Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe se meurt

L’Europe se meurt

Et quand bien même des voeux pieux maintes fois prononcés, l’Europe se meurt. A l’heure à laquelle l’Europe recule, Mesdames de Sarnez et Goulard se lamentent, « mais que faire ? ». « Il faut la donner à aimer », alors que les peuples la refusent. On a tout essayé, me semble-t-il. Effectivement, les nœuds de résistance sont complexes à dénouer. Déjà, notre créature ne parvient pas à surmonter les égoïsmes nationaux, elle paraît lointaine, elle inquiète, les avancées communautaires sont très faibles. La méconnaissance des symboles (hymne, drapeau etc.) explique cet échec. D’autre part, les institutions sont méconnues. Quelle est la fonction de la Commission européenne, de la Cour de Justice et de la Banque Centrale ? Le « Marché » domine tout, la pauvreté explose, la dignité humaine recule. L’année 2005 fut l’année marquant le renversement de la tendance. En France, la non-ratification du Traité donne à cet instant un signal puissant à nos élites, d’un refus catégorique de ce projet d’Europe fédérale, projet de civilisation sans équivalent, dans lequel « le rapprochement des économies garantit un projet politique » ambitieux, ayant le devoir de « contribuer à un monde meilleur ». Sachant que la paix est un « acquis communautaire », le reste est considéré comme secondaire, sauf que, « la grandeur de la France passera par la dimension européenne » et que, l’insuffisance de coordination entre les Etats provoque des réponses faibles, comme ce fut le cas lors du Sommet de Copenhague.
 
Face à de tels échecs, quand les responsables politiques au sommet de l’Etat vont enfin comprendre que l’approche intergouvernementale est un acte manqué ? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pour négocier avec le Président OBAMA, mieux vaut parler d’une seule voix que de morceler les intérêts d’un continent « allant de l’Atlantique à l’Oural » en 27 petites voix, qui se coupent la parole, qui font un brouhaha insupportable, et surtout qui font le bonheur du Président américain ! Certains problèmes ne peuvent se résoudre qu’à l’échelle européenne ! Aucun pays n’a le droit d’imposer ses décisions à un autre. Un Etat a le droit d’exprimer son désaccord en utilisant son droit de véto. Non content d’être anti-démocratique, ce droit pénalise lourdement la construction européenne. Tandis qu’un vote à la majorité qualifiée apparaît déjà comme étant une alternative intéressante. Contrairement au troc, la monnaie permet de lutter contre la violence naturelle de l’Homme. Justement cette monnaie existe, c’est l’Euro. La Banque Centrale Européenne permet aux Etats-membres d’emprunter. Les échanges sont réglementés. La stabilité économique permet la paix. Est-ce-que les eurosceptiques peuvent infirmer, que les fonds européens financent des projets régionaux de qualité et assurent la création de nombreux emplois ? Depuis un demi-siècle, le Fonds Social Européen investit dans le capital humain, le Fonds Européen de Développement Régional promeut la cohésion économique et sociale et réduit l’écart de développement entre les régions. Le Fonds Européen d’Aménagement et de Développement Régional développe une politique au profit des zones rurales. L’Europe défend une valeur fondamentale : la solidarité. L’année 2010 est l’ « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ». Ce phénomène est muti-causal et il n’est pas l’apanage des pays les moins développés. A Paris, à Milan, à Barcelone, à Berlin, à Londres, les plus fragiles d’entre nous meurent sur les trottoirs dans l’indifférence totale des citoyens. Quant à la pauvreté, il y a toujours un décalage troublant entre les vœux pieux et les résultats des politiques menées.

L’Europe se meurt. Certains jours, les Européistes ont le sentiment d’avoir fait le tour du problème. Sinon, que faire demain, que nous n’ayons pas déjà fait ?

Démocratement,

Pierre-Franck HERBINET


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • amipb amipb 13 mars 2010 07:22

    Ce n’est pas l’Europe qui se meurt, mais l’Europe libérale, celle qui fait fi des particularités des peuples et impose sa vision commerçante.

    A nous d’en trouver une plus sociale, plus humaine, basée sur l’entente mutuelle plutôt que sur la concurrence libre et non faussée.


    • PhilVite PhilVite 13 mars 2010 11:48

      L’Europe s’est suicidée au XX° siècle.
      En toute logique, au XXI° siècle, elle est déjà bien froide !
      L’UE n’est qu’une fantasmagorie.


      • staybehind 13 mars 2010 11:55

        l’europe est ,(etait ?) une imposture

        paix à son ame.....


        • finael finael 13 mars 2010 15:00

          Requiescat in pace


          • HELIOS HELIOS 13 mars 2010 17:12

            Vous parlez de l’Europe de Lisbonne ?


            • epapel epapel 13 mars 2010 17:17

              Comment aimer ceux qui nous maltraitent ?

              A moins d’être atteint du syndrome de Stockholm, je ne vois pas.


              • epapel epapel 13 mars 2010 17:20

                "L’Europe se meurt. Certains jours, les Européistes ont le sentiment d’avoir fait le tour du problème. Sinon, que faire demain, que nous n’ayons pas déjà fait ?"

                Un problème sans solution est un problème mal posé.

                Vous ne pouviez pas si mieux dire.


                • ddacoudre ddacoudre 13 mars 2010 17:52

                  bonjour pierre

                  redonner confiance, seulement cela.je suis aussi un européen convaincu car nous vivons un événement unique au monde la création d’un état par un processus de paix. pour se faire nous avons utilisé un moyen qui fut est est toujours source de conflit le commerce.
                  nous avons utilisé la par fonctionnelle qui est celle de réunir les hommes au delà de leur frontières et de faire circuler leurs diversités, la transition que tu soulignes est le passage de cette volonté à celle du commerce qui veut plier les européens pour faire d’eux un produit commercialisable de faire des citoyens « marchandisables ».
                  je ne nie pas la réalité des avantages de l’européanisation, mais la volonté de faire un état non politique mais mercantile taillé sur mesure à la loi du marché se lit comme un né au milieu de la figure. en 53 ans d’existence elle a été incapable d’élaborer une seule convention collective européenne sociale en faveur des salariés, mais prit le chemin inverse en réduisant les protections sociales et j’en passe. je pense qu’a un moment si l’on veut se faire aimer faut-il le démontrer.

                  cordialement.


                  • xray 13 mars 2010 17:53


                    Aujourd’hui on nous parle d’un problème avec la Grèce. 

                    Hier on n’a oublié de nous parler du boulet Polonais. À peine intégrée à l’Europe, la Pologne a transformé la dotation européenne en avions militaires américains. 

                    Demain on ne nous dira pas que la Turquie dispose actuellement d’une quinzaine d’ogives nucléaires gracieusement offertes par les étasuniens dans le cadre de l’OTAN. 


                    L’EUROPE 

                    Le problème n’est plus de « construire » l’Europe. Le problème est : « Comment se débarrasser de cette saloperie ? » 

                    On s’achemine vers une société européenne sans nom, sans repères matériels réels, gavée de mensonges. Une société entièrement soumise au totalitarisme religieux. 


                    Les
                    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                    Ils sont soumis à : 

                    - Une monnaie d’occupation ; 

                    - Des journalistes d’occupation ; 

                    - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                    - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

                    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                    - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
                    Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

                    L’EUROPE des curés
                    http://mondehypocrite.midiblogs.com/  

                    Le bourbier européen  
                    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 



                    • curieux curieux 13 mars 2010 18:25

                      Eh oui, qu’elle crève. Pas besoin d’une Europe, colonie des EU.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès