Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE et l’euro, c’est l’Europe de la baisse des (...)

L’UE et l’euro, c’est l’Europe de la baisse des salaires

On ne cesse de parler du risque de déflation en Europe. En effet, l’inflation est tombée à 0,7% sur un an, deux fois moins qu’au Japon, qui semble sortir de ce mal. Mais il faut clarifier deux choses : ce terme est le mot politiquement correct pour dire baisse des salaires et c’est cette Europe qui la provoque.

La déflation, l’autre nom de la baisse des salaires
 
Même les tenants les plus eurobéats de l’UE commencent à s’en inquiéter, comme le montre cette note de l’institut Bruegel, qui s’alarme sur le risque de déflation dans la zone euro. Depuis début 2012, l’inflation ne cesse de baisser dans la zone euro, qui semble prise dans une course sans fin vers la baisse des prix. De manière révélatrice, le phénomène touche encore plus les pays « aidés » par l’UE, ce qui en dit long sur la qualité des potions infligées à ces pauvres pays. Pire, la zone euro se distingue du reste du monde, puisque le Japon, au contraire, semble sortir de la déflation, et si la hausse des prix a ralenti outre-Manche et outre-Atlantique, le phénomène n’est pas aussi marqué…
 
 
Mais surtout, derrière les discussions sur la déflation, cela signifie baisse des salaires. Certains néolibéraux diront que ce n’est pas grave car les prix baissent aussi. Mais cette vision froide des choses est réductrice, car tous les prix ne baissent pas : les mensualités d’un emprunt ne sont souvent pas concernées. En outre, une moyenne cache de gros écarts : quand les revenus augmentent en moyenne de 6% aux Etats-Unis, ils baissent 1,6% pour 90% de la population et montent de 31% pour 1%... Et si la déflation est redoutée par les économistes, c’est bien parce qu’elle est génératrice de graves déséquilibres, et, en général, d’un appauvrissement global. C’est pourquoi le Monde a fait un papier intéressant affirmant « pourquoi la baisse des prix en Espagne n’est pas une bonne nouvelle  ».
 
Pourquoi les prix et les salaires baissent ?
 
Il peut y avoir plusieurs interprétations à cette déflation. Certains la réduisent à un problème monétaire et poussent donc la BCE à créer de l’argent et racheter des titres. C’est un discours qui est parvenu jusqu’au saint des saints de l’UE, qui commence sans doute à comprendre qu’à force de souffrances, les peuples pourraient finir par lui donner son congé. Mais une telle interprétation est insuffisante car la crise qui touche les pays européens se différencie trop de ce qui se passe dans le reste du monde pour ne pas révéler des disfonctionnements bien spécifiques à notre continent…
 
Le problème est simple et pouvait être identifié avant même la mise en place de l’euro : « dans un système où il n’y a pas d’ajustement monétaire, tout point d’inflation en moins permet de gagner en compétitivité ad vitam aerternam ». Avant la monnaie unique, les ajustements se faisaient par la valeur de la monnaie de chaque pays. La monnaie d’un pays en déficit extérieur baissait, ce qui permettait un rééquilibrage de ses comptes. Aujourd’hui, les ajustements se font sur les salaires, comme en Espagne ou en Grèce. Mais avec des salaires variant de 1 à 10 dans l’UE, nous risquons d’entrer dans une zone de dépression permanente pour la grande majorité des pays, d’autant plus que le marché unique et la liberté de circulation des biens et des capitaux renforcent encore la course au moins disant.
 
Le pire est qu’étant donnés les écarts de conditions salariales au sein de l’UE, nous ne sommes qu’au début de cette course suicidaire et délétère au moins disant-social. Et même s’il y a des pauses temporaires, l’avenir est écrit. Ce sera celui annoncé par Pascal Lamy. A moins de lui donner son congé.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 avril 2014 11:47

    de toute façon d’une maniere ou d’une autre, tout a été confisqué par une petite classe avec le consentement tacite du plus grand nombre...

    voir : UNE EUROPE EN PILOTAGE NEO-LIBERALE


    • howahkan howahkan Hotah 7 avril 2014 12:04

      j’ai lu et c’est vrai : la baise des salaires, car il s’agit bien de cela non ?


      • Martha 7 avril 2014 12:36

         Ce n’est pas nouveau.
         Annie Lacroix-Riz en parle très bien : « stratégie du choc, la guerre contre les salaires ».
         Caractérisé par ce qu’il s’est passé de 32 à 40, en particulier en Allemagne. Interdiction de manifester et droit de grève supprimé, tout simplement, par le régime fasciste...

         L’article 65 du TFUE sert à ça.

         On en a la démonstration tous les jours.

         URGENCE n°1 => Sortir de cette machine à broyer. => Voter upr le 25/5/2014


        • HELIOS HELIOS 7 avril 2014 13:06

          Oui, oui, si vous etes reveur et que le lundi matin tout recommence comme avant voter UPR.

          Maintenant, si vous voulez que ça change au plus vite, que vous etes pragmatique, realiste... si vous ne voulez pas offrir votre destin et celui de vos enfants a d’autres, en particulier ceux qui nous même dans le mur depuis 30 ans, si vous voulez que les etats de l’’Europe offre a leurs habitants les meilleures conditions de vie possible... il n’y a qu’un vote, un seul, et c’est le FN.

          Votez Front National... ce n’est pas voter pour les conneries qu’on vous raconte a la télé, c’est voter pour vous, pour vos enfants, NOTRE avenir a tous... ; et si vous avez des doutes, regardez bien ceux qui refusent, comme ils deviennent nerveux, comme ils contineunt a vous mentir (cela s’appelle vous faire prendre des vessies pour des lanternes) et comme leurs arguments sont petits et ne tiennent a rien....


        • jaja jaja 7 avril 2014 13:20

          Voter FN c’est au contraire amener nos enfants vers la guerre civile... Il faut être particulièrement crétin pour voter pour cette engeance...
          Mieux vaut ne pas écouter ce vieux fasciste, sa soupe raciste n’amènera que des vents mauvais sur ce pays !


        • foufouille foufouille 7 avril 2014 13:29

          voter pour l’europe, ce sera le smic polonais ou pire
          des millions de SDF


        • jaja jaja 7 avril 2014 13:34

          Exact Foufouille et face à l’offensive de la Troïka (Commission européenne, BCE, et FMI) et du Médef conjugués nous n’aurons que le rapport de force que nous serons (ou pas) capables d’imposer dans la rue par la grève générale insurrectionnelle..
          Autant le savoir et ne pas fantasmer sur un bulletin de vote...


        • foufouille foufouille 7 avril 2014 13:52

          ça se passe comme ça en italie avec électrolux. le salaire polonais, 700 au lieu de 1400, sinon ce sera la délocalisation. c’est ça l’europe. ensuite cette société coulera faute d’acheteurs


        • HELIOS HELIOS 7 avril 2014 14:19

          . nous n’aurons que le rapport de force que nous serons (ou pas) capables d’imposer dans la rue par la grève générale insurrectionnelle..

          Ce n’est pa sle FN qui nous emmene vers la guerre civile, c ! Donner une voie de trop a ceux qui soutiennent le discouirs de Jaja, (extrait ci-dessus) c« ’est justement cela qui nous mêne a la guerre civile.

          Seuls les representants du peuple (oui, Jaja, du »peuple") qui respectent le peuple d’abord, avant de respecter les autres sont a même de ramener le consensus national. On n’a plus peur de rien quand on est reuni autour d’un concept de nation, quand on a des objectifs communs et quand on veut partager son avenir.

          Ce n’est pas du tout ce que vous nous proposez... surtout en me traitant de vieux raciste ! C’est quoi un raciste pour vous ?


        • legrind legrind 8 avril 2014 11:56

          Voter FN c’est au contraire amener nos enfants vers la guerre civile...
          La guerre civile arrive à grand pas vu le processus avancé de désintégration culturelle, ethnico-religieuse auquel est soumis notre nation depuis 2-3 décennies, la faute au fn bien-sûr..


        • Robert GIL ROBERT GIL 7 avril 2014 13:29

          tout ça n’est pas d’aujourd’hui, rappelons nous les déclarations de M. Perigot président du CNPF, l’ancêtre du Medef : « On va enfin dépoussiérer la société française, nous dit-il, la débarrasser de ses scories ». « Quelle est la finalité de l’Europe, en matière sociale ?  », ajoute-t-il, et la réponse est « à mon sens, c’est la flexibilité ». La grande erreur, nous avertit M. Périgot, serait de «  rêver de vivre tous comme ceux qui vivent le mieux ». Et sans s’embarrasser de formules, il continue : «  Unie, l’Europe devra définir un nouveau type de rapports sociaux fondés sur la flexibilité, le respect des différences, l’épanouissement des aspirations individuelles. Personne ne saurait gagner la bataille de l’Europe en préservant frileusement les acquis d’un monde aujourd’hui révolu. » Les commentaires sont inutiles...

          voir : LE PATRONAT AVAIT ANNONCE LA COULEUR DEPUIS LONGTEMPS


          • CN46400 CN46400 7 avril 2014 14:14

            L’euro n’est pour rien dans la baisse des salaires qui tendent, partout où le chômage prolifère, à baisser. C’est une des loi qui commandent le capitalisme, l’armée des chômeurs stimule puissamment les profits du capital, et aussi les cours de la Bourse.....


            • Rensk Rensk 7 avril 2014 20:11

              Pas si sûr que tu ne le prétend... l’€ suit la planche a billet US sans sourciller et elle a donc dévaluée sa valeur sans réfléchir aux effet de cette servitude...

              Donner moi un journal en France qui ose affirmer aujourd’hui que l’€ est trop faible... (change mondial) aucun, tous prétendent que l’€ est « trop fort »... c’est regarder son nombril avec une loupe et croire pire qu’à l’église... que le monde est plat !


            • tf1Groupie 7 avril 2014 22:30

              Si l’Euro monte, les salaires de l’UE montent également en valeur relative.
              Si vous suiviez un peu les discours de la BCE ce serait plus clair : la force de l’Euro participe à tendance à la déflation

              Pfffou, y a des choses qui ont l’air compliquées.

              Bon c’est vrai que les embrouilles de Pinsolle n’aident pas.


            • JL JL 7 avril 2014 15:43

              Il n’y a pas deux mais trois solutions : augmenter les pouvoirs d’achat par une politique de la demande.

              ’’ Il y a deux impensés dans l’idéologie libérale : Premièrement, ce sont les travailleurs du secteur capitaliste — et non pas les consommateurs — qui créent la valeur monétaire dont une partie sera accaparée par les capitalistes, et ce sont les travailleurs du secteur non marchand — et non pas les contribuables — qui créent la valeur monétaire des services non marchands… l’économie capitaliste est un circuit dont les deux actes fondateurs sont la décision privée d’investir pour produire des biens et des services marchands ET la décision publique d’investir pour offrir des services non marchands. Autrement dit, les « prélèvements obligatoires » sont effectués sur un produit intérieur brut (PIB) déjà augmenté du fruit de l’activité non marchande. ’’ (JM Harribey, LMD, 2008)

              Bien entendu, les ennemis de l’État ont construit des institutions et des traités pour retirer la possibilité aux États de pratiquer une politique keynésienne sauf un ersatz baptisé hypocritement nommée socialisme de l’offre, une expression aussi dénuée de sens que de bons sens.


            • foufouille foufouille 7 avril 2014 15:57

              "Quand on est communiste, internationaliste, on ne peut que se réjouir de la faillite du modèle social bismarckien, et de la mort des États-Nations providences. "

              tu es donc un porc de libéral fachiste


            • lsga lsga 7 avril 2014 16:25

              Alors, la politique de la Demande, ça s’appelle le Bismarckisme (ou Keynésianisme).

               
              Cela consiste à faire revenir les investisseurs sur les marchés à travers des commandes d’État. Pour fonctionner, il faut nécessairement compenser le prix élevé des salaires par un faible coût de la matière première.
               
              C’est la remise en question de l’Impérialisme Français en Afrique qui fait vacillerl’État-Nation-Providence en France. C’est à partir du Choc Pétrolier que les réformes libérales commencent. 

            • lsga lsga 7 avril 2014 16:26

              foufouille : les fascistes ne sont pas libéraux. Les fascistes sont National Socialiste. 


            • JL JL 7 avril 2014 18:39

              Une politique de gauche, c’est quoi selon vous ?

              Pfff !


            • lsga lsga 7 avril 2014 18:43

              une politique conservatrice visant à protéger les acquis sociaux nationaux du progrès économique global. 

               
              Je ne suis pas « de gauche ». Je suis révolutionnaire. 
               
              Le prolétariat français est devenu réactionnaire, il sème l’effroi partout dans le monde, il faut à tout prix le contre-carrer. 

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 avril 2014 18:51

              Ouais ,t’es pas de gauche ,t’es pas de droite ,donc t’es d’extrême droite ...
              Je ne fais que répeter tes propos de tout à l’heure sur un autre fil ... smiley


            • lsga lsga 7 avril 2014 19:01
              Je suis d’extrême gauche si tu préfères. 
               
              Je suis de gauche dans le sens où je vote à gauche, pour toutes ces cochonneries de partis nationalistes (j’ai voté pour la LCR, pour le FdG, pour le PS, pour les verts...)
               
              Mais, ce n’est pas pour autant que je m’interdit de les critiquer. Au contraire. 

            • foufouille foufouille 7 avril 2014 21:12

              lsga est libert-aryen : libéral fachiste


            • zygzornifle zygzornifle 7 avril 2014 16:12

              L’argent qui ne vas pas dans la poche des ouvriers-employés va dans la poche des nababs de la politique .....


              • tf1Groupie 7 avril 2014 18:55

                Quels mensonges à la Pinsolle !

                Il est où le tour de passe-passe ?
                Quand il est dit que baisse de l’inflation = baisse des salaires.
                C’est faut, mais ça peut passer alors il essaie.

                La baisse de l’inflation est entre autres due à la baisse de l’énergie, au renforcement de l’Euro et d’autres facteurs favorables pour le pouvoir d’achat ; bref de diminution du salaire.

                Pinsolle n’est pas fort en économie, on le sait, mais là c’est carrément de l’enfumage.
                Pris la main dans le sac.


                • jmdest62 jmdest62 8 avril 2014 11:21

                  @ tf1Groupie

                  Etes vous capable de regarder plus loin que le bout de votre nez ?

                  ".....Sur le papier, la déflation ne semble avoir que des avantages pour les consommateurs. En effet, si les prix baissent et que les revenus se maintiennent, ce scénario augmente mécaniquement le pouvoir d’achat. Au Japon, dans les années 90, les prix baissaient ainsi de 1% par an en glissement annuel.
                   Si ce n’est que cette baisse des prix touche très vite les entreprises qui voient leurs marges ou même leur rentabilité menacée. Une situation qui traduit par des licenciements et des faillites. Le revenu des ménages baisse et leur capacité à consommer aussi. L’offre est supérieure à la demande, la machine est grippée. Les gains de pouvoir d’achat seront donc bien annulés. Sans parler des ménages endettés......"


                • tf1Groupie 8 avril 2014 16:00

                  @ Jmdest, toujours du mal à lire (je parle même pas de comprendre).

                  Vous êtes en train d’expliquer pourquoi la déflation est un danger, car elle risque de déprimer l’activité donc c’est un risque économique.

                  Les conséquences peuvent être diverses comme l’augmentation du chômage, des faillites d’entreprise et aussi potentiellement une baisse des salaires, comme une baisse des profits.

                  Mais entre « déflation= baisse des salaires », et l« a déflation peut entrainer une baisse des salaires » y a carrément une énorme différence et apparemment c’est votre nez qui la cache.

                  En réalité le premier vrai risque de la déflation c’est l’augmentation du chômage.


                • jmdest62 jmdest62 8 avril 2014 18:06

                  @ tf1groupie
                   
                  "....Les conséquences peuvent être diverses comme l’augmentation du chômage, des faillites d’entreprise et aussi potentiellement une baisse des salaires, comme une baisse des profits....« 

                  les »Peuvent« ..et »potentiellement " théoriques se sont produits au japon et se produisent en Europe ....

                  La réalité finit toujours par nous rattraper

                • tf1Groupie 9 avril 2014 13:13

                  Et inversement : ce qui s’est produit au Japon ne se produira pas forcément en Europe.

                  Vous avez toujours des problèmes en logique de base.


                • BA 7 avril 2014 21:44

                  Construction européenne : les courbes se sont croisées !

                   

                  Question :

                   

                  Diriez-vous qu’aujourd’hui pour votre pays c’est plutôt une bonne chose ou plutôt une mauvaise chose d’appartenir à l’Union Européenne ?

                   

                  Réponse :

                   

                  - plutôt une bonne chose : 48 % des personnes interrogées

                   

                  - plutôt une mauvaise chose : 52 % des personnes interrogées.

                   

                  C’est la première fois que les Français interrogés répondent en majorité  : « plutôt une mauvaise chose ».

                   

                  C’est la première fois que les courbes se croisent.

                   

                  Regardez l’évolution des courbes à la page 11 :

                   

                  http://www.ifop.com/media/poll/2587-1-study_file.pdf

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès