Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La question turque et l’Europe, de Jean-Gilles Malliarakis

La question turque et l’Europe, de Jean-Gilles Malliarakis

La Turquie peut-elle intégrer l’Union Européenne ? La question turque et l’Europe ne pose aucune base à une telle réflexion ; non, ce petit livre signé Jean-Gilles Malliarakis se révèle dès les premières lignes comme un manifeste, en tous points hostile à une éventuelle adhésion d’Ankara.

A l’époque de sa publication (fin 2009), le sujet est d’actualité ; les vagues de réformes se succèdent au sein du gouvernement turc pour rendre la candidature du pays aux yeux des États membres plus attrayante, moins effrayante. L’auteur le rappelle, en avant-propos, tout en déniant la moindre sincérité à cette entreprise du premier ministre Erdogan et de ses troupes.

D’une élite l’autre, puisque face à l’offensive diplomatique turque, Jean-Gilles Malliarakis pointe la complaisance et la turcophilie suspectes de l’ensemble des décideurs européens, à contre-courant de l’opinion sur ce thème de leurs peuples respectifs. Ainsi, en France, donne-t-il l’exemple, éloquent, de la réforme constitutionnelle « fourre-tout » de 2008 votée en catimini par le Parlement à Versailles. On y supprime l’article 88-5 de la Constitution, « éphémère garantie suprême contre toute hypothèse d’un élargissement non voulu », car tout projet de nouvelle adhésion devait jusqu’alors être soumis à un référendum populaire de ratification. Et difficile de ne pas éprouver une certaine stupéfaction à la lecture de ces révélations, quand on sait à quel point le candidat aux présidentielles Nicolas Sarkozy avait, un an auparavant, publiquement martelé son opposition à l’entrée de la Turquie en Europe… Cette ambivalence de nos politiciens aurait constitué une question passionnante, et qu’on ne peut que regretter de ne pas voir approfondie par l’auteur.

Au contraire, Jean-Gilles Malliarakis s’engouffre dans une voie toute autre, celle d’une rancœur historique, presque identitaire, à l’égard de la Turquie. Oui, la Turquie est aujourd’hui majoritairement turcophone et musulmane sunnite. Les minorités (sauf les Kurdes de l’est anatolien) ont quasi-disparu ; les Chrétiens, autrefois un tiers de la population, ont été soit exterminés soit contraints à l’exil. C’est le legs de la Révolution des Jeunes-Turcs de 1908 que l’auteur déplore et dont il condamne les atrocités – le Génocide Arménien, les massacres de Smyrne, l’éradication des Assyro-Chaldéens ou encore des Araméens – et dont l’actuelle « Türkiye Cumhuriyeti » ne s’est toujours pas officiellement repentie.

Pour Malliarakis, c’est une raison fondamentale à lui interdire de participer au concert des familles européennes, cela d’autant plus que cette « tradition » belliqueuse serait aujourd’hui perpétuée par l’occupation du nord de Chypre depuis 1974. A ce titre, il paraît essentiel de se remémorer le contexte politique de l’époque : « veille homme malade de l’Europe », l’Empire Ottoman du début du XXème siècle, mosaïque pluri-éthnique et multi-confessionnelle hésite entre l’ « ottomanisme » garantissant l’égalité civique et juridique totale à tous les citoyens de l’Empire, et le nationalisme turc. A la défaveur des soulèvements qui aboutiront aux Guerres Balkaniques à partir de 1912, la défense de l’identité turque emportera l’adhésion des élites « Jeunes-Turcs » de l’Empire chancelant.

Avec le lot de massacres abominables que l’on sait. Faut-il encore aujourd’hui leur reprocher leur jacobinisme intransigeant ? Les Révolutionnaires de 1789 n’ont-ils pas, à leur échelle, procédé de façon similaire pour sauver leurs idées ? La raison d’État emporte son cortège de malheurs, et aussi triste, insupportable que cela puisse paraître, il en sera toujours ainsi.

A ces arguments charnels, l’auteur dresse un portrait lugubre de la Turquie actuelle. Un pays qui d’abord n’est pas laïc dans l’acception occidentale de ce mot. La République Turque, et cela est vrai, « salarie le culte » et « encadre l’islam de manière monopoliste dans son interprétation sunnite ». Par conséquent, le Ministère Public turc peut légitimement poursuivre l’écrivain Nedim Gürsel pour « dénigrement des valeurs religieuses » en vertu de l’article 216 du code pénal ; tandis que le ministre d’Etat Aydin chargé des affaires religieuses a pu publiquement s’inquiéter en 2005 des activités missionnaires en cours dans le pays sans que cela ne choque outre mesure. Jean-Gilles Malliarakis y voit des exemples d’atteintes intolérables à la liberté d’expression d’une part, à la liberté religieuse d’autre part ; il faut néanmoins comprendre que le véritable sacré dans ces deux cas précis n’est pas religieux mais « étatico-national » : contrairement aux nations européennes où elles sont totalement déliquescentes, la Turquie défend encore le respect de certaines valeurs patriotiques, qu’elle considère d’intérêt supérieur. N’est-ce pas une posture quasi-gaullienne ?

Cette vision noire est prolongée par une description effarée de « l’Etat profond », c’est-à-dire de l’est anatolien où potentats locaux, main dans la main avec des dignitaires d’Ankara, perpétuent un pouvoir clanique d’un autre âge. Certes préoccupante, la situation n’est pas sans rappeler la réalité de l’Italie méridionale : l’existence des mafias siciliennes ou calabraises, et leurs liens avérés et ambigus avec Rome n’ont jamais empêché l’Italie d’être un État membre respectable dans l’Union ; pourquoi en irait-il différemment avec la Turquie ?

Enfin, ultime pièce à charge, la Turquie entretient de noirs desseins à l’international. Ahmet Davutoglu, conseiller personnel du premier ministre Erdogan le sussure bien : « La Turquie ne peut pas privilégier ses liens avec l’Orient ou l’Occident car les deux sont indissolublement liés ». Pour l’auteur, ce caractère « multidirectionnel » de la diplomatie turque révèle une ambivalence traître, cache-sexe d’un impérialisme inavoué – aussi bien envers les « Turkestan » russe et chinois que la « Roumélie » européenne – mais bien réel. Quant à l’instrumentalisation que le gouvernement Erdogan fait de l’islam (la Turquie est membre de l’Organisation de la Conférence Islamique) afin d’asseoir son influence au sein des pays arabes, il faut y voir, d’après l’auteur, une preuve de plus de la déloyauté intrinsèque de la Turquie vis-à-vis de l’Europe…

Pont entre l’Europe et l’Asie, héritière d’un Empire Ottoman pluri-séculaire et brillant, la Turquie vogue encore dans le traumatisme de la dislocation brutale de ce dernier. Elle n’est pas européenne, pas plus qu’elle n’est asiatique. Elle est une nation fière et à part, à l’histoire complexe ; son destin n’est pas de rejoindre l’Union Européenne : avouons-le, bon nombre d’Européens partage instinctivement cette conviction, et c’est pourquoi on ne peut que déplorer la brutalité des arguments que l’auteur déploie pour parvenir à cette conclusion évidente. Car la question turque ne se résoudra pas en invectivant ce peuple aussi respectable que tout autre mais en en se demandant pourquoi les « aristocrates » qui nous gouvernent cherchent à nous imposer, envers et contre tout, ce mariage qui n’est ni d’amour ni de raison. 

Auteur : Msuslo


Moyenne des avis sur cet article :  2.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 6 juillet 2011 11:22

    Si je me rappelle bien, J.Chirac, avant le vote sur le traité européen, s’est engagé à organiser un référendum afin de connaitre la position des Français sur l’adhésion de la Turquie. On peut supposer que cela laissait entendre que le gouvernement se plierait au résultat (?).

    Attendons donc ... (je me marre,bien entendu...)


    • minidou 6 juillet 2011 11:42

      Faire semblant de critiquer un livre pour au final être d’accord avec son propos dans la dernière phrase, tout en ne disant jamais que son auteur est une figure de l’extrême droite « dure » française... On dirait bien que l’extrême droite ne s’assume plus ces dernier temps...Une approche radicalement nouvelle du traitement de l’information ? J’ai bien vu la radicalité, mais en guise d’info on a droit à la pire idéologie qui soit et au mensonge..


      • Emin Bernar Paşa Paşa 6 juillet 2011 14:03

        Quittons les fantasmes et revenons à la réalité :

        La Turquie est candidate à l’UE, et si certains pays comme Chypre (sud), l’Autriche et la France n’entravent pas sa candidature, elle entrera dans l’UE, espérons le avant 2023 , l’année du centenaire de la République de Turquie que la France a été la première à reconnaître.

        Je rappelle cette belle phrase prononcée par Jacques Chirac l’an dernier à l’université de Galatasaray : « Notre destin est commun » (« Kaderimiz ortak »)


        • fkarakaya 6 juillet 2011 16:31

          Ce n’est pas la peine de s’inquitéer autant ! De toute façon les trucs ne veulent pas de vous Quand la France a un orgasme avec 1% de croissance la Turquie est à 11 % plus que la Chine !


          Le référendum : tu crois vraiment qu’ils ne veulent plus de ça à cause la Turquie ??? Regarde la Croatie, la Serbie qui vont entrés à L’UE !!! C’est sûr qu’ils sont meilleurs que les Turcs ! 

          A l heure actuelle tout le monde parle de quitter le bateau, je ne vois pas pourquoi la turquie dans se bateau qui coule 

          • OMAR 6 juillet 2011 21:50

            Omar 33

            Ce qui est marrant chez l’auteur, c’est cette insistance à vouloir reposer le problème de l’adhésion de la Turquie dans l’UE, alors que personne n’en veut, mais paradoxalement au moment ou cette Union Européenne commence à sentir....


            • Aldous Aldous 7 juillet 2011 16:01

              Oublions juste au passage que si la Turauie entre dans l’UE elle sera le pays le plus peuple donc le mieu represente>


              Le pays le plus influent serait a la fois le moins democratique, le moins europeen, le moins pacifique et le plus repressif.

              Oups j’ai ete politiquement incorrect.

              • Aldous Aldous 7 juillet 2011 16:05

                Au passage je rapelles les pogroms anti-grecs a Istenbul des annees 1955-1960 qui ont cree un nouvel exode de chretiens...


                L’epuration des chretiens est une constante de ls politique turque qui ne concerne pas seulement l’epoque Jeunes-Turcs.

                La haine du chretien (gavour) permet de cimenter la nation.

                • David 8 juillet 2011 00:45

                  Pour les pogroms anti chrétiens il ne faut pas oublier les Arméniens, Araméens, syriaques et assyriens. Disons plutôt qu’ils ont été génocidés.


                • burak88460 burak88460 10 août 2011 18:58

                  Vous ne connaissez pas du tout la Turquie et vous parlez comme si vous y vivez !!! La Turquie selon les derniers sondages croient que l’adhésion à l’union européenne serais un mensonge, car ANKARA en as marre des promesses jamais réaliser, car la Turquie a déposer une « demande d’adhésion à l’union européenne » le 14 avril 1987 (cette union auparavant s’appelait« communauté européenne ») et depuis l’UE fait tournée la Turquie en rond ... De plus pour la question chypriote en 2004 il y’avait eu le « plan Annan » qui visais la réunification de l’île, il y’avait eu vote par référendum les grecques (au sud) on votés majoritairement NON !!! et les turcs (au nord) majoritairement OUI !!! cela montre bien que le Turquie fait des effort mais cela n’est jamais observé, par ailleurs on parle de raison géographique et tout le « blabla » mais si Chypre est rentrée à l’UE pourquoi la Turquie n’entrerait-elle pas vu qu’elle a environ 10 % de superficie total en Europe alors que l’île méditerranéenne n’y est pas du tout... J’ajoute qu’avec votre turcophobie vous irez loin ... Il faut apprendre à connaitre un pays avant de le juger !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès