Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La grande guerre économique est déclarée

La grande guerre économique est déclarée

JPEG - 121.4 ko

Nous sommes à la veille de la commémoration du centenaire de la guerre 1914 – 1918.

Et c'est avec émotion que notre souvenir va parcourir les 4 années d'un conflit qui fut très certainement le plus meurtrier de tous les temps : Que ce soit du côté français que du côté allemand, sans oublier évidemment tous les soldats des pays de la Triple-Entente.

Le nombre des victimes humaines militaires et civiles s'élève à 40 millions d'individus soit environ 19 millions de morts (dont 9,7 millions pour les militaires, 8,8 millions pour les civils) et plus de 21 millions de blessés.

Au final, la France est victorieuse sur l'Allemagne, mais terriblement meurtrie et affaiblie avec 1.315.000 soldats tués, soit 27 % des jeunes entre 18 et 27 ans.

L'armistice signé le 11 novembre 1918 marque la fin des combats avec le triomphe des Alliés certes, mais sur le fond, il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre du mot.

La victoire reste bien amère, même si le cessez-le-feu de ce même jour effectif à 11 heures entraîne dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairon annonçant la fin des hostilités.

A partir de cette période, commence une autre époque, où plus rien ne sera comme avant : la dégradation progressive du système politique, l'instabilité financière, les problèmes sociaux, et les crises économiques qui vont se répéter peu à peu au fil des années à partir de 1930.

En évidence, les montées des extrêmes et des mouvements fascistes viennent perturber un peu plus le climat d'une société déjà en plein désarroi. Mais d'autres tensions se manifestent, et en France, les rapports avec l'Allemagne deviennent inquiétants dès 1933 avec l'arrivée au pouvoir du chancelier Hilter. D'autant plus que les allemands n'ont pas de grands égards vis-à-vis des français qu'ils considèrent comme des adversaires absolus, voire des ennemis de longue date.

La Seconde Guerre Mondiale viendra confirmer les désaccords existant entre les deux peuples, et une fois de plus, l'Allemagne connaîtra une grande rancœur mêlée de fortes souffrances après sa capitulation en 1945.

Puis les profondes douleurs provoquées par la défaite et l'humiliation se sont estompées par la suite avec le temps et la reconstruction difficile de l'Allemagne finalement réunifiée au cours des années 1989 - 1990.

Il n'en reste pas moins vrai qu'au cours des décennies passées, les Allemands souhaitaient à leur manière une revanche sur les terribles conflits qu'ils avaient perdues en 1918 et en 1945.

Avec l'Europe qui anéantit toutes possibilités de guerre entre les pays de l'Union, l'Allemagne a appliqué une autre stratégie visant à dominer le continent européen. Ainsi, au cours de ces dernières années, elle a mis en place une relance économique de grande envergue afin d'installer au sein même de la C.E. une autorité sans précédent.

Ce glissement qui relève plus d'une régime dictatorial que d'un gouvernement démocratique, s'est nettement opéré depuis l'arrivée au pouvoir en 2005 de la chancelière Angela Merkel. Aujourd'hui, l'Allemagne occupe une position dominante en Europe avec un cinquième de la production globale des 28 pays de l'Union, et c'est elle qui prend à Bruxelles la plupart des décisions, le tout piloté et orchestré par Madame Merkel qui n'hésite à s'octroyer toutes les alliances possibles afin de favoriser son Pays.

Ainsi, pour arriver à ses fins, la chancelière a placé des « hommes de l'ombre » au sein de l'administration bruxelloise, ce qui apporte à l'Allemagne une telle puissance politique et économique, qu'aucun des Etats membres n'est en mesure de lui contester à l'heure actuelle.

Les défaites des guerres 14-18 et 39-45 sont bien lointaines maintenant, et en ce début de siècle, l'Allemagne a gagné indéniablement la guerre de la finance et de l'économie.

Evidemment, les conséquences seront dramatiques pour tous les autres pays de l'Europe, et en particulier pour la France dont l'avenir est extrêmement compromis, désormais.

Pierre-Alain Reynaud


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Laurenzola Laurenzola 9 novembre 2013 10:36

    A quand un monde de coopération ?

    L’ultimatum, c’est la réalité d’un monde fini qui la pose, à une humanité d’une infinie avidité.

    Le ralentissement globale de l’économie mondiale est un indicateur incontournable.

    Il est temps de changer de modèle et par voix de conséquence, d’indicateurs économiques.

    L’efficacité énergétique et l’impacte environnementale d’un bien et/ou d’un service doit être prise en compte de manière impartiale et répercutés sur son prix, ce qui aurait, en toute logique, pour conséquence la relocalisation des activités humaines, et surtout l’incitation au transfert technologique vers les pays en voie de développement.


    • Tall 9 novembre 2013 10:45

      Le 4e Reich n’a plus besoin de panzers, il a l’euro, et ça lui suffit.

      La preuve par sa balance import/export très excédentaire au sein de la zone euro.

      Une zone où les autres Etats-pigeons ne peuvent plus se défendre, ni par taxes aux frontières, ni par dévaluation, ni par endettement... rien ...



      • Tall 9 novembre 2013 16:34

        C’est impressionnant, tout de même, la facilité avec laquelle ils réussissent à opposer les partenaires entre eux...

        Les pays de la zone euro ne sont pas amis.

        Tant que le gâteau est assez gros, on se le partage. Mais dès qu’ il y a une crise et qu’une vraie solidarité s’impose, chacun tire alors la couverture à lui et on laisse crever les + faibles. Mieux que ça même, on les enfonce encore + pour en tirer profit soi-même.

        Et c’est ce que fait l’Allemagne aux dépens des autres pays dont elle n’a rien à fiche.

        Pour preuve la réélection à quasi majorité absolue de Merckel, sachant que ce que les électeurs allemands lui reprochent le + malgré tout, c’est d’être encore un peu trop gentille avec l’UE.

        Ca vous situe ?

      • Tall 9 novembre 2013 16:37

        vous entretuer pendant que eux se payeront sur les financements contractés par ceux qui vous enverrons vous entretuer...

        Il n’y a plus de grande guerre possible. C’est fini ça. La bombe atomique est là.

      • Tall 9 novembre 2013 17:00

        Comment se fait-il que la 5 ème puissance économique mondiale se voit contrainte de réduire ses services publics au profit des intérêts de sa dette ?

        Mais parce qu’on n’a pas notre propre planche à billets justement.
        La BCE ne peut rien faire sans accord de l’Allemagne ( indépendance, mon oeil ) ...et pendant ce temps la FED imprime 85 milliards par mois dont la 1/2 en bons du trésor.

        C’est même pour ça que les USA engueulent aujourd’hui l’Allemagne, car celle-ci ralentit la reprise mondiale avec sa politique d’austérité actuelle. D’où le rabaissement récent des taux de la BCE.


      • Tall 10 novembre 2013 11:34

        Oui mais l’argent de la finance ne peut pas tourner en circuit fermé sans passer par les dépenses publiques et l’économie privée qui reste l’outil fondamental de la croissance. Une spéculation qui tourne trop en rond sur elle-même crée des bulles qui finissent toujours par éclater.


        Alors je sais bien que la cupidité peut les rendre cons ou cyniques au point de recommencer les mêmes choses, mais ça m’étonnerait que ça se refasse rapidement.

        Ceci dit, la situation serait meilleure si ces tocards de républicains US ne sabotaient pas systématiquement Obama grâce à leur majorité dans la Chambre.

        La solution au crash est connue depuis le new deal de Roosevelt en 1934.
        Le principe est simple et clair : l’argent doit CIRCULER pour que l’économie tourne.
        C’est tout.

      • Tall 13 novembre 2013 20:19

        bon puisque tu me traites de con à chaque phrase, je vais te répondre de la même manière pour que t’imprimes l’effet que ça fait, puisque tu es trop débile que pour comprendre ça par toi-même

        alors, voilà je t’explique, pauvre abruti

        si il y a trop de masse monétaire ( tu sais ce que c’est, ducon ? ) par la rapport à l’économie réelle ( ça va, tu suis toujours, dunase ? ), et bien ça mène aux bulles, aux krach, et à la dévaluation massive, ce qui mène au rééquilibrage général. ( t’as capté, crétin ? )

        alors voilà, après un exemple démagogique aussi éblouissant, je pense que même un imbécile fini comme toi devrait comprendre le message, non ?

        sinon, de toute façon, je ne recommence pas, car j’ai autre chose à foutre

      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 10 décembre 2013 19:20

        EIN VOLK EINE MUTTER FUR ALLES MERKEL

        un peuple une mère pour tous MERKEL 


      • ZEN ZEN 9 novembre 2013 11:09

        La situation de l’Allemagne est plus problèmatique qu’on le dit et va vers de mauvaises surprises
        Ce livre est là-dessus très éclairant


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 24 décembre 2013 09:56

          HEIL MUTTER MERKEL  ;; ; ein furherin ;; ;ein volk  ein gross europ deutch !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 


        • BA 9 novembre 2013 13:07

          Concrètement, comment vont se dérouler les « saignées » en Europe ?

           

          1- D’abord, une dizaine de pays européens vont se déclarer en défaut de paiement, les uns après les autres. Les gigantesques bulles obligataires européennes éclateront.

           

          2- L’éclatement de ces bulles obligataires va provoquer :

           

          - la disparition des retraites par capitalisation (massivement placées en obligations d’Etat)

           

          - la disparition de l’assurance-vie (massivement placée en obligations d’Etat)

           

          - la faillite des banques (massivement détentrices d’obligations d’Etat)

           

          - la faillite des sociétés d’assurances (massivement détentrices d’obligations d’Etat), etc, etc.

           

          3- Nous entrerons dans une période de chaos. Les Etats européens seront incapables de sauver de la faillite les banques européennes, contrairement à ce qui s’était passé en septembre 2008. Les Etats européens ne pourront que contempler le spectacle. Ils seront des spectateurs impuissants.

           

          4- La BCE injectera des centaines de milliards de liquidités, mais ce sera inefficace. Les banques arrêteront de prêter le moindre euro aux particuliers et aux entreprises privées. Les banques essaieront de sauver les meubles en replaçant aussitôt les crédits octroyés par la BCE dans leur compte de réserves auprès de la BCE.

           

          5- Les épargnants se précipiteront vers les distributeurs automatiques de billets, mais ils ne pourront pas retirer d’argent. Les guichets des banques seront fermés. Les sites internet des banques seront fermés eux-aussi.

           

          6- Les épargnants se tourneront vers leur Etat. Ils demanderont à leur Etat le remboursement de leur épargne (100 000 euros maximum, en théorie). Mais en pratique, les Etats européens seront incapables de rembourser l’épargne volatilisée des épargnants.

           

          7- Il y aura un effondrement des Bourses.

           

          8- Les banques européennes seront en faillite, la BCE sera en faillite. Les rentiers, les actionnaires, les épargnants et les retraités européens auront tout perdu. Ils seront en colère. Les foules en colère chercheront des boucs émissaires. Après le chaos financier, il y aura le chaos social et le chaos politique.


          La construction européenne aboutira au chaos.


          • Piotrek Piotrek 9 novembre 2013 14:06

            Et c’est avec émotion que notre souvenir va parcourir les 4 années d’un conflit qui fut très certainement le plus meurtrier de tous les temps

            Non pas très certainement, la seconde guerre mondiale fut le conflit le plus meurtrier de tous les temps (estimation de 40.000.000 à 72.000.000 de morts)

            Ce glissement qui relève plus d’une régime dictatorial que d’un gouvernement démocratique

            L’UE est née à la suite d’une longue liste de traités que tous les pays ont signé. Si du jour au lendemain, certains n’acceptent plus de suivre les règles, et demandent des fonds par dessus le marché, le fait de dire Non ou de traîner des pieds ne sont pas vraiement une atteinte sûprème à la démocratie.
            Cela ne veut pas dire que je suis d’accord avec ce qu’il se passe, mais ce sont des faits, ma préférence aurait été que le système s’éffondre naturellement.
            Or des consessions ont été faites par ceux qui ne se sont pas endéttés envers les irresponsables accros aux cédits.

            Aujourd’hui, l’Allemagne occupe une position dominante en Europe avec un cinquième de la production globale des 28 pays dfe l’Union, et c’est elle qui prend à Bruxelles la plupart des décisions, le tout piloté et orchestré par Madame Merkel qui n’hésite à s’octroyer toutes les alliances possibles afin de favoriser son Pays.

            Domiante oui
            , mais pas par la force pas par choix, mais plutôt par la force des choses.
            Meilleur producteur, oui. Mais ca c’est la honte pour les autres, pas la responsabilité de celui qui bosse et qui réussit, les pays avec le moins de moyens n’ont même pas étés capables de développer le low cost, l’Allemagne l’a fait.
            Heureusement que Merkel favorise son pays : elle a été élue pour celà et j’en aurai espéré autant des dirigeants grecs et français !

            L’UE est un millefeuille démocratique, le constat est qu’on a élu et on continue à élire soit des cancres soit des lobyisés du cerveau. C’est pas de la faute à l’Allemagne, c’est pas de la faute à l’UE c’est de la faute à cette misère intellectuelle généralisée importée du modèle de consommation des Etats Unis, qui permet à la corruption et à la médiocrité de régner

            Donc vous me dites, l’UE est l’outil impérialste de l’Allemagne ? Moi je vous remercie de confirmer ma conclusion ci dessus.


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 10 décembre 2013 19:30

               OUI Mais ils ont l’immense masse des travailleurs de l’est a qui ils veulent donner 1/10 DU SMIC FRANCAIS CE QUE L UMPFNPS N A PAS COMPRIS NOTRE RESERVE C EST L AFRIQUE ALORS BANDE de NAZES ARRETEZ AVEC VOTRE RACISME D IDIOTS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

              MUTTER MERKEL LES AURA TOUS NOS POLITIQUES LOBBYISTES ET CUMULARDS

              HEIL MUTTER MERKEL EIN PROSIT EIN PROSIT   HIC
               
              CE QUE L UMPFN N A PAS COMPRIS EN FAISANT LA CHASSE AUX IMMIGRES D AFRIQUE 

              NOTRE AVENIR EST AVEC L UPM ET L AFRIQUE AVANT QUE LES CHINOIS NOUS REMPLACENT 


            • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 9 novembre 2013 16:49

              @ l’auteur,

              Article intéressant.

              Cela fait déjà quelque temps que je pense la même chose que vous.

              À quelqu’un qui lui disait que le contrepoids à l’Allemagne fédérale, c’était la Grande-Bretagne, de Gaulle revenu aux affaires répondit : « Le contrepoids à l’Allemagne, c’est la France »

              Oui, mais n’est pas de Gaulle qui veut. En étant un peu gentil, on peut dire que jusqu’à la présidence de Jacques Chirac incluse, ce contrepoids fut effectif. Ce n’est plus le cas depuis lors, car la France s’est donnée à deux présidents fainéants (ou faits néants ?).

              L’Histoire les jugera, et sévèrement. En attendant, les Français, eux, ils ont compris. Mais hélas, je crains qu’ils ne s’apprêtent à faire la grosse bêtise en 2017 (au fond du couloir, tout à droite, si vous voyez ce que je veux dire). Espérons que non.

              Oui, mais dans ce cas quoi faire ? Comme il n’est pas question de remettre la droite au pouvoir, le seul sursaut pour la France et pour les Français, c’est que ces derniers franchissent le pas, et ce dès que possible, en engageant une rébellion tous azimuts, préfigurant donc la Quatrième révolution française.

              Nul doute que celle-ci aurait des conséquences européennes heureuses pour les peuples. Notre pays ne sait avancer que par des révolutions. Il demeure un grand pays quoiqu’en disent nos élites politico-médiatiques, et la voix de la France, c’est encore quelque chose. Notre histoire la prouvé aux yeux du monde.

              Or, tout semble encore tenir. Il est vrai que les pouvoirs en place tiennent les leviers de l’information.

              Alors, c’est pour quand ? Sont-ce les Bretons qui vont ouvrir le bal ?


              • COLLIN 10 novembre 2013 07:56

                Je ne suis pas convaincu d’un succès populaire en cas d’insurrection.

                Eurogendfor a été « crée » pour garantir ce « risque »,et le « traité » de Lisbonne autorise,voire encourage,les forces de répression à abattre les émeutiers en cas de troubles graves à l’ordre public.

                De plus,le système a savamment infiltré ses taupes à tous les niveaux,qu’il s’agisse des syndicats,des associations,et des partis politiques.

                Sans compter l’espionnage quotidien du citoyen par la NSA Française.

                Non,il faut envisager autre chose,mais quoi ?

                Un coup militaire ?


              • Alain Favaletto Favaletto A. 9 novembre 2013 18:52

                Assez d’accord avec l’auteur et avec les différents commentaires d’ailleurs. Mais : Piotrek, ok, Mme Merkel a été élue pour défendre son pays. D’autres ailleurs préfèrent diffuser en boucle des discours sirupeux et de droit international, mais se font violenter par les faits, et leurs pays avec.

                - En revanche, vous évoquez sans le nommer l’Agenda 2010 de Schröder. Là, on est dans le dumping social et ma position est que l’Allemagne a pratiqué une dérégulation de son marché du travail pour regagner un avantage compétitif, non pas contre les pays émergents, elle n’a aucune chance non plus, mais contre les partenaires OCDE et particulièrement ceux de la zone euro. C’est nous qui payons la baisse du chômage en Allemagne depuis 2005. Elle pourrait au moins se la jouer modeste.

                - De plus, il est évident qu’elle joue la montre dans la crise de l’euro. Le chômage de masse qui s’est développé au Sud et en Irlande lui permet d’importer à peu de frais de la jeunesse formée dont elle a besoin et d’éviter l’immigration du continent africain dont elle ne veut pas. Le Pôle Emploi (Arbeitsamt) allemand par exemple donne des consignes pour « importer » des travailleurs d’Asie et non d’Afrique.

                - Si vous voulez plus d’infos, voyez mon bouquin « Allemagne : la rupture ? » paru en octobre chez L’Harmattan.


                • Piotrek Piotrek 9 novembre 2013 20:54

                  Par Daniel Roux
                  "L’Allemagne est puissante, économiquement et politiquement. Sa monnaie est forte, sa gestion des finances publiques saines. Comment y est-elle parvenu ? A priori avec l’accord de son peuple car c’est une démocratie représentative dont les représentants sont élus au scrutin proportionnel, donc plus démocratique que la notre.« 

                  Votre réponse
                   »C’est vrai que le peuple allemand a des qualités. Cette précision manquait surement dans ma contribution"

                  Je reprend un ancien échange

                  Donc on est bien d’accord

                  En revanche j’ajouterai que l’Allemage a embrassé la mondialisation, et les conséquences que vous dénoncez sont dûes à la logique de la mondialisation, et non pas à une forme de système de valeurs germaniques néonationalistes.


                • kéké02360 9 novembre 2013 21:06

                  plaçons les élections 2014 ( municipales comprises ) comme enjeu pour la sortie de l’Europe, euro ,dollar, Otan, OMC ................


                  • mpag 10 novembre 2013 03:43

                    L’Europe, cette putain vendu à qui veut la prendre, celui qui a la plus grosse décide pour les autres


                    • christian pène 10 novembre 2013 09:56

                      il y en a chez qui ça retarde quelque peu : on en parlait déjà en 1974......


                      • Bernard Camus Bernard Camus 10 novembre 2013 11:09

                        C’est bien, maintenant, on a tout le plan inférieur et voici le plan supérieur !

                        Avenir de la crise en Europe et dans le monde (du moins une grande partie du monde)  :

                        Vers 2018 L’Europe va être intégrée aux U.S.A avec une nouvelle monnaie commune et mondiale.
                        L’information n’est pas cachée elle est disponible pour qui sait chercher ... et comprendre.

                        Le système financier doit tenir jusqu’à cette date grâce à la reconstitution des profils sociaux de certains citoyens via la coopération internationale entre les services secrets (ingénierie sociale) car cela servira à les faire « tomber » ou plus simplement dit  :

                        Vous ne serez pas condamnés pour vos « opinions », mais les services de renseignement connaîtront votre profil sur le bout des doigts ; c’est la porte ouverte à n’importe quelle manipulation ou provocation, qui permettrait de *vous* faire tomber (« en cas de besoin ») sur des bases parfaitement crédibles.

                        Bonne chance à tous et priez bien votre ange ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès