Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Italie à sa botte

L’Italie à sa botte

L’Italie vit une période difficile,
Elle a élu à sa tête, et par trois fois Sylvio Berlusconi
Et depuis, les scandales pleuvent de tous les cotés,
Pourtant, Berlusconi contre vents et marée, s’accroche au pouvoir.
 
En Europe, il est devenu banal d’évoquer les frasques du Cavalière cavaleur, légitimant en quelque sorte les dérapages sexuels du leader italien, mais des intellectuels italiens nous appellent à la vigilance, tentant de nous faire comprendre que la situation est bien plus grave que celle que nous envisageons.
 
Dernier scandale en date, Berlusconi vient de faire libérer une jeune marocaine mineure, Ruby, (Karima Keyek) mise en prison pour vol. lien
 
Elle assure avoir été payée pour assister à l’une de ses fêtes torrides, dans la villa même du premier ministre. lien
 
Ruby dit avoir passé plusieurs soirées, avec d’autres filles, Berlusconi étant le seul homme présent. lien
 
Une autre, Nadia Macri évoque le 3 novembre ces aventures avec l’infatigable coureur. lien
 
Le tarif des prestations sexuelles et ludiques des partenaires de Berlusconi se situe entre 5 000 et 10 000 €.
 
« 20 minutes » nous propose dans un article récent, un diaporama des partenaires du président du conseil italien.
 
Aux Etats-Unis, une fellation avait suffit à ruiner la carrière du président américain. lien
 
En France, Cecilia affirmait dans son livre « portrait » que Nicolas « saute des nanas dont il ne se rappelle même plus le nom  » lien
 
En Italie, Les parlementaires demandent des explications, et la presse évoque « un pays en otage  ».
 
En réponse, Berlusconi à déclaré « je suis un homme de cœur, et j’aide ceux qui en ont besoin (…) le reste, ce sont des calomnies  ».
C’est ce que l’on peut lire sur le site « arrêt sur images ».
Pour bien enfoncer le clou, il déclare « il vaut mieux aimer les belles femmes qu’être gay ».
 
Cette déclaration a mis la communauté gay dans tous ces états, et elle est allée manifester sous les fenêtres de l’intéressé. lien
 
Déjà en juin 2009, la presse avait évoqué « al Cavalière » avec ses escort-girls. lien
Maintes fois questionné par la justice pour des casseroles diverses, il a échappé depuis 30 ans à toutes les sanctions.
 
Berlusconi, dans le dernier film de Sabina Guzzanti, (Draquila) présenté hors compétition à Cannes cette année, déclare qu’il a eu la chance de pouvoir disposer de 200 millions d’euros pour se défendre sur le terrain juridique. vidéo
 
C’est Adriano Celentano qui le chante : «  La situazione non é buona  » 
 
"Sa cohorte de nain de cour, de bouffons et de piliers de comptoirs, de ces incultes fiers de l’être, de bellâtres footballeurs et putes au grand cœur, sans parler de la xénophobie qui ronge le cœur du pays".
 
C’est la description que font de leur chère patrie 4 artistes que l’on pouvait entendre, le 1er novembre, sur l’antenne de France culture, dans l’émission «  la grande table » de Caroline Broué et Hervé Gardette.
 
3 écrivains et une cinéaste y dressaient un tableau noir et lucide de la situation italienne.
 
On rencontrait ainsi Rosetta Loy (cœur brisé-Mercure de France) Simonetta Greggio, (dolce vita 1959 1979- stock) Jean Noel Schifano (Le vent noir ne voit pas ou il va-Fayard) et une cinéaste, Sabina Guzzanti réalisatrice du film « Draquila, l’Italie qui tremble ». lien
 
Les trois écrivains présentent un visage terrifiant de l’Italie d’aujourd’hui.
Comment a-t-elle pu basculer si profondément dans le berlusconisme,
« Dans ces trois livres il n’est question que de violence, que de racisme, de crimes non élucidés, de mensonges, de complots politiques, et on a l’impression d’être dans un pays qui est sous les décombres » déclare Caroline Broué.
 
Rosetta Loy évoque une situation qui va de pire en pire, comme une descente dont on ne voit pas la fin, un fascisme larvé, et elle est véritablement épouvantée de cette situation.
 
Simonetta Greggio parle d’un fascisme mou, avec un Berlusconi omni présent, par les médias qu’il contrôle, et affirme qu’il s’agit bien d’une dictature sous couvert de démocratie.
 
Ces « 20 ans italiens » (de 1959 à 1979) racontent par le menu la mafia sicilienne, mais aussi les étranges affaires financières du Vatican, annonçant les trente années qui vont suivre.
 
Récit inquiétant d’une Italie à la dérive.
 
Le film de Sabina Gussanti avait été présenté à Cannes, provoquant l’absentéisme du ministre de la culture Italien lors du Festival, et une popularité grandissante de la cinéaste.
 
Dans son documentaire à la Michael Moore, elle dénonce bien sur les frasques sexuelles, les casseroles judiciaires du leader italien, mais aussi comment en quelques années, l’Italie a été mise en coupe réglée par une privatisation de l’Etat au profit d’une organisation qui s’appelle «  la protection civile  ».
 
En France on connait aussi cette dérive qui permet la privatisation du service public.
 
Cette organisation est composée de véritables bandes, agissant avec violence, avec un chef, Guido Bertolaso, lié au Vatican, et au pouvoir bien sur.
 
On y trouve des proches de Berlusconi, et elle s’affranchit de toutes les procédures habituelles sous prétexte de l’état d’urgence. lien
 
Elle est sous l’autorité des membres de la « ligue du Nord », ce groupe politique xénophobe qui a fait son apparition depuis peu en Italie.
Son chef est soupçonné de truquage d’appels d’offres pour des travaux publics. lien
 
Cette organisation, mise en place pour régir la situation dans le village d’Aquila, dénoncée dans le film, montrant dans quel pouvoir de dépendance sont tenus les habitants, et quelles règles ignobles leur sont appliquées.
Le film est sur les écrans depuis le 3 novembre.
 
Jean Noel Schifano, quant à lui, évoque un pouvoir fasciste, une théo-vidéocratie (comme il dit) un pouvoir noir qui s’étend en Europe à partir de l’Italie.
Il rappelle qu’il existe une loi dans la constitution du Vatican qui considère l’exilé ou celui qui demande un toit, comme un criminel.
 
Il raconte aussi le scandale de l’Aquila, quand les populations sont véritablement enfermées dans des appartements de fortune, avec l’interdiction de planter le moindre clou, pour ceux qui ont la chance de pouvoir être logés. Les autres sont à la rue, avec des froids de -20 qui s’annoncent.
 
Il dénonce l’intervention perpétuelle de l’état du Vatican sur l’état italien, évoquant les accords de Latran, signés le 11 février 1929, entre Mussolini et Pie II, permettant l’opacité de la banque du Vatican. lien
 
Ce sont 150 ans de l’Italie qui défilent sous nos yeux, de Garibaldi à Berlusconi
Comme l’écrit Alexandre Lacroix dans « courrier International » : « en 187 pages, il a enfoncé le premier clou du cercueil d’une Italie unifiée ». lien
 
Dans ces trois livres et ce film, la maffia est bien sur largement évoquée, bien qu’elle ne soit pas limitée à l’Italie.
 
Elle s’est étendue aujourd’hui dans le monde entier, et se nourrit du blanchiment de l’argent sale, du trafic de drogue, de celui des armes, de la prostitution…etc.
En rendant illégale la consommation de la drogue, on en fait artificiellement monter les prix, comme c’était le cas pour l’alcool aux temps de la prohibition.
 
Le kilo d’héroïne se vend 30 000 €, alors que sa valeur marchande est bien plus modeste. lien
 
C’est donc l’interdiction qui permet ces prix prohibitifs, et qui donne sa puissance à la mafia.
 
On estime en Europe à 1 million le nombre de consommateurs réguliers, et on imagine sans peine l’intérêt que la mafia trouve dans ce trafic.
La mafia n’est hélas pas une lubie pour auteur de polar en mal de sensationnel, elle est une réalité.
 
Dans un documentaire de 47 minutes, « Les confessions d’un tueur de la mafia  » on découvre les rouages de cette organisation, impliquée aujourd’hui dans le monde politique.
 
C’est l’histoire d’un tueur professionnel, Richard Kuklinski, recruté par la mafia italo-américaine, mort en 2006 après 33 ans de « carrière », et plus de 200 meurtres à son actif.
 
Le Journal Italien « Repubblica  » affiche à sa Une « Abus de pouvoir ». Et le journaliste italien d’expliquer : « en feuilletant les pages Europe des journaux étrangers on trouve d’un coté le scandale sexuel dans lequel est empêtré Berlusconi, et juste à côté Nicolas Sarközi qui est accusé d’espionner des journalistes grâce au service de sécurité de l’état ».
 
La Stampa affirme « Berlusconi est cuit ». « Il Fatto quotidiano » enfonce le clou « le jour de la honte ».
 
Hannah Arendt disait « le pouvoir n’a pas besoin de justification du moment qu’il est légitime, d’où l’indispensable vigilance des contre-pouvoirs…les journalistes par exemple ».
 
On peut lire ici l’éditorial de Cécile de Kervasdoué, de France Culture, du 4 novembre 2010 qui fait une revue de presse complète de la question.
Mais Berlusconi rit, il est toujours là, et la mafia aussi.
 
L’avenir serait donc sombre pour la liberté d’informer, et pas seulement en Italie.
 
Car comme dit mon vieil ami africain :
« Le lion dort avec ses dents ».
L’image illustrant l’article provient de « asslema.com »

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

125 réactions à cet article    


  • jako jako 5 novembre 2010 09:54

    Bonjour Olivier
    Affligeant état de délabrement de nos démocrassies qui mettent à leur têtes (France et Italie) des imcapables notoires.
    Comme le dit notre conducator, cela fait grimper le chiffre de paris mache...


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 10:31

      jako,
      oui, il s’agit bien de délabrement, le mot est parfaitement choisi.
      j’aurais pu pousser les ressemblances entres ces deux pays, mais j’ai préféré me concentrer à la situation italienne,
      les lecteurs chercheront les ressemblances avec notre situation.
       smiley
      merci de votre commentaire.


    • spartacus1 spartacus1 5 novembre 2010 17:45

      Effectivement, vue de l’étranger où je suis souvent, France et Italie sont confondus dans la même intense rigolade et le même mépris pour leurs dirigeants respectifs.

      Et quand Sarko croit qu’il va remonter sa popularité avec le G20, il se goure totalement. Parce que les dirigeants étrangers ne lui accorde strictement aucune importance, pire, ne tiennent absolument pas à lui faire une quelconque concession.
      Par exemple, Merkel en a plus qu’assez des familiarités déplacées, des petites claques dans le dos ou sur les bras. Si elle peut se payer le Sarko, elle ne va pas le rater.

      J’ai vu, au JT hier soir, que Sarko s’était permis de faire de petites claques sur les bras du président Hu Jin Tao. Dans la civilisation chinoise, les contacts physiques ne peuvent se faire qu’entre personnes très très proches, alors Sarko et Hu Jin Tao .... Encore quelqu’un qui ne va pas trop apprécier Sarko. Et déjà que la France pèse peu pour la Chine, cela ne va rien arranger, encore une occasion de gâchée. Bon, les chinois sont polis, il ne diront rien, ne montreront aucun agacement, mais ils n’en penseront pas moins et agiront en conséquence.


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 18:01

      Spartacus,
      je crois aussi que les contrats qui viennent d’être signés vont faire des dégats chez nous à moyen et long terme, car en vendant notre technologie, nous perdons une de nos dernières chances de ressembler à quelque chose, face à la toute puissance chinoise,
      à voir aussi la courbette qu’il a fait devant le chef d’état Chinois, on voit lequel des deux est contraint d’avaler des couleuvres.
      http://schoenel.unblog.fr/files/2010/04/sarkozyenchine2010.png
      merci de votre commentaire


    • spartacus1 spartacus1 5 novembre 2010 18:17

      J’aime bien la photo de votre lien.

      Encore une Sarkonade. Il confond chinois et japonais.

      Les chinois ne font aucune courbettes lorsqu’ils se rencontrent, ils inclinent simplement la tête. Ce sont les japonais qui font des courbettes, parfois à n’en plus finir.

      Et de toute façon, ni les chinois, ni les japonais ne se serrent la main.


    • Gollum Gollum 5 novembre 2010 10:21

      J’ai jamais pu comprendre comment un état moderne avait pu propulser à sa tête un type aussi médiocre. Ca me dépasse..


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 10:33

        Gollum,
        vous parlez de qui ?
        Berlusconi ? ou Sarkozy ?
        les deux peut-être, sauf que pour le cavalière, c’est la troisième fois qu’il est élu !
        çà ne présage rien de bon pour nous.
         smiley


      • Gollum Gollum 5 novembre 2010 11:26

        Euh.. Berlusconi bien sûr. Réélu 3 fois, un arriviste total à l’humour gras qui ne fait rire que lui..

        dont on trouve des vidéos en ligne la queue en l’air... dans sa belle villa entouré de belles créatures..

        Non Sarko, il a les dents longues, ne s’en est jamais caché, persuadé qu’il est le meilleur, mais bon c’est un ange et un mec classe à côté de Berlusconi. M’enfin c’est sûr que sa manie de faire « comme tout le monde », répondre aux insultes (casse toi pov’ c..), s’est à juste titre retourné contre lui..

        De toute façon je n’ai aucune sympathie pour les hommes politiques pour la grande majorité d’entre eux et je pratique l’abstention électorale..




      • verdan 5 novembre 2010 14:25

        Bonjour Tutti

        j’ai la Berlue ou Quoi ?! 2 fois lavé des soupçons en tous genres : (malveillants bien sûrs ) 

        1994 1 ère , conflit d’intérêt.

        Viré en 2006 , après avoir « mis le pétard » sur la tempe de la Justice Italienne , et fait voter les lois d’amnistie et de protection contre les enquêtes etc....en 2006 !!!

        Même pas 2 ans après( ces démonstrations de facisme, y’a pas d’autre nom), une majorité d’Italiens lui renouvelle le mandat....c’est à pleurer.

        C’est pour ces raisons que j’aie peur de voir le même cauchemar se profiler en France.

        Mais il y a pire , depuis 30 ans j’entends dire : « bla bla...on va redresser la France bla bla ... » la majorité ( ultra majorité même ) des Français se déchirent encore sur ces termes sans aucun sens : je suis de droite , moi de gauche ...pauvres de vous ....

        Ne jamais oublier, quant-à trop redresser sans cesse , on finit par plier dans le sens opposé :) ...Zut , va falloir re re dresser .... ben pour ça un geste ! Votez !

        Ne pas compter sur moi. Pas pour ceux qui sont en place en tous cas. 

        Cordialement


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 16:51

        verdan,
        je partage tout à fait votre sentiment et votre colère,
        il faudra le montrer demain en manifestant massivement,
        il ne s’agit plus aujourd’hui de se mobiliser contre cette loi inique sur la retraite, mais il s’agit de dire au gouvernement que nous n’en voulons plus,
        que nous n’en pouvons plus,
        que nous sommes au bord de l’écoeurement.
        merci de votre commentaire.


      • spartacus1 spartacus1 5 novembre 2010 17:52

        Gollum, vous pratiquez l’abstention électorale, c’est à dire que vous avez objectivement apporté votre soutien à n’importe quoi, en l’occurence Sarko.


      • kemilein 5 novembre 2010 18:11

        Droite Gauche ça aura toujours un sens en France.
        Droite > aristocrate noblesse royaliste et clergé
        Gauche > Tiers Etat (peuple)
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Assembl%C3%A9e_constituante_de_1789

        je vous la refais en cour (aujourd’hui) UMP Modem PS sont de droite, puisque pour eux la loi du marché est supérieur a l’état, les intérêt privé supérieur à l’intérêt général. Il reste très peu de vrai personnages de Gauche, celle du peuple.

        retenez juste ça : droite = les puissants // gauche = le Peuple.


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 18:27

        kemilein
        oui, çà tient debout,
        et pourtant on trouve à gauche des gens riches, donc puissants,
        et à droite, beaucoup de pauvres types,
        serait-ce l’exception qui confirme la règle ?
         smiley


      • Gollum Gollum 6 novembre 2010 08:16

        A spartacus : vous ne pratiquez pas l’abstention électorale, vous allez donc apporter votre soutien (peut-être) au prochain président qui sera sans doute pire que le précédent et vous vous sentirez floué...


        Élections, piège à c...

        D’autre part une abstention massive et c’est l’explosion du système. Le système se fout de celui qui sera élu, ça l’a jamais empêché de fonctionner... C’est la finance qui mène le monde, pas les hommes politiques.

      • olivier cabanel olivier cabanel 6 novembre 2010 08:28

        Gollum,
        l’abstention ne résout rien.
        au pire battez vous pour que les votes blancs soient comptabilisés, mais ne pas se déplacer est une solution illusoire.
        enfin, ce n’est que mon avis.


      • morice morice 5 novembre 2010 10:21

        « banga banga », est le nouveau mot à la mode en Italie olivier.


        j’avais déjà tout DECRIT AVANT même l’élection du nôtre, de Berlusconi..


        j’ai relevé une très étrange petite phrase dans le Canard de ce mercredi à ce propos :

        celle de Christophe Rufin, ex ambassadeur de France à Dakar qui a démissionné en juin dernier : en parlant de Claude Guéant, il a dit « en voilà un qui à dû faire plaisir à maman quand il était petit. Tout est bien rangé chez lui, mais il n’en peut pluis dès qu’il voit arriver un semi-truand en Maserati qui lui raconte ses folles nuits avec des filles à 5000 euros »...

        il parlait de qui, là, Rufin ???

        enfin on sait pourquoi TF1 ressemble autant à feu la 5 de Berlusconi, celle que Pflimlin est en train de nous pondre avec ses soirées Annie Cordy ou Joe Dassin..

        abrutissons, abrutissons....

        • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 10:35

          morice,
          oui, je le savais, mais je pensais qu’une petite piqure de rappel s’imposait.
          merci d’avoir proposé le lien,
          il permet de comparer l’évolution de la situation, et les rapprochements de plus en plus nombreux que l’on peut faire entre la France et l’Italie.
          merci de ton commentaire.
           smiley


        • morice morice 5 novembre 2010 13:45

          achetez le Canard de mercredi dernier, c’est en première page, ignorant. 



          en « bunga bunga »...

        • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:22

          c’est vrai que Séguéla ne manque pas de bonnes idées, comme quant il affirme que celui qui n’a pas une rolleix a raté sa vie...
           smiley


        • morice morice 5 novembre 2010 13:49

          J’ai un pote, très introduit en milieu journalistique parisien (non non il ne couche pas...ça femme serait bien trop furax) qui me confirme que le grand cirque Carla-Sarko est bien un ACCORD passé de « conquête de notoriété temporelle » : les deux pouvant tirer parti l’un de l’autre pendant 5 ans, après ; c’est tout autre chose. Séguéla n’est qu’un arrangeur de carrières médiatiques, pas une officine de rencontres.


        • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 16:23

          Morice,
          d’ailleurs on avait déjà un début de réponse avec l’attitude de carla, ou de sarko :
          elle déclarant qu’elle s’ennuie « follement dans la monogamie » et qu’elle n’est « monogame que de temps en temps »,
          et de l’autre coté, Cecilia évoquant au sujet de nicolas « un mec qui saute des nanas dont il ne se rappelle même plus le prénom »,
          la messe semble dite, non ?


        • glopy1 5 novembre 2010 10:59

          je pense qu’on peut se feliciter de l’existance d’un Berlusconerie, sans quoi sarkozy serait le président le plus bling bling calamiteux du monde


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:25

            glopy1
            êtes vous bien sur que Berlusconi soit le plus calamiteux des deux ?
            à voir les courbettes que notre nainpérial président fait devant le président chinois, on peut commencer à en douter,
            pour moi, il n’y a en pas un pour sauver l’autre.
            ils sont bien de la même famille politique
            la preuve ?
            http://mag.livenet.fr/post/sarkozy-berlusconi-et-leur-truc-en-plume-orange-4021.html
             smiley


          • glopy1 5 novembre 2010 12:22

            vous me sappez le moral... c’etait mon seul dernier espoir de ne pas penser que nous sommes la voiture balais.


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 13:28

            glopy
            désolé, mais je n’y suis pour rien
            c’est hélas malheureusement une triste réalité.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:20

            marc gélone,
            dites, vous n’auriez pas un peu trop forcé sur le jaja ?
            je vous signale que les affirmations contenues dans l’article sont portées par des liens : des photos, des vidéos, des témoignages, trois livres, un film...
            et vous avez l’audace de dire que tout est faux !
            allez, pour vous je ne vois qu’une solution :
            prenez un seau et une pelle, et allez faire de jolis chateaux dans le sable,
             smiley


          • morice morice 5 novembre 2010 13:50

            C’est une invention des médias qui haïssent Berlusconi, une bufala comme on dit en Italie. Elle a été démentie par les juqes qui sont en charge du dossier.


            euh pas par les juges.... mais par le groupe parlementaire de Berlu ...

          • bakounine 5 novembre 2010 11:11

            En france comme en Italie voir meme les 3/4 des pays européen si vous avez les medias vous avez le pouvoir, les gens ont pris l’habitude que l’on pense et decide pour eux.

            les medias sont la propriété de grands Groupes qui n’ont qu’une seule volonté faire en sorte que la société de consommation perdure, que le systeme economique tel qu’il est continue d’exister.
            Un seul objectif gagner plus en manipulant toujours plus.........


            • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:29

              bakounine,
              je suis bien sur d’accord,
              c’est encore une des convergences que Berlusconi a avec Sarközi : les médias,
              en France c’est peut être un peu moins visible, mais on n’a pas oublié que c’est le chef de l’état qui s’est arrogé le droit de nommer le patron des chaines publiques, ni qu’il a des amis bien placé dans la presse...
              c’est moins visible, mais tout autant efficace.
              merci de votre commentaire.


            • Ronald Thatcher rienafoutiste 5 novembre 2010 11:16

              Comment Berlu peut se faire réélir 3 fois avec les scandales qui entachent sa « blancheur immaculée de saint-sauveur » ?

              Peut-être parce que comme les parrains de mafia, il aide et protège les plus démunies femmes et enfants, aide les hommes en leur filant du boulot grâce à ses entreprises de BTP et autres, ratisse large le cercle de ses serviles soutiens au Vatican, un vrai PARRAIN quoi !

              La comparaison entre la France et l’Italie et entre Berlu et Sarkozy est risible... le nôtre est un élève copieur et un cancre dans tout les domaines, tandis que le Berlu est un maître dans le sien, même si ce n’est pas moral de dire cela... 

              Notre « p’tit con » peut bien aller se former en Italie avec son puissant héritage de contrôle par les mafias, il n’en sera que plus ridicule, comme un enfant qui met les chaussures de son père pour paraître plus grand ! 


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:36

                rienafoutiste,
                j’admire votre optimisme en ce qui concerne le peu de convergences à faire entre berlu et sarko,
                je ne suis pas tout à fait d’accord.
                berlusconi, avec sa « protection civile » se permet d’outrepasser les règles du marché (c’est très bien expliqué dans le film « Darquila » et cette structure permet de privatiser des services qui étaient publics auparavant.
                en France, j’ai le souvenir de quelques ministres qui construisent sans permis...
                en France, on assiste à la destruction lente et progressive de tout le service public : hopitaux, écoles, postes, télécom, retraite, etc
                Berlusconi détient le plus gros des médias, en France Sarközi nomme les patrons des chaines, et a des amis haut placés dans les médias « privés » TF1, Paris Match...
                par contre, avec le projet de suppression des juges d’instructions, Sarkozy a une longueur d’avance sur Berlusconi, qui ne s’en sort que grâce à ses moyens financiers, comme il le dit lui même.
                pour moi, c’est bonnet blanc, blanc bonnet.
                mais ce n’est que mon avis.


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 11:39

                Gelone,
                vous affirmez, vous affirmez,
                mais vous ne proposez aucun lien, aucune vidéo,
                ce n’est pas sérieux,
                vous devriez écouter mon conseil, et aller vous amuser dans le bac à sable, avec vos amis...
                 smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 13:13

                gelone
                ne nous dites pas pour qui vous avez voté, je crois que chacun a deviné,
                je vais vous dire, çà fait plaisir d’en rencontrer au moins un.
                parce que par les temps qui courent, on n’en trouve plus beaucoup,
                c’est courageux de votre part, mais je voudrais vous dire :
                vous êtes tombé dans le coté obscur de la force, et c’est bien triste.

                au sujet des liens, on a bien compris que vous n’en avez pas à proposer.
                quand au sérieux des miens, je vous laisse la responsabilité de les juger :
                de courrier international, à la Stampa,
                de Repubblica à france culture,
                même la pravda s’inquiète,
                je comprends que vous n’ayez pas trouvé de liens pour vous défendre puisque manifestement, il y a unanimité de la gauche à la droite.

                vous auriez du m’écouter, et rejoindre le bac à sable.

                votre mépris pour les maisons de retraites ne vont pas vous en faciliter l’accès, et comme disait mon vieil ami africain, « l’age c’est surtout dans la tête »
                dites, gélone, je vous trouve très vieux.
                 smiley


              • morice morice 5 novembre 2010 13:51

                Vous devriez aussi penser que les entreprises de démolition systématique, qui ont commencé dès après la victoire de 1994, se sont depuis longtemps retournées contre ceux qui les lancent. 



                ah ouais ?

                 on a embastillé des journalistes qui ont été condamnés ?

                NON.

              • morice morice 5 novembre 2010 14:11

                Gelone, grand admirateur de dictateurs. 


                On s’en passerait volontiers, tiens.


                il fait tout comme Berlu


                « Moi, je suis en train de faire le régime Atkins - 13 kilos perdus depuis le 9 novembre -, si je supprime encore la viande et les produits »animaux« , qu’est-ce qui va me rester à bouffer ? 


                De quoi maigrir de 40 kilos en un mois ! smiley)

                Avant de calboter...

                Écrit par : Marc Gelone | 15 décembre 2005 »


                bref, quelqu’un qui vient enrichir tous les sites où il se pointe...


                la preuve :

                http://michelvolle.blogspot.com/2010/09/revolution-et-reaction.html

                Marc Gelone a dit…

                Le problème de l’« idéal républicain », c’est qu’il repose sur quelque chose qui n’existe pas, qui n’a jamais existé et qui n’existera jamais, à savoir la capacité de l’homme à se gouverner selon sa raison. 

                Et c’est cette chimère qui rend la réaction insubmersible et l’élitisme de masse fantasmagorique. Mais, pour autant, la nature humaine n’est pas vulgaire. Elle est fondamentalement « affective » et il n’y a pas de « petite partie de la population » qui puisse « accéder aux valeurs que l’élitisme de masse prétend promouvoir ».

                Trotski a buté sur ce problème et il lui a trouvé une « solution », aussi monstrueuse que peut l’être la génération d’un monstre : 

                « L’homme s’efforcera de commander à ses propres sentiments, d’élever ses instincts à la hauteur du conscient et de les rendre transparents, de diriger sa volonté dans les ténèbres de l’inconscient. Par là, il se haussera à un niveau plus élevé et créera un type biologique et social supérieur, un surhomme, si vous voulez. »

                D’autres ont tenté le passage à la pratique. Communistes d’abord, Nazis ensuite, chacun au nom des valeurs de « son » élitisme de masse. Leur bilan cumulé se situe entre cent cinquante et deux cent millions de morts

                il est vraiment paumé, historiquement, le Gelone.

                et particulièrement raciste :

                http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/10/25/97001-20101025FILWWW00691-elections-obama-met-en-garde-les-latinos.php

                Marc GeloneMarc Splach parle d’une « gauche que ne défend que les immigrés au détriment de sa propre communauté », mais on doit se demander si la vraie communauté d’Obama n’est pas précisément celle des immigrés. Parce qu’une appartenance communautaire ne se définit pas au moyen d’un passeport et de documents officiels, c’est un sentiment, un seutiment intime.


                soutien indéfectible de Gelone a Berlu :

                http://www.lematin.ch/actu/monde/berlusconi-frappe-coup-poing-arrestation-203568

                « Je pense qu’il s’agit d’un coup monté par Berlu pour rétablir sa popularité... » Il en était à 60 % d’avis favorables dans les sondages de la semaine dernière. La connaissance de l’actualité italienne, c’est un métier et vous confirmez qu’il n’y a pas de place pour les amateurs. Bye !

                gelone, alias Scipion 


                mardi 16 février 2010 20:48 de ---.adslplus.ch

                En complément à l’éditorial de Bruno Larebière, voici la conclusion d’une intervention que j’ai faite hier sur AgoraVox - sous le pseudonyme Marc Gelone - en réponse à un texte condamnant le débat sur l’identité, pour « droitisme », voire pour « extrême droitisme » :

                « ...vous n’avez pas compris ce que voulait le duo Sarkozy-Besson en lançant un débat sur l’identité nationale. Pendant la campagne de 2007, le futur président avait dit en au moins une circonstance, que pour lui c’était « Liberté-Egalité-Fraternité ». Le but de la manœuvre était donc de dégager une identité sans aucun lien avec ce qui distingue les Français de ceux qui ne le sont pas – le « fond de permanence »**, dont parle Siegfried par exemple.

                 »Cette identité devait être le produit d’une réflexion, une démarche intellectuelle, une construction complètement artificielle, qui était censée réunir en une même entité nationale le chirurgien cardiaque de Bichat et l’éboueur burkinabé, le physicien nucléaire de La Hague et le plongeur sénégalais, l’historien de l’Antiquité et le terrassier maghrébin, le programmeur informatique et l’épicier chinois…

                 « C’est cette mission impossible qui a foiré. N’est pas Jim Phelps qui veut ! »

                 * « Il y a dans la psychologie des peuples, un fond de permanence qui se retrouve toujours. Nous sommes encore, par combien de traits, semblables aux Gaulois nos ancêtres, et les caractéristiques que Tacite notait chez les Barbares ou les Juifs de son temps, sont encore reconnaissables dans les Allemands, les Israéliens d’aujourd’hui. » André Siegfried, « L’Ame des peuples ».

                scipion ici :

                Ecrit par : Scipion | 25.05.2010

                « N’oubliez jamais que votre »liberté« entrave la mienne : celle de vouloir vivre dans un mode moderne, sans transports individuels, dans des villes accueillantes, piétonnes à dimension humaine, où l’air y est respirable. »

                T’as oublié « et pleine de basanés de toutes les nuances de la pigmentation naturelle* », c’est volontaire ou c’est un manque de concentration ?

                * La précision, c’est pour stigmatiser ceux qui gaspillent de l’énergie dans des séances d’UV, avant que leurs mélanomes ne coûtent des saladiers aux caisses maladie !


                http://infrarouge.tsr.ch/ir/thread-158607


                très actif le scipion suisse :

                http://infrarouge.tsr.ch/ir/thread-158607


                http://infrarouge.tsr.ch/ir/member-2049-scipion

                2701 interventions là-bas...


                plus intéressant :

                http://causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2009/02/28/a-vue-de-nez-ils-sont-4.html

                « L’initiative contre les minarets est absurde... » 

                Si au moins vous aviez raison. Hélas, la réalité est tout autre. Cette initiative est capitale et elle vient à son heure ! Deux chiffres pour se mettre en bouche : en 1965, la France comptait quatre lieux de culte musulmans, en 2006, chiffres du ministère de l’Intérieur, il y en avait 2147, soit 537 fois plus. 

                Nous sommes donc bel et bien en présence d’une invasion qui se double d’une islamisation non seulement de la France, mais de tout l’ouest européen où les signaux d’alarme se multiplient.

                Face à cela, qui est loin d’être exhaustif, le vote anti-minarets est une occasion unique, j’insiste, de donner un coup de frein à toute revendication communautaire musulmane pour les dix ans à venir, au moins.

                Un OUI à l’initiative revient à adresser un message très clair aux musulmans qui sont déjà dans la place : - Nous vous tolérons, comme par le passé, mais à la condition que, comme par le passé, vous adoptiez le profil bas qui sied à une foi d’importation, totalement étrangère à nos mœurs et à nos traditions.

                en plus il MENT :

                « Accessoirement, des soldats français, mais musulmans, viennent de refuser de servir en Afghanistan pour n’avoir pas à combattre contre d’autres fidèles, ce qui en dit long sur la loyauté qu’un pays d’adoption peut attendre de ces gens. »


                à part ça 

                Il n’y a rien, mais alors rien de chez rien, dans tout ce que vous me racontez, qui soit de nature à me convaincre des bienfaits de l’invasion musulmane et de l’islamisation de l’Europe.

                Par ailleurs, je suis au regret de vous avouer que vos histoires de Sionistes, de Palestiniens, d’Irakiens, d’Américains et autres, ne me captivent pas du tout – et c’est un euphémisme.

                Vous ne pouviez pas le savoir, mais il y a deux sujets majeurs pour lesquels je n’ai jamais réussi à éprouver le moindre intérêt, c’est Napoléon pour ce qui touche à l’histoire et le Proche-Orient, pour ce qui concerne l’actualité. 

                Donc, c’est toujours oui à l’interdiction des minarets et pour les motifs éxposés dans ma précédente intervention. Désolé... Enfin, façon de parler...

                Ecrit par : Scipion | samedi, 28 février 2009

                Ecrit par : Scipion | samedi, 28 février 2009


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 16:33

                gelone,
                l’argument qui « tue »
                « que je ne sache pas l’italien » !
                et si même c’était le cas, il existe grace au net de très bon traducteurs,
                alors on attend avec impatiences vos liens pour découvrir ces articles,

                mais dans le fond, je devine que vous êtes plus à l’aise dans le bac à sable ?
                 smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 16:56

                morice,
                merci de nous avoir éclairé sur la glauque personnalité de gélone,
                belle documentation.
                mais je ne m’attendais pas à autre chose,
                un type qui , comme lui, a si souvent l’insulte à la bouche prouve qu’il est en manque d’arguments.
                à+


              • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2010 17:51

                Gélone,
                c’est pas beau de se défiler,
                mais depuis que j’ai lu votre documentation, celle proposée par morice, je ne suis pas surpris, alors permettez moi de tourner la page,
                je vous laisse avec votre seau et votre pelle.
                 smiley


              • djanel Le viking- djanel Le viking- 6 novembre 2010 04:41

                Par Marc Gelone (xxx.xxx.xxx.164) 5 novembre 12:45

                « …. si ma place est dans le bac à sable, la vôtre est à l’hospice avec les autres gâteux... »

                >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

                Marc Gelone a été vexé, il en devient méchant.


              • olivier cabanel olivier cabanel 6 novembre 2010 06:32

                djanel,
                il n’est pas foncièrement méchant,
                il n’est seulement pas bien construit,
                c’est pour çà que la construction de chateaux devrait lui rendre service
                mais hélas, il ne le comprend pas.
                 smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès