Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe refuse d’aider ceux qui ont faim

L’Europe refuse d’aider ceux qui ont faim

« Comment supprimer la pauvreté ?

- En supprimant les pauvres !

- Comment faire face à la crise ?

- Faisons payer les pauvres ! »

 Ces solutions simplistes sont mises en œuvre depuis une dizaine d’années.

En France, le rapport « mal-logement 2011 » de la fondation Abbé-Pierre alerte :

« 3,6 millions de personnes non ou très mal logées, plus de 5 millions en situation de fragilité à court ou moyen terme dans leur logement...

La problématique du mal-logement recouvre des réalités diverses (sans domicile et absence de logement personnel, mauvaises conditions d’habitat, difficultés pour se maintenir dans son logement...), que la Fondation Abbé Pierre cherche à mettre en lumière dans un état des lieux chiffré.

Parmi les 3,6 millions de personnes confrontées à une problématique aigüe de mal-logement on recense tout d’abord 685 000 personnes privées de domicile personnel.

Dans une publication datant de janvier 2011, l’Insee estime à 133 000 le nombre de personnes sans domicile en France métropolitaine au début des années 2000. »

http://www.fondation-abbe-pierre.fr/_pdf/rml_11_chiffres.pdf

Dans le même temps, des maires de plus en plus nombreux décident d’ « éradiquer » la misère de leur ville.

« La trouvaille du maire (UMP) de Nogent-sur-Marne, dans le Val-de-Marne : un arrêté anti-fouille de poubelles, signé début octobre. Et en août, les murs de la mairie de La Madeleine, dans le Nord, ont accueilli deux arrêtés municipaux anti mendicité et anti-fouille de poubelles traduits – tiens tiens – en roumain et en bulgare.

(…) La « chasse aux pauvres » serait-elle ouverte ? Oui à en croire Emmaüs, qui organise ce jeudi à Marseille une opération de mendicité collective sous les fenêtres de la mairie. Histoire de protester contre l'arrêté anti mendicité signé vendredi (journée mondiale du refus de la misère…) par la municipalité. »

On n'arrête plus les arrêtés antimendicité Par Cordélia Bonal

http://www.liberation.fr/societe/01012366775-on-n-arrete-plus-les-arretes-antimendicite

Pendant ce temps, l’Europe s’achemine à la demande de ses pays les plus riches, vers la suppression totale de l’aide alimentaire qu’elle accordait à ses ressortissants.

 « Créé en 1986 par Jacques Delors et sous l’impulsion du mouvement associatif français, européen et de Coluche, le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) permet depuis 25 ans d'apporter une aide alimentaire à 13 millions d’Européens vivant sous le seuil de pauvreté et dans l’incapacité de s’alimenter par leurs propres moyens. »

Les restos du cœur http://www.restosducoeur.org/content/derni%C3%A8re-chance-pour-le-pead

Pour les bénéficiaires, c’est souvent le seul repas de la journée.

Cette aide a été mise en place à l’origine sur les surplus de la Politique Agricole Commune qui étaient répartis. Depuis quelques années, l’agriculture ne produit plus de surplus. La participation au financement de l’aide alimentaire a été réalisée sur l’enveloppe de la PAC.

L'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la République tchèque, la Suède et le Danemark ont saisi la Cour Européenne de justice pour faire établir l’illégalité de cette aide, le budget de la PAC n’ayant pas de vocation sociale.

Ils rejettent tout esprit de solidarité, estimant que c’est à chaque état de pourvoir à ses besoins.

 La Cour européenne de justice leur a donné raison «  et a conduit la Commission européenne à diminuer, pour l’Europe, le budget de 75%. Le programme passera donc de 480 à 113 millions d’euros. La part de la France sera amputée de près de 80%, et tombera donc de 72 à 15 millions d’euros. » Les Restos du cœur. http://www.restosducoeur.org/content/derni%C3%A8re-chance-pour-le-pead

 En France, ce sont 4 millions de personnes qui bénéficiaient de ces vivres par l'intermédiaire de 4 associations habilitées : les Restos du Cœur, la Croix-Rouge, le Secours populaire et les banques alimentaires. En 2011, le programme a permis la distribution de 130 millions de repas.

En 2013, l’aide s’éteindra totalement.

Son montant correspondait à 1% du budget de la PAC.

Pour 2011, le budget de l'UE s'élève à 126,5 milliards d'euros.

Bruxelles a préparé un texte proposant un rattachement du programme à la politique de cohésion économique et sociale d'ici deux ans afin d'ajouter un nouveau fondement légal au Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD).

Ce 20 octobre, le Conseil des ministres européens de l’agriculture vient de refuser ce texte donc le maintien de l’aide alimentaire.

L’Europe sociale, qui n’a jamais vraiment commencé à exister, vient là de tomber dans l’abîme.

« Les conséquences d'un arrêt aussi brutal d'un dispositif parfaitement géré depuis presque un quart de siècle et représentant seulement 1€ par Européen, ne pourront en aucun cas être compensées pour 2012. » alerte le Secours Populaire. http://www.secourspopulaire.fr/actualite.0.html?&cHash=792baef569&id_actu=5692

« Sur l'hiver dernier, les seuls Restos du cœur ont reçu 850.000 personnes et distribué 707 millions de repas. Le PEAD représente un quart d'un budget qui tourne autour de 100 millions d'euros. « Avec la crise économique, nous avons accueilli 25% de personnes en plus sur trois ans. Si on diminue notre budget de 25%, nous nous retrouvons devant une équation impossible », s'alarme Olivier Berthe. »

L'aide alimentaire aux plus pauvres menacée. Louis Morice. http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20110921.OBS0818/europe-l-aide-alimentaire-aux-plus-pauvres-menacee.html

Certains pays qui vont se retrouver dans une grande détresse. Le Portugal pourvoyait 90% de son aide alimentaire par ce financement.

 Comment ce choix politique qui signe une indifférence à la pauvreté, un refus du principe d’assistance à personnes en danger et un refus de la solidarité va-t-il se traduire pour les 80 millions d’Européens ayant des ressources inférieures au seuil de pauvreté ?

Y aura-t-il un élan de fraternité, ce pilier de notre république, cet hiver ?

A côté des victimes du froid, y-aura-t-il des victimes de la faim ?

« Derrière les chiffres, se cache la détresse d’enfants et de familles, de personnes âgées, de chômeurs, de travailleurs pauvres, de jeunes… qu’arrivera-t-il si plus de la moitié de cette aide disparaît ? »

Les Restos du cœur. http://www.restosducoeur.org/content/derni%C3%A8re-chance-pour-le-pead

Le Secours Populaire avertit : « Une catastrophe humanitaire est désormais à craindre sur notre continent. »


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 22 octobre 2011 09:02
    La compassion est une vertu capitaliste, la pitié est habillement mise en scène et évite toute réflexion politique.La charité ne fait qu’entériner l’existence de la souffrance et renonce à en corriger la cause.Combien de pauvres, combien d’exclus qui bénéficient de charité ou qui vont manger aux restos du cœur, ne vont pas voter, ou pire, votent pour ceux qui sont responsable de leur situation.....
     
    ...


    • K K 22 octobre 2011 09:21

      Je pense que vous cernez effectivement bien le problème tel qu’il est perçu par les Danois et les Suédois.

      Ces derniers refusent d’admettre que rien ne soit fait pour supprimer la pauvreté alors que la France, par exemple est un pays très riche. Simplement, chez eux, il n’y a pas un tel écart entre les salaires et tout le monde contribue à la construction de la société en fonction de ses moyens. En contrepartie, il n’y a pas de personnes qui ne peuvent pas se nourrir.


    • K K 22 octobre 2011 09:16

      Ne nous trompons pas de problème en accusant l’Europe et certains de ses états de manquer de coeur alors qu’il s’agit d’un problème interne à notre pays.

      Le rôle d’un état est de protéger ses ressortissants en leur donnant une certaine sécurité, moyennant quoi, les dits ressortissants financent l’état à travers leurs impôts et ont quelques devoirs envers lui. Un état qui ne fournit pas cette sécurité, au sens large, est un état parasite.

      Or, que constatent les états accusateurs ? Ils remarquent que la France, et d’autres, ne remplissent pas leurs rôles. Qu’il y a par exemple dans notre pays la possibilité de ne pas pouvoir se nourrir ni se loger correctement alors qu’on a un travail. Ils remarquent aussi que cette situation a lieu alors que la richesse globale du pays progresse plus vite que sa population et donc qu’une partie de la population confisque indument cette richesse et ne participe pas correctement à l’effort du pays. Cela alors que justement le Danemark, la Suède, les Pays Bas et l’Allemagne font eux de très gros efforts pour que leur modèles sociaux respectifs fonctionnent.
      Ils disent donc que ce n’est pas aux ONG de réparer les carences des états. Et comme les états ne semblent pas comprendre ce message en dépit de nombreuses remarques depuis 2000, on coupe le lien entre l’Europe et les ONG.
      Par ailleurs, en aidant indistinctement tout le monde, ce qui est leur rôle, les ONG favorisent l’arrivée de migrants économiques, ce que ces états ne veulent pas.


      • Muriel74 Muriel74 22 octobre 2011 12:04

        la fraternité de l’état envers les pauvres,

        http://www.wikistrike.com/article-4-mois-de-prison-ferme-pour-un-sdf-qui-a-vole-19-tomates-87008004.html

        , c’est vraiment « pas bien » de voler pour se nourrir surtout quand on n’a plus le droit de mendier ni de fouiller les poubelles....
        Mais qui a déjà invité un pauvre à sa table ? C’est la seule question qui vaille la peine d’être posée, qu’ai-je fait en tant qu’humain pour un autre être humain ?


        • foufouille foufouille 22 octobre 2011 12:40

          ca permet aussi les epiceries « solidaires »
          la bouffe donnee est revendu


          • Daniel D. Daniel D. 22 octobre 2011 12:45

            Ils souhaitent faire mourir les pauvres de faim, pour ne pas se salir les mains.

            Si l’Europe refuse la solidarité, refusons cette abomination qu’est ce systeme centraliste européen qui fut créé par l’argent pour l’argent.

            Le pouvoir au peuple !!!

             (dans le peuple les pauvres sont inclus : rappel pour ces loosers de cacapipitalistes)

            Ce système vas s’écrouler, l’euro ne survivras pas, et si nos politiques restent sur leurs positions la guerre civile semble inévitable avec pillage de magasin, incendie des institutions et autres violences diverses...

             Merci Mr le président Sarkofaf de vos actes de hautes trahison en ces temps de guerre économique !! (on devrais toujours fusiller les coupables de hautes trahison, ce ne sont pas des cas pour « l’exemple » mais ça servirais de rappel a la loi pour tout les autres qui songeraient a s’impliquer pour profiter aussi !)

            Comment peuvent ils être totalement dépourvu d’empathie ces gras profiteurs d’un système inique. Ces gens là sont ils vraiment uniquement des parasites inutiles passant leur temps a essayer de dominer les peuples tout en dépouillant les pays de leur patrimoine ? (hypodrome de compiegne, stock d’or que l’on vide, etc)

            Y EN AS RAS LE BOL DE LEUR AUTO SUFISANCE ET DE LEUR PSEUDOS CERTITUDES QUI RUINENT NOS VIES !!!


            • Marianne Marianne 22 octobre 2011 17:11

              Merci pour l’article. La presse n’a pas assez relayé !


              Le sommet européen du 17 octobre coïncidait avec la journée mondiale de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, il aurait dû prioriser cette action ce jour là ...


              Marielle de Sarnez, députée européenne du MoDem/ADLE, s’est débattue sur ce sujet :

              Lettre d’information n°23 – septembre 2011
              PEAD : personne dans le monde ne comprendrait que l’Europe abandonne les plus pauvres des siens.

              Le programme européen d‘aide alimentaire aux plus démunis est une belle création de l‘Europe, un mécanisme de solidarité créé dans les années 80, les années Coluche, permettant aux associations caritatives de fournir chaque année à plus de 18 millions de nos concitoyens un repas tous les deux jours.

              Saisie par l‘Allemagne, la Cour de justice de l’Union européenne a mis en cause en avril 2011 la base juridique de ce programme, sans pour autant mettre en cause son utilité. Ceci pourrait avoir comme conséquence la diminution massive des fonds pour 2012, qui passeraient de 480 à 113 millions d‘euros.

              La Commission européenne, par la voix du Commissaire Dacian Ciolos en charge de l’agriculture, a proposé de prendre tout de suite une mesure transitoire pour les deux années à venir en utilisant les surplus de la production agricole et en achetant sur les marchés le complément nécessaire, avant de pérenniser ce programme en l‘inscrivant dans la politique de cohésion économique et sociale. Cette position de la Commission a reçu le soutien unanime de notre Parlement européen.

              Et pourtant, 6 états membres, l‘Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas, la République tchèque, le Royaume-Uni, et la Suède, continuent de bloquer au Conseil des ministres de l’UE la mise en œuvre concrète de cette proposition.

              Nous l‘avons vu dans la crise de l‘euro, nous le voyons avec la question de l‘aide alimentaire aux plus démunis, les égoïsmes nationaux sont tristement de retour. Et le principe de solidarité qui avait fondé et inspiré la création de l‘Europe est trop souvent mis à mal. Ceci n‘est pas acceptable.

              Nous demandons aux dirigeants européens que cette question soit mise à l‘ordre du jour du prochain sommet européen du 17 octobre et qu‘une issue favorable lui soit trouvée. Nous attendons d‘eux qu‘ils assument leur devoir de solidarité à l‘égard de ces millions d‘Européens qui, dans les immenses difficultés qu‘ils traversent, comptent encore sur nous, simplement pour manger. Personne dans le monde ne comprendrait qu‘il en soit autrement.




              • Daniel D. Daniel D. 22 octobre 2011 17:44

                « Et le principe de solidarité qui avait fondé et inspiré la création de l‘Europe est trop souvent mis à mal »

                Je suis au regret de devoir vous rappeler que l’Europe n’as JAMAIS eu comme principe la solidarité, uniquement l’économie ! Et elle le démontre encore aujourd’hui.

                Communauté Économique Européenne, qui fait suite a La Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), n’as JAMAIS eu comme objectifs l’union des peuples, uniquement l’union des dirigeants et du capital.

                Pour le reste de votre message je suis plutôt d’accord avec vous.

                Cordialement,
                Daniel.


              • K K 22 octobre 2011 18:23

                Les allemands ont du faire face à la réunification et mettre à niveau la partie Est. Pour cela, ils ont eu une action forte pour lutter contre la pauvreté. La Suède et le Danemark ont aussi fait des efforts pour limiter les effets des fermetures d’usines (tout coûte plus cher en Europe du Nord) et lutter contre la pauvreté aussi. Ce que les contribuables de ces pays ne comprennent pas, c’est pourquoi la France ne fait pas cet effort. C’est un pays riche et le nombre de millionnaires n’a cessé de croitre de manière indécente. Les cadeaux fiscaux à la classe dominante n’existent pas dans ces pays et les services fiscaux n’hésitent pas à employer les grand moyens pour obtenir les listes des évasions fiscales.
                En France, on se contente de constater et de faire des articles de presse. En Allemagne, des PDG puissants sont poursuivis et lourdement sanctionnés. Il en va de même au Danemark.
                Ce que disent ces pays, c’est que les surplus (volontaires) de la PAC leur coutent cher et favorisent les états qui ne font rien pour juguler l’appauvrissement d’une partie de leur population (et même bien au contraire). Il faut donc cesser ce gaspillage et mettre ces états irresponsables devant leur responsabilité.
                Ce qui est dommage, c’est que pour cela, ils mettent une pression insoutenable sur les victimes de la politique des états parasites. Un état parasite est un état qui ne remplit pas sa part du contrat (sécurité de ses citoyens, comprenant sécurité sociale, sécurité du logement, sécurité alimentaire, sécurité sanitaire) tout en prélevant des impots. La France en est un ppour une partie croissante de sa population.


              • foufouille foufouille 22 octobre 2011 20:31

                "Les allemands ont du faire face à la réunification et mettre à niveau la partie Est. Pour cela, ils ont eu une action forte pour lutter contre la pauvreté."
                pas vraiment
                pas de smic et donc des boulots a 2€/h
                hartz IV
                eros center comme offre d’emploi raisonnable, etc


              • exocet exocet 22 octobre 2011 22:57

                Video réalisée par des journalistes au Parlement Européen :
                http://dotsub.com/view/01ad2718-073c-474a-ac40-c7a72e199d55

                Nos représentants....


                • TSS 24 octobre 2011 00:13

                  l’Europe n’a pas d’argent pour les pauvres mais elle sort 300 millions d’€ pour le palais du

                  president Van Rompuy  !! c’est çà le mepris... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès