Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Espagne tangue entre sauvetage bancaire et sauvagerie sociale (...)

L’Espagne tangue entre sauvetage bancaire et sauvagerie sociale #recortes

Le déclin de l’économie se poursuit en Espagne. Depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2007, le bilan des catastrophes économiques et sociales ne cesse de s’allonger. Faillites en cascade et chômage à 24.7%. Dont plus de 50% des moins de 25 ans. Endettement démesurés des ménages (218% du PIB en juin 2012). Dégradation générale de la solvabilité et augmentation des impayés. Saisies immobilières et expulsions.

De la crise immobilière à la crise bancaire

 Après les deux précédentes vagues de refinancement du secteur bancaire, suscitées par l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, l’Espagne a été contraite de demander l’aide de ses partenaires européens pour refinancer une troisième fois son secteur bancaire. Le besoin immédiat des deux banques sous tutelles (CatalunyaCaixa et Novagalicia) et de la banque récemment nationalisée (Bankia) s’élève à plus de 30 Milliards d’euros.

Les ménages endettés et précarisés ne parviennent plus à rembourser leurs dettes. La crise immobilière s’est vite transformée en crise bancaire. Les banques détenant à l’actif de leur bilan des biens immobiliers hypothéqués, qui ont perdu la moitié de leur valeur. C’est tout le paradoxe de la situation. L’Etat finance les pertes du secteur bancaire alors qu’il coupe les vivres à ses administrés. Notons également que les fonds destinés à recapitaliser le secteur bancaire espagnol devraient provenir du FESF ou du MES, alors même que l’Espagne n’a pas encore versé sa part au-dit fond. Ce plan de sauvetage ne sera pas assorti de mesures d’ajustement structurels comme ce fût le cas pour la Grèce, le Portugal ou l’Irlande, mais il s’accompagnera néanmoins d’une surveillance rapprochée du Fond Monétaire International.

La récente faillite de Bankia- quatrième banque à l’échelle nationale – illustre parfaitement les dérives du secteur. La démission de son Président, Rodrigo Rato et le remplacement du gouverneur de la Banque d’Espagne, Miguel Angel Fernandez Ordonez, coïncident avec leur mise en cause et les accusations de corruption dont ils font l’objet. Le parquet anti-corruption a récemment ouvert une enquête sur la création de la banque et sur son entrée en Bourse, en juillet 2011. Le dégonflement forcé de son bilan et des pertes affichées de plus de trois milliards d’euros ont en effet donné un coup d’accélérateur à la dégradation de l’économie espagnole. Le 9 juin dernier, le FMI estimait le besoin de recapitalisation des banques espagnoles à 40 Md d’euros. Estimation que Madame Lagarde a doublée (entre 60 et 80 Md d’euros) pour je cite rassurer les marchés.

Durant les années qui ont précédé le crash immobilier, les promoteurs immobiliers produisaient autant de nouvelles constructions que la France, l’Italie et l’Allemagne réunis. Plus de 750.000 logements en 2007. Bien que moins importante que la moyenne européenne, la dette publique espagnole est aujourd’hui évaluée à 68% du PIB. Et elle s’élevait à 36% du PIB avant l’éclatement de la bulle immobilière. Le secteur de la construction employait plus de 12% de la population active avant que le château de carte ne s’effondre et qu’un pan entier de l’économie ne disparaisse. Le chômage a donc explosé, passant ainsi de 7,8% en juillet 2007 à 24,7% en avril 2012.

Et dire que l’économie espagnole était l’exemple à suivre des commentateurs il y a encore 5 ans. Il y a de quoi se poser des questions sur leurs compétences. La majorité des économistes vantaient les mérites d’une économie espagnole capable d’afficher des taux de croissance remarquables. On s’aperçoit aujourd’hui que la spéculation immobilière et la course aveugle à l’hypothèque ont artifiellement gonflé la croissance espagnole pendant des années.

La solvabilité de l’Espagne inquiète toujours les marchés privés. Bel et bien en récession depuis début 2012 comme l’a communiqué la Banque d’Espagne fin mai, les politiques d’austérité menées par le gouvernement à la manœuvre et par son prédécesseur ont eu pour effet de contracter les recettes plus vite que les dépenses publiques, aggravant ainsi la récession qui mine la société espagnole.

Loin d’arriver à rassurer les marchés sur sa capacité à remplir ses engagements, ces derniers lui imposent des taux d’intérêt insoutenables. Le spread (prime de risque), à savoir l’écart entre les taux payés par l’Etat allemand et les autres Etats de la zone euro, dépasse les 5%, aboutissant ainsi à l’impossibilité des banques à financer l’économie espagnole.

Le processus d’assainissement des banques espagnoles n’en est pas un. Il ne s’agit que d’un renflouement additionnel, dont la facture sera bien évidemment présenté aux contribuables espagnols, quoiqu’en disent Monsieur Rajoy. En effet, ce que le gouvernement a omis de dire, c’est que les fonds destinés à renflouer les banques espagnoles proviendront du FESF et du MES, eux-mêmes financés par les contribuables européens et donc les contribuables espagnols. Affirmer que ce seront les banques qui paieront la casse est tout simplement un mensonge grossier.

Les autorités régionales, elles aussi, sont confrontées aux mesures d’austérité. Les grands projets d’unfrastructures (port, gare, aéroport) et le krash immobilier les a mis à mal. L’irresponsabilité de certains Président de région est montrée du doigt par le gouvernement qui se comporte avec elles comme l’Europe se comporte avec les Etats membres récalcitrants, il les met sous tutelle.

De l’austérité à la répression

La réforme du code pénal (lire Génération 15M - LGE, mai 2012) proposée par le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Jorge Fernandez Diaz, semble bel et bien être indispensable pour que la population espagnole accepte les mesures d’austérité. L’évolution de la répression étatique et les récentes dénonciations du premier syndicat de la police n’est pas sans rappeler les heures sombres de la dictature franquiste. Difficile de ne pas s’en apercevoir, tant les derniers évènements en sont une illustration frappante. Car en effet, l’Espagne est actuellement le théâtre d’une contestation populaire importante. Et bien que le pays n’en soit qu’à sa première demande d’aide à la Troïka – officialisée récemment – le spectre de la Grèce est bien présent dans les esprits des citoyens espagnols qui descendent dans les rues depuis plus d’un an.

Révoltés par les promesses électorales non tenues du Premier Ministre Rajoy et face à la diminution de la subvention industrielle aux mines du nord de l’Espagne de deux tiers (de 300 à 111 millions d’euros) – ce qui remets en cause leurs moyens de subsistance et a fortiori ceux de leurs villages et de leurs communautés, qui dépendent essentiellement de ces subventions - les mineurs d’Asturies ont entamé une grève illimitée depuis le 28 mai dernier (lire La lucha de los minores, lucha de todos - LGE, juin 2012). D’après leurs estimations, ces coupures menaceraient plus de 30.000 emplois dans la région.

Ils se sont enfermés pendant des semaines à 500m sous terre, pour dénoncer les 63% de coupures budgétaires appliquées en l’espace d’une année par le gouvernement dans le secteur du charbon. Soutenus par leurs proches, leurs villages et une partie de la population espagnole, ils n’en ont pas démordu. Pour faire entendre leur voix, ils ont même barrer des autoroutes et résister aux assauts successifs des forces de l’ordre. Durant ces quelques semaines, ils ont véritablement mené une résistance organisée et déterminée.

Afin de nourrir quelque peu votre curiosité et d’étendre votre compréhension du contexte historique de la communauté autonome des Asturies, vous pouvez lire cet article : 1934 : L’insurrection des Asturies.

Voici quelques images de la résistance des mineurs et des affrontements avec les forces de l’ordre :

Au début du mois de juin – dans la foulée des rassemblements anniversaires du mouvement 15M du 12 mai dernier – le projet de faire converger à Madrid des marches citoyennes parties des quatre coins de l’Espagne a vu le jour, inspirant de nombreuses initiatives. Sur les cinq colonnes de marcheurs dont l’arrivée est prévue le 21 juillet prochain, une est arrivée à Madrid ce mardi 10 juillet. C’est la Marcha Negra ou la Marcha Minera, la Marche des Mineurs, bien décidés à frapper à la porte du Congrès et des élus qui depuis Madrid, spéculent sur leur avenir et celui de leurs enfants.

Les différentes marches

La Marche des mineurs, la Marcha Negra, partie des Asturies, était composée de plus ou moins 200 marcheurs. La Marche pour la Dignité, partie de Barcelone, la Marche Populaire Indignée, partie de Cadix et Malaga en Andalousie, la Marche de la Colonne Est, issue de la province de Valencia et la Marche de la Colonne Nord-Ouest, originaire de Galice, ont prévu de converger à Madrid simultanément.

Voici quelques images de l’arrivée de la Marcha Negra (Marche des mineurs) à Madrid, le soir du 10 juillet, après quelque 400 km de marche à travers la péninsule. Partie d’Asturie, León, Palencia et Teruel, pour revendiquer leurs droits à la dignité, à la préservation de leur travail, et au-delà d’eux-mêmes et de leurs régions, les droits de tous les citoyens. On peut entendre des personnes présentes scander « C’est notre sélection !« , faisant allusion au blackout médiatique dont ils font l’objet, alors que toute l’attention des médias est concentrée sur l’équipe nationale de football, qui a récemment remporté la Coupe d’Europe.
 

Ces images-ci ont été prises sur la célèbre Gran Via de la capitale espagnole, le soir du 10 juillet également :
 

Alors que l’arrivée des marcheurs à Madrid s’est déroulée dans une ambiance conviviale et riche en émotion, la manifestation de soutien qui y a eu lieu ce 11 juillet a été violemment réprimée par les forces de l’ordre. Les dizaines de milliers de citoyens qui se sont mobilisés ce 11 juillet étaient là pour dénoncer les nouvelles coupures annoncées par Mariano Rajoy, qui vient aussi de décider l’augmentation de 3 points du taux de TVA. En outre, il a également annoncé des coupures budgétaires de plus de 65 milliards d’euros endéans les 2 années et demi à venir. Des mesures qui s’ajoutent à la longue liste de promesses électorales non tenues.

Dès le début de l’après midi, la police a divisé le cortège des manifestants en deux. Les charges répressives (flash-balls, matraques, etc.) provoquant rapidement des échauffourées dans les rues de la capitale.

Un appel a ensuite été lancé par les manifestants pour se diriger vers le Parlement. Ils ont rapidement été encerclés par un groupe d’agents de la police spéciale, dont la mission consistait à empêcher toute manifestation et toute concentration d’individus. Sur les réseaux sociaux, de nombreux appels aux rassemblements sur toutes les places d’Espagne sont lancés. Tous y sont conviés, chômeurs, étudiants, mouvements sociaux, syndicats, travailleurs, enseignants, etc.

AudioviSol, SpanishrevolutionTV et Acampada Barcelona assurent une couverture citoyenne des évènements. De nombreux streamers sont également sur place. Nul doute que d’innombrables autres images de la sauvagerie policière seront publiées dans les heures, les jours et les semaines qui suivent. Au niveau des médias traditionnels, seul la chaine de télévision Russia Today (RT) semble relayer les informations depuis le terrain. Les arrestations, les matraques, les flash-balls et le gaz lacrymogène sont aujourd’hui devenus les outils de communications privilégiés d’une classe politique européenne en voix de décomposition.

L’émotion générée par les violences policières peut avoir des conséquences totalement opposées sur la politique gouvernementale ; cela peut sensibiliser l’opinion jusqu’à permettre de faire pression sur le gouvernement, tout comme cela peut bénéficier à l’idéologie du pouvoir en place. En ce sens que les appels à la radicalisation et les violences éventuelles peuvent servir de prétexte au gouvernement Rajoy pour durcir la répression et parvenir à faire passer la réforme du code pénal auprès de l’opinion publique, elle-même victime de la désinformation et de l’absence quasi totale de couverture médiatique.

A l’heure où ces lignes sont écrites, il y a encore énormément de monde dans les rues de Madrid. La tension est toujours présente et les citoyens semblent déterminés à poursuivre leur mobilisation. Les quatre autres Marches arriveront aux portes de la capitale d’ici une dizaine de jours. Dix jours de réflexions, dix jours d’entraide et de préparation, pour lutter contre cette cascade de sauvetages bancaires démocratiquement illégitimes, qui n’ont d’autres effets que de révéler au grand jour la politique menée par la Troïka. Une politique qui ne donne pas son nom, mais qui jour après jour se dévoile. Cette politique, nous la connaissons ou alors nous avons appris à la connaître, c’est la politique de la sauvagerie sociale.

A 23h, le 11 juillet, Plaza de la Puerta del Sol, à Madrid :


Chaine de retransmission en direct et différé depuis Madrid par Suysulucha

Par Badi Baltazar et Ben Borges

Plus d'info ICI


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Yvance77 12 juillet 2012 05:49

    Salut,

    Très bons billet. Je crois que nous y sommes presque... si cela ne vole pas en éclat désormais, c’est que ce sera perdu... enfin pas pour tous.
    L’été sera chaud qu’ils disaient... c’est fort possible désormais... car il n’est plus possible de vivre à leurs conditions - j’entends par celles venant de ces gens de la finance - car elles étranglent peu à peu toutes les familles qui finissent à bout de souffle dans la rue.

    Dès lors la révolte est normale, et la seule possibilité. Face à toutes les incompétences mises en place, les décideurs continuent avec toujours les mêmes idiotes recettes, or c’est de changer de modèle qui s’impose dorénavant. Par la force et la révolte cela finira... c’était écrit.

    Je pense à ces flics qui se mettent en travers... eux ils n’ont pas dans leurs familles des gens en souffrance... et ils continuent de soutenir l’inacceptable !

    Cela ne peut que mal finir... mais c’est de notre survie dont-il s’agit aussi faudra bien se retrousser les manches et se battre.

    Tout mon soutien aux Grecs, Espagnols, Roumains, Irlandais... alors Français bientôt ce sera votre tour... n’ayez pas peur de faire le ménage... eux par contre doivent commencer à se faire du mouron, nos chers dirigeants de l’oligarchie financière !


    • lemouton lemouton 15 juillet 2012 23:06

      « ...Je pense à ces flics qui se mettent en travers... eux ils n’ont pas dans leurs familles des gens en souffrance... et ils continuent de soutenir l’inacceptable !... »


      non Yvance, sous leur casque y a un cerveau, enfin du moins je crois pour la majorité d’entre eux..

      et leur acceptation de l’inacceptable peut s’évaporer comme rosée du matin... Alt 14 Alt 13



    • Leo Le Sage 12 juillet 2012 06:32

      @auteur

      HORS SUJET :

      J’aimerais connaître la suite sur l’affaire JP Petit...
      [Question soulevé par Isga]

      Merci

      Cordialement

      Leo Le Sage


      • CHIMERE 13 juillet 2012 15:56

        @ leo le sage,


        Mon cher leo, comment vous dire...je ne parviens pas à suivre le fil de votre réflexion...
        Que vient faire ce commentaire à cet article... ?

        ne vous connaissant pas,et cherchant à vous comprendre,plus par compassion que par intérêt intellectuel,j’ai consulté votre fiche d’auteur,qui dit cela :

        « 
        Leo Le SagePersonne intéressée par tout, et particulièrement, par la vraie Justice, je ne suis pas enclin à discuter en vaines paroles. 
        J’aime trouver des solutions sur des analyses complexes sachant que le commun des mortels n’aime pas la complexité source possible d’égarement. 
        Sur Agoravox on n’aime pas les élites mais ce sont toujours eux qui dirigent ce monde en bien ou en mal. 
        L’élite ne doit pas toujours imposer mais doit proposer quitte à s’exposer... 
        J’ai le malheur de faire partie de cette minorité tant décriée injustement.
         »mea culpa«  
        Leo Le Sage a pour crédo »prompt à plusser, lent à moinsser
        NB : je suis ni de droite ni de gauche ! 

        PS : Si vous trouvez des fautes ou des propos gênants n’hésitez pas à m’informer dans les plus brefs délais...

        Reposez vous quelques temps,cher leo....vous en avez besoin,vous êtes incompréhensible,vous êtes confus,voire déconstruit....

      • pens4sy pensesy 12 juillet 2012 06:38

        Les français dans leur majorité croient encore qu’ils vont passer a travers les gouttes de la récession sous le joli parapluie de Hollande, Ayrault et Moscovici, les 3 grâces (crasses ?) aux ordres de l’Europe et des US.
        Ils ne sont pas encore murs pour la révolution contre les banksters, ils espèrent encore que les autoproclamés socialistes vont faire ce qu’il faut pour les sortir de la merde qui les entoure et qui monte sans qu’ils la voient.

        Les français se trompent lourdement. Hollande suit la droite ligne de Merkel, il bourre le mou des français qui préfèrent une politique pétainiste au courage de la lutte légitime contre les vautours des banques, des technocrates européens et des vampires zuniens.

        Comme l’autruche, ils ne veulent rien voir. Ils ont élu un parlement qui dit oui a la dictature européenne (MES) en espérant survivre sans honneur ni liberté.

        Les espagnols ont du courage. Des moutons français, il ne faut rien attendre,

        Sarko était une hyène (charognard) , Hollande est un putois (chasseur de grenouilles).
        Les deux puent tes fort.


        • Micka FRENCH Micka FRENCH 12 juillet 2012 08:18

          De l’Ecossaise...

          Le Français n’a aucune culture historique, je dirais aucune culture tout court pour cause d’Ecole amputée depuis JOSPIN.
          Il s’est laissé berner et enfumer par la FAUSSE GAUCHE de Hollande pour virer le petit dictateur précédent.

          Juste retour de bâton....

          Mica FRENCH sur le Web...


        • lsga lsga 12 juillet 2012 14:04

          tiens, moi aussi je vais m’auto-citer ^^


          Depuis quand être de gauche veut dire attendre d’avoir des budgets de l’Etat pour faire quelque chose ? L’Islam radicale envahit les cités, l’extrême droite envahit le pays. 

          A ce que je sache, nos alleux ouvriers et mineurs qui constituèrent les premiers noyaux de la lutte ouvrière prenaient sur leurs maigres salaires pour financer leurs activités révolutionnaires. Qu’attendent les profs soit disant de ’gauche’ pour prendre 200€ ou 300€ par mois sur leurs salaires de 2000€ - 2500€ pour financer les structures qui permettrons d’éveiller la conscience de classe de leurs élèves ? Les Salafistes, eux, n’hésitent pas. Ils se cotisent, lève un impôt islamiste sur les petits commerçants, créé des mosquées, établissent les bases d’un enseignement populaire, aident les familles qui en ont besoin, les soutiennent dans leurs problèmes administratif. 

          Tout ce que faisait le Parti Communiste dans les années 70, aujourd’hui ce sont les Islamistes qui le font. Vous qui êtes censé être matérialistes, cela vous étonne-t-il donc que l’Islam ai remplacé le Marxisme dans le coeur de vos élèves ? 

        • Micka FRENCH Micka FRENCH 12 juillet 2012 15:16

          De l’Ecossaise...

          Je n’ai RIEN COMPRIS au message de ce type.
          Il parle de quoi ? EN quelle langue ?

          Micka FRENCH sur le Web...
          http://Mickafrench.unblog.fr


        • Micka FRENCH Micka FRENCH 12 juillet 2012 08:13

          De l’Ecossaise...

          Les Espagnols paient la pollution côtière irrévesible due au mur de la honte qui jonche la côte méditerranéenne de la Costa Dorada à la Costa Brava, ou la destruction de la moitié de la ville de Barcelone pour cause de jeux olympiques idiots.

          C’est de bonne guerre...

          Micka FRENCH
          http://Mickafrench.unblog.fr


          • Croa Croa 12 juillet 2012 13:40

            Et coté atlantique il y a leur merde qui atterri sur les plages aquitaines : Qu’ils payent ça... Oui,

            Bien fait pour eux ! smiley


          • lsga lsga 12 juillet 2012 14:06

            pour une soi-disant écossaise : tu es anglaise ? 


            La Catalogne n’est pas l’Espagne. 
            La Catalogne a une activité industrielle & touristique, c’est ce qui fait qu’elle a encore la tête hors de l’eau. 

          • Micka FRENCH Micka FRENCH 12 juillet 2012 15:19

            De l’Ecossaise...

            La Catalogne est l’Espagne.
            L’Ecosse est (hélas) l’United Kingdom....... (hélas depuis plus de 800 ans avec l’Irleand...

            Je pense que vous n’avez pas tout compris avec les « régions autonomes »..........

            Micka FRENCH sur le Web...


          • lsga lsga 12 juillet 2012 18:48

            je crois que vous n’avez pas bien compris le mouvement indépendantiste et ses conséquences :


            ça devrait te plaire toi le souverainiste, la gauche Abertzale :



          • lsga lsga 12 juillet 2012 21:07

            les seuls à avoir jamais vraiment défendu la patrie, c’est l’Extrême Gauche. 

            Batasuna aux Pays Basques, la Résistance en France. 

            Toi, tu t’acoquines avec les mecs du Front National, le parti de ceux qui ont trahi la France quand elle était envahie par l’ennemi. 

            Alors oui, c’est vrai, il n’y a plus de véritable Extrême Gauche en France, et encore moins une Extrême Gauche Patriote. Si les idéalistes en manque de patrie dans ton genre son en dérive, je considère que c’est à cause de la médiocrité petite bourgeoise des militants français de Gauche. 

            Toutefois, cela n’excuse pas ta collaboration avec les ennemis de la France. Les De Villiers, les Pasqua, les Asselineau, les Lepen : toute cette racaille issue de l’Action Française corromps le sens même de Nation.

            Commence par arrêter de cracher sur les métèques, et comprends que ce sont eux et les communistes qui prendront les armes pour défendre la patrie quand elle sera en danger (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui) ; pendant que les Asselineau&co accepteront des postes de responsables de l’Intelligence Economique offert par l’occupant. 

          • katakakito 12 juillet 2012 09:33

            Merci pour cet article, ces images et ces adresses car ce dont on a vraiment besoin c’est de liens qui nous montrent ce qui se passe.
            Quand on cherche dans les sites Internet de la « presse papier » (toilette) on ne trouve pratiquement rien. Il faut vraiment chercher. Faites l’expérience.

            En Grèce les ministres démissionnent.
            En France notre gouvernement a déjà démissionné et fait où on lui dit de faire
            .


            • Gabriel Gabriel 12 juillet 2012 10:03

              Un seul remède face à ces bandits de la politique et de la finance, la solidarité citoyenne.


              • ALasverne ALasverne 12 juillet 2012 10:21

                Bonne perspective sur ce conflit.
                Le titre, à mon avis, induit un peu en erreur, car on a tendance à penser que la « sauvagerie sociale » est le fait des mineurs et autres manifestants.


                • Katouch53 12 juillet 2012 10:39

                  Nous devons soutenir les mineurs des Asturies et les Espagnols, les Grecs, les Portugais car bientôt ce sera chez nous en France. 


                  Nous devons faire trembler les institutions du MES et autres fumisteries, nous devons faire tomber cette Europe oligarchique et revenir aux fondamentaux et ... surtout sortir les banques par la peau du cul de notre paysage. 

                  Vivent les mineurs des Asturies !!

                  • lsga lsga 12 juillet 2012 11:10

                    Vous avez oublié ces images là, des millions de personnes dans la rue :


                    impressionnant hein ? ça c’est de la capacité de mobilisation....

                    Sinon, l’Extrême Gauche a remporté la victoire au Pays Basques, mais bon, ça n’a l’air de n’intéresser personnes. 

                    Quand l’Espagne va exploser, que l’Etatisme madrilène va s’effondrer, et que les provinces dont le salariat a su organiser la production vont prendre leur indépendance, ça va faire tout drôle à tout ceux qui confondait Communisme et Jacobinisme. 

                    • lsga lsga 12 juillet 2012 12:47

                      pour un mec partisan d’un courant politique (le souverainisme) qui a tellement de mal à exister à droite qu’ils sont obligés de se la jouer ’ni de gauche ni de droite’ et qui n’a même pas été foutu d’avoir ses 500 signatures.... je te trouve bien arrogant. 


                    • lsga lsga 12 juillet 2012 18:44

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Nationalismes_en_France#H.C3.A9t.C3.A9rog.C3.A9n.C3.A9it.C3.A9_des_mouvements_nationalistes


                      Du Front National au MPF, c’est vrai qu’on se demande pourquoi on vous associe ensemble

                       smiley 

                    • lsga lsga 12 juillet 2012 20:58

                      Si je devais m’inscrire malgré tout dans ce modèle, je me porterais certainement à gauche. Même si ça te semble impensable d’être souverainiste et avoir des idées portant à gauche, c’est pourtant la vérité.

                      alors, cela ne me parait pas impensable :

                      Mais une chose est sûr, c’est que les courants souverainistes français sont de droite, voir d’extrême droite (De Villiers, c’était ton héros avant, c ça ? ). Tant qu’à toi, les propos que tu tiens sont souvent franchement limites. De plus, tu sembles ne rien comprendre aux concepts de Lutte des Classes, Conscience de Classe, Salariat, Oligarchie, Coopérativisme, Mutualisme, Auti-Gestion, de Syndicats, ... Bref, tu ne comprends rien à la Force Productive et aux Modes de Production (en même temps, la gauche française non plus, il y a qu’à regarder les articles wikipedia pour s’en convaincre...)

                      Tu fais partie des pires idéalistes, persuadé que changer un symbole sur un bout de papier va permettre de changer la réalité. Tu fais partie des pires réactionnaires, persuadé qu’il faut retourner à la 5ème République. Tu attaques systématiquement la gauche. Tu défends régulièrement le Front National...

                      ça suffit ou j’en rajoute ? 


                    • lsga lsga 12 juillet 2012 23:42

                      ton obsessions des partis politique est lamentable. 

                      hey : l’élection présidentielle c’est fini. 

                      Oui le PS est un parti Sociodem qui va amuser la galerie avec 2 - 3 lois sociétales. C’est peu de chose, mais je préfère quand même des personnes qui légalisent l’homosexualité parentale plutôt que des oligarques qui tiennent un discours haineux envers les immigrés.

                      Tu ne perds rien du tout. Ce pays ne t’as jamais appartenu, pas plus qu’il n’a appartenu à un hypothétique ’peuple français’ (ou à de très rares occasions historiques). Aujourd’hui comme hier, le pays appartient à l’Oligarchie. La différence avec hier, c’est que les Oligarques désormais s’organisent au niveau de l’Union Européenne, demain au niveau mondial. Prévu par Marx depuis 150ans...

                      Bref, tu tapes toujours très fort sur la gauche (rarement intelligemment, mais fort). Tu auras ptet remarqué que ces derniers temps je tape aussi très fort sur la gauche (et de manière un peu plus intelligente que toi... en même temps c pas dur smiley. En revanche, je ne t’ai jamais vu faire une critique violente de l’UPR, de Asselineau, du FN, de la mère Lepen, de NDA, etc. Pourtant, ces partis sont tous pourris. Le FN en particulier, qui est un parti de traîtres et de collabos. 

                      Alors si vraiment ce qui t’intéresse c’est de défendre le prolétariat français ( == qui vit en France ), de te battre pour que le pouvoir de décision soit toujours au plus proche du peuple : au niveau National plutôt que Continental, au niveau Régional plutôt que National, au niveau Municipal plutôt que Régional, par les travailleurs plutôt que par l’Oligarchie Financière, tu ferrais bien de prendre tes distances avec les partis souverainistes ou nationalistes de droite. 

                      Comment ne peux-tu pas voir qu’une Lepen est mille fois pire qu’un Mélenchon ? Qu’un Pinochet a été plus soumis aux américain qu’un Chavez ? Qu’un Pasqua ou qu’un De Villier est un grand bourgeois qui cache ses intérêt derrière le mot ’Patrie’ ? Que Asselineau est prêt à travailler pour l’intelligence économique ultra-libérale pour quelques euros ? 

                      Tu craches tout le temps sur les militants de l’Extrême Gauche. Je les critiques durement. Mais une chose est sûr, c’est que ces gamins un peu bobo sur les bords font bien plus pour la défense du prolétariat français que tous les souverainistes réunis. Eux savent faire des grèves. Eux savent faire des manifestations. Eux savent bloquer le pays. Eux savent faire reculer un gouvernement de Gauche comme de Droite. Ce sont eux, encore une fois, qui ont réussis à faire reculer l’ACTA

                      Pendant que les souverainistes chialent en disant que l’Europe nous empêche d’agir, les militants d’Extrême Gauche eux agissent et font reculer des projets de l’Europe. 

                      Alors si tu veux te battre pour quelque chose, tu ferais bien de les rejoindre. Ils vont t’apprendre leurs méthodes de blochéviques, tu essaieras de leur traduire le mot Arbetzale



                    • lsga lsga 13 juillet 2012 14:52

                      Bon :


                      - obligé de ranger les gens dans des cases, sinon tu comprends rien
                      C’est à dire que l’Histoire et les courants politiques existent. De là à faire allégeance à un parti comme tu le fais...

                      Pour le reste je passe, et à mon avis, je travaille plus que toi.

                      ’Pinochet, mdr.... d’où tu sors que je suis un soutient de Pinochet....

                      Bin : tu attaques systématiquement Mélenchon qui va être reçu par Chavez. 
                      En revanche, tu défends systématiquement Jean Marie Lepen qui était un soutien actif de Pinochet et Franco :

                      Voilà ton camps. 


                    • mac 12 juillet 2012 12:34

                      « Vous avez oublié ces images là, des millions de personnes dans la rue :
                      http://www.youtube.com/watch?v=NnOmRNN0lWM

                      C’est effectivement impressionnant, on finirait par croire que les gens n’ont que ce qu’ils méritent ?

                      Merci à la télé de leur vendre du »rêve« pendant qu’ ils se font » détrousser"...


                      • Le péripate Le péripate 12 juillet 2012 12:50

                        There Is No Alternative.


                        • Yvance77 12 juillet 2012 13:30

                          Si si justement il y en a une... mais elle va pas plaire à toi et ceux que tu soutiens ... aka les fumiers de la finance libérale.

                          Commencez par faire la queue.. va y avoir du sport et pas que aux J.O.


                        • lsga lsga 12 juillet 2012 13:49

                          tiens une alternative :


                          Organiser la production par la base. 

                          C’est sûr que c’est autre chose que de réclamer de l’argent virtuel à l’état pour financer des banques ou des fonctionnaires. 

                        • Le péripate Le péripate 12 juillet 2012 18:23

                          Je ne fais pas partie de la finance. Je dis ce que je pense et aimerai ne pas être insulte par le premier connard venu.


                        • foufouille foufouille 12 juillet 2012 19:46

                          « Commencez par faire la queue.. va y avoir du sport et pas que aux J.O. »

                          la viande de libertaryen, faut la fumer et la piquer a l’ail
                          sinon pas mangeable


                        • BA 12 juillet 2012 15:23

                          Après l’explosion de l’euro, de combien chaque monnaie nationale s’appréciera ?

                           

                          Ou alors, au contraire, de combien chaque monnaie nationale se dépréciera ?

                           

                          La banque Natixis a publié les résultats de ses calculs. Les Pays-Bas, l’Allemagne et la Finlande auraient une appréciation de 20% environ vis-à-vis de l’euro antérieur ; la Grèce, le Portugal et l’Irlande une dépréciation de 30% ou plus, l’Italie de 12%.

                           

                          1- Allemagne : le deutsche mark. Il y aura une appréciation de 20 %.

                          2- Autriche : le schilling. Il y aura une dépréciation de 8 %.

                          3- Belgique : le franc belge. Il y aura une dépréciation de 6 %.

                          4- Chypre : la livre chypriote.

                          5- Espagne : la peseta. Il y aura une dépréciation de 20 %.

                          6- Estonie : la couronne estonienne.

                          7- Finlande : le mark finlandais. Il y aura une appréciation de 20 %.

                          8- France : le franc. Il y aura une dépréciation de 2 %.

                          9- Grèce : la drachme. Il y aura une dépréciation de 30 %.

                          10- Irlande : la livre irlandaise. Il y aura une dépréciation de 49 %.

                          11- Italie : la lire. Il y aura une dépréciation de 12 %.

                          12- Luxembourg : le franc luxembourgeois.

                          13- Malte : la lire maltaise.

                          14- Pays-Bas : le florin. Il y aura une appréciation de 16 %.

                          15- Portugal : l’escudo. Il y aura une dépréciation de 28 %.

                          16- Slovaquie : la couronne slovaque.

                          17- Slovénie : le tolar.

                           

                          http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=64945


                          • ykpaiha ykpaiha 13 juillet 2012 02:17

                            Pas étonnant que Natixis sorte des aneries pareilles..
                            En éludant une part du probleme on obtient toujours la réponse qu’il faut :

                            Car la seule et unique question qui vaille mais n’est jamais mise en avant !!!

                            Combien c’a coute pour maintenir tout ce gachis ????
                            Ajouter une grande partie
                            des dettes,
                            des déficits,
                            des aides pour maintenir dieu sait quoi,
                            le fonctionnement du binz,
                            Le MES
                            Les versements occultes et diverses ristournes aux banques
                            etc etc

                            le deficit debit - credit ne serait pas aussi desastreux que ce qui est présenté en cas de « nationalisation »....


                            • diverna diverna 12 juillet 2012 22:39

                              Un article comme je les aime sur Agoravox : ce que je n’aurais pas de si tôt sur les médias officiels et une lecture des faits. J’ai passé en revue (rapide) les messages et personne pour se demander comment éviter le pire. Il y a ceux, stabilobuss , isga par exemple qui s’écharpent déjà sur qui sera le meilleur défendeur de la patrie en danger dès que les conditions de révolte seront (enfin ?!) réunies. L’article souligne avec raison l’aveuglement de tous les experts. Il faut dire que ce qui se passe en Espagne ressemble furieusement à la crise immobilière aux USA avec la grande différence que le reste du pays a évité ce qui se passe maintenant en Espagne. Le fond du problème est qu’on ne sait pas comment relancer l’économie. La fermeture d’une usine Peugeot, signe annonciateur d’un constructeur au bord du gouffre quand on sait tous les emplois à la clé, en France, montre bien qu’il n’y a plus de recette économique. Ce qui est fou c’est que tous les inutiles de Bruxelles n’aient pas encore perdu leur statut alors qu’il est si évient qu’ils n’ont rien à proposer.
                              Je ne suis pas de ceux qui crachent sur ce que Fillon et Sarko ont tenté et sur ce que Hollande essaie. malheureusement, on constate qu’ils ont aboutit au même mur : pas de profit, pas de solution à la dette. Je me suis donc laissé convaincre, sur ce forum, qu’on ne pourra pas la rembourser cette dette et qu’il faut rapidement renégocier. C’est la fin de l’occident avec ce que ce terme a impliqué comme source de progrès, comme modèle. Aujourd’hui il faut contester la dette issue en bonne partie d’un système où l’état emprunte avec des taux qui permettent ensuite à des agence de notations de ridiculiser les états comme de mauvais élèves. Il faut aussi être solidaire, par exemple de l’Espagne. L’Europe construite à Bruxelles ést un leurre mais l’esprit européen existe et sans cet esprit européen nous ne nous sortirons pas de cette dette et du dictat du marché et des agences de notation.


                              • thepouet 13 juillet 2012 03:21
                                Espagne : Rajoy annonce un programme anti-Glass-Steagall Appel à un Glass-Steagall global

                                petition


                                • kéké02360 14 juillet 2012 09:29

                                  même combat , c’est ici :

                                  https://www.sauvonslaforet.org/petitions/880?ref=nl&mt=1406

                                  merci pour eux , passes à ton voisin !!! smiley


                                  • Jean-Louis CHARPAL 14 juillet 2012 11:02

                                    Cet article est utile, fort bien documenté et merci à ses auteurs.

                                    J’ ajouterai juste en complément que s’il est exact de dire « Le déclin de l’économie se poursuit en Espagne » on doit dire en même temps « Le déclin de l’économie se poursuit dans le monde ».

                                    La sauvagerie économique ultra libérale est mondialisée. la guerre que fait 1% de l’Humanité aux 99% restant est par définition une guerre mondiale.

                                    Pour qu’une infime minorité conserve son niveau délirant de super profits, il faut que les pauvres s’appauvrissent toujours plus.

                                    Le système mondial est structurellement déflationiste, c’est à dire créateur de pauvreté. Cette pauvreté s’entretient et s’aggrave elle même selon un cercle vicieux.

                                    Comme l’hyper minorité qui se goinfre et se gave, continue à prélever au même niveau les richesses produites sur des peuples toujours plus pauvres, la situation ne peut que devenir tragique.

                                    Ni les droiites dures, ni les fausses gauches molles, de toutes les démocraties, ne sont encore dédidées à s’attaquer au problème.

                                    Seule une Révolution citoyenne, dans un maximum de pays, sera à même de jetter ce dogme ultra libéral imbécile dans les poubelles de l’Histoire, d’où il n’aurait jamais dû sortir. 


                                    • chmoll chmoll 15 juillet 2012 08:25

                                      c rigolo le titre tangue entre le sauvetage bancaire ou social

                                      a votre avis qui vas ètre l’heureux gagnant ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès