Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Union Européenne, l’autre « machin »

L’Union Européenne, l’autre « machin »

Reprenant l'expression du Général de Gaulle que j'avais évoquée dans un précédent article sur le comportement de l'ONU, la communauté internationale ainsi que l'Union Européenne sur le sujet de la Libye, l'Europe avec ses 27 états membres est devenue un autre « machin » ingérable.

Différents traités ont été signés apportant de nouvelles dispositions et intégrant de nouveaux pays à chaque fois. Le traité de Lisbonne a été signé par les 27 états non sans mal pour certains et parfois à une courte majorité dont la France. Celle dernière avait refusé le dernier traité en 2005 et n'a pas bénéficié d'un nouveau référendum pourtant nécessaire sur un sujet important.

Certains états de l'union en grande difficulté, l'Euro trop fort ne peut donc, en aucune manière, être source d'égalité surtout pour les derniers pays intégrés.

Un non-sens à l'heure de la mondialisation

L'Europe est conçue pour faciliter les échanges économiques qui trouveront leurs limites à moyen terme. Exemple : si on ne ne faisait que des échanges commerciaux avec la même monnaie entre régions françaises, il n'y aurait pas d'excédent commercial et c'est ce qu'il se passe avec l'UE.

D'ailleurs, nous n'avons aucun chiffre sur la balance commerciale de l'union attestant du bien-fondé de ces échanges.

Le « machin » doit se tourner vers les pays émergents pour arriver à trouver un certain équilibre sur le court terme.

L'Europe s'enferme au lieu de s'ouvrir.

L'extension à 27 pays a favorisé la montée du sentiment identitaire

Chacun revendiquant sa culture de peur de la voir diluée dans le « machin ».

Nous lui devons donc la montée du nationalisme et, par ricochet, de l'extrême-droite.

Nous ne pouvons donc qu'être en colère contre cette Europe qui nous divise plus qu'elle nous rapproche.

Son coût exorbitant de fonctionnement dont nous n'avons pas, non plus, les chiffres

La France et l'Allemagne font semblant d'être la locomotive économique d'un train avec des wagons qui n'arrivent à s'accrocher. Nicolas Sarkozy envie une Angela Merkel voulant tout régir avec une éthique douteuse.

Un président de conseil fantôme se demandant ce qu'il fait là et une Catherine Ashton chargée de donner des idées au 27 sont les preuves vivantes d'emplois fictifs... Leur seul mérite est d'apporter un peu plus de cacophonie sur la scène internationale.

Sans compter les eurodéputés s'augmentant de 1500 € par mois, le coûteux « machin » enlève des fonds que l'on pourrait redistribuer aux pays en difficulté.

La France qui pouvait se vanter de son agriculture la voit réduite à peau de chagrin. Ses « mamelles » sont à sec et le secteur ravagé comme c'est, d'ailleurs, le cas pour certains autres pays.

Le surnombre des états a déséquilibré l'Europe, mettant en difficulté les derniers entrants et apportant encore plus d'inégalités.

Il eut été plus sage de faire une autre fédération d'états entrants pour éviter ce déséquilibre.

Mauvaise gestion, mauvaise image, de quoi regretter la fédération des pays qui avaient signé le traité de Maastricht, en décembre 1991, à savoir, par ordre alphabétique pour bousculer un peu les codes, Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni et le Portugal ; ce qui était déjà amplement suffisant à gérer.

L'Européenne dans l'âme que j'étais, à cette époque, devient de plus en plus réticente à cette union qui n'a rien d'original. Au contraire, elle met en exergue tous les travers que chacun des états aimerait bien voir disparaître. De là à voir naître la corruption, il n'y pas qu'un pas...

La colère gronde aussi lorsque les Droits de l'Homme sont relégués à une priorité de seconde zone

Les déclarations et atermoiements de son conseil européen sur le sujet libyen en est un illustre exemple. Au moment où il aurait été possible d'écrire une nouvelle page d'histoire européenne, la Libye a démontré la fragilité de cette union régie par une Allemagne imposant son diktat.

Alors, votre « machin », vous pouvez vous le garder. Je voudrais en être fière mais je n'y arrive pas.

Il a créé trop d'inégalités et des dissensions et pas besoin de boule de cristal pour savoir qu'il est urgent de le repenser avant que les Européens ne rejettent tout ce qui viendra de lui et de manières diverses...

Le 25 mars a lieu a une réunion sur la Libye à Addis Abeba avec l'Union africaine, l'Union européenne est attendue au virage...

A lire :

La Libye et « le machin »

Résolution 1973 de l'ONU-La France en Libye : « Va, je ne te hais point »

Libye : La communauté internationale achetée ou vendue ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 25 mars 2011 08:01

    C’est bien un « machin » et cela importe peu à ces concepteurs, car son véritable objectif, c’est d’offrir un « terrain de jeu » plus grand et libre d’accès aux multinationales, donc de profit pour les actionnaires.
     Toujours les mêmes, les ultra-riches, qui tirent en coulisse toutes les ficelles de cette honteuse commission européenne.


    • Robert GIL ROBERT GIL 25 mars 2011 08:18

      l’union europenne tel quel a été faite est une catastrophe pour les peuples, c’est le domaine des lobyistes dirigé par des hommes qui n’ont jamais été elus .....en sortir ou la transformer radicalement , mais dans cet etat ce n’est plus possible.....

      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/sortir-de-leuro/

      Ou alors creer une monnaie alternative....

      http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/


      • Algorab 25 mars 2011 10:08

        Pour répondre aux questions que vous posez dans votre article :

        le budget de l’UE c’est 1% du PIB de chaque état membre réuni, environ 120 milliards d’euros par an. Le budget de la France en 2004 était de 801 milliards. Est ce qu’on peut dire que l’UE nous coute chère ? 1% du PIB par an... une paille quand même.

        Les fonctionnaires de l’UE sont au nombre de 40.000 environ, par comparaison la ville de Paris emploie 43.000 fonctionnaires. Les frais de fonctionnements de l’UE représentent environs 6% du budget de l’UE (un peu plus de 7 milliards d’euro). Là aussi, avec un si faible de nombre de travailleurs pour 500 millions d’habitants il ne faut pas attendre de miracle.

        Par comparaison avec les USA sur un sujet bien précis : avec le traité de Lisbonne, l’UE se dote d’un service diplomatique. Il sera composé de 6.000 travailleurs.
        Le service diplomatique des USA c’est 220.000 travailleurs, on ne peut dès lors pas s’attendre à grand chose de l’UE tant qu’on ne lui donne pas les moyens d’une vraie politique d’envergure.

        Je commence aussi à détester l’UE mais je me dit : c’est la seule construction européenne que nous ayons, au lieu de la jeter à la poubelle je crois qu’il faut la réformer et surtout en priorité la rendre démocratique : élections du président européen par le peuple européen et de vrais pouvoir au parlement européen. Le parlement européen ne devrait plus être élu sur une base nationale mais communautaire. Je crois que si la voix de la population est écoutée, l’Europe n’aura pas le choix et devra integrer des politiques sociales et pas uniquement libérale qui met au tapis toutes nos avancées en matière de sécurité sociale.

        Une petite info : l’UE si on la considère comme une nation c’est : la première puissance économique, financière et industrielle du monde. Premier exportateur mondial. Premier déposant de brevets de copyright, première puissance sportive. Et surtout première puissance des services et ce, très loin devant des pays comme les USA ou la Chine.
        Avec une politique cohérente et homogène établie sur une base démocratique je suis persuadé que cette Europe là peut nous défendre. Je continue à y croire, même si cela devient très dure.

        N’oublions pas une chose : la crise écnomique acutelle nous viens des USA, après celle de 1929 c’est la deuxième fois en 80 ans que ce pays offre au monde entier une crise de cette ampleur. De nombreux opérateurs anglo-saxons tentent par tous les moyens de ramener de l’argent et donc ils s’attaquent aux maillons faible : l’UE (pas de coordination donc quelques proies facile comme la Grèce ou l’Irlande) et la spéculation sur les matières première et surtout sur la nourriture. Jeter l’Euro et l’Europe ne nous mettra pas à l’abri de cette spéculation.


        • Alicia fFrance aliciabx 25 mars 2011 10:36

          Merci pour ces informations. Il n’en demeure pas moins que 27 états, c’est beaucoup trop.
          Ce qui inclut plus de lobbying.
          Comme vous le soulignez, elle est peut-être première dans certains cas mais elle a donné le sentiment et la peur (car c’est le cas) aux peuples de perdre leurs cultures.
          D’où la montée de l’extrême-droite.
          Plusieurs pays d’Europe sont confrontés à cette montée. Il serait peut-être temps de s’en inquiéter.
          Notre problème de l’extrême-droite n’est pas franco-français, il faut avoir une vision plus large.
          Bien des sociologues et politologues le constatent mais n’osent pas clairement dire pourquoi cette montée vertigineuse et en si peu de temps.
          Il ne faut pas avoir peur de dire les choses.
          Je pense que l’Europe a ses avantages mais elle a surtout beaucoup d’inconvénients et il va falloir remédier à tout cela de crainte de voir des contestations importantes dans les mois qui viennent.
          L’Europe est bien « un machin » qui vampirise les pays au lieu de les éléver.
          La France en est le prix lourd aussi.
          Le Portugal a refusé l’austérité mais refuse aussi d’accord recours aux prêts dont il sait très bien qu’il mettra des années à rembourser ne serait-ce que les intérêts.
          C’est un peuple courageux et je pense qu’il arrivera à trouver des solutions.
          S’il arrive à s’en sortir tout seul, cela prouvera que l’emprise des fonds monétaire a ses limites.
          J’ai bien aimé l’intervention de la députée européenne Anna Gomes qui prouve que les Portugais sont déterminés à se battre.
          Pour ce qui est de l’Euro, il est trop fort, il empêche les exportations, ne serait-ce qu’en France.
          Il favorise les investissements des grosses entreprises (toujours les mêmes) à l’étranger mais bloque les PME et PMI.
          L’Europe a les mêmes travers que ses états membres et comme vous le soulignez aussi n’a pas de véritable politique pour ses entreprises qui font vivre les pays.
          Je ne suis donc optimiste sur son avenir.
          Ajoutée à tout cela la crise de la Libye, pas d’Europe de la défense, l’Allemagne se le joue solo. L’Europe ne sert donc à rien, seulement à engraisser les agences de notation et des banques.
          Ps : 1 %, je trouve, cependant que cela fait peut, si vous pouvez ramener le lien de vos informations, merci par avance.
           
           


        • Algorab 25 mars 2011 11:07

          27 états c’est beaucoup mais n’oublions pas que si l’UE à englobé de nombreux pays récemment c’est par peur de les avoirs comme concurrents par la suite (surtout pour les pays de l’ex-bloc communiste) et aussi par peur de voir ses fragiles démocraties retomber dans des dictatures. Et ce qui c’est passé récemment avec la Hongrie prouve bien l’utilité de l’UE.

          Concernant le lobbying, Bruxelles est la ville au monde où il y a le plus de groupement lié au lobbying, loin devant Washington ou tout autre capitale (dingue quand même) ; Et l’UE et surtout le parlement européen sont bien démunis face à un tel matraquage.

          Je ne crois pas que le nationalisme des nations en Europe peut marcher par contre il nous faudrait un nationalisme européen, là oui, je pense qu’il serait à même de nous protéger et de défendre nos industries et d’éviter des vagues d’immigration incontrôlées.

          L’extrême droite, à depuis longtemps joué sur les peurs et les inconnues. Il ne faut pas la dénigrer car elle représente une certaine réalité de nos sociétés.
          Vous combinez plusieurs éléments en même temps et vous avez une montée de l’extrême droite : situations globale de l’humanité, pas mal de tensions notamment dans les voisinage directe de l’Europe (Afrique, proche orient) des difficulté économiques majeurs pour une part croissante de la population dans chaque pays européen et une certitude grandissante pour de nombreux citoyens : l’Europe ne nous protège pas.
          Mon reproche à l’extrême droite c’est de faire croire que les nations européennes sont encore de grande puissance, et que retrouver une souveraineté complète permettra de régler les problèmes. Je crois au contraire que l’Europe (pas l’UE actuelle) est notre seule chance de pouvoir rivaliser et protéger nos acquis dans le 21ème siècle, surtout face à des nation-continent comme la Chine, les USA ou l’Inde.

          Concernant le Portugal : l’UE n’a aucun pouvoir concernant les budgets des états membres. Le problème du Portugal, qui est le même que celui de la Grèce ou de l’Irlande ou les gouvernements successifs (de droite au de gauche peut importe) on dépensé plus que ce que l’état ramenait comme argent et ce depuis de nombreuse années : à un moment ça doit claquer non ?
          Et quand vous voyez que l’Irlande refuse d’augmenter l’impôt des sociétés, ou qu’une bonne partie de la population grecque refuse de payer des impôts il ne faut pas être étonné que les caisses de ces pays soient vides.

          Concernant la Libye il ressort encore une fois que l’UE n’arrive pas à dépasser le cadre des nations.

          J’en suis de plus en plus convaincu au regard de la politique étrangère, de la défense et de l’économie : il nous faut une Europe fédérale, qui appliquera des politiques cohérentes et homogène.
          J’estime que si elle est démocratique cette Europe n’est pas en opposition avec les particularité de chacun des états membres. C’est un équilibre à trouver et l’UE me semble, dans sa structure actuelle, incapable de favoriser l’émergence de tels équilibre.


          • DG. DG. 25 mars 2011 11:52

            "J’en suis de plus en plus convaincu au regard de la politique étrangère, de la défense et de l’économie : il nous faut une Europe fédérale, qui appliquera des politiques cohérentes et homogène"

            au contraire, il faut une Union ultra décentralisé, qui n’est de compétence commune que l’essentiel, et je récuse le terme d’union au profit de celui d’alliance.
            exit les compétence en matière, de santé, d’éducation, droit pénal.. et bien d’autre. simplifié les coopération renforcé sans seuil, et sans procédure prédéfinit.
            alliance économique fondé sur la préférence communautaire tant a l’intérieur qu’a l’extérieur de l’Europe.


          • DG. DG. 25 mars 2011 11:54

            j’ajoute que la démocratie s’épuise dans le nombre, c’est pourquoi je refuse tout fédéralisme, qui amènera un pouvoir ultra centralisé, encore plus que maintenant. et je ne suis pas un nostalgique de l’empire romain.


          • Algorab 25 mars 2011 12:26

            Mais justement, je suis bien d’accord avec vous concernant de nombreuses matières qui doivent être compétences exclusives des états comme la justice, l’éducation, la santé ou tout simplement l’éthique et la vie en société (mariage, divorce, avortement, port du voile, signe religieux, recherche sur les embryons, mariage homosexuelle, adoptions, euthanasie, peine de prison etc...) tout cela doit être de la compétences des états et uniquement.
            Chaque états à une histoire bien particulière, pourquoi vouloir les balayer en centralisant à outrance ? Je crois qu’il existe plusieurs forme de fédéralisme et celui dont je parle est bien un fédéralisme soft mais tout de même clair et engagé.

            Le fédéralisme dont je parle se limiterait à quelques compétences bien précises : monnaie, fiscalité et politique économique globale (tout en donnant des marges de manœuvre à chaque états, on parle d’assiette fiscale, etc), armée et défense, immigration, recherche scientifique, civile et militaire, politique étrangère.
            Le tout avec une présidence européenne désigné par le peuple de manière démocratique. Avec un parlement fort et pourquoi pas un sénat qui remplacerait le conseil de l’Europe. Ces 3 instances exécutives seraient élues et désigné par les citoyens (comme c’est ce qui se fait dans chaque pays européens finalement, pourquoi ne pas appliquer la même formule à l’UE  ?).

            Pour aller plus loin : chaque état conserve sa souveraineté en terme de représentativité extérieur dans les domaines tel que : sa culture, la défense de son patrimoine, et au niveau sportif (pas d’équipes nationale européenne, chaque états, comme en grande-bretagne conserve ses équipes).


          • Alicia fFrance aliciabx 25 mars 2011 12:47

            « J’entends » bien que l’Europe ait peur de ses voisins, c’est le cas en France aussi.
            Après le traité de Lisbonne intégrant le concept à 27 et un mode de gouvernance, après quelques années, il me semble que les limites sont reconnaissables.
            Le « mal » n’est pas dû à l’Europe elle-même mais à un élargissement inutile qui a favorisé tous ces déséquilibres.
            On a pris à Paul pour donner à Jacques  smiley et je ne suis plus sûre, désormais, que ce soit la bonne méthode.
            Quant à l’échange entre états, c’est parfaitement protectionniste et contre-productif et loin d’être visionnaire...
            Pour le Portugal, l’UE n’intervient pas dans la gestion, elle incite vivement, nuance qui a pour vocation à culpabiliser les états endettés.
            Le Portugal s’en sortira seul car c’est un peuple courageux. Il n’a pas envie de payer des intérêts pendant des années et c’est compréhensible.
            Pour la défense et la politique, les « leaders » sont trop opposés. Le nouvel axe France-Royaume-Uni devrait être essayé, pour gommer l’échec du tandem franco-allemand.
            Essayons de voir si l’Europe serait plus dans l’initiative avec un tandem d’Outre-Manche....


          • Alicia fFrance aliciabx 25 mars 2011 12:49

            @DG, une idée à creuser...


          • Alicia fFrance aliciabx 25 mars 2011 12:52

            @DG,
            "j’ajoute que la démocratie s’épuise dans le nombre, c’est pourquoi je refuse tout fédéralisme, qui amènera un pouvoir ultra centralisé, encore plus que maintenant. et je ne suis pas un nostalgique de l’empire romain."
            C’est une de mes craintes aussi.
            La gouvernance, telle qu’elle se profile, sera verrouillée et j’ai aussi la crainte d’une dérive à la soviet smiley


          • DG. DG. 25 mars 2011 15:50

            pour développer le fonds du problème, j’espère qu’un jour on se rentra compte que la volonté d’uniformisation est insoutenable.
            rien qu’économiquement, cela a pour effet la destruction des structure économique des Etat au détriment de leur compétitivité globale. ça concerne tout les ETats, chaque règlement modifie les us et coutume économique des ETats, et détruit leur culture économique qui fonde leur compétitivité, au nom d’une idéologie abstraite sensé s’appliquer partout avec la même efficacité. et c’est sans parler des règle spéciale en faveur de tel ou tel lobby qui tue la concurrence.

             on en arrive a des absurdité, telle la loi nome ou EDF va devoir vendre a prix coutant son électricité a ses concurrents au nom de la concurrence..ect

            fondamentalement, les règle européennes ne devrait pas avoir d’effet coercitive a l’égard des Etat qui ne veulent pas les appliquer, tant que les règle appliqué par un etat ne porte pas préjudice a d’autres Etat, ou si elles elle portaient préjudice, le dite Etat devrait offrir un avantage en compensation (via un comité de conciliation par exemple).
            par contre dès qu’un Etat choisie d’adopter la règle commune, il s’y conforme, c’est normal et pourra être sanctionner.
            le parlement européen ne doit pas être un organe normatif, mais un forum de proposition, entouré de comités sectoriel, et de coordinations, ces derniers sous la gérance d’un secrétariat (remplaçant la commission) dépourvu de pouvoir d’initiative et de décision. et les Etat membre pourrait saisir n’importe quel comité en vue d’un projet quelconque


          • Alicia fFrance aliciabx 26 mars 2011 22:14

            @DG, exact, l’Europe est trop rigide et uniforme et cela génère des inégalités.


          • Alain-Goethe 25 mars 2011 18:30

            BJr alicia

            - Je rentre d’un local où j’avais stocké des documents sur le MoDem ( de 2007 etc ..) Viens d’en jeter ..

            Le Moudem .. ça eut payé .. mais « notables UDF se sont chargés de  » lui faire le quiqui" pas grave

            Pas le temps de lire votre article, qui est surement intéressant ..

            Europe = Triangle de RODRIK ( son blog) et d’ailleurs un article ici 

            Signé : alain60a .. mais entre temps ai pris de l’age

            Bonsoir à Bordeaux


            • Alicia fFrance aliciabx 26 mars 2011 22:15

              @Alain60, ravie de vous « revoir ». Pris de l’âge, moi aussi smiley.
              A bientôt.


            • Teo Toriatte 3 avril 2011 11:05

              «  »compter les eurodéputés s’augmentant de 1500 € par mois, «  »

              Je désapprouve totalement ce vote . Je le trouve idiot en ces temps budgetaire difficle.

              Mais je n’aime pas beaucou plus les amalgames qui sont fait dans cette affaire.

              Les députés ont voté une augmentation de budget. Ca n’a rien à voir avec leur salaire ( leur indemnité parlementaire)

              En liant systématiquement le montant de cette augmentation de budget avec le montant du salaire des députés, c’est ce qu’on essaie de faire croire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès