Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La fin de l’Europe

La fin de l’Europe

Avoir voté pour des députés européens partait peut-être d’une bonne intention, mais restera inutile. Certes quelques « normalisations » à caractère écologique, pourront apparaître comme des avancées. Les députés sont pris dans le système d’un marché commun, dont l’objectif est et restera uniquement la conquête des parts de marchés pour des transnationales. Chacun des divers traités européens a orienté le système pour fusionner ses pays membres dans un moule commun d’orthodoxie comptable. Comme si c’était possible.

Avoir voté pour des députés européens partait peut-être d’une bonne intention, mais restera inutile. Certes quelques « normalisations » à caractère écologique, pourront apparaître comme des avancées. Les députés sont pris dans le système d’un marché commun, dont l’objectif est et restera uniquement la conquête des parts de marchés pour des transnationales. Chacun des divers traités européens a orienté le système pour fusionner ses pays membres dans un moule commun d’orthodoxie comptable. Comme si c’était possible.

Pourquoi continuer à faire croire que l’Europe (des citoyens) existe, alors qu’en juin, moins de la moitié du corps électoral en France (encore moins pour d’autres pays) a envoyé des braves députés siéger dans un Parlement, chambre d’enregistrement, qui n’a pratiquement pas de pouvoirs démocratiques ? A l’origine le marché commun a été conçu pour un ‘ plus jamais ça » après la 2 e guerre mondiale. C’était une vision défensive généreuse mais non progressiste. Il fallait reconstruire, panser ses plaies, et surtout se retrouver à nouveau prêt à faire face au communisme qui venait de montrer sa puissance face au fascisme italo-allemand : c’est en grande partie « contre » à un tel retour, que l’Europe a été décrétée. Avec l’idée sous-jacente, que ce sont les différents antagonismes économiques des pays de l’Europe de l’Ouest et du centre, qu’il fallait proscrire : “ l’espace vital ” pour l’Allemagne (obtenir des parts de marché pour la Ruhr) a été certainement l’origine économique de cette guerre.

L’alliance des grands pays européens a commencé avec la CECA, liant la France et l’Allemagne pour faciliter les échanges du charbon et de l’acier. Plutôt que continuer sur d’autres accords bi-latéraux de ce type, « on », c’est-à-dire les gouvernements libéraux, imprégnés des dogmes anglo-saxons sur l’Economie, ont généralisé les échanges commerciaux avec les autres pays européens. Par suite, tout a été fait pour libérer les mouvements de capitaux, basculant dans le système économique du « tout pour l’entreprise », censée être à la base de la prospérité : ce serait « l’entreprise » qui créerait des emplois.Alors qu’elle n’en est que l’outil d’embauche pour répondre à une demande, la véritable origine de toute croissance. Certes, pour les pays du bloc occidental, il fallait s’opposer à l’autre dogme économique marxiste qui tablait sur le même objectif, la prospérité, mais qui, en adoptant la propriété étatique des moyens de production, supprimait la libre entreprise.

L’Europe se devait de devenir aussi grosse que le bœuf américain ! Malheureusement les différences nationales culturelles comme économiques sont trop profondes pour prétendre maîtriser une fusion aussi mal engagée : la crise actuelle vient de faire voler en éclats les critères de Maastricht : les dettes et déficits nationaux se sont creusés. L’euro n’a pas protégé les pays de la l’Europe de la récession, qui avait été amorcée avant le crash américain. Pas protégé du chômage, et de la précarité, et de la régression sociale.

C’est donc dans une Europe faite de bric et de broc, qui n’a plus aucun avenir d’autant que sa population vieillit que les députés vont siéger. Certes la récession finira bien un jour par s’éloigner. Mais l’Economie mondialisée devra se tourner davantage vers les pays pauvres. Il faudra commencer par modifier les règles de l’OMC et revoir les conditions de cotations des taux de change qui les défavorisent. Déclinologue me dira-t-on ! Je réponds : et alors ? La roue tourne. Un lent déclin du monde occidental n’aura rien de catastrophique si l’on considère qu’il s’agit d’un simple ralentissement dans la progression d’une économie qu’il faudra gérer au mieux. Le seul progrès qui vaille, et ce n’est certes pas rien, est celui de la médecine et de la protection sociale, que chaque pays devra gérer en collaboration avec d’autres pays du monde entier et, obligatoirement, revoir la modernité sous l’angle de l’écologie, amorcée par l’U.E, mais sans grande conviction.

Les civilisations grecques et romaines ont disparu depuis quelques siècles, sans que ni Rome ni Athènes en soient restées au niveau économico-social du temps de leurs hégémonies impériales. En revanche, pour amortir socialement ce déclin économique, il faudra revenir à une société décente, comme le dit J.C. Michea, c’est-à-dire, une conception politique adaptée pour la France, à ce qu’elle a su faire de mieux, une République des valeurs, notamment de solidarité, ce qui ne semble plus être le cas depuis qu’elle est entrée dans une Europe ultralibérale. (www.voixcitoyennes.fr)

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2009 10:26

    @L’auteur,
    « Pourquoi continuer à faire croire que l’Europe (des citoyens) existe, alors qu’en juin, moins de la moitié du corps électoral en France (encore moins pour d’autres pays) »

    Qu’est-ce que vous attendez pour rendre le vote obligatoire en France ? Il n’y aurait plus de problème et l’Europe se créerait démocratiquement. Chez nous pas de problème. Si pas de raison pour l’absence, on paye, c’est de l’argent qui entre dans les caisses.
    La France ne fait pas l’Europe, il faudrait vous en rendre compte un jour.
    Au fait, vous êtes vous demandé ce qui sort de l’Europe ? Quels sont les projets ? Quels sont les décisions qui sont prises au niveau européen ? Citez moi quelques uns, SVP, rien que pour rire un peu.


    • franck2009 22 juin 2009 11:11

      @l’enfoiré de première

      C’est celà rendez le vote obligatoire et attendez vous à faire imploser ce qui reste de ce ’ machin bruxellois ’

      Kouchner avait déjà souhaité faire revenir les francais aux urnes par ce moyen répressif ...on lui a fait comprendre qu’il fallait mieux 50 % de francais hors des urnes que 30 % des francais votant FN....ouarf...

      C’est celà faisons entrer 60 % de nonistes européens, de force, dans le décompte des voix !!!

      En plus d’être un fasciste néo-libéral , vous êtes un imbécile !


    • Traroth Traroth 22 juin 2009 11:45

      @l’enfoiré : Et après, quelle autre manière d’interdire de montrer son mécontentement va-t-on inventer, pour saborder encore un peu plus la démocratie ?

      L’abstention actuelle est clairement un signe de désespoir politique : les gens ne croient pas que les politiques soient motivés par l’intérêt du peuple, et on ne peut pas leur donner tort.

      Mais de toutes manières, il existe une abstention extrêmement saine, c’est l’abstention des gens qui ne s’intéressent pas à la politique et qui ne s’informent pas. Malheureusement, actuellement, ils sont les derniers à voter. On est dans un système électoral qui marche sur la tête.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2009 10:51

      Bonjour, pas facile à assimiler dès le matin, mais profond sujet.

      " L’euro n’a pas protégé les pays de l’Europe de la récession, qui avait été amorcée avant le crash américain. Pas protégé du chômage, et de la précarité, et de la régression sociale. « 

      Ce crash annoncé n’est il pas qu’une amorce de retour à l’égalité vers une valeur moyenne aux vingt sept pays nouvellement conglomérés ?

      Une récession, n’est elle pas une amorce de stabilité obligatoire envers les plus riches au profit des moins ?

      N’est ce pas la lutte contre l’inégalité qui se doit d’être le moteur de la croissance européenne au déficit de la croissance des dents de nos gourmands gouvernants ?

       » Avec l’idée sous-jacente, que ce sont les différents antagonismes économiques des pays de l’Europe de l’Ouest et du centre, qu’il fallait proscrire : “ l’espace vital ” pour l’Allemagne (obtenir des parts de marché pour la Ruhr) a été certainement l’origine économique de cette guerre. " Extrait :

      On cite le cas du consortium chimique américain Dupont de Nemours et du trust anglais Imperial Chemicals Industrie, qui subventionnaient l’I.G. Farben avec laquelle ils s’étaient partagés le marché mondial de la poudre, et de la banque Dillon de New York qui subventionnait le Vereinigte Stahlwerke, trust allemand de l’acier. D’autres étaient subventionnés par Morgan ou Rockfeller, principaux acteurs et fournisseurs d’acier destiné à l’armée allemande,

      Ne cherchez pas plus loin l’origine de la dernière guerre entièrement pilotée par les étasuniens exactement comme ils continuent de le faire en Irak et pire à venir, en Iran peut-être...

      Bien à vous. 


      • HELIOS HELIOS 22 juin 2009 11:21

        Bonjour...
        je ne suis pas tout a fait d’accord, ce qu’on oublie trop facilement, c’est que l’Europe EXISTE DEJA !

        oui, oui, oui, au niveau de la perception des peuples d’Europe, nous avons construit un continent et une societé a minima qui concretise les « droits » les plus essentiels :

        --- nous avons une monnaie quasi comune ... et c’est tres important de sortir de sa poche tous les pieces et billets uniques. Il me semble qu’une grande avancée serait d’abolir les frais que s’octroie le systeme bancaire a chaque frontière.

        --- nous avons le droit de circuler librement sur NOTRE territoire

        --- nous avons quasiment le droit de travailler ou bon nous semble... une autre grande avancée serait de coordonner les remunerations pour qu’une clause « la plus favorable pour le salarié » soit appliquée... un roumain travaillant en france serait payé comme un français, mais un français travaillant en roumanie resterait payé comme un français... si, si c’est possible !

        --- nous partageons tous notre passeport, et un minimum de reconnaissance mondiale qu’il serait bon d’entretenir, y compris les symboles que le traité de Lisbonne a retiré comme le drapeau et l’hymne (que je conteste par ailleurs...)



        L’Europe qu’on nous demande de batir en plus de ce qui existe deja ne nous plait pas, et c’est sans doute pour ça que les peuples renaclent :

        Pourquoi accepterions nous de legaliser pour toute l’europe ce que nous ne voulons pas dans chacun de nos pays ?

        Le principal travail que devrait s’assigner les pays d’Europe, serait de definir clairement ce que l’Europe doit etre, au dela de ce qu’elle est déjà.. ; mais avec l’accord des peuples, pas seulement la volonté des dirigeants. Une fois ce choix preliminaire fait, un vrai agenda pourra alors se mettre en place avec l’aval de tous, comme --- constituer un traité pour l’europe en remplacement des cochonneries actuelles --- puis mettre en oeuvre a l’interieur de l’union les demarches de travail et l’application des décisions. --- constituer une interface entre l’union et le reste du monde venant en appui des politiques de chaque pays de l’UE pour defendre nos interêts collectifs.

        L’Europe n’est pas morte, elle est simplement malade d’une erreur génétique qu’on appelle « Royaume uni » (mais cela doit se soigner, au pire on peut toujours tenter l’ablation) et de diverses petites maladies opportunistes que de simple bons comportements pourraient guerir.

        Bonne journée


        • franck2009 22 juin 2009 11:29

          L’erreur génétique de l’Europe n’est pas le Royaume Uni qui n’est qu’une partie ( 1/27 éme ) du problème. L’erreur génétique constitutive : C’est son néo-libéralisme originel...

          En fait l’erreur génétique c’est L’Europe. Ce grand corps malade...


        • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2009 11:26

          @L’imbécile de première,
          Rien pigé copain... Il faudrait que vous ouvriez un peu d’autres horizons que ceux que vous prèche la franco diligente imbecile.
          Cela marche très bien en Belgique.
          Vous n’avez même pas daigné répondre à mes interrogations. C’est dire le peu de compréhension de ce qui se fait sous votre chapeau. Pas compris que c’est les extrêmes, bien loin de ce qu’est la population d’un pays, qui se trouve toujours derrière les urnes. Ils sont eux très intéressés que la masse ne viennent pas voter. Mais cela un imbécile de première ne pourrait pas le comprendre.
          Salutations


          • franck2009 22 juin 2009 11:32

            @La Belgique

            On sait à quel point la Belgique va bien , puisque bientôt il y en aura 2.

            Moi aussi j’aime tellement L’europe que je voudrais qu’il y en ait plusieurs... aussi vous m’avez mal compris : Je souhaite que l’on adopte le système électoral belge.... dans toute L’Europe !!!


          • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2009 12:11

            Franck2009,
             Comme je veux rester objectif, il y a un article sur le feu qui reste calé sur AGV depuis sa parution sur mon site. Cela s’appelle « Compétitivité rabotée ». Je ne suis pas responsable de cette pause.
             Quant à la Belgique en 2, changez de lecture, car c’est loin d’être fait.
             Merci de prendre exemple sur nous pour certains points c’est aussi faire preuve d’objectivité.
             Je le fais honnêtement pour la France, à mon tour. A+


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2009 17:47

              @ l’entarté, heu pardon, l’enfoiré,

              C’est le titre qui rabote l’espoir de voir paraitre cet article néanmoins trop plomb. Puis-je me permettre de t’encourager à le diviser en deux puis à l’intituler : Scission de la Belle-Gicle I et II...


            • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2009 19:40

              Lisa Sion,
              « La Belle gicle », je l’ai déjà utilisé ce titre. mais ce n’était pas vraiment le sens que vous vouliez y voir.
              Quant à mon article « pending », je ne me permettrais pas de couper dans les pensées de ceux que je cite. Donc, cela restera ainsi ou cela ne se publiera pas. Point.


            • franck2009 22 juin 2009 19:44

              Je rappelle aussi au belge de service que j’ai voté Non en 2005...

              Donc me faire voter sous la contrainte devient un non-sens démocratique

              Quand je vote Non c’est Oui et quand je ne vote pas on me menace d’une amende pour m’obliger à voter....

              Pourquoi pas une menace d’exil si je je votais pas Oui la prochaine fois ?


            • Peretz Peretz 22 juin 2009 20:28

              @l’enfoiré. Le vote obligatoire ne peut être une solution. Ou voter est un acte civique ayant un sens au moins pour le citoyen qui se déplace, ou il est y est obligé, ce qui ne l’empèche pas de voter blanc, ce qui revient pratiquement à l’abstension. Quant aux résolutions votées par le Parlement, les seules à peu près valables, et encore elles sont souvent trop brutales, sont celles qui vont dans le sens d’une normalisation écologique. D’où la poussée des verts. Le sens de l’abstention est que les « gens » n’ont pas confiance dans ce « machin ».


              • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 2009 21:27

                Peretz,
                Je vais devoir rappeler pourquoi le vote est obligatoire chez nous et depuis toujours, c’est à dire depuis 1894.
                Cela permettait de donner l’accès au vote pour tous même aux plus pauvres .
                Il y avait trop de riches qui payaient les citoyens pour qu’ils ne votent pas pour eux. Les Pays-Bas l’ont eu aussi obligatoire jusqu’en 1970.
                Ce n’est peut)^tre pas une solution, mais au moins c’est plus représentatif des citoyens.
                Rappelez vous ce qui est passé en 2002 en France. Votez blanc est-il une solution ?
                 Comme on ne les comptabilise pas...
                Le vote électronique empêche les erreurs et les rejets de votes fantaisistes. Le « machin » pas confiance. Demandez-vous pourquoi, parfois ? Les gens sont plus opportunistes que vous le croyez. Le vert est sorti seul gagnant dans beaucoup de pays, dont le nôtre.
                Nous avons voté en même temps pour les régionales et pour l’Europe, n’est pas un bon moyen pour diminuer les coûts ?


                  • franck2009 23 juin 2009 09:47

                    Le vote électronique empêche les erreurs et les rejets de votes fantaisistes.....

                    .....................et ne permet pas le recomptage.......

                    L’informatique étant d’une fiabilité à toute épreuve, pour quiquonque s’interesserait à faire sauter les verrous de sécurité....autant dire que le coup d’Etat informatique n’est plus du domaine de la science-fiction *

                    Donc un Europe où le vote est obligatoire et informatisé = 2 bonnes raisons de se révolter contre elle !


                  • Capone13000 Capone13000 22 juin 2009 22:02

                    Regardez cette remarquable conférence de Francois Asselienau sur l’Union Européenne et ceux a qui profite cette cacophonie
                    http://www.agoravox.tv/tb_receive.php3?id_article=23065
                     


                    • omar omar 23 juin 2009 13:08

                      Au préalable il faut admettre qu’historiquement ce sont les USA qui sont à l’origine de l’idée de construction Européenne. Quel meilleur moyen de prévenir un futur rival que de le façonner soit-même pour une implosion ultérieure ? Les états-unis, pour conserver leur leadership ne peuvent pas faire autrement que de suivre l’adage désormais célèbre :

                      « Dividare ut regnare »

                      - Plus de 80% des commissaires européens favorables aux positions américaines.

                      - 88 % des états européens favorables à la guerre en Irak

                      - 10% documents écrits en Français, 80% en Anglais

                      - Les français ont voté non à la constitution européennes et on leur a envoyé les chars médiatiques

                      - La France est devenu un pays satellite des USA

                      - Tous les parti politiques proposent une autre Europe mais il ne disent jamais avec qui et pourquoi cela bloque

                      - Cela fait 30 ans que l’on parle de construire une Europe plus proche des citoyens

                      - 22 avril 2005 Sarkozy déclare qu’il faut voter oui pour une autre Europe car cela ne peut être pire que maintenant

                      - Le luxembourg ne veut pas de la maitrise des flux financiers (proposition UMP)

                      - 100 % des politiques Franco-Français veulent tous changer l’Europe

                      - après 30 ans les éternelles promesses d’autre europe arrivent au bout de leur effet anesthésiants

                      - Proverbe chinois : c’est dormir toute sa vie que de croire à ses rêves

                      - Pendant qu’on rêve d’une autre Europe depuis 30 ans les autres pays avancent

                      - Les européistes nous assurent que la construction Européenne correspond à une loi de l’histoire, un phénomène irrésistible et inélucatble : l’apparition d’un « monde multipolaire ».

                      - La loi d’entropie universelle (ramification, complexification et extension) ne s’appliquerait-elle pas aux tentavies de fusion des états nations en blocs gigantesques (à l’instar de l’Europe) en vue d’une fusion ultérieure en un gouvernement mondial ?

                      - En 1950 il y avait 59 états, en 2008 il y en a 194. Depuis la déclaration de shuman en 1950 (unification Européenne) le nombre d’états à été multiplié par 3. Moralité, il y a de plus en plus d’états indépendants, ce qui est tout à fait conforme à la loi d’entropie universelle.

                      - 11 novembre 1620 constitution des états unis qui s’organisent en un corps politique et civil en vue d’une meilleure organisation et protection, ce qui signifie tout simplement là aussi création d’états indépendants. Les états-unis se sont constitués par la fission en de multiples entités depuis un corps politique unique au départ. Ils n’ont donc jamais fusionné des états indépendants, ce qui ne marche pas (clin d’oeil aux Européens)

                      - L’utilisation constante de la force dans le processus de création des états-unis (guerre de secession notamment) montre à quel point la propension à la séparation est forte.

                      - De la même manière, l’unification allemande s’est faite par fission sur la base de critères spécifiques tels qu’un même peuple, une même langue, un même territoire et l’utilisation de la force bien entendu.

                      - Avec la construction Européenne, les choses sont autres, il n’y a pas de peuple Européen préexistant, c’est l’endroit sur terre qui comporte le plus grand nombre d’états nation les plus anciens, il n’y a pas non plus une seule langue et une même histoire (au contraire c’est la tour de babel et c’est là qu’il y a le plus de langues fortes et influentes Anglais, Français, Espagnols, Portugais), la force militaire n’est pas utilisée et enfin depuis 2000 ans nous avons la preuve formelle qu’aucune force militaire n’a jamais réussi à venir à bout des divisions sur le continent Européen.

                      - en 1941 le fuhrer nazi déclarait dans Paris Soir
                      « 1941 sera l’année historique du grand regroupement de l’Europe ».

                      - Ni Napoléon, ni Charles Quint, ni aucune autre force n’a jamais pu parvenir à cette fusion Européenne.

                      - A l’inverse du processus ayant mené à la constitution des USA et de l’allemagne (fission), le projet de constitution Européenne veut faire la fusion d’un nombre d’états indépendants en constante augmentation (6, 12, 27, 30, etc)

                      - Ce projet de fusion de dizaines d’états est fondamentalement contraire à la loi d’entropie universelle. Pensez-vous sincèrement que les gens accepteront progressivement de ne plus être Français, Espagnols, Italiens, Allemands, etc pour se fondre dans un tronc commun au sein duquel ils ne leur restera plus aucune prérogative autre que l’appartenance à une identité Européenne entièrement virtuelle.

                      - La fusion Européenne ne marchera jamais...

                      - La fusion à froid de 27 états-nations par l’affaiblissement de chacun d’eux n’aura comme conséquence que l’affaiblissement de leur force de cohésion interne.

                      - Si l’on se réfère aux principes de la physique, les Européistes mentent aux peuples en prétendant préparer l’Europe dont ils disent rêver depuis 30 ans. En réalité ils ne font que préparer une bombe A qui risque d’amener la fission de tous les états membres en sous entités étatiques, conformément à la loi de l’entropie universelle.

                      - La désintégration de la Belgique est un avant gout de ce qui risque d’arriver à chacun des états.

                      - La désintégration du Royaume uni (Irelande, Irlande du nord, Ecosse, Galles et Angleterre) est d’ors et déjà en marche.

                      - Au parlement Européen circulent des cartes de l’Europe des régions ethniques qui sont tout à fait conformes à la loi d’entropie universelle. Pourquoi mentir aux citoyens ?

                      - 7 mars 2009, manifestation à Bruxelles pour la création d’un état catalan au sein de l’union Européenne.

                      - Ce n’est pas faire preuve d’un grand sens des responsabilités que de vouloir détruire 1500 ans d’histoire de France en un tour de main.

                      - L’inscription de l’union Européenne en tant que bloc d’influence dans la théorie du choc des civilisations des TTs/Huntington n’est pas conforme

                      - L’impossible conciliation de la carte des civilisations « Huntingtonienne », avec celle des influences linguistiques (Francophonie etc..), et encore moins avec celle de l’économie (G8, G++, cf zapatero fait la tronche quand l’espagne est absente du club des décideurs et il n’y a pas que lui) démontre si cela était encore nécessaire la totale absurdité de ces découpages émanants des géo-politico-stratéges américains (pourtant nuls en géographie selon eux l’algérie est au moyent -orient).

                      - On dit faire l’Europe mais chaque état continue à faire sa petite sauce bi-latérale tout azimut, juste au cas où. Ce qui tendrait à faire accroire qu’eux-mêmes, les partisans de l’Europe aux beaux discours, ne croient plus guère dans leur propre déclamantions. Le mensonge est bien amer quand le menteur lui-même ne le supporte plus.

                      Vive l’Europe des régions ethniques, c’est pour bientôt....

                      -


                      • Peretz Peretz 23 juin 2009 20:50

                        Opinion respectable d’un avenir Européen assez réaliste à laquelle je ne suis pas loin d’adhérer. Mais laissons à ceux qui croient encore à l’Europe, le temps qu’il faut pour qu’ils perdent leurs llusions. L’espoir fait vivre.


                      • beubeuh 24 juin 2009 15:27

                        "- Ce n’est pas faire preuve d’un grand sens des responsabilités que de vouloir détruire 1500 ans d’histoire de France en un tour de main."
                        Un peu de modestie, s’il vous plait, 900 ans serait un chiffre déjà plus proche de la réalité (et encore je suis gentil, pour ma part je mettrai même la barre à 600 - fin de la guerre de 100 ans).

                        Pour le reste, il semble que vous ayez des théories qui s’apparentent au don divinatoire. Vous tires les cartes aussi ?


                      • omar omar 26 juin 2009 00:07

                        Va pour 600 ans, moi je ne suis pas Européen....

                        Pour le reste il semblerait que vous n’ayez qu’une blague sur le tarot égyptien en guise d’arguments, donc oui si vous voulez, je peux vous tirer les cartes....


                      • beubeuh 24 juin 2009 15:20

                        @ l’auteur

                         - L’alliance des grands pays européens a commencé avec la CECA, liant la France et l’Allemagne pour faciliter les échanges du charbon et de l’acier. Plutôt que continuer sur d’autres accords bi-latéraux de ce type (...)

                        La CECA comprenait également l’Italie, les Pays Bas, la Belgique et le Luxembourg. Le terme « bilatéral » est inapproprié, d’autant que la CECA était déjà une structure supranationale dotée d’une Haute Autorité (ancètre de la Commission actuelle) et impliquant des délégations de souveraineté sur certains domaines bien identifiés. Les éléments constitutifs de l’UE étaient en germe dans la CECA.

                        - Les civilisations grecques et romaines ont disparu depuis quelques siècles, sans que ni Rome ni Athènes en soient restées au niveau économico-social du temps de leurs hégémonies impériales.

                        Il me semble très glissant d’importer le concept de civilisation dans une discussion sur les structures politiques. L’Union Européenne telle qu’elle est aujourd’hui est-elle identifiable au concept (dont la définition pourrait faire l’objet d’un débat à part) de « civilisation européenne » ? Evidemment non.

                        - En revanche, pour amortir socialement ce déclin économique, il faudra revenir à une société décente, comme le dit J.C. Michea, c’est-à-dire, une conception politique adaptée pour la France, à ce qu’elle a su faire de mieux, une République des valeurs, notamment de solidarité, ce qui ne semble plus être le cas depuis qu’elle est entrée dans une Europe ultralibérale.

                        Il me semble que vous dénaturez Michéa. Si je lis votre phrase je comprends : « c’était mieux avant l’Europe », ce qui est un non-sens. Personnellement je cherche en vain la « République des valeurs » dans la IIIe République colonialiste qui refuse le droit de vote aux femmes et met en place toutes les réformes sociales avec un temps de retard sur l’Allemagne dictatoriale ! Même le Front Populaire ne met en place la semaine de 40h généralisée que sous la pression des occupations d’usines et refuse d’intervenir dans la guerre civile Espagnole. Alors que la France qui met en place le programme du Conseil National de la Résistance (la sécu, l’Etat providence, etc.) est la même qui adhère à l’OCDE et à la CECA puis signele Traité de Rome, ratifie les accords du GATT et accepte le plan Marshall.


                        • Peretz Peretz 24 juin 2009 17:43

                          @beubeuh. Ce que je voulais dire c’est que c’était mieux avant l’Europe de Maastricht : l’Economie a pris le pas sur le politique et le social. Certes rien n’était parfait pendant la 3e République sous l’aspect politique. Mais on donnait du sens au sens dans la vie quotidienne, malgré les difficultés matérielles. La compétition a fait passer les valeurs morales, républicaines, intellectuelles, culturelles au second rang, en les marchandisant .C’est ce que je crois avoir compris de ’l’empire du moindre mal". Le plan Marshall n’a certainement pas été totalement désintéressé, malgré les apparences. Quant à la charte du CNR, je crois qu’elle n’a jamais été mise en pratique.


                          • manildomin manildomin 3 juillet 2009 14:59

                            Personnellement, je reste assez fier de l’Europe

                            l’UE n’est pas parfaite mais tout n’est pas non plus à jeter : on a fait des choses belles et des choses laides, et je pense que l’on perdrait davantage à laisser tomber qu’à poursuivre cette aventure. C’est difficile pour 27 pays de se mettre d’accord, mais pas impossible. Moi, je pense que l’on peut y arriver, que l’on peut faire de nos défauts des qualités.
                            En ce qui me concerne, j’ai comme un rêve européen et c’est vrai qu’il ne correspond pas à la réalité, mais l’objectif c’est justement qu’un jour cela soit le cas.

                            J’ai voté pour la première fois de ma vie aux élections européennes de début juin, et je peux vous dire que glisser mon avis dans l’urne n’a pas été pour moi un acte anodin. Je m’étais renseigné, j’avais épluché les programmes de tous les partis, même ceux pour lesquels il fallait imprimer un bulletin soi-même et même ceux présentés comme racistes. Voter pour l’UE, ça a été le plus beau jour de ma vie (jusqu’à présent), à juste titre je pense.

                            Voilà, je voulais simplement apporter mon grain de sel.
                            La fin de l’Europe ? Seulement pour ceux qui n’y ont jamais cru et pour lesquels voter n’a jamais été autre chose que de se rendre dans un lieu quelconque pour mettre un morceau de papier quelconque dans une simple boîte, tout en pensant au film qu’on va voir ce soir où à ce que x a dit à y.


                            • Peretz Peretz 8 juillet 2009 18:41

                              @Manidomin. Oui c’est bien de voter. C’est une conquète démocraitque. mais il ne faut pas sacraliser le vote. L’histoire nous montre que ce qu’on tire des résultats n’est pas toujours ce qu’il y a de mieux. Quant à dire que l’Europe a fait des choses belles, à part Erasmus et quelques normalisations écolos je ne vois pas ce qu’elle a apporté. C’est avec les échanges commerciaux que l’Europe a commencé. On voit ce que cela a donné ! Il faudrait donc revenir en arrière, c’est-à-dire un traité qui n’engage plus l’Europe dans le modèle de Maastricht (En France il a été adopté de justesse après une propagande éfreinée de Mitterrand). Et surtout il faudrait davantage démocratiser ses institutions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès