Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’euro, la monnaie inique

L’euro, la monnaie inique

Quel beau révélateur ! Alors qu’une immense majorité des élites économiques, politiques et médiatiques persistent à penser que l’euro est une bonne chose, qui nous aurait même protégés pendant la crise, le peuple Français pense de plus en plus le contraire.

La fracture monétaire

C’est en effet ce que révèle un nouveau sondage qui montre que 60% des Français sont mécontents de l’euro, soit le score le plus élevé de la zone (contre 53% des Allemands, les britanniques étant plus de 80% à penser que l’euro n’apporterait aucun bénéfice). A peine 33% de la population pense que l’euro a apporté des bénéfices économiques à notre pays. Bref, la rupture avec la monnaie unique semble consommée. Rappelons que près de 40% des Français souhaitent le retour du franc.

Nul doute que les élites concluront qu’elles ont saisi les bénéfices de cette monnaie unique que le bas peuple est incapable de comprendre. Cela serait sans doute un bon éditorial pour Alain Duhamel, Libération ou le Monde, qui soutiennent la monnaie unique avec la foi des religieux les plus extrêmes. Pourtant de plus en plus d’économistes réputés (Alain Cotta, Christian Saint Etienne, Jacques Sapir, Gérard Lafay) prennent position contre la monnaie unique, sans compter ceux qui critiquent la politique de la BCE…

Populisme et réalité

D’ailleurs, une analyse de fond de la monnaie unique permet de conclure à sa dangerosité et je n’ai jamais croisé le fer avec une argumentation un tant soit peu solide défendant la monnaie unique. Ses partisans se contentent en général de dire qu’il serait trop compliqué de revenir en arrière (alors que cela a été fait dans les ex Yougoslavie et Tchécoslovaquie), que cela reviendrait à tuer l’Europe ou que revenir au franc est passéiste. Mais d’une solide argumentation économique, il n’est jamais question.

Et le décalage d’opinion entre les élites et le peuple tient sans doute au fait que si la monnaie unique a des avantages pour les premières (facilité pour les voyages intra-européens, protection des épargnants par la politique anti-inflationniste), ses inconvénients ne sont que pour le second (destruction d’emplois dans l’industrie du fait de sa surévaluation, compression du pouvoir d’achat dans une course sans fin à la compétitivité). Le peuple a compris que l’euro ne sert pas l’intérêt général.

Depuis leur bulle, certaines élites ne parviennent pas à comprendre les travers de cette construction monétaire inique. Mais les sondages indiquent une grande fracture sociale dans l’appréciation de cet euro. Et cette fracture révèle tout simplement une fracture dans les intérêts…

 

Pour plus de détails sur l’analyse de l’auteur sur les conséquences de l’euro, vous pouvez cliquer sur le lien "une analyse de fond de la monnaie unique".


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Capone13000 Capone13000 17 septembre 2010 12:20

    Je suis complétement d’accord avec ce constat, cependant l’euro et l’union européenne ne sont que des armes crées par les USA pour nous amener là ou nous en sommes aujourd’hui. Ce n’est pas pouir rien que la CIA à largement financé l’union européenne et tous les think thank pro-européens.
    Je vous invité à visionnez les conférences de Francois Asselineaux à ce sujet qui sont remarquables de clareté. DLR ne fait que reprendre à son compte ce que dit l’UPR déja depuis des années.


    • ariusz 17 septembre 2010 12:46

      « ses inconvénients ne sont que pour le second (destruction d’emplois dans l’industrie du fait de sa surévaluation, compression du pouvoir d’achat dans une course sans fin à la compétitivité). Le peuple a compris que l’euro ne sert pas l’intérêt général. »

      Surevaluation par rapport a quelle devise ? Au dollar..pas certain vu la situation actuelle. Au Yuan ? ...Oui OK mais le dollar l est aussi tout comme toute devise sur la planete...le taux est controle par le Chine donc on ne peut pas imputer ca a l euro.

      Course a la competitivite...OK mais est-ce vraiment l euro le coupable ? Cela n existait pas auparavant ?...

      Sujet interessant mais traite un peu rapidement...on reste un peu sur sa faim...


      • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 17 septembre 2010 13:38

        @ Cassino


        Il vous suffit de cliquer sur le lien « une analyse de fond de la monnaie unique » pour trouver un papier fouillé sur la question.

        @ Ariusz

        Vous pouvez également vous référer à ce lien pour un article beaucoup plus fouillé (notamment sur la course à la compétitivité).

        La surévaluation de l’euro est forte, y compris par rapport au dollar. A parité de pouvoir d’achat, l’euro devrait coter entre 1 et 1,15 dollars selon de nombreuses évaluations (P.Artus, M.Aglietta, The Economist....). On peut imputer cela à l’euro du fait du biais monétariste de la BCE (qui avait monté ses taux en juin 2008 alors que la Fed les avait déjà baissé de 3 points, propulsant l’euro à 1,6 dollars).

        J’espère que l’autre papier vous satisfera.

        • ariusz 17 septembre 2010 13:57

          Merci pour cette reponse !

          Le debat « les banques centrales devrraient-elles ou non etre plus active dans une politique de relance » est un vieux debat avec ses pour et ses contre. monnaie forte ou inflation..etc. Je pense que tout le monde navigue un peu a l eveugle en cette matiere...mais sans avoir la modestie de l avouer si ce n est a demi mot.

          Ce que je crois c est qu il y a deux debat : 

          1/ la BCE fait-elle ce qu’il faut ? 
          2/ Une zone Euro est-elle legitime ?

          A la question 1, je ne sais pas. Vous diriez non visiblement. A la question 2, je dis oui et pas uniquement pour des raisons politiques mais aussi sociales (vivant en zone frontaliere, ca a ete un vrai plus dans mon cas personnel, et je ne suis pas isole).

          Le titre de l article devrait peut-etre etre : « Une autre politique monetaire et economique pour la zone Euro est necessaire ! » .

          Je me plongerais dans vos suggestions de lecture ce weekend ;).

          Cordialalement


          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 17 septembre 2010 14:21


            @ l’Auteur :

            Franchement, en quoi l’euro serait-elle une monnaie inique ? On se le demande ...

            Votre article se fonde uniquement sur des sondages, mais sans apporter de démonstrations, ni de preuves.

            Si la monnaie unique n’avait pas été introduite 1999, peut-on savoir ce qu’il serait advenu du Franc ? Sans les critères de stabilité de de croissances du Traité de Maastricht, où en serait-on aujourd’hui ? Quid de la dette publique et des budgets de l’État ? Quid de la stabilité du Franc ?

            Affirmer péremptoirement que l’euro est une monnaie « inique » c’est sombrer dans la démagogie !


            • zelectron zelectron 17 septembre 2010 15:41

              Heureusement que tout le monde n’est pas de votre avis. Ce qualificatif représente pour beaucoup l’inverse de ce que vous voulez nous faire ingurgiter de force, restez modéré dans votre propos, démontrez nous donc le bien fondé d’une doctrine monétaire différente ou plutôt d’une valeur anarchique du système d’échanges de biens et de services en Europe, et dites nous bonjour le chaos, je ne suis pas sûr qu’il s’agisse là d’une vue « républicaine » des choses...
              Enfin je trouve cette épithète « nauséeuse » de la même façon que vous même l’affublez « d’iniquité »

              nb Je vous fait remarquer que j’attaque cet écrit et non l’auteur.


              • asterix asterix 17 septembre 2010 16:10

                Critiquer la politique de la BCE est une chose, abandonner l’euro en chemin une autre. Seule l’Allemagne, et encore, est en mesure de revenir à une monnaie nationale.
                Un franc léger, vous vous rendez compte ?


                • zototo 17 septembre 2010 16:14

                  Très bien, plus la crise fera de catastrophe, plus la sortie de la tour de babel est proche...


                    • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 17 septembre 2010 17:39

                      @ Tous les lecteurs


                      Ce papier n’est qu’un parmi d’autres que j’ai écrit sur l’euro sur mon blog. Le lire sans lire les liens vers lesquels je renvoie (notamment l’analyse de fond) vous donnera l’impression d’une critique trop rapide de la monnaie unique. Mais si vous lisez les autres papiers vers lesquels je renvoie, je crois que vous verrez qu’il ne s’agit pas juste d’une critique sans analyse.

                      @ Ariusz

                      Clairement, la politique de la BCE est absurde. Libéraux (Aglietta, Cotta...) comme keynésiens (Stliglitz, Krugman...) la critiquent vertement (voir mes résumés de livres d’économistes sur mon blog).

                      Concernant la zone euro, je crois qu’il faut une coordination, notamment pour éviter la politique du moins-disant salarial, social, fiscal ou environnemental. En revanche, la zone euro n’est absolument pas une Zone Monétaire Optimale selon la théorie économique. Ce n’est pas un espace géographique apte à partager la même monnaie. Et même un budget fédéral serait insuffisant pour faire fonctionner une monnaie unique (cf analyse de fond). En revanche, l’euro pourrait être transformé en monnaie commune, une monnaie de réserve qui pourrait concurrencer le dollar.

                      @ Jean d’Hôteaux

                      Sans l’euro, le franc se serait sans doute déprécié par rapport au mark, mais cela n’a pas été une catastrophe dans les années 1970 et 1980. En outre, il faut noter que la peseta et la lire auraient sans doute davantage baissé que le franc, ce qui fait qu’au final, la parité du franc avec l’euro serait sans doute restée stable, le mark s’appréciant, la lire et la peseta se dépréciant ou dévaluant...

                      Mais les mouvements de parité monétaire, quand ils sont raisonnables, ne sont pas une calamité. Je vous invite également à aller sur le lien pour lire une analyse plus détaillée.

                      • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 17 septembre 2010 23:13

                        @ Laurent Pinsolle,

                        Dans la première phrase de votre réponse, vous écrivez que « le franc se serait sans doute déprécié par rapport au mark », ce qui est une certitude. Pourquoi ?

                        Parce que la France aurait probablement fait plus de concessions dans les négociations sociales - car politiquement plus facile - , ce qui aurait grevé davantage encore le budget de l’État. Les critères de stabilité et de croissance (Traité de Maastricht) n’existant pas, le déficit budgétaire aurait probablement flambé. Pour financer tout cela, on aurait créé de la monnaie, autrement dit on aurait fait fonctionner la planche à billets, ce qui aurait créé de l’inflation. Les taux d’intérêts auraient pris l’ascenseur et on aurait assisté à d’importantes fluctuations monétaires. Or ni celles-ci, ni l’inflation ne sont les bienvenues en économie.

                        Essayons d’imaginer un industriel qui importe des matières premières d’un pays tiers, qui exporte la majorité de ses produits, disons en Allemagne et qui aurait à subir d’importantes et fréquentes fluctuations monétaires entre le Franc, le Mark et d’autres monnaies. Pour développer sa société, cet industriel doit avoir une vision stratégique à moyen, voire à long terme, or de telles instabilités lui seraient néfastes.

                        Prenons maintenant l’exemple d’un salarié qui a construit sa maison et qui paie ses traites. Comment va-t-il réagir si d’aventure le taux d’intérêt augmente comme on l’a vu plus haut ? Aura-t-il eu la sagesse de le prévoir dans son budget ou sera-t-il pris à la gorge, autrement dit se trouvera-t-il en cessation de paiement ?

                        Le problème actuel de l’euro découle avant tout des dettes publiques qui n’ont pas été maîtrisées. Plus grave encore, dans certains cas, elles ont même été cachées (cas de la Grèce). Tout ceci parce que les critères de stabilité et croissance n’ont pas été respectés : cas de la plupart des pays de la zone euro. Autrement dit, la zone euro a vécu au-dessus de ses moyens. Certes me direz-vous, mais la crise financière est passée par là et il a fallu sauver les meubles (je parle des banques). Oui, mais aujourd’hui chacun l’oublie déjà et on voudrait se persuader que tout irait mieux si chacun avait gardé la maîtrise de sa politique monétaire, alors que la crise aurait été plus grave et surtout aurait perduré.

                        Aujourd’hui il est de bon ton et démagogique de faire de l’euro un bouc émissaire facile, de se défausser sur lui, de lui attribuer tous les maux pour détourner l’attention de l’opinion publique dans le dessein de lui masquer certaines réalités et ceci à des fins de politiques nationales. Et cela vaut pour tous les pays, pour la France comme pour la Grèce, l’Italie, le Portugal ou l’Irlande.

                        Cordialement !


                      • kitamissa kitamissa 17 septembre 2010 17:51

                        dès que l’Euro est arrivé ,ce qui valait 1 franc cinquante est passé à 6 francs et cinquante cinq centimes ....

                        c’est moi qui fait les courses à la maison alors les prix hein ?...

                        une salade 1,50 € soit 10 balles ,la baguette de pain 1€ soit 6,55 Francs ...le litre d’essence Eurosuper 95 SP,1,40 € et plus dans certaines stations soit 10 balles le litre en moyenne ....

                        les fruits et légumes puisqu’il faut en bouffer 5 par jour ...

                        les nectarines à 2,95 le KG soit 19 francs !

                        heureusement qu’on a un jardin avec des arbres fruitiers parce qu’au mois de Juin,le KG de cerises à plus de 6 € ....près de 40 balles !.....

                        hier j’ai pris un jus de tomate en terrasse 8,50 € ,avec le sel de céléri humide et le Tabasco qui devait avoir fait la guerre de 14-18 ... 56 Francs !

                        non mais attendez un peu comme on s’est fait couillonner de première !.....

                        à combien vous revient votre caddie de courses pour la semaine actuellement comparé à celui de la période du Franc ?


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 septembre 2010 18:25

                          Vrai, mais c’est plus la faute du commerçant que du gouvernement...


                        • iris 17 septembre 2010 18:02

                          oui les prix ont augmenté et qui c’est qu’en a profité ??
                          Pas les salarié surement-


                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 septembre 2010 18:20

                            Et allez, encore un bloubiboulga pondu par un fanboy totalement incompétent adepte du copié-collé...

                            Deja, je ne vois pas en quoi un « sondage » serait révélateur d’une vérité économique et sociale absolue. Un sondage, c’est une opinion valable uniquement à un moment donné. S’appuyer dessus pour en tirer une tendance ou pire, une politique, c’est de la stupidité crasse. La preuve : NS ne fait que cela et on voit le désastre vers lequel il mène le pays.

                            « Rappelons que près de 40% des Français souhaitent le retour du franc. » : Donc, 60 % ne le souhaite pas, non ?

                            Si dans un pays démocratique, il est normal que toutes les opinions s’expriment, quand on doit prendre une décision, on ne suit que celle majoritaire.

                            Ne pas connaître cette base de la vie sociale est quand même consternant pour un militant.

                            « D’ailleurs, une analyse de fond de la monnaie unique permet de conclure à sa dangerosité » : Tu sais, tu serai plus crédible si tu ne faisais pas de l’auto-promo... Qui plus est, tes arguments ne sont que du copié-coller de propos Villieristes...


                            « Ses partisans se contentent en général de dire qu’il serait trop compliqué de revenir en arrière »
                             : je ne veux pas être méchant, mais oser comparer l’économie française et l’économie tchèque, c’est quand même faire preuve d’un haut niveau d’amateurisme... Les réserves monétaires sont radicalement différentes et les tissus économiques n’ont pas la même complexité. De plus, la couronne slovaque a cessé d’exister l’an dernier car la Slovaquie est passée à l’Euro elle aussi...

                            Enfin, lors de la désagrégation de la Yougoslavie, chaque Etat n’est pas revenu à une monnaie ancienne, mais en a créé une nouvelle, ce qui n’a rien à voir...

                            Sauf pour le Montenegro qui a simplement choisi d’utiliser le Deutchmark.

                            Depuis, Montenegro et Kosovo sont de facto utilisateurs de l’Euro.

                            "Et le décalage d’opinion entre les élites et le peuple tient sans doute au fait que si la monnaie unique a des avantages pour les premières, ses inconvénients ne sont que pour le second .«  : N’est-ce pas aussi parce que »la France d’en bas« n’est pas forcément très compétente en matière d’économie ? En quoi une lingère au chomage ou un tourneur-fraiseur en fin de droits seraient plus aptes à comprendre et à diriger une économie de 64 millions de personnes ?

                            Il faudrait, pour être un minimum crédible, arrêter de penser que le »petit« est forcément plus intelligent et plus sage que le »gros« . Il fait des conneries aussi, certes, mais qui n’en fait pas ?

                            Au fait puisque on a un (pour ne pas dire »le") fan de NDA, que penses tu de son habitude assez poilante à l’Assemblée qui consiste à se coller à l’orateur du moment pour bien se montrer à l’écran ?


                            • DG. DG. 17 septembre 2010 18:55

                              "Enfin, lors de la désagrégation de la Yougoslavie, chaque Etat n’est pas revenu à une monnaie ancienne, mais en a créé une nouvelle, ce qui n’a rien à voir..."

                              cela revient quand même a peut près à la même chose


                            • HELIOS HELIOS 17 septembre 2010 18:41

                              Delicat encore cet article.... c’est le doigt du sage ou la lune, le thermometre ou la fievre etc... bref : courte vue.

                              En fait l’Europe qui avait l’accord de la majorité des citoyens de l’ouest du continent, c’est une Europe qui avait l’avantage de donner aux européens une identité collective et une puissance par la taille qu’elle avait.

                              Le drapeau, l’hymne (même si ce n’est pas vraiment celui esperé) tout cela nous l’avons deja.
                              Nous avons egalement beaucoup de reglementations bien acceptées en commun.
                              Nous avons les clefs principales de la citoyenneté européenne c’est a dire la libre circulation des hommes et des biens...

                              Nous avons egalement une monnaie commune que vous rejetez. !!!

                              Alors oui, on peut comprendre que vous ne l’aimiez pas, mais la realité est la : c’est une chance d’avoir reussi a la faire, ; la monnaie commune. Seul regret c’est que les banques n’ont pas laché le gateau puisqu’elle continue a percevoir des frais sur tout ce qui est frontalier alors que rien ne le justifie.

                              Et ce qui est vrai pour les banques est aussi vrai pour les grandes multinationales, justement celles qui auraient du immediatement gommer les differences tarifaires, comme pour la telephonie, par exemple.

                              Comme l’ont fait et le font encore tous les commerçants qui clament haut et fort la regulation par le marché et qui se depche de tordre ce marché en appliquant des contraintes dans les echanges transfrontaliers.

                              helas, la faiblesse des classes politique, la carruption des uns ou la consussion des autres font que les requins continues de se servir.

                              Et vous, qu’est-ce que vous faite ? vous accusez le doigt du sage ou la fievre.

                              L’euro est une chance surtout si elle oblige les gouvernements a un peu plus de rigueur budgetaire.

                              Il faut passer a la suite. Malheureusement, les fonctionnaires europeens et les gouvernements on choisi la mauvaise route pour continuer la construction européeene. En choisissant le modele Anglo-saxon du tout marché, ils en ont oublié l’etape fondamentale de l’Europe sociale.

                              Ce qui est battu en breche aujourd’hui, c’est justement ce manque de « social » dans notre Europe ainsi que ce que n’aiment pas les immigationnistes, c’est la preference communautaire. A moins de vouloir nous arreter là ou nous sen sommes, ce qui ne serait d’ailleurs pas si mal que cela, la prochaine etape ne doit ni ne peut se passer de cet arbitrage et des consequences qu’il impliquera.

                              Remettre en cause l’acquis de l’europe actuelle pour les européens serait un renoncement incomprehensible pour tous, vraiment pas efficace voire dangereux, aussi bien pour les fondamentaux cités plus haut que pour notre monnaie.

                              Sortir de l’Euro c’est donner une prime supplementaire aux profiteurs, ceux qui se sont gavés lors du passage des monnaies vers l’euro... et maintenant qu’il n’y a plus rien a gagner ils veulent faire le passage dans l’autre sens, garantie pour eux de recuperer le gateau.... ben non. nous y sommes, nous y restons et nous allons profiter enfin de notre monnaie.


                              • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 18 septembre 2010 11:37

                                Bonne analyse de la situation !


                              • pastori 17 septembre 2010 20:18

                                les commerçants de tout poil se sont goinfrés honteusement, ces gens qui enverraient en prison un gamin qui leur vole une pomme, et qui volent en masse chaque jours les gens qui travaillent.

                                les vrais affameurs, ce sont eux. 

                                à quand un retour à un encadrement strict des prix ?


                                • docdory docdory 17 septembre 2010 21:48

                                  Un euro vaut maintenant ce que valait un franc de 1975 environ 

                                  A cet époque, le SMIC était à 1000 francs, il est à peu près à 1000 euros, une Renault 4 valait environ 10 000 francs, l’équivalent actuel vaut 10 000 euros, le café était à un franc, la bière à deux francs , maintenant le café est à un euro vingt et la bière à deux euros cinquante ( en province ! ). Une télé en couleurs valait 2500 francs, une télé en relief vaut maintenant 2500 euros . Le menu de base en brasserie était à 18 francs, il est maintenant à 18 euros ( toujours en province ) . Le litre d’essence était à 1 franc, il est à un euro quinze .
                                  Il suffirait donc de rétablir le franc, avec comme parité 1 franc = 1 euro pour se retrouver avec le niveau de vie qui existait à l’époque de ma première année de fac .
                                  L’avantage ? Retrouver notre indépendance nationale et avoir des beaux billets et non les horribles billets de l’euro !

                                  • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 18 septembre 2010 12:19

                                    @ Docdory :

                                    " Il suffirait donc de rétablir le franc, avec comme parité 1 franc = 1 euro pour se retrouver avec le niveau de vie qui existait à l’époque de ma première année de fac . « 

                                    Votre raisonnement est erroné et vous mettez l’inflation sur le dos de l’euro, alors que celui-ci (l’euro) a au contraire contribué à la juguler !

                                    Je ne vois pas par quel miracle, et du simple fait de remplacer l’euro par le franc (un franc post euro) avec une parité 1/1, on pourrait comme ça améliorer d’un coup de baguette magique, le niveau de vie actuel ?
                                    C’est un leurre !

                                    Vous écrivez aussi :
                                     » Retrouver notre indépendance nationale ..."

                                    En matière monétaire, certes, mais à condition de dénoncer les accords de Maastricht et d’abandonner les critères de stabilité et de croissance, dont les objectifs visent précisément à contraindre les gouvernements nationaux à une plus grande rigueur budgétaire. La Banque de France reprendrait alors son rôle d’institut d’émission de la monnaie, mais qui lui dicterait sa politique monétaire ? Le gouvernement français comme c’était le cas avant les accords de Maastricht ?

                                    Dans ce cas, l’abandon de la rigueur budgétaire est à redouter, avec son cortège d’inflation et de hausses des taux d’intérêt.
                                    Pour revenir au franc, et pour que cela ait des chances de fonctionner comme vous le souhaitez, il faudrait que la Banque de France soit indépendante du pouvoir politique et qu’elle oeuvre pour stabiliser la monnaie (le franc post euro) par rapport aux principales devises ceci pour le bien de l’économie française.
                                    Sans indépendance de la Banque de France, il y fort à parier pour la situation économique de la France se dégrade davantage encore.

                                    Cordialement !


                                  • Philippe95 19 septembre 2010 14:48

                                    Oui oui oui. Je ne veux surtout pas retourner à une monnaie gérée par le gouvernement français seul. Désolé, mais en tant qu’ancien frontalier dde l’Allemagne, je considère que le franc français de l’époque était une monnaie de singe. Un peu mieux que le dollar du Zimbabwe, mais loin, très loin du DM. Aujourd’hui je suis payé en DM : Eh oui, l’Euro est surtout un DM rebaptisé pour faire passer la pillule, et c’est très bien ainsi : Des décennies de mauvaise gestion de la monnaie par les gouvernants français successifs ont réussi à me convaincre de cela.


                                  • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 18 septembre 2010 00:25

                                    @ Mmarvinbear


                                    Si j’ai souligné que près de 40% des Français souhaitent revenir au franc, c’est pour souligner à quel point cette idée avance et à quel point l’opinion publique est décalée de celle des élites. En aucun cas je n’imaginer qu’il faudrait prendre des décisions politiques en fonction de sondages.

                                    Mes arguments ne risquent pas d’être du copié-collé de P de Villiers puisque je ne fréquente pas les sites du MPF ni ne porte une attention particulière à son discours.

                                    L’exemple tchécoslovaque montre simplement qu’il est parfaitement possible de revenir en arrière sur une unification monétaire.

                                    Ce que je trouve intéressant dans le décalage d’opinion entre les élites et le peuple, c’est que les premières en profitent car le second en est une victime. Il y a donc une belle cohérence.

                                    @ Helios

                                    Commentaire très intéressant, typique d’une certaine gauche. Mais je crois que ce que vous ne comprenez pas, c’est que plus d’Europe, c’est plus de néolibéralisme, quels que soient les dirigeants et les majorités politiques d’ailleurs. Cela fait 25 ans que cela fonctionne ainsi et je ne vois pas ce qui pourrait changer...

                                    @ Alchimie,

                                    Les plus jeunes sont plus critiques vis-à-vis de l’euro et sont presque 50% à souhaiter un retour au franc.

                                    • BA 18 septembre 2010 10:50

                                      Samedi 18 septembre 2010 :

                                      Portugal, Irlande, Grèce : la situation est désespérée.

                                      Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de ces trois Etats de rembourser leurs dettes.

                                      Depuis le 10 mai 2010, les taux d’intérêt de ces trois Etats ne cessent de monter.

                                      Les graphiques suivants sont terrifiants :

                                      Si le Portugal lançait un emprunt à 10 ans, il devrait payer un taux d’intérêt de 6,085 % !

                                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

                                      Si l’Irlande lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 6,293 % !

                                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

                                      Si la Grèce lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 11,560 % !

                                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

                                      Plus les jours passent, plus ces trois Etats se rapprochent du défaut de paiement.

                                      La zone euro va exploser.


                                      • Maldoror Maldoror 18 septembre 2010 11:50

                                        François Asselineau sur la guerre économique :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xbqmrb_la-guerre-economique-francois-assel_news

                                        Anne Marie Le Pourhiet : L’union européenne n’est pas une démocratie
                                        http://www.dailymotion.com/video/xbbf9y_l-ue-n-est-pas-une-democratie_news

                                        Discours de François Asselineau :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xcutby_discours-de-francois-asselineau-1-5_news

                                        Eric Zemmour : l’UE = protectorat américain
                                        http://www.dailymotion.com/video/xcl1tn_zemmour-ue-protectorat-americain_news

                                        La Face cachée de Barroso :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xcl0g1_la-face-cachee-de-barroso_news

                                        La Face cachée de l’Union européenne :
                                        http://www.dailymotion.com/video/x9uh0r_la-face-cachee-de-l-union-europeenn_news

                                        Dupont Aignan : « la fin de la démocratie »
                                        http://www.dailymotion.com/video/xdov3i_dupont-aignan-la-fin-de-la-democrat_news

                                        Mélenchon contre l’Union européenne :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xekkxr_melenchon-critique-l-union-europeen_news

                                        Le complot européen :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xeggd5_le-complot-europeen-ou-la-fin-de-la_news

                                        Bientôt l’impôt européen :
                                        http://www.dailymotion.com/video/xef2lv_bientot-l-impot-europeen_news

                                        Maître Collard dénonce l’union européenne :
                                        http://horreureuropeenne.blogspot.com/

                                        Le complot européen :
                                        Pour ce qui est, entre autres, de l’âge de la retraite, des fonds de pension, de la « libéralisation » des services publics, de la politique salariale et de la flexibilité du travail, inutile de perdre son temps à lire les programmes ou professions de foi des candidats : tout a déjà été décidé. Où ? A Paris, au Parlement ou au gouvernement ? Non, à Barcelone lors du sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Union européenne (UE), les 15 et 16 mars dernier. Le véritable programme commun à M. Jacques Chirac et à M. Lionel Jospin pour les années à venir figure dans le document intitulé « Conclusions de la présidence, Conseil européen de Barcelone », et qui, en bonne logique démocratique, devrait faire partie des documents adressés à tous les électeurs.
                                        http://www.monde-diplomatique.fr/2002/04/CASSEN/16407

                                        Robert Schuman l’employé américain (archives déclassifiées) :
                                        http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html

                                        L’Union européenne veut instaurer le recul automatique de l’âge de la retraite

                                        Le Livre vert de la Commission propose d’inscrire l’âge de la retraite dans les règles communautaires, avec ajustement automatique en fonction de l’allongement de l’espérance de vie. Mauvaise idée, estime un journaliste du Financial Times.
                                        http://www.courrierinternational.com/article/2010/07/15/la-retraite-a-70-ans-c-est-la-faute-a-bruxelles

                                        =>> Vous en voulez davantage pour piger réellement de quoi est fait la « construction » (qui est plutôt une destruction) européenne ? Et ne pensez vous pas qu’il va falloir commencer à alerter votre entourage ?


                                        • Maldoror Maldoror 18 septembre 2010 12:13

                                          @ Laurent Pinsolle :
                                          croyez-vous qu’il faille s’arrêter à une critique de l’euro et que celui-ci contienne l’essentiel des griefs à formuler à l’égard de l’Union européenne ? En limitant votre critique à l’euro, qui n’est qu’un élément du système ne croyiez vous pas qu’indirectement vous ne rendez pas fidèlement compte du sentiment des français à l’égard de l’Union européenne tout entière, sentiment qu’ils ont signifié par référendum en 2005 avec force et qui l’aurait été encore bien plus fortement s’ils disposaient de l’ensemble des informations mettant en cause ce système ainsi que si notre système médiatique n’avait pas pratiqué une odieuse propagande unilatéralement favorable au TCE et au Traité de Lisbonne.

                                          => Les français sont contre l’Union européenne actuelle dans sa totalité.


                                          • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 18 septembre 2010 12:22

                                            @ Maldoror


                                            Je n’ai jamais dit que le reste de la construction européenne allait dans le bon sens, loin de là. Allez sur mon blog et vous verrez au contraire que je pense que l’Union Européenne doit être totalement repensée. D’ailleurs, nous avons fait campagne pour les élections européennes de 2009 avec Debout la République en proposant un « plan B », un traité alternatif radicalement différent des traités actuels.

                                          • Maldoror Maldoror 18 septembre 2010 13:32
                                            Très bien.
                                            Mais pensez-vous que la perspective de « totalement repenser l’Union européenne », et proposer un « traité alternatif radicalement différent des traités actuels » est réaliste ?
                                            Si le Traité de Lisbonne n’est que la copie du Traité Constitutionnel européen, c’est parce qu’il n’y a pas de marge de manoeuvre, pour que l’ensemble des pays puisse se mettre d’accord sur un projet alternatif, si peu alternatif soit-il.
                                            Etant donné que chaque pays défends des intérêts fort différents (les petits pays ayant peur de se voir imposer des décisions par les grands etc.) et que l’Union Européenne repose sur les dogmes que sont la libre circulation des marchandises/capitaux/services/personnes et qu’elle entends appliquer l’ensemble de l’ « acquis communautaire » sans possibilité de choisir « à la carte » pour les pays pensez vous que votre projet est quelque chose de réalisable ?

                                            Moi je considère que ça n’est pas bien réaliste et que tout ceci se heurtera par un refus de l’UE et étant donné que ça n’est pas une fin réalisable (E. Todd a beau vanter les vertus d’un protectionnisme européen on est très loin de cette perspective étant donné que l’intérêt des multinationales et des élites au pouvoir n’est pas celui-ci) il faut immédiatement préciser ce que vous comptez faire une fois que vous aurez eu la réponse négative des 27 et de Bruxelles. Et alors là il n’y aura pas 36 solutions, le retrait unilatéral des traités.
                                            Bon, j’omets une autre possibilité, c’est que, étant donné le poids de la France dans ce système, un retrait emporterait son éclatement assuré, et donc, cela constitue un moyen de pression considérable. Mais la France n’a plus la marge de manoeuvre qu’elle avait sous De Gaulle pour dicter ses choix.

                                            Bref, moi je vois une impasse au bout.
                                            Et je suis assuré que la sortie de l’UE est bien la meilleure solution. L’UE est tout entière tournée vers l’établissement d’un Etat unique européen.
                                            Etes vous, vous et DLR, favorable au maintient de la primauté du droit européen sur le droit français ? Etes vous favorable au maintient de cet échelon parasite qui n’offre aucune lisibilité démocratique à nos concitoyens et qui permet à nos élites de prendre des décisions sans le moindre aval du corps électoral.
                                            Au bout du raisonnement, il devient nécessaire de réformer nos institutions en vue du retour de la démocratie.
                                            ça nous emmène très loin.

                                          • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 18 septembre 2010 14:41

                                            Je pense que cette perspective est difficile mais réaliste pour une simple raison que vous avancez fort bien : l’UE sans la France (ou l’Allemagne d’ailleurs) n’a plus beaucoup de sens. Notre poids économique et plus encore notre position géographique font qu’il n’est pas possible de se passer de nous.


                                            Si rien n’a été fait à Lisbonne, ce n’est pas parce que c’était impossible, c’est parce que la France de Nicolas Sarkozy n’avait aucun projet alternatif à mettre dans le « mini-traité ». Ce n’était que du vent... Du coup, sans projet alternatif ni réelle volonté de faire quelque chose de différent, assez logiquement, les chefs d’Etat se sont rabattus sur un TCE bis.

                                            Imaginons une séquence où un nouveau président Français donne un an à l’Europe pour se réformer radicalement ou sinon la France se retirera. Mon pronostic est que nous arriverions à tout changer (mais uniquement si nos partenaires sentent bien que s’il n’y a pas de véritables réformes, alors nous partirons).

                                            Et pour éviter que la nouvelle construction européenne ne se remette en tête de créer un état européen, il faut supprimer la Commission Européenne (cela était dans nos propositions de 2009) et la remplacer par des agences thématiques auxquelles participeraient uniquement les pays qui souhaiteraient coopérer sur le thème en question (agriculture, projets industriels, réglementation financière). Naturellement, nous sommes totalement opposés à la primauté du droit européen sur le droit Français.

                                            • Maldoror Maldoror 18 septembre 2010 17:51
                                              Mouais, je reste très sceptique, ce que je comprends c’est que vous voulez la fin de l’UE sans sortie de l’UE, et donc une transformation telle de celle-ci qu’elle soit vidée de son fondement et de l’essentiel de ses traits actuels.
                                              En gros l’idée c’est d’avoir un cadre de coopération pour certains projets ciblés (du genre Air Bus & co), d’accord, c’est à peu près la seule chose qui ait marché dans cette histoire européenne.
                                              Mais, à part ça - qui est le genre de projet réalisable dans le cadre de coopérations bilatérales - que reste t-il de l’UE ? Si vous rejetez la primauté du droit européen il n’en restera plus rien du tout : fini la Cour de justice européenne, fini le parlement (qui devrait sans doute déménager totalement à Bruxelles) etc. L’UE, qu’est-ce si ce n’est qu’une machine à produire du droit comme le dit Frédéric Viale.

                                              Donc, moi ce que je comprend c’est la fin de l’UE par le biais de sa transformation forcée ; je pense que ça ne conduira pas moins à l’éclatement de l’Europe.
                                              Et les fonds dont bénéficient les nouveaux entrants ? Vous comptez y mettre un terme j’imagine ?

                                              Mais donc, sinon, est-ce que la sortie unilatérale est envisagée en dernière hypothèse dans votre plan d’opération ?


                                            • easy easy 19 septembre 2010 15:50

                                              Quand les choses vont mal, quand il y a un malaise très partagé (peuple pas heureux) on cherche à changer tout ce qui semble possible de changer.

                                              Et comme l’argent est central au bonheur, il va de soi qu’on pense à changer sa valeur en ses moment puérils. « A défaut de pouvoir gagner plus de billets, je veux que ces billets que j’ai en main vaillent davantage » : c’est de la pensée magique.

                                              Un crétin, quand il travaille, livre du travail de crétin et il a un salaire de crétin. Cela dans quelque monnaie que ce soit.

                                              Si certains de ceux qui fournissent un travail de crétin sont conscients ou lucides (Ils peuvent même être très intelligents et avoir choisi le dépouillement ou le minimalisme à la Diogène), d’autres sont si crétins qu’ils ne réalisent pas à quel point ce qu’ils produisent est banal. Ces inconscients ne manquent pas de réclamer plus, c’est bien normal. Mais bon, tant qu’on ne livre que du travail de crétin que n’importe quel autre crétin peut faire à sa place, on est payé au lance-pierre...


                                              Oh, je sens que je fais fâcher les vrais crétins (Si si, il y en a même sur AVox, vous allez voir)


                                              • mpag 19 septembre 2010 16:49

                                                article totalement hors sujet je me demande si tu fais pas partis des mêmes crétins que tu décris.
                                                A moins que tu t’en rendes pas compte.
                                                Voilà c’est fait


                                              • easy easy 19 septembre 2010 19:32

                                                60 % des Français sont mécontents de l’Euro.
                                                Qui sont ces Français là ?

                                                Non mais sans blague !

                                                Faut vous le mettre sous le nez, vraiment, que les Tapie, Dassault et autres Pinault, ils en sont très contents eux, de l’euro ?

                                                Non mais sans blague, vous croyez vraiment que les riches trouvent à redire à l’euro, au dollar, au yen ou au guarani ? 
                                                 
                                                Vous croyez que Cesar, Buren, Christo, Johnny, Bruel font partie des 60 % de déçus de l’euro ?


                                                Et quand vous jouez au loto, vous rêvez de gagner 29 millions de F ou d’ €  ????



                                                Ce n’est pas de l’Euro ou du mark ou de la pesetas qu’on est mécontent. On l’est de sa pauvreté (relative ne l’oublions jamais) ; le reste n’est que bouc émissaire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès