Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Etat ne doit pas céder devant les économies dangereuses

L’Etat ne doit pas céder devant les économies dangereuses

L’Europe s’est ouverte trop vite

L’ouverture des anciens pays de l’Est a suscité une nouvelle dimension des rapports de force économiques à cause de leur passage à l’économie de marché. La modification du cadre juridique de ces nouveaux Etats a été exploitée dans un premier temps par des prédateurs de tout type pour s’emparer de certains leviers économiques et prendre la direction occulte des entreprises créées après l’effondrement du système socialiste :

  • Entreprises occidentales.
  • Groupes mafieux.
  • Potentats locaux issus du système communiste.

L’un des premiers cas d’école identifiés par un poste d’expansion économique s’est déroulé en Pologne au début des années 1990. L’informatisation du Ministère des Finances donna lieu à une série d’incidents orchestrés par un concurrent agressif pour déstabiliser la société Bull en charge de la réalisation de ce contrat (détérioration de véhicules d’employés, actes d’intimidation sur des proches, campagne de rumeurs dans les médias). En 1998, le journal Le Monde fait état de la déstabilisation de la société Belvédère par une mise en ligne de sites Internet hostiles en Pologne et en France à l’initiative d’un concurrent américain. L’affaire Belvédère a permis de mieux cerner la combinaison de techniques d’attaques contre une PME (effet de saturation par le déclenchement de procès sur l’utilisation d’une marque dans un pays, encerclement par le dépôt de brevets dans des pays où la marque Belvédère n’était pas déposée, attaques informationnelles par le biais de sites Internet, lobbying dans le pays producteur de vodka, enlisement dans les procédures juridiques).

Les pratiques de déstabilisation par l’information ont fait école dans cette région du monde. A Au cours de l’été 2007, la filiale roumaine du Groupe Danone a subi une attaque informationnelle de la part des médias roumains à cause de plusieurs lots de yaourts aux fruits susceptibles de contenir de la dioxine. La chaîne de télévision la plus populaire de Roumanie, Realitatea TV diffusait toute la journée des débats sur le sujet sans présenter aucune preuve. Les quotidiens locaux ont repris l’information en insistant sur les risques mortels encourus par les populations en cas de consommation de tels yaourts. Danone a aussi été attaquée sur le fait qu’elle distribuait dans les écoles roumaines un yaourt à chaque élève. Le journal « Ziua » n’a pas hésité à titrer « Danone tue nos enfants ».

Pour contrer cette campagne de dénigrement et rassurer ses distributeurs et ses clients, la filiale roumaine de Danone a fait effectuer des analyses par un laboratoire spécialisé hongrois de Budapest. Elle a ensuite procédé à une communication publique des résultats qui démontraient que la firme française ne vendait pas de produits dangereux. Danone est l’une des marques de produits laitiers les plus populaires de Roumanie. Cette attaque n’a pas été sans conséquences puisqu’elle a entraîné une baisse des ventes de 20% et a affecté l’image du groupe dans le pays.

Les failles des nouvelles économies de marché

Les nouvelles économies de marché apparues après la chute du Mur de Berlin ont beaucoup de difficultés à pacifier les relations économiques entre les nouveaux acteurs du marché. La Russie a été le cadre d’affrontements de différentes natures entre les nouveaux oligarques et le Vladimir Poutine. Les anciennes démocraties populaires comme La Bulgarie, la Hongrie ou la Roumanie sont très exposées aux jeux de pouvoir des anciens apparatchiks et aux phénomènes de corruption. Les sentiments nationalistes sont parfois attisés par des autorités locales pour contrer des intérêts économiques étrangers installés sur leur sol. En 2010, la municipalité de Pecs en Hongrie a exproprié une filiale du groupe Suez Environnement en recourant à des méthodes très offensives (envoi d’une équipe de nervis pour prendre possession des bureaux, voiture de la consule honoraire de France couverte de graffiti, éviction brutale des investisseurs étrangers des deux radios privées les plus rentables du pays).

Un certain nombre d’économies d’Europe de l’Est présentent des vulnérabilités juridiques qu’elles ont du mal à combler. C’est le cas de l’Ukraine qui a les plus grandes difficultés à faire appliquer la loi auprès de ses concitoyens. Le président de la République doit recourir à l’envoi des forces spéciales afin de faire expulser des hauts fonctionnaires qui ont été révoqués et qui ne veulent pas quitter leur lie de travail. La pratique des raids sur des entreprises acquises par des occidentaux oblige les investisseurs étrangers à « militariser » la protection des sites pour ne pas être expropriés sauvagement par des forces criminelles. 
Ces pratiques illégales sont d’autant plus difficiles à contrer que les cultures locales de l’information sont profondément marquées par l’héritage communiste. Les chefs d’entreprise hésitent encore à utiliser l’informatique et le téléphone portable pour communiquer de l’information d’affaires. La peur d’être surveillé enferme beaucoup de décideurs dans une vision conflictuelle de l’économie de marché. Cette notion d’économie dangereuse s’applique à d’autres continents. Certains pays d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique sont des zones de non droit marquées par les agissements d’économie criminelle et par des actes systématiques de distorsion de concurrence.

L’implantation sauvage des communautés du voyage d’origine room est un élément d’inquiétude supplémentaire sur les risques de déviance de toute nature qui caractérisent une partie de cette population. Les inquiétudes de certains médias français, des partis de gauche et des associations qui défendent ces communautés ne gomment pas la réalité des faits. L’implantation sauvage des camps, les pratiques criminelles d’un certain nombre des membres de cette communauté et les actes de révolte contre l’autorité de l’Etat lors des derniers évènements de Saint Aignant (l’attaque de la gendarmerie, l’incendie de bâtiments publiques, les agressions sauvages contre des petits commerces locaux) sont autant d’éléments d’alerte qui ne doivent pas être sous-estimés et passés à la traditionnelle moulinette politicienne de la gauche ou des rentes de situation des associations autoproclamées humanistes pures et dures.

Les dérapages des économies criminelles marginales en France

Les évènements de Grenoble sont aussi un cas exemplaire d’ancrage d’économie dangereuse à vocation criminelle. Les menaces de mort proférées contre des membres de la Brigade anti criminalité locale (BAC), les mutations de membres de cette BAC et l’exfiltration de certains membres du personnel sont des actes de bon sens mais traduisent une reculade en termes de rapport de force. Qui aurait imaginé une telle reculade dans les années 70 si des gauchistes avaient ouvert le feu sur des membres des forces de l’ordre. Quoiqu’on pense du bilan de Sarkozy, les mesures qui sont prises ne ce moment sont inévitables et doivent êtres appliquées, aussi bien dans la suppression de la nationalité des individus qui s’en prennent aux forces de l’ordre, qu’à la guerre du fisc contre les trafiquants de drogue que dans la suppression temporaire des allocations familiales pour les parents qui n’ont pas le courage de donner une éducation à leurs enfants.

Mais il y a un mais…

Un Etat est légitime si le pouvoir politique qui l’incarne est sans failles. L’affaire Clearstream qui a Sali gravement l’image de la France a abouti à un cul de sac. Le principal incriminé est sorti indemne de cette affaire et s’en targue. L’affaire Betancourt est un autre cas d’école des relations suicidaires en termes de symbole de la démocratie entre le monde économique et le monde politique ; Ces points faibles servent d’arguments récurrents aux forces politiciennes et aux médias qui fonctionnent sur la matrice gagnante de « je suis partout ». Si on ne nettoie pas les écuries d’Augias, la France va rentrer dans une logique suicidaire. Une alternance politique ne réglera rien. Rappelons-nous le bilan catastrophique de Vaillant, Ministre de l’Intérieur du gouvernement Jospin, adepte de l’inertie et du « circulez, il n’y a rien à voir ». Mais si le gouvernement actuel s’enferme lui-même dans sa propre inertie de langage, nous allons à la catastrophe.

L’équipe d’Infoguerre


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 4 août 2010 11:06

    Bienvenue dans le libéralisme et la mondialisation, paradis pour les requins financiers, mafieux, corrupteurs et corrompus.
    Un monde où le plus « intelligent, autrement dit vorace et »crapule" peut spolier, s’approprier, amasser ... au détriment de tous les autres...

    Le bonheur et la prospérité, qu’ils nous disaient ...


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 août 2010 11:25

      Bonjour,

      Vous dites :" Un certain nombre d’économies d’Europe de l’Est présentent des vulnérabilités juridiques qu’elles ont du mal à combler. « c’est très révélateur et particulièrement dans le cas de la justice.  » C’est le cas de l’Ukraine qui a les plus grandes difficultés à faire appliquer la loi auprès de ses concitoyens. Le président de la République doit recourir à l’envoi des forces spéciales afin de faire expulser des hauts fonctionnaires qui ont été révoqués et qui ne veulent pas quitter leur lieu de travail. « En effet, si l’on ne peut plus virer un juge dont on aurait compris qu’il est partie prenante dans certaines grosses affaires. » la guerre du fisc contre les trafiquants de drogue " Pour cela, il faut un véritable solide organe de contrôle et c’est celui-ci qui a été affaibli chez nous.

      Et pourtant, c’est par ce moyen qu’est tombé Al Capone et que prit fin la prohibition.

      Déjà dans le passé, la cia opérait pour nuire à l’économie de ces faibles pays : «  Depuis les années 1950, les hommes de la guerre froide en Allemagne de l’Ouest lancèrent une violente campagne de sabotage et de subversion contre l’Allemagne de l’Est en vue d’enrayer au maximum l’appareil économique et administratif de ce pays. La CIA et d’autres services de renseignement et de l’armée recrutèrent, équipèrent, entraînèrent et financèrent des groupes d’activistes et des individus de nationalité allemande, de l’Ouest comme de l’Est, pour qu’ils mènent des actions en tous genres, allant du terrorisme à la délinquance juvénile, en bref, tout ce qui pouvait rendre la vie pénible aux citoyens est-allemands et miner leur soutien au gouvernement ou donner la plus mauvaise image qui soit aux communistes. Ce fut une remarquable entreprise. Les États-Unis et leurs agents recouraient aux explosifs, provoquaient des incendies, des courts-circuits et usaient d’autres méthodes encore pour endommager centrales électriques, chantiers navals, canaux, docks, bâtiments publics, gazomètres, transports en commun, ponts, etc. Ils faisaient dérailler des trains de marchandises, blessant gravement des travailleurs ; un jour, ils incendièrent douze wagons d’un autre train de marchandises. Ils détruisaient des stations d’air liquide ou autres ; se servaient d’acides pour endommager les machines vitales de certaines usines, jetaient du sable dans la turbine d’une autre, la forçant à l’arrêt. Ils mirent le feu à une tuilerie. Ils encourageaient le ralentissement des cadences dans des ateliers. Ils tuèrent par le poison 7.000 vaches d’une laiterie coopérative. Ils ajoutaient du savon au lait en poudre destiné aux écoles est-allemandes. Quand on les arrêta, ils étaient en possession d’une quantité importante de cantharidine, à l’aide de laquelle ils avaient l’intention d’empoisonner des cigarettes destinées à tuer des Allemands de premier plan. Ou encore ils déclenchaient des bombes puantes pour semer la pagaille dans des meetings politiques. Un jour, ils tentèrent de perturber le Festival mondial de la jeunesse à Berlin-Est en envoyant de fausses invitations, de fausses promesses de gratuité du gîte et du couvert, de faux avis d’annulation, etc. Ils agressèrent même des participants au festival à l’explosif, à la bombe incendiaire ou en recourant à des dispositifs pour crever les pneus de voitures. Ils fabriquaient et distribuaient de fausses cartes de ravitaillement en vue de créer la confusion, de provoquer des pénuries et ainsi le mécontentement de la population. Ils envoyaient de faux avis de taxation et autres directives et documents de l’État pour stimuler la désorganisation et la foire d’empoigne dans l’industrie et les syndicats… Et la liste est loin d’être terminée. Tout au long des années 1950, les Allemands de l’Est et l’Union soviétique introduisirent un nombre incalculable de plaintes auprès des anciens alliés occidentaux de l’URSS ainsi qu’auprès des Nations unies à propos d’actes spécifiques de sabotage et d’activités d’espionnage ; ils réclamèrent également la fermeture des bureaux en Allemagne de l’Ouest qu’ils tenaient pour responsables, en fournissant même des noms et des adresses. Toutes ces plaintes furent lettres mortes. »Source, http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve154

      Affaiblir par l’intérieur l’organe judiciaire, n’est ce pas la technique élaborée par notre président ?


      • Philou017 Philou017 4 août 2010 15:42

        Quel édito nul, ressassant des lieux communs, recensant quelques faits divers économiques, tout cela pour dire : « l’état ne doit pas reculer devant la délinquance économique ».

        Pauvre vieux.
        Il a pas encore compris que les états, aujourd’hui parfait représentants des mafias en col blanc, sont les premiers délinquants économiques, pour ne pas dire des criminels.
        Ce sont eux qui ont installé un système économique ouvert sans contrôle, qui favorise les multinationales, crée du chômage, de la pauvreté, de la précarité, installe un individualisme forcené ennemi des règles et de la morale, finit par susciter des déficits abyssaux pour finir.
        Maintenant, alors que les multinationales s’étendent et prospérent, que les banques s’empiffrent, que les paradis fiscaux acceuillent toutes les magouilles et que le systeme est de plus en plus immoral, l’auteur ne trouve rien de plus à nous dire qu’il faut lutter contre la délinquance économique, et que c’est le premier délinquant criminel qui doit s’en occuper....

        Infoguerre est un site d’intellos qui s’abreuvent parfois de discours creux et de concepts ronflants. Quand Infoguerre nous parlera des réseaux financiers occultes qui poussent à une mondialisation qui leur permet de mettre la main sur l’économie mondiale (par l"intermédiaire de l’Europe ; du FMI, des regles de commerce international,etc), mettant en place une guerre économique dont le but n’est que d’installer une caste de puissants à la direction de l’économie et plus loin du monde, Infoguerre commencera à mériter son nom.
        Là, c’est du pipi de chat.


        • mokhtar h 8 août 2010 11:40

          Je vois que l’article de infoguerre ne fait que décrire des méthodes utilisées auparavant, et avec quelle efficacité, sans tirer une seule balle.. pour abattre l’empire soviétique et beaucoup de pays du tiers monde.
          Pour compléter l’information des collègues d’Agoravox, ce sont ces mêmes méthodes qui ont été utilisées, sans arrêt, en Algérie pour déstabiliser les régimes régnants en Algérie : j’y avais personnellement soupçonné les services secrets de quelques pays occidentaux et même d’Israël. Au début des années 80, Shimon Peres préconisait même publiquement de provoquer des pénuries en Algérie.
          Aujourd’hui,, et davantage encore, ma conviction est établie : l’auteur, infoguerre, décrit des méthodes qu’il connaît pour avoir été éprouvées par ses sponsors ou ses commanditaires.

          Peut-on valablement critiquer l’agressé de profiter de la leçon et d’utiliser des armes de l’agresseur ?


          • non667 8 août 2010 16:02

            L’Europe s’est ouverte trop vite
             c’est pour démolir les nations et la viabilité d’une europe indépendante au profit de l’américano -mondialisme : c’est voulu et réussi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès