Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe, il est temps de décider

L’Europe, il est temps de décider

L'Europe est en crise, quoi de neuf ? Au fil de son histoire l'Europe est passée de crise en crise comme un adolescent qui refuse toute autorité.

Croyez vous que la naissance des Etats-Unis ait été facile ? Et encore à l'époque ils n'étaient que 13 états. Mais ils avaient un ennemi commun, l'Angleterre, et cela les a aidés à se souder. Déjà il y avait les partisans d'un pouvoir central fort, et ceux qui veulent garder le plus d'autonomie, et ils ont fait des compromis. Bien sûr leur situation était très différente, ils avaient un continent à conquérir, pas de problèmes de compétition entre états. Surtout ils n'avaient pas des siècles d'histoire, qui avaient développé et consolidé les egos des peuples et des politiques.

Parce qu'une partie de nos problèmes vient de là. Nous remuons les vieilles rancœurs qui existent entre nos pays. Quelques déclarations récentes de politiques français par rapport à l'Allemagne ne sont pas piquées des vers !

Les différents personnages politiques ne veulent pas être ceux qui ont abandonné la souveraineté de leurs pays. Et puis, chacun a son propre calendrier électoral qui l'empêche de prendre les décisions nécessaires.

Souvent pour des raisons intérieures de tel ou tel pays, des décisions importantes n'ont pas été prises, et l'accumulation de ces non décisions nous a amené là où nous sommes.

C'est aussi ce qui s'est passé dans notre pays. A force de laisser le temps au temps, celui-ci passe et laisse derrière lui ceux qui n'ont même pas essayé de l'influencer.

A force d'occuper le temps du parlement avec des milliers d'amendement, au mépris des électeurs, on montre que l'on a un pouvoir de nuisance ; et que l'on est dans l'opposition simplement pour empêcher le gouvernement de gouverner, et non pas parce que ses réformes sont mauvaises.

L'Europe se construit depuis 40 ans avec une trajectoire erratique soumise aux changements politiques des plus grands pays. Nous n'avons pas fixé d'objectif et nous en changeons tout le temps au gré de nos gouvernants.

Les 13 colonies qui ont créé les Etats Unis, avaient un objectif et même plusieurs. Ils voulaient se débarrasser des anglais, conquérir un continent et développer un état.

Quelle Europe voulons-nous ? Quels sont les domaines laissés aux états et ceux qu'ils cèdent au gouvernement européen ? Quels sont nos objectifs d'intégration avec un calendrier ? Devons nous avoir tous les mêmes règles en matière de droit du travail, de fiscalité, de gestion des zoos etc…

Le problème c'est que nous ne pouvons pas nous mettre d'accord. Nous ne pouvons pas car les pays qui sont minoritaires sur une question refusent d'avoir "perdu" et de respecter la décision de la majorité. La preuve avec l'attitude anglaise cette semaine.

Peut être y aura-t-il plusieurs Europe, mais que nos politiques fassent preuve de courage politique. Qu'ils refusent toute compromission face à tel ou tel état. L'Angleterre a toujours eu une posture du genre "Vous me voulez tellement que vous allez passer du compromis à la compromission pour que je reste dans l'Europe".

Voulons-nous faire le bonheur des anglais en les faisant rester dans une Europe que les anglais ne veulent pas ? Leurs idées sont respectables mais on ne peut pas être dedans et dehors, ils devraient donc décider une fois pour toutes et que leurs différents gouvernements respectent cette décision sans la remettre en question.

Je sais les résultats du référendum sur la constitution européenne n'ont pas été respectés en France, et ce n'est pas normal. Mais qu'avons-nous vu ? Un président très impopulaire (c'est étonnant on l'adore maintenant !) qui a fait de ce référendum une question simple "me soutenez-vous ?". La réponse était évidente, mais il a fait passer son égo avant l'intérêt européen. On peut même penser que sa haine de N Sarkozy, habilement entretenue par De Villepin, l'a fait jubiler de laisser son successeur dans une situation impossible. Au fait qu'ont-ils fait Chirac et De Villepin pendant leurs carrières ? J'oubliais, ils ont dissous une assemblée qui aurait pu essayer de réformer, et ils ont fait un référendum qui a fait perdre du temps à l'Europe. C'est quand même des carrières exceptionnelles… !!! Chirac est l'exemple même de celui qui s'est contenté de laisser passer le temps. De Villepin est encensé pour un discours à l'ONU. Quelle réalisation ! On devrait lui donner les clès du pays (je sais il n'a pas une chance, mais il croit tellement qu'il a un destin) parce qu'il a bien parlé ? Mais quel risque a-t-il pris ? Quelle chose a-t-il réalisée ?

Nos gouvernants devraient clairement décider le périmètre d'autorité d'un gouvernement central européen, et celui de chaque état. Ils devraient également décider d'un calendrier et s'y tenir.

La commission devrait respecter cet objectif et ne pas essayer de l'influencer sans arrêt. D'ailleurs, à terme lorsqu'un gouvernement central existera aurons nous besoin de la commission ?

Les différents organismes gérant l'Europe sont tellement concentrés sur le fait de conserver leur pouvoir, qu'ils dépensent leur temps et leur énergie à conserver leur pré-carré plutôt qu'à faire leur boulot. Comment se fait il que nous ne connaissions souvent pas notre député européen ? Comment se fait il que les médias nous parlent sans discontinuer des interventions des uns et des autres lors des cessions parlementaires, alors que l'on entend que rarement parler des interventions au parlement européen ?

Quel est le rôle de M Van Rompuy ? On ne l'entend quasiment jamais. A-t-on choisi quelqu'un de si effacé qu'il ne fasse pas d'ombre aux dirigeants des grands pays ? Et Catherine Ashton, que fait-elle ? Ce poste de presque ministre des affaires étrangères devait permettre à l'Europe de parler d'une seule voix, on connait la suite. Avons-nous jamais entendu le gouverneur de l'Oregon ou du Kansas s'exprimer sur l'Afghanistan ?

Je sais ce n'est pas simple et il y a un gros risque que l'Europe perde un certain nombre de membres, et même qu'elle éclate, mais enfin si l'on nous disait vers où nous essayons d'aller, on pourrait y croire un peu plus.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • commodore 15 décembre 2011 09:07

    C’est uniquement l’idée que vous vous faites de l’Europe... Le piège de l’Europe fonctionne toujours aussi bien, hélas.
    Lisez donc l’article de F Asselineau : « De Pétain à la CIA,la face cachée de Robert Schumann » ou bien encore comment la CIA finance la construction européenne.

    http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/robert-schuman/la-face-cachee-de-robert-schuman

     http://www.u-p-r.fr/actualite/europe/la-cia-finance-la-construction-europeenne

    Examinez les raisons de l’impasse européenne :

    http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/les-12-impasses-de-leurope

    Bonne continuation.



    • mac 15 décembre 2011 09:44

      « enfin si l’on nous disait vers où nous essayons d’aller, on pourrait y croire un peu plus. »

      Tout est dit dans cette phrase car l’Europe dont vous rêvez peut-être n’est pas du tout celle que l’on tente actuellement de nous imposer le couteau de l’endettement sous la gorge.

      Le problème c’est que cette Europe là n’a, semble-t-il, rien de démocratique, qu’elle est aux mains de lobbies financiers qui sont probablement ses vrais patrons et qu’avant de la renforcer il faudrait la repenser entièrement.
      Comment faire ceci sans éventuellement se donner le droit d’en sortir ? 


      • scripta manent scripta manent 15 décembre 2011 14:52

        L’Union europénne, par ses modalités de développement et de fontionnement, a beaucoup aidé les eurosceptiques. Elle a livré l’Europe aux intégristes de la dérégulation.
        Et pourtant, c’est vous qui avez raison : il faut poursuivre la construction européenne, pour une autre Europe.
        Rejoignez-nous sur www.citoyensunisdeurope.eu


        • kev46 kev46 15 décembre 2011 14:56

          Pourquoi croire en une Europe (voulue et soutenue par les USA) que nous ne voulons pas ?

          Les 13 colonies américaines avaient un fort point communs : une culture anglo-saxone, l’anglais et un gout pour le commerce et le libre échange.

          Ce n’est pas le cas des 27 états européens : culture anglo-saxones germanique et latine trop différentes, 23 langues différentes, et des pays pour la plupart contraint au libre echange anglo-saxon.

          Pourquoi voulez vous que la France se fonde dans ce moule dont les aspiration sont très fortement opposées à celle des pays latins dont la France !

          Les dirigeants europeens sont bizarement tous ceux pro-atlantiste via leur cursus scolaire ou leur appartenance à des think tank ou autre. La France n’a aucun intérêt à rester dans cette UE !


          • jullien 15 décembre 2011 15:11

            Quelle Europe voulons-nous ?
            L’Etat pan-européen (ce que vous appelez l’Europe) pour quoi faire ?


            • democradirect democradirect 15 décembre 2011 18:23

              Vous dites qu’il est temps de décider. Certes. Mais qui doit décider ? Le peuple de chaque pays doit décider quelle partie de sa souveraineté il est disposé à transférer au niveau européen (voir ici).

              Vous dites « Nos gouvernants devraient clairement décider le périmètre d’autorité d’un gouvernement central européen, et celui de chaque état ». Non, c’est au peuple de décider cela.

              Vous dites « un référendum qui a fait perdre du temps à l’Europe ». Consulter le peuple au lieu de décider contre sa volonté, ce n’est pas perdre du temps. C’est construire contre la volonté du peuple qui constitue une perte de temps et a mené à l’impasse actuelle dont les élites ne songent à échapper que par la fuite en avant au mépris des peuples européens. Au moins vous admettez que ce n’est pas normal que les résultats du référendum sur la constitution européenne n’aient pas été respectés. Mais la conclusion n’est pas qu’il faille cesser de consulter le peuple, mais qu’il faut désormais le respecter.

              Vous dites : « si l’on nous disait vers où nous essayons d’aller ». C’est au peuple de décider, pas simplement d’être informé par la merkozycrature.

              Bref, je ne suis absolument pas d’accord avec vous.

               


              • easy easy 15 décembre 2011 19:12



                «  »«  »«  »«  Les 13 colonies qui ont créé les Etats Unis, avaient un objectif et même plusieurs. Ils voulaient se débarrasser des anglais, conquérir un continent et développer un état.  »«  »«  »« 

                 »développer un état" ?

                En Europe, avant Luther, Calvin, les gens avaient un grand réflexe centraliste (je parle du réflexe d’en appeler ou de s’en prendre au Chef, qu’il soit roi ou pape)
                Après Luther, Calvin, les protestants se mirent à avoir des réflexes nouveau zappant le Centre, les Chefs rois ou papes.

                L’esprit protestant envoie fortement l’individu à une relation avec les gens du peuple pour le quotidien et avec dieu en ligne directe pour le métaphysique. En forçant le trait, on pourrait considérer que les plus protestants ne s’intéresseraient en rien à la politique.
                Disons que c’est l’esprit Amish, Mormon, scout ou même jésuite.

                Qui ont été les immigrants d’Amérique ?
                Des émigrés de l’Europe qui fuyaient soit la misère soit un étouffement par quelque système étatique et qui étaient convaincus qu’ils s’en sortiraient par leurs propres forces + Dieu.
                Débouler sur un continent sauvage, sans aucune structure ni système, c’est ne compter que sur ses propres forces, sur celles de sa famille, à la rigueur d’une petite communauté mais en aucun cas sur l’hyperforce d’un Etat.
                Ces colonisateurs de l’Amérique étant disposés à vivre en ne comptant pas du tout sur un Etat, pas même sur une Police, c’est dire une contre vérité que de prétendre qu’ils voulaient bâtir et développer un Etat.

                Il leur avait toute de même fallu se battre contre un fort Etat Anglais, il leur a fallu se regrouper et de fil en aiguille, constituer un Etat. Mais ils freinaient des 4 fers. Les Texans ne voulant en rien se mélanger aux Virginiens qui ne voulaient même pas parler aux Californiens.
                Il a fallu la pire des guerres civiles pour qu’autour de Lincoln se dégage un Etat fédéral mais très longtemps et encore aujourd’hui, l’Américain est plus ’scout’ que l’Européen.

                Très tardivement, les européens ont accepté de faire une vague Europe d’abord pour abolir les jeux de taxes aux frontières et ensuite pour faire une monnaie commune. Ce qui constitue donc des motivations ou ressorts d’échelle étatique, centraliste.

                En Amérique, a part le coup de Lincoln, ce qui avait plus concrètement fédéralisé les gens, c’était la production-distribution-technologie de l’acier et de l’électricité (Carnegie+ Edisson)
                Il n’y a pas d’Etat dans ce maillage continental, il n’y a que du méga scoutisme.


                Aux USA, la volume des affaires traitées par l’Etat est devenu très important par le biais de la guerre, uniquement par ce biais.
                L’Etat américain, qui a donc mis du temps à exister, est très éloigné de l’esprit Colbertiste et très proche de celui de Goebbels.

                Alors qu’en Europe, il subsiste un fonds qui fait que les individus voient en leur Président celui qui peut résoudre un conflit avec un voisin bruyant ou accorder une pension, en Amérique, les citoyens ne voient en leur président, même noir, même nobélisé de la paix, qu’un chef de guerre qui n’a pas à s’occuper des plantations de maïs ni des hauteurs de haies. De ces contingences du quotidien, les Américains font leur affaire personnelle

                (C’est ce qui fait que même si tout un quartier est en saisie et mis à la rue, il ne se forme pas de manifestation)

                Les Américains ont vraiment déconné en empruntant, en engraissant et en se droguant trop. Mais ils retrouveraient leur esprit scout de 1850, ils seraient le peuple le plus solide du Monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès