Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La mort de Jörg Haider plonge l’Autriche dans l’inconnu (...)

La mort de Jörg Haider plonge l’Autriche dans l’inconnu (1)

Haider vient de disparaître à 58 ans. Que vont faire ses élus et ses électeurs dans une Autriche en proie à la fièvre extrémiste ? Première partie : l’enfant précoce de la politique autrichienne.

Le samedi 5 novembre 1988, alors que je me réveillais à cinq heures du matin pour un déplacement vers Paris, j’apprenais à la radio la mort dans la nuit, dans un accident de voiture, du numéro deux du Front national Jean-Pierre Stirbois, l’homme qui inséra durablement le FN dans le paysage politique français en 1983 lors des élections municipales à Dreux. Il revenait d’un meeting à Dreux justement.

J’avoue que, pour la seule fois, j’avais eu cette réaction peu respectueuse d’un mort ; je m’étais presque surpris à me réjouir de sa disparition. Car ses idées, son activisme et son efficacité mettaient en danger, selon moi, quelques valeurs simples de la République française. 

Logiquement, ce fut donc son rival interne, Bruno Mégret, polytechnicien et transfuge du RPR, qui eut gain de cause au sein du Front national (jusqu’à la scission en 1999), ce qui permit à Jean-Marie Le Pen, malgré ses nombreuses petites phrases à scandale, de se couvrir d’une certaine… "respectabilité".

Mais d’une "respectabilité" bien plus faible que celle qu’a acquise Jörg Haider en Autriche dans des alliances officielles avec des partis gouvernementaux.

La disparition du leader très charismatique du populisme autrichien va-t-elle créer un vide salutaire ou, au contraire, est-ce finalement une très mauvaise nouvelle pour les démocrates européens ?

Je pencherais vers la seconde hypothèse.


Un simple accident

Comme pour Jean-Pierre Stirbois ou pour Borislaw Geremek, c’est un simple accident automobile qui a causé la mort brutale de Jörg Haider.

Revenant d’une boîte de nuit proche de sa ville natale, Klagenfurt, Haider roulait à cent quarante-deux kilomètres à l’heure quand il eut à une heure du matin, dans la nuit du 10 au 11 octobre 2008, son accident : il heurta un poteau en béton et une bouche d’incendie dans une zone limitée à soixante-dix kilomètres à l’heure.

Il était seul dans sa Volkswagen Phaeton V6 et il mourut peu de temps après de ses blessures. Il laisse une épouse et deux filles.

Le procureur Gottfried Kranz a immédiatement exclu toutes les hypothèses d’assassinat : « Toute spéculation sur d’autres causes d’accident [que la vitesse] est caduque. »

Le banal l’emporterait sur le romanesque. Tragiquement de toute façon.


Une renaissance des idées du passé

La disparition de Jörg Haider a eu lieu deux semaines à peine après des élections législatives anticipées qui avait donné une large victoire à son parti, la BZÖ, et à celui de son rival populiste, le FPÖ.

Véritable diable à deux têtes, celle de Heinz-Christian Strache et celle de Jörg Haider, l’extrême droite autrichienne avait obtenu ensemble près de 30 % des suffrages et 56 députés, soit deux de moins que le premier parti autrichien, les sociaux-démocrates de Werner Faymann.

Cette extrême droite n’a jamais fait dans la dentelle puisque ses leaders, à plusieurs reprises, avaient fait des déclarations ouvertement xénophobes, islamophobes et avaient même fait l’apologie du IIIe Reich et des Waffen SS.

Un constat qui montrerait à quel point l’Autriche, dont était originaire Adolf Hitler, n’a pas fait de travail d’introspection, comme en Allemagne après-guerre, sur la montée du nazisme et sur sa dénazification nécessaire.

Kurt Waldheim était même parvenu à se faire élire au suffrage universel direct président de la République autrichienne une quarantaine d’années après la chute de Hitler.


D’étranges hommages

Pourtant, Haider fut un homme très apprécié par ses électeurs et très respecté par ses adversaires, si l’on en juge les nombreux hommages rendus lors de l’annonce de sa mort.

Le social-démocrate Heinz Fischer, lointain successeur de Kurt Waldheim à la tête de l’État autrichien, a parlé d’une « tragédie humaine » et du « grand talent » du disparu qui a « suscité l’enthousiasme, mais aussi de fermes critiques ».

Werner Faymann, le probable futur chancelier, a évoqué un « homme d’exception » et sa mort l’a ému « profondément ».

Wilhelm Molterer, le président sortant des démocrates-chrétiens (et vice-chancelier sortant), est lui aussi « profondément choqué » et avait pour lui un « profond respect ».

Enfin, son rival populiste qui n’avait jamais caché son antipathie viscérale, Heinz-Christian Strache, a parlé de la « perte d’un homme de premier plan ».

Quand on lit ce concert de respectabilité, on ne peut être qu’étonné sur le haut degré d’hypocrisie de la classe politique autrichienne. Je doute que la disparition de Jean-Marie Le Pen susciterait une dose aussi élevée de langue de bois et de politesse.

Cela dit, il faut aussi reconnaître que, pendant la soirée électorale, l’ensemble des leaders des partis en compétition étaient réunis au cours d’un débat, chose qui n’arrive jamais en France sinon qu’avec des seconds couteaux.

Sur la même estrade avaient été en effet réunis le 28 septembre 2008 (voir photos de mon article sur le sujet) le social-démocrate Werner Faymann, le démocrate-chrétien Wilhelm Molterer, les populistes Heinz-Christian Strache et Jörg Haider ainsi que l’écologiste Alexander Van der Bellen.


Une carrière politique exceptionnelle

Bien que critiqué, l’homme Jörg Haider était un petit génie précoce de la politique. Un génie coquet, qui n’hésitait pas à s’habiller de façon souvent très originale.

De parents proches de l’idéologie nazie (son père cordonnier, Robert, était un militant actif du NSDAP en 1934), Haider devint en 1973 docteur en droit de l’université de Vienne.

Dès l’âge de 21 ans, il était (pendant quatre ans) le président des jeunes du Parti autrichien pour la liberté (FPÖ), à l’époque un petit parti contestataire qui faisait autour de cinq ou six pourcents de l’électorat.

Jörg Haider fut élu député à 29 ans (il fut le benjamin du Conseil national, l’équivalent de l’Assemblée nationale en Autriche, en 1979) et entra au gouvernement provincial de Carinthie en 1983.

Le 13 septembre 1986, Haider s’empara à 36 ans de la présidence du FPÖ alors que ce parti était dans une coalition gouvernementale avec les sociaux-démocrates depuis trois ans.

C’est à partir de ce moment que le FPÖ se tourna vers un populisme d’extrême droite, aidé du charisme de son nouveau leader.

Ce tournant crucial avait été immédiatement enregistré par le nouveau chancelier social-démocrate Franz Vranitzky qui, refusant ce glissement vers la droite du FPÖ, rompit la coalition SPÖ-FPÖ dès le 23 septembre 1986.

Le charisme de Haider a su bien faire monter les enchères puisque, le 23 novembre 1986, c’est-à-dire deux mois après son accession à la présidence, le FPÖ obtint presque 10 % soit le double du précédent scrutin du 24 avril 1983.

Pendant quatorze ans, ce fut la lente ascension de ce parti trublion, qui cassa de plus en plus (et encore il y a deux semaines) le bipartisme traditionnel de l’Autriche d’après-guerre ÖVP-SPÖ (démocrates-chrétiens du Parti populaire et sociaux-démocrates).

En 1989, Jörg Haider fut élu gouverneur de Carinthie, poste qu’il quitta en 1991 à cause des polémiques suscitées par ses louanges à méthode hitlérienne de la lutte contre le chômage, mais il accéda de nouveau à cette fonction en 1999 (la préférant à celle de ministre fédéral dans la coalition avec l’ÖVP), fonction qu’il privilégia jusqu’à sa mort.


Dans un second article, je poursuivrai la trajectoire de Jörg Haider avec l’ascension électorale de son parti, le FPÖ et surtout, l’enjeu d’une alliance entre l’extrême droite et un parti gouvernemental.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (13 octobre 2008)


Pour aller plus loin :

Séisme politique : 30 % pour l’extrême droite (8 octobre 2008).

Sur Kurt Waldheim.



Documents joints à cet article

La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1) La mort de Jörg Haider plonge l'Autriche dans l'inconnu (1)

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 2008 10:32

    Bonjour

    Beaucoup d’hommes politique aiment la vitesse. Le Pen, ça aurait pu lui arriver ce type d’accident. Fillon et Ferry sont plus sages, ils vont sur le circuit près de Paris, un jouet construit par Mitterrand pour que les parisiens férus de courses puissent s’amuser.

    Ces images me rappellent dans quel état j’avais mis ma 1100 TI rouge dans un platane. Seulement 90 km/h. C’est terrible, le goût du risque, à tout âge.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 octobre 2008 22:35

       Bonjour Bernard :

      Je constate la disparition de mon post où je commentais que la mort accidentelle de ce leader ne pouvait que laisser soupçonner un assassinat et qu’il serait intéressant de voir si cette mort servirait a unir la droite et a en faciliter l’ascension ou, au contraire, en diminuerait l’influence en Autriche.  Les coupables sont généralement ceux qui en profitent 

      Avez-vous vu passer ce commentaire ? Était-il contraire aux règles de ce site ? Simple curiosité... Il est amplement prouvé que, au contraire de la Garde imperiale, les idées ne meurent pas, mais se rendent... ailleurs

      Pierre JC Allard

      http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/06/une-democratie-en-faillite/


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 octobre 2008 22:36

       Bonjour Bernard :

      Je constate la disparition de mon post où je commentais que la mort accidentelle de ce leader ne pouvait que laisser soupçonner un assassinat et qu’il serait intéressant de voir si cette mort servirait a unir la droite et a en faciliter l’ascension ou, au contraire, en diminuerait l’influence en Autriche.  Les coupables sont généralement ceux qui en profitent 

      Avez-vous vu passer ce commentaire ? Était-il contraire aux règles de ce site ? Simple curiosité... Il est amplement prouvé que, au contraire de la Garde imperiale, les idées ne meurent pas, mais se rendent... ailleurs

      Pierre JC Allard

      http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/06/une-democratie-en-faillite/


    • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 10:33

      j’ai pensé aussi à jean pierre Stirbois , disparu de la même façon .
      étaient t ils aux extrêmes aussi pour la conduite ????


      • morice morice 14 octobre 2008 10:56

         Logiquement, ce fut donc son rival interne, Bruno Mégret, polytechnicien et transfuge du RPR, qui eut gain de cause au sein du Front national (jusqu’à la scission en 1999), ce qui permit à Jean-Marie Le Pen, malgré ses nombreuses petites phrases à scandale, de se couvrir d’une certaine… "respectabilité".

        Mais d’une "respectabilité" bien plus faible que celle qu’a acquise Jörg Haider en Autriche dans des alliances officielles avec des partis gouvernementaux.

        les fachos deviennent respectables ???


        • morice morice 14 octobre 2008 10:58

           Le gag, c’est le respect de la loi que prône le fasciste pour se défendre d’être soi-disant démocrate : il roulait à deux fois la vitesse autorisée. 


        • morice morice 14 octobre 2008 11:00

           
          "Bien que critiqué, l’homme Jörg Haider était un petit génie précoce de la politique. "

          bientôt, vous allez nous le trouver sympathique ??? si brosser le public dans le sens du poil c’est avoir du génie, notre président est un dieu-vivant et Charles Pasqua un archange divin... c’est quoi cette fascination chez vous pour cette droite dure, Sylvain ???


        • Lisa SION 2 Lisa SION 14 octobre 2008 11:01

          Ceci peut et doit servir de leçon à tous.

          Quand on joint ses actes à ses discours, la violence peut tuer, et se retourner contre soi.

          Même dans les plus performantes berlines du marché haut de gamme,, on est pas encore en totale sécurité.

          quand on adapte sa conduite politique à sa conduite automobile, voilà où cela mène...

          A noter que beaucoup de nos leaders politiques et médias pratiquent la course automobile. C’est comme cela qu’ils sont au devant de la scène et toujours vivants.

           


          • morice morice 14 octobre 2008 11:26

             Avec la chute de nos economies, la monté de l’immigration et des communautarismes, vous verrez que l’extreme droite va vite devenir indispensable... 



            vive le Pen, vous devriez conclure, Seb 59, le nationaliste d’extrême droite qui revient masqué : plus c’est le bordel dans un pays, plus HItler revient. Vous êtes représentant de commerce du bordel ?

            • morice morice 14 octobre 2008 11:29

               quand on adapte sa conduite politique à sa conduite automobile, voilà où cela mène... 

              méfiez-vous, chez nous des politiciens roulaient en 2 cv...


            • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 12:23

              @morice

              tu veux parler du fils de millionnaire fabius qui venait au conseil des ministres en charleston pour faire "peuple" . t’as raison , des types comme ça on peut s’en méfier ! smiley


            • impertinent3 impertinent 14 octobre 2008 16:38

              @Bois-Guibert
              Vous obliez les étatsuniens d’origine asiatiques qui sont en train de truster les meilleures places dans les meilleures universités US alors que les WASP plongent lamentablement. Des études prospectives montrent que d’ici 20-30 ans la classe dirigeante US sera en grande partie formée d’asiatiques.

              C’est con pour vous non ?


            • JoëlP JoëlP 15 octobre 2008 08:49

              >>Ceux qui écrivent ainsi ne valent pas mieux que ceux dont ils se réjouissent de la mort.

              N’empêche que si Hitler s’était tué dans un accident, disons en 35...


            • BDKnut BDKnut 15 octobre 2008 09:29

              MBof ... attention, danger ... politique fiction ... dérive ...

              Si Hitler avait réussit aux Beaux Arts après la guerre 14-18, ou si les gaz ne l’avaient pas loupé à l’époque, NUL ne sait de qui nous aurions hérité ... peut-être un type moins allumé et plus efficace, peut être un gentil looser qui n’aurait pas bougé d’Autriche et n’aurait pas fait de vagues ...

              Ce type de raisonnement (Si Hitler était mort avant 39) ouvre la voie à des dérives ... hmm, disons "intéressantes" : tel ou tel type ne nous revient pas, on pourrait le flinguer "avant", de façon préventive ... avant même qu’il ne concrétise nos cranites, avant même qu’il ne commette le moindre écart à la pensée unique ... bof bof ...

              Dans notre société hyper-parano, hyper-douillette, on va peut-être (probablement ?) finir par inventer les exécutions ou les mises en prison basées sur le "principe de précaution", non ? 

              Arf ... je suis bête ... nos grands artistes de la Real-Politik (Adolf, Benito et et Иосиф) l’ont déjà fait il y a longtemps ...

              Bonjour chez vous !


            • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2008 09:47

              Dans notre société hyper-parano, hyper-douillette, on va peut-être (probablement ?) finir par inventer les exécutions ou les mises en prison basées sur le "principe de précaution", non ?

              Ca existe déjà pour les pays "potentiellement dangereux", on applique la frappe préventive pour éviter qu’ils fassent des conneries... Cocasse non ?


            • morice morice 14 octobre 2008 12:00

               

              par Super resistant de l’islam (IP:xxx.x34.180.194) le 14 octobre 2008 à 11H52 
               
              Je n’ai pas de lecon à recevoir d’un fasciste antisemite comme vous morice ! 

               ni fasciste ni antisémite, ce qui n’est pas votre cas, Seb59...

              • Gilles Gilles 14 octobre 2008 12:02

                Haider mort. Un déchet de moins. Qu’Hitler gaze sont âme à jamais

                Mais il semble que son ex accolyte du FPO, Heinz Christian Strache, soit encore pire que lui car s’il a quitté le FPO c’est parce qu’il n’a pu écarter les ex nazi et les jeunes néonazi du parti

                En 1991, Haïder doit cependant renoncer à son poste pour avoir fait l’éloge de la politique de l’emploi du IIIe Reich.

                En 1995, il récidive en qualifiant la Waffen-SS de « partie de l’armée allemande à laquelle il faut rendre honneur ». Multipliant parallèlement les dérapages antisémites, il déclare au Parlement de Vienne que les camps de concentration nazis n’étaient que des « camps disciplinaires ».

                Haider et le FPÖ pensent du rôle que doivent jouer les femmes dans la société : "Leur tâche première [...] est d’élever leurs enfants."

                Haider n’hésite absolument pas à mentir de façon éhontée au sujet des déclarations qu’il a faites devant une assemblée d’anciens SS, assurant au journaliste qu’il ne s’agissait d’une part que de "commentaires sur l’Histoire qui avaient été approuvés par le public [une assemblée d’anciens SS ??]" et qu’il n’avait fait que rendre "hommage [aux] anciens qui avaient reconstruit l’Autriche après la guerre et jeté les bases de la nouvelle démocratie autrichienne."

                Haider a fait la déclaration suivante au sujet d’un néo-nazi autrichien : "En Autriche, on met le jeune Schimanek en prison pendant huit ans parce qu’il a monté un petit club de sports de combat. En Allemagne, un sympathisant de la Fraction Armée rouge a pu accéder au poste de ministre des Affaires étrangères." Le "jeune" Schimanek en question, fils d’un cadre du FPÖ, s’assume tout à fait en tant que néo-nazi puisqu’il a été longtemps un cadre dirigeant de la VAPO (1), aujourd’hui interdite pour apologie du nazisme. Il a été condamné à une peine de huit ans de prison dans le cadre de l’affaire des lettres piégées qui avait secoué l’Autriche en 1992 (2).

                Haider, qui n’a jamais fait amende honorable pour ses dérapages passés ni abjuré ses anciennes sympathies pour le nazisme, s’était encore fait admonester la semaine dernière par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) pour avoir exilé des demandeurs d’asile dans un centre isolé au milieu des alpages.

                Marié et père de deux filles, Haider ne faisait pas mystère de son amitié pour Seif al-Islam Kadhafi, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.


                • Muadib 14 octobre 2008 12:06

                  Je ne vous suis pas au niveau de sa "respectabilité".

                  Son parti est certes rentré dans le gouvernement, mais lui non.

                  Je l’ai toujours comparé au DeWinter des Flandres.
                  A cette nouvelle génération qui n’est pas marqué par le sceau de la 2ème et qui peuvent se permettre de dire " Je n’y étais pas."
                  Pratique.

                  Toujours bronzé, bien coiffé, bien sur soi. Et qui se permette de temps en temps une petite pique pour chatouiller la frange extrême de leur électorat.
                  Electorat motivé par la peur. De l’autre, de la mondialisation, du pakistanais d’a coté.

                  @Seb59

                  Je pense que votre raisonnement induit sa justification.
                  En privilégiant votre nationalité ( et cela reste encore à définir...à partir de quelle génération les immigrés rentrent-ils dans vos critères et ont-ils droit à votre aide ?), vous divisez les personnes présentes sur le territoire.
                  Soit vous les expulsez ( Je vous souhaite bon courage, j’espère que vous avez des barques en stock à Marseille...), soit vous les séparer de la communauté dans un premier temps.
                  Vous leur donnez alors une justification pour se rassembler en fonction de critères religieux, nationalistes,..
                  Et l’on aboutit aux banlieues. A leurs manque de service publique, à leur manque de persective.
                  Du coup, cela renforce votre impression première...Qu’ils sont des parasites sur le dos de la communauté nationale.
                  Et c’est reparti pour un tour.

                  Mais tout ceci n’est motivé, à la base, que par la peur.
                  La peur d’accepter que "ces gens-là" viennent s’installer dans votre village.
                  Du coup, on les regroupe...et puis on leur reproche de ne pas s’intégrer !

                  Ne soyons pas angéliques.
                  Il y a un véritable problème de criminalité et de désert social. Et l’on peut reprocher aux partis démocratiques de nier ou d’occulter cet état de fait. Peut-être parce qu’ils ont pris les décisions ayant abouti à cette situation ?
                  Et l’extrême droite se fait un plaisir de rappeller encore et encore cette situation.
                  En nous balancant des tonnes de faits divers ( Merci Bulgroz)
                  En montrant constamment du doigt une partie de la société.

                  Mais a-t-elle identifié le problème ? Non. Pour ces partis, le problème, ce sont les gens. Pour ce qu’ils sont : des non-membres de la communauté nationale.
                  Et la solution avec ce constat est simple...Cfr plus haut.
                  Et cela n’engendre que plus de peur, de haine...Et cela n’engendre que plus de voix.
                  Alors peut-être qu’ils en tomberont pas tous dans l’Etat National Socialiste mais en tout cas ils restreindront les libertés , diviseront la société et joueront sur la peur (puis la haine ) que l’on éprouve presque instinctivement pour l’étranger.

                  Les autres partis sont-ils préférables ? Oui. Pas parce qu’ils vont régler le problème demain. Mais parce qu’ils auront plus tendance à proposer des solutions dans le sens de l’intérêt général de la société et non dans le sens de l’intérêt d’un groupe national particulier.
                  Ces partis sont loins d’être parfaits et il est facile de vouloir voter pour un parti qui promet de "l’action", qui promet que cela va changer ! "Croyez moi ! Ces autres de Paris n’y connaissent rien ! Car j’ai été sur le terrain ! J’ai vu tous ces barbus, ces immigrés !"
                  Mais les perspectives qu’amènent ce type de parti sont sombres. Bien plus sombres que le manque d’action des autres.

                  Dans un cas, il sera toujours possible de se ressaisir en dernière minute. De prendre des décisions, de voter pour approuver ces décisions.
                  Dans l’autre cas, vous aurez sacrifié le peu de liberté qu’il vous reste sur l’autel de la sécurité.


                  En passant, si vous ne l’avez pas encore vu, je vous conseille le film "V for Vendetta".


                  • Nobody knows me Nobody knows me 14 octobre 2008 13:50

                    Quand moi-même, j’ai quitté ma banlieue, qui n’était pas encore totalement sensible, ce ne fut pas par peur, mais par rejet des promiscuités que ces gens-là véhiculaient.

                    De là à ce que tout le monde ait fait comme vous, y a comme un gouffre. Votre cas est peut-être fréquent mais pas systématique.
                    L’argument qui est lancé à la gueule de la gauche "caviard" et même des politicards en général, c’est qu’ils ne voulaient pas d’étrangers dans les beaux quartiers.
                    L’argument de muadib me semble donc plutôt correct.


                  • Super resistant de l’islam 14 octobre 2008 14:24

                    @ muadib

                    Salut muadib

                    Desolé mais je ne suis pas d’accord avec toi. Je reprend tes arguments :


                    "En privilégiant votre nationalité ( et cela reste encore à définir...à partir de quelle génération les immigrés rentrent-ils dans vos critères et ont-ils droit à votre aide ?), vous divisez les personnes présentes sur le territoire."

                    Je privilégie les gens de ma nationalité. Ce qui est normal car nous sommes dans NOTRE pays. Notre argent et nos structures doivent NOUS servir en priorité. C’est la cause meme de leur existance.
                    Je pense que la nationalité ne doit pas s’acquerir par le droit du sol. Elle vient des parents ou elle s’obtient avec regles strictes à definir. La double nationalité doit etre interdite ou alors il doit y avoir perte de la nationalité francaise en cas de crimes graves.
                    Je ne dis pas qu’il ne faut pas accueillir cordialement les gens qui viennent sur notre terrictoire, non , mais ce sont des INVITES.


                    "Soit vous les expulsez ( Je vous souhaite bon courage, j’espère que vous avez des barques en stock à Marseille...), soit vous les séparer de la communauté dans un premier temps. "


                    On les expulse car ils sont illegaux, c’est la loi. Il y en a bcp  ? RAISON de plus de ne pas en laisser rentrer à nouveau.

                    "Et l’on aboutit aux banlieues. A leurs manque de service publique, à leur manque de persective. "

                    Les banlieues se sont les endroits ou les gouvernements ont parqués ceux qu’ils ne voulaient plus voir.
                    Mais je rappele que bcp de "banlieues" etaient des endroits très bien avant que la situation ne se degrade, souvant à cause de l’irrespect des nouveaux habitants.
                    Le manque de service public ??? Ridicule ! On investit couramment dans les banlieues , mais forcement , bruler les creches ca n’arrange rien.

                    "Qu’ils sont des parasites sur le dos de la communauté nationale. "

                    Non , mais je pense que certains (et je dis bien certains) viennent dans notre pays car c’est avantageux financierement.
                    Ces gens là (ceux qui profitent) n’ont rien à faire sur notre terrictoire. Surtout s’ils ne veulent pas s’integrer.

                     
                    "Du coup, on les regroupe...et puis on leur reproche de ne pas s’intégrer ! "


                    C’est faux. Des personnes sympatiques, qui veulent travailler, s’integrer, accepter nos coutumes (et oui ici c’est la france) sont automatiquement accueillies. L’idee du racisme est bien pratique pour faire tout accepter et complexer les gens.
                    Je sais de quoi je parle, j’habite lille, je vais parfois à tourcoing, roubaix, dans nos grands centres commerciaux.
                    Et croyez moi, je ne vois pas bcp d’hommes politiques ou de "grands penseurs" venir se melanger à la "diversité culturelle".


                    "Il y a un véritable problème de criminalité et de désert social. Et l’on peut reprocher aux partis démocratiques de nier ou d’occulter cet état de fait. Peut-être parce qu’ils ont pris les décisions ayant abouti à cette situation ? "


                    Peut etre ??? C’est meme certain !!!! Sinon je suis d’accord avec vous.

                    "Et l’extrême droite se fait un plaisir de rappeller encore et encore cette situation. "


                    C’est la moindre des choses, c’est la réalité. Voulez vous masquer les faits aux francais comme le pouvoir et les medias ??

                     ". Pour ces partis, le problème, ce sont les gens. "


                    Non, ceux qui ont les droits d’etre en france peuvent y rester. Ceux qui sont illegaux ou criminels doivent partir. On ferme les vannes car avec les millions de chomeurs, les problemes de logements, de budgets, de santé, on a deja BEAUCOUP à faire sans se tirer en plus regulierement une balle dans le pied.


                    "Les autres partis sont-ils préférables ? Oui. Pas parce qu’ils vont régler le problème demain. Mais parce qu’ils auront plus tendance à proposer des solutions dans le sens de l’intérêt général de la société et non dans le sens de l’intérêt d’un groupe national particulier. "


                    Non , ils defendent leur interet d’etre au pouvoir et de satisfaire les lobbys. Ils ne reglent rien depuis des années... ils temporisent.

                    "Dans un cas, il sera toujours possible de se ressaisir en dernière minute. De prendre des décisions, de voter pour approuver ces décisions.
                    Dans l’autre cas, vous aurez sacrifié le peu de liberté qu’il vous reste sur l’autel de la sécurité.
                    "


                    Tout faux ! Vous aimez le cliché romanesque de big brother et 1984... Gauche et droite , ces partis ont déjà vendus votre pays à l’immigration et au capitalisme.
                    L’europe est un vaste marché alors qu’elle devait aider une minorité de pays à réussir.
                    L’immigration nivelle par le bas et permet aux partis de gauche de se faire re-elire, tout en permettant aux patrons de baisser les salaires et de creer du chomage.
                    L’europe eleve tout pouvoir de decision à notre pays et aux francais (cf referendum, tva etc...).
                    L’euro a fait augmenter les benefices des grandes entreprises et baisser votre pouvoir d’achat. On delocalise à tout va.
                    Ne me faites pas croire que gauche et droite n’ont rien vu !!!!
                    Lisez les programmes des partis nationalistes : ils ne vous promettent pas la lune, ils disent que pour s’attaquer au probleme , il faut oser affronter tous les petits problemes et l’immigration en est un parmi tant d’autres !


                    Cordialement


                    Ps : j’ai vu V pour vendetta, un vrai echec apres matrix. La difference avec v pour vendetta est que dans V, le peril c’est l’etat, or dans notre cas, le peril c’est le refus de l’etat d’assumer ses fonctions, d’appliquer les lois et de proteger ses citoyens.



                  • Nobody knows me Nobody knows me 14 octobre 2008 15:07

                    C’est vrai qu’il ne faut pas faire de peine au Hongrois de l’Elysée, en laissant entendre qu’il y a de plus en plus de racailles, et que son fameux Kärcher électoral n’était qu’un pistolet à eau

                    Comment ? Un politicien m’aurait menti ?!!
                    Pourtant les milliers de caméras sont là pour nous défendre à coup de zoom contre les méchants voleurs-violeurs-beurs-homos ??
                    En tout cas, on n’entend plus trop parler de violence ces temps-ci... Z’ont dû régler le problème.


                  • Muadib 14 octobre 2008 19:24

                    @Seb59

                    J’ai appriécé votre réponse jusqu’au dernier paragraphe.

                    Vous me reprochez des clichés ?

                    Relisez-vous...

                    Gauche et droite ont vendus leur pays ? Ce sont tous des traîtres ! Au trou !
                    Un peu de sérieux...

                    Un gouvernement conduit des politiques économiques, sociales, culturelles,...Il ne "vend" pas son pays s’il ouvre ses frontières.

                    Pour le reste, à vous lire, tout est "simple". On connaît ceux qu’il faut mettre dehors. Il suffit de les mettre dehors.
                    Alors je résume :

                    Immigrés, gauche, droite, patrons ,europe, ...

                    Vous allez vous sentir un peu seul là non ?

                    Pour le reste, l’Europe n’est pas responsable de tous les maux.

                    J’ai lu une bonne partie des programmes des partis d’extrême droite. En France et en Belgique notamment.

                    Leurs solutions sont simplistes. Irréalisables en pratique. Encore pire que dans les partis traditionnels.
                    Leurs slogans sont simplistes. Faisant fi de la complexité des choses. Désignant toujours plus ou moins explicitement une catégorie de personne à la vindicte populaire.

                    Du style...Moins d’impôts, plus de policiers.

                    Pour résumer, ils disent ce que vous voulez entendre. Pas ce que vous devez.

                    Au niveau de V for Vendetta, si vous vous êtes cantonnés aux pseudo-effets spéciaux, mal barré.
                    A tout hasard, et pour votre réflexion personnelle...L’état dans V for Vendetta assument ses fonctions, appliquent les lois et protégent ses citoyens.
                    Ils le répètent même à longueur de temps..."Ils doivent se souvenir pourquoi nous sommes là !"
                    Bizarre qu’après avoir vu ce film, votre conclusion amène à mettre en place le gouvernement qu’il s’est forcé de détruire.


                    Je me demande quelles concessions vous seriez prêt à faire si on vous débarrassait de ces immigrés.



                  • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2008 09:58

                    Du style...Moins d’impôts, plus de policiers.

                    La grosse blague... Et les policiers, ils sont payés avec des cacahuètes ?? smiley
                    Les électeurs séduits par ce slogan ont calculé que les policiers étaient payés... grâce aux impôts ? Donc plus de policiers, plus d’impôts.
                    Faudrait que je les lise ces programmes d’extrême droite, on doit bien se marrer.


                  • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2008 13:45

                    Bois-Guibert, il semblerait que nous ayons du mal à saisir notre humour réciproquement...
                    Vous parlez bien de la commune La Souche ? smiley
                    Je crains que mon intérêt pour fdesouche.com soit tout relatif, n’étant pas totalement de souche au sens "gaulois", voire même au sens "Louis" du terme. En effet, j’ai des grands-parents espagnols.

                    Si tant est qu’on puisse déterminer le français qui représente la souche, à savoir en généalogie l’origine de la lignée... Il faudrait remonter et rechercher le plus "petit dénominateur commun" dans les ancètres de chaque français. Et, outre le fait que la généalogie ne permet pas de remonter très loin parfois, le PPDM est un calcul relativement complexe et très gourmand si on devait l’automatiser pour 60 millions de personnes.


                  • n’a rien à dire 14 octobre 2008 12:07

                    « La mort de Jörg Haider plonge l’Autriche dans l’inconnu (1) »


                    Avec moi grosse voix de banni, de nègre-blanc, de RMISTE payant l’impôt sur la fortune, de célibataire cocu, je n’ai qu’une parole à dire à notre démago pat auteur, les cimetières sont peuplés de gens indispensables et les vivants ne s’en portent pas plus mal.

                     


                    • Yohan Yohan 14 octobre 2008 13:01

                      C’est quoi cette photo ?


                      • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 13:14

                        @yohann

                         c’est le führer de Carinthie qui se fend la gueule ! smiley


                      • Nobody knows me Nobody knows me 14 octobre 2008 13:43

                        Sympa les caisses. On comprend beaucoup mieux son côté candidat du "petit" peuple, qui comprend les ouvriers...
                        Et après y a tout un tas de travailleurs précaires qui vont gober les âneries d’un mec qui roule en Porsche et en VW Phaeton V6. Mmmmh, VolksWagen... La voiture du peuple, bien sûr.


                        • maxim maxim 14 octobre 2008 20:05

                          mais oui Nobody ..

                          mais en son temps Maurice Thorez avait lancé une souscription auprés des camarades du PCF ,vous savez ce parti qui défend les prolétaires ...

                          souscription pour se faire offrir une Delahaye blindée ,cette marque aujourd’hui disparue ,c’etait la bagnole des Stars du cinoche ,des Rois ,des Rupins .....

                          une vraie caisse avec un capot long de 2 mètres ,pleine de cuir et de bois précieux ,et un gros moulin sous ce fameux capot ,une bagnole d’ouvrier en somme !...

                          en allant sur Google ,en tapant la Delahaye de Maurice Thorez ,vous serez édifié !

                          Brejnev le camarade roulait en Rolls ,cadeau de la Reine d’Angleterre ,il a plié sa belle bagnole ,mais comme De Gaulle lui avait offert une SM Masérati ,il ne prenait pas le métro comme les prolétaires !


                        • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2008 10:13

                          Ah ! maxim et ses dossiers du socialisme... smiley
                          Je n’ai pas dit que les politiciens d’extrême droite spécifiquement étaient hypocrites en se prétendant candidat du peuple. Je trouve juste que les gens sont bien cons de continuer à croire dans un politicard, quel qu’il soit. A plus forte raison quand il prétend favoriser les plus pauvres et qu’il roule en Porsche 911...

                          Pardon Castor si tu nous r’gardes, je généralise mais là c’est plus fort que moi. smiley
                          En tout cas, on a toujours pu vérifier que le pouvoir ne les rendait pas plus modeste ou moins cupides quel que soit leur bord, bien au contraire. Et ça reste un secteur référence une fois qu’on y est rentré "malgré la crise"...
                          Bien à vous.


                        • Alexandre 14 octobre 2008 14:43

                          Est-il moral de se réjouir de la mort d’un homme ? Tant qu’il y aura des nazis sur terre, oui ça l’est.


                          Bon débarras.


                          • Gilles Gilles 14 octobre 2008 15:10

                            Bon débarras mais le problème c’est qu’il laisse le champ libre à peut être pire que lui : Heinz Christian Strache qui a repris le FPO aprés que Haider l’ai quitté ne pouvant le purger des extrémistes les plus virulents et les plus ouvertement néo-nazis

                            Du coup, il risque de fédérer derrière lui les 30% d’électeurs autrichiens et peser sur la vie politique

                            Le leader d’extrême droite Heinz-Christian Strache, président du parti FPÖ, qui a remporté 18% des votes et 35 sièges, a participé à des activités paramilitaires avec des néo-Nazis dans les années 80 et a plus d’une fois fait le salut nazi.

                            L’un des thèmes forts de la campagne du FPÖ (Parti autrichien de la liberté) est la lutte contre l’immigration extra-européenne. Le FPÖ exploitent également les sentiments anti-israéliens et antisémites des Autrichiens pour gagner des voix.

                            Ariel Muzicant, le président de la communauté juive autrichienne qualifie le FPÖ de "parti aux opinions nazis" dont l’entrée au gouvernement serait inadmissible.

                            L’un des membres du parti n’est autre que le rabbin Moshe Aryeh Friedman, exclu de la communauté juive de Vienne après avoir participé à la conférence "Monde Sans Sionisme", organisée à Téhéran en 2005


                            C’est comme pour la France. une fois LePen chez Satan, quel gugusse va t-on récolter ? Vu les temps qui court un bon populiste néonazi aurait ses chances


                          • morice morice 14 octobre 2008 15:18

                             C’est Ehud Olmert qui le dit, TALL... l’autruche qui ne veut pas VOIR....vous ne pouvez pas bêtement nier leur présence !!! même Olmert dit "we failed as society" .. je vous traduis ou pas ??


                            • Gilles Gilles 14 octobre 2008 15:30

                              P’tain Adolf doit se retourner dans sa tombe............des juifs néonazis avec croix gammées et tout !!!!

                              COmme quoi cette idéologie, a laquelle certains essaient de trouver des excuses, est universelle

                              Ici contre les juifs, là les arabes.....(qui se reconnait ?)


                            • ASINUS 14 octobre 2008 16:48

                              bonjour , il y a eu en palestine dans les années 30
                              quelques groupuscules juifs nationnaux socialiste , cette ideologie
                              a touchée toutes les inteligenstia du monde , le baas procede de cette ideologie , les kaateb chretiens
                              du liban en viennent , il y en avait dans les pays baltes en angleterre en france etas unis chine inde ect...
                               


                            • Gilles Gilles 14 octobre 2008 17:20

                              Tient le commentaire de Tall sur les israëliens nazi et ma réponse ont disparu... ??????????????????

                              Pourtant rien d’antisémite là dedans ? les modérateurs seraient-ils aussi premier degré absolu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès