Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’idée d’un moratoire des dettes fait son chemin en (...)

L’idée d’un moratoire des dettes fait son chemin en Europe

Alors que l’Irlande et la Grèce ont été secourus pour un montant de 200 milliards d’euros, il semble difficile pour les Etats européens, dont les fondamentaux économiques sont encore solides, de continuer à injecter des liquidités sous peine d’affaiblir leurs capacité d’action budgétaire et d’entraîner les marchés dans une nouvelle vague spéculative. 

Quelques mois en arrière, Il était impensable de croire qu’un pays de l’Union Economique et Monétaire (UEM) puisse faire faillite. L’euro se serait déprécié après une perte de crédibilité des investisseurs. L’UEM a donc mis en place un Fond Européen de Stabilité Financière (FESF) de 750 milliards d’euros pour faire face aux échéances de pays européens. Il aura suffit de quelques mois pour engloutir 200 milliards d’euros pour sauver les économies grecques et irlandaises. Les rumeurs vont bon train sur les prochaines cibles que sont le Portugal et l’Espagne. 
 
Il est évident que le marché financier a compris que quelque soit son comportement, et donc les gains qu’il tirerait d’une prime de risque plus élevée sur les obligations de ces Etats, l’UEM était toujours prête à injecter des liquidités pour soutenir ses Etats membres. La logique keynésienne prévaut car l’afflux d’euros dans les économies est considéré comme un moyen de préparer la croissance future. 
 
Néanmoins, des pays européens, l’Allemagne en tête, soulèvent des questions quant à la véritable efficacité d’une telle politique sur le plus long terme. L’argent injecté depuis plusieurs mois par la Banque Centrale Européenne pour racheter des actifs pourris (dont la valeur s’est dépréciée) ne s’est pas transformé en création de richesses puisque la croissance réelle européenne reste faible, d’une part parce que les banques consolident leurs bilans avec cet argent et d’autre part, parce qu’il n’existe pas encore de secteur nouveau qui puisse servir de moteur. 
 
Par conséquent, un des risques craint est une inflation plus forte qui pourrait encore peser sur la consommation et le niveau de vie des ménages européens. Les euros de la BCE ont servi directement à alimenter la spéculation sur les matières premières poussant les cours vers des sommets records. Depuis plusieurs mois, Axel Weber, président de la DeutscheBank, était très critique de cette politique interventionniste menée par Jean-Claude Trichet. 
 
Ce désaccord prend une tournure politique avec Angela Merkel qui a parlé d’une "mise en faillite ordonnée" de certains Etats européens. Chaque pays recevrait donc un plan à suivre propre pour d’une part, garder la confiance des créanciers et d’autre part, avoir une politique de long terme de relance économique et industrielle. Cette idée fait son chemin au sein de la diplomatie européenne puisque les ministres de finance européens se quittent sans s’accorder sur un rallongement de crédit pour le FESF. Le Fonds Monétaire International était le principal partisan de cette option. 
 
www.interstato.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • JL JL 10 décembre 2010 09:56

    Quand un maître chanteur menace la survie de sa victime, alors le meurtre du maître chanteur relève de la légitime défense.

    « ... Le sauvetage public n’a aucune vocation à les (les actionnaires) ressusciter, il n’a pas d’autre finalité que de nous éviter le désastre collectif qui suit particulièrement d’une faillite bancaire. L’alternative qui naît de cet événement est alors des plus simples et, selon que l’Etat fait ou ne fait pas, ne laisse le choix qu’entre, d’une part, des banques à terre, des actionnaires morts et nous morts avec très peu de temps après, ou bien d’autre part, des banques redressées, des actionnaires laissés morts mais nous vivants par le fait même de la saisie-redressement. On constatera que dans ces deux états du monde possibles les actionnaires meurent identiquement, et que la différence notable tient au seul fait que dans l’un nous mourrons avec eux, dans l’autre pas, raison pour quoi il ne devrait pas y avoir à réfléchir trop longtemps avant de choisir la bonne solution... »  » (Ne pas détruire les banques, les saisir, par F. Lordon, 2/12/10)


    • Mark Hitti 10 décembre 2010 10:19

      L’article de Mr. Frédéric Lordon était claire et précis. Il se place dans la logique d’un « Etat Manager » seul capable de répondre aux défis d’une communauté. 


    • plancherDesVaches 10 décembre 2010 10:49

      Marrant comme les idées de Lordon sont de plus en plus reprises.

      Mais ce sont des idées de gauche. Donc, les plus riches et puissants ne les accepteront jamais.

      « Circulez, y’a rien à voir. »


    • plancherDesVaches 10 décembre 2010 10:52

      J’en rajoute une couche :
      http://www.dailymotion.com/video/xfa8ah_economistes-atterres-frederic-lordo_news

      De toute façon, pour que des milliardaires proposent de « donner » la moitié de leur fortune (qu’ils récupéreraient par les banques), c’est qu’ils savent que ça prend une mauvaise tournure. Pour eux.


        • Sergueï Sergueï 10 décembre 2010 11:06

          Courons nous vers une inflation « européenne » rythmée par les faillites d’états hyper-dépensiers ? Les états membres ont interêt a arrêter de jeter l’argent par les fenêtres ou nous courons vers la catastrophe.


          • sisyphe sisyphe 10 décembre 2010 17:06

            .. ne vous inquiétez pas pour « l’argent jeté par les fenêtres » ; il rentre par la porte.... des banksters...


          • sisyphe sisyphe 10 décembre 2010 15:23

            Annulation des dettes, mise en faillite des banques privées, nationalisations des banques de dépôt, réforme monétaire, taxes sur la spéculation, et basta. 


            • sdzdz 15 décembre 2010 08:25

              Pas de moratoire pour sanctionner les bourreaux de la République !

              Je trouve votre article un peu tendancieux, dans la mesure où ce qui est proposé au niveau européen n’est qu’une continuation de ce qui existe déjà avec les mêmes aux responsabilités. En tant qu’ opposant à ce système, il ne faut rien leur laisser comme marge de manoeuvre, et certainement pas leur laisser le choix du calendrier !

              Parcequ’ avec ce petit jeu, obtenir une majorité en France pour défendre les intérêts des « nonistes » puis trouver un accord à 27 ou 30 dans l’UE est mission impossible...


              L’ IRC propose de suivre deux grands axes
              -souveraineté monétaire, Franc-Or et Franc courant (système de sas !)
              -et résorption de la dette publique par monétisation au profit de nos partenaires francophones

              -focalisation de l’Etat sur des investissements lourds pour mener une autre politique énergétique, sortir de l’économie pétrolière.
              cf blog
              http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mark Hitti


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès