Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe est-elle aussi malade que l’Amérique ?

L’Europe est-elle aussi malade que l’Amérique ?

Dans son dernier livre paru en 2012, Zbigniew Brzezinski offre une vision plutôt pessimiste du monde à venir. Dans ses écrits datés des seventies, il plaçait les Etats-Unis comme une nation en pointe dans les questions sociales et politiques, non sans pointer quelques failles qu’on pourrait penser anodines. Le matérialisme, les gens désorientés, une nouvelle gauche intolérante et trop idéologique… Bref, des traits qu’on peut comprendre dans le contexte d’une transition de civilisation comme celle qui s’est produite après 1960. Une révolution pensait Brzezinski mais pas comme les précédentes devenus des classiques de l’Histoire. Une révolution aux contours incertains et un Occident placé entre deux âges, celui du productivisme industriel fin 19ème avec ses grandes villes secouées par les mouvements de masse, les tensions idéologiques, socialismes, communismes, nationalisme, romantisme politique, et celui du monde technologique, inachevé en 1970, mais maintenant bien avancé en 2010. Néanmoins, bien des travers sont présents et le monde n’est pas plus sûr qu’au temps de la guerre froide. Dans son dernier essai, Brzezinski ne démord pas de sa fidélité aux Etats-Unis, mais reconnaît des traits de déclin tout en suggérant qu’à terme, dans les années 2025, une Chine prospère ne pourra pas jouer ce rôle planétaire, tampon, modérateur, organisateur, qui aurait été celui des Etats-Unis depuis la guerre de 1945. Il semble que le tournant des années 1990 avec la chute de l’Empire soviétique ait viré au fiasco. On peut le penser au vu de la politique américaine à partir des années 2000. Alors que la dernière euphorie économique s’est soldée par la bulle des nouvelles technologies vite dégonflée avec son cortège d’illusion ayant enflammé les activistes des start-up, vite vouée à la sélection du milieu éco-darwinin.

Bref, laissons la politique fiction planétaire pour nous intéresser à six points considérés comme névralgiques par l’auteur. 1, la dette fédérale insupportable ; 2, un système bancaire déficient, pour ne pas dire vermoulu ; 3, le gouffre croissant séparant les plus hauts revenus des populations miséreuses avec une crise de l’ascension sociale par l’économie ; 4, le vieillissement des infrastructures intérieures faute de renouvellement ; 5, une population de citoyens qui ignorent pour la plupart ce qui se passe dans le monde ; 6, un système de partis politiques rongés par les idéologies extrêmes et partisanes, autant que miné par l’impasse des solutions introuvables, autrement dit, le déficit en cap, en vision d’avenir. Je vous en dirai plus si je reçois cet essai. Pour l’instant, j’ose un détour par l’Europe en interrogeant la maladie des pays européens. Qu’en est-il de ces six points ?

Les dettes souveraines européennes sont elles aussi insupportables, bien que moins ingérables que celle des States avec une BCE qui a fini par ressembler à la FED. Le système bancaire, on ne peut pas dire qu’il se porte bien, avec des situations contrastées. Grèce, Chypre, Espagne étant des zones à risques financiers, mais en France ou en Italie, rien ne garanti la confiance absolue. Les disparités de revenus et l’ascension sociale, on peut dire qu’elles minent les sociétés européennes, avec un chômage bien plus important qu’au Etats-Unis mais rendu supportable par divers dispositifs, des Etats ou des solidarités ou encore des débrouilles. Les infrastructures ? N’étant pas dans les secrets de l’administration, je ne peux pas en dire beaucoup mais à première vue, la France et d’autres pays ont fait des efforts dans ce sens. Ce qui donne un petit avantage sur ce point à l’Europe. Mais bon, l’hôpital, les maisons de retraites, la dépendance, les déficit des comptes sociaux, ç’est important. La situation semble déclinante. L’éducation des européens ? A première vue, il semble que les citoyens soient plus au fait des questions internationales mais je n’en suis pas certain au vu de l’indigence des textes appréhendée sur le Net. Là aussi, la pente déclinante semble suivre celle des Etats-Unis avec des contrastes cependant. Les Américains semblent moins instruits que les Européens mais la frange très instruite y est bien plus percutante. Il n’y a qu’à voir sur le Web. L’Histoire semble s’écrire là-bas. Quant aux partis politiques, autant dire qu’ici, les joutes partisanes sont bien présentes, avec des divisions idéologiques d’un autre âge déclinée sur le mode de la comédie entre deux fronts pas si opposés qu’on ne le pense et deux blocs de partis gouvernants n’ayant plus vraiment de cap ni de vision mais prêts à en découdre dans les joutes électorales, avec des journalistes érigés en juges arbitres donnant des points pour désigner qui gagne sur les rings politiciens, comme celui de la conquête de Paris avec deux prétendantes aussi ridicules et fades que narcissiques. En Europe, les partis nationalistes prospèrent. Et les partis de gouvernement désespèrent les peuples.

De 2013 à 2014, les prévisionnistes bien informés savent que les nations européennes vont descendre d’une marche pour se diriger très lentement vers le crépuscule. Aucun des six points ne peut s’améliorer d’ici un ou deux ans. Dette, marasme financier, chômage, pauvreté, santé, université, école, instruction citoyenne, impasse, crispation et non-sens politique ; tout cela ne peut pas s’améliorer. Finalement, nous ne sommes plus entre deux âges comme en 1970 mais à la fin du processus technétronique qui au lieu d’aboutir vers une société du bien-être nous a conduit vers une sorte de merdier, pour ne pas dire cauchemar social. Il faut examiner cette crise en profondeur si on veut trouver une issue positive.

Il me semble, sous réserve d’une lecture complète de l’essai de Brzezinski, qu’un septième point et pas des moindres, mérite une attention. Je vise les médias qui ont aussi un rôle dans ce processus de déclin, médias de masses évidemment mais aussi masse de médias, comme peut l’être le Net. Comme quoi, les choses sont complexes et contrastées. Sur un site assez décalé mais pas mal « branché », j’ai pu lire une évocation de la gouvernance mondiale et de l’année 2013 comme étant décisive, l’année où l’on verra qui, des élites dominantes ou des marges alternatives, écrira le prochain chapitre de l’Histoire ? Je reste très prudent sur ces marges et même très réservé, de même que pour statuer sur une année décisive. Je ne pressens aucun signe en Europe mais aux States, je ne sais pas, n’y vivant pas. L’ami américain devrait regarder de plus près cette Europe qu’il pense être le bras droit de sa politique atlantiste. Un bras cassé pose quelques problèmes.

Cela dit, il paraît certain que la société est viable à moyen terme, même si elle devient invivable. Les moyens de régulations et corrections étant suffisant semble-t-il. Néanmoins, il faut songer à écrire cette Histoire nouvelle. Qui, comment, pourquoi, à nous, les esprits libres, d’en décider. Ce billet s’est voulu concis. Il ne peut que s’enrichir de vos commentaires.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • cardom325 cardom325 30 mai 2013 09:02

    Article intéressant, mais c’est toujours le cas avec vous
    un point de désaccord cependant....ce n’est pas les Etats Unis qui feront l’histoire, l’ Europe est le seul continent qui commence à fourmiller d’idées pour la nécessaire alternative au capitalisme , les USA , comme les asiatiques continuent de foncer, pied au plancher , en sautant sur leur chaise en criant la croissance, la croissance .....le capitalisme a atteint ses limites extrêmes , il est en état de mort clinique , mis en coma artificiel par une dette abyssale et une inégalité de revenus démentielle
    L’ Europe , de par son histoire douloureuse , reste un vivier d’idées , je concède cependant que le monde en devenir reste à inventer . La France tant décriée reste ferme(pour l’instant) sur certains principes( gaz de schistes, OGM) . A court terme, ces positions font l’objet de contestations et même de moqueries , mais l’avenir donnera raison à ceux qui respecteront les contraintes écologiques


    • julius 1ER 30 mai 2013 11:09

      merci Bernard pour cet article, j’aime bien tes écrits en général car je sens l’homme qui cherche des sujets à approfondir et activer le débat d’idées . pour moi tu es sans vouloir te flatter un représentant digne du siècle des lumières sans ostentation ni parti pris.

      je pense que tu as fait tien « le Thèse, Antithèse, Synthèse » si cher à Düring si mes souvenirs sont bons.
      Au delà de l’éloge, c’est bien de chercher du côté de Brezinsky, qui me semble bien mieux que les saloparts que sont les Rumsfeld, ou autre Cheney, au moins on peut penser que certains américains ont encore un côté humaniste à faire prévaloir alors que la plupart sont complètement obnubilés par l’argent et l’intérêt immédiat pour ne pas dire l’anticommunisme primaire qui n’est pas un bon guide pour étudier l’histoire des peuples.
      parmi les six postulats que tu cites, en fait on peut résumer cela en un seul point « money » et la dette, le rôle des banques, le sens de l’économie,les écarts de revenus insupportable, le vieillissement des infrastructures et des populations, les partis, tout revient à l’argent et son rôle dans la société.........
      à partir du moment ou le postulat numéro 1 des ultra-libéraux, Thatcher en tête était de dire qu’il n’y a de société on voit bien que ce mensonge sur lequel se fonde notre société consumériste, ne mène nul part alors que justement depuis l’école obligatoire, le service militaire, les associations etc tout cela était là pour sociabiliser l’individu, lui faire prendre conscience de l’autre, et finalement dire que plusieurs intelligences valent mieux qu’une ...
      qui peut prétendre dans cette société complexe avoir réponse à tout, mesurer tous les impacts et les effets, comme on voit sur tel ou sujet d’actu tous les jours dans les médias. ????
      personnellement je ne crois pas à la gouvernance mondiale chère à Attali, c’est une usine à gaz (une de plus) avant que le monde ait réussit à prendre en compte les plus petits dénominateurs communs et respecter les plus élémentaires droits de l’homme,
      nous serons tous sur ce forum morts et enterrés depuis des lustres...........je crois que l’on aura de bien meilleurs résultats en promouvant une autre politique en Europe en développant une nouvelle citoyenneté et en développant un partenariat avec la Russie, mais déjà il faut bouter toute ces gouvernements conservateurs hors du pouvoir car ils ont totalement stérilisé l’idéal européen.
      le conservatisme tue il ne faut pas avoir peur de le dire et partout ou celui-ci est au pouvoir on se retrouve en pleine stagnation, Clémenceau disait que si l’on était encore révolutionnaire passé l’age de 50 ans, c’est que l’on avait un sacré problème mais je pense qu’aujourd’hui on peut retourner la formule en disant que si l’on est conservateur à 20 ans c’est que l’on a un autre sacré problème !!!!!!!!!!!!!
      pour finir si l’on veut sortir de ce marasme il faut remettre l’économie dans le bon sens, j’écoutais hier soir sur Arte C Beigbeder ( medef et UMP) se vanter et encenser le fait d’avoir 30 multinationales françaises dans le top 100, je ferai remarquer à ce Mr qu’il y a 30 ans certains se glorifiait déjà d’avoir de grandes multinationales soit -disant françaises car à part le fait qu’elles engrangent dans des marchés captifs,et ne payent plus d’impôts ici, quel est l’impact réel en terme d’emplois et de contribution au développement économique en France.
      je dirais que poser la question c’est déjà y répondre ?????????
      je pense que la priorité des priorités à établir pour tous nos concitoyens c’est établir l’indépendance énergétique, seul moyen pour tous de répondre à un besoin de développement durable non pour consommer plus mais pour maintenir une certaine prospérité synonyme de bien être et de convivialité autrement ce sera une lente descente aux enfers .........


      • Montagnais Montagnais 30 mai 2013 11:42

        Bel article .. 


        Aux 6 points de Zbiniew, vous ajoutez le vôtre .. la décomposition des media ..

        Un huitième à suggérer .. la dévastation de la planète .. achevée !.. si l’on tient compte de l’inertie de système.

        • BA 30 mai 2013 12:09
          Prévisions de l’OCDE pour l’année 2013 :

          Pour l’année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,3 %.

          Zone euro : - 0,6 %.

          Pays-Bas : - 0,9 %.

          République Tchèque : - 1 %.

          Espagne : - 1,7 %.

          Italie : - 1,8 %.

          Slovénie : - 2,3 %.

          Portugal : - 2,7 %.

          Grèce : - 4,2 %.

          Chypre : - 10 % ? ? ?

          Chypre : la chute du PIB en 2013 pourrait être à deux chiffres.

          Le ministre chypriote des Finances, Haris Georgiades, a reconnu mardi 21 mai que la chute du PIB de l’île méditerranéenne pourrait être à deux chiffres cette année en raison des mesures d’austérité adoptées dans le cadre du plan de sauvetage européen.

          « Oui, elle pourrait être à deux chiffres », a-t-il déclaré à un groupe de journalistes de Lituanie.



          • L'enfoiré L’enfoiré 30 mai 2013 17:25

            Et pour les USA, progresser de 3%.

            La crise est arrivée par les USA, elle s’éclipsera par la même voie.
            La Chine a ralenti sa progression. Le Japon joue son va-tout, quitte ou double vu en injectant de plus en plus de monnaie pour faire dévaluer la monnaie, alors que son déficit atteint des sommets.
            Non, tout va bien sur la planète Terre, les actions sont au plus haut. 
            La Corée se pointe et danse le Gangnam Style.
             smiley


          • antyreac 30 mai 2013 12:38
            L’Europe est-elle aussi malade que l’Amérique ?

            A mon avis pour instant l’Amérique se porte mieux que l’Europe

            • antyreac 30 mai 2013 14:49

              Les rapports entre l’UE et les EU ne sont pas les mêmes aussi

              La comparaison est donc biaisé.

            • volt volt 30 mai 2013 15:05

              bonjour, c’est tout de même étrange d’aligner ces six points pour culminer sur le septième, et... une fois arrivé à cette question des médias... d’abord ne pas la reconnaître comme centrale, ensuite la cantonner à la question du net, résumé en un site ! 

              cela s’appelle bâcler sur l’essentiel de toute la question.
              car en vous lisant depuis le début, je ne manquais pas de me dire : et si tout cela n’était que du mythe bien rabâché ? tellement repris qu’on ne songerait pas à le remettre en question ? 
              vous contournez la télé qui est le centre même de tout ce pouvoir, sachant par ailleurs que tout ce pouvoir n’est que discours, pur discours, aux effets pourtant bien réels.

              • filo... 30 mai 2013 15:38

                Très juste et pértinente votre analyse de l’article.


                • D’accord avec vous Volt. J’ajouterai qu’il n’est nul besoin de faire référence à des « chercheurs », pour appréhender à quoi se prépare la planète et « ses » Empires. Il suffit à une intelligence moyenne de prendre le temps de réfléchir pour voir très vite le résultat, sur Grand Écran. Et libre ensuite à cette « intelligence moyenne » de se débrouiller pour échapper au malheur.

              • ecolittoral ecolittoral 30 mai 2013 15:40

                Comment comparer un pays continent (USA) vieux de 400 ans et une quinzaine de pays vieux de 1000, 2000, ... ans ?

                Comment comparer ce pays continent isolé entre deux océans et 15 pays dont les histoires et les mentalités ont été forgé par des guerres, alliances, échanges etc... ?
                Comment prendre au sérieux le « rêve américain » qui va se terminer sur une réalité cauchemardesque ?
                Comment comparer un « vieux continent » réfléchi et un jeune dopé aux illusions de grandeur et de supériorité ?
                Depuis plus de soixante ans, on idolâtre les USA en pensant que suivre leur modèle sauvera le monde. Un peu de réalisme ! Nous avons tout ce qu’il faut ici pour résoudre nos problèmes.
                Redevenons, espagnols, français, grecs, italiens et laissons les Américains subir leur passage du « rêve » à la réalité.
                « L’Europe est elle aussi malade que l’Amérique »
                Les Américains ont la rougeole, nous n’avons qu’une grippe de plus.

                • L'enfoiré L’enfoiré 30 mai 2013 17:31

                  Une grippe H1N27, tout de même.

                  Europe 1X 
                  Nationalismes 27
                   smiley 

                • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 mai 2013 17:28

                  Bonjour Bernard,

                  « De 2013 à 2014, les prévisionnistes bien informés savent que les nations européennes vont descendre d’une marche pour se diriger très lentement vers le crépuscule. Aucun des six points ne peut s’améliorer d’ici un ou deux ans. Dette, marasme financier, chômage, pauvreté, santé, université, école, instruction citoyenne, impasse, crispation et non-sens politique  » ....

                  .... « Il faut examiner cette crise en profondeur si on veut trouver une issue positive. »

                  — fin des citations —

                  Il ne faut pas aller chercher loin pour comprendre ou sa cloche !
                  En examinent la situation actuelle on se heurte de suite à deux obstacles majeures :

                  1. La Fraude fiscale, en tête de listes les multinationales
                  Exemple Apple : Apple ne paye des impôts null part dans le monde et ne contribue donc pas aux investissements de l’intérêt général !

                  Mais comment fait Apple pour ne pas payer des impôts (en toute légalité) ?

                  Il y à des nombreuses sociétés comme Apple dans le monde qui échappent aux impôts par la « fraude - légalisé » !

                  Comment peut on légaliser la fraude ? N’est pas contradictoire ?
                  Aux Etats Unis la loi dit qu’une société doit payer ses impôts ou se trouve son siège social ... celui-ci est en Irlande. Et en Irlande la loi dit q’une société paye les impôts ou se trouve le Management, en ce qui concerne Apple celui-ci se trouve en Californie .... et voila le tour est bouclé (joué). Les riches ont une panoplie d’astuces pour exploiter les failles (mise en place par les riches avec l’aide des hommes politiques corrompus) des différentes législations dans le monde, notamment les paradis fiscaux.

                  Les dégâts cause par la fraude fiscale sont gigantesques !

                  Quel rôle jouent les paradis fiscaux dans la fraude fiscale ?

                  La plus grande escroquerie du monde

                  Les chercheurs du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) notaient déjà en 2010 dans un « panorama de l’économie mondiale » que plus de la moitié des transactions commerciales passerait par des paradis fiscaux. À titre d’illustration, l’ONG CCFD-Terre Solidaire souligne que l’île de Jersey (116 km² et un peu moins de 100 000 habitants) est le premier pourvoyeur de bananes en Europe. source

                  2. La corruption
                  Si c’était un bulletin scolaire, il porterait sans doute la mention : « Elève médiocre. Doit mieux faire. » Car le langage des rapports de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’association Transparency International (TI), publiés à la fin de 2012, a beau être empreint de diplomatie, il n’en dévoile pas moins une sombre réalité. La France reste malade de la corruption, que ce soit sous sa forme la plus directe ou sous celle des infractions de favoritisme, prise illégale d’intérêts, concussion, détournement de fonds. source

                  Une vidéo à regarder...

                  concussion, nom féminin
                  Sens : Délit qui consiste pour un fonctionnaire à percevoir des sommes non dues.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 mai 2013 17:43

                    Bonjour eau-de source, (c’est plus joli que du robinet smiley

                     Pour Apple, c’est en effet, un exemple.
                     Exemple qui est potentiellement possible avec toutes les multinationales.
                     Il n’y a aucun délit à combler un trou dans un pays avec l’argent qui vient d’une filiale dans un autre pays.
                     L’Irlande n’est pas considéré comme un paradis fiscal, mais son taux d’imposition est bas.
                     Si vous allez lire ce lien on parle « L’investissement français en Irlande est important avec quelque 150 entreprises employant près de 12 000 personnes, dans de nombreux secteurs de l’industrie et des services. »
                      Où est l’erreur ?

                      Quant à la vidéo, votre journaliste est apparemment un fervent de Nicolas Hulot.
                      Un revenant est-il en manque d’émissions Ushuaia ? 

                  • antyreac 30 mai 2013 17:44

                    La France est un peu dans la même situation avec la société Total et sans doute avec d’autres société et dans le monde on doit trouver des tonnes des société de même accabit


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 mai 2013 19:46

                    Bonsoir l’Enfoiré,

                    Une étude de juillet 2011 présentée par Gilles Carrez, alors rapporteur du Budget à l’Assemblée nationale, montre comment, alors que le taux de l’impôt sur les sociétés est fixé à 33,3%, les sociétés du CAC 40 ne payent que 8% - soit un taux moyen d’imposition de l’ordre de presque 20 points inférieurs à la moyenne des PME.
                    Mais il est moins connu que 40% de cette maigre enveloppe de 3,5 milliards provient de seulement 4 entreprises (EDF, GDF, France Telecom, Renault) dont l’État est encore actionnaire. Les 36 autres ne payent que 3,3 % ». Total, la plus grosse entreprise française ne paye pas un centime en France. source

                    Et voila ceux qui payent que 3,3% sont certainement établie en Irlande ...


                  • L'enfoiré L’enfoiré 31 mai 2013 15:44

                    Je ne vais pas commencer à vous parler de toutes les sociétés (et surtout pas les nommer) qui ont une antenne à Bruxelles. Parfois, une simple boîte aux lettres.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 mai 2013 17:58

                    @Bernard,


                     Au sujet des 6 points, décrivent-ils les problèmes européens ou américains (ou les deux) ?
                     Des deux côtés, les économies sont basées sur des dettes, de ce côté, basé sur l’austérité et rame, de l’autre a fait baisser le dollar après avoir injecté pour augmenter les exportations (mais on attend une remontée). 
                    Le système bancaire a été + ou - stabilisé. 
                    L’écart entre riches et pauvres s’est accru mais en effet, le caractère social est bien mieux assuré en Europe.
                    Qui voyage au dessus de l’Atlantique pour aller voir ce qui se passe de l’autre côté ? 
                    Les idéologies extrêmes et partisanes ? Là, j’hésite. Cela se vaut.

                    • BA 30 mai 2013 20:33

                      Chômage : catégories A, B, C, D, E :

                       

                      France métropolitaine :

                       

                      5 413 600 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Variation sur un an : + 9,6 %.

                       

                      France entière (y compris l’outre-mer) :

                       

                      5 731 700 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Variation sur un an : + 9,5 %.

                       

                      http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PEP500.pdf

                       

                      Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

                       

                      - « Si le traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

                       

                      - « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

                       

                      - « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

                       

                      - « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

                       

                      - « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

                       

                      - « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

                       

                      - « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)



                      • antyreac 30 mai 2013 21:11

                        L’Europe est train de rater son volet économique et par conséquent son volet sociale

                        Encore un peu il ne restera plus rien à cette Europe qui avait tant d’ambition

                      • le_wankh_du_pnume 30 mai 2013 23:47

                        L’EUROPE DEVIENT UNE AMÉRIQUE BIS GRÂCE AU GRAND REMPLACEMENT !

                        =

                        VIVE LE BETON !

                        VIVE L’IMMIGRATION !

                        =

                        « La proportion de colons vivant sur le sol britannique passera de 10% en 2006 à 40% en 2050. Si la tendance actuelle se poursuit, le groupe souchien briton sera minoritaire en 2070. »

                        Gauleiter à la désouchiennerie du Global State des Seigneurs Capitalistes

                        http://www.migrationobservatory.ox.ac.uk/sites/files/migobs/Briefing%20-%20Immigration%20Population%20and%20Ethnicity_0.pdf (page 7 et 8)

                        http://www.youtube.com/watch?v=cbTW_kz4iKo


                        • Antoine Diederick 31 mai 2013 06:20

                          Le rapport de la CIA ,c’est pour Monsieur Morice smiley

                          Je pense que les européens doivent relever le défi de se reconstruire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès