Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe européenne

L’Europe européenne

Regardez bien cette image : c’est la carte de l’Europe, telle que vous pouvez la voir sur tous les billets de banque en cours days les pays qui ont adopté l’Euro. L’Europe y est représentée en couleur foncée. Nos voisins et amis non-européens y sont représentés en couleur claire. On reconnaît le Maroc, l’Algérie, la Tunise et ... la Turquie !

Comme j’ai eu déjà l’occasion de le souligner, la Turquie est un pays d’Asie et non pas un pays d’Europe. La construction de l’Europe avec les États européens est déjà suffisamment compliquée comme ça sans y ajouter des pays d’Asie mineure.

En plus, c’est quand même extraordinaire de proposer à la Turquie d’entrer dans l’Union européenne, alors qu’elle refuse de reconnaître un des États de l’union : Chypre ! On peut noter que l’Europe a pris soin de ne pas froisser la Turquie en ne la conduisant pas devant la Cour de justice pour l’occupation militaire illégale d’un territoire désormais européen ; mais comment pourrait-elle le faire, alors que son Tribunal pénal "international" s’est hâté de faire l’impasse sur quelques crimes de guerre en Croatie, rien que pour amener le protecteur autrichien des Croates à lever ses objections à l’entrée de la Turquie dans l’Europe ? (voir Interview du Président de Chypre du 7 octobre).

D’ailleurs, dès l’annonce officielle, à Luxembourg, de l’ouverture des négociations de l’entrée de la Turquie dans l’Europe, la Turquie a fêté l’événement en procédant, avec son aviation militaire, à des violations massives de l’espace aérien grec, au-dessus des îles de Chios, Lesbos et du Dodécanèse. Vous trouvez ça normal, vous ? Pas moi.

J’ai noté dans un billet de la semaine dernière le silence apparent de Chypre et de la Grèce à l’annonce de l’ouverture de ces négociations d’entrée de la Turquie dans l’UE. J’en discutais avec un ami chypriote grec ; il me disait que la clef de cette situation vient du fait que les Américains (et leurs alliés anglais) veulent faire main basse sur le pétrole du Moyen-Orient. Pour cela, ils ont besoin de Chypre, où se trouvent deux grandes bases militaires britanniques très importantes, qui ont servi de base arrière pendant la guerre en Irak. De plus, les Américains veulent y construire une base immense pour mieux peser sur le Moyen-Orient. Dans cette histoire de superpuissances, Chypre, déchirée par l’invasion turque, n’a pas grand chose à dire. Elle subit, et c’est tout. Quant aux Anglo-Américains, l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne leur permet de s’installer aux portes de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie. Le pays est un simple pion sur l’échiquier de la guerre du pétrole.

On est donc bien loin des idéaux de la Construction européenne ... Et la France, qu’a-t-elle à dire à ce sujet ? Plus rien depuis le 29 mai, qui a sabordé le projet de constitution qu’elle avait elle-même élaboré, et dans lequel, je le rappelle, le premier article du premier titre de la première partie s’énonçait ainsi :

"L’Union est ouverte à tous les États européens qui respectent ses valeurs et qui s’engagent à les promouvoir en commun. "

Pour en savoir plus :
1. La Turquie est-elle en Europe ? (Chez Luc)
2. La Turquie se félicite des assurances pour sa pleine adhésion à l’UE. Son armée s’offre une fête au-dessus de l’Egée grecque. (Info Greece)
3. Interview du Président de Chypre (Info Greece)
4. La Construction européenne est morte (Chez Luc)

Crédit image : Luc


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • ssd (---.---.127.243) 17 octobre 2005 12:50

    ...et Chypre n’est même repris sur cette carte. Il faudrait perfectionner votre géographie...


    • Salim usta (---.---.239.50) 17 octobre 2005 13:07

      Hum, on voit qu’il y en a qui font la tete a la geographie, sur la carte la Thrace est en foncé et la Thrace est turque !! et oui champion ! Alors avant d’avancer des arguments revoit leur base !

      Un turc qui pense que l ’Europe ne merite pas la Turquie....


      • anone (---.---.109.82) 17 octobre 2005 14:01

        il y a des « pions » qui savaent se servir des joueurs.... concernant les pirouettes au dessus de certaines iles..il y a des saluts maladroits.... et oeuvrer pour s allier avec la turquie, ce serait vouloir faire table rase de guerres seculaires.. n en sommes noues pas là ?


        • Stef (---.---.20.123) 17 octobre 2005 14:27

          la domination americaine et anglaise, se foutent bien de la volonté originel de la construction Européenne et dans le plus grand flou legislatif, profite des breches et se lancent à la conquête du monde et du non respect des populations...et Oui, encore et encore le pétrole, le gaz..etc... Alors, je dis haut et fort , non à l’entrée de la Turquie, qui n’est pas un état démocratique et ne le sera pas en 10 ans...la « démocratie » ce qui l’en reste n’est pas un produit, mais bien une notion culturelle, qui s’est batit au fil du temps....Messieurs les « gourvernants » rendait aux peuples du monde ,ce que vous êtes en train de leur voler....Liberté, Egalité, fraternité


          • yann (---.---.102.36) 17 octobre 2005 17:30

            Il faut imposer a la turquie des condition d’adésion avec le reconaissance de chypre le respect des frontières. Un pays puissant n’est pas forcément un pays qui a droit a tout. . .


            • Alexandre Santos (---.---.166.143) 17 octobre 2005 17:35

              Je note que le Portugal est le pays le plus « européen ». Par contre pas de tâche claire au niveau de la Suisse.

              Et en ce qui concerne l’Islande, c’est un peu optimiste. Je ne les vois pas rejoindre l’Europe tant qu’ils auront du cabillaud dans leurs eaux territoriales.


              • abdel (---.---.59.151) 18 octobre 2005 11:01

                Je souhaite juste apporter quelques rectifications sur les affirmations de Luc.

                Vous dites : « En plus, c’est quand même extraordinaire de proposer à la Turquie d’entrer dans l’Union européenne, alors qu’elle refuse de reconnaître un des États de l’union : Chypre ! »

                Je vous rappelle qu’il y a eu en 2004 un referendum proposé par l’UE sur la réunification de Chypre. Et c’est la partie Chypriote Grec qui c’est prononcé négativement à cette réunification alors que la partie Chypriote Turc était d’accord. La Turquie était donc prête à reconnaître Chypre s’il y avait réunification, les Chypriotes Grec en ont décidés autrement... Qui doit reconnaître qui ?

                Les opposants de l’adhésion à la Turquie dans l’UE insistent surtout sur le critère géographique. Quelqu’un parmi vous oserai affirmer que la Réunion, la Guyane, La Guadeloupe, Ceuta, Melilla et bien d’autres, ne font pas partie de l’Union Européenne ?

                Il faut arrêter de chercher de fausses excuses.

                Les seules critères d’adhésion de la Turquie à l’UE doivent se concentrer sur les valeurs démocratiques, économiques. Les mêmes qui ont été demandées aux nouveaux pays entrant.

                Si la Turquie remplie ses conditions, alors elle a le droit d’adhésion au même titre que les autres pays.

                Salutations.

                Abdel


                • Sylvain Reboul (---.---.123.237) 18 octobre 2005 16:17

                  La question de l’adhésion de la Turquie ne doit être posée que dans les termes exacts qui conditionnent l’ouverture des pourparlers avec l’UE : accepte-t-elle ou non de se plier aux exigences de l’UE, concernant Chypre et la question arménienne et plus généralement celle qui concerne les droits de l’homme (femmes comprises) et des citoyens. Toute autre manière de polluer la question en mettant en avant des motifs religieux ou éthniques pour refuser par principe cette adhésion pleine et entière qu’elle nous demande est précisément contraire à l’esprit et à la lettre des textes européens. On ne peut accepter que la Pologne revendique son ancrage identitaire catholique (voir les dernières élections législatives dans ce pays et son attitude pour faire reconnaître par l’UE de son héritage chrétien) et refuser un pays qui ne se dit pas officiellement musulman au prétexte que la majorité de sa population le serait. L’UE n’est pas un club chrétien, elle est un espace démocratique à construire et cet espace ne peut être que laïc sinon l’UE renierait son histoire et sa valeur fondatrice de tolérance conquise de haute lutte, après des siècles de guerres de religion : entre la démocratie et la théocratie nous sommes contraints de choisir et nous avons déjà choisi en faisant de la laïcité un principe fondamental de notre démocratie ; ne l’oublions pas.

                  Refuser, par principe, l’adhésion de la Turquie à l’UE, au nom d’une vision fixiste des identités éthno-religieuses sans cesse démentie par l’histoire réelle produite par les populations, c’est trahir notre parole et trahir nos valeurs démocratiques au profit de leurs pires adversaires dans le monde que sont, aujourd’hui, les islamistes extrèmistes.. Le rasoir philosophique : La turquie et l’Europe


                  • frans (---.---.9.233) 21 octobre 2005 12:28

                    Certes il y a eu un referendum à Chypre sur la réunification ; mais comment les chypriotes grecs auraient-ils pu voter oui à un texte qui ne demandait pas le départ immédiat de toutes les forces turques du territoire chypriote ? je ne suis pas par principe opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE mais je ne comprends pas comment on peut meme en discuter tant que l’armée turque occupe un territoire faisant partie de l’Union Européenne Profitons de l’occasion pour résoudre la question chypriote, les chypriotes grecs et turcs sont prêts à vivre ensemble sans problème , mais sans une armée d’occupation sur leur sol. Frans


                    • (---.---.28.84) 21 octobre 2005 23:05

                      Abdel, la différence entre la France (qui certes inclus la Réunion qui n’est pas en Europe) et la Turquie, c’est que d’un côté 99% est en Europe géographiquement, de l’autre les proporrtions sont inversées. Ce serait comme d’accepter le Maroc parce qu’il avait un petit bout de terre de l’autre côté de gibraltar (ce n’est pas le cas c’est un exemple pas la peine de dire que je suis nul en géo)

                      La parytie foncée de a carte est une Europe historique, dans laquelle Thrace a toute sa place, pas une europe géopolitique.


                      • (---.---.94.134) 25 octobre 2005 22:42

                        Un conseil : informez vous avant de dire des arguments qui tiennent pas la route...

                        Bien vu Salim !

                        Une Belge qui félicite la Turquie pour ses progrès de démocratisation et qui espère pouvoir bientôt lui souhaiter la bienvenue dans l’UE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès