Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Avenir de l’Europe passera par Athènes

L’Avenir de l’Europe passera par Athènes

 Ce qui se passe en Grèce depuis un an divise les Européens qui perçoivent cette tragédie hellénique de mille façons, selon les conseils d’un économiste, d’un politique, d’un journaliste, d’une femme/d'un homme de la rue ; encore faut-il diviser cette perception extrême ou lacunaire par celles de ces appariteurs de l’info en pro, anti-UE, sceptiques ou devins. 

 Mais au-delà du désir de s’informer et du ressenti il y a la réalité.

 Le 1er janvier 1981 la Grèce entre dans l’UE grâce à ses comptes truqués à sa demande par Goldman Sachs.

 Pas d’industrie hormis le tourisme, exportant peu donc avec une forte importation, celle-ci souffre d’une dégénérescence qui touche tous ses organes. De la tête de l’Etat à l’armateur, du fonctionnaire jusqu’au grec moyen, tous sont dans un système déliquescent : endettement, corruption, impôt inexistant, plus de 20% de fonctionnaires sur 5 millions d’actifs, pas de cadastre. 

 Cette affection permet aujourd’hui à Merkel/Sarkozy en guise de protection de lui imposer le supplice de Sisyphe. Dans l’Odyssée pour avoir défié les Dieux celui-ci fut condamné à pousser un rocher jusqu’en haut d’une colline et en redescendre aussitôt avec son fardeau dès qu’il en percevait le sommet. 

 Ainsi l’Europe afin de « l’aider » et sous conditions de prêt, par son couple idyllique franco-allemand impose à la Grèce un tel appauvrissement (-22% sur les salaires, -15% sur les retraites) qui, sans aucune possibilité de croissance avec 21% de chômage l’entraînera irrémédiablement par le fond.

 QUESTION : La prend-t-on pour un zoo humain afin de savoir ce qu'est le fond pour un pays ?

 On peut s’interroger sur la stabilité de ceux qui détiennent 80% de la dette, c’est-à-dire les banques/épargnants grecs ainsi que la toute puissante et hésitante Banque Centrale Européenne ; les autres créanciers chanceux sont le FMI/banques européennes. 

 Enfin et surtout il y a CEUX par qui le mal absolu arrive les Hedge Funds qui « font » de l’argent sur l’argent sans aucune autre déontologie que le profit puis les extrémistes de la Finance avec les "produits dérivés financiers" et ceux qui sous prétexte de se protéger, spéculent sur les assurances des pays emprunteurs en cas de non-paiement. Vicieux, certains parviennent à user de ce système « à nu » sans même détenir de dettes !Guerrier, le Parlement aurait voté une loi contre ceux-ci, les sinistres CDS.

 Autres grands spéculateurs les banques et compagnies d’assurance recyclant sans vergogne pertes et bénéfices.

 QUESTIONS : Qu’est-ce qui peut bien inspirer aujourd’hui l’Européen à croire encore à ce système ?

 Pour achever le mourant la pensée normative accuse le peuple grec d’avoir voté pour ceux qui les ont plongé dans ce marasme. Qui sait actuellement ce qui se passe au Parlement à Strasbourg, hormis ceux qui y siègent ?

 Y siégeant ou pas, malgré un contrôle de présence le salaire/indemnités d'un député est de plus de 12.455 euros/mois. Il y a peu un représentant allemand de la Comission européenne a estimé qu'en Grèce le salaire minimum de 863 euros était trop élevé ...

 L’Europe a créé un système technocratique axé sur l’Economie en pensant béatement que cela profiterait à sa population. Libéralisme, privatisations « afin de favoriser la concurrence », compétitivité et désindustrialisations, réglementations/subventions de l’agriculture profitant aux gros producteurs, même traitement appliqué à la pêche, la liste est trop longue pour être exhaustive afin d’étaler les maux qui la minent. Outre ces dégâts et le fait que rien ne l’empêchera de se transmettre à l'Italie, l’Espagne et le Portugal, la Dette et son égérie la Finance ont ainsi effacé les pans de murs et piliers qui ont bâti nos démocraties. 

 QUESTIONS : A quoi servent le Conseil, la Commission et le Parlement quand les dirigeants de l’Allemagne et de la France décident seuls du devenir de la Grèce ?Quand des solutions uniquement économiques sont appliquées sans consultation des citoyens ? Quelle direction démocratique prenons-nous quand dernièrement au Parlement d’Athènes afin de voter un énième plan de rigueur, 41 députés ont été exclus de leur parti ?Ou quand à Budapest une constitution restrictive sur le droit électoral, la justice, l'information et sur les Roms est votée et le nom de "république" y est effacé.

 QUESTION : L'UE aurait-elle créé sa propre vacuité ?

 Dans le cas où la Grèce s’exfiltre de l’Euro, celle-ci découvrira que le bonheur est ailleurs.

 Solidarité, égalité, entraide, enrichissement par les relations sociales, utilisation réseaux sociaux appliqués à tous et non à la seule communication, commerce équitable, écologie par la non-consommation, recherche d’une autosuffisance seront les bases qui permettront à ce pays exsangue de se relever et réinventer une société humaine.

 Pendant ce temps-là l’Homo Europeanus continuera à subir le Finanz-Diktat qui absorbe et digère tout ce qui ne génère pas de profits, afin de rendre les riches encore plus riches, les pauvres encore plus pauvres.

 Hellas*, Hellas, trois fois Hellas ...pour lui.

 

*Nom de la Grèce en grec moderne.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • epapel epapel 21 février 2012 14:47

    Ce qu’on oublie de dire c’est qu’entre 1999 et 2008 les salaires des fonctionnaires grecs ont doublé et ceux du privé ont augmenté de 30%, le tout avec une croissante du PIB de 30% sur la période.

    Le secteur public étant pléthorique : 40% du PIB pour 25% des travailleurs (20% en France) ceci explique la faillite de l’État grec et la nécessité de réduire drastiquement le nombre et les salaires de ce secteur.


    • Aldous Aldous 21 février 2012 15:04

      Et l’écoute de la vie à lui aussi explose selon la même courbe. 

      D’ou sortez vous ces 40% ?
      Contrairement à ce que vous laissez entendre, il y a eu une restructuration de la fonction publique.

      De très nombreuses écoles de villages ont été fermées, selon les méthodes employées partout en europe, ce qui oblige les enfants ruraux à faire quotidiennement des dizaines de km pour se rendre à l’école restante.

      Ce qui explique la faillite de l’état grec se sont les milliards de contrats publics en faveur de gros industriels européens à coup de pots de vin comme l’a révélée l’affaire Siemens dont vous ne pipez mot.

      Mauvaise foi quand tu nous tiens !

    • epapel epapel 21 février 2012 16:32

      Les grecs consomment plus que ce qu’ils produisent, c’est ça le fond du problème.


    • Aldous Aldous 21 février 2012 20:27

      Plus en quoi ?


      Temps ? Argent ? Infrastructures ? 

      Vous vous produisez plus de préjugés qu’on ne peut consommer. Ca va vous rester sur les bras !


    • epapel epapel 21 février 2012 14:57

      La Grèce c’est aussi un PIB de 340 milliards pour un déficit commercial de 70 milliards (le même que la France) c’est à dire que les grecs produisent 1 et consomment 1,2, comme forcément ça ne peut pas durer il n’y a que deux solutions :
      1) ils produisent 20% de plus pour maintenir leur niveau de vie
      2) ils réduisent leur niveau de vie de 20%

      Or 1) est impossible car la durée annuelle du travail en Grèce est de 2200 h/an, et qu’on ne peut pas augmenter la productivité par un coup de baguette magique, par conséquent 2) est inéluctable.


      • Aldous Aldous 21 février 2012 15:09

        On peut par contre arrêter de passer des commandes à Eiffage, Krupp, Dassault, Siemens, Bouygues, MAN, moyennant des prêts de SoGen, BNP etc.


        La corruption ce n’est pas inéluctable.

        Le productivisme on s’en fout, le but de la société n’est pas de produire toujours plus pour enrichir les ploutocrates.

        C’est pour ne s’être pas alignée sur le modèle Noé-esclavagiste occidentale que la Grèce a été mis à terre par les tueurs économiques via la corruption et la dette.





      • epapel epapel 21 février 2012 16:30

        Exact, les grecs se sont contentés d’emprunter massivement à faible taux grâce à l’euro.

        Et vous oubliez le doublement des salaires des fonctionnaires en 10 ans.


      • Aldous Aldous 21 février 2012 20:28

        Je vais vous révéler un grand secret des mathématiques : doubler ça veux rien dire, ça dépend du chiffre.

        Deux fois zéro, c’est toujours zéro !



      • epapel epapel 21 février 2012 15:04

        « Dans le cas où la Grèce s’exfiltre de l’Euro, celle-ci découvrira que le bonheur est ailleurs. »

        C’est une manière effectivement efficace d’augmenter la compétitivité par la dévaluation mais qui se traduira par une baisse du niveau de vie suite au renchérissement des biens de consommation importés que la Grèce ne produit pas (automobile, électronique, habillement,...).

        La méthode actuelle qui est totalement équivalente en termes de résultats est de baisser les salaires.

        La différence entre les deux c’est qu’on ne peut pas manifester contre l’augmentation des produits importés tandis qu’on peut le faire contre la baisse des salaires.


        • Aldous Aldous 21 février 2012 15:22
          Les grecs n’hésiteraient pas une seconde : leur devise c’est la liberté ou la mort.

          À  pieds, à poil et sans iPad, on a plus de dignité quand on est libre que en caisse, en Gucci et avec un iPad mais couvert de dettes et sous tutelle politique.

          Si vous pensez que le citoyen grec est à ce point corrompu par le consumérisme qu’il se laissera ôter toute liberté politique pour conserver la capacité d’importer des biens vous vous mettez le doigt dans l’oeil.

          D’ailleurs, importer pour acheter quoi ? Les retraite et les salaires sont tronqués, les taxes explosent.

          Les grecs ne consommen t déjà plus que ce qui est vital





        • epapel epapel 21 février 2012 16:27

          Pourquoi ils manifestent alors, si ce n’est pour toucher plus donc pour consommer plus.

          Sinon, qu’ils sortent de l’euro et ils s’apercevront très vite que ça ne changera rien pour eux si ce n’est pire, le problème c’est que dans leur cas il n’y aura pas de retour possible.

          Ils peuvent sortir de l’UE aussi et se retrouver seuls face à leurs amis turcs, mieux on fera rentrer les turcs dans l’UE pour remplacer les grecs.


        • Aldous Aldous 21 février 2012 20:29

          Faites, faites...


        • xray 21 février 2012 15:26


          Avant l’euro, l’Italie et la Grèce n’avaient pas besoin d’aide. 

          Le piège européen

          De droite comme de gauche, les élus politiques sont au seul service du capital de la Dette publique. Ils sont aux ordres de l’axe CIA-VATICAN. Ils n’ont pas de compte à rendre aux Européens. 

          SARKOZY et MERKEL n’ont aucune compétence pour intervenir dans la situation monétaire européenne actuelle. Ils font le contraire de la logique. 

          Depuis des mois, ils s’acharnent à renflouer les banques à coups de milliards d’euros (Comme on essaie de remplir un puits sans fond). 

          Ces milliards vont alimenter les marchés boursiers (argent mort).  Naturellement,  on demande ensuite à l’économie active de rembourser (Avec des chiffres monétaires qui n’existent pas). 

          Ce que les journalistes vendus à la finance nous cachent, c’est que l’Islande s’est sorti en rien de temps de cette situation. Il aura suffi à l’Islande de laissé s’effondrer les banques parasites. 

          Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
          http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

          Le capital de la Dette publique 

          La Taxe Tobin  (Le face à face de l’économie active et des marchés boursiers) 


          • dom y loulou dom y loulou 22 février 2012 13:22

            « ... les Européens qui perçoivent cette tragédie hellénique de mille façons, selon les conseils d’un économiste, d’un politique, d’un journaliste, d’une femme/d’un homme de la rue... »


            hahaha

            les « chèvres » n’ont pas de cerveau ni de coeur voyez-vous, ils sont toujours manipulés et ne pensent jamais par eux-mêmes... mais voui

            vous avez fait ma journée là

            on se demande comment vous pouvez entretenir de telles croyances

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès