Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Europe selon Bronislaw Geremek

L’Europe selon Bronislaw Geremek


Regardez cette interview, prise lors du rendez-vous des Européens à Lille. Vous comprendrez qu’on puisse avoir un élan d’affection et de respect réel pour cet homme-là.

Je suis entièrement d’accord avec lui. Sur les priorités concernant des politiques de solidarité, entre les Etats et entre les hommes. Sur la nécessité d’un espace public. Il nous parle de jeunesse européenne, de la génération comme la mienne née dans l’Europe, qui a grandi dans une ambition d’Europe politique.

Je crois en revanche qu’il se fourvoie sur Erasmus. J’ai énormément appris à Prague pendant un an. Hors de l’université surtout. Il est indéniable que les 52 000 étudiants français qui partent en Erasmus chaque année en reçoivent quelque chose, qui s’exprime sur court, moyen ou long terme. C’est une bonne chose : cela ne fait pas d’eux des suppôts de l’Union européenne, mais cela fait d’eux des pro-Européens, qui cherchent à comprendre leurs voisins, et qui réfléchissent de manière décloisonnée.

J’ai tendance à penser que cette façon de penser mène à un soutien indéfectible, qui n’empêche cependant pas la critique, de l’Union européenne et des institutions communautaires.

Mais il manque quand même quelque chose à Erasmus : c’est le travail. J’ai passé deux ans au cycle Est-européen de Sciences Po à Dijon, où nous étions exactement 50 % de Français et 50 % d’étudiants étrangers, qui travaillions ensemble, écrivions des exposés, des mémoires, des examens ensemble. Et c’était vraiment du travail.

Cela nous a sans doute plus rapproché qu’une expérience Erasmus à faire la fête et à découvrir la gastronomie du pays d’accueil. Même si cela ne l’excluait pas, heureusement. Mais c’est ce qu’il manque à Erasmus : le travail. Ainsi, ce n’est pas seulement de l’extension du nombre d’étudiants qui partent dont il faut s’occuper, mais aussi de la qualité des universités d’accueil et des cours proposés.

Je vous rassure, tous les étudiants étrangers passés par Dijon sont effectivement incollables en décommunisation de la Bulgarie... mais ils le sont aussi sur La Cité de la peur ou sur La Grande Vadrouille.

Il faudra aussi admettre un jour que la population qui peut partir en Erasmus représente une minorité que l’on peut qualifier d’élite, et que construire un espace public européen, c’est aussi élargir le public qui peut s’approprier le sujet européen. Il faut penser à des échanges professionnels, à des échanges techniques, éventuellement, comme le proposait Nouvelle Europe, à des échanges entre journalistes, entre professeurs...

C’est comme ça que la "solidarité" dont parle Geremek au début (je boucle la boucle) saura le mieux s’exprimer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • dup 15 mai 2008 06:47

    un tombereau de lieux communs, de phrases creuses ,et de bla bla .pendant ce temps les peuples europeens sont baisé par la grande finance et leurs élites sur leurs choix democratiques et dépossédées de leur souveraineté . Vous pouvez vous rendormir sur ce discours soporiphique . Ah j’oublais : la concurrence libre et non faussée , voila chers jeunes le projet de société auquel vous invite ce monsieur

    http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/A/15030

     

     


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 15 mai 2008 11:50

      Il faut penser à des échanges professionnels, à des échanges techniques ==> tout ca existe deja : travailleurs frontaliers au Luxembourg, de France, Belgique et Allemagne, francais ou suedois ou polonais a Londres etc... la liberte de bosser dans les pays de l’UE est une realite depuis longtemps (as tu entendu parler de l’Acte Unique ??)

      echanges techniques : lol. c est a dire, concretement ? Il n y a ni plus ni moins d’echanges techniques entre Peugeot Avenue de la Grande Armee, l usine de Poissy et l’usine de Tvarna en Republique Tcheque que entre Detroit et les usines GM de Rudesheim.

       

      Echanges de prof : jamais entendu parle du mercato des profs d’ecole de commerce ? http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=470088

       


      • dom y loulou dom 28 mai 2008 12:31

        si j’étais français je répondrais à cet appel

        http://changerlarepublique.over-blog.com/article-19858857.html

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès