Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’arnaque de l’Europe sociale du PS

L’arnaque de l’Europe sociale du PS

Mercredi, j’ai participé à un débat sur la chaine du Parlement Européen. Un débat intéressant sur lequel je souhaite revenir étant donné que Catherine Trautmann n’a cessé d’évoquer les positions protectrices que prendrait son parti, renaissant le mythe d’une Europe sociale.

Le mythe de l’Europe sociale
 
C’est le très bon livre de Vincent Coussedière qui rappelle que François Mitterrand disait en 1971 que « s’il est interdit d’envisager une Europe socialiste à court terme, à partie d’une France socialiste, l’évolution s’accélérera  ». Il est assez ironique de constater que 43 ans après, toute la campagne du Parti Socialiste pour les élections européennes pourrait être construite autour de ce postulat. Selon eux, l’Europe ne serait anti-sociale que parce qu’elle serait dirigée par une majorité de gouvernements de droite. Et si jamais les amis du PS devenaient majoritaires, alors le projet européen deviendrait enfin plus progressiste et protecteur pour les citoyens. On imagine déjà le slogan « Votez pour l’Europe sociale  ».
 
Mais qui pourrait gober de telles énormités, infirmées par tout ce qui s’est passé depuis des décennies ? C’était la promesse du PS lors de la campagne pour le traité de Maastricht. Depuis, l’UE n’a cessé d’aller dans la mauvaise direction. A la fin des années 1990, les partis de gauche étaient largement majoritaires en Europe et les traités qu’ils ont ratifiés n’avaient rien de social, certains ayant pour objectif affiché d’envoyer nos services publics français à la décharge (comme le montre la récente remise en cause par la Cour de Justice Européenne du statut de la Poste et de la SNCF), au mépris des utilisateurs et de ses salariés. Et il faut bien reconnaître que le PS a accepté tous les traités qui ont permis un affaiblissement ou une déconstruction de nos acquis sociaux, de l’Acte Unique à Lisbonne…
 
Grosses ficelles de communication

Le plus incroyable est que Catherine Trautmann a l’air sincère quand elle évoque les batailles que son groupe et elle auraient menées. Tout d’abord, il faut relativiser la place du Parlement dans le processus de décision, notamment sur les sujets aussi essentiels que les accords commerciaux ou la politique monétaire. De deux choses l’une, soit elle est sincère et il est stupéfiant que son expérience ne lui indique pas que la gauche n’a jamais su pousser l’UE dans une direction plus sociale et qu’au contraire, elle est en train de détruire patiemment mais méthodiquement de nombreuses conquêtes sociales de la plupart des pays. Soit elle joue la comédie, n’arrivant pas à assumer les conséquences de ses idées, au contraire de Pascal Lamy. Pourtant, la députée européenne socialiste avait l’air sincère...

Mais pour enfin défendre nos conquêtes sociales, il ne faudra pas faire dans la demi-mesure. Il faudra bruler cette Europe devenue complètement folle et antisociale. Il faudra quitter le piège de la monnaie unique, un délire qui consistait à penser que l’Allemagne et l’Espagne pouvaient avoir la même politique monétaire. Il faudra retirer toute autorité sur les négociations commerciales pour enfin se protéger, comme le font presque tous les pays du monde. Les Etats-Unis ont fermé leurs frontières aux pneus chinois quand l’Europe les a accueilli à bras ouverts : ils ont pris 10% du marché, les usines Goodyear et Continental ont fermé. L’UE est le béni oui-oui du commerce international, comme même des journalistes courageux de l’Expansion et l’Express le reconnaissent aujourd’hui. Et il faudra naturellement reprendre le contrôle des lois et des normes, trop souvent fixées dans l’intérêt des multinationales à Bruxelles.
 
Depuis plus de 40 ans, le PS et ses amis avancent la perspective d’une Europe plus sociale si on leur faisait confiance. La réalité est qu’ils ont accepté la construction d’une Europe profondément antisociale. C’est pourquoi il ne faudra pas croire ses promesses (tout comme celles de l’UMP).

Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 avril 2014 17:16

    Bonjour Laurent,

    L’utopie de pouvoir changer l’Europe

    Pour transformer l’ UE en Europe sociale, ce sont tous les Traités qu’il faut changer, puisque ceux-ci ont été mis au point dans l’intérêt du monde de la finance et des multinationales. Ce n’est pas juste quelques virgules à changer, ici ou là. Pour changer les Traités européens, il faut l’accord unanime des 28 pays en même temps. Pour renégocier les Traités, c’est l’article 443-3 IV, qui dit : ’’ Un seul État peut s’opposer à tout changement des Traités ’’.

    Depuis 20 ans, la construction européenne se fait toujours dans certains domaines (ceux qui favorisent les intérêts des grandes entreprises) et jamais dans d’autres domaines toujours remis à plus tard (ceux qui vont dans le sens de l’intérêt des citoyens-salariés-consommateurs). Ainsi, on a organisé une harmonisation financière et commerciale entre les pays, sans organiser une harmonisation équivalente de la fiscalité, des salaires, et des charges sociales.

    source


    • kimbabig 13 avril 2014 03:53

      Que ne ferait pas Démosthène pour sauver sa saloperie européenne : rien à en garder, on peut tout jeter, ce ne sera certainement pas une grosse perte. A la poubelle l’europe !

      La France n’a pas besoin de faire partie d’une organisation européenne.


    • kimbabig 13 avril 2014 04:11

      Par ailleurs, en droit international (l’union européenne est une organisation internationale, fait-il le rappeler), un pays signataire ne peut renier une partie d’un traité unilatéralement en espérant que les autres appliquent le reste du Traité.

      Il faut donc l’accord unanime des autres pays signataires d’un traité pour obtenir le droit de plus appliquer une partie du dit traité. D’ailleurs, les options de retrait se demandent en général à la signature, comme le Royaume-Uni et la Danemark l’ont fait pour la monnaie commune.

      Donc le retrait unilatéral d’une partie d’un traité, c’est une belle connerie.

      S’il est vrai que l’Allemagne viole ouvertement une partie d’un traité européen et que nos dirigeants s’obstinent quand même laisser notre pays, la France, dans la merde européenne, c’est qu’ils sont encore plus stupides, lâches et collabos qu’on le croyait, ce qui n’est pas peu dire. Car ce serait une raison en or pour dégager immédiatement le pays de la saleté européenne, sans attendre les 2 ans de préavis de l’article 50.


    • Pépé le Moco 11 avril 2014 20:19

      Les traités déjà ratifiés par les socialos européens ne sont rien au regard des compromis qu’ils sont entrain négocier avec les USA.
      Voir l’article sur l’Accord Partenariat Transatlantique ou TAFTA.

      Demain, les multinationales pourront porter plainte, devant un « tribunal » arbitral (identique à celui utilisé pour Tapie), contre les Etats pour faire respecter les normes du libre-échanges et obtenir d’importants dédommagements. Les Oui-ouistes de 2008 exultent ! Dont le Capitane de pédalots, aussi appelé Monsieur Bricolage.

      Aujourd’hui, la future rime c’est : « Européens têtes de chien, socialos têtes de veau »


      • France Europe République Fulbert de Chartres 11 avril 2014 21:06

        @Laurent, je suis moi-aussi à DLR, à lire mon article sur l’ami Lamy, le socialiste pourfendeur du smic... 


        • Jelena XCII 11 avril 2014 21:36

          ...... ... .... ... .... .... ......... !! ... ...... ........... ............. . ...

          ... ... .. ? .... ... ... ... .... .... ... ......... ? ........... ...... .....

          ...... ........ .... ... .... .... ....... ..................... .....

          @Copyright Agoravox


          • Remi 11 avril 2014 22:19

            « Sincère », Trautmann... ?
            Vous ne manquez pas d’humour...


            • steph bigorneau step by step 12 avril 2014 03:18

              @ Laurent, ce serait sympathique de répondre de temps en temps aux commentaires sur vos articles.
              Je suis bien d’accord avec votre analyses, il faut sortir de l’euro et de l’UE, je rajouterais aussi de l’Otan(pas uniquement de son commandement unifié.)
              Mais que faites vous encore à DLR, il y a quelques jours NDA, votre leader, a clairement déclaré qu’il n’était pas pour une sortie pure et simple de l’UE, mais pour une renégociation des traités.
              Ce qui est impossible sans l’unanimité des 27 autres états membres.

              Dans ce cadre là je vous invite à faire un tour sur le site de l’UPR et à lire la charte et le programme, qui eux sont clairs nets et précis.
              Si nous voulons sortir de l’UE en respectant les traités, article 50, c’est d’abord car ces traités nous lient et que la seule façon d’en sortir sans devoir payer des indemnités astronomique, c’est de les respecter.
              Pour plus de précisions (vidéo un peu moins récente 2013)
              http://www.youtube.com/watch?v=xioFphnmec0


              • Hervé Hum Hervé Hum 12 avril 2014 10:23

                Prenez n’importe quel VRP, peu importe le produit vendu, ce qui importe c’est d’avoir la bonne attitude pour vendre.... La sincérité ! 

                Bref, les politiciens sont devenus de simples VRP, chargés de vendre un produit et non plus de le fabriquer.


                • Hervé Hum Hervé Hum 12 avril 2014 11:37

                  Cher auteur, malheureusement, tout ceux qui prônent la sortie de l’euro et de l’UE, n’ont pas bien compris ce que cela implique... La révolution !


                  • BA 12 avril 2014 13:30

                    Bernard Maris vient de comprendre.

                     

                    L’économiste Bernard Maris vient de publier une chronique explosive dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo, mercredi 9 avril 2014, page 6 :

                     

                    "Je vire ma cuti.

                     

                    J’ai voté oui à Maastricht, oui au traité constitutionnel. Aujourd’hui, je pense qu’il faut quitter la zone euro."

                     

                    Lisez la suite à la page 6 de Charlie Hebdo.

                     

                    Bernard Maris dans Wikipedia :

                     

                    Diplômé de Sciences Po Toulouse en 1968, Bernard Maris obtient ensuite un doctorat en sciences économiques à l’université Toulouse-I en 1975 avec la thèse intitulée « La distribution personnelle des revenus : une approche théorique dans le cadre de la croissance équilibrée », préparée sous la direction de Jean Vincens.

                     

                    Maître-assistant (puis maître de conférences à partir de 1984) à l’université Toulouse-I, il devient professeur des universités par concours d’agrégation (science économique générale) en septembre 1994 à l’Institut d’études politiques de Toulouse.

                     

                    Il est actuellement professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII.

                     

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Maris


                    • zygzornifle zygzornifle 12 avril 2014 15:05

                      Le PS disparaîtra quand il n’y aura plus un seul euro à ratisser .....


                      • zygzornifle zygzornifle 12 avril 2014 15:07

                        L’Europe est présidé,gouverné par des politiques qui ont mis à mal leurs propres pays, comment voulez vous que cela change ?.....


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 avril 2014 08:08

                          Mr Pinsolle se garde bien d’expliquer comment il compte « brûler » cette Europe, et la remplacer par « une Europe des Nations » sans en sortir ?

                          Ni comment on « quitte » l’euro sans en sortir.

                          Le seul mot interdit de cité à DLR, c’est « sortir ». C’est le mot tabou.
                          Mais c’est aussi le point commun de tous les Partis européistes, qui nous servent des moutures d’ Autre Europe depuis 1979.

                          « Europe sociale », « Nouvelle Europe », Europe des peuples« Europe des Nations », « remise à plat des Traités, » Refondons l’Europe !« , » renégocions les Traités« .

                          Tout est bon pour ne jamais écrire les mots qui assurent le retour à la souveraineté :

                           »Sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, légalement, unilatéralement et définitivement par l’article 50."


                          • zygzornifle zygzornifle 14 avril 2014 11:17

                            L’alchimie inverse des socialistes : ils transforment l’or en plomb ...... 


                            • momo momo 17 avril 2014 09:53

                              Entre l’Europe de la Droite sociale et celle de la Gauche libérale, il n’y a pas plus de différence qu’entre un OUI en 2005 et une autre OUI en 2005. Je rappelle que les français ont voté NON aux 2, bande de cons !
                              Commencez déjà par respecter la Démocratie, tas d ’ordures ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès