Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Commission européenne protège le libre échange, pas le climat (...)

La Commission européenne protège le libre échange, pas le climat (1)

JPEG - 14 ko
Le mur de la honte au COP19
(thegreenmarketoracle.com)

Si la Commission européenne poursuit sa course au toujours plus de libre échange sans tenir compte du climat, cela sera lourd de conséquence pour la prospérité du monde, sans que cela n'épargne l'Europe. Elle doit faire de l'adhésion des États-Unis et du Canada au processus sur le climat une condition indispensable de tout accord sur le traité transatlantique (TTIP) et son équivalent envers le Canada (AEGC). Cet article est le nº1 d'une série sur ce sujet. 

L'UE, impassible devant le sabotage des négociations sur le climat

La 19è édition des rencontres onusiennes sur climat (COP19) a mis en exergue la dissolution du consensus des pays riches sur la nécessité de juguler le dérèglement du climat. 

Le premier ministre de l'Australie, Tony Abott, a pratiqué la politique de la chaise vide. Le Canada s'est vu vu décerner la palme du pire pollueur de l'OCDE et son premier ministre a félicité son homologue australien d'abroger une loi contre les émission de gaz à effet de serre (GES). Les bilans désastreux de ces deux nations dans ce domaine, et le comportement équivoque de leur premier ministre, ont fini par leur valoir l'anathème de « voyous du climats ». Quant au Japon, il s'est rangé du côté du Canada. Les États-Unis ont affiché juste ce qu'il faut d'enthousiasme pour faire bonne figure, mais rien de plus, à se départir de la politique du « tout pétrole » laissée par l'administration George W Bush.

Il aurait été légitime de la part de l'UE qu'elle dénonce les actes de sabotage du Canada et de l'Australie. Or, elle s'est bien gardée de le faire. L'hypothèse du présent dossier est que c'est la primauté de l'ambition du libre échange de l'UE qui lui interdit de défendre le climat. Le contraire risquerait d'ouvrir une brèche dans la ‘fabrique du consentement’ qui, depuis le début des négociations bilatérales en cours (2009 pour le Canada2011 pour les États-Unis), a totalement occulté leur incompatibilité avec l'objectif climatique de l'UE. Signalons que le deuxième round des négociations sur le TTIP, emmenées, côté européen, par le commission au commerce Karel De Gucht, s'est conclu le 15 novembre 2013.

Dans la suite de ce dossier, nous approfondirons la notion d'incompatibilité évoquée au paragraphe précédent.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 6 décembre 2013 11:06

    Bonjour l’auteur,
    Leur leitmotiv c’est la sacro sainte consommation. Leur bêtise se confine au tiroir caisse et elle atteint des sommets. C’est à croire qu’ils n’ont pas de descendance, enfants et petits enfants à qui ils laisseront un monde pourri et invivable ou alors, pétris d’égoïsme et dévoré de narcissisme, ils s’en foutent ! Les idiots…


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 décembre 2013 11:54

      Putain y font chier ces bouffons, personnellement je m’en tape si la grenouille aux hormones veut absolument se faire plus grosse que le boeuf cantalou et devenir premier producteur de gaz de prout, mais va péter ailleurs que sous mon nez gros naze.
      NO TO THE YOU ROPE !!! OK YANKEE POOR ?


      • joletaxi 6 décembre 2013 14:29

        oui, c’est tragique !
        nous ,européens, dont la classe politique et médiatique sont complètement gangrénés par cette peste verte, nous allons encore appauvrir nos populations à la poursuite d’une chimère.
        Ce n’est pas un mur de la honte que l’on devrait ériger pour cette clique qui a réussi à nous faire retourner à des époques où la peur nous faisait brûler des « sorcières »,mais une muraille pareille a la grande muraille.
        D’autres pays ont pris conscience de l’incroyable gabegie,inutile,et ont pris de sages décisions.

        Comment peut-on encore militer pour une telle escroquerie, cela dépasse l’entendement ?


        • passtavie passtavie 20 décembre 2013 05:30

          « peste verte » vous êtes donc pour le transatlantique et contre l’écologie...


        • christophe nicolas christophe nicolas 6 décembre 2013 18:17

          Oui « le plus d’échange » est idiot et je vais vous le prouver.

          Dans la nature, vous avez un principe qui s’appelle le principe de moindre action c’est une généralisation du principe de Fermat, la lumière prend le chemin de moindre temps. En physique, il s’agit d’un proble de variation car si on s’écarte du trajet réel, il y a toujours de nombreuses solutions qui mettent plus de temps.

          Si la nature prenait le trajet un plus long que celui du moindre temps, que se passerait-il ? Il y aurait un faisceau de solutions et vous verriez flou, le monde serait inaccessible aux sens, la vie n’existerait pas.

          La recherche d’un minimum assure une seule solution. Dans une expérience d’interférence, il y a plusieurs solutions mais elles sont géographiquement séparées, chacune est bien un minimum dans son proche espace.

          Donc notre Union Européenne, les vieux partouzards qui l’influence trouvent normal de favoriser toujours plus d’échanges. Ce n’est pas cela qu’il faut faire mais l’inverse « minimiser les échanges », équilibrer les balances, s’assurer d’un état d’esprit de vérité. Le principe de moindre de moindre échange est celui qui consomme le moins d’énergie, il est simple et facilite la compréhension de notre environnement ce qui permet de faciliter les choix.

          Minimiser les échanges, cela veut dire favoriser l’autonomie à différents facteurs d’échelle, c’est donc écologique, c’est responsabilisant, c’est humain.

          Les guignols de Bruxelles font l’inverse.... Remarquez que c’est la même chose qu’en science puisqu’avec la théorie de l’intrication les choses s’inversent dans le sens au niveau fondamental.

          Je suis sur qu’ils essaient d’absorber les tout petits pays qu’ils jetteront pour mort une fois qu’ils auront broyés les délicats rapports sociaux internes, à la manière des pédophiles.


          • christophe nicolas christophe nicolas 6 décembre 2013 18:39

            Précision : une solution ne veut pas dire un système à choix unique. Une solution veut dire, « pour le niveau de vie actuel en maintenant les mêmes caractéristiques » choisir la solution la plus efficace, celle qui minimise les échanges. Normalement le marché est sensé le faire mais il se passe l’inverse pour plein de motifs, notamment l’absence de frontières dans des pays appliquant des règles différentes et plein d’autres facteurs.... le fait que chacun est a un point de développement différent, que l’état d’esprit est l’argent, etc ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Langlemort

Langlemort
Voir ses articles







Palmarès