Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Franco-Germanie

La Franco-Germanie

Le président Toucourt à Toulon est retourné faire un discours, un discours lui aussi retourné. En effet, il a opéré un virage sans ambigüité par rapport au discours vertueux et ambitieux de Toulon I : finis la moralisation du capitalisme et les garde-fous destinés aux financiers sans scrupules. Place au laisser-aller et tous derrière le triple A de l’Allemagne : « A-A-A la queue leu leu ! » Ce qui est nouveau dans notre pays, c’est qu’un président de la République fait corriger ses discours par la chancelière allemande désormais.

Je ne délire pas, cela a été dit dans la presse parlée et écrite : il y a eu « échange » de discours. Traduisez : Merkel a un droit de regard sur les discours de notre président. Enfin quand je dis « notre » président, c’est aller vite en besogne : le président des riches, des exilés suisses et des intérêts allemands.

Le discours supervisé par « la Boche » – comme l’appelle Sarkozy – cela donne ceci :

« Discipline, discipline discipline ! »

C’est bien joli, mon petit Nicolas mais cela fait un peu le cancre de la classe qui vient donner des leçons à tous ses camarades en se rangeant du côté de la maîtresse. Pour le dire de manière plus politiquement correct, je cite Marielle de Sarnez : « c’est une évidence qu’il faut davantage de discipline de la part des États européens, mais pourquoi Nicolas Sarkozy ne l’a-t-il fait et fait respecter, depuis qu’il est élu ? » (Hervé Morin propose, lui, par exemple, de passer à la semaine des 37 heures) Cela fait des années que la France renie allègrement ses engagements et s'assied sur le Traité de Maastricht. Dans ces conditions, la confiance de l'Allemagne à notre égard est émoussée. Aujourd'hui, le président indiscipliné vient nous dire que c'est notre faute et qu'il nous faut travailler plus.

« Travail, travail, travail ! »

Il faut un certain culot pour scander un tel slogan en France, qui n’est pas l’Allemagne, où le chômage est exponentiel en particulier pour les jeunes et les séniors. Alors, bon, c’est l’occasion de tirer sur les 35 heures que Sarkozy pouvait revoir par la voie légale, ce qu’il n’a pas fait. Comme quoi entre ce qu’on clame et ce qu’on fait il y a toujours un fossé.

Quant à travailler plus longtemps, Sarkozy a reproché aux socialistes la retraite à 60 ans. Mais rappelons qu’en 1993, il disait dans le poste de télévision qu’il avait voté pour cette loi, avec une expression du genre « bien entendu » ou « cela va de soi ». Il faut avoir un certain culot quand même pour prendre les électeurs à ce point pour des cons à qui il dit en fin de compte « Souffrance, souffrance et encore souffrance ! »

Vers un Anschluss ?

Finalement, ce qui gêne est moins le discours que ce qui n’est jamais suivi d’effets dans la réalité de l’action politique. Point de moralisation du système, point d’obstacle sur la route des spéculateurs. Point de travail. Point de discipline, si ce n’est une prétendue règle d’or qu’on veut faire adopter précipitamment avant les élections pour faire oublier les errements de sa mandature et faire croire à sa détermination à lutter contre les déficits.

Angela Merkel veut imposer un système de sanctions plus dures voire automatiques. Mais un contrôle a priori est exclu. Cela serait impensable : imaginez que c'est le système dit de tutelle qui s'appliquait aux collectivités avant la Décentralisation ! Ce sera donc un contrôle a posteriori, c'est-à-dire par le juge européen. Sera-t-il plus efficace que celui qui existe déjà et qui a démontré son inefficacité ?

Le transfert de souveraineté souhaité se fait donc sous la botte d’une Allemagne qui profite à plein d’un contexte qui lui est très favorable pour imposer ses vues à toute l’Europe. C’est encore Marine Le Pen qui risque de récolter des électeurs qu’elle conduira à l’impasse et au désespoir, vu qu’elle ne peut absolument pas être élue à supposer qu’elle passe le cap du premier tour. Pas plus que Mélenchon, elle ne représente une alternative crédible. Seul Bayrou l’incarne.

Il y avait une solution européenne à la crise de la dette et de l’Euro. Le MoDem ne cesse de le marteler et n’est pour l’instant pas très écouté. Mais Sarkozy lui a préféré la solution allemande. Ou plutôt la solution d’Angela Merkel de laquelle François Bayrou se démarque, lui, en citant en modèle Gerhard Schröder. François Bayrou a d’ailleurs réagi avec vigueur au discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Toulon, qui constitue selon lui « la fin de l’Europe communautaire » et « le renoncement pur et simple aux principes de la construction européenne« . (lien)

Quelle direction prend le couple Sarkozy-Merkel ? Laisser les financiers étouffer les peuples en difficultés sous des sommes extravagantes d’intérêts, paralyser la BCE ? On voudrait faire crever des pays européens qu’on ne s’y prendrait pas autrement. En réalité, je crois que l’Allemagne s’est lancée dans une opération punitive ! Comme une revanche sur un vieux traité de Versailles…Mais avec Sarkozy, va-t-on vers une forme d’Anschluss ?

Le plan de sortie en 5 points de Bayrou

– « sécuriser la dette des Etats de la zone euro » grâce à « l’engagement de la Banque centrale européenne » ;

- « garantir le refinancement de la dette des Etats en difficultés à des taux raisonnables » ;

- « négocier en échange avec ces Etats les décisions nécessaires pour leur redressement » ;

- modifier les institutions européennes avec notamment « l’élection d’un président, un jour au suffrage universel » ;

- retrouver « les principes de la méthode communautaire » où « les minorités sont respectées »

Extrait de l’article « François Bayrou critique la politique européenne du « condominium » franco-allemand » (Le Monde 30 novembre 2011)

Il existe également une solution qui repose sur la confiance et le patriotisme et qui s'appelle l'emprunt national. Les Français achètent des bons du Trésor à un taux fiscal attractif et financent ainsi le remmboursement de la dette et de ses intérêts. Mais comme je l'ai dit, cela repose sur la confiance. Seulement voilà, ni Sarkozy l'élève girouette et rès indiscipliné ni le PS qui annonce de folles promesses de dépenses qu'il ne respectera pas, ne sont à même d'établir cette confiance...


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • goc goc 3 décembre 2011 11:18

    On croit vivre dans un monde parallèle, ou plus exactement, il apparait que nos politiciens vivent eux, dans un monde parallèle

    d’abord mettons les choses au point
    1 - en 2012-2013, ni le nain ni la grosse berta ne sont sur d’être encore au pouvoir, donc leur décisions, n’ont d’importance que le temps de leur « règne »
    2 - quel que soit l’état de la crise européenne, notre situation ne dépend que d’un seul critère : l’effondrement attendu des USA ou une guerre totale déjà programmée.
    3 - Mémémérkel oublie de préciser que son économie n’est pas plus florissante que cela et dépend a 100% du reste de l’Europe : si les autres grand pays de la CEE s’effondrent, elle suivra comme un bouchon flottant dans le caniveau et emporté jusqu’à la bouche d’égout.

    Bref, restons indifférent à tout cela mais vigilant, et surtout n’oublions pas qu’a final, c’est encore nous qui décidons


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 3 décembre 2011 11:48

      Salut Goc.

      « ...et surtout n’oublions pas qu’au final, c’est encore nous qui décidons. »

      Oui, mais si Joe Dalton Sarkozy va jusqu’au bout de sa logique de transfert de souveraineté vers Bruxelles ou le Bundestag, plus personne en France ne décidera de quoi que ce soit.


    • goc goc 3 décembre 2011 12:36

      salut peachy

      d’accords avec toi, mais bruxelle ne décidera que ce qu’on lui laissera
      la rue reste encore le dernier rempart face au totalitarisme


    • Gérard Luçon Gerard Lucon 3 décembre 2011 15:04

      joe dalton va soit etre ejecte avec un grand coup de pompe au 2eme tour si Flanby ne continue pas sa descente (meritee) aux enfers, soit passer si Marine devance Flanby au 1er tour, et se retrouver ensuite avec une minorite au parlement (dans les 2 chambres) ... il deviendra president affecte aux inaugurations et devra subir un gouvernement hostile .... Mais comme il est incapable de comprendre cela, il prefere se maintenir, garder son impunite encore 5 ans, et faire perdre la droite !


    • depuis qu’on le répète que LA CEE est dirigée par les DALTON...le plus mèchant et le plus con

      est notre empereur de poche..........

      et ma dalton c est LA MERE MERKELL

      MAIS UNE QUESTION ME TURLUPINE

      LEVE T ’ELLE AUSSI BIEN LE BRAS UE SON « CHOUCHOU » , ??


    • latortue latortue 3 décembre 2011 11:18

      je vous cites et répond en gras

      – « sécuriser la dette des Etats de la zone euro » grâce à « l’engagement de la Banque centrale européenne » ;la banque centrale Européenne ne peut pas battre monnaie tant que la loi de 1973 n’est pas abrogé ,donc un engagement c’est une douce illusion et c’est pas un engagement qui réduira notre dette ,

      il faut que la BCE donne a taux 000000 un gros paquet de fric aux états et que nous fassions des projets des budjets a l’équilibre seul moyen de réduire la dette qui n’a cessé d’augmenter depuis 1974

      - « garantir le refinancement de la dette des Etats en difficultés à des taux raisonnables » ;

      comment ??si ce n’est par la BCE chose qu’elle ne peut pas sans modifier la lois de 1973 des taux raisonnable c’est proche de 000 sinon les intérets de la dette gonflent la dette

      - « négocier en échange avec ces Etats les décisions nécessaires pour leur redressement » ;

      du pipo c’est exactement ce que fait Sarko depuis des mois négocié ,il est plus temps de négocier il faut agir

      - modifier les institutions européennes avec notamment « l’élection d’un président, un jour au suffrage universel » ;election d’un président Europeen ????je comprends pas si c’est un président Européen il y a asses de fainéant a payer on va pas encore en créer de nouveau car qui dit président dit la pléiade de rigolo autour

      - retrouver « les principes de la méthode communautaire » où « les minorités sont respectées »le communautarisme ce qu’on reproche au FN ??je comprends plus rien là d’un côté on diabolise le FN et de l’autre on applique ses principes .

      le malheur c’est que Bayrou est comme tout les autres il parle beaucoup ,que vont faire les électeurs de Bayrou au deuxieme tour ,voter Sarkozy ;


      • bigglop bigglop 3 décembre 2011 21:03

        Merci @ Taverne pour votre réflexion, mais je reste assez partagé. Il s’agit d’un coup d’état, d’un anschluss, d’un pronunciamento sur l’Eurozone, l’Union Européenne au bénéfice de l’oligarchie financière.
        Même avant Maastricht, les dirigeants de l’Union Economique Européenne, avaient déjà décidé de la construction d’une Europe fédérale, entre eux.
        Lors de la préparation, du vote du Traité de Maastricht, ensuite de ceux d’Amsterdam, Nice, Lisbonne, cette volonté est demeurée présente et toujours non affirmée, non revendiquée notamment par Jacques Delors, Pascal Lamy, Giscard d’Estaing,....
        Dans les voeus pieux de cette construction européenne figuraient des convergences économiques, financières, sociales et fiscales mais ces deux dernières n’ont jamais été discutées et pas conséquent pas mises oeuvre.
        Au contraire, tout s’est construit sur des moins-disant fiscaux et sociaux entre tous les partenaires, notamment Irlande, Portugal, après la chute du Mur de Berlin et la réunification de l’Allemagne, avec les pays de l’Est.

        Merkel a réussi son coup avec les Monti, Draghi, Papedemos et un Sarkozy qui a baissé son froc, à savoir lancer la Grande Braderie de l’Europe au seul bénéfice de cette oligarchie, avec une BCE qui rachète de la dette souveraine plus ou moins pourrie sur les marchés primaire et secondaire devenant une Bad Bank (en contradiction avec tous les traités) en attendant de la transférer au FESF, ce qui limitera dès maintenant les possibilités d’intervention du Fonds.


        En effet, elle a obtenu ce qu’elle exigeait depuis toujours :
        Une modification radicale, profonde du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) donc du Traité de Lisbonne en intégrant des sanctions automatiques, une pseudo intégration fiscale, etc..

        Mais cette modification du traité se fera en dehors de tout cadre référendaire européen, en utilisant l’article 48 du TFUE (Traité de Fonctionnement de l’Union Europe Européenne).
        Ce procédé avait déjà été utilisé le 16/12/2010 par le président du Conseil Européen, Herman Von Rompuy pour l’accord du 11/03/2011, par amendement de l’article 136 du TFUE et de l’instauration d’un mécanisme permanent, le FESF et le MES, le 11 juin 2011.
        Des sanctions automatiques ou décidées par la Commission sur plainte d’un état pour non respect des engagements budgétaires.

        Créer un mécanisme permanent de sauvetage.

        Une règle d’or des 3% et de 60% du PIB, tout en sachant que cette règle définie lors du traité du Maastricht n’a jamais été respectée (même par l’Allemagne, qui prévoit d’augmenter son déficit en 2012) reposait sur les éléments suivants :

        Les taux de 3% du déficit, et de 60% pour la dette sont le résultat d’un calcul représentant une situation d’équilibre : si un État a une dette de 60% du PIB, un déficit de 3% du PIB et une croissance du PIB de 5% (en € courants) alors la dette de cet État reste stable à 60% du PIB (même si cette dette augmente en valeur absolue).

        "En juin 1981 qu’il était chargé de mission à la Direction du Budget du ministère des Finances, l’économiste Guy Abeille raconte avoir été mandaté avec son chef de bureau de l’époque Roland de Villepin d’établir un critère économique utilisable par le Président Mitterrand dans ses discours. Faute de mieux, Abeille et Villepin proposent alors ce critère relativement simple basé sur un ratio déficit/PIB qui, du propre aveu d’Abeille, « ne mesure rien » et sur une norme (3%) qui « n’a pas d’autre fondement que celui des circonstances » (le déficit budgétaire de l’époque atteint déjà presque 2% du PIB)".

        Contrairement à ce qu’affirme vote titre, il n’y a pas de crise de l’Euro en tant que tel, quitte à faire hurler beaucoup de lecteurs, il s’agit d’une crise des banques et des assurances, du « shadow banking » qui est occultée, dissimulée, par des imprécations « religieuses », « mystiques » de défense de l’Euro seul « sauveur » de L’Union.

        Pour l’expliciter, je vous copie l’analyse très fine d’un professionnel de la finance :

        22 octobre 2011

        Il n’y a pas de crise de l’Euro, il y a la crise des banques et des assurances

        Par Thomas, le Cimbre, le 22 octobre 2011. Catégorie : Economie de bulles, crises systémiques, subprime

        L’euro se porte bien en valant 1,38 $ depuis quelques années. Les normes « prudentielles » comptables Bâle II, mais aussi Bâle III, IASB et FASB autorisent les banques à « interpréter les signaux du marché » (<<< Sources : Mazars, page N°8, Bank News Octobre 2010), à donner à leurs dettes l’aspect de bénéfice, c’est à dire à tricher réellement ou à tricher virtuellement pour réduire leurs dettes. Dans la première voie les banques émettent des obligations, appelées « obligation corporate ». Par exemple elles émettent sur les marchés financiers 1000 obligations et reçoivent 1000 en cash. Puis les investisseurs doutent de la solvabilité de ces banques et les obligations chutent à une valeur de 400. La banque rachète ses propres obligations décotées à 400 et son bénéfice net est de 600. Les normes prudentielles comptables ont pensé à la pénibilité du travail des banquiers, et leurs recommandent de simplement déclarer une augmentation de bénéfice de 600, un « gain contre intuitif », sans réaliser la moindre des opérations quand elles doivent se recapitaliser. Les banques procèdent massivement à ce jeu depuis 2008, mais les trillions d’actifs pourris et en pourrissement sont toujours cachés dans les banques. En réalité, la banque n’a même plus les moyens de sortir 400 pour se recapitaliser et couvrir sa dette. Ici aussi l’effet de levier entre en jeu, et plus une banque perd, plus elle annonce des bénéfices. Mais le day of reckoning arrivera avant même que de réels et très graves plans de rigueur ne prennent effet. Il n’y a pas de crise de l’euro, mais la crise des banques.

        Lire la suite...

        Une rapide analyse du dispositif du FESF mis en place le 28/10/2011 pour démontrer qu’il est catastrophique :

        • l’abandon de créance de 50% par les banques européennes sera limité par l’obligation de recapitalisation des banques grecques aura une efficacité réelle de 19 à 27%. A l’issue de ce G20 inénarrable, il est passé à 60% alors que la provision devrait être de 100%.
          - la garantie de 20% de la première perte sur des obligations souveraines est insuffisante pour rassurer les marchés et les banques, à terme.
          - le renforcement du fond par un effet de levier est dangereux car il mènera à la création d’une pyramide de Ponzi.
          -la création dans le FESF d’un « special purpose vehicle » ou Fonds Commun de Créances est un clone des supports à l’origine des ’subprimes"
          Après la mise en place du MES (Mécanisme Européen de Stabilité) qui devrait se faire très rapidement, certainement avant les présidentielles de 2012 (et non en juin 2013, comme prévu), nous serons livrés pieds et poings liés à une organisation supranationale européenne qui gèrera directement les budgets de tous les états européens.

        Description de la Banque-MES :
        1°) Organisation Internationale, siège social au Luxembourg, d’une durée illimitée
        2°) détient la personnalité et la capacité juridique et peut donc contractualiser, transiger en son nom
        3°) les dirigeants, collaborateurs, la personne morale bénéficient d’une immunité juridique et d’un secret total sur tous leurs actes, missions. Par conséquent, aucune institution européenne, état, association, ne peut l’attaquer en justice sur ses actes, décisions même s’ils sont avérés avoir porté préjudice.
        4°) Montant de départ de garantie de 700 mds d’euros qui seront complétés par des apports complémentaires décidés et imposés par la Banque-MES suivant ses analyses.
        Ceci signifie qu’elle pourra réquisitionner automatiquement les capitaux qu’elle estime nécessaires et par conséquent avoir la mainmise sur les budgets des états.

        5°) les états européens seront contraints de garantir de manière irrévocable et inconditionnelle la dette créée par le MES et sa Banque

        Et maintenant le tabou du découplage de la zone euro entre pays forts et faibles est levé et cette option est clairement envisagée, en cours d’évaluation.

        In fine, la création d’une Europe Fédérale gérée par une techno-structure ultra-libérale, totalement anti-démocratique qui organisera, contrôlera les budgets de tous les états européens avec un pouvoir de sanction exorbitant.

        Ce même Sarkozy veut nous vendre une Europe « plus démocratique, solidaire », qui exigera le renoncement aux acquis du Conseil National de la Résistance, du Front Populaire pour prétenduement pour « conserver notre niveau de vie ». Il y a là une contradiction fondamentale.

        Souvenez-vous de son discours de 2002, où il invoquait avec haine la destruction de l’esprit de Mai 1968, source de tous les maux de notre société. Ce jour là j’ai eu peur, une peur qui tordait le ventre, qui me rappelait cette Peste Noire et Brune qui a dévasté l’Europe et le monde.

        Aujourd’hui, nous vivons un dangereux « parallélisme », car si l’histoire ne se répète pas, elle bégaie, balbutie en produisant des avatars.

        Sachant que les textes votés par nos parlementaires sont à 70, 80% la mise en conformité de directives européennes, rajoutez le vote d’une Loi de Finances, d’une révision de la Loi de Finances N-1, imposée de l’extérieur et vous aurez le solde de ce qui restera notre souveraineté.

        Dans ce discours, il a parlé de la peur des citoyens tout en omettant qu’il est le responsable, le pompier pyromane, de cette peur, de cette insécurité, des stigmatisations, du racisme, qu’il a su entretenir en soufflant sur les braises, aidé par des Hortefeux, Guéant, Besson.

        Il a parfaitement assimilé « Le Prince » de Machiavel

        En 2006/2007, Paul Jorion, Nouriel Roubini avaient lancé l’alerte sur les risques « subprime », ils ont été traités de fous et ceux qui ont relayé l’information, de « conspirationnistes »
        Au-delà des personnages (Sarko, Merkel, Dragui, Van Rompuy....), d’institutions (Conseil Européen, Commission, FESF, MES, BCE), il s’agit de l’aboutissement d’une stratégie lente mais continue du contrôle de l’économie mondiale par une oligarchie financière qui se dévoile à l’aube de son succès.

        Un entretien de Noam Chomsky :

        http://chomsky.fr/entretiens/20070805.html

        Je vous propose de consulter le blog d’un professionnel de la finance (peut-être actuaire bancaire ou trader) qui donne de très bonnes analyses et informations fiables :
        http://www.renovezmaintenant67.eu/

        Mais aussi, le blog d’un actuaire bancaire Olivier Berruyer, avec ses analyses extrêmement pertinentes et son livre "Stop ! Tirons les leçons de la crise’ ( très accessible) :
        http://www.les-crises.fr/

        Dans leur grande majorité, les citoyens ne croient plus aux « politiques », à la « cuisine », aux programmes « soupes » électoralistes mais continuent à voter pour le moins pire.

        NE NOUS TROMPONS PAS D’ENNEMI

        .


      • bigglop bigglop 3 décembre 2011 21:28

        Bonsoir @ Viktor,
        Mais Sarko, Merkel ont déjà donné leur accord au Traité de grand marché transatlantique dénoncé, notamment, par JL Mélanchon dans le silence assourdissant de tous les partis et hommes politiques. On en trouve des traces sur les sites officiels européens.
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/grand-marche-transatlantique-55004


      • Vipère Vipère 3 décembre 2011 11:53

        Bonjour à tous

        Faut-il absolument un Président à Bruxelle pour diriger les Présidents des 27 pays. Si l’on se dirige vers ce shéma, Adieu Démocratie et longue vie à la dictature impérialiste germano- Bruxelloise.

        Mais que fait donc l’inaudible Herman Van Rompuy ? Qu’il sorte de son placard pour mettre de l’ordre dans ce bazar !


        • Gérard Luçon Gerard Lucon 3 décembre 2011 14:05

          L’Europe sociale n’existe pas, l’Europe politique est une vraie cacophonie, l’Europe economique est en crise .... Alors arretons avec ce serpent de mer !

          Quand le SMIC en France est 20 fois superieur a celui de Roumanie

          Quand des Etats de l’UE reconnaissent le Kosovo et d’autres pas

          Quand nos entreprises delocalisent a l’etranger mettant des francais au chomage

          Quand l’Allemagne et la France vendent pour des millions d’euros des armes a credit a la Grece puis engueulent ce pays car il depense trop

          Quand des centaines de parlementaires et de fonctionnaires europeens bullent pour plusieurs milliers d’euros par mois

          Quand tout cela arrive ... il est temps de redevenir francais !


          • ZEN ZEN 3 décembre 2011 14:34

            Consulter le peuple est long et incertain, les débats parlementaires aléatoires
            Le groupe de Francfort peut se passer de démocratie...


            • Taverne Taverne 3 décembre 2011 16:14

              Bon lien. Merci Zen. J’y ai vu cet article : « Donnons sa chance à la démocratie » par un sociologue allemand.


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 décembre 2011 17:55

              «  »Seul Bayrou l’incarne.«  »

              Le paysan béarnais n’incarne rien du tout : La semaine dernière il avait répondu à la question du présentateur du journal de 20 H « Est-il pour le mariage homosexuel ? » Sa réponse est aussi minable que son programme qu’il traine un utilement depuis des décennies ! «  »Je suis d’accord mais à condition qu’il y’ait les mêmes devoirs et les mêmes droits, dit-il ...en ajoutant «  » parlons d’union et non de mariage«  » croit-il peut-être plaire à tout le monde !

              Quelques jours plus tard c’est le Borlo (heureusement qu’il n’est pas candidat) qui dit exactement la même chose en reprenant exactement les mêmes mots !

              Comme si le mariage était « l’union » entre deux individus du même sexe et comme si les devoirs et les droits de la femme sont les mêmes que ceux de l’homme !

              Mais quoi pensez quand on voit des juges décider de confier des enfant innocents (non pas confier mais condamner) à des couples insolites et contre nature !

              La France de Marianne qui parle de droit de l’homme et de droits de l’enfant.. Quelle siècle de merde !

              Alors quand on voit des ca


              • Taverne Taverne 3 décembre 2011 18:18

                "Quelques jours plus tard c’est le Borlo (heureusement qu’il n’est pas candidat) qui dit exactement la même chose en reprenant exactement les mêmes mots ! "

                Ils vont peut-être pacser. smiley

                Sérieusement, si Borloo soutenait Bayrou, on pourrait enfin s’en sortir, les intentions de vote se cumulant. Je ne pense pas être le seul à le penser.


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 décembre 2011 17:59

                Pardon pour la coupure ...

                Alors quand on voit des candidats à la présidence véhiculer des idées pareils, peut-on avoir du respect pour eux ?

                Jusqu’à maintenant seul le Front National a une position honorable ! Les Gauchistes sur lesquels ruissellent une grande hypocrisie ne méritent pas la fonction de la présidence !

                La Droite de toutes les faillites doit laisser la place aux responsables du pays qui n’ont pas honte d’être des Français !

                Mohammed MADJOUR.


                • ZEN ZEN 3 décembre 2011 18:11

                  J’ en connais un qui va faire une drôle de tête...
                  Angela est de plus en plus critiquée chez elle


                  • Taverne Taverne 3 décembre 2011 18:22

                    Après la Dame de fer, voici la Dame de l’après-rideau de fer.


                  • Taverne Taverne 3 décembre 2011 18:24

                    En définitive, je crois qu’on peut l’appeler « la Dame du rideau de fer » car elle est en train d’isoler son pays derrière un nouveau mur.


                  • ZEN ZEN 3 décembre 2011 18:27

                    Elle ne manque pas d’audace ! smiley


                    • la_gata la_gata 3 décembre 2011 19:11


                      pour la sortie de la crise ... je crois que il faut suivre la voie de l’Islande ...
                      Bayrou ferait bien d’enquêter sur ce thème .

                      dans tout cas il pourrait demander conseil a Eva joly donné qu’ elle a travaillé comme conseillère pour aider au redressement de l’économie du pays ..

                      a lire ..


                      • onetwo onetwo 3 décembre 2011 22:42

                        Bayrou ne fait pas mieux que Mélenchon dans les sondages. Je pense qu’il n’a pas plus de chances d’être élu et c’est tant mieux car présenter Bayrou comme une alternative, il fallait oser. Merci, pour ce grand éclat de rire !


                        • Thomas, le Cimbre Thomas Rudolf 4 décembre 2011 09:36

                          bigglop,

                          dommage que vous polluez la réflexion en faisant des amalgames et des raccourcis de ce que vous pompez sur mon site. Ne vivez pas par procuration.

                          Arrêtez de faire des copiés-collés de mon site sur tous les fils de « discussion ». Votre frénésie détruit l’argument.


                          • QUI NOUS MIS EN GARDE CONTRE CE GROS MACHIN DE LA CEE

                            la cee ne sert qu’a une bonne chose...beneton avec son united colors...

                            risque gros ...encore une peine de prison pour racisme....mer ..ko s embrassant sur la bouche...une allemande et un juif s’embrassant sur la bouche...c’est tres bien mais les guerres de tranchees sont remplacees par de GUERRES ECONOMIQUES

                            -deuis chirac-sarko la FRANCE A PERDU 40% DE SES INDUSTRIES

                            -vase communicant DEUTSCHLAND EN A GAGNé 40%

                            nous sommes défavorisés avec notre mini empereur a la course a l’industrialisation... IL A DE PETITES JAMBES ET ANGELA EST UN VRAI.PANZER...

                            mais prend t elles comme les troupes d’adolf...des amphetamines... les Pilotes d’avions de chars d’adolf les ss avalaient tant d’amphetamines que l’industrie phamaceutique militaire aryenne ne pouvait pas fournir asse.Z..surtout en 44...

                            on aurait pu leur preter SERVIER

                            la cee n est qu un gros gateau que les pays se partagent la france a pris l agriculture l’allemagne l’industrie...l’italie le vatican et les fabriques de nouilles


                            • FYI FYI 5 décembre 2011 01:28

                              L’US$ coulera bien avant l’€, et c’est ce que veulent tous les pays exportateurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès