Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE la ferme à Riga, l’UEE accueille le Viet-Nam, le (...)

L’UE la ferme à Riga, l’UEE accueille le Viet-Nam, le Kirghizstan

Dans son rôle de Satan mondial, repris à Saddam Hussein puis à Osama Ben Laden, repoussé aux bancs de la "civilisation" occidentale d'un Obama qui liste son pays au même niveau que l'Etat Islamiste en pleine session à l'ONU, Vladimir Poutine doit bien rigoler dans sa barbe, comme Ben Laden, diront certains.
 

Cependant, dans le domaine qui nous occupe, à chacun sa propagande et les moutons seront bien gardés. Alors allons voir de facto, ce qui se passe de chaque côté de ce Rideau de Fer... ouvert, mais toujours présent, il a juste bougé de Berlin à Brest (en Biélorussie), et risque de bouger de l'Adriatique à Sarajevo puis à Donetsk sous peu. Dans un moment de faiblesse, après la chute de l'Union Soviétique, la Russie perdit du terrain et l'UE passa de 12 à 28 Etats entre 1990 et 2002. On le voit, la partie tampon entre ces blocs, en rétrécissant, a complexifié les choses depuis 1990. Reste à savoir, ce système qu'est l'UE, l'Union Européenne, est-il toujours rentable pour les européens de l'Ouest ? Plus que pour les européens de l'Est (russes compris, vu qu'ils sont européens !) et leur nouvel UEE, l'Union Economique Eurasiatique ?

 

Avec un accueil très agréable en Amérique du Sud, une Chine, représentée par un décomplexé Xi Jinping, fut reçue par deux femmes, Cristina Kirchner et Dilma Rousseff. On y signa des contrats pour 53 milliards avec le Brésil, dont une ligne de métro à Rio pour les J.O. de 2016. Xi Jinping signa un autre 4,7 milliards de contrats avec l'Argentine pour développer la Patagonie. Sans oublier Petrobras et Ambraer, dans des partenariats chinois pour ouvrir des usines brésiliennes en Chine. On ajoute 7,5 milliards en infrastructures ferroviaires et une station radar "non-militaire" en Argentine, bel accueil.

 

 

 

Sans oublier la Russie dont le partenariat est plus stratégique, dont on parle moins, mais on trouve ici les résultats très militaires. Achetant des avions chinois dont les russes ont promis de produire les moteurs, on ne va pas braquer plus les Anglais sur le dossier des Malvinas, mais bon, quelques bateaux et quelques avions pour parer au pire, c'est toujours bienvenu pour tenir en vie un pays sous perfusion des vautours financiers nord-étasuniens. Une économie en déconfiture voulue par Wall Street, que la Chine se presse de récupérer et la Russie d'équiper. Loin du Rideau de Fer, tout va bien, merci bien, les bancs de ce monde ne s'arrête pas à l'UE. 
 
 
Voici donc que l'Union Économique Eurasiatique qui - quand on lisait les journaux occidentaux, ne fonctionnerait jamais - vient de signer des accords économiques avec le Viet-Nam (après des accords militaires avec les russes pour la base Cam Ranh Bay traduit sur ce même site) et vient d'accueillir encore un pays de plus, le Kirghizistan
 
President of Kazakhstan Nursultan Nazarbayev
Au même moment, le président Kazakh, dont l'économie du pays explose depuis une dizaine d'années (taux de croissance autour de 10% depuis l'an 2000), s'exprime en disant :
 
"40 countries have already expressed their interest in free trade with the Eurasian Economic Union. Signing of this kind of agreement between the EAEU and the EU would be mostly fruitful," Nazarbayev said at the Astana Economic Forum on Friday. "I think this will eventually happen as it’s mutually beneficial," he added.

A ce festival bienvenu de pays qui décident eux-mêmes de leur politique économique d'eux-mêmes, par eux-mêmes et pour eux-mêmes et à la vue des résultats, cela semble fonctionner, on ne peut qu'applaudir et continuer avec l'Arménie.
 
 
 "Armenia’s accession to the Eurasian Economic Union also opens a new page and a new development stage in our bilateral relations, creating even more opportunities for cooperation both bilaterally and multilaterally in partnership with other member states of the Eurasian Economic Union."

"We will be happy to take new steps to expand, deepen and develop our relations," said Nalbandian.
 
A l'opposé, lors du Sommet de Riga sur l'intégration des pays de l'Est, on finit sur une note moins optimiste. L'Ukraine y dénonça ouvertement la volonté "d’États connus de tous", de retarder la ratification de lois qui doivent permettre à l'Ukraine un accès à l'UE (par le Traité d'Association, refusé par Yanoukovitch et toujours pas passer dans l'UE), ajoutant que ces pays étaient la Grèce, l'Italie, Chypre et l'Autriche (oubliant la Belgique qui n'a toujours rien voté non plus). Oubliant également, la République Tchèque qui a aussi refusé, à travers son parti communiste, de passer la loi européenne par voie parlementaire, permettant à l'Ukraine de passer une candidature d'adhésion en bonne et due forme. Kiev vient de découvrir la démocratie dans un pays qui n'interdit pas certains partis politiques, ça les énerve ! Le PC tchèque dénonçait la répression politique faite sur le parti communiste ukrainien et l'assassinat de certains de ses représentants et le refus d'autoriser les ukrainiens de langue russe à parler leur propre langue librement, le vote a été ajourné au 15 juin au parlement tchèque. Ambiance à Riga.

La situation de ce sommet de Riga - pays déjà intégré dans l'UE, mais passons - fut résumée aussi par une phrase simple : 
Ukraine has a large population and it is too big for Brussels to simply drag the country along using the money from the EU budget, similar to tiny Moldova, for example.
 
L'article de SputnikNews propose que l'Ukraine fasse comme la Turquie, trouver sa propre voix à côté de l'UE (et de la Russie) sans y entrer. La Turquie ne se portant pas plus mal, on ne pourrait que le conseiller à l'Ukraine si la Rada n'était pas devenue un nid de gens nommés par Washington et Berlin/Varsovie. En gros, la scénario turque pour l'Ukraine est ce que Moscou propose depuis longtemps, un statut hors bloc et des discussions trilatérales pour que tous y gagne, l'UE, l'Ukraine et l'UEE, devinez qui est venu dans le jeu de quilles ?

La question à 1 million d'€
 
On le voit, l'UE serait donc arrivée à ses limites ? Le projet européen imposant trop de complexités, de législations et des critères de convergences dans des économies bien trop différentes qui ne sont d'ailleurs même pas respecter par la France, pays fondateur, qui depuis 15 ans dépasse le critère de convergence sur son déficit, dépassant constamment les 3% de PIB. Est-ce que tout cela serait devenu largement trop cher et coûteux de faire entrer de nouveaux membres ? Quant à faire entrer la Moldavie, la Grèce déjà isolée au bout des Balkans, on voit ce que l'Europe en fait, qu'est-ce qu'un accès à l'UE apporterait à la Moldavie, coincée entre Ukraine et la Roumanie, hormis des ennuis ? [sans oublier la Transnistrie, article à venir, que l'UE se chargera de bien gérer, comme à chaque fois, ça promet]
 
Dommage d'avoir du attendre la crise ukrainienne pour se rendre compte à Bruxelles et Washington du niveau d'intégration de l'Ukraine, désormais en dés-intégration à la sauce yougoslave. Il n'y aura donc ni de visa, ni de déversement d'argent européen en Ukraine, pas de suite en tous les cas, et pas... voyant la Turquie, pour les 15 à 50 années à venir. Rappelons que l'Allemagne avait réussi à imposer une interdiction de libre circulation aux nouveaux pays membres, le temps qu'ils s'adaptent, malgré leur entrée dans l'UE longtemps auparavant, ces pays étaient dans un tout autre état que l'économie kievenne actuellement (sans parler des divisions internes qui vont en s’amplifiant).

De l'autre côté de l'Eurasie
 
Bildergebnis für union économique eurasiatique
timbre poste russe avec le drapeau de l'UEE
Pendant ce temps là, on voit une nouvelle alliance se mettre en place, l'UEE. Une association volontaire de pays au niveau économique. Le Kirghizstan vient d'y entrer. Et le bloc entier vient de discuter avec le Viet-Nam, qui n'a donc eu à faire qu'à un partenaire de négociation pour accéder à un marché qui compte désormais 183 millions d'habitants. Comme Dimitri Medvedev l'a dit, les erreurs de l'UE ne seront pas répétées [17, 18], on voit donc l'Union Douanière (ne regroupant que le trio Russie-Biélorussie-Kazakhstan) clairement séparée de l'Union Economique Eurasiatique, qui organise la coopération économique. Le domaine économique n'étant pas mis en commun avec les droits de liberté de circulation des biens, des marchandises et des personnes, les pays accédants à l'UEE n'auront pas ouvrir leurs portes grandes pour voir leur économie s'effondrer, car envahie de produits russes/chinois pas chers et un taux de change fixe non adapté à leurs réalités respectives, donc, le contraire de ce qui a été fait avec l'UE "bruxellisante" et ses longues listes de règlements et l'Euro dans le rôle de castrateur économique.
 
La couche qui finit de construire l'Eurasie est sûrement l'OSCS, Organisation de Sécurité et de Coopération de Shanghai, qui est une organisation volontaire d'états qui mettent en commun leur potentiel militaire, en aplanissant avant tout, leurs propres différents frontaliers, afin d'éviter de se faire la guerre entre eux. Nous ne sommes pas ici à proprement parler en présence d'un équivalent de l'OTAN.
Le premier gros chantier de l'OSCS fut la restitution de terres par Moscou à Pékin, le long du fleuve Amour. Les autres pays-membres suivirent, en s'accordant sur leur tracé frontalier, et en signant des accords pour ne pas les bouger dans le futur, tout en organisant une coopération frontalière douanière et militaire. [preuve que la Russie souhaite une résolution aux problèmes de la Transnistrie et du Haut Karabach, seule manière d'avancer économiquement et d'éviter de nouvelles guerres, cela montre aussi que le problème ukrainien n'était pas voulu par Moscou]
Avec l'arrivée éventuel de l'Inde, du Pakistan et de l'Iran, on risque de faire balancer le Continent du bon côté. L'Iran avance que la Russie est aussi soumise à des sanctions, donc cela ne doit plus être une raison à un refus de son adhésion. Pendant ce temps, l'Inde, entrant dans une alliance qui l'obligerait à parler à son ennemi pakistanais et sa bête noire chinoise, ne devrait qu’aplanir plus les choses vers plus d'intégration économique, politique et diplomatique, dans toute la partie indienne du Grand Continent.
 
Voila pourquoi, oui, cela encourage à penser que l'intégration eurasiatique va réellement démarrer là ou l'UE risque de commencer à toussoter. De ce point de vue, la Russie a plus intérêt à se mettre l'Inde et le Pakistan dans la poche, que de passer son temps à sauver Kiev, qui ne semble pas vouloir l'être ou Athènes, autant laisser l'UE éponger et payer pour ses erreurs, l'argent facile et les déficits maquillés par Lehman & Co. Peut-être l'Eurasie arrivera-t-elle en sauveur plus tard, il y a 30 ans, personne ne courra au secours des Russes, quand l'URSS s'effondra, alors pourquoi rendre la pareille ? 

Publié par TJ, cet article peut être reproduit à condition d'en donner l'URL
http://vodkaetpelmini.blogspot.de/2015/05/lue-la-ferme-riga-luee-accueille-le.html


updated : Cairo asked Moscow to open a free trade zone with the Eurasian Economic Union.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Ouallonsnous ? 3 juin 2015 00:08

    Voici donc que l’Union Économique Eurasiatique qui - quand on lisait les journaux occidentaux, ne fonctionnerait jamais – signe des accords économiques et avec l’OCS des alliances miltaires, se configure pour prendre le leader ship mondial, mais dans le respect des intérêts résiduels des puissances impérialistes qui comptaient assumer l’unique dominance.

    Si tant est, qu’il y ait une nation formant les USA, derrière ce qui est pour le moment, qu’une réunion d’intérêts économiques reposant sur le génocide originel des amérindiens qui en a fait le “Pays du goulag levant” qu’ils sont devenus, l’impérialisme, la force militaire, le pillage économique et le déni des lois internationales et du respect des traités, en d’autres termes, une maffia, la plus importante qui n’est jamais existé.

    Cette nation, USA, devrait commencer à réfléchir à son avenir et au changement de paradigme en cours, au lieu de livrer ce baroud d’honneur, d’agressions tous azimuts auquel nous assistons !

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès