Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Union pour la Méditerranée, planche de salut d’une Europe (...)

L’Union pour la Méditerranée, planche de salut d’une Europe plombée

Deux mois avant le lancement officiel du projet d’union des pays de la Méditerranée, le 13 juillet 2008, le Président de la République Nicolas Sarkozy, initiateur du projet, a dû revoir ses ambitions à la baisse. Sur ce sujet comme sur les autres (immigration, fiscalité, ogm etc.), le Président français découvre jour après jour, hébété, l’impuissance dans laquelle l’enferment les traités qu’il a approuvés depuis quinze ans. Monopole de la Commission oblige, plus grand chose ne peut être engagé, même au-delà de l’Europe, sans passer par les fourches caudines des autorités bruxelloises. Le projet présenté le 20 mai par la commissaire aux Relations extérieures Bénita Ferrero-Waldner s’était ainsi largement démarqué des propositions, bien inspirées, du Président français pour une Union méditerranéenne. Le projet n’avait d’autre dessein que de rapprocher les pays de la Méditerranée et de favoriser leur développement. Une union autour de projets, fondée sur la coopération d’Etats souverains et l’égalité des nations, dépassant l’étroite et bureaucratique Union européenne. Comme il fallait s’y attendre, la Commission y a non seulement vu une concurrente en puissance pour l’UE en crise, mais aussi inconsciemment, le signe de sa propre obsolescence - architecture, frontières, projet - au moment même où certains en appellent à juste titre à associer la Russie et l’Ukraine, où d’autres (Edouard Balladur) plaident pour une union "euro-atlantique" et où surtout le "non" irlandais comme tous les sondages confirment la défiance des peuples européens à l’égard de l’intégration supranationale.

1) Petite histoire d’une grande idée torpillée au nom de l’Europe

Lancé en 1995, le processus de Barcelone réunissait les Etats-membres de l’Union et treize états du Sud et de l’Est de la Méditerranée (Egypte, Jordanie, Israël, Autorité Palestinienne, Albanie, Syrie, Liban, Turquie, Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie et Libye.). Il prévoyait entre autre la mise en place d’une zone de libre échange à l’horizon 2010 et toute une série de coopérations en matière économique, sociale, culturelle et de sécurité. Sous doté financièrement dès l’origine, il a été stoppé net en 2005, plombé par les effets du conflit israélo-palestinien. En effet, avec ce processus de Barcelone, l’Euromed, « aucun des grands problèmes de la Méditerranée n’a été résolu et les menaces s’accumulent : risques de guerre des religions, de choc des civilisations, de catastrophes écologiques, de terrorisme, de migrations massives… », constate Henri Guaino (L’International Magazine, mars 2008)

Le projet français d’Union méditerranéenne lancé par Nicolas Sarkozy entendait dépasser les errements du processus de Barcelone, en invitant les seuls Etats riverains de la Méditerranée à créer « une union politique, économique, et culturelle fondée sur le principe d’égalité stricte entre les nations d’une même mer ». « Dans l’esprit de la France, l’Union de la Méditerranée ne se confondra pas avec le processus » de Barcelone, avait ajouté Nicolas Sarkozy. Ainsi, une Union souple aurait vu le jour à côté de l’Union européenne et à cheval sur celle-ci, dotée d’institutions et de mécanismes au service de ses Etats souverains. Ce projet est celui « d’un partenariat sur un pied d’égalité entre les pays méditerranéens, seule solution pour impliquer tous les riverains. A terme, il s’agit bien de faire de la Méditerranée le pivot d’une grande alliance eurafricaine », expliqua Henri Guaino.

Un rapport de l’Assemblée Nationale avait même avancé l’idée d’une « Agence de la Méditerranée », sorte de secrétariat central de l’union, la création d’une « Banque Euro-méditerranéenne d’investissement » autonome, issue de la FEMIP, branche Méditerranéenne de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

La chancelière allemande Angela Merkel, très contrariée, n’aura cessé, depuis l’automne 2007 et avec l’aide de la presse, de menacer la France, Nicolas Sarkozy et son conseiller Henri Guaino : « Il se pourrait que l’Allemagne se sente, pour ainsi dire, plus concernée par l’Europe centrale et orientale, et la France plus attirée du côté de l’Union méditerranéenne. Ceci pourrait alors libérer des puissances explosives dans l’Union européenne et cela je ne le souhaite pas », avait déclaré Mme Merkel à Berlin le 5 décembre 2007. « Je crois qu’il faudrait faire une offre en la matière à tous les autres Etats européens (…) Si tous les pays ne souhaitent pas participer, il est possible de le réaliser par le biais d’une coopération renforcée. Mais la région de la Méditerranée est notre mission à tous en Europe », recentrant le débat sur l’Union européenne le lendemain, lors d’un déplacement à Paris. En réalité, et comme l’a rappelé Henri Guaino : « La France ne va pas faire l’Union pour la Méditerranée à elle toute seule ! Depuis l’appel de Rome, c’est déjà une initiative à trois, avec l’Espagne et l’Italie. Ce projet ne peut être que le projet collectif de tous les Méditerranéens et non le seul projet de la France. » Mais pour la chancelière allemande, qui ne veut rien entendre, le projet d’Union Méditerranéenne originel aurait conduit à créer une nouvelle « frontière qui passerait entre l’Allemagne et la France » et qui départagerait « les pays tournés vers l’Est et ceux tournés vers le Sud ». Le Président Sarkozy avait fini par plier, fin janvier 2008, en répondant que « même si l’Allemagne n’est pas riveraine de la Méditerranée, ce qui ne m’avait pas échappé, lorsqu’on ne maîtrise pas les flux migratoires dans cette zone, cela concerne l’Allemagne comme les autres démocraties européennes ».

L’objectif de la Commission et à travers elle, de l’Allemagne, est atteint : garder la haute main sur le projet, articuler la nouvelle Union avec le processus de Barcelone et la Politique européenne de voisinage. Sous la coupe de Bruxelles, l’« Union pour la Méditerranée » ne pourrait plus ni concurrencer l’Union européenne, ni proposer une alternative d’intégration de la Turquie à l’UE, Ankara ayant été sur ce point rassurée par l’« Appel de Rome ». Elle redoutait de se voir troquer une adhésion à l’UE contre un fauteuil à l’Union pour la Méditerranée. « Quels que soient ses liens avec l’Europe, la Turquie est une grande puissance méditerranéenne. Tout ce qui se passe en Méditerranée la concerne directement.  » estime Henri Guaino avant de conclure que « personne en Méditerranée ne regarde l’Union pour la Méditerranée comme un succédané d’Union européenne ».

2) "L’Union pour la Méditerranée", jusqu’à Glasgow et Helsinki

Le Conseil européen des 13 et 14 mars 2008 a donc adopté à l’unanimité le projet d’Union pour la Méditerranée, avec ces conclusions laconiques de la Présidence slovène : « Le Conseil européen a approuvé le principe d’une Union pour la Méditerranée qui englobera les États membres de l’UE et les États riverains de la Méditerranée qui ne sont pas membres de l’UE. Il a invité la Commission à présenter au Conseil les propositions nécessaires pour définir les modalités de ce que l’on appellera "Le processus de Barcelone : une Union pour la Méditerranée", en vue du sommet qui se tiendra à Paris le 13 juillet 2008. » L’« Union méditerranéenne » a été renommée « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée ».

A l’origine, le projet français ne prévoyait d’accorder le statut de membre de l’Union méditerranéenne qu’aux 22 pays riverains de la Méditerranée (ainsi qu’à la Mauritanie et à la Jordanie). Les pays non méditerranéens de l’Union européenne auraient eu, quant à eux, accès à un statut d’observateur comme cela est le cas pour le Conseil des États de la Mer Baltique. Ici, tous les pays de l’UE y auront le même statut et cette drôle d’ "Union pour la Méditerranée" qui n’a plus rien à votre avec la proposition initiale, comptera trente-neuf pays, de la Méditerranée (le Liban et la Syrie ne se sont pas encore prononcés) et de l’Adriatique, jusqu’aux mers...du Nord et baltique (les 27 Etats membres de l’UE et les 12 Etats du sud et de l’est de la méditerranée, actuellement parties au processus de Barcelone), la Turquie réservant pour l’instant sa position.

La future union se donnerait pour priorité la coopération environnementale et scientifique : lutte contre le changement climatique, dépollution de la Méditerranée, agroalimentaire, énergie solaire. Par ailleurs, elle mettrait en place des coopérations pour l’éducation et la culture. Le financement des projets sera basé exclusivement sur les fonds alloués dans le cadre du processus de Barcelone, complétés par des financements issus du secteur privé, pour obtenir jusqu’à 14 milliards d’euros supplémentaires. L’Union sera coordonnée par deux directeurs en provenance d’un Etat membre de l’UE et d’un autre pays non européen de la Méditerranée. Nommés pour deux ans, ils seront à la tête d’un secrétariat léger de 20 personnes, et seront établis dans une ville du sud de l’Europe, qui pourrait être Barcelone ou Marseille. L’accord prévoit par ailleurs des sommets bisannuels, présidés à parité par un pays européen riverain de la Méditerranée et par un pays de la rive sud. La Commission européenne, garde une place centrale puisqu’elle est chargée de préparer les détails du projet en vue du sommet du 13 juillet.

Selon Henri Guaino, la nouvelle Union devra comprendre les pays riverains et les pays « qui se sentent directement concernés par l’avenir de cette région. L’Union européenne et la Ligue arabe seraient invitées à y participer ». L’exemple retenu est celui de « l’Union de la Baltique, dont l’Allemagne est partie prenante avec tous les pays riverains dont la Russie, sans que personne y voie un risque de concurrence avec l’UE ». Pour le conseiller spécial du Président, les choses sont claires : « L’Europe c’est l’intégration, la Méditerranée c’est la coopération. Où est le problème ? ». « Plus ambitieuse sur le plan géopolitique » que l’Union européenne, cette Union pour la Méditerranée s’engagerait dans des missions de coopération, notamment dans les domaines de la gestion des eaux, des transports, de l’énergie, de la sécurité civile. Sur la question du nucléaire, le conseiller du Président estime que l’on ne « peut interdire à certains peuples l’accès à cette énergie du futur », même si ce droit « doit être organisé et contrôlé. »

Il est clair que celui que l’on appelle "l’Euroréaliste de l’Elysée" a, face à Berlin et son relais bruxellois, perdu la bataille de l’Union méditerranéenne. Mais il n’a pas perdu la guerre : la réussite, malgré Bruxelles, de la nouvelle Union, n’est pas hors de portée même si son périmètre absurde et sa subordination au carcan de l’UE rend son succès moins probable. Il sait toutefois que la prise de conscience des opinions publiques européennes et le temps jouent en faveur d’une rupture avec le conservatisme et le dogme européistes. En juin 2007 dans le quartier européen de Bruxelles, Henri Guaino, déjà très mal vu pour son projet d’Union méditerranéenne et pour ses critiques de la politiques européenne de la concurrence et du rôle de la BCE, avait lâché, à quelques pas d’un porte-parole de la Commission européenne et montrant du doigt le Berlaymont, siège de la Commission européenne : "mais vous ne comprenez pas qu’un jour tout ce machin va s’effrondrer !". Un an plus tard, le référendum irlandais montrait que les "non" français et néerlandais étaient loin d’être ce que Nicolas Sarkozy avait appelé des "incidents".

Christophe Beaudouin


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • impertinent3 impertinent 14 juillet 2008 11:01

    Je dirais plutôt "une planche de salut vermoulue pour une Europe plombée".
    Car, comme le dit un journal suisse de bonne tenue : "L’Union pour la Méditerranée naît sous les paillettes mais sans le sou" (voir http://www.letemps.ch/template/international.asp?page=4&contenuPage=&article=235994&quickbar=).

    Effectivement, l’UPM n’a aucun budget, et je ne vois pas qui la financerait, en France on nous répète que les caisses sont vides, les autres pays de l’UE se contrefoutent de l’UPM, ils n’y ont participé que pour mieux la détruire (à l’instar de la GB avec l’UE), la Turquie est venue en trainant les pieds et les pays arabes, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas chauds, sauf l’Égypte, qui n’a rien à refuser à un ami des USA : N. Sarkozy.

    Bref, c’est une coquille totalement vide.

    Bon, cela aura au moins eu le mérite de permettre à N. Sarkozy de se faire mousser le temps d’un week-end prolongé.


    • Yvance77 14 juillet 2008 11:20

      Bah les fifrelins en terme de droits d’auteur de la femme à pipole 1er peuvent faire un bon début pour le financement de cette union de la mer.

      Ce qui me fait sourire c’est que l’on veut nous imposer des choses auxquelles nous n’aspirons pas forcément dans notre quotidien.

      Je m’explique. C’est un peu comme vivre dans un immeuble ou une cité résidentielle, et l’on voudrait que nous soyons soit tous interconnectés. Je me fous de ceci, mes voisins j’en aime, d’autres je pense que ce sont de vraies buses (qui a dit lerna) et j’ai pas nécessairement envie de me taper un casse-croute avec eux.

      Tout pareil ici, certains de nos voisins autour de la baignoire bleue me séduisent, et d’autres non. Je ne vois pas ce que j’ai à foutre avec des criminels patentés.

      Et dire que Sarko refusait l’idée d’une FrançAfrique à papa. Il fait encore plus fort sur ce coup.

      A peluche


      • bernard29 candidat 007 14 juillet 2008 11:24

        l’UPM c’est de l’esbrouffe de Sarkosy. il voulait sa photo , il l’a eu.

        d’abord l’appellation officielle de "Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée", montre bien que ce n’’est la continuité du processus de Barcelone -

        Ensuite il n’y pas d’argent de plus. Et c’est pas demain la veille qu’il y en aura plus.

        Ensuite voici les six projets sur lesquels l’Union pour la Méditerranée doit prendre son essor. ( voir Le Monde.fr)

        • - Environnement : "la dépollution de la Méditerranée"
        • - Transports : "les autoroutes maritimes et terrestres", pour accroître les échanges et faciliter "la liberté de mouvement des personnes et des biens"
        • - Répondre aux catastrophes naturelles : "la protection civile" à l’échelle de la région
        • - Energies : "les énergies alternatives (le plan solaire méditerranéen)"
        • - Education : "l’université euro-méditerranéenne", qui aura son siège en Slovénie
        • - Economie : "l’initiative méditerranéenne de développement des affaires".

        Or ça exite déjà ; Au sein de la Conférence des Régions périphériques maritimes d’Europe il y a une "commission Interméditérranéenne" qui s’occupe des pronblèmes maritimes et environnementaux.

         

        1. La Commission Inter Méditerranéenne de la CRPM (CIM) a été créée en Andalousie en 1990, afin d’exprimer les intérêts communs des régions méditerranéennes dans les principales négociations européennes. Sa mission s’est ensuite élargie aux problématiques de l’ensemble des régions du pourtour méditerranéen, suite notamment à la déclaration de Barcelone en 1995. Aujourd’hui la CIM regroupe une cinquantaine de régions, membres de 10 pays (Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Malte, Maroc, Portugal, Tunisie). Elle a pour vocation à s’ouvrir à l’ensemble des niveaux infra-étatiques des Etats méditerranéens
           
        Donc tout ça c’est du vent médiatique.

        • dom y loulou dom 14 juillet 2008 12:19

          votre texte est édifiant en ce qu’il démontre avec clarté le flou artistique entretenu par un projet qu’on ne peut appeler autrement que projet-torpille qui sclérose ET une future union africaine souhaitable pour l’afrique ET sclérose l’harmonisation européenne autour de l’axe de l’europe elle-même.

          Maintenant vous nous racontez que ce projet stupide voudrait s’étendre jusqu’à Helsinki... jusu’à la Turquie... ce serait embêtant pour les commanditaires de ce projet si la Turquie maintenait son envie de faire partie de l’union européenne n’est-ce pas ? Pourquoi vouloir les intégrer à une union médterranéenne ? c’est à dire les mêmes qui traitent la communauté européenne de mégalo et qui s’étendrait trop viseraient en fait à supplanter la dite CE... jusqu’aux pays du Nord ???

          édifiant vraiment en termes de mégalomanie et de simplification... absurde on dira simplement.

          ce projet vise uniquement le flux migratoire du sud vers le nord sous tutelle de gens en guerre raciale perpétuelle.

          Il vise apparemment à tirer vers la méditerranée le processus d’intégration européenne et interdit donc aux pays musulmans de se joindre à la CE mais, tout en l’affirmant constamment (europe blanche et catho et co.... sarko chez le pape regarde sa montre etc - se faisant passer pour un chrétien) construit une union qui sépare en fin de compte tous les pays arabophones de la mediterranée et de l’afrique, les désolidarisant ETde l’afrique noire ET d’avec l’europe du nord ET assis avec à une même table avec précisément ceux qui montrent leur mépris racial et culturel en livrant une guerre acharnée qu’ils prétendent naturelle et bibliquement justifiée.
           
          Ah oui j’oublie aussi l’évidente nouvelle division de l’europe entre celle du sud et celle du nord inventée par les sionistes français.

          Une union sans aucun avenir citoyen donc, uniquement faite pour enfermer les citoyens de la méditerranée dans un complexe où ils seront surveillables et corvéables à merci ne leur laissant jamais une place au sein de la CE, si celle-ci devait aprofondir ses principes et ses fonctionnements démocratiques. Un projet-torpille bien nommé établi par des séparateurs professionels qui se targuent d’appeler celà une union.


          On comprend la colère de mme Merkel et c’est amusant de voir à quel point la réunion de hier n’est commentée QUE dans les médias français par l’auto-satisfaction du président français.

          Les commanditaires de ce projet ne sont que trop évidents et les buts poursuivis sont hurlants. Où comment mieux complexifier TOUT pour brouiller les cartes et scléroser un peu plus l’amitié entre les cultures. C’est une grande prison qui est dessinée-là avec comme mirador en bout de lac une nation qui n’en respecte aucune hormis elle-même et qui livre une guerre raciale acharnée.

          Comment voulez-vous qu’on respecte ce projet séparateur ?


          • dom y loulou dom 14 juillet 2008 12:22

            plus simplement on pourrait rebaptiser ce projet méditerranéen "ou comment perdre son temps".


          • JPL 14 juillet 2008 13:10

            à l’auteur

            Votre présentation de l’historique de ce projet est extraordinairement partiale et fausse.

            Vous omettez complètement :


            - le fait que cette union pour la méditerranée a d’abord été présentée comme un pendant de l’Union européenne.

            Je vous suggère de revoir ce discours, sur un site de propagande politique de M Sarkozy, en 2007 :
            "C’est à la France, européenne et méditerranéenne à la fois, de prendre l’initiative avec le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et Chypre, d’une Union Méditerranéenne comme elle prit jadis l’initiative de construire l’Union européenne. "
            "L’union de la Méditerranée pourrait s’organiser autour d’une rencontre périodique de ses chefs d’Etats et de gouvernements comme les grands pays industrialisés ont leur G8. Elle aurait un Conseil de la Méditerranée comme l’Europe a le Conseil de l’Europe."

            Bref il s’agissait clairement de créer une organisation parallèle à celle de l’UE. Pas très étonnant que cela n’ait pas suscité l’enthousiasme ni dans les pays rejetés en dehors de cette union ni dans la commission européenne.

            Le but de cette union était d’ailleurs très explicitement énoncé, trouver une porte de sortie pour que la Turquie ne rentre pas dans l’UE : "C’est dans la perspective de cette Union Méditerranéenne qu’il nous faut envisager les relations de l’Europe et de la Turquie"

            2) Vous omettez de signaler qu’en fait le projet de MM Guaino et Sarkozy avait besoin de l’union européenne : la France ni l’Italie ou l’Espagne ne se voyaient pas seules financer cette UPM (sigle qui rappelle curieusement UMP, est-ce un hasard ?) et , de plus, ne pouvaient passer d’accords précis dans un tout tas de domaines en s’abstrayant de leurs engagements dans le cadre de l’UE (donc sans accord des autres membres de l’UE).

            Donc le projet (très foireux, pardonnez moi l’expression) était de construire une UPM à côté et en dehors de l’UE, mais tout en obtenant financements et blancs-seings à volonté de la part des autres membres de l’UE.
            Il faut vraiment beaucoup de foi pour croire qu’un plan pareil puisse marcher...

            Au total il ne restera sans doute pas grand chose de tout cela, car si la France et l’Allemagne avaient en 1954 la volonté de surmonter leurs affrontements antérieurs, il y a encore beaucoup à faire en Méditerranée :

            - palestiniens et israëliens sont toujours en guerre

            - les syriens veulent bien signer la paix si on leur rend le Golan, ce qui est rejeté par les israëliens

            - marocains et algériens sont en guerre larvée depuis 15 ans à cause de l’ex Sahara espagnol
            etc.
            Tout ça ne changera pas par l’impact de la réunion de ce 13 juillet... beaucoup de bruit pour pas grand chose.


            • Cug Cug 14 juillet 2008 14:20

              L’UPM c’est une mascarde !!! L’idée c’est de niquer les turques, faire faire des affaires aux intérêts privés ...

              Les peuples seront ’ils plus heureux quand Sarko aura vendu des centrales nucléaires et au passage privatisé AREVA en le vendant à son pote Bouygue.
              Pareil avec les armes et Thalès qu’il compte vendre aussi à une ses potes ....

              Une pure arnaque privée ... style Enron, Carlyle et compagnie ....


              • HELIOS HELIOS 14 juillet 2008 15:03

                Si au moins on vend quelque chose, et surtout qu’on est payé, ce sera bien.... car je vous rappelle que chaque fois que nous vendons a un pays "mediterranéen" non européen, la facture n’est payée qu’apres avoir fait une subvention d’un montant comparable pour le pays correspondant.

                Il vaudrait p’etre mieux investir directement chez nous, non ? car, en plus, ces ingrats ne nous remercient même pas, pire, ils nous traitent de colonisateurs....


              • Cug Cug 14 juillet 2008 15:24

                Ce qui s’appelle gagner sur les 2 tableaux, ils payent et les contribuables payent à leur tour, dont une partie doit être détournée ...

                Des arnaques en bonne et due forme ...


              • non666 non666 14 juillet 2008 16:10

                L’union mediterranennenne n’a pas d’autre logique, pas d’autres motivations que de contourner les reticences des peuples europeens a voir rentrer les non-europeens(turcs et israeliens) dans l’ue.

                Sinon, pourquoi lancer cette affaire dans le cadre de la "presidence" française de l’ue ?

                Si les dossiers ne sont pas liés, on a du mal a comprendre pourquoi l’Europe, qui a du mal a convaincre ses peuples de valider les choix des "Elites" sur les fondamentaux de ce qu’elle devrait etre , lancerait cette affaire maintenant.

                Ce n’est pourtant pas difficile a comprendre , ni a verifier.

                1) La Turquie veut entrer dans l’Europe.
                2) Les Europeens disent NON a une majorité ecrasante et font s’(effondrer le referendum sur le TCE, en parti a cause de ça.
                3) Sarkozy se met a dire non au turc par devant, histoire de coller a son electorat, puis a recycler le projet d’Europe mediterranée du lobbyiste israelien DSK
                4) Sarkozy fait le tour de la mediterranée pour faire illusion a( l’exterieur )et motiver l’electorat arabe ( à l’interieur) : Ce n’est en effet pas avec 400 000 juifs sur son territoire qu’il infechira les français...
                5) La Turquie , puis Israel vont rentrer dans le ’sas"
                6) On va supprimer tous les obstacles entre les pay qui sont dedans et les pays qui sont dans le "sas de l’UPM"
                7) On utilisera le prochain attentat( qu’on organisera au besoin pour justifier la fin du processus d’adhesion aux autres pays arabes ...

                Nous autres, europeens authentiques, seront une fois de plus cocufiés par des interets et des solidarités qui ne sont pas les notres.


                • Parpaillot Parpaillot 14 juillet 2008 23:17

                  Copier-coller de mon commentaire relatif à deux autres articles publiés ce jour sur AV et traitant du même sujet :

                  Pour ma part, j’ai beaucoup de peine à voir le bien-fondé de cette UPM, l’intérêt qu’elle représente pour l’Europe et surtout de croire en ses chances de réussite, tant elle me semble utopique ...

                  • Pourquoi cette initiative de créer cette UPM émane-t-elle de la France - en fait de M. Sarkozy - et non pas de l’UE, puisqu’elle est censée être dans l’intérêt de l’Europe ?
                  • Si cette UPM qui est aussi dans l’intérêt des pays de la rive sud de la Méditerranée - ce qui semble être le cas, vu la forte représentation de leurs chefs d’états -, pourquoi donc ces même pays ne l’ont-ils pas initiée eux-mêmes ?

                  • Et si la volonté de créer cette UPM n’était pas tout simplement qu’une manœuvre de diversion pour temporiser, un effet dilatoire en quelque sorte dans les longues négociations de l’UE avec la Turquie, pour éloigner encore un peu plus son hypothétique adhésion ?

                  • Cette UPM va rendre plus difficile et plus complexe encore la recherche de solutions consensuelles parmi les nombreux problèmes à résoudre dans l’UE. Car malgré les sourires de façade, et à part la France, on ne peut pas dire que ce soit l’enthousiasme délirant au sein de l’UE à l’égard de cette initiative « franco-sarkozienne ».

                  L’avenir de l’UPM me semble bien sombre dans l’état actuel, vu l’état de la démocratie dans la plupart des pays du sud de la Méditerranée, le caractère imprévisible des chefs d’états autoproclamés qui les représentent et l’instabilité géopolitique de la région.

                  Cordialement !


                  • Thierry LEITZ 15 juillet 2008 00:33

                    Voguer sur la grande bleue avec Carla sur le bateau de Vincent, rapide et ultra communiquant c’est tout de même plus sympa que d’arpenter la morne plaine dans les brumes lituaniennes...

                    Alors, pour Nicolas, programme sud, pour Angela, programme nord-est.

                    Pas étonnant qu’elle fasse grise mine !

                    Le roi et son bouffon n’amusent plus grand monde en Europe. Mais chut, i’faut pas leur dire...


                    • Internaute Internaute 15 juillet 2008 08:51

                      J’ai pas tout compris.

                      Quel est l’intérêt de la France de se mettre sur un pied d’égalité avec la Mauritanie ?

                      Que signifie une intégration économique et le libre échange ? Quelles en sont les conséquences en terme d’emploi en France ?

                      Je pense que Sarko et son guano devraient aller se faire élire à Ourzazat.


                      • Internaute Internaute 15 juillet 2008 09:01

                        L’auteur peut-il nous éclairer un instant, à titre d’exemple illustratif, sur le marché de l’anchois et ses conserveries ?

                        On trouve des articles entiers qui brassent à longueur de paragraphe des grands mots creux et des grands titres "processus de Barelone", "processus de Doha" sans jamais, au grand jamais, rentrer dans le concret et expliquer simplement les conséquences catastrophiques sur la vie quotidienne des gens.

                        On se fiche totalement d’une union méditerranéenne. On se fiche totalement que la France soit le grand promoteur d’un processus où elle a tout à perdre. Laissons ce rôle de guignol à Bush. Quelque soit leur couleur politique, nos élus l’ont été par des citoyens qui pensaient sincèrement qu’ils agiraient pour leur bien et celui de leur pays. Dans le discours politique actuel, le seul argument qui ne rentre jamais en ligne de compte est celui de la sauvegardes des intérêts français. Les arguments de Sarko et de son guano ne font que vanter l’avantage de leurs propositions pour les intérêts extérieurs.


                      • dom y loulou dom 18 juillet 2008 12:27

                        et c’est précisément ceux qui veulent de l’UPM qui plombent l’europe, personne d’autre.

                        Et, on vous croit, sarko est un dieu qui pète de l’or en briques et vole dans les airs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès