Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe des pétroliers prépare le gaz de schiste ?

L’Europe des pétroliers prépare le gaz de schiste ?

Alors que la transition énergétique est à peine lancée en France, la question du mix énergétique européen reste encore sans réponse... La politique énergétique est aujourd'hui la compétence des Etats, on note toutefois que la récente intervention de l'autorité européenne sur le sujet du gaz de schiste laisse songeur...

Le Vice-Président de la commission européenne délégué à l'énergie, Maroš Šefčovič déclarait : "it's a huge momentum for the energy union at European level now". En effet il vient de faire des propositions sur le rapprochement des politiques européennes, sans toutefois préciser vers quel modèle on devait tendre... Entre hydrocarbures, ENR et nucléaire, le dilemme reste entier !

Au moment de la nomination de la commission Juncker - l'ex président du Luxembourg et de l'eurozone à l'origine de "luxleaks" - on se souvient que la nommination du commissaire européen à l'énergie avait fait polémique. En effet, l'espagnol Miguel Arias Canete a été critiqué pour ses liens très étroits avec le lobby pétrolier...

Il y a quelques jours, la spécialiste de l'énergie du journal L'Opinion, Irène Inshauspé rédigeait ainsi un article intitulé : "Les industriels s’unissent pour briser le tabou sur le gaz de schiste". Jean-Louis Schilansky, président du Medef Paris - et représentant de l'Union française des Industries pétrolières - a annoncé la création du Centre hydrocarbures non-conventionnels (CHNC). Cette structure rassemble "une vingtaine d’entreprises, de Vallourec à GDF Suez en passant par Total, Air Liquide, Imerys, Technip ou Solvay"...

Parallèlement pourtant, la bulle du gaz de schiste est en train de montrer ses premiers ravages aux USA. Sans trop s'attarder sur les conséquences environnementales, l'article du Monde diplomatique démontre les risques des hydrocarbures non-conventionnels.

D'abord il cite le rapport 2013 « Les perspectives énergétiques : un regard vers 2040 » publié par le groupe ExxonMobil, selon lequel "les Américains deviendraient exportateurs nets d’hydrocarbures à partir de 2025 grâce aux gaz de schiste".

Puis, un article du NYTimes de 2011 : "L’extraction du gaz depuis les schistes du sous-sol, écrivait le quotidien, pourrait se révéler moins facile et plus coûteuse que ce que prétendent les compagnies, comme l’indiquent des centaines de courriers électroniques et de documents échangés par les industriels".

Enfin, dans Petroleum Review, deux consultants mettent en doute « la fiabilité et la durabilité des gisements de gaz de schiste américains ». Dans l'article de Nafeez Mosaddeq Ahmed, bien d'autres précisions sont apportées sur les risques spéculatifs des extractions non-conventionnelles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • anomail 26 février 2015 16:19

    Nul doute qu’à moyen terme le fric aura raison de l’écologie.

    Ce qu’il faut c’est résister assez longtemps à l’exploitation du des gaz de shistes et autre pétroles bitumeux pour avoir le temps de constater l’étendue des dégâts chez ceux qui les exploitent déjà.

    Et là on pourra reparler de « compétitivité » smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 27 février 2015 18:53

      L’écologie telle qu’elle se décline en France et en Europe n’a JAMAIS contribué au respect de l’environnement.
      Le plus souvent elle se traduit par une taxe (recyclage,taxe carbone,TICPE,TICGN CSPE Malus automobile,sur l’eau,les ordures....) qui ne change pas grand chose mais apporte quelques sous à l’Etat.
      Elle et aussi parfois le fruit du lobbying tels les agrocarburants, l’interdiction des ampoules à incandescence ou les véhicules hybrides/électriques
      Le secteur automobile est d’ailleurs particulièrement friand de ces artifices,puissants incitateurs au renouvellement.Depuis 1998 au moins.
      Le summum est atteint quand, dans le même temps une taxe prétendument écologique favorise le diesel et une mesure tout aussi écologique lui interdit de rouler


    • anomail 3 mars 2015 09:25

      @Pere Plexe

      Par écologie j’entends les arbres, les fleurs, les petits oiseaux toussa smiley
      Je ne pense certainement pas à un parti engoncé dans une démocratie représentative (donc bidon).


    • soi même 26 février 2015 17:14

      En réalité c’est très mauvais calcul à long terme, mais bon c’est une particularité humaine, seul l’homme peut se suicidé lucidement !


      • zygzornifle zygzornifle 26 février 2015 17:25

        si l’UMP passe en 2017 la France sera transformé en gruyère ......


        • tRivi 27 février 2015 12:54

          @zygzornifle

          Vue la situation, quelque soit le parti politique en 2017 la France sera un gruyère. Puis on peut le dire maintenant c’est l’Europe et ses banquiers qui nous gouvernes. 

        • aberlainnard 26 février 2015 18:33

          Le pic de production d’un forage étant très rapidement atteint, il faut forer en permanence de nouveaux puits.
          Le nombre de 500 000 forages a été dépassé aux États Unis autour de 2011 2012  !

          Allez voir sur Google earth ce que cela donne au Sud d’Odessa, Texas.


          • alberto alberto 27 février 2015 09:59

            @aberlainnard 

            A propos d’Odessa, il ne t’a pas échappé que les US empêchent Poutine d’exporter son gaz, pour mieux nous fourguer le leur...


          • tRivi 27 février 2015 12:56

            @aberlainnard

            Ce qui est drôle « ou pas » pour les USA, c’est que ça va leur créer un paquet de chômeur en plus le moment venu !

          • christophe nicolas christophe nicolas 27 février 2015 10:35

            Vous êtes un peu à la traîne, tout le monde sait que ces énergies n’ont plus guère d’avenir sur le moyen/long terme. Tous les nationaux Français le savent désormais, le département de l’énergie des USA aussi et plein de gens, etc...


            Je pense qu’ils se posent des problèmes de transition vaseuse, c’est bien normal, vieux réflexe Luciférien... alors qu’il faudrait un réflexe Marial peu en vogue chez les requins...

            Je plaisante mais c’est un peu déconcertant, c’est normal, bon ICCF19.

            Le top pour l’industrie pharmaceutique est un forage au gaz de schiste sous une centrale nucléaire... Gros dividendes en perspective...

            • Andromede95 Andromede95 27 février 2015 11:24

              Sarkozy 2.0 et son gaz de schiste - YouTube

              26 septembre 2014. Plus à un revirement près dans un contexte de crise, notre ex-Président s’est trouvé une nouvelle marotte : le gaz de schiste.

              Le reportage ci-dessus est sujet à controverse (voir l’article de Wikipedia dans le lien ci-dessous, rubrique « Polémique »), mais il donne à réfléchir face à un populisme démagogique surfant sur une conjoncture économique particulièrement morose.

              Résumé extrait de http://fr.wikipedia.org/wiki/Gasland :

              Gasland est un film documentaire américain sorti en 2010. Écrit et réalisé par Josh Fox, il a pour objet l’impact environnemental et sanitaire de la méthode d’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

              Un matin, Josh Fox reçoit une lettre d’une compagnie d’extraction de gaz qui lui propose 100 000 dollars contre le droit d’installer des puits de forage sur les dix hectares du terrain familial, dans la zone non incorporée de Milanville (Pennsylvanie). Méfiant, Fox se renseigne alors sur l’exploitation de la formation rocheuse des schistes de Marcellus qui parcourt la Pennsylvanie, l’État de New York, l’Ohio et la Virginie-Occidentale. Josh Fox visite d’abord Dimock (Pennsylvanie), dans une zone d’exploitation du gaz de schiste. Il y rencontre plusieurs familles dont l’eau du robinet peut prendre feu si l’on en approche un briquet. Les habitants y souffrent également de nombreux problèmes de santé et craignent que leur approvisionnement en eau soit contaminé.

              Josh Fox décide alors de partir plus à l’ouest, dans des endroits où l’exploitation dure depuis une décennie, pour constater son impact sur les communautés sur un plus long terme. Il visite donc différents sites, principalement dans le Colorado, le Wyoming, l’Utah et le Texas, partant à la rencontre des résidents pour en recueillir les récits. Nombre d’entre eux mentionnent des problèmes de santé chroniques, ainsi qu’une contamination de l’air, des puits ou des cours d’eau. Fox admet cependant, dans une interview accordée la radio publique américaine NPR, qu’il ne s’agit que de « causalité suspecte » et pas scientifiquement prouvée. Parfois, les habitants précisent avoir obtenu des compagnies gazières d’être approvisionnés en eau potable ou de se faire installer des systèmes de purification de l’eau.

              Tout au long du documentaire, Josh Fox interroge des scientifiques, des personnalités politiques et des représentants de l’industrie gazière. Ses démarches le mènent même à filmer au Congrès les discussions d’un sous-comité sur le Fracturing Responsibility and Awareness of Chemicals Act, « une loi visant à amender le Safe Drinking Water Act (en) pour supprimer une certaine permissivité envers la fracturation hydraulique », permise par le Energy Policy Act (en) de 2005.


              • wawa wawa 27 février 2015 13:21

                Que nous apprend cet article ? que les pétroliers font lobby pour l’expoitation des hydrocarbures de schiste ? noooon pas possible, sans blague, comment une telle infamie est elle possible ?

                que les opposants inconditionels se rassurent, tant que 50$ il n’y a pas beaucoup de candidats.

                Mais si pénurie, les gisements seront exploités, on ne pourra pas faire autrement.


                • coinfinger 27 février 2015 15:47

                  Je m’étonne que parmi les politiques énergétiques , il n’est jamais fait allusion aux gaz des torchéres brulés inutilement . Alors qu’ils rerésenteraient 150 milliards de m3 par an soit 25 % de la consommation annuelle Européenne ou Américaine .
                  Il faut croire que le pic est tout relatif , ou que nos dirigeants sont de fiéffés irresponsables .


                  • christophe nicolas christophe nicolas 27 février 2015 16:24

                    Il est vrai que le marché de ’énergie représente 10% du PIB mondial, soit 6000 Millards par an. Beau bébé...


                    Je ne suis pas très inquiet pour le CO² mais imaginons qu’on trouve une source d’énergie non polluante et peu chère. Tous le monde serait heureux, plus de guerre pour l’énergie, génial...

                    Il y a tout de même une chose, la consommation s’élèverait ce qui est normal.

                    Or, le rayonnement thermique de la terre doit pouvoir s’échapper dans l’espace pour ne pas surchauffer. Il est serait dont primordial d’arrêter au plus tôt la consommation des hydrocarbures pour effectuer la transition.



                    • Pere Plexe Pere Plexe 27 février 2015 19:00

                      Les quelques tentatives n’ont fait que délocaliser la pollution vers des pays moins regardants.
                      Délocalisations accompagnées de celles de nos usines et des profits qu’elles génèrent.
                      A ce titre l’Europe se montre aussi vertueuse que sinistrée...


                    • fred.foyn Le p’tit Charles 1er mars 2015 10:25

                      Normal...les couillons lobotomisés de la planète vont acheter des bagnoles sans arrêt... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès