit essentiellement de son commerce extérieur, alors que la demande intérieure stagne voire s’effondre (ex : l’immobilier) du fait de la perte de pouvoir d’achat que ses gouvernements ont imposé aux salariés depuis une bonne dizaine d’année. 


              Or, dans l’hypothèse d’un retour au DM, ses produits, à l’extérieur, seraient instantanément revalorisés de 30% si elle revenait au DM . 

              Donc, Angela le sait depuis le début, c’est pourquoi l’Allemagne va payer, après quelques contorsions politiciennes ...pour préserver une rente de situation, due à la faiblesse toute relative de l’euro, rente qu’elle perdrait à coup sûr, lors d’un hypothétique retour au DM qu’aucun part de gouvernement ne demande ici. Et pour cause

            • DEEVIN 3 mai 2010 18:06

              @ Sylvain Reboul

              +30% pour le DM, d’où tenez-vous ce chiffre ? Cela ravirait les Allemands qui ont la nostalgie d’une monnaie forte. Et la dette publique réduite d’autant d’un coup de baguette magique ! Pour les exportations pas de souci, appel à la sous-traitance extérieure ainsi que vous l’évoquez.


            • Vipère Vipère 3 mai 2010 18:19

              Bonjour deewin,


              La dureté absolue « à l’allemande » existe aussi à l’heure actuelle en France.

              La droite dure, malgré les effets d’annonce d’indemnisation des chômeurs en fin de droit a laissé de nombreux chômeurs au bord de la route, sans le moindre revenu de remplacement, certains depuis avril dernier. (de source sûre, les intéressés eux-mêmes).

              Sitôt, que les caméras de télé se sont éloignées, la cause des chômeurs est retombée comme une mauvaise fièvre que les pouvoirs publiques se sont empressés d’oublier.

              Les journalistes, mercenaires du pouvoir se sont contentés de relayer les promesses étatiques et non d’informer l’opinion public du dénuement dans lequel les a plongés la crise économique et l’incurie des politiques.






            • titi 3 mai 2010 18:49

              Le DM fort n’a jamais empêché l’Allemagne d’exporter.
              Il fut un temps ou 1 DM = 2 FRF soit 100% de plus et l’Allemagne exportait en France.
              Un DM à + 30% ça ne changera absolument rien.


            • DEEVIN 3 mai 2010 18:51

              @ Vipère
               le sort des chômeurs, d’un coté comme de l’autre est dramatique. Pas nécessaire le crois de se lancer dans des enchères négatives. Il s’agissait de répondre à ceux qui veulent nous persuader que l’Allemagne est à la source de tous les maux de l’Europe et qu’à ce titre elle doit « payer » comme on dit dans les cours de récréation.


            •  C BARRATIER C BARRATIER 3 mai 2010 16:17

              Parler de l’Allemagne, de la France, etc masque une réalité : les gens de pouvoir et de grande fortune n’ont pas d’autre patrie que la puissance et l’argent. Ils sont d’accord entre eux au dessus de leurs pays d’origine, dans de gosses holdings mondiales. Ils placent leur argent sans patriotisme, là où il leur rapporte le plus. Pas forcément en Europe. Quoi de plus normal, c’est la loi du marché.
              La loi du marché sans interventionnisme fort des états fait que les plus riches deviennent encore plus riches et les moins riches deviennent pauvres. C’est ce qui est la base du fonctionnement de l’Europe qui est le contraire d’une Europe sociale.
              Quant aux dirigeants, on sait qu’aujourd’hui on est élu par la force des médias et par le travail très bien rémunéré d’action sur les opinions publiques. C’est le MEDEF français et les héritiers de ceux qui combattirent le Front populaire et ses conquêtes sociales qui on fabriqué le président actuel qui s’est formé au plan politico-économique aux Etats Unis. Il en est de même an Allemagne, en Pologne, en Italie, et bien sûr au Royaume Uni qui est au cour du système. Les britanniques ont gardé la livre et spéculé contre l’euro, ils mènent la danse car le pillage des « bas de laine » populaires permettra l’enrichissement des mêmes profiteurs qui nous ont imposé un système économique fait pour pomper l’argent et la force de travail des moins riches.
              Espérons que l’Allemagne ne paiera pas. Formons des voeux pour l’implosion de l’Europe. Car aujourd’hui les peuples ne peuvent rien conquérir dans leur pays otage de l’Europe. Tout redeviendra possible si nous reprenons la maîtrise de notre monnaie et de notre destin. Et nous nous tournerons alors vers l’Amérique du Sud où un autre système est en train de naître.

              N’oublions pas une vérité de base : seul un pouvoir d’achat rééquilibré par des redistributions et de justes rétributions permet la consommation, le développement, et la prospérité économique.


              • Bernard Conte Bernard Conte 3 mai 2010 16:19

                Quelques réponses :
                1. je ne répondrai pas à l’accusation d’être à la solde de la finance internationale. Ceux qui connaissent un tant soit peu mes écrits savent qu’il s’agit de pure calomnie.

                2. La traduction concrète de l’ordolibéralisme est l’économie sociale de marché (ESM). En Allemagne, on peut distinguer 4 grandes périodes de mise en oeuvre de l’ESM
                1948 - 1966 mise en place de l’ESM avec Ludwig Ehrard
                1966 - 1982 dérive de l’ESM
                1982 - 1998 l’allemagne renoue avec les principes ordolibéraux fondateurs (Kohl)
                1998 - --- renforcement de l’ESM « purifiée » et élimination des dérives antérieures (restes de l’Etat-providence etc., signalé par Foufouille).

                3. La population a souffert, notamment les classes moyennes (que l’on veut euthanasier)... Mais les entreprises ont prospéré et ont pu continuer à poursuivre leur stratégie de domination européenne.

                4. je ne pense pas que la stratégie de l’Allemagne soit l’exemple à suivre.... si c’était le cas demandons aux français de faire un effort (pour être tranquille 10 à 15 ans ?) et d’accepter des niveaux de salaire et des conditions sociales similaires à celles du Viet-Nam par exemple.


                • titi 3 mai 2010 20:12

                  « et d’accepter des niveaux de salaire et des conditions sociales similaires à celles du Viet-Nam par exemple. »

                  Cette dernière remarque prouve votre mauvaise foi évidente.

                  En fait ce qui vraiment est déplorable avec l’Allemagne c’est que c’est le pays qui s’en sort mieux de zone euros. Et pas en « faisant du déficit », ou en le payant en monnaie de singe, ni en favorisant la consommation intérieure par une débauche d’allocations. Pas du tout.

                  C’est en augmentant le temps de travail, l’age de la retraite, etc... bref en prenant le contrepied de toutes les bonnes méthodes préconisées par certains.
                  C’est ca qui doit faire le plus mal...


                • foufouille foufouille 3 mai 2010 20:15

                  pour etre competitif avec le vietnam, il faut couter aussi peu qu’un vietnamien
                  avec le transport, etc


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 3 mai 2010 16:53

                  Très intéressant article qui illustre l’adage que la fourmi a un impérieux besoin de la cigale pour prospérer...


                  Il faut ajouter que les entreprises allemandes sont les championnes pour utiliser la main-d’oeuvre des compôsants ou éléments en sous-traitance ou par ses filiales, afin de revendre ses produits assemblés au prix fort en euro à ses partenaires dont la France.

                  Mais cette logique est à terme suicidaire ; l’Allemagne est en train de s’apercevoir qu’elle a aussi besoin de la Grèce, du Portugal , de l’Espagne et de la ...France ! Elle commence à comprendre qu’il faut qu’elle paie pour préserver ses intérêts à terme, y compris à court terme, ce qui est nouveau.

                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 3 mai 2010 17:25

                    ll faut ajouter que les entreprises allemandes sont les championnes pour utiliser la main-d’oeuvre des composants ou éléments en sous-traitance ou par ses filiales hors zone euro, afin de revendre ses produits assemblés au prix fort en euro à ses partenaires dans la zone euro dont la France.
                    Avec mes excuses pour cet oubli.

                  • frédéric lyon 3 mai 2010 17:57

                    L’auteur aurait sans doute mieux fait d’en rester à son domaine de prédilection : les économies de l’Afrique Noire !


                    Quant à l’Allemagne elle a fait clairement comprendre qu’elle ne paierait pas éternellement et surtout qu’elle ne paierait pas toute seule !

                    Avis aux épargnants : vos avoirs sont aujourd’hui libellés dans une monnaie qui bénéficie de la garantie en dernier ressort de l’Allemagne, il faudra veiller à conserver cette garantie à l’avenir, quoi qu’il arrive !!

                    Si l’Euro échoue, la Grèce ne sera pas le seul pays d’Europe à passer par la fenêtre !!

                    • Cicéror 3 mai 2010 18:00

                      C’est du grand n’importe quoi. Encore une fois ceux qui sont les premiers de la classe, ceux qui travaillent plus dur, les plus disciplinés et rigoureux qui sont les méchants.
                      Il ne s’agit pas de trouver un bouc émissaire mais de regarder la réalité en face, les bases de la crise sont, entre autres,
                      - la dérive financière, suite aux dérégulations, partout en général et aux USA en particulier.
                      - le manque de rigueur des politiques budgetaires et la vision à court terme.
                      - la mondialisation avec les multiples délocalisations
                      -


                      • Marc Bruxman 3 mai 2010 19:20

                        Les allemands veulent bien payer mais pas à fonds perdu. Le problème des pays d’europe du sud est un niveau de dépense publique excessif par rapport à leur économie. Une fois que cela sera remis à plat, ces pays pourront redevenir compétitif.

                        En clair, France, Espagne, Italie et autres ont intérêt à amorcer maintenant un plan de rigeur sous peine de se le voir imposer.

                        Parce que bon si jamais les allemands n’avaient pas payé, les grecs auraient fait faillite et auraient du s’imposer la rigeure par eux même. Qui dit défaut de paiement dit plus de crédit, dit rigeure immédiate et forcée.


                        • foufouille foufouille 3 mai 2010 20:13

                          autre solution
                          la guillotine !!!!!!!


                        • viva 3 mai 2010 20:18

                          Ce que dit l’auteur est tout à fait exact ; malheureusement personne pour me dire dans notre bon pays de France.

                          Les Allemand sont patriotes et défendent toujours leurs entreprises, ils défendent leurs industrie et s’accapare celle des autres

                          Qui à absorbé la plus belle entreprise Européenne ? je parle d’Airbus, totalement financé par le contribuable français et pourtant ce n’est plus en entreprise française .... mais Européenne et surtout Allemande.


                          • xray 3 mai 2010 20:57


                            L’Allemagne, sur qui le financement de l’Europe repose, risque de se sortir de l’Europe par le haut. Espérons que la France sera capable d’en faire autant. 

                            Aujourd’hui on nous parle d’un grave problème de finance avec la Grèce. 
                            À y regarder de plus près, il s’agit d’un faux problème. Un problème fabriqué de toute pièce. La Grèce n’est pas un cas unique. 
                            L’église Orthodoxe grecque, échappant à toute fiscalité, est devenu le plus grand propriétaire foncier en Grèce (pratiquement le seul). On ne compte pas aussi les dizaines de milliards investis sur les marchés boursiers. 

                            Hier on a oublié de nous parler du boulet Polonais. 
                            À peine intégrée à l’Europe, la Pologne a utilisé les 80 milliards d’euros de la dotation européenne pour acheter des avions militaires américains. « Il faut dire que les Polonais sont très riches. » 

                            Dans la foulée, la Pologne va utiliser « cette nouvelle liberté » pour interdire le droit à l’avortement. Cela ne peut qu’augmenter le niveau de vie des Polonais qui, dans la réalité, est l’un des plus modeste d’europe. 

                            Demain on passera sous silence que la Turquie dispose actuellement d’une quinzaine d’ogives nucléaires gracieusement offertes par les étasuniens dans le cadre de l’OTAN. 


                            L’EUROPE du Chaos 

                            Le problème n’est plus de « construire » l’Europe. Le problème est : « Comment se débarrasser de cette saloperie ? » 

                            On s’achemine vers une société européenne sans nom, sans repères matériels réels, gavée de mensonges, de drogue,  de religions. Une société entièrement soumise au totalitarisme religieux. 


                            Menteur comme un journaliste 
                            http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/05/03/menteur-comme-un-journaliste.html 



                            • jeanclaude 3 mai 2010 22:10

                              Article noté favorablement, car il s’appuie sur une argumentation chiffrée et détaillée. Même si c’est une liste unilatérale, elle a le mérite d’exister.
                              Le leader s’en tire toujours mieux que les suivants qui interagissent économiquement avec lui.
                              De toute façon dans tout ensemble économique inter-états régional, il y a un leader.
                              Que ce soit l’Allemagne ne me gène pas.

                              A savoir si pour solde de tout compte, elle est gagnante ou perdante, notre article, dans ses conclusions, sort de l’analyse objective. Si on faisait d’autres totaux, avec des items comme l’aide agricole, relevée par un intervenant, on pourrait arriver à d’autres conclusions.

                              L’Allemagne est avant tout industrielle par sa situation, son climat, sa géographie, son histoire. Par ses propres efforts.

                              En fin de compte elle va payer. En démocrate, BC peut comprendre que le citoyen allemand, en bonne fourmi, peut avoir légitimement un sentiment d’injustice à aider une cigale. D’autant plus que le dérapage ne s’est pas fait de manière soudaine ou imprévisible, mais en toute connaissance de cause, sur des années.


                              • fifilafiloche fifilafiloche 4 mai 2010 02:07

                                Belle théorie de...théoricien.


                                Ici, au Paraguay, je rencontre tous les jours de nouveaux aspirants allemands à l’expatriation. L’avenir dans leur pays leur semble totalement bouché.
                                Les salaires en 10 ans ont progressé moins que l’inflation et sont aujourd’hui inférieurs à la France
                                .Où se trouve donc la supposée richesse allemande ? Pourquoi le taux de chômage est il resté supérieur aux autres pays du Nord de l Europe alors que les exportations augmentaient ?

                                Monsieur Conté, savez vous compter ? oO

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès