Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe doit participer à la nouvelle révolution industrielle

L’Europe doit participer à la nouvelle révolution industrielle

« La France est-elle prête à la révolution de Big Data et de la Data Science ? ».

Un déclic aussi soudain qu’inattendu me fait aujourd’hui remarquer que ma réponse récurrente, consistant à louer l’excellence Française dans l’ingénierie, la recherche mathématique ou les classements internationaux de nos grandes écoles de commerce, est d’une béatitude remarquable.

Mais pour construire ma propre déconstruction, laissons-nous un peu d’espace pour remonter dans le temps. La CECEA, devenue CEE, CE puis Union Européenne s’est construite sur un double idéal : la paix des peuples et la prospérité économique. Durant 63 ans de construction, d’avancées, de querelles de chapelles, de tiraillements entre étatismes et libéralisme, de politique commune, de grandes occasions ratées, de grands projets ou d’échecs magistraux, nous Européens, avons tant bien que mal construit la plus grande économie mondiale, l’endroit du monde où malgré des différences, il fait meilleur vivre, où les États-Providence nous protègent plus que nulle par ailleurs sur le globe.

Eh oui, l’Union Européenne est toujours la plus grande et plus protectrice puissance économique mondiale ! En 2014, son budget s’élevait à 135,5 milliards d'euros (crédits de paiements) - source : www.touteleurope.eu. Qui l’eut crû dans notre contexte dépressif et quasi déflationniste post-chute de Lehman Brothers ?

Mais ne nous tournons pas vers le passé, et regardons le présent et l’avenir. Notre double idéal Européen n’a pas été que cimenté par le Marché Unique et encore moins par l’Euro. La fin des conflits et la prospérité ont enfin été scellées par un tout petit programme (en euros) de l’UE : Erasmus. Pour ceux qui l’ont connu et/ou en font l’expérience en ce moment même, il faut y voir bien plus loin que la beuverie transeuropéenne financée à (grands ?) frais par Mesdames et Messieurs les Contribuables du Vieux Continent.

Pour la période 2014-2020, Erasmus+ dispose d'un budget global d'environ 16 milliards d'euros - source : www.touteleurope.eu, soit seulement 1/5 du budget annuel de l’UE.

Alors s’il faut bien reconnaître que l’on assimile académiquement peu durant un échange Erasmus, le subconscient y intègre progressivement l’idéal Européen : faire fi des différences de cultures pour tisser des liens avec « l’autre » et créer ensemble de la valeur. On y apprend également l’humilité : c’est là que le futur ingénieur français découvre que son collègue allemand est bien meilleur que lui en industrialisation et gestion de projet, que le britannique est imbattable sur le marketing de l’idée et que l’éthique au travail des scandinaves est sans égal.

Pourquoi en ce cas, selon la Commission, le Parlement européen refuse de retirer des fonds de programmes existants pour financer le plan Juncker, menaçant ainsi directement des programmes comme Erasmus ou Galileo ?

La prochaine révolution industrielle qu’ont déjà commencé de déclencher Big Data et la Data Science a impérieusement besoin de cette quadricompétence dans le grand combat économique du XXI°, que mènent déjà entre eux l’Amérique l’Asie et l’Europe.

Il est donc grand temps que cette dernière arrête d’abreuver gratuitement la soif de recrutement de la Silicon Valley après avoir dépensé des milliards d’euros dans l’éducation supérieure de ses jeunes citoyens.

Alors Big Data et la Data Science ne seront pas Français, ils devront être Européens dans toutes leurs composantes d’expertises, et la « Région France » y apportera son ingénierie et sa science avec le génie qui la caractérise. Nos jeunes Européens sont déjà prêts : ils étudient, voyagent, vivent, deviennent amis, se marient et travaillent déjà ensemble.

Il ne reste plus qu’à nos responsables politiques de positionner les lignes budgétaires pour financer notre « croissance organique ». Les britanniques, même athées, diront peut-être « God Help Us »

Sébastien Corniglion

Européen

Région : au quotidien entre la France et la Grande-Bretagne

http://www.touteleurope.eu/l-union-europeenne/le-budget-europeen.html

http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/education-et-formation/synthese/erasmus-2014-2020.html

http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/la-commission-menace-de-raboter-erasmus-pour-financer-le-plan-juncker-313318


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 2 juin 2015 14:37

    on le voit avec les chiffres du chômage, la révolution industrielle passe par le destruction des emplois ......


    • hunter hunter 2 juin 2015 19:11

      Encore un article de blabla, mêlant propagande pro-UE avec technologie du moment.....

      Du vide, du vent, mais pas assez puissant pour faire tourner un moulin !

      une « œuvre » de commande sans doute, pour essayer de faire rentrer les avoxiens retords dans le rang des euro-béats  ?

      Quand vous signez et vous qualifiez « d’européen », vous devriez volontairement renoncer à votre nationalité d’origine, et demander à Junkers de vous créer un statut d’apatride européen !

      Européen, c’est surtout des caractéristiques physiques, comme peau claire, cheveux clairs et yeux clairs aussi ! Être européen c’est une appartenance géographique, rien de plus !

      Adishatz

      H /


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 juin 2015 20:32


        « Les illusions économiques de l’ Union européenne » par Gallois, responsable UPR des questions économiques.


        • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 13:19

          @Fifi Brind_acier

          La vérité du déciMaître. Avec l’onction du Maître.


        • exosphene exosphene 2 juin 2015 20:38

          "La prochaine révolution industrielle qu’ont déjà commencé de déclencher Big Data et la Data Science a impérieusement besoin de cette quadricompétence dans le grand combat économique du XXI°, que mènent déjà entre eux l’Amérique l’Asie et l’Europe.« 

          Et si la véritable ré-évolution ne consistait en faite que de sortir de cette absurdité de »combat économique" totalement contre productif, qui ne profite qu’à certain et dont le plus grand nombre fait les frais.
          Il y a d’autres manières de concevoir les choses, et ça, c’est bien propre à notre culture Française !!!
          La créativité passe par la transgression du formatage.

          Franchouillarement vôtre.


          • kimbabig 2 juin 2015 22:04

            L’union européenne, zone économique affichant la plus faible croissance au Monde.

            L’union européenne, qui oblige les pays ayant commis l’erreur d’en être membre à détruire toute leur protection sociale, qui les enfonce dans la ruine.

            Si le collègue ne travail n’est pas Français, il peut tout aussi bien être Indien, Chinois ou Brésilien qu’Allemand ou Scandinave. Et le mieux est qu’il soit Québécois, Sénégalais, Ivoirien ou Suisse Romand, c’est tellement plus simple pour se comprendre.

            Forcer un ingénieur Français à s’exprimer en anglais « globish » dans son travail, c’est l’amputer d’une part importante de sa créativité, l’obliger à entrer dans la compétition internationale avec les mains attachées. On est tellement plus productif, créatif quand on travaille dans sa langue.

            Le globish c’est bon pour aller taxer des tuyaux aux Indiens, aux Américains ou aux Allemands sur les forums de dev, mais c’est tout.

            Il y a un « nous Français », un « nous terriens », mais il n’y aura jamais de « nous européens ».


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 08:00

              Que d’illusions ! L’auteur n’a pas encore compris que la construction européenne et l’euro ne sont pas des constructions économiques, mais politiques ! Il s’agit d’en finir avec les Etats providence. C’est l’inventeur de l’euro, Mundell qui l’explique.


              Puis, avec la mise en place des euro-régions, d’en finir avec les Etats Nations.
              Il s’agit toujours de politique, et pas d’économie. Diviser pour mieux régner.
               « Les euro-régions pour détruire les Etats Nations. »


              • Jean Keim Jean Keim 3 juin 2015 09:24

                Nous voulons créer un ersatz d’intelligence, nous attendons des merveilles de la technologie et nous ne savons toujours pas ce qu’est la conscience sinon par la définition du dictionnaire ou du philosophe à la mode.

                La vie a-t-elle un sens ?
                Pourquoi ne sommes nous pas sinon heureux du moins en harmonie ?
                Pourquoi l’humanité ne connaît-elle que la compétition, la guerre et l’injustice ?
                Pourquoi et comment la matière inerte s’est-elle organisée pour accueillir le vivant ?
                Pourquoi le vivant lui même s’associe-t-il pour aller vers plus de complexité ?
                Nous ne savons pas répondre à ces questions, ces questions créent un vide et une angoisse et nous nous réfugions dans des activités palliatives avec l’attente qu’elles nous distraient.
                Dans certains moments privilégiés nous levons les yeux au delà de nos mirages et nous voyons le visage de l’autre, le vent dans ses cheveux, la même attente dans ses yeux et l’angoisse nous étreint de plus belle, il nous manque quelque chose de fondamental, nous croyons être le seul dans cet état, nous cachons notre désarroi, nous sommes terriblement habiles dans cet exercice, l’autre l’est tout autant et nous sommes claquemurés dans notre solitude, les autres nous paraissent aller bien mais ce n’est qu’une façade, une mascarade, nous sommes des êtres dérisoires.
                Il devient urgent de reconnaître que nous sommes une espèce malade et de trouver ce qui ne va pas en nous.
                Chercher la réponse à l’extérieur de nous, coller des liens trouvés sur le Net font partie des symptômes de la maladie. 

                • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 13:34

                  Qu’avez vous fait malheureux, vous avez écrits Europe, Union Européenne, Euro, Paix, etc...

                  " Mais pour construire ma propre déconstruction, laissons-nous un peu d’espace pour remonter dans le temps. La CECEA, devenue CEE, CE puis Union Européenne s’est construite sur un double idéal : la paix des peuples et la prospérité économique. Durant 63 ans de construction, d’avancées, de querelles de chapelles, de tiraillements entre étatismes et libéralisme, de politique commune, de grandes occasions ratées, de grands projets ou d’échecs magistraux, nous Européens, avons tant bien que mal construit la plus grande économie mondiale, l’endroit du monde où malgré des différences, il fait meilleur vivre, où les États-Providence nous protègent plus que nulle par ailleurs sur le globe. "

                  Tous ces mots entrainent dans un reflex l’armée des défenseur du Maître à vos trousses.
                  Tout cela cela déclanche de l’urticaire chez les chiens de garde de la secte Asselinienne. Maintenant, vous êtes condamnés à subir leurs cris de vierges effarouchées. Une diarée verbale va vous submerger afin de vous convaincre de votre erreur, puis de vous repentir, pour enfin adhérer à la pensée du Maître. Comme une meute à vos trousses, ils vous persécuterons toujours. La liberté de penser, c’est pour le Maître, pas pour les autres. Ils n’en ont plus besoin, le Maître a pensé pour eux, qu’ils obéissent, et en silence.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 18:59

                    @Appolonius de Zante

                    « Site bancpublic : L’optimisme à l’ honneur ». par Franck Furet ( qui n’est pas à l’ UPR) Bilan pour les pays de l’UE :

                    « Dans le monde réel, l’ensemble des pays de l’ UE, sont en train de vivre un appauvrissement et une régression sociale d’ampleur historique. La vraie pauvreté, concrète et désespérée a désormais refait son apparition en Europe. »


                    Selon les calculs d’ Eurostat en 2011, sur 500 millions d’habitants :
                    ** 120 millions sont menacés de précarité ou d’exclusion sociale.
                    ** 50 millions vivent dans un foyer où personne ne travaille.
                    ** 43 millions n’ont pas les moyens de se nourrir correctement.
                    ** et au moins 4 millions sont sans abri.

                    2015 : Allemagne, 12,5 millions d’habitants sous le seuil de pauvreté.
                    Une belle réussite, n’est-il pas ?

                  • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 19:27

                    @Fifi Brind_acier

                    Eh hop un petit coup de publicité pour l’Union des Petits Rigolos. Après combien d’adhésions racolées avez vous un bon de réduction pour la boutique en ligne du Maître ?


                  • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 19:44

                    @Fifi Brind_acier

                    Le Maître avec Un Petit Rétroviseur, droit devant regarde le passé. Point d’avenir pour le futur, mais produisons des diligences. C’est bien la diligence. Eclairons nous à la chandelle de suif. Là pour lire la pensée obscure du Maître cela sera dur. La chandelle de suif éclaire peu et sent mauvais. L’odeur sera masquée par celle de la pensée du Maître. Aujourd’hui je vient d’inventer une chose qui sera indispensable lorsque nous seront retournés au paléolithique. D’une grosse pierre vaguement circulaire j’en ai tiré un cylindre de 10 centiMaître de hauteur percée en son centre d’un trou. J’ai appelé cela « la roue ».
                    N’essayez pas de me piquer l’idée, je l’ai déposée à l’INPI.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 20:09

                    @Appolonius de Zante
                    Vos commentaires ont un succès fou, savez-vous ?


                  • Ben Schott 4 juin 2015 09:44

                     
                    “ Eh oui, l’Union Européenne est toujours la plus grande et plus protectrice puissance économique mondiale ! ”
                     
                    Le problème, c’est que tous ces cons de prolos, de chômeurs et de retraités ne s’en rendent pas compte, les ingrats !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès